Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3 + Texte PDF

O.M. Aïvanhov

13 Avril 2019

Eh bien chers amis, je suis extrêmement content de vous retrouver après ces quelques semaines de repos que vous venez de prendre.

Je reviens vers vous, je vous transmets toutes mes bénédictions et, si vous le voulez bien, comme la fois dernière, il n’y aura pas de questions. Mais je vais essayer de vous dresser, si je peux dire, une forme de tableau intérieur et extérieur de ce qui se vit. Bien sûr, sans rentrer dans toutes les interrogations que vous pouvez avoir par rapport à tous ces événements qui se produisent, en vous comme à l’extérieur de vous, à l’échelon individuel, sociétal, collectif, planétaire, qui concernent toute la Terre, toute l’humanité et, bien sûr, aussi à ceux qui s’intéressent au ciel, pas seulement sur cette Terre, mais de partout.

Parce qu’il y a une seule réponse par rapport à toutes vos interrogations qui est le dévoilement complet, c’est-à-dire l’éclairage complet de tout ce qui vous était inconnu, masqué, caché, ou non encore vécu ou traversé, et que ceci vous concerne, vous individuellement, dans ce que vous avez à vivre dans cette espèce d’intimité là où vous êtes, mais aussi à l’échelon bien sûr de l’humanité toute entière et je dirais au niveau sociétal. Alors bien sûr tout cela est accompagné, si vous vous intéressez à la scène de théâtre, mais aussi à ce qu’il se passe en vous, par des manifestations élémentaires comme nous avions dit, qui sont de plus en plus intenses et de plus en plus récurrentes.

Je vous rappelle aussi une grande phrase, une grande affirmation que nous vous avions délivrée, les uns et les autres d’ailleurs, depuis de très nombreuses années. A savoir que plus le chaos grandirait, et plus l’éclairage de la Lumière viendrait parfois heurter le cocon de satisfaction personnel dans lequel vous étiez, et vous met, pour ceux qui l’acceptent en tout cas, de plus en plus facilement, au minimum en paix, et au maximum dans cette joie ineffable de l’Agapè, c’est-à dire de vos retrouvailles.

Il n’y a pas de meilleures circonstances que celles que vous traversez, encore une fois, pas seulement en fonction de votre situation familiale, affective, professionnelle, financière, mais tous les secteurs de votre vie individuelle sont nécessairement les plus adaptés, non-pas à votre bien-être, non-pas à la perpétuation du rêve, mais à votre réveil, de toutes les façons possibles. Alors bien évidemment, ce qui se déroule sur la scène de spectacle du monde vous donne à voir bien sûr des éléments, comme je l’ai dit la dernière fois, qui peuvent conforter n’importe quel point de vue.

Si c’est le point de vue des méchants garçons, le plan se déroule à la perfection. Si c’est le point de vue de l’Absolu, le plan se déroule indépendamment de vous. Si c’est le point de vue de celui qui croit être un combattant de Lumière, il va affirmer que ça y est, la victoire est là. Et ainsi de suite, c’est-à-dire que chacun, face, je dirais à la même scène de théâtre, voit exactement, je dirais midi à sa porte.

C’est ainsi, c’est de cette façon la plus juste si je peux dire, que la même scène, comme disait Abba, est à la fois le simulacre et le sacré qui se rejoignent, je dirais dans la même incongruité, dans la même inexistence et dans la même pérennité, c’est-à-dire laisse place de toutes les façons possibles à cette paix que vous êtes en vérité, quand vous n’êtes plus dans cette forme de manifestation, d’extériorisation au sein de ce monde dissocié, mais aussi, c’est valable, je vous le rappelle, pour nous tous au sein de quelque dimension que ce soit.

Alors bien sûr, les antéchrists arrivent, bien sûr la matrice christique est là, ça vous le savez déjà depuis deux ans maintenant, elle est totalement installée et totalement disponible pour chacun dès le moment où vous faites la paix, avec vous-mêmes en premier, avec votre vie, avec ce monde, quel que soit je dirais le spectacle, que ce spectacle vous donne à découvrir les horreurs de ce monde, mais aussi les joies de ce monde en étant avec vous-mêmes, et vous amène à découvrir, peut-être, je dirais des potentiels, des intérêts.

Mais quoi qu’il en soit, ce qu’il se déroule actuellement, vous met très exactement au-delà de la scène de théâtre, en relation et en résonance je l’espère, avec ce que vous êtes en vérité, et tout un chacun, puisqu’il n’y a qu’un, et puisqu’il n’y a personne.

Et c’est une excellente, je dirais, opportunité, mais je dirais aussi par-delà l’opportunité, l’ultime chance de vous remémorer qui vous êtes en vérité afin que cette création, sans même parler de ailleurs que cette Terre, se rende compte réellement de son illusion, de ce jeu de la conscience et vous fasse vivre cette vérité nue et absolue, qui ne dépend ni de votre personnage, ni de la scène de théâtre du monde, ni de votre état d’humeur, ni de vos pensées, ni de vos croyances, mais uniquement je dirais de l’instant présent.

Abba a insisté très longuement, non pas seulement sur la puissance de l’instant présent ou la réalité de l’instant présent, mais que c’était à ce niveau-là que vous pouviez vous rencontrer, je dirais, le plus instantanément possible et le plus directement possible. Et c’est exactement ce que vous vivez à titre individuel qui vous emmène à réaliser, et surtout à conscientiser dans un premier temps, et ensuite à vivre en totalité pour vous retrouver au-delà de toute forme, de toute illusion et de tous les scénarios qui vous sont donnés à voir sur l’écran de ce monde.

Alors bien sûr votre positionnement par rapport à cela va trouver certains échos. Certains parmi vous en profitent pour rester tranquilles, s’occuper de leur jardin, s’occuper de leur maison, s’occuper de leurs enfants, de leurs ventes ou de leur amour, ou de leurs ennemis s’il faut résoudre quelque chose si vous êtes au même endroit.

Mais au-delà de tout ce qui se joue, rappelez-vous que, dès l’instant où vous acceptez d’être traversés par les circonstances, même les plus terribles, de ce qui vous est dévoilé, par rapport à vous-mêmes, par rapport à votre environnement, par rapport à l’humanité, la collectivité humaine dans son entier, que vous avez le plus de chance de découvrir votre vérité ultime qui ne dépend pas de la scène de théâtre et qui, pourtant, dans le chaos de cette société, vous renvoie inexorablement à cette joie.

Et nous vous avions toujours dit que plus le chaos grandirait, plus votre joie et la découverte de vous seraient facilitées. C’est exactement comme cela. Alors bien sûr que vous vous posiez des questions, j’en avais parlé déjà, on m’avait posé la question, je crois au Pérou, concernant cette espèce de quarantaine, je ne sais plus comment vous le nommez exactement. Alors peu importe que cela obéisse en vérité à un agenda que vous pourriez appeler occulte ou satanique, mais il sert la Lumière, parce qu’il vous permet de vous désincruster de l’illusion de devoir gagner quelque chose en ce monde, puisque vous êtes la Voie, la Vérité et la Vie.

Et tout est fait dans la société pour vous éviter de vous interroger sur cela. Et aujourd’hui, dans ces circonstances particulières, où que vous soyez à la surface de ce monde, vous êtes effectivement à votre manière, personnelle, de vivre cette vérité. Alors bien sûr, dans cette découverte, ça passe bien évidemment à titre individuel et, vous le savez, ça a été expliqué il y a de très nombreuses années, par une succession de chocs qui n’est pas en vérité le choc de l’humanité pour l’instant, mais qui concourt, je dirais, à rétablir de manière formelle, en un avenir extrêmement proche puisqu’il peut être d’une minute à l’autre.

Il avait toujours été dit que l’ensemble des circonstances, des événements prophétiques, annoncés, redoutés, dont nous avons parlé pendant des années, plus le temps passait, plus ils allaient se dérouler simultanément avec la bonne nouvelle. C’est-à-dire que ce qui apparaît aux yeux de la personne, aux yeux de la société, incarnée, matérielle, et quelles que soient ses croyances religieuses, lui montre clairement que, au sein de cette manifestation, tout cela n’est que souffrance illusoire.

Mais cette souffrance illusoire la plus terrible que vous pouvez voir aujourd’hui, peut-être pour ceux qui s’intéressent à ce qu’il se passe, ou ce qui est redouté, ne peut qu’aboutir, en définitive, qu’à votre réveil final, dès l’instant où vous ne jugez pas. Ça a été expliqué en d’innombrables façons, et surtout par les Grandes Mères, et en particulier par Phahame, plus vous accueillez, ce n’est pas une question d’accueillir ou de dire oui à ce qui vous est dévoilé pour vous ou pour le monde, mais simplement à voir cela, de ne pas interagir et vraiment de le laisser, je dirais, quelque part se métaboliser en vous.

Il suffit de le faire par rapport à une circonstance, qu’elle soit là où vous êtes en ce moment en tant que personne, avec un frère, avec un mari, avec une femme, avec un enfant, que ce soit avec les circonstances du spectacle de guignols qui est sur la scène de théâtre, mais dès que vous réalisez que vous avez la réelle capacité de traverser, même l’horrible, même l’inconcevable, juste derrière, comme nous vous l’avions toujours dit, vous vous retrouvez.

Ce qui veut dire en quelque sorte que, quoi que vous viviez aujourd’hui dans les circonstances de ce monde, en quelque pays que vous soyez, vous avez chaque jour, et chaque minute qui passe, de plus en plus la capacité à découvrir la vérité.

Pas la vérité sur votre personne, pas la vérité sur votre histoire, même pas la vérité qui s’étale de partout concernant les agissements des guignols en chef de cette société, et de cette humanité, enfin qui le croyaient, mais quand vous acceptez, je dirais cet inacceptable, à un moment donné pour la personne, vous découvrez qu’effectivement vous n’êtes pas cette personne, mais qu’aussi il existe en vous cette capacité fondamentale et de plus en plus actuelle et vérifiable, de transcender l‘illusion.

C’est-à-dire que vous viviez un rêve, parce que certains d’entre vous vivent un rêve, être enfermé, c’est le bonheur, il n’y a plus que soi, et pour d’autres, par contre, et nous le concevons avec facilité aussi, ça peut être très insupportable de se sentir comme un animal traqué, peut-être si vous regardez ce qui se déroule et qui est révélé en ce moment-même de partout, à tous les niveaux de l’organisation de la société.

Rappelez-vous que, quel que soit ce qui vous arrive et qui vous semble injuste, ou peut-être détestable, et là je dis, à votre niveau comme au niveau de la société, c’est justement ici que vous allez vous réveiller, et c’est justement ici que, ce que nous avions, avec vous, appelé le temps zéro de l’instant présent, va arriver de manière collective, et ce de manière synchrone avec l’ensemble de tout ce qui a été annoncé depuis déjà de très nombreuses années, centaines d’années, et millénaires je dirais.

Vous ne pourrez plus douter de qui vous êtes au-delà de la forme, à condition de ne plus être dupes de la scène de théâtre. Ça ne veut pas dire par là, comme je l’ai dit la dernière fois, que certains d’entre vous s’intéressent à la société, d’autres à la politique, d’autres à la santé, bien, je dirais que ça passe le temps, à condition que vous ne soyez pas entraînés par les émotions, par le mental, mais que tout ceci vous permette de, au contraire, malgré quelques apparences peut-être dissonantes, de vous retrouver en totalité derrière l’illusion de la représentation de ce monde et l’illusion de la conscience.

Voilà, il n’y a pas de meilleures circonstances, et plus que jamais, avant de réfléchir ou de traverser vos circonstances individuelles ou collectives, de mettre en avant ce principe d’acceptation.

L’acceptation ne veut pas dire d’accepter que ce sont les méchants garçons qui vont vous enfermer encore plus, qui vont vous mettre des vaccins, qui vont vous enfermer dans des règles liées à une société transhumaniste comme vous dites, mais bien plus qu’à travers l’acceptation du plan tordu du rêve, vous allez découvrir que justement ce n’est qu’un cauchemar.

Et rappelez-vous, la nuit quand vous dormez, parce que souvent nous avions fait la comparaison, et surtout Bidi quand il vous avait expliqué les quatre états de la conscience, il vous avait dit quel était ce qu’on appelle le rêve, le rêve était la vérité alors que, ici quand vous avez les yeux ouverts et que vous menez votre vie, c’est un rêve total, ça n’existe que parce que vous y croyez, ça n’existe que parce que nous y avons tous adhéré, d’une manière ou d’une autre. Il n’y a pas de responsabilité, quoi que vous ayez à voir en vous, en l’autre, ou sur l’écran collectif du monde, et il y a simplement à assumer que tout cela ne fait que passer.

Et d’ailleurs vous savez que quand vous dormez, quand il y a un cauchemar, parfois vous vous réveillez, et bien c’est exactement comme ça. Plus le cauchemar va vous sembler quelque chose d’invraisemblable au niveau du ciel comme au niveau de la Terre je parle, au niveau même individuel, au niveau même relationnel, plus vous allez accepter cela, plus vous allez vous libérer, réellement, sans effort, de l’illusion de ce cauchemar. Et la nuit, c’est exactement ce que vous faites, et bien sûr pour certains d’entre vous, il est beaucoup plus facile de se réveiller par un cauchemar que par un rêve. C’est pour ça que nous avions insisté pour vous placer de plus en plus dans l’instant présent.

Bien sûr, certains d’entre vous se projettent de toutes les manières possibles dans un après, que vous appelez ça un après quarantaine, vous ne dites pas quarantaine, vous dites confinement. Ou si vous préférez, d’un autre point de vue, vous êtes assignés à résidence chez vous. Eh oui, chez vous ce n’est pas seulement la maison, symboliquement, c’est aussi votre cœur, c’est une invitation malgré, et en dépit des apparences, à rentrer encore plus profondément en vous pour justement accepter, pour justement traverser, et pour justement vivre la puissance de cet instant présent qui vous découvre la vérité, et qui vous la fait vivre instantanément.

Alors bien sûr, si vous vous intéressez au monde, ne soyez pas emportés, envisagez ça comme un jeu de piste pour ceux qui s’y intéressent, et pour ceux qui préfèrent jardiner, eh bien jardinez.

Simplement, soyez en accord avec ce que la vie vous a en quelque sorte octroyé, ou pris durant cette période, parce que c’est exactement ce qu’il vous fallait. Et je dirais même que, plus vous êtes en contradiction, en conflit avec cette espèce d’isolement, d’enfermement, plus vous allez épuiser ce que nous avions nommé vos propres résistances, je ne parle même plus d’ego ou d’âme, mais je dirais d’habitude à la forme, d’habitude à la conscience, d’habitude à exprimer tout ce qu’il se déroule sur le plan de l’éphémère.

L’éphémère est réduit, je dirais à peau de chagrin, puisque tous les plaisirs réels ont été remplacés pas des plaisirs virtuels. Vous allez visiter virtuellement des musées sur vos écrans, c’est aussi pour certains l’occasion de se retrouver en famille, et de voir que la famille, finalement, soit c’est détestable, soit c’est très agréable, mais peu importe, cela vient vous heurter, vous bousculer, vous rendre heureux ou malheureux, mais tout cela n’est que votre pièce de théâtre individuelle.

C’est à cela que nous vous appelons aujourd’hui, à bien être présents en vous, à être lucides au-delà de tous les jeux de votre personne, comme tous les jeux des guignols sur la scène de théâtre. Chacun joue parfaitement son rôle. Mais c’est aussi la façon pour certains, hélas, de vous faire vivre un cauchemar avant le réveil.

Mais tout ça n’est qu’une illusion, vous le savez, mais néanmoins, c’est tout ce qui doit se réaliser sur cette Terre, c’est pour ça que vous voyez de plus en plus de vaisseaux dans vos cieux, qui ne sont même plus cachés dans les formes des nuages, mais qui apparaissent clairement, et pas seulement un vaisseau, mais des flottes entières, qui apparaissent au-dessus de certaines villes, parce que, comme nous vous l’avions dit depuis plusieurs années quand nous étions encore autour du soleil, nous approchons, pas seulement en termes de distance, mais aussi en termes de vibrations et de manifestations, de ce moment collectif pour les grandes réjouissances.

Alors ne cherchez pas de date parce que vous êtes dans la date, quel que soit le déroulement, que cela soit dans une minute, que cela soit dans quelques semaines, que cela soit dans quelques mois, tout est en train de se passer en ce moment. Relisez si vous le voulez certains écrits, si ça peut vous occuper, mais le plus important n’est pas les signes visibles, objectifs, de l’établissement de la Lumière, mais c’est surtout ce qui se vit en vous par l’établissement de la vérité.

Alors quelles que soient vos manifestations, que ce soit des manifestations liées à un virus, que ce soit les manifestations liées aux radiations humaines, tordues, que ce soit les radiations cosmiques, que ce soit les interactions sociétales que vous vivez là où vous êtes, tout cela n’a qu’une seule finalité, même si elle n’est pas encore apparente pour certains, c’est le réveil. Le réveil à Agapè, le réveil à l’Amour qui ne dépend d’aucune forme, d’aucune histoire, d’aucune rétribution, d’aucun avenir et d’aucun passé. C’est ce que nous avions exprimé les uns et les autres par rapport à l’instant présent, qui est aujourd’hui la totalité du temps zéro.

A ce moment-là bien sûr, beaucoup de manifestations pour ceux qui le découvrent maintenant peuvent se produire, je ne vais pas vous passer en revue les manifestations vibratoires, énergétiques, concernant les chakras, les portes, les étoiles et les différents circuits du corps d’éternité, et que, si vous êtes attentifs à ce qu’il se déroule sur l’écran de ce monde, par rapport au virus, par rapport à la société, vous allez constater que les symptômes, si je peux dire, liés à la transformation, sont exactement les mêmes que ceux qui se déroulent pour ceux qui en sont malades, comme pour ceux qui n’en sont pas malades.

Alors bien sûr, que vous l’appeliez coronavirus, que vous l’appeliez le couronné, comme avait dit Nostradamus par exemple, hein, vous savez, Peter Deunov. C’est exactement ce qu’avait dit Peter Deunov dans sa dernière vie, sa dernière prophétie, à savoir qu’à un moment donné viendra le feu du ciel, le fameux paradis blanc que nul ne pourra ignorer, et qui sera un moment de synchronicité totale entre les dimensions, les univers et les différents aspects de la conscience fragmentée au travers d’une pseudo-individualité.

Cela va se produire très vite, ça peut être encore une fois dans une minute, peut-être dans quelques semaines, tout dépend de l’avancement je dirais, de ce dévoilement, de cette résurrection qui va prendre de plus en plus d’importance chaque jour, en même temps que le chaos va grandir de plus en plus, que cela soit au niveau de la société, au niveau des volcans, au niveau des éléments.

Tout cela a été décrit sur un plan vibral dans l’apocalypse de Saint Jean, je vous renvoie pour ceux qui s’intéressent à des données historiques, à ce qu’avait dit Sri Aurobindo voilà de nombreuses années maintenant, durant l’année 2009 et 2010, concernant l’aspect vibratoire de l’apocalypse de Saint Jean, mais qui, comme dans les prophéties de Nostradamus, ne s’éclairent réellement qu’une fois qu’elles sont actualisées.

Il existe donc d’innombrables marqueurs intérieurs, extérieurs, prophétiques, et vibratoires, énergétiques, au niveau des formes et au niveau des univers, qui tous convergent vers ce même point zéro, qui est à l’orée de notre vécu à tous. Rappelez-vous que vous n’avez rien à faire, vous avez juste à vous occuper de là où la vie vous a placés. Certains d’entre vous se retrouvent avec joie, et d’autres avec beaucoup de stress encore, dans cet état particulier, où je dirais l’extérieur est réduit à une peau de chagrin.

Et maintenant je voudrais dire et nous vous l’avions dit, mais je le répète avec fermeté, il n’y a, dans l’état actuel énergétique, vibral, et de la conscience collective de l’ensemble de la création, aucune possibilité imaginable de retour en un arrière de quelque nature que ce soit. Il y a réellement une forme au sens alchimique -même, et réelle, une précipitation de tout ce qui doit être précipité, afin de créer réellement ce qui se passe en chacun. C’est un processus de décantation, où tout ce qui est plus lourd se dépose au fond, afin de laisser la transparence.

C’est bien évidemment bien plus que la synthèse du corps d’éternité, avec ses différentes manifestations, que nombre d’entre vous connaissez, ça a été expliqué pendant de très nombreuses années. La meilleure façon aujourd’hui de vous positionner, encore une fois, ce n’est ni la méditation, ni la prière, ni même d’expliquer le pourquoi du comment, vous pouvez le faire si vous le sentez, mais le plus important, c’est l’intime conviction que vous êtes la Vérité.

Acceptez-le et vous le vivez, qu’il n’y a pas d’autre, qu’il n’y a que vous et que tout ce que vous voyez s’agiter, dans votre intérieur, avec les enfants, la famille, les amis, ou d’autres frères et sœurs, tout ce que vous voyez se dérouler à l’extérieur, où que vous regardiez, en fait ne concerne que la même comédie, le même drame, qui est celui de ce qui a été nommé la conscience, qui est une maladie, et qui est une imposture totale.

Vous, vous êtes antérieurs et nous sommes antérieurs à tout jeu au sein de toutes formes comme de toutes dimensions. Ce n’est pas une croyance, c’est quelque chose qui est à réaliser intimement et qui est de plus en plus accessible pour chacun. Mais, s’il-vous plaît, ne cherchez pas à comprendre au-delà de ce que vous comprenez. Que ce soit pour votre personnage, que ce soit au travers des énergies, que ce soit au travers des vibrations, que ce soit en ce qui concerne l’éclairage de la scène du monde et des méchants garçons.

En ce moment, ils sont à la noce si on peut dire. C’est aussi leurs noces célestes, en quelque sorte, et après onze années de décalage avec les Noces Célestes réelles, que beaucoup d’entre vous avez vécues.

Donc il faut simplement une lucidité, une forme d’acceptation, une forme d’enfance, qui va vous donner à utiliser ce que vous savez utiliser, par exemple si vous connaissez la science, vous pouvez vous intéresser à tout ce qui se déroule au niveau énergétique réel, par rapport aux ondes, par rapport aux virus, mais ne vous laissez pas entraîner.

C’est-à-dire que vous allez découvrir que, si vous êtes en accord avec vous-mêmes, il ne pourra plus y avoir ni de peurs, ni d’angoisses, ni d’incertitudes. Il y a effectivement une forme de certitude intérieure qui s’établit par la paix, et dès que vous la reconnaissez, par la joie, et ensuite par Agapè, qui est totalement indépendante de ce que vous pensiez pouvoir avoir à comprendre, à fuir ou à accepter.

Plus vous vous rapprochez de cet instant présent, que ce soit même en regardant des actualités, ou que ce soit en vous occupant de votre jardin, ou de faire la cuisine, ou de tourner en rond dans votre salon, peu importe … peu importe parce que tout concourt à la même évidence, c’est-à-dire que vous ne soyez plus dupes de ce qui se déroule sur la scène de la forme, sur la scène de l’histoire, sur la scène de la manifestation.

C’est-à-dire que, même si vous souffrez des manifestations actuelles de ce monde, soyez certains que juste derrière, il y a la Vérité. C’est-à-dire que de toutes les façons possibles, l’Intelligence de la Lumière, la matrice christique, l’ensemble de la Confédération Intergalactiques des Mondes Libres et l’ensemble des dimensions, comme vous le saviez peut-être, sont dorénavant rassemblés au plus proche de vous, afin de faire la jonction, à l’intérieur de vous, parce que nous sommes déjà en vous.

Vous allez constater qu’il n’y a pas d’antinomie, mais une forme de résonance entre notre présence à l’intérieur de vous, comme en ce qui est manifesté à l’extérieur de vous, quelles que soient les apparences et quelle que soit, parfois, je dirais, la lourdeur de certains évènements qui se produisent actuellement sur Terre.

Tout cela ne peut pas vous dérouter de la Vérité. Tout cela ne peut pas vous retarder, parce qu’il n’y a que vous qui pouvez accepter totalement ce qui se déroule. Non pas comme une forme de capitulation ou une forme de défaite, bien au contraire, comme une victoire de la Lumière. Parce que dès l’instant où vous vous retrouvez, dès l’instant où vous acceptez, vous irradiez cette lumière. Et c’est comme ça que vous n’êtes plus seulement, comme nous avions dit voilà de nombreuses années, des ancreurs ou des semeurs de Lumière. Vous êtes la Lumière du monde. Vous êtes la Lumière des Mondes.

Mais vous êtes aussi tout ce qui a été créé, sous vos yeux, en vous, comme devant vous. Là est la véritable bénédiction, et là est la véritable œuvre de transcendance, de résurrection et de liberté. Vous avez toujours été là. Vous l’aviez simplement oublié. Et vous vous réveillez de ce rêve ou de ce cauchemar de toutes les façons possibles.

Et c’est aussi une façon de rompre, je dirais, les derniers attachements, non pas les attachements aux souffrances bien sûr, mais même je dirais les attachements à ce qui était le plus agréable, aux belles histoires. Ça ne vous empêche pas de les vivre, peut-être pour certains même beaucoup plus qu’auparavant. Mais ça va vous permettre d’être lucides.

Et cette lucidité fait partie de la transparence, de la voie de l’enfance de celui qui accepte ce qui est, et qui accepte qu’il ne peut rien changer, rien changer dans la finalité. Mais vous pouvez adoucir le rêve afin qu’il ne devienne pas un cauchemar, que ce soit par un sourire, que ce soit par vos recherches, ou ce que vous contemplez dans le monde ou sur l’écran intérieur, que vous partagez, que vous échangez, que vous donnez à vivre à l’autre par sympathie, par résonance.

Et c’est comme ça que s’établit ce que nous avions nommé la Résonance Agapè Spatiale Interdimensionnelle, qui permet de vous faire découvrir que vous n’êtes pas cette forme, ni aucune autre forme, mais que vous êtes entre les formes, et que vous êtes, comme nous l’avons dit, le substrat-même de l’univers, le substrat-même du rêve, et le substrat-même de la Création, et de votre propre réveil.

Comme disait Abba : «Tout a été écrit avant même la création».

C’est ça que vous avez à accepter, accepter que le film se déroule au travers de vous, à travers vous, mais, en définitive, sans vous. Vous n’êtes pas seulement le témoin ou l’observateur, vous êtes aussi celui qui a écrit le scénario et qui a distribué tous les rôles sans aucune exception. À travers cela, à travers cette forme de conscientisation, au-delà de l’aspect énergétique et vibratoire, vous avez la capacité instantanée de transcender tout ça, et réellement, de ressusciter à vous-même. Et c’est la période pascale.

Bien sûr, ce qu’il reste à traverser durant le mois d’avril et le mois de mai, je vous le rappelle, que c’est rythmé par d’autres fêtes qu’on appelait religieuses, mais aussi certains aspects astronomiques très particuliers qui ont été utilisés par des mouvements spirituels.

Vous avez par exemple Wesak bientôt. Toutes ces fêtes-là, en fait, vont vous montrer la vérité derrière les apparences, derrière la manifestation, derrière les croyances, derrière toutes les projections que vous pouvez imaginer.

Je répète qu’il n’y a pas de meilleures circonstances malgré ce que vous pourriez juger, effectivement, comme détestable dans les circonstances du collectif humain. Il n’y a pas des meilleures circonstances que celles qui se déroulent actuellement pour vous permettre de découvrir qui vous êtes au-delà de toute histoire.

Bien sûr il y a encore d’autres choses qui vont s’éclairer, chaque jour, encore plus directement si je peux dire, vous concernant, concernant ce qui se joue sur la scène de théâtre, ce qui se joue même dans votre propre maison.

Mais, là aussi, rappelez-vous qu’au-delà de toute émotion, qu’au-delà de toute projection et de toute compréhension, le plus important, c’est l’acceptation. Parce que l’acceptation, là aussi, devient une compréhension qui shunte le mental, qui shunte la raison, qui shunte les mémoires et qui shunte les projections, et qui vous installe avec de plus en plus de stabilité et de certitude en l’instant présent et en sa paix.

C’est quelque chose que vous devriez être tous à même de reconnaître, en particulier pour ceux qui n’ont pas l’impression de vivre grand chose des processus énergétiques ou vibratoires. Rappelez-vous que la supra-conscience nécessite les vibrations, puisque la conscience est vibration, mais que la Vérité ne sera jamais une vibration. La Vérité est au-delà de toutes formes, de tous mondes, et de toutes manifestations. Et je le répète une dernière fois, chaque jour vous allez avoir de plus en plus d’opportunités de vivre cela, à travers votre spectacle intérieur, mais aussi le spectacle extérieur.

Alors bien sûr un certain nombre d’événements sur la scène de théâtre sont en train de s’agencer. On peut dire qu’on les voit gros comme une maison avec leurs coups d’échecs, si je peux dire, où ils croient diriger encore le monde et profiter des circonstances liées à ce virus, ou comme ils comptaient profiter de la visibilité de Nibiru pour établir leur plan. Mais, comme vous le voyez, les méchants garçons ont un peu de soucis à se faire, quels que soient encore les épouvantails qu’ils dressent devant vous.

Ne soyez plus dupes de cela. Vous avez la force intérieure encore plus accessible à la vérité que vous êtes, dès l’instant, encore une fois je répète ce maître-mot, vous acceptez. Ça ne veut pas dire ne pas voir, au contraire. Et vous voyez d’ailleurs par d’autres canaux, d’autres voix, et même entre vous, que vous partagez et que ce soit sur les réseaux sociaux, en parlant entre vous, en échangeant, vous échangez des choses que vous ne pouviez pas échanger auparavant, parce qu’il y a une forme de maturité collective à l’inconnu.

Effectivement tout est possible. L’inconnu se précipite vers vous au niveau de la scène de théâtre. Pour vous il est connu en ce que vous êtes dès que vous le vivez. Mais c’est effectivement une grande scène de théâtre cosmique qui est en train de se vivre par vous, et qui a été écrite par tous les prophètes, et du temps du Christ, bien avant, et aussi beaucoup plus récemment.

Alors il ne sert à rien, et comme nous vous l’avions dit il y a quelques années déjà, de chercher la chronologie, puisque la chronologie vous la vivez chaque jour, en vous comme à l’extérieur de la scène de théâtre. Soyez simplement un spectateur qui déguste son état de joie intérieure en observant ce qui se déroule, et aussi en observant une espèce d’éloignement réel et concret des circonstances, je dirais, antérieures de ce monde. Parce que tout le monde sait très bien que plus rien ne sera comme avant.

Il y a donc réellement un travail de deuil qui se fait actuellement. Mais c’est un deuil qui, nous l’espérons, sera de plus en plus joyeux, pour vous et pour chacun de vous, chaque jour qui va passer.

Alors bien évidemment, je reviendrai faire un point avant la fin de ce mois d’avril, sans pouvoir en préciser, je dirais, la date précise. Mais je vous demanderai pour cette venue avant la fin avril, cette fois-ci, de me poser les questions qu’il vous semble bon, en sachant que je ne répondrai pas aux rêves, ni à ce qui se déroule sur la scène de théâtre, parce que, ça, vous avez tous les moyens de le voir avec un minimum de curiosité pour l’instant, comme je disais la dernière fois, sur vos écrans.

Mais je parle ici des problématiques intérieures de positionnement, et les questions qui seront en rapport avec ça, aussi en fonction du déroulement du spectacle sur la scène de théâtre. Je vous annoncerai cela quelques jours avant ma venue, en fonction, je vous l’ai dit, de l’avancée de ce magnifique spectacle qui est en cours.

Quant à moi, je vous transmets toutes mes bénédictions. Je terminerai par ces mots. Vous savez aussi que vous pouvez faire appel à nous. Nous vous l’avons répété durant d’innombrables années. De la même façon maintenant, dans certaines circonstances, s’il vous semble avoir quelques difficultés à traverser, intérieurement ou extérieurement, des choses tellement horribles à accepter, nous sommes avec vous et nous sommes en vous, comme nous sommes au plus près de vos cieux. N’hésitez pas, nous sommes là pour ça.

N’oubliez pas aussi que la Résonance Agapè Spatiale Interdimensionnelle est plus que jamais agissante, de toutes les façons possibles, pour vous permettre de vous installer de manière stable, définitive, en l’instant présent du temps zéro, et que là est la joie, et là est la paix. Et que ça prévaut sur toutes les circonstances de vos vies ou de vos corps, quoi que vous viviez, à quelque niveau que ce soit.

Alors permettez-moi de vous transmettre toutes les bénédictions de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres et des tous les plans dimensionnels, qui se joignent à moi et qui honorent votre positionnement actuel, quel qu’il soit, dans la découverte de votre Vérité ineffable, antérieure à toute conscience et à tout monde.

Je vous transmets toutes mes bénédictions et je vous aime. Et je vous dis avant la fin avril, mais je dirai à tête de caboche d’annoncer ma venue quelques jours avant, de façon à ce que vous ayez la possibilité de poser des questions antérieurement, qui seront retranscrites bien sûr. Mais oubliez tout ce qui est rêves et oubliez tout ce qui est questionnements sur les énergies, les vibrations, parce que nous en avons parlé durant de nombreuses, nombreuses années, et tout a été couché par écrit dans les canalisations de tête de caboche, voilà déjà plus de dix ans, n’est-ce pas. Alors ne revenez pas sur ça.

Mais j’insiste surtout dans le questionnement que vous aurez peut-être en fonction des circonstances, si elles se produisent, de cet accès au temps zéro, à cette paix et à cette joie, qui ne dépendent, comme nous vous l’avons toujours dit, que de l’acceptation de votre personnage, de votre âme si elle est là et de votre esprit.

Et à travers ça, vous allez constater toute la subtilité et le poids de ce que nous avions donnés, et ce qu’a donné Abba, Tête de Caboche, Bidi et même Mâ, la dernière fois où elle est venue au Pérou, concernant cet accueil, cet amour indicible que vous êtes, malgré les circonstances de ce monde, je dirais même, grâce aux circonstances de ce monde, même si elle vous semblent les plus horribles.

Vous êtes derrière cela, vous l’avez écrit pour vous réveiller, vous l’avez simplement oublié. Il est temps maintenant de vous souvenir.

Je vous aime et je vous dis, ben finalement, à peut-être dans deux semaines ou deux semaines et demie. À bientôt.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2019 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable