Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

Entretiens avec Jean-Luc Ayoun
Webinaire AGAPÈ (Lead Yourself)
Partie 3

11 octobre 2020

– SUITE DE LA PARTIE 2

Traductrice : On va encore parler de certains thèmes qui viennent de la session antérieure, avant de commencer la canalisation (channeling) et de nouveau, nous vous souhaitons un excellent moment Agapè.

Bien, alors si vous le voulez bien, on va donc poursuivre sur ces données très générales sur ce que j’ai nommé architectures et formes. Je répète pour tous ceux qui regardent et ne me connaissent pas que ce que je survole maintenant, parce que c’est vraiment survolé, si vous êtes curieux, vous avez plus de cent soixante dix mille pages à lire qui résument tout ça, qui expliquent en détail tout ça.

Je rappelle que mon but, là, est simplement quelque part de vous asseoir, de vous caler dans un cadre de références cohérent, en tous cas dans les satsangs, pour arriver à, comme je l’ai dit, faire exploser ces cadres de références. De la même façon, pendant de nombreuses années avec Autres Dimensions, on nous a raconté l’histoire de ce monde, l’histoire des origines stellaires, des lignées, de la Source, de l’anomalie primaire.

Alors je reviens maintenant à cette notion de corps d’Éternité. Voilà.

Jusqu’en 2018, retrouver son corps d’Éternité se faisait par un certain nombre de vibrations, d’activation des chakras, des nouveaux corps, et de l’interfaçage, de l’interconnexion entre ce corps physique dense et le corps dit d’Éternité.

Alors tout cela s’est produit, je survole juste pour donner un cadre, par la descente à partir du mois d’août 1984, d’arrivée sur Terre des cinq nouvelles fréquences dont je parlais tout à l’heure, OD-ER-IM-IS-AL, les cinq nouveaux corps et surtout la jonction, l’arrimage du Corps d’Éternité au travers de ce corps physique, par ce qui a été nommé à l’époque les portes qui sont situées sur le corps.

Jusqu’en début de 2018, nous avions la révélation de nos lignées stellaires, et notre origine stellaire qui est bien évidemment déterminée par un état dimensionnel donné, et un Corps d’Éternité qui différait selon l’origine et les lignées.

Certains se sont retrouvés à vivre la réalité de leur corps d’Éternité selon leur origine stellaire, les guides bleus de Sirius, les Elohim avec leurs corps de Cristal, mais aussi des origines comme certains systèmes solaires, par exemple, Altaïr, la constellation de l’Aigle, où certains qui étaient …

(Coupure)

Traductrice : Non, vas-y.

Je disais, certains ont retrouvé la morphologie du corps d’Éternité de leur origine stellaire. Je prenais l’exemple d’Altaïr, la constellation de l’Aigle, certains se sont retrouvés avec un corps d’éternité avec un bec, réellement.

Et puis après, progressivement, dans l’année 2018, sur laquelle je ne reviendrai pas, vous avez tout l’historique sur Autres Dimensions, il y a eu le dévoilement et la dissolution de ce qui avait été nommé, je vous renvoie à ce texte, je n’ai pas le temps d’en parler, l’Anomalie Primaire.

À partir du moment où l’anomalie primaire a été dissoute, il y a un mécanisme qui s’est produit par rapport au corps d’Éternité, nous avons été nombreux d’ailleurs à ce moment-là parmi des frères et des sœurs, et amis, à voyager librement dans ce monde comme dans tout monde, avec le corps d’Éternité, spécifique de notre origine stellaire, de notre histoire.

Quand la fin de l’anomalie primaire a été vécue, aux alentours si mes souvenirs sont bons du sept mai 2018, il s’est passé un processus très particulier. Et c’est là où l’illusion du corps d’Éternité a commencé à apparaître. Autant depuis 2014-2015, il y avait une jonction entre le corps physique et le corps d’Éternité, avec des attributions de formes, de potentiels différents selon leur origine, cela a disparu.

A ce moment-là, moi et d’autres, je ne suis pas le seul, nous nous sommes aperçus que quand nous sortions de notre corps, par le cœur, on se retrouvait à l’intérieur d’un corps de Lumière. Je vous rappelle la différence essentielle, fondamentale et inaliénable de la différence entre le corps … même ce qu’on pourrait appeler le plan astral, et le plan de la pure Lumière.

Quand vous faites une expérience de mort imminente, vous sortez de votre corps, vous traversez un tunnel et vous atterrissez de l’autre côté, là où il y a la Lumière. Mais vous êtes arrêtés avant votre fusion avec la Lumière par des membres de votre famille, beaucoup plus jeunes, si vous êtes croyants, vous allez voir le Christ, si vous êtes bouddhiste, vous allez voir Bouddha, si vous êtes musulmans, vous allez voir Mohammed.

Cette vision-là, c’est faux. La lumière n’est pas à l’intérieur des formes mais elle est à l’extérieur des formes. Ça c’est de l’astral, toujours, même si c’est très lumineux. Vous êtes encore dans le monde de la mort comme disait Bernard de Montréal, et bien évidemment, ces membres de la famille, Bouddha, Jésus, vous montrent votre vie, et vous disent de revenir sur Terre.

Alors bien évidemment ce genre d’expérience vous amène à conscientiser et à vivre que la mort de ce corps physique n’est pas la fin, mais vous êtes encore dans le monde de la mort.

Dans les mondes de la pure Lumière, dans les dimensions qui sont au-delà de la huitième dimension, par exemple vous sortez de votre corps, avec des symptômes très précis, et quand je dis sortir du corps, on a compris à ce moment-là, en le vivant, qu’en définitive il n’y a aucune sortie du corps, mais c’est une rentrée au Cœur du Cœur, à ce moment-là vous allez atterrir non plus sur des mondes de la mort, des mondes astraux, comme une expérience de mort imminente.

Vous pouvez rencontrer comme je l’ai fait en 2011 et 2012 l’archange Mikael, au-delà de sa représentation anthropomorphique connue, représentée dans l’iconographie classique, ce jeune homme avec ses cheveux bouclés, tout jeune, qui terrasse le dragon. Eh bien en dix huitième dimension, par exemple, qui est un autre secteur du rêve, Michaël est la forme d’un oiseau gigantesque de dix huit mille kilomètres d’envergure, sans aucun anthropomorphisme humain, sans aucune forme humaine. C’est la forme d’un oiseau.

Mais la différence essentielle avec le monde de la mort, vous pouvez très bien rencontrer en astral l’archange Michaël, mais dans le monde de la mort, sa représentation qui est un hologramme, une coquille vide créée de toutes pièces par les archontes, la grande différence quand vous dépassez le petit ciel, c’est-à-dire ce qu’on appelle l’astral, quand vous pénétrez le Grand Ciel, la Lumière est à l’intérieur de la forme.

Je ne sais pas si certains parmi vous ont vu le film Prédictions je crois, où les Elohim, à la fin du film, dans leurs corps de cristal, viennent chercher les enfants pour les emmener ailleurs. Bref, dans le monde de la mort, la lumière est projetée, elle n’est pas dans la forme, elle est à l’extérieur de la forme.

Dans le grand Ankal, ce qu’on appelle le Grand Ciel, à la limite de l’anthropomorphisme, vers la dix huitième dimension à peu près, la Lumière est à l’intérieur de la forme. La lumière projetée n’est pas la Lumière.

Dans la terminologie un peu philo, philosophique spirituelle du vingtième siècle, il est évident qu’on parlait beaucoup de l’âme, on parlait des maîtres, les maîtres ascensionnés, qui ne sont rien d’autre que des coquilles vides, qui ont créé des royaumes, nommés par exemple Shamballa. C’est une illusion totale.

Je me suis promené longuement à Shamballa, j’ai entretenu pendant mes jeunes années des relations et des communications avec Kuthumi, El Morya, Sananda. J’ai visité des cités de cristal magnifiques, et tous ces maîtres et ces êtres qui étaient dans la lumière, étaient encore dans le monde de la mort. La lumière était à l’extérieur et non à l’intérieur.

L’analogie est facile à comprendre, et je vous ai parlé tout à l’heure des corps physique et des corps subtils qui sont emboîtés à l’intérieur du corps physique, qui correspondent à des dimensions de plus en plus vastes, mais tous ces êtres que j’ai vus à Shamballa en 2010 étaient dans l’illusion totale, dans le monde de la mort, astral, monde de projection de couleurs, de manifestations extériorisées.

Et après, en parcourant sous les ailes de Mikael les mondes, là j’ai vu cette grande différence. Dans le Grand Ciel, la Lumière est à l’intérieur des formes, et non pas à l’extérieur. Dans Prédictions, les Elohim avec leurs corps de Cristal, ces grands êtres, on voyait par transparence leur cœur éthérique, ce que nous avons nommé nous Shantinilaya, la Demeure de Paix Suprême, le Cœur du Cœur, ou encore la couronne ascensionnelle, ou le cœur ascensionnel.

Tout cela je vous le raconte pour l’histoire encore dans mon cadre de référence qui est aussi le vôtre, pour arriver à, petit à petit, en tout cas dans un premier temps, pour ceux qui ne le vivent pas encore, à conceptualiser un peu ces notions de formes, de corps, de corps de la mort, des corps éphémères, ou le corps dit éternel, le corps de Gloire, qui est pure Lumière inscrit dans une forme et non pas à l’extérieur de la forme.

L’équivalent pour nous, incarnés, nous avons les corps emboîtés à l’intérieur, et un voyant ou un médium va voir les auras autour des personnes. L’aura est une résonance, mais aussi une projection de la lumière.

La vraie Lumière, celle de ce qu’on appelle dans la Kabbale, la vraie Kabbale, pas la cabale d’aujourd’hui, ce qui est au-delà de Kether, au-delà de la couronne, ce qu’on appelle l’Ain Soph Our, ce qui est au-delà de la forme, ce qui est immuable, ce qui n’est jamais apparu et ne disparaîtra jamais, là où il y a la Source, là où il n’y a plus de forme individualisable, ni aucune identification possible à un scenario, à une histoire, à une origine dimensionnelle ou à une lignée stellaire.

Vous êtes ce que vous êtes. Ça n’a aucune relation de près ou de loin avec ce que nous pouvons vivre ici. C’est pour ça que de grands mystiques, soit Ma Ananda Moyi par exemple, Ramana Maharshi, Yogananda, plus près de nous en France, Jean Klein, dans une moindre mesure quand même, Arnaud Desjardins ou encore Bernard de Montréal qui est redécouvert maintenant.

En résumé, quand vous arrivez à la source de la Lumière, il n’y a plus d’identification possible à une quelconque individualité, à une quelconque histoire et à aucune projection. Ce que disait Ma Ananda Moyi étant mystique, comme je pourrais vous le dire aujourd’hui, comme des millions de frères et sœurs pourraient vous dire : Vous n’êtes jamais nés et vous n’êtes jamais morts.

C’est la stricte Vérité. Ce qui meurt, c’est le rêve, ce qui meurt c’est l’illusion, ce qui meurt c’est la forme, depuis l’atome jusqu’aux univers, et quand vous arrivez à ce stade où la Lumière n’est plus projetée, à partir du moment où vous constatez dans votre vie que tout ce qui était en relief de votre personnage, que ce soit les peurs, que ce soit les interrogations sur le passé ou le futur, ne peuvent plus exister.

Et à ce moment-là, je dirais c’est le retour à la case départ, vous êtes montés, vous êtes redescendus. Il n’y a jamais eu d’ascension, il n’y a jamais eu de descension, il n’y a jamais eu d’involution, il n’y a jamais eu d’évolution. La Vérité est immuable, le Réel aussi.

A ce moment-là vous ne dépendez plus d’une quelconque forme, et là vous découvrez qu’il n’y a jamais eu personne, et qu’en acceptant de n’être aucune forme, chose que vous êtes obligés d’accepter puisque vous pouvez habiter toutes les formes et toutes les dimensions, vous changez de costumes à volonté, de Lumière, costumes de Lumière ou costumes de matière, et là vous ne pouvez que comprendre en même temps, d’une part qu’il n’y a jamais eu que vous et vous seul, et qu’il n’y a jamais eu personne.

A ce moment-là bien sûr, pour ceux qui sentent les vibrations, encore une fois je précise que vous n’avez absolument pas à traverser toutes ces étapes, maintenant votre accès est direct, là aussi je l’ai expliqué longuement, nous avons énormément de frères et sœurs qui vivent Agapè et qui en témoignent. Il n’y a pas de fuite de la réalité illusoire de ce monde, vous êtes pleinement ici, totalement si je peux m’exprimer ainsi réunifiés, vous quittez les mondes de la forme, tout en restant dans cette forme.

Et là vous vivez ces mouvements que j’ai décrits l’année dernière, qui ne sont pas des mouvements d’énergie, mais qui sont la révélation et le vécu du double tore du cœur, vous êtes au Cœur du Cœur, que vous le ressentiez ou pas. Le déroulement même de votre quotidien, de vos journées et de vos nuits ne peut laisser aucun doute.

Comme l’ont dit certains expérienceurs, mais je pense en particulier, par exemple, au Docteur Eben Alexander qui a vu son cerveau détruit, complètement, il a traversé tous les mondes de la mort, il a rencontré son père et sa mère qu’ils n’avaient jamais connus parce que ses parents l’avaient abandonné, et après ce monde de la mort, il a continué à descendre au plus profond de lui-même, ou monter sur les plans les plus hauts, c’est la même chose parce qu’il n’y a pas de mouvement, c’est l’impression d’un mouvement seulement, et là vous constatez cette Liberté, cette Joie Nue.

Vous n’avez pas besoin de certitude, vous n’avez pas besoin de chercher des preuves, parce que toute votre vie est la preuve de ce que vous vivez, que vous soyez jardinier …

Ah, coupure.

Du coup j’ai perdu le fil.

Bon, quand vous avez cette certitude, cette certitude n’est pas une croyance, n’est pas un raisonnement, c’est le vécu de chaque moment de votre vie ici incarné sur Terre, qui vous le démontre et le démontre chaque jour. C’est ce qu’on a nommé l’Intelligence de la Lumière, que je pourrais tout aussi bien appeler l’Intelligence du Réel, qui dirige votre vie.

C’est pour ça que j’ai répété d’innombrables fois que vous n’êtes pas votre vie, mais que vous êtes La Vie, quel que soit votre âge, quel que soit l’état du corps, vous êtes autonomes, vous êtes lucides, et vous êtes libres de tout fantasme de forme, de tout mythe de création, de toute appréhension et de toute projection.

A ce moment-là, vous vivez cette Joie Nue, ça ne veut pas dire que vous avez une personnalité qui a été alchimisée vers quelque chose d’éthéré, mais clairement et véritablement, vous voyez et vous vivez la Vérité. Tout cela, toutes ces formes, tous ces états de la conscience, ne sont que, en définitive, une expérience, et quand vous êtes installés dans la Vérité d’Agapè, vous êtes bien obligés de comprendre et de dire que la spiritualité est une escroquerie totale, et que la conscience est une maladie, heureusement mortelle. Et là, vous êtes Libres.

Vous êtes humains, vous êtes en permanence Ici et Maintenant, vous êtes disponibles et surtout lucides. À ce moment-là vous êtes autonomes, vous ne vous soumettrez plus jamais à la moindre entité spirituelle. Il n’y a aucun monde, il n’y a aucune conscience. Je précise pour ceux qui ne connaissent pas, qu’être privé de conscience, ce n’est pas être inconscient, c’est être a-conscient, c’est-à-dire d’être antérieur à la conscience.

Pendant des années, Bidi et d’autres, nous ont parlé de tout ça, ils nous ont raconté des histoires, mais une histoire qui permettrait de mettre le mot fin à l’histoire. Là est la Béatitude et là est l’unique Réel, il n’y en a pas d’autre. Encore une fois, vous restez et vous demeurez totalement humains, il vous est alors impossible de créer quoi que ce soit par rapport à la spiritualité, ni école, ni mouvement, ni regroupement, et c’est la fin de ce qu’on a nommé les religions, les maîtres, les histoires de mères généticiennes et d’archontes, parce que nous jouons en permanence, tant qu’on n’est pas lucide, ces rêves-là.

Le mythe de la création, les six rêves successifs, les six cycles de création ne sont que l’illustration du chemin de sortie du rêve ou du cauchemar. Il se trouve que pour être libre de l’état de sommeil, c’est beaucoup plus facile de se réveiller avec un cauchemar que par un rêve.

Beaucoup de frères et sœurs rêvent encore. J’ai toujours dit : laissons les rêver, parce qu’ils ne pourront que se reconnaître au-delà de toute forme et de tout monde, dès l’instant où ils auront suffisamment cauchemardé. Les circonstances de cette fin d’année 2020 nous rapprochent inéluctablement de la fin du monde de la mort, de l’escroquerie spirituelle et de la maladie de la conscience.

Bidi disait, de son vivant, je ne le dis pas tout-à-fait dans le bon ordre, mais c’est à peu près ça : l’univers est apparu, la création est apparue, la création et les univers passeront, et tu seras toujours là.

En fait, il n’y a rien de nouveau que ce qu’ont pu dire certains êtres du vingtième siècle, mais il y a une différence fondamentale, c’est que nous sommes légions aussi, et par la résonance d’Agapè spatiale interdimensionnelle, nous transcendons toute notion d’identité, parce qu’en réalité nous sommes l’Amour, en réalité nous sommes antérieurs à la conscience, et nous n’avons finalement que fait quelques tours de manège d’innombrables cycles, d’innombrables formes, d’innombrables mondes.

En réalité, nous sommes l’espace sans temps, nous sommes l’Éther, nous sommes l’Intelligence de la Lumière, simplement ayant cru être ce corps ou n’importe quel autre corps de n’importe quelle autre dimension.

Retenez bien que ce que je vous dis, avant de terminer et de laisser la place à l’Impersonnel, que tout ceci est vécu, ce ne sont pas des concepts, et c’est un vécu qui est partagé par des millions de frères et sœurs, et qui sera vécu à très brève échéance dans l’espace linéaire de cette Terre, par l’ensemble des univers et l’ensemble de la création.

Nous sommes à l’origine du premier rêve et nous sommes la fin du dernier rêve. C’est cela ce que l’on nomme le réveil, la Liberté, le Réel d’Agapè.

Je terminerai cette première partie maintenant, rappelez-vous que là maintenant je ne vous demande pas de comprendre, je vous demande juste, si vous le voulez bien, de ne pas vous intéresser à mon visage pendant la canalisation de l’Impersonnel, ne cherchez pas à comprendre. Laissez simplement ses mots, ses verbes, pénétrer en vous. D’ailleurs, l’Impersonnel parle déjà de vous et en vous.

Il n’y a pas de canalisation à proprement parler en ce qui me concerne, au tout début d’Autres Dimensions, 2008-2009, les gens qui assistaient aux canalisations discernaient clairement un Être de Lumière qui descendait par la gauche, dans le canal marial, et arrivait au cœur.

Ce qui s’exprime maintenant n’a plus de distance avec moi, s’exprime depuis mon cœur, qui n’est rien d’autre que votre cœur, que vous le vouliez ou pas.

Donc la meilleure posture pour ce qui va se produire maintenant, c’est de vous installer confortablement, de ne rien demander, de ne rien attendre, mais réellement de laisser traverser ces mots, ces vibrations, ces verbes, qui vont, je l’espère pour certains d’entre vous, voire beaucoup d’entre vous, de vous faire vivre cet état au-delà de tout état parce que ce n’est pas un état, même si je l’ai appelé l’État Naturel.

Si vous êtes dans cette posture d’acceptation, sans chercher à comprendre, vous aurez tout votre temps pour relire après ou réécouter, alors vous êtes Libres.

Alors à partir de maintenant, je fais le Silence, je ferme les yeux. S’il y a le moindre problème, par mesure de sécurité s’il y a une coupure technique, l’enregistrement se fera de manière à ce qu’on ne perde rien, et le temps que la personne qui m’accompagne puisse entrer en contact avec Cristina pour réparer.

… (Cristina prend la parole, s’adresse aux participants pour la suite de leur programme pour le lendemain) …

Traductrice pour Cristina : Merci Jean-Luc.

Jean-Luc : Jean-Luc vous quitte, on va laisser la parole à l’Impersonnel.

Lien : L’IMPERSONNEL

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2020 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable