Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

O.M. AÏVANHOV (2ème Partie)
Vacances (21 au 27 Juillet 2021)
Animation par : Elisa Bernal

21 Juillet 2021

Eh bien chers Amis, nous voici à nouveau ensemble pour poursuivre ce travail passionnant que nous avons réalisé, des questionnements, des réponses, des témoignages. Bref, tout ce que vous avez envie de savoir et d’expliquer parce que, bien évidemment avant de vivre l’absence de question, il faut bien en passer là aussi par des questions qui permettent quelque part de vous rassurer.

(A Elisa)

Je te laisse traduire.

Alors, je crois que tu avais des questions ?

Elisa : J’avais quelqu’un qui posait une question, je vais la lire en espagnol et après je la traduis.

Elisa : Il y a un certain temps, dans mes retraits de silence, j’ai commencé à sentir une vibration en spirale, qui chaque jour grandit, et même, il y a des moments, que je sens que je m’élève sur mon lit avec ma propre énergie. Mais dès que je mets le mental, je retombe.

Alors cher ami, ici tu es dans des processus de perception vibratoire et de la conscience, que je vais bien sûr t’expliquer. Mais avant de te donner l’explication, et vu les temps actuels que vous vivez, tous les processus vibratoires n’ont pas à être observés. Simplement, il faut là aussi les laisser te traverser sans t’y intéresser. Et d’ailleurs tu l’as dit toi-même que, dès que tu portes ton mental, ton attention sur le processus, ça s’arrête.

Bien sûr, il existe d’innombrables circuits vibratoires qui peuvent se mettre en œuvre, et en particulier ce qui fut nommé voilà de nombreuses années, l’Onde de Vie, qui est une vibration supra mentale, et qui vient du noyau cristallin de la Terre, et qui a été vécu et décrit de façon très précise, par différents intervenants, aux mois de mars et avril 2012.

Comme je l’ai dit lors de la première partie, aujourd’hui vous n’avez pas à vous soucier de ces processus vibratoires. Et au plus vite tu comprendras qu’il ne faut pas s’y intéresser, mais les laisser se vivre, au plus vite tu seras libre de tes propres énergies/vibrations supra mentales.

Ce que tu décris correspond à l’élévation de l’onde de vie, qui naît et qui prend naissance sous les pieds, au niveau de la perception, et va remonter sur trois circuits, sur chaque jambe, qui avaient été décrits à l’époque, pour se rejoindre au niveau du périnée, rejoindre le sacrum à l’arrière, mais aussi les chakras à l’avant.

Cette énergie s’est élevée en ligne droite par le canal médian de la colonne vertébrale, que nos frères orientaux appellent la Shushuna, et qui avait été renommée par nous par ce nom de canal de l’éther. Parce que c’était le canal médian de la colonne vertébrale, qui était tapissé de particules adamantines, et éviter en quelque sorte des pièges inhérent à la montée de la Kundalini, qui s’accompagnait systématiquement de l’apparition d’un archonte dans votre dos.

La particularité de la vibration de l’Esprit Saint qui est apparue en 1984, qui est apparue d’abord sur le septième chakra, au sommet du crâne, et cette énergie de l’Esprit Saint est descendue progressivement par le canal médian de la colonne vertébrale, libérant littéralement la gaine des chakras un par un, perméabilisant les chakras permettant leur ouverture, permettant d’activer les douze étoiles de la tête, et aussi les cinq nouveaux corps.

Vous aviez eu l’occasion, pour les anciens, de travailler sur l’activation de cela, à travers le yoga de l’Unité et de la Vérité. Quand cette énergie était descendue jusqu’au sacrum, et à partir de la libération du noyau cristallin de la Terre, est apparu au premier et deuxième trimestres de l’année 2012, le circuit ascendant qui partait des pieds, qui a rejoint le sacrum, a emprunté le canal de l’éther, et a fait fusionner les énergies du sacrum, les énergies du cœur, et les énergies de la Couronne des douze étoiles avec les quatre rayonnements.

Bref, comme j’ai dit tout à l’heure, évitez de vous intéresser à ce qui aujourd’hui est superflu. Tous les frères et sœurs qui ont vécu ces activations ont réactivé quelque part le corps d’Éternité, le corps de Lumière, le corps sans couture, mais ça c’était il y a dix ans.

Aujourd’hui, vous n’avez plus besoin de vous encombrer avec tout ça. Bien sûr, tous les frères et sœurs ouverts au vibral perçoivent toujours ceci. C’était un circuit préalable, que ce frère ou cette sœur découvre aujourd’hui à travers le silence, à travers l’immobilité du corps, l’acceptation et l’accueil, et la perception de spirale dans laquelle on est pris et qui tourne autour du corps, est la traduction de la fusion de l’éphémère et ses corps subtils, avec les nouveaux corps et donc le corps d’Éternité.

Ce processus vibratoire est un mouvement, n’est-ce pas, mais l’Absolu, la Vérité, n’est pas un mouvement de la vibration ou de l’énergie. Donc, dans ce que tu vis, je te conseille la prochaine fois de ne pas interrompre le processus en portant ta conscience ou ton mental dessus, et là tu tomberas avec stupéfaction sur le Je Éternel, antérieur à la naissance et à la mort, que tu as toujours été.

Alors bien sûr, il y a eu d’innombrables yogas si on peut dire, tous les yogas que tu peux t’imaginer, par exemple vous avez des yogas qui se penchent sur le son de l’âme ou de l’Esprit. Quand vous portez la conscience sur les vibrations, vous pouvez comprendre les vibrations et à quoi ça correspond. Globalement, ça correspond à l’accès au supra mental, au vécu du supra mental, mais aujourd’hui vous n’êtes plus seulement ce supra mental.

Vous êtes le JE Absolu et Éternel, et la meilleure façon là aussi de le vivre, non pas comme une expérience qui passerait, c’est de ne plus porter votre conscience, contrairement au yoga, sur ce qui est en train de se dérouler, en l’occurrence pour ce frère ou cette sœur le mouvement spiralé de ce corps, où soi-même devient cette spirale éventuellement, mais de bien maintenir dans un premier temps, enfin quand je dis maintenir, je dirais plutôt de se focaliser sur le silence et l’immobilité. Les processus vibraux vont continuer, ça peut même chauffer beaucoup, vous pouvez sentir l’embrasement du cœur, les sons dans les oreilles qui augmentent fortement.

Mais je vous conseille, pour ceux qui perçoivent la vibration de laisser se dérouler ce qui se déroule. Parce que quand vous êtes dans cette posture, ce point de vue, de laisser se dérouler ce qui se déroule, sans être entraînés par les perceptions, alors vous allez démasquer si je peux dire, l’état Agapè, le temps Zéro et la totalité de la Joie. Et ceux bien sûr qui vivent l’Absolu aujourd’hui ne sont pas nécessairement passés par ces étapes vibratoires.

Alors bien sûr, je t’ai donné l’explication, c’est l’onde de vie qui monte, qui te donne la perception que tu t’élèves, qui est bien réelle, mais je rappelle que la Vérité est au Cœur du Cœur, sans mouvement et sans vibration, même si elles sont là. Et si tu arrives à comprendre ce que je dis, et à demeurer immobile, sans porter ta conscience dessus, alors tu vas découvrir le paradis blanc, Shantinilaya et l’Absolu qui est juste derrière.

Et tu vas donc magnifier ce principe de l’accueil et de l’acceptation de l’instant présent, de ce qui est, de ce qui vibre, et à ce moment-là tu es Libre. Et c’est là où tu te souviens, au-delà de l’observateur, que tu as toujours été là.

Et encore une fois, retenez bien pour ceux qui entendent, qu’aujourd’hui vous n’avez pas besoin de passer par ces étapes, que plus vous restez fainéants, que plus vous restez disponibles, dans l’immobilité et dans l’accueil, sans rien attendre et sans rien demander, que vous allez découvrir le réel par l’Intelligence de la Lumière, et pas par une quelconque volonté d’élévation. Et c’est pareil s’il y a des visions, laissez-les vous traverser, tout comme les pensées, quelles qu’elles soient. La Vérité est juste derrière et juste après cela.

Et vous découvrez le Grand Silence et vous vivez la grande Joie, et là vous vous reconnaissez sans avoir le moindre doute, parce que la Vérité est à la jonction de l’Être et du Non-Être. Et à ce moment-là, le processus se déroule de lui-même, et littéralement tu ne seras pas entraîné à observer ce qui se déroule, mais à constater ce que tu es. C’est une règle générale pour chacun, que vous sentiez les énergies ou pas, que vous perceviez des phénomènes lumineux, des visions quelles qu’elles soient.

La vision de la Vérité est sans vision du troisième œil et sans vision de quoi que soit. Retenez bien que ce n’est pas quelque chose que vous retrouvez, mais c’est quelque chose que vous traversez afin de vous découvrir, là où il n’y a rien à voir, là où il n’y a rien à percevoir, et là vous découvrirez ce grand vide, ce grand Silence. Vous ne vous poserez plus jamais la moindre question. C’est un processus qui est très simple, dès l’instant où vous lâchez toute prétention à vous accaparer quelque part, vous saisir de ce qui est vécu.

Parce que comme nous l’avons dit depuis de nombreuses années aussi, vous êtes antérieurs à toutes manifestations, même de la vibration, même du supra mental, et de tous vos chakras et de tous vos circuits vibraux.

Alors bien sûr, je conçois tout à fait que des frères et des sœurs qui vivent ça de façon nouvelle si je peux dire, se posent des questions sur ce qu’ils vivent à ce moment-là. Mais si vous passez outre vos questionnements, si vous laissez la conscience tranquille, l’Intelligence de la Lumière va connecter tous ces points de vibration, va réaliser le travail alchimique quelque part, mais ça se fait sans vous, contrairement à ce que les anciens ont pratiqué – les anciens, je parle des anciens d’Autres Dimensions. Parce qu’aujourd’hui c’est un processus entièrement naturel.

C’est comme pour les résonances Agapè. D’abord vous pensez que vous émettez une vibration où que vous absorbez la vibration du nom et du prénom d’un frère ou d’une sœur, ou de n’importe quoi, jusqu’à constater que finalement rien n’a bougé. Et là aussi à travers les résonances Agapè aujourd’hui, vous découvrez qui vous êtes, parce que celui qui entre en résonance avec vous par sympathie, vous fait vivre le temps Zéro.

Il n’y a pas besoin d’énergie, il n’y a plus besoin de vibration, il n’y a plus besoin de décider quoi que ce soit. C’est bien un processus de résonance et de reconnaissance, au-delà de tout concept, mais aussi de toute énergie ou volonté. Voilà ce que je peux répondre à cette question.

D’autres questions dans ce domaine de perception de la vibration ou de l’énergie ?

Alors je précise aussi … Ah je ne précise rien du tout parce que je crois qu’Elisa est en train de lire.

Elisa : Je regarde, j’ai regardé s’il y avait encore d’autres questions.

Frère : J’ai une question pour la suite de ce qui vient d’être dit. Quand ces vibrations sont présentes dans les mains et même dans les pieds …

Et aussi aux pieds ?

Frère : Oui, mais surtout au niveau des mains avec une intensité intense, que faire de ça ?

Alors tu peux en faire plein de choses, mais aujourd’hui le but de l’expérience, c’est avant tout de ne rien en faire, pour là aussi les traverser. Comme je l’ai dit, il y a beaucoup de structures que nombre d’entre vous ont vécues, l’activation des couronnes de la tête, les circuits qu’on appelle les nadis, ce qui a été nommé les portes, les douze porte du corps, mais aussi bien sûr les chakras des mains et des pieds.

Mais par rapport à vous-mêmes, même si après tu peux en faire quelque chose que je dirai, le plus important c’est de dépolariser ton mental et de ta conscience, dans les moments où tu es immobile, sans rien demander et sans rien attendre, pour en quelque sorte que ta conscience et ton mental ne s’occupent pas de cela.

Mais après, tu en fais ce que tu veux. Le tellurisme terrestre a tellement augmenté depuis déjà des années, mais surtout maintenant, que vous avez souvent des perceptions sous vos plantes de pieds, qui peuvent être de la chaleur, des vibrations, qui sont des invitations à ne pas vous en occuper. Et si, quelles que soient les manifestations vibratoires et énergétiques, tu arrives à rester tranquille, sans te poser d’interrogation, alors tu vas vivre l’État Naturel.

Mais bien évidemment, ces vibrations, en particulier au niveau des mains, ce n’est pas de l’énergie comme un magnétiseur ni un guérisseur, c’est la pure lumière des particules adamantines qui s’écoulent de tes mains. J’avais expliqué en 2017 que ces énergies, qui étaient des particules adamantines, des particules de lumière originelle, s’agglutinaient littéralement sur vos corps physiques, dont le but effectivement est de vous faire vivre, à la fois le corps d’éternité, mais surtout la Liberté.

Donc bien sûr tu peux magnétiser avec cette lumière vibrale un frère, une sœur, un végétal, mais le plus judicieux, le plus correct si je peux dire, est de simplement laisser être ce qui est, sans observer là non plus. C’est simplement le signe de ton activation du corps d’éternité, et la possibilité d’accéder naturellement à l’État Naturel, et ça apparaît dès l’instant où il n’y a plus aucune intention, et que tu demeures effectivement immobile au niveau corporel, physique, que tu fermes les yeux et que tu laisses être ce qui est.

C’est le même principe de l’acceptation et de l’accueil pour ce qui est. Là ça concerne l’énergie et la vibration, mais c’est le même principe.

Voilà ce que je peux te dire.

Sœur : J’ai une question. J’ai parfois cette sensation de vaciller …

Je n’ai pas compris, je ne comprends pas ce mot vacille ?

Frère : Tanguer.

Le verbe … ah, vaciller ! Alors qu’est-ce que tu entends par vaciller, d’être instable, de tourner ?

Sœur : Oui, je suis instable. Je reste peut-être assise, tout en sentant que je bouge, vaciller au basculement terrestre.

Oui. Vous vacillez pour deux raisons. La première, qui est la même explication que pour la toute première question. Beaucoup parmi vous qui avaient l’habitude de méditer sentaient ce vacillement et cette spirale. Mais ça survient aussi parce qu’il y a un vacillement réel de la Terre, je ne parle pas seulement du déplacement du pôle magnétique Nord, mais réellement des oscillations de la Terre, qui expliquent que le Soleil ne se couche pas au même endroit par exemple.

Et ça, ça peut créer des vertiges, des sensations de vaciller réellement physiquement ou énergétiquement. C’est le processus qui est identique à tout ce que je viens de dire. L’oscillation de la Terre, le basculement qui n’est pas encore complet, et le déplacement du pôle magnétique entraînent votre corps dans ce vacillement.

Voilà très longtemps, nous avions parlé de la lumière oblicale (oblique), c’est la lumière déviée du fait de l’inclinaison de l’axe de la Terre, qui a été nommé l’axe de la falsification, et qui vous a privé de la mémoire et du vécu du Temps Zéro. Mais tout ça est en train de se rétablir. Et c’est pour ça que, pour d’autres raisons aussi, mais c’est pour ça que vous êtes nombreux à vivre l’État Naturel ou le Je Éternel parce que la Lumière a été redressée.

Et ça fait partie de ces vacillements ou oscillations de la Terre. C’est un processus réel et nous savons tous que nous sommes sensibles au magnétisme terrestre et cosmique, que nous sommes sensibles au rayonnement du soleil où étaient fait prisonniers nos corps d’Éternité. Aujourd’hui, vous récupérez la lumière directe, la lumière droite, ce qui met fin à l’axe de la falsification de la lumière oblicale ou oblique, qui était sur l’axe Attraction/Ki-Ris-Ti.

Ce sont les noms des Étoiles de la tête, une qui était impactée (Attraction), il y avait un axe de Lumière qui avait été dévié de la rectitude par le basculement de la Terre et l’inclinaison de la Terre. C’était donc une déviation de la Lumière Originelle, qui vous a donné l’impression de ne plus être reliés à la Vérité. Voilà ce qui se déroule dans ce que tu décris aussi. C’est un retour à la Vérité dont vous n’avez jamais bougé. C’est une restauration de l’authenticité de l’être, le fameux Temps Zéro, le fameux Instant Présent, qui contient tous les passés, tous les futurs et qui est l’espace de résolution de ce qu’est le temps et l’espace. Voilà ce que je peux expliquer.

Sœur : Une autre question.

Comment ? Ah oui, une autre question.

Sœur : Il y a quelques jours, au niveau du triangle de la Terre, j’ai ressenti une compression. C’était au moment d’aller me coucher, impossible de fermer les yeux avec un défilement d’images et parfois accompagné de sons. J’ai accueilli le tout et j’ai fini par dormir quelques heures plus tard.

Oui, il y a eu effectivement, je dirais maintenant presqu’une semaine, un phénomène de compression. Certains l’ont ressenti dans la poitrine, dans la tête ou sur certains triangles élémentaires. C’était la pression de la radiation de l’ultra-violet et vous avez dû constater que deux, trois jours après, il y avait quelque chose qui vous semblait beaucoup léger. Tout cela était lié au rayonnement du soleil, mais aussi au rayonnement cosmique. C’est la pression de la libération, si je peux dire, qui vient vous comprimer avant de se relâcher. Ça se produit effectivement, majoritairement sur une partie de la tête ou sur la cage thoracique.

Ça vous donne une pression effectivement, parfois douloureuse, mais c’est la pression que nous nommions à l’époque la Radiation de l’Ultra-violet, et aussi le Rayonnement de La Source. Tout ça, s’est produit effectivement la semaine dernière de partout sur la Terre. Bien sûr, ce n’est pas tout le monde qui l’a ressentie. Mais vous avez été très nombreux à comprendre, même si c’est encore inconscient, quel grand bouleversement était en cours. C’est le moment où des événements climatiques importants ont commencé à se produire, bien évidemment de manière globale, mais pas pour tout le monde.

Ça n’a rien à voir avec une quelconque évolution, mais ce sont simplement les circonstances actuelles du magma terrestre des rayonnements cosmiques et solaires, un processus qui est appelé à s’amplifier de manière de plus en plus perceptible, au fur et à mesure que le temps s’écoule. Et c’est quelque chose qui est tout à fait normal.

Autre question.

Elisa : Je peux poser une question ?

Oui, bien sûr.

Elisa : J’ai vu des images qui paraissaient vraiment réelles, soi-disant, ce sont des vaisseaux de Marie. Est-ce qu’on va voir les vaisseaux de Marie avec nos yeux ?

Mais vous allez voir tous les vaisseaux de toutes les dimensions.

Elisa : Ah, je vais peut-être le dire en espagnol.

C’est l’apparition de toutes les dimensions, tous les vaisseaux de quelque dimension qu’ils soient. Vous allez les voir de vos yeux de chair. Cela sera un grand choc pour certains des frères et sœurs de l’humanité. Mais aussi, l’annonce de l’achèvement du processus de Révélation, et c’est à peu près dans ce même temps, que vous prendrez littéralement conscience du processus de Libération qui est en cours. C’est bien réel.

…Silence…

Sœur : J’ai une remarque.

Je t’écoute.

Sœur : Vous avez dit la dernière fois que toute cette histoire de création n’a servi à rien. C’est dommage, c’est juste une remarque de la personne que la création a commencé avec Amour et Perfection et qu’elle se termine en cauchemar.

Non, elle se termine avec Amour puisque la création n’a jamais démarré et n’a jamais disparu. C’est encore une perception de la personne ou de la conscience. Mais en vivant l’Absolu, le Réel, il n’y a jamais eu de création, il n’y a jamais eu de disparition. La création n’est pas un acte d’Amour. C’est un acte de rêve. L’Amour est parfait sans création. C’était une projection de la conscience mais il n’y a jamais eu d’univers, il n’y a jamais eu d’individus. L’Amour est parfait, telle que tu es, sans avoir à être manifesté. Les univers sont apparus, les univers disparaissent et ça ne fait aucune différence pour l’Amour que tu es.

Donc, il n’y a absolument rien de dommageable. Il n’y a absolument aucune perte, mais c’est une restitution au Réel. C’est un rêve ! Il n’y a jamais eu d’Alpha, il n’y a jamais eu d’Oméga. Mais encore, faut-il le vivre. C’est ce que vous allez et nous allons tous vivre. Ce n’est pas différent de ce qu’ont pu dire aussi bien Nisargadatta que tous les êtres du vingtième siècle qui ont vécu le Réel, et qui ne sont pas passés par ces histoires spirituelles. La spiritualité, comme disait Bidi, est une escroquerie totale. La création est un rêve qui passe. Mais, comment est-ce qu’un rêve qui est né, dans toutes ses composantes si je peux dire, dès le premier souffle, peut-il être réel ?

Mais quand tu dis que la création est un acte d’Amour, l’Amour n’a pas besoin de création. Je te répète que des Étoiles, que ce soit Ma Ananda, a exprimé durant son vivant, exactement la même chose. Il n’y a que les troubadours spirituels qui se leurrent eux-mêmes sur le miroitement de la création. Vous n’avez jamais bougé. Vous n’êtes jamais nés. Vous avez parcouru simplement, et nous avons tous parcouru, les espaces de la conscience et du rêve. Mais aucune création n’a de sens quand vous vivez la Vie. Mais quand nous disons la Vie, ce n’est pas la forme, ce ne sont pas les mondes, ce ne sont même pas les dimensions. Les témoignages sont innombrables.

Mais ça, le personnage, la conscience ne l’acceptera jamais. C’est bien pour ça qu’a été écrit un moment résolutoire dans l’illusion du temps et de l’espace. Celui qui est libre de tout cela est Amour et Sagesse, mais n’a plus besoin de se raconter aucune histoire. Et c’est la fin du mythe de la création, de quelque chose qui n’a jamais commencé. C’est exactement superposable à ce qui se produit quand tu rêves, et il fallait que nous ayons oublié que c’était un rêve pour y croire, pour parcourir tous les chemins possibles, pour s’apercevoir qu’il n’y a jamais eu de chemin, qu’il n’y a jamais eu de temps, qu’il n’y a jamais eu d’espace et qu’il n’y a jamais eu de monde.

Tout (Inaudible), mais tout a été, tout est apparu : les univers, les multivers, les dimensions. Tout s’est déployé et tout a disparu dans le même rêve. Et vivre l’Amour, évite de croire à ce fantasme que la création est un acte d’Amour. La création était un acte de séparation de l’Amour. Et le cauchemar, le chaos n’est que la fin de la séparation. Je répète avec force qu’aucune conscience ne peut l’accepter, mais c’est la fin des histoires et des rêves qu’on se raconte. La Demeure de Paix Suprême, la Félicité Éternelle, cet État de Béatitude totale ne laissent aucun doute sur cela. C’est ce qui est vécu.

Il n’y a pas plus d’acte de manifestation d’Amour que d’acte de destruction de l’Amour. Il n’y a eu toujours que l’Amour. Mais l’Amour n’est pas une création. L’Amour est antérieur à la Lumière. L’Amour est antérieur à la conscience. L’Amour est antérieur au rêve de la création. Il n’y a pas plus d’apparition que de disparition. C’est ce que nous avons tenté après l’année 2019, nous avons fait silence, de vous traduire, certes avec des mots, mais qui essayent de décrire l’indescriptible qui ne se vit que dans le Silence. Le premier rêve et le dernier rêve sont conjoints. Mais, aucun rêve n’est vrai en l’Absolu. Ce ne sont que des vérités relatives.

Et ça, c’est le Serment et la Promesse de La Source, le Serment et la Promesse de cette émanation de l’Amour et cette séparation de l’Amour qui a été nommée la création. Mais de l’Absolu, il n’y a jamais eu de création. Il n’y a eu que la Perfection. Et justement, la création vous a donné l’illusion de la perfection, vous a donné à vivre l’illusion de la séparation. C’est tout. La seule façon de le vivre, c’est d’accepter l’Inconnu parce que ça fait tellement peur, parce que depuis la conscience de l’ego, le Néant est vide. Mais le Néant n’est pas vide. Il inclut en lui tous les déploiements du rêve.

Et c’est une expérience réelle, un état réel qui a commencé à être décrit dans le vingtième siècle de tous les côtés. Je crois que Tête de caboche vous a donné d’innombrables noms, en France et ailleurs, des êtres qui vivent cela, réellement et concrètement. Ils disent tous la même chose. Et tant que tu exprimes cette phrase, c’est encore là-aussi une croyance. Parce que si tu te rappelais réellement du vécu de cette première émanation, tu ne pourrais pas dire que la création est apparue par Amour. Je dirais que l’Amour, c’est plutôt de l’ordre de la disparition.

C’est que tu es le Tout et tu ne peux comprendre le Tout que quand tu es Rien ; aucune histoire, aucun corps, aucun temps et aucun espace. Voilà ce que je peux exprimer avec tes mots.

Sœur : Merci.

Mais cette chose ne pouvait pas être révélée et vécue tant que les Temps n’étaient pas accomplis, c’est-à-dire, la fin des temps et la fin du temps. Seul l’immuabilité, seule la perfection du Silence, te restituent à toi-même.

…Silence…

Elisa : Je vais prendre la parole.

Oui, bien sûr.

Elisa : Bon, ce qui se passe, …

Tu as demandé la parole pour faire Silence ?

Elisa : Bien, il n’y a pas de question dans mon chat, à moins que, attendez. On va chercher ailleurs  parce qu’il y a beaucoup de choses dans ces petits appareils.

Sœur : Je peux demander quelque chose ?

Elisa : Mais oui.

Eh, je n’entends rien, il y a quelqu’un qui parle.

Elisa : Moi, je vais te traduire deux fois.

Ah.

Elisa : Te parler en français et en espagnol.

D’accord.

Elisa : Tu viens, tu parles en français et moi, je traduis en espagnol. (S’adressant à cette sœur)

Sœur : Non, c’était juste une question assez courte. Je pense, c’était pour faire suite à la question de l’Amour, sur la compression des rayonnements solaires, les ultra-violets et terrestres. Est-ce que ça pu faire naître aussi des émotions de tristesse, de …

Oui, bien sûr. Bien sûr parce que quand il y a une phase de compression, puis après de décompression, c’est comme si vous pressiez une éponge, l’eau qui est en excès, les émotions sortent. Certains l’on vécu par des douleurs physiques, d’autres par ce que vous nommez des remontées émotionnelles, d’autres par des remontées de souvenirs. C’est toujours une mise à nu, c’est toujours une restitution. Mais tout ça concourt, participe à l’évacuation des dernières, en étant large, programmations de l’humanité, ne laissant plus de place pour, comme nous avons dit : les croyances, les habitudes et le reliquat de souffrances passées.

Sœur : Alors, en ce qui concerne les croyances justement, les vies antérieures …

Attendez. Je n’ai pas entendu. En ce qui concerne les croyances, quoi ?

Sœur : En ce qui concerne les croyances, la multi dimension, les vies passées. Quel est notre rôle en fait, on est censé s’en débarrasser ?

Votre seul rôle, comme à nous tous, est simplement d’être présents. Tout ce qui doit se faire se fera. Tout ce qui ne doit pas se faire, ne se fera pas, quoi que vous en pensiez. Dans l’État Réel, au-delà du rêve, et pourtant dans le rêve, c’est la phrase que j’ai répétée, que Bidi répète sans arrêt : «Tout ce qui doit arriver, arrivera, quoi que tu fasses. Tout ce qui ne doit pas arriver, n’arrivera pas, quoi que tu fasses.» Et c’est valable pour le système solaire, c’est valable pour tous les univers et tous les multivers. Je disais lors des vacances précédentes, que la vraie liberté consiste à vivre et comprendre que vous n’avez aucun libre-arbitre.

À ce moment-là, et seulement à ce moment-là, vous vivez l’État de Grâce, l’État de Complétude Totale, et à ce moment-là seulement, vous vivez la Vérité Absolue. En fait, tant que nous croyons être libres de choisir ou de décider, nous ne sommes jamais libres. La vraie Liberté est d’accepter ce qui est en l’instant et de vivre clairement que l’instant du Temps Présent et du Temps Zéro, de Ici et Maintenant, n’est à aucun moment conditionné par le passé ou un quelconque futur. D’innombrables sœurs, encore une fois, vous l’ont dit, ont traduit ça avec des mots différents, mais c’est le même vécu.

À ce moment-là, vous constatez que la conscience est une maladie, parce que, quand on est en incarnation, on est marqué par le monde la mort et le monde de la mort c’est le monde de la mémoire. C’est un enfermement qui vous empêche d’être vrais et de comprendre ce que nous sommes, au-delà toujours de l’Être et du Non-être. Tu peux trouver, bien sûr, tous les concepts et tous les arguments pour dire l’inverse. Mais ce que je dis là, ou ce qu’on dit d’innombrables frères et sœurs qui vivent Agapè, sera toujours la même chose. Rien de tout cela n’est réel. C’est une illusion, une fantasmagorie, une utopie, une dystopie.

Il n’y a jamais eu personne et quand nous disons ça, les uns et les autres, ce ne sont pas des paroles en l’air. C’est réellement ce qui est vécu. Tant que tu crois être quelqu’un, tu es soumis au monde de la mort, par la naissance et la mort. Mais ce qui naît et meurt n’est pas vrai. C’est juste un point de vue, un point de vue relatif, qui croit encore au rêve. La Perfection est sans dieu, sans diable, sans monde, sans ange et sans maître, parce que tu es tout cela à la fois dans le rêve. Et, encore une fois, cela ne peut pas être accepté. Et paradoxalement, c’est l’acceptation de cela qui te restitue à toi-même.

Sœur : Merci.

Silence…

Autre question ou poursuite du questionnement.

Frère : Oui, suite à ce phénomène, est-il arrivé mardi de la semaine dernière ?

Excuse-moi ?

Frère : Est-il arrivé mardi de la semaine dernière ?

Je n’entends rien.

Autre Frère : Le phénomène dont on parlait tout à l’heure est-il arrivé mardi de la semaine dernière ?

Très précisément c’était quel jour ?

Frère : Je ne sais pas la date précisément, mais …

C’est très précisément le maximum de la pression. La pression était extrême ce jour-là et s’est relâchée. C’est monté progressivement depuis le samedi, dimanche, jusqu’au mardi. Et ça s’est libéré les treize, quatorze juillet. Et ça a été vécu dans la totalité du cosmos et de la création. Mais ces processus de compression, si on peut parler comme ça, et de relâchement, vont se produire à une intensité et à un rythme de plus en plus rapprochés, je dirais jusqu’à ce que nous soyons essorés totalement.

Je ne vous ai pas caché que ça allait secouer de plus en plus, ce que nous avions dit l’année dernière concernant ce qui n’avait pas encore été vécu en disant, vous n’avez rien vu, et comme l’a confirmé Abba aux précédentes vacances, vous n’avez encore rien vu par rapport à maintenant.

Elisa : Je vais poser une question.

Oui bien sûr.

Elisa : Est-ce que le corps physique va pouvoir supporter toutes ces vibrations ? Parce que moi des fois, j’ai cette pression comme si j’avais une tonne sur ma poitrine …

Tout à fait.

Elisa : … Comme si on me serrait avec une ceinture, fort.

Oui tout à fait.

Elisa : Comme si ça allait exploser. Tout ce qui est, comment on dit … ce qui a autour du corps, le ?

Sœur : Le diaphragme.

Elisa : Le diaphragme, voilà. C’est comme si le diaphragme se fermait.

Oui.

Elisa : Est-ce que c’est que ça va exploser ? Mais j’ai l’impression que je vais exploser.

Mais on va tous exploser, dans un grand feu de Joie.

Elisa : Mais…

Une grande explosion. Le Paradis Blanc, c’est le flash galactique.

Elisa : Est-ce que le corps va supporter cela longtemps ?

Mais heureusement que non. Je dirais même qu’aucun corps, même celui des très jeunes, ne peut supporter cela pendant des années, mais ça fait partie de la résolution par le Paradis Blanc.

Elisa : Mais pourquoi il y a des gens qui ne le sentent pas ?

Parce que leur moment n’est pas venu. Parce qu’il y a des gens qui devront tomber, comme vous direz, raides morts, au dernier moment. C’est le mécanisme qui a été expliqué de la stase.

Ça a été dit et redit, à un moment donné, vous ne pourrez plus bouger, vous n’aurez plus aucune perception ni aucun sens, votre corps ne répondra plus, votre conscience ne répondra plus et, à ce moment-là, vous serez en Béatitude.

C’est le Paradis Blanc du flash galactique, et tout ça va se produire en même temps. Et ça se produit maintenant. Ne me dites pas que j’ai donné une date parce que c’est maintenant. C’est aussi bien la pression de Nibiru que vous percevez par les sons dans les oreilles, et la compression du cœur et de la tête dont nous parlons depuis tout à l’heure. Certains vont jusqu’à des troubles du rythme, des palpitations, des tachycardies, mais aussi des infarctus et des arrêts cardiaques.

Je dirais, et ce n’est pas un jeu de mots, personne n’en sortira vivant, mais vous serez vivants. Vous serez en face de vous-mêmes. C’est exactement ce que nous avions annoncé depuis Autres Dimensions, depuis 2009. Et cette préparation, qui dure depuis même le moment initial de la création, et qui a surtout commencé sur cette terre depuis 1984 : la première effusion de l’Esprit Saint qui a eu lieu au milieu du mois d’Août 1984.

C’est le moment collectif et vous vous rapprochez, nous nous rapprochons avec vous, de ce moment. C’est une raison suffisante pour être joyeux totalement, de vivre la Joie sans objet et sans sujet, et d’être disponibles de toutes les façons possibles pour ce qui est là.

Silence…

Elisa : Eh bien ce n’est pas marrant pour le personnage ce qui l’attend !

Qu’est-ce que tu as dit ?

Elisa : Eh bien ce n’est pas marrant pour le personnage ce qui l’attend. D’un côté, les méchants garçons qui nous serrent, d’un autre côté, la pression de tout ça. Le personnage va être complètement grillé.

C’est ce que j’ai dit la semaine dernière, vous allez être dans le dégoût total, et en même temps dans une grande joie quand vous lâchez toutes vos prétentions à être encore ce personnage qui est né et qui meurt. À quoi êtes-vous identifiés ? Regardez le jeu qui se joue dans votre conscience et dans le personnage : c’est un jeu de dupes. Quand tu mourras, qu’est-ce qu’il restera de ton histoire, de ton corps, de tes possessions ou de quoi que ce soit ? Soyez honnêtes pour voir que vous êtes dans le monde de la mort.

La mort est ici, l’enfer est ici, il n’est pas ailleurs, quelle que soit la beauté de la création. Dans quoi placez-vous encore vos espoirs ? Vous n’avez pas besoin d’espoir ni d’espérance, vous avez besoin de lucidité et d’être véritables. Tout le reste, comment dire, vous vous jouez du pipeau à vous-mêmes.

Vous ne savez pas ce qu’est la Liberté. Vous projetez tout cela à travers les mémoires et les expériences, comme nous-mêmes l’avons fait, nous les Melchisédech. Tout cela c’est du rêve, du pipeau. Ainsi est le monde de la mort. Nisargadatta vous l’a répété pendant des années. Bernard de Montréal a préparé tout cela.

Et aujourd’hui vous êtes chacun face à vos résistances, et la résistance est une souffrance. Et la Vérité est une légèreté. Vous n’avez rien à sauver et certainement pas, comme dirait Bidi, ce sac de viande qui est à moitié, je dirais, en putréfaction, surtout avec ce qui se passe sur Terre en ce moment.

Nous avons essayé de vous préparer de toutes les manières possibles, mais ce à quoi vous tenez encore aujourd’hui malheureusement vous tient encore. C’est pour ça que le choc de l’humanité a été décrit par Sri Aurobindo depuis dix ans. Alors, êtes-vous dans le déni, êtes-vous dans la colère, êtes-vous dans la négociation, ou êtes-vous dans l’acceptation ? Vous le voyez vous-mêmes à travers ce que dit votre personnage, que vous n’êtes pas. C’est la même chose pour chacun. C’est ça que vous devez voir.

Vous avez peur de la Liberté, vous avez peur de l’inconnu, et en définitive vous avez peur de l’Amour. Vous revendiquez, nous revendiquons tous l’amour, mais quand l’Amour est là, nous sommes dans une, comment on dit, une frousse (Peur) bleue. Nous sommes terrorisés. Heureusement que nous avons des millions de frères et sœurs incarnés qui vivent la Vérité d’Agapè.

Ça n’a rien à voir avec toutes ces projections sur le personnage, sur l’avenir, ou sur quoi que ce soit. Mais le jeu des questionnements et des réponses vous met face à cela, et à ce moment-là, vous voyez vous-mêmes où vous en êtes. Qu’est-ce que vous mettez au-devant de la Vérité ?

Elisa : Mais si on sent cette pression, c’est parce qu’on a des résistances, vous voulez dire?

Ah non, je n’ai jamais dit ça.

Elisa : Ah bon.

Une éponge ne sait pas si elle existe ou pas, et c’est à peine imagé. Vous allez être lessivés et essorés. C’est la grande lessive. Vous allez être mis à neuf, et nous tous, nous allons être mis à neuf. C’est ça la Grande Joie.

Silence…

Elisa : Oui.

Frère : J’ai une question. Aujourd’hui, être accompagné par des Êtres de Lumière, est-ce que cela a encore du sens ?

Aucun.

Elisa : Qu’est-ce que tu as demandé ?

(Le frère répète la question).

Ça n’a aucun sens. C’est pour ça que les Archanges n’interviennent plus, parce que c’est encore vous projeter dans des histoires. C’est ce que disait Bernard, et ce que nous vivons nous aussi Melchisédech maintenant.

Le mondes spirituel, dont nous avons fait partie, nous aussi Anciens, est un monde de prédation. Même si cela vous apporte de la lumière, même si cela vous apporte de la joie, même s’il y a eu une utilité indiscutable, aujourd’hui tout cela est un poids, parce que l’autonomie, la Liberté et la Vérité sont uniquement quand il n’y a personne.

Chacun de nous est l’autorité sur soi-même, chacun de nous doit découvrir l’autonomie totale. Il n’y a aucune autorité au-dessus de nous, ni maître de lumière, ni ange ni archange, ni dieu ni diable, ni conscience. Tout cela appartient aux mondes de la mort, aux mondes des mémoires, aux mondes de l’histoire, et tous ceux qui vivent la Vérité sont dans l’humilité, la simplicité par rapport à tout cela.

Vous ne pouvez pas être en même temps autonomes et libres, et encore vous soumettre à une quelconque lumière !

Vous êtes la Lumière des Mondes, vous êtes la Lumière de la Création, mais vous êtes avant tout l’Incréé, et vous êtes avant tout le Tout et le Rien. Vous êtes l’Amour, c’est tout. Nous sommes tous cela. C’est ça la véritable Intelligence. Alors que vous la nommiez l’Intelligence du Réel, l’Intelligence de la Lumière, c’était encore quelque chose qui était perçu comme quelque part extérieur. Mais ce n’est que nous-mêmes. Il n’y a jamais eu personne et c’est ça la grande Liberté.

Silence…

Sœur : Alors, c’est un témoignage.

Alors approche un peu qu’on entende aussi, pas pour moi seulement, mais qu’on entende aussi dans l’appareil, là.

Sœur : Alors c’est un témoignage.

D’accord. Laisse traduire à chaque phrase Elisa, sans ça elle va perdre le fil.

Sœur : En juillet 2018, une nuit, je me suis réveillée comme parfois, juste avant que mes pieds ne brûlent et tout le reste. Donc j’accueille, en principe je laisse passer, et je me suis mise en position d’unité. J’étais très, très bien, et d’un coup, ça a décroché, et je me suis retrouvée dans le noir. Et là ça a été comme si … Voilà, un décrochage en fait, un décrochage. Et je me suis retrouvée, je n’avais pas de corps, il y avait beaucoup de joie, de légèreté, beaucoup d’amour, il y avait vraiment tout. J’avais l’impression qu’il y avait vraiment tout, et puis rien parce que c’est noir.

Sœur : Je me demande …, voilà, je ne sais pas, et à un moment donné je suis revenue et j’ai dit : «Non, oh non. Encore !». J’aurais aimé rester encore un peu plus, alors je ne sais pas combien de temps je suis restée mais c’était fantastique. Et depuis, dans ce laps de temps qui s’est écoulé jusqu’à maintenant, j’ai vraiment l’impression de m’être libérée de ma dualité, et du coup de la dualité de ce monde. Et je me demande si mon corps n’a pas réagi aussi par rapport à ce qui s’est passé, parce que j’ai fait un gros kyste …

Elisa : Un ?

Sœur : Un gros kyste.

Un gros ?

Sœur : Un gros kyste derrière le foie. Pour moi, c’était vraiment mes colères, ma dualité, mes mémoires, tout ce que j’avais à libérer quoi. J’ai l’impression maintenant, alors j’ai fait les examens, et j’ai l’impression maintenant qu’il n’est plus là. Il faisait dix centimètres. Alors s’il est encore là, et bien il est là. S’il n’est plus là, il n’est plus là. Voilà. Donc voilà. Et je me sens entière maintenant.

Tu ne fais que confirmer ce que vivent des millions de frères et sœurs. Quand tu vis ça, même si ça t’a semblé maintenant s’éloigner, tu sais qui tu es.

Sœur : Oui.

Tu sais que tu es cette absence de forme, tu sais que tu es cette pure Joie, et il n’y a plus de place là-dedans pour la souffrance ou aussi les souffrances du corps. Il n’y a plus de place pour le doute.

Sœur : C’est ça.

Il n’y a plus de place pour les interrogations autres que les interrogations quotidiennes. Et je ne peux que vous souhaiter à chacun de vivre cela au plus vite, parce que vous ne pourrez plus être affectés par le monde de la mort ou par ce qui est en train de se dérouler dans le chaos. C’est ça se retrouver. Il n’y a pas de forme, il n’y a pas de lumière, vous êtes le rien, et vous êtes le tout.

Elisa : Oui.

Sœur : Et deuxième témoignage. Je confirme ce qui s’est passé mardi dernier, je n’ai pas pu parler, je n’avais plus de voix. Le lundi soir, plus de voix. Mardi plus rien. Le mercredi un peu, et là je me suis dit «Il faut que tu fermes ta bouche». Donc je n’ai pas travaillé, je suis restée tranquille et voilà.

Est-ce que tu peux confirmer que tu t’es reconnue à ce moment-là ?

Sœur : Oui bien sûr. Parfois, on parle un peu trop. On a tendance à parler un peu trop alors que ce n’est pas nécessaire. Et ça, c’est mon personnage qui revient.

Le personnage est toujours là jusqu’à la fin de son souffle, mais plus rien n’est jamais pareil.

Silence…

Frère : Moi j’ai un témoignage à faire aussi.

Alors on t’écoute.

Frère : J’ai envie de lui dire «Qui parle ?». Et en 2012 …

Elisa : Attends, il faut que je traduise Jean.

Frère : Ça y est, je continue ?

Elisa : Oui.

Frère : En 2012, pendant une semaine, dix jours, le matin au réveil, je n’étais plus endormi mais je n’étais pas vraiment réveillé, j’ai vu mon mental se mettre en route. Et quand on voit son mental se mettre en route, c’est du n’importe quoi. Il prend un mot, il en rajoute un autre qui n’a rien à voir avec le premier, etc … etc …, et puis ça s’écoule de plus en plus vite et à partir de ce moment-là, j’en avais parlé à Bidi en 2012, et à partir de ce moment-là, ça y est, le mental, il ne peut plus nous enquiquiner. On a vu comment il se met en route, on a vu comment il fonctionne, et on a complètement compris que ce n’était pas nous. Voilà, je voulais témoigner de cela.

Je te remercie.

Silence…

Le Grand Silence. La Grande Paix.

Silence…

Vous commencez peut-être à être fatigués de me voir, non ?

(À Elisa) Comment ?

Elisa : J’ai traduit, je traduis. Je n’ai pas de question pour l’instant OMA.

Quelqu’un d’autre dans cette salle a t’il une question ?

Silence…

Elisa : Il va être huit heures et demi.

Alors je vous propose pour les quelques minutes simplement d’être là, de ne rien attendre, de ne rien demander, de ne rien espérer, de ne rien projeter, mais simplement d’être là. Ce sera en quelque sorte notre façon de communier ce soir. Dans le Grand Silence et dans la Grande Paix.

Alors nous y allons, nous ne bougeons pas.

Silence…

Eh bien je vais vous remercier de ce moment de communion silencieuse, de ce moment de paix, et je vous dis comme d’habitude…

Frère : À bientôt.

À bientôt.

Frère : À bientôt Pépère.

Frères et Sœurs ensemble : Au revoir.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2021 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable