Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

O.M. Aïvanhov

Samedi 20 Juin 2020

Eh bien chers amis, je me fais une grande joie, comme toujours, de vous retrouver.

Je vous transmets tout d’abord toutes mes bénédictions, tout mon Amour.

Alors aujourd’hui, je n’ai pas demandé de questions, parce qu’en fait, aujourd’hui, toutes les questions que vous pouvez vous poser sur vous, sur l’autre, sur la société, sur quelque événement ou quelque structure ou pensée, liées au passé, liées à l’avenir et liées à une forme de dissonance par rapport au présent, ne peuvent que vous éloigner de la Vérité que vous êtes.

Autrement dit, il ne sert à rien de parler aujourd’hui des signes astronomiques. Les mois précédents, nous avions parlé des comètes. Il y en a d’autres qui vont arriver, même si cette comète du mois de Mai n’a pas eu la visibilité escomptée, mais le stock de comètes est vraiment important.

Au niveau de la société bien sûr, on ne va pas reparler de vos virus, des ondes émises par les appareillages, ni même de ce qui est en train de se passer au niveau d’une certaine forme de programmation de la société et de l’Humanité dans son entier parce que, comme vous le savez, tout est écrit.

Non, ce qui va nous intéresser beaucoup plus aujourd’hui, c’est les mécanismes ultimes, je dirais, de la conscience, qui vous permettent aujourd’hui, dans les circonstances de votre vie et les circonstances de ce monde, en l’espace je dirais d’un claquement de doigts, de vivre Agapè et de ne plus être perturbés, de ne plus être dérangés, ne plus être déséquilibrés par la moindre question vous concernant, concernant demain ou concernant même ce monde et cette société.

Plus que jamais aujourd’hui, dès l’instant où vous cessez, dans tous les sens du terme, de regarder à l’extérieur, et quand je dis à l’extérieur, ce n’est pas seulement ce qui se passe sur la scène de théâtre de Guignol, mais aussi chez vous, en vous, dans vos relations, avec vos pensées, avec les frères et les sœurs, avec les maris, les femmes, les enfants, l’important est de retrouver, vous le savez, ce temps zéro, l’instant présent, le moment présent, appelez ça comme vous voulez, Agapè, si vous voulez.

Mais pour cela, il vous faut arrêter de voir dans tous les sens du terme ce qu’il se déroule dehors, afin d’orienter votre attention, votre intention, votre éthique et votre intégrité vers la Vérité que vous êtes.

Et rappelez-vous, il ne peut pas y avoir de recherche. C’est en fait, aujourd’hui, une capitulation totale que vous demande l’Intelligence de la Lumière par rapport à vos revendications, et j’appelle ce mot revendication, mais ça peut être aussi bien un désir sexuel, un désir financier, un désir de divorce, ou de n’importe quoi.

Nous avons insisté pendant des années sur la co-création consciente, sur le masculin sacré, le féminin sacré, l’androgyne primordial, la co-création consciente.

Aujourd’hui, plus que jamais, les circonstances de votre vie individuellement, mais aussi de votre famille, de votre quartier, de votre région, de votre pays, de votre continent, vont déployer un certain nombre d’événements de plus en plus percutants dans tous les sens du terme, non pas pour vous faire souffrir, non pas pour vous faire interroger, mais pour vous rendre à votre paix et à votre silence, qui sont ce que vous êtes quand vous êtes Agapè.

Je crois que Bidi employait l’expression de divine indifférence. Cette divine indifférence, vue de l’ego bien sûr, ou vue de la personne ou de l’âme, est détestable, mais du point de vue de la Vérité est exactement le résultat du vécu de la Vérité et d’Agapè. Vous ne pouvez être que dans une indifférence totale dans ce que a à traverser votre corps, votre vie, votre famille, votre quartier, je l’ai dit, et l’Humanité entière. Il n’y a qu’une seule clef, le Silence et la paix intérieure, qui vous permette réellement, et c’est à vous, là aussi, encore une fois, de le vérifier, et instantanément, de traverser absolument tout ce qui encombre et ce qui résiste dans l’éclairage de la Vérité.

Vous voyez bien ce qui se déroule au niveau de la société, où que vous tourniez vos yeux, que ce soit au niveau social, au niveau médical, au niveau politique, et je dirais au niveau affectif, global de l’Humanité, que tout est en train, effectivement, d’aller vers un chaos que nous vous avions annoncé depuis bien longtemps, qui a été nommé le choc de l’Humanité.

J’avais dit voilà deux mois, je crois deux mois et demi, que, en fait, le film était écrit, que vous pouviez simplement avancer, arrêter ou reculer la bande du film vidéo sur un écran super huit, mais vous ne pouvez pas changer le contenu de la bande.

Aujourd’hui, plus que jamais, quel que soit votre état de santé, quel que soit votre ressentiment, quelle que soit votre joie, quelle que soit votre souffrance, quelle que soit votre peine, et je sais que Abba et beaucoup parmi vous avez vécu, voilà deux, trois mois, quatre mois, des éclairages sur le côté caché de ce monde entretenu par les guignols, vous avez vu la vérité, quelles que soient ses horreurs, la vérité de ce monde.

Mais aujourd’hui, vous n’avez même plus besoin de voir quelque vérité de ce monde, parce que tout cela est un rêve, et vous avez une seule façon de vous réveiller de ce cauchemar, c’est d’arrêter de rêver.

La conscience, vous ne pouvez pas, même avec la vibration, des montées vibratoires, et même si vous avez les trois couronnes actives, si vous sentez l’onde de vie, l’onde de l’éther, le chant de l’âme, le chant de l’Esprit, même si vous avez l’antahkarana et le lemniscate sacré qui sont actifs, si vous ne voulez pas vous détourner de l’illusion de ce rêve, comme de toute création, vous n’êtes pas totalement libres.

C’est-à-dire que, ce qui vous est proposé par l’Intelligence de la Lumière, même si dans un premier temps, pour nombre d’entre vous, pourrait s’appeler un cauchemar ou du désespoir, mais ce cauchemar et ce désespoir débouchent immanquablement, pour toutes les âmes de la Terre et instantanément, sur la Vérité, la Joie, dès l’instant où vous acceptez réellement de faire le Silence.

Il n’est pas question de méditer, il n’est pas question de monter en vibration. Là aussi, au-delà de tout ça, bien sûr qui est utile pour être en bonne santé et tout ce que vous voulez au sein du rêve, c’est nécessaire, mais la seule chose nécessaire pour découvrir la Vérité si vous ne la vivez pas encore, c’est effectivement ce qui avait été employé voilà trois ans, quatre ans, par Osho entre autres, sur la fainéantise et sur le rester tranquille.

Le rester tranquille ne veut pas dire rester assis et ne rien faire, quoique, vous pourriez le faire. Certains ont des hobbies, certains travaillent, certains ont des enfants, certains ont des choses à faire, à accomplir, mais je parle de votre posture dans votre tête et dans vos affects, dans vos émotions.

Ça veut dire que moins vous serez tentés de réagir ou de faire, par rapport à ce que vous ressentez, à ce que vous voyez, à ce que vous éprouvez, plus vous serez aptes à vivre l’indicible beauté de la Vérité de l’Amour, c’est-à-dire d’Agapè.

Mais tant que vous serez entraînés par un besoin de justification, et je précise, que ce soit par rapport à vous-mêmes, par rapport à votre mari ou à votre femme, ou votre compagnon ou votre compagne, par rapport à des enfants, par rapport à la société, par rapport à la légalité, par rapport à tout ce qui fait l’agencement de la société, vous devez laisser être ce qui est, qui je vous le rappelle, a été écrit. Et là, instantanément, dès que vous cessez de revendiquer quoi que ce soit, ça a été expliqué longuement par Abba, le principe de l’acceptation et de l’accueil.

Accepter l’inacceptable, ce n’est pas se mettre la tête dans le trou, c’est ouvrir grand son cœur pour réabsorber, comme vous l’aviez fait pour beaucoup d’entre vous voilà quelques années, avec la réabsorption des essences, la réabsorption des démons, la réabsorption de la création.

Il vous reste maintenant à laisser être absorbé ce qu’il peut rester, non pas d’habitudes, mais d’histoires personnelles, de mémoires personnelles, simplement de votre signe astrologique par exemple, aujourd’hui selon quel signe et quel ascendant que vous êtes, vous êtes régis par des forces, par des aspects que vous pouvez éclairer bien sûr, mais qui font partie de vos constituants éphémères, bien sûr.

Vous savez, il y a déjà trois mois, nous avons parlé de virus en tant que particules astrales d’élimination d’émotions. Il en est de même sur la scène de théâtre de votre intimité pour chacun de vous et c’est un processus qui là est universel, c’est-à-dire qui touche l’ensemble de l’Humanité.

Voilà très, très longtemps, nous avions expliqué que les radiations de la Lumière, la radiation de l’ultra-violet, la radiation solaire, le rayonnement de l’Esprit Saint, ou si vous préférez, le rayonnement primaire de Sirius, et les rayonnements émis par tout corps vivant sur cette planète, mais aussi par vos technologies quelles qu’elles soient, ne sont pas là pour être opposés, pour vous opposer ou pour vous battre, mais pour être, là aussi, traversés.

Donc là, il n’est plus temps de révéler les diverses vérités qui vous ont été assenées par vos médias partout ainsi que tous les mensonges que vous avez pu voir autour de vous, mais aussi en vous. Il n’est plus temps de pardonner ou de monter en vibration par rapport à cela.

Il est temps d’être et de vérifier par vous-mêmes cette divine indifférence, qui va vous rapprocher et vous installer entre les quatre piliers du cœur, c’est-à-dire l’intention, l’attention, l’éthique, l’intégrité, la voix de l’enfance, va vous mettre instantanément dans ce Feu de l’Amour, dans ce Feu Igné, ce Feu de l’Esprit Saint, que nous avions expliqué voilà de nombreuses années.

Alors il n’est pas question de revenir sur les structures des étoiles, des portes, même si j’ai évoqué l’androgyne primordial, le lemniscate sacré et tout ça. Aujourd’hui vous savez très bien que vous n’avez que faire de tout ça. Il y a une seule posture et un seul état qui vous libère totalement. C’est d’être dans le silence et la paix, et aussi, même si vous vivez dans la nature, bien évidemment c’est beaucoup plus agréable que de vivre dans des immeubles n’est-ce-pas, surtout en ce moment, mais tout ça c’était annoncé par les prophéties.

Vous êtes exactement à votre très bonne place, et c’est à votre place, dans votre vie, avec votre portefeuille vide ou plein, en solitaire ou dans le grand amour, qu’il vous appartient de faire ce point final, cet acquiescement final. Ce n’est plus seulement le Oui comme disait Abba, mais c’est l’acceptation totale que tout ce que vous avez vécu, que tous vos ressentiments, que toutes vos joies, que tous vos affects, que vos ultimes habitudes, l’habitude d’être dans une forme, d’être une personne, la seule façon, c’est de découvrir qu’il n’y a personne.

Et que tout ce qui vous a servi à exprimer la création, la forme, la conscience, l’énergie, les quatre éléments et l’éther, tout cela appartient au même rêve, et tout ce rêve ne peut se terminer, comme nous l’avons dit, que sur la Terre par un cauchemar général. Le cauchemar n’est pas fait pour vous faire peur, il est fait pour vous faire dépasser vos dernières illusions.

Lesquelles ? Celles de vous croire une forme, celles de vous croire vous appeler par tel prénom et tel nom, d’être nés tel jour, d’avoir tel âge, de participer à votre vie affective, à votre vie sociale ou sociétale, ou professionnelle, et de réaliser, concrètement, que tout cela n’est que du vent, qui vous a détournés de qui vous êtes.

Ça a été répété par tous les grands mystiques en Orient, en Occident et ailleurs. Mais aujourd’hui c’est universel, c’est toute l’Humanité qui doit réaliser que tout ceci, et ce que vous nommez la 5G, le nouvel ordre mondial, votre corps, votre amour, votre enfant, font partie de votre rêve, et que tout ça n’a aucune substance, et surtout aucune permanence.

Et je le répète une dernière fois, vous pouvez le vivre instantanément.

Vous avez eu les peuples de la nature, vous avez eu, pour certains d’entre vous, la rencontre avec les mères généticiennes, avec les cétacés, les premiers et derniers chants de la création, vous avez eu d’innombrables expériences, ou peut-être, vous n’en avez pas eu beaucoup.

Mais peu importe. Aujourd’hui, aucune expérience passée, aucune expérience présente ou projetée ne peut vous servir d’alibi ou de sauf-conduit. Le seul sauf-conduit, c’est votre cœur, c’est la Vérité d’Agapè, poussant jusqu’à l’extrême, je dirais, les paroles du Christ : Celui qui voudra sauver sa vie la perdra. Mais bien sûr, il retrouvera de la même façon son éternité.

Mais avoir le sentiment de perdre sa vie peut être très douloureux, alors que le sentiment d’émerger du rêve ou du cauchemar vous met en Agapè. À vous de décider.

Pendant des années, je vous ai dit : la peur ou l’Amour. Après, Bidi a dit : l’Amour ou la souffrance. Moi, je vous dis : l’Amour ou… l’Amour. Vous n’avez aucun autre choix, vous n’avez rien à espérer, vous n’avez rien à redouter, vous n’avez rien à croire, vous n’avez rien à préparer.

Selon la disponibilité de votre vie, prenez le temps, pas pour faire quelque chose, mais pour laisser être ce qui est, et ce qui est, ce n’est pas uniquement l’instant présent, c’est vous, avant tout.

Découvrir la Vérité, c’est laisser partir le cauchemar, c’est laisser s’éteindre la souffrance et les joies. C’est laisser s’éteindre l’idée même d’être une personne. Gardez ça pour votre travail, si vous en avez un, si vous travaillez, mais pour ce que vous êtes, vous n’avez besoin ni de travail, ni de sexe, ni de l’autre, ni de Marie, ni de société, ni de mondes.

Et tout est fait par labourage de l’Intelligence de la Lumière, qui vient vous percuter de toutes les façons possibles, au niveau du corps, au niveau des pensées, au niveau même de ce qui se déroule dans votre vie, mais aussi dans le pays où vous êtes, ou la région où vous êtes, ou dans le quartier même où vous êtes, et tout cela n’est là que pour vous faire sortir du cauchemar.

Oui, c’est un cauchemar de se croire quelqu’un. Oui, c’est un cauchemar de se croire devoir améliorer quelque chose, ça c’est bon pour la personne, c’est bon pour la santé, c’est bon pour la vibration, c’est bon pour l’illusion spirituelle, mais aujourd’hui, ça vous éloigne de la Vérité.

Ayez confiance en l’articulation de l’Intelligence de la Lumière, non plus en tant que lumière brute, mais en tant que Intelligence pure, qui va suppléer et supprimer votre intelligence personnelle. Vous n’en avez plus besoin. Plus vous êtes à l’écoute de ce qui est, même si vous ne le connaissez pas encore, plus ce qui est ne peut qu’émerger.

Les prémisses, et vous êtes nombreux, de plus en plus nombreux à le vivre sur la Terre, ce sont des moments comme de déconnexion, pas nécessairement de fatigue, ou comme vous aviez avec les montées vibratoires, mais un moment vous percevez, que vous soyez en train de vous reposer, de laver le sol ou d’étudier des cours de ce que vous voulez, il y a comme un silence et une qualité de paix, de temps zéro, qui émerge au sein de votre cauchemar, de votre pseudo individualité, et qui, petit à petit, effectivement, vous fait prendre conscience que rien de ce monde, ni amour, ni enfants, ni demain, ni quoi que ce soit, ne peut approcher.

Après, bien sûr, ce n’est pas toujours stable, ça fluctue, mais ces moments de paix, comme un silence très vaste, qui vous touche à certains moments, que cela soit une minute, que cela soit plusieurs heures, vous allez découvrir si ce n’est déjà fait, que là est l’unique Vérité, et que toute cette agitation, toutes ces histoires de ce monde, tout le scénario qu’essaient de mettre en place les guignols, bien sûr a été écrit. Mais vous devez boire la coupe jusqu’à la lie.

Donc bien évidemment comme je l’ai dit l’année dernière, le mois dernier, pardon, ma dernière intervention, une multitude d’événements surviennent, dans votre vie, dans votre région, de partout, dans la nature, mais aussi au niveau de la société, du cosmos, du ciel et de la terre, il n’y aura plus une minute de répit à l’extérieur. Le seul répit sera dans cette paix, ce silence particulier, qui vous réjouira vraiment et qui mettra fin, réellement, à cette illusion.

Mais pas seulement de la troisième dimension, mais aussi de toute la création qui n’était qu’un rêve. Vous êtes antérieurs à la création et vous êtes cet état de paix et de silence, où plus rien n’effleure, et qui survient dans vos moments ordinaires, avec plus ou moins d’importance, je l’ai dit, en durée, en intensité, mais qui va, au fur et à mesure des jours, dès demain, s’amplifier de façon démesurée.

À un moment donné, et je dirais encore dans ces temps très réduits, chacun à votre rythme, mais en l’espace, je parle ici de jours, voire de quelques semaines, vous serez capables tous de faire la différence, parce que vous l’aurez vécu, entre ce qu’est la vraie paix et le silence, et ce que sont les illusions de la conscience, et toutes ces bêtises de rêveries de nouvelle race racine ou de je ne sais quoi, qui étaient pourtant importantes à vous présenter en tant que structures préparatoires, pour arriver où vous êtes aujourd’hui, c’est-à-dire aux portes du chaos, mais aussi aux portes de la Vérité ultime.

Vous avez toujours été là, l’univers est apparu, l’univers disparaîtra, les multivers de la même façon, mais vous, vous serez toujours là.

Et il y aura donc une espèce, si ce n’est déjà fait, mais je parle surtout pour ceux qui découvrent aujourd’hui ces états particuliers de la conscience, que je n’ai même plus envie de nommer supra conscience ou supra mental, vous allez découvrir ces moments, et vous allez goûter ces moments de paix et de silence, avec de plus en plus de facilité.

Mais aussi, avec l’évidence que cela est votre état naturel et qui ne dépend pas de votre personnage, qui ne dépend pas de votre corps, de votre mari, de votre femme et, comme je l’ai dit, de votre portefeuille, mais seulement de l’acceptation, non plus de ce monde et de ses horreurs, mais de l’acceptation de la Vérité.

Ne cherchez pas où est la Vérité, ne vous posez pas ce genre de questions, vous êtes la Vérité.

Alors bien sûr, je crois que Abba, déjà depuis deux ans, vous avait donné un certain nombre de gestes à faire avec les mains entourant le cœur. Il avait aussi dévoilé l’ultime clef de l’Impersonnel, c’est-à-dire la prononciation de votre nom de famille de naissance et de votre prénom, mais tout ça aujourd’hui je dirais est dépassé. Vous n’avez vraiment besoin de rien. Acceptez de n’être rien et observez la Paix, le Silence et Agapè qui sont là.

Goûtez, au fur et à mesure que cela se déploie, à cette Vérité ultime qui elle ne passera jamais.

Et petit à petit, ou plus brutalement pour d’autres, vous allez passer encore de vos ultimes habitudes d’être dans une forme, de se croire issus d’une éducation, ou d’un porte-monnaie ou d’un affect, pour découvrir que rien de tout ça, réellement et concrètement, ne pourra plus vous affecter.

D’ailleurs je sais que parmi vous beaucoup attendaient, au mois de mai, comme je l’ai dit, quelque chose de spectaculaire. Il y aura bien évidemment cette chose spectaculaire, je vous l’ai dit que, comme tous les ans, il y a toujours des dates qui sont plus prédisposées je dirais, de manière cyclique, pour l’émergence de certains événements collectifs, je dirais, au niveau de l’ensemble de la création.

Vous rentrez, à nouveau en ces jours, mais aussi, je dirais, jusqu’à la fin de cette année, et pas plus loin, dans quelque chose qui va prendre de plus en plus d’importance. Le chaos va grandir, mais la paix va grandir aussi en vous, si vous la reconnaissez et si vous l’acceptez.

Acceptez la Vérité et vous traverserez tout ce qui arrive et vous demeurerez véridiques, et vous découvrirez que vous avez toujours été là, et que ce personnage qui vous sert de forme, avec son histoire, ses influences astrologiques, astrales, mémorielles, mais aussi physiologiques, fonctionnelles, est d’un ridicule sans nom par rapport à ce que vous êtes.

Vous n’avez pas, nous l’avons dit suffisamment, vous n’avez pas besoin de visions, vous n’avez pas besoin de vibrations, ça, ce sont des marchands du temple aujourd’hui, qui veulent vous faire croire que vous devez monter en vibration, ou voir certaines choses, ou rencontrer tel archange ou encore telle baleine aujourd’hui.

Vous avez besoin d’être véridiques, et bien évidemment, vous pouvez être véridiques avec la même intensité dans le drame passionnel ou le deuil le plus important, qu’avec les chants de la baleine. C’est exactement la même chose, il est question de vous réveiller, de sortir du cauchemar, non pas en le fuyant, mais aujourd’hui, acceptez la Vérité.

Ne vous posez pas la question de savoir ce qu’est cette Vérité, absolue dirait Anaël, ce n’est pas une vérité relative, elle est commune à toute conscience, depuis l’atome, depuis les particules élémentaires, jusqu’aux super-univers. Et c’est la même force, et c’est le même état, quel que soit le niveau dimensionnel, quel que soit le niveau vibratoire.

Mais aujourd’hui, soyez en une forme de vigilance intérieure. Repérez ces moments, comme je l’ai dit, où vous sentez cette paix et ce silence, ne vous posez pas de questions. Peut-être que vous pourrez continuer à faire ce que vous êtes en train de faire, mais vous ne serez plus absorbés dans la tâche, ou dans la joie, par exemple si vous faites l’amour, mais vous constaterez qu’il y a une paix et un silence, qui n’ont rien à voir avec une souffrance, qui n’ont rien à voir avec un orgasme, mais c’est quelque chose que vous ne pouvez que reconnaître comme Agapè.

D’ailleurs, ça fait partie d’Agapè. Abba vous a largement expliqué durant l’année écoulée les relations entre Agapè, la Joie, le Silence, et toutes ces choses-là.

Aujourd’hui, ce qui est à traverser, c’est le cauchemar, mais le cauchemar n’est pas véridique, vous le savez quand vous vous réveillez. Mais quand vous n’êtes pas réveillés, vous être pris par le cauchemar. Or dans un cauchemar, il y a une seule clef, le Silence, et là aussi, l’acceptation, mais l’acceptation non pas seulement du cauchemar, mais que vous êtes la Vérité.

Ne vous posez pas la question de définir la Vérité. Vous êtes la Voie, la Vérité et la Vie, vous êtes Agapè, vous êtes « je suis Un », mais au-delà de toute dénomination, au-delà de toute perception, il vous appartient d’observer ces moments, qu’ils soient fugaces ou très intenses, vous allez vous reconnaître. Et vous ne pourrez plus être rattrapés, si je peux dire, par le cauchemar, ou par le rêve, quel qu’il soit.

Vous serez disponibles de plus en plus, et plus le chaos va grandir, quand je dis le chaos, cette fois-ci ce n’est pas le cas seulement du chaos de la société, ce n’est pas le chaos lié aux éléments, mais c’est aussi le chaos de votre personnage, de vos derniers espoirs ou de vos dernières velléités, d’amélioration ou de transformation.

Ça c’était une autre époque, c’était les noces célestes, c’était l’époque où il fallait impulser le scénario final.

Le scénario final, vous le voyez sous vos yeux tous les jours, où que vous regardiez, et le spectacle, dans cette dernière scène, va aller bien évidemment vers une amplification extraordinaire de absolument tout. Et à travers cette tempête, à travers ce chaos, vous serez le roc immobile, et vous serez dans cette Joie.

Et vous ne pourrez que le constater, au fur et à mesure que vous lâchez les dernières prétentions comme je disais, à quoi que ce soit vis-à-vis de ce monde, de votre corps, de votre mari, de votre enfant, ce qui ne veut pas dire ne pas s’en occuper, n’est-ce-pas, mais si vous le faites avec relâchement, avec indifférence, vous serez en paix.

Et vous constaterez aussi que vous êtes encore plus efficaces pour vivre cette paix, mais aussi pour vivre votre propre scène de théâtre, qu’elle soit joyeuse ou cauchemardesque. Vous serez dans le même sourire intérieur, dans cette paix et ce silence que rien ne peut qualifier, mais que vous ne pouvez que reconnaître.

C’est comme Agapè, vous pouvez en faire un concept, vous pouvez en faire des poésies, mais si vous ne le vivez pas, ça ne sert à rien, même si vous en connaissez la définition la plus parfaite.

Pour cette paix et ce silence dont je parle, pour cet état de vacuité du temps zéro qui émerge encore plus au sein de l’éphémère, laissez l’Intelligence de la Lumière – je vous rappelle que c’est vous aussi – et peaufinez l’éclairage de ce qui reste à éclairer. Et ne regimbez pas, soyez en paix.

Ne cherchez pas la paix. Avant de mettre une réaction quelle qu’elle soit, ou une émotion, par exemple, vous apprenez que votre mari ou votre femme vous quitte, il y a la tristesse qui est là, bien sûr, c’est normal, ou si un proche meurt, vous allez sentir ces émotions habituelles du deuil. Mais si vous arrivez à rester, ne serait-ce que deux minutes, « je suis la Vérité, je suis la Paix », ce n’est pas la peine de répéter pour en faire un mantra, mais vous vous recentrez instantanément au Cœur du Cœur, vous n’avez même plus besoin de sentir la couronne.

Bien sûr, vous êtes beaucoup à ressentir les vibrations, vous êtes beaucoup à avoir constaté que les sons dans les oreilles se sont amplifiés de façon démesurée, mais nous n’allons pas parler de tout ça, ça ne sert à rien aujourd’hui, ce sont des symptômes.

Alors bien sûr, nous avions, pour ceux qui sont curieux, expliqué tout ça depuis de très nombreuses années, mais aussi dans les fondements, par exemple, de l’Ayurveda, ou aussi de la médecine énergétique chinoise, mais aujourd’hui il faut aller droit au but. Vous êtes le But.

Ce n’est pas d’acquérir ceci ou cela, ce n’est pas de vous séparer de ceci ou cela, c’est d’être totalement immergés dans ce temps zéro et dans cet instant présent, sans rien demander, sans rien attendre, et vous allez découvrir que vous êtes cette paix immuable, que même si on vous coupait un bras, vous ne ressentirez rien, comme les yogis de l’Inde.

Mais cela ne fait pas de vous un yogi. C’est simplement, comme je l’ai dit, un processus universel et même nous, les Anciens et l’ensemble de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres, vous savez que nous sommes là, au plus proche de vous, nous cachant de moins en moins, mais aussi les forces des méchants garçons, parce que nous allons tous baigner dans l’événement, et nous allons tous nous réveiller à un moment donné qui est en train de se dérouler.

Alors, je ne peux pas vous dire que c’est au mois de juin, je ne peux pas vous dire que c’est au mois d’octobre, je ne peux pas vous dire que c’est au mois de décembre, parce qu’il vous faut être dans l’instant. Et vous allez remarquer que plus vous laissez être cette paix, ce silence et cette Agapè, plus votre vie va se dérouler, quel que soit son état, avec facilité. Ce qui était dur deviendra facile.

La souffrance que vous aviez, peut-être parce que vous aviez une maladie qui faisait mal, sera supportable. Bien sûr, ce n’est pas thérapeutique. Pour cela je vous envoie au médecin ou à ce que vous faites d’habitude. Moi je parle vraiment du positionnement ultime de la conscience.

Qu’est-ce que vous faites avec votre conscience ? Laissez-la disparaître au profit de la Liberté que vous êtes, qui n’est assujettie à aucune forme, à aucune conscience, à aucun monde, à aucune spiritualité, à aucun dieu, à aucun diable et à aucun maître, parce que nous avons tous, sans aucune exception, été tout ça et qu’aujourd’hui, la loi de Grâce, de l’état de Grâce et de l’action de Grâce, dont nous avions parlé voilà déjà de nombreuses années, durant les interventions de l’Esprit du Soleil ou du Chœur des Anges, ou de Eynolwaden par exemple, aujourd’hui, repérez cette paix et ce silence.

Au début, ils peuvent vous sembler étranges. Par exemple, vous êtes en train de réagir à une situation que vous connaissez, que vous détestez, dans quelque domaine que ce soit, et observez, il y a la paix qui est là et le silence, malgré l’agitation, malgré les émotions et malgré même la peur ou la souffrance, quelle qu’elle soit. Si vous voyez cela, si vous le percevez, ne demandez rien, laissez être cette paix et ce silence, et vous deviendrez Agapè en totalité dans les jours et les semaines qui viennent.

Et rappelez-vous que quand vous êtes dans cet état, c’est votre Présence, votre Amour qui sont agissants, ce ne sont pas vos mots, ce ne sont pas vos discours, c’est votre rayonnement qui touche, bien sûr, de proche en proche, se propageant par les lignes de l’Intelligence de la Lumière, dont nous avions parlé à l’époque à propos des villages Elfiques par exemple, qui vont se manifester à vous.

Si vous avez besoin d’aller dans la nature, de rencontrer les peuples de la nature, si vous avez besoin de rencontrer d’autres frères et sœurs pour non pas parler, non pas pour épiloguer sur ceci ou cela qui va se passer dans le monde, mais pour partager bien plus qu’une bonne nouvelle, mais partager cet état d’Agapè, comme vous l’aviez fait à l’époque dans les bains d’Amour perpétuel, mais de façon beaucoup plus lucide, beaucoup plus persistante. Et je dirais aussi, enfin, beaucoup plus efficace.

À un moment donné, les uns et les autres, et c’est universel, c’est toute l’Humanité, vous en aurez tellement marre de voir le chaos, des éléments, de la société, des frères et sœurs autour de vous, que vous saurez, de manière instinctive, de manière logique aussi, que la seule solution est la paix que vous êtes.

Et toutes les expériences, tous les événements, locaux, généraux, collectifs, dans votre vie, dans votre famille, qui vont vous toucher et qui vous touchent déjà, n’ont que cet objet, vous faire découvrir que la paix est bien plus vaste que la plus grande des souffrances, que la plus grande des difficultés, parce que la souffrance et les difficultés appartiendront toujours à la forme, toujours à l’histoire, mais jamais à ce que vous êtes.

Il est temps aujourd’hui de le découvrir en totalité. Bien sûr, les circonstances de votre lieu de vie, de votre famille, de vos frères et sœurs, de votre pays, du ciel, du climat aussi, vont vous déstabiliser, mais c’est grâce à cette déstabilisation que vous découvrez la paix, et c’est extrêmement rapide, j’insiste beaucoup sur ça.

Quelle que soit l’intensité d’Agapè, de cette paix et du silence, ne vous occupez pas du rayonnement du cœur du cœur ou du trou noir au cœur du cœur, même si vous sentez les couronnes, même si vous sentez l’onde de vie ou si vous sentez le son de l’âme, le nada dans l’oreille gauche qui monte en fréquence, ne vous alarmez pas, ne vous en occupez pas. Demeurez immobiles intérieurement et la paix se fera.

Et je vous le répète, même si c’est quelque chose qui peut vous sembler extrêmement dur au niveau souffrance, pour vous, que ce soit votre corps, vos émotions, votre histoire, que ce soit autour de vous, dans la sphère sociale, ou que ce soit collectif, ne fait pas de différence. Cette paix est accessible à tout le monde.

Et quand vous voyez aujourd’hui le nombre de frères et sœurs qui liquident littéralement leurs mémoires ancestrales et collectives, tout ce que vous appelez les races, tout ça n’existe pas. Mais pour sortir d’une race, il faut bien, pour l’histoire personnelle, comprendre qu’il n’y a pas de races, ayant passé, là aussi, par une résolution qui n’est pas liée à proprement parler au karma, mais bien plus réellement à l’action de Grâce, qui vient laver vos robes, parfois dans le sang, de l’agneau ou d’un autre.

Mais c’est comme ça, vraiment, que vous ne cauchemardez plus, et c’est comme ça, que se vit la divine indifférence de la Paix, du Silence et d’Agapè.

Voilà ce que j’avais à dire aujourd’hui, je ne parlerai d’aucune question que vous auriez pu me poser, je ne parlerai d’aucun événement qui se produise, parce que l’essentiel aujourd’hui, et dès demain, est vraiment ce positionnement intérieur de la conscience, de la personne, ce positionnement intérieur de vos propres émotions, de vos propres souffrances, qui vont vous amener à vivre cette paix et cette divine indifférence.

Et là vous êtes libres. Et vous ne pouvez, à aucun moment, en douter. Comme Agapè, quand vous le vivez, vous le savez.

Bien sûr, tant que vous ne le vivez pas, vous ne pouvez qu’ergoter sur « qu’est-ce que c’est que ce mot, qu’est-ce que c’est encore cet état, qu’est-ce que c’est que ce mouvement ? ».

Il n’y a pas de mouvement, Agapè c’est le Silence, il ne peut pas y avoir de mouvement, ni spirituel ni sociétal, il ne peut y avoir que reconnaissance à travers Agapè, à travers la Paix et à travers ce Silence et cette indifférence.

Vous pourriez être au milieu d’un orchestre, en train de danser, et être en silence intérieur et la paix être là.

C’est cela, je dirais, ce qui est à trouver, mais que vous n’avez pas à chercher et qui est là en vous, vous avez donc à le repérer en vous et à le laisser de plus en plus émerger, si je peux dire, au sein du cauchemar ou au sein du rêve, au sein de vos relations, au sein de vos activités, au sein de vos familles et au sein de l’univers tout entier.

Voilà ce que j’avais à vous dire aujourd’hui, bien sûr, ça appellera, à travers vos expériences à partir de ce jour, demain et le début du mois de juillet, vraisemblablement mon retour aux alentours de la mi-juillet, et n’y voyez pas de relation avec la fête nationale française, bien sûr, ça n’a rien à voir, mais je pense qu’un certain nombre d’éléments auront encore été traversés, beaucoup de choses auront encore été révélées, le chaos s’amplifiera, et comme jamais, à tous les niveaux sur cette Terre, et puis, avec ça, bien sûr c’est les vacances.

Donc je vous dis, bonnes vacances, mais surtout, bonnes vacances de votre personnage, bonnes vacances de l’ego.

Et je vous dis, surtout, Agapè.

Je reviendrai de manière plus circonstanciée donc au 15 juillet, sauf si bien sûr quelque chose de particulier devait se dérouler auparavant, mais a priori, nous vous laissons traverser ces trois semaines dans la divine indifférence, ou dans la colère, c’est vous qui allez voir par vous-mêmes quel est le meilleur positionnement et la meilleure solution, si je peux dire.

Je vous transmets aussi toutes mes bénédictions, tout mon Amour, et je ne veux pas faire plus long, et je ne veux pas parler d’autre chose que de ce mécanisme intime qui se produit aujourd’hui.

Et je vous dis donc, à très bientôt. Portez-vous bien, et surtout, bon Silence et bonne Paix, et Agapè.

À bientôt.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2020 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable