Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

Conférence (en direct)
avec Jean-Luc Ayoun
(Lima, Pérou)

23 Février 2020

Bien. Bonjour à tous, et désolé pour le retard, on n’avait pas la bonne adresse.

Bien. Est-ce que parmi nos amis péruviens qui sont là, tout le monde a entendu parler de ce que je faisais ou pas ? Les canalisations, déjà ?

Et ? … Parfait.

Alors le but aujourd’hui, vous l’avez vu, le titre, c’est de la communication, de la perception, si on veut, aussi, à la résonance. La résonance que nous avons appelée résonance Agapè, avec les différentes versions.

Au-delà des mots, bien sûr, l’important aujourd’hui, plus qu’hier, c’est de vivre la Vérité, c’est-à-dire de vous souvenir de qui vous êtes. Pour cela, il y a une seule condition : vous n’avez rien à chercher. Tant que vous cherchez quoi que ce soit, vous n’êtes simplement pas disponibles à la Vérité.

La Vérité, qu’est-ce que c’est ? Il y a fort longtemps, Anaël avait parlé de la vérité relative, la Vérité Absolue, et puis bien sûr des vérités qui dépendent du point de vue, c’est-à-dire de l’emplacement de la conscience.

Aujourd’hui, la seule façon de se souvenir est d’oublier, sans rejeter, sans renier, mais en acceptant que tout ce qui est lié à la conscience, et ça va très loin, l’énergie, la perception quelle qu’elle soit, que ce soit la clairvoyance, l’intuition, le voyage, sortir du corps, rien de tout ça ne pourra vous faire vivre la Vérité.

Ce qui ne veut pas dire par là qu’il ne faut pas utiliser les énergies, les perceptions, mais les énergies, les vibrations, la perception, le ressenti, qui ont été tellement utiles pour beaucoup, sont des obstacles pour vivre la Vérité.

La Vérité Absolue comme disait Anaël, ne peut pas vous tromper. Comme je l’ai dit, vous ne pouvez que vous reconnaître, c’est imparable. Dans ces temps de l’histoire illusoire, où nous vivons effectivement ce qui a été nommé, dans les textes quels qu’ils soient d’ailleurs, pas uniquement dans la Bible, nous vivons la Révélation, l’Apocalypse.

Cette révélation nous dit, et ce que je vous dis là n’est pas mental, ce que je vous dis là n’est pas une perception, ce que je vous dis là n’est pas une vibration, j’ai la prétention de connaître une petit peu les énergies et les vibrations, j’ai travaillé pendant vingt-cinq ans avec les cristaux, avec des résultats extraordinaires, des ouvertures réelles, mais aucun cristal ne vous conduira à la Vérité, c’est impossible.

La Vérité ne peut pas être perçue, elle ne peut pas être ressentie, elle ne peut pas être liée à une énergie, elle ne peut pas être liée même à ce qu’on appelle le vibral ou le supra mental. La Vérité, c’est que la conscience, la spiritualité, les énergies, les vibrations, les perceptions, qui sont utiles dans ce monde bien sûr, j’ai travaillé pendant vingt-cinq ans avec les énergies, avec les cristaux, ça marche en thérapie, très, très bien, mais ce n’est pas la Vérité.

La Vérité est ailleurs, elle ne peut pas être cherchée, elle ne peut pas être une perception. C’est un état d’Amour indescriptible. Les mots sont bien faibles, la Vérité c’est le Vécu.

Et je précise d’emblée, tant que vous ne l’avez pas vécu, votre conscience ne peut que le refuser. La conscience, je le dis et je le répète, et la supra conscience, appartiennent à l’illusion, au rêve, à maya. Il n’y a personne, il n’y a pas de mondes, il n’y a pas de dimensions, il n’y a pas d’êtres de lumière.

Il n’y a que vous. Quand vous dormez, est-ce que vous savez que le monde existe ? Non.

Aujourd’hui, sans aucun pré-requis ou sans aucune condition préalable, énormément de frères et sœurs vivent la Vérité. Cette Vérité, elle est commune à chaque personnage, rien ne peut manquer. Tout est déjà là, à l’intérieur de vous.

La conscience est un jeu pervers qui va vous emmener à toujours plus de perceptions, à toujours plus de vibrations, à toujours plus de visions, d’expériences.

J’ai eu la chance, à travers Autres Dimensions, d’explorer vraiment tout ce qui est explorable, depuis les mondes astraux jusqu’à la Source, jusqu’à des dimensions extrêmement élevées. Tout ça ne fait que passer. Vous, vous ne passerez jamais.

Tout le problème aujourd’hui, il s’agit simplement d’accepter, je ne vous demande pas de croire, mais d’accepter que le monde est vous. Il n’y a pas plus de diable que de dieu. Il y a eu certes des grands êtres que nous connaissons tous, selon nos expériences, selon nos religions, selon nos vécus, mais tout ceci est un leurre total.

Quand on se souvient, en le vivant, de qui on est, il n’y a pas plus de diable, de dieu, de bien et de mal. Je vous dis ça en étant bien conscient que dans ce monde, dans cette illusion, le bien et le mal sont omniprésents, de partout. Encore une fois, ce n’est pas un déni ou un refus de voir, bien au contraire.

C’est une traversée et un vécu de tous ces états, de toutes ces dimensions, qui a conduit à un moment donné, et comme nous sommes innombrables à le vivre et à le dire, que rien de cela n’est vrai.

Vous êtes Pure Félicité, vous n’êtes jamais nés, tout ceci est une illusion, que vous n’avez pas à fuir ou à rejeter. Et si vous vous placez dans la posture de l’acceptation, qui n’est pas une croyance, je ne vous demande pas de croire à quoi que ce soit, à ce moment-là, bien sûr les énergies, je les sens tout le temps, tout le canal marial il est toujours là, le double tore du cœur est là, l’onde de vie est là, les chakras sont ouverts, les portes sont ouvertes, les étoiles sont ouvertes, ça a été utile, ça a été important, mais aujourd’hui c’est un poids.

La Liberté et la Vérité ne dépendront jamais, jamais, jamais, d’un chakra, d’une énergie, de l’ouverture des nouveaux corps ou même de la mise en action de la Merkaba. Il n’y a que quand vous êtes dans le Silence, je l’ai dit dans l’acceptation, quand vous acceptez de vous laisser traverser, avec la même égalité d’Amour, que ce soit face à un archange, à un archonte ou à une énergie horrible, accueillez.

Si vous faites cela, sans chercher à comprendre, sans chercher à vous opposer, sans chercher à analyser la perception ou les visions, vous allez découvrir la Vérité. Vous allez la vivre.

Tout le problème, c’est que bien évidemment la conscience, je ne parle pas d’ego et de mental, je parle de la conscience dans son sens dit le plus noble, quand elle est acceptée comme quelque chose qui ne fait que passer, vous allez réellement découvrir et vivre que vous êtes cette joie, cette beauté ineffable, quel que soit ce que vous avez à vivre.

La conscience a toujours besoin d’expliquer, de comprendre. Elle est liée au passé, elle est liée à l’histoire, elle est liée au futur, mais vous n’êtes rien de tout ça.

Encore une fois, je ne peux pas vous en convaincre, c’est impossible, vous ne pouvez que le vivre. Bien sûr, pour tous ceux qui perçoivent les énergies, qui avons vécu toutes ces énergies depuis Autres Dimensions, et des fois bien avant, pour moi, c’est depuis quasiment que je suis enfant, tout ça c’est une vaste escroquerie.

Encore une fois, pour soigner le corps ou l’énergie, si j’ai besoin, j’utilise des cristaux, mais ce qui est faux, c’est de prétendre qu’avec une vision, avec une vibration ou avec une expansion de conscience, que certains vivent déjà depuis fort longtemps, parce que le supra mental arrive sur Terre depuis quand même 1984, trente-six ans, mais le supra mental qui a parfaitement été décrit, pas uniquement par moi, mais bien avant, par exemple par Shri Aurobindo et bien d’autres, est une escroquerie totale.

Ce que je veux vous dire par là, c’est de ne rien rejeter, comprenez bien mes mots. Quand il y a une énergie de merde, de merdia, qui arrive, je la sens, bien sûr. Qu’est-ce qu’on fait tous quand on sent les énergies. Ben, si on est catho, on va aller faire son rosaire, son chapelet, on va faire une neuvaine à St Michel ou à Ste Rita, par exemple. Ça marche, bien sûr, mais aujourd’hui, tout ça, c’est un poids.

La Liberté ne dépend d’aucune circonstance, la Vérité ne dépend d’aucune histoire, et pourtant je suis là, je vous raconte aussi une histoire. On est venu au Pérou, à la rencontre du peuple, des lieux bien sûr, par curiosité, par plaisir aussi, mais on n’attend pas d’être libéré par un lieu quel qu’il soit, ni par une énergie, ni par un maître.

Or il se trouve qu’au niveau du fonctionnement de la conscience, il y a un relai qu’on appelle le cerveau, et le cerveau ne peut exister à travers la conscience, ou l’inverse, la conscience ne peut exister à travers le cerveau, qu’à travers le principe de dualité et d’exclusion.

Je ne veux pas vous faire un cours de neurosciences, ce serait très compliqué, et on n’a pas le temps et ce n’est pas l’objet, sachez simplement que tout être humain, tant qu’il n’est pas réellement libre, est soumis en permanence au jugement, par l’intermédiaire de certaines structures, je ne vais pas rentrer dans les détails anatomiques, qui sont situées dans le cerveau archaïque, qu’on appelle le cerveau reptilien, comme par hasard, qui passe son temps en entraînant la conscience, à travers deux circuits qu’on appelle, neurologiques, qu’on appelle la récompense et la punition.

Toutes nos décisions, acheter une voiture, divorcer, se marier, absolument tout ce que vous voyez, sentez, percevez, touchez, vivez, sera systématiquement coloré par ce jugement, qu’on le veuille ou pas. La seule façon d’y arriver dans ces cas-là, et j’ai développé ça depuis deux ans, en termes neuroscientifiques, on appelle ça la résilience, la resiliencia.

Au niveau de nous, public, qui ne sommes pas neuroscientifiques, la résilience, on va la traduire par ce que j’ai appelé l’acceptation. On a tous des problèmes dans la vie, même quand on vit la Vérité, parce que l’histoire continue, il n’est pas question de la fuir, mais quand vous vivez la Vérité, il y a réellement cette résilience.

Et encore une fois, vous ne pouvez pas, ni vous tromper, ni être trompés, quand vous avez vu et vécu l’escroquerie de la conscience. Nous sommes antérieurs à la conscience, nous sommes antérieurs à la forme, nous l’avons simplement oublié.

Les circonstances de l’histoire que nous vivons aujourd’hui, sont justement ce qui nous permet de nous souvenir de qui nous sommes. Comme je l’ai dit en tant qu’Abba, je suis chacun de vous, et chacun de vous est moi, et chacun de vous est tous les autres. Le monde est dedans, la conscience est une projection.

L’acceptation crée, va créer, ce que j’ai appelé la traversée, quoi qu’il vous arrive. Je ne dis pas que c’est facile, si je prends mon exemple, j’ai été couché pour la première fois de ma vie pendant presque un mois avec la grippe. Ni les cristaux, ni l’argent colloïdal, ni la Lumière, ne m’ont guéri. Et dans toutes situations que vous vivez aujourd’hui, dans cette période, dès l’instant où vous acceptez, dès l’instant où vous accueillez, je l’ai répété pendant des années, vous allez traverser, et vous allez voir qui vous êtes et vous allez le vivre.

Alors pour ceux qui ont des visions, qui font des voyages, je vais prendre un auteur qui a été assez connu, qui est Carlos Castaneda. Carlos Castaneda vous a parlé, et nous sommes aussi dans un pays ici où vous avez de très nombreux enthéogènes, l’Ayahuasca, la Mescaline, le Peyotl, tous ces produits, la salvinorine aussi, tous ces produits ont été étudiés en neurosciences.

Castaneda en a pris bien sûr. Jusqu’à présent, les êtres qui accédaient à cette sortie hors du corps, pas dans l’astral, je ne parle pas d’astral là, étaient attirés par des visions colorées, par des mondes, mais la Vérité, elle n’est pas là.

La Vérité elle est, ce qu’on a appelé au Cœur du Cœur, dans le Silence, dans l’immuabilité, où là vous allez, stupéfaits, sidérés, et vous allez vous apercevoir que vous êtes l’ensemble des mondes, l’ensemble des entités ou qu’elles soient. Tout est vu, réellement, et quand vous le vivez, vous vous apercevez de l’escroquerie de tous ces mondes, de toute cette spiritualité, qui pourtant nous a amenés jusque-là.

Je suis dans l’énergie depuis que je suis enfant. Avant d’être médecin, j’avais un cabinet de voyant, très jeune. Je faisais de la voyance directe, je faisais de la voyance au tarot, j’ai énormément travaillé sur ce qu’on appelle les expansions de conscience, que ce soit avec les cristaux, que ce soit avec divers outils, dont aussi les enthéogènes, et je vous dis que tout ça aujourd’hui ne sert à rien.

Aujourd’hui, vous avez juste à être là, où vous êtes dans votre vie, à l’âge où vous êtes, avec vos joies, avec vos souffrances les plus horribles, simplement, acceptez-les. Acceptez, ne cherchez pas à réagir, ne cherchez pas à comprendre, laissez-vous traverser. Et juste derrière, vous allez découvrir qui vous êtes, au-delà de la forme, au-delà des mondes, et quand vous vous retrouvez, c’est une libération et une liberté totale.

Vous êtes bien évidemment encore dans ce corps, parfaitement lucides, parfaitement présents, mais vous n’êtes plus dupes, et ça change tout, mais vraiment.

Alors bien sûr, si j’étais le seul à le vivre, tous ceux qui vivent la supra conscience, les perceptions, les énergies, ont tendance à dire que je suis fou. Le problème, c’est que nous sommes des millions de fous aujourd’hui. Nous sommes des millions, et chaque jour plus, à découvrir la Vérité.

Le rêve continue, on se lève tous les matins, on mange, on fait l’amour, on est obligé de s’habiller, de se laver, les énergies sont toujours là, les vibrations sont toujours là, les perceptions sont toujours là, mais elles ne vous entrainent plus. Vous demeurez dans ce qu’on appelle le temps Zéro, ou si vous préférez, ce qui a été nommé aussi l’instant présent.

Tout le reste, aujourd’hui, les expansions de conscience, les canalisations, même Abba ou Omraam, nous ont apporté ce qu’ils devaient nous apporter pour nous souvenir. Aujourd’hui, il est temps de se souvenir, mais vous ne pouvez pas trouver ça dans votre conscience, vous ne pouvez pas trouver ça dans votre passé, vous ne pouvez pas trouver ça dans le futur, c’est impossible.

Aucun état de conscience, même le plus subtil, et je vous dis, je n’exagère pas, j’ai vraiment eu la chance d’expérimenter les temps astraux, quand j’étais jeune et que je faisais de la voyance directe, je sortais, j’avais le plexus solaire détruit, et c’était vraiment de la voyance pure. Je pouvais lire une plaque d’immatriculation à quelqu’un qui était à dix mille kilomètres de là.

Il y a encore un an ou deux, il y a deux ans, pardon, je sortais de mon corps, j’allais au domicile des gens dans un beau corps de lumière, mais le corps de lumière que j’avais n’était pas le mien, je pouvais emprunter n’importe quelle forme de lumière. Et il y a des frères et sœurs qui l’ont vécu, lors des demandes de soins, je sortais de mon corps, et ils me voyaient, je pouvais arriver sous la forme d’un aigle, d’un Elohim, du Christ, de Marie, de n’importe qui, et ceux qui sentaient les énergies le sentaient bien évidemment.

Et je voyais tout, même dans le noir, je voyais tout ce qu’il y avait chez les gens, jusqu’au moment où Bidi est venu et m’a dit : Mais tu es fou. Il m’a dit : Ça ne sert à rien. Je lui ai quand même dit : Comment ça, ça ne sert à rien ? Je sors de mon corps, je vois tout, mais tout, quand je dis tout, tout, et j’agissais immédiatement. Et c’était efficace dans cent pour cent des cas. Il m’a dit : Ça ne sert à rien.

Mettez-vous à ma place ! J’arrivais enfin à quelque chose d’incroyable où j’arrivais à tout voir, à sortir de mon corps dans n’importe quel corps de lumière, à aller dans tous les vaisseaux, à aller où je voulais, et Bidi me dit : Ça ne sert à rien ! Alors on en est venu carrément aux « mains de lumière », à se battre.

Et alors là, je lui dis : Ben alors, je fais quoi ? Il m’a dit : Tu accueilles. Ah ! Il m’a dit : Tu n’as pas besoin de voir, quand quelqu’un te demande quelque chose, accueille-le, pas besoin de photo, tu n’as pas besoin de date de naissance, tu as besoin d’un nom et d’un prénom.

Et encore à l’époque je donnais rendez-vous à heure fixe. Et puis j’accueillais les gens. Je devenais Eux, c’est-à-dire qu’au lieu de sortir, je prenais leur essence, ils rentraient en moi, réellement, je devenais eux, jusqu’au moment où je me suis aperçu qu’il n’y avait ni moi, ni l’autre, et que tant que je restais dans cette dialectique de moi et l’autre, je nourrissais une forme de dualité bien sûr.

Et puis après avec les résonances Agapè, les résonances Agapè, vous savez ce que ça veut dire ? Agapè c’est un mot grec qui veut simplement dire l’Amour Inconditionnel, mais bien plus. C’est un Amour qui s’échappe de nous et qui est le même pour tout le monde, qu’on ne peut pas contrôler, il émane de soi parce que des structures très particulières, qui n’ont rien à voir avec le chakra du cœur, qu’on appelle le double tore ou le torus.

Cet Amour ne peut pas se diriger, ne peut pas se mesurer, il ne peut pas être décidé, c’est un flot permanent qui échappe de vous, de votre cœur, quoi que vous disiez, quoi que vous fassiez. C’est ça l’Amour Agapè. C’est, d’autres personnes, enfin peu importe les noms, vous diraient c’est l’Amour de Dieu pour les hommes. C’est un homme qui est capable d’exprimer, comme St-François d’Assises, par exemple, et bien d’autres, il y en a eu tellement, regardez les enseignements de Gemma Galgani, de Thérèse de Lisieux, et de tant d’autres.

C’est un état d’Amour indescriptible, qui ne peut pas être confondu avec un sentiment, avec les autres amours que les grecs ont donnés, l’amour filial de la mère pour l’enfant, l’amour érotique : la relation sexuelle, l’amour philia : philosophique, bref. Les grecs ont déterminé sept amours.

Alors bien sûr, on a pris le mot Agapè, pas pour monter l’intellectualisme, mais simplement parce que le mot Agapè, il n’y a pas de traduction, il n’y a que du grec. Agapè est une vibration, qui vous installe non pas dans la Vérité, mais qui vous rapproche de la Vérité, c’est-à-dire qui va vous installer dans ce qu’on a appelé pendant des années le Cœur du Cœur.

Pendant des années, on a évoqué les quatre piliers du cœur: l’humilité, la simplicité, il y en a deux autres, la voie de l’enfance, la transparence. La transparence c’est quoi ? C’est exactement ça, c’est se laisser traverser. Etre transparent, ça veut dire ne rien arrêter.

Si vous accueillez tout, même la mort, même la perte, d’un enfant, d’un mari, d’un parent, d’un frère, d’une sœur, juste derrière, ça n’enlève pas la souffrance bien sûr, mais juste derrière, il y a cette Vérité, et c’est là où vous vous souvenez, pas avant.

Alors bien sûr pour ceux qui le vivent, c’est tellement facile, et rappelez-vous ce que je vous ai dit en préambule, votre conscience, tant que vous croyez encore être cette conscience, ne peut pas l’accepter, c’est impossible.

Par contre, vous pouvez utiliser votre conscience, simplement pour accepter, pour accueillir, pour vous laisser traverser, c’est ça la véritable transparence, et là vous allez être libres.

Bien sûr, je ne vais pas revenir, je vais vous laisser bientôt la parole pour vos questions par rapport à ça, je ne vais pas revenir sur tous les détails de l’histoire, de l’anomalie primaire, de Abba, de donner quelques éléments par rapport à ce que je faisais il y a deux ans, maintenant je ne le fais plus, mais ce qui est merveilleux c’est que je ne suis plus … ma vie est inscrite dans le temps, mon histoire est inscrite dans le temps, bien sûr, comme tout le monde. Mais quand on me demande quelque chose, au moment où je reçois la demande, je le fais. Mais je détermine à quelle heure ça se fera pour la personne.

Dans le passé ou dans le futur, avec la même efficacité. Mais ça ce n’est pas parce que c’est Jean-Luc Ayoun, vous êtes tous capables de faire ça, sans aucune exception. Si vous acceptez, sans croire, ce n’est pas une question de croyance là, si vous acceptez d’utiliser votre conscience de cette façon, en deux minutes, vous êtes libres.

Je vous montrerai d’ailleurs, notre amie voulait qu’il y ait du bol tibétain pour … J’ai dit non, pour une raison qui est très simple, j’utilise encore, ça m’arrive de temps en temps, le bol tibétain avec même des cristaux dedans, mais simplement parce que je voulais vous faire vivre, à la fin, pas maintenant, sans cela il n’y aura plus personne après, cette Vérité.

Comment ? On ne peut pas ouvrir le cœur de l’autre, mais vous pouvez créer une résonance que j’ai nommée spatiale, inter dimensionnelle, qui ne correspond ni à moi, ni à l’autre dans le soin, mais c’est-à-dire que je suis dans l’espace, et je vous emmène dans l’espace de cette salle. Vous êtes au temps zéro et, vous délocalisant en conscience, en restant là, sans sortir du corps, eh bien vous allez le vivre.

C’est de plus en plus le cas dans les rencontres, où qu’elles soient. Bon là c’est une conférence, ce n’est pas une rencontre, les rencontres durent quelques jours, mais ça peut se faire en deux minutes.

Mais encore une fois, ce n’est pas moi qui le fais, ce n’est pas vous non plus qui le faites. C’est un état de disponibilité qui crée cette résonance dans l’espace, et que vous allez reconnaître. Ça se passe toujours comme ça.

Alors bien sûr, dans les rencontres, il y a Phahame, il y a Abba, il ya les satsangs, il y a OMA, il y a Bidi, donc il y a une gamme d’énergies qui viennent percuter, vous ouvrir, pour nous permettre de demeurer dans ce silence et dans cet accueil. Mais plus les mois passent, plus c’est facile, parce que nous sommes, comme je l’ai dit, très, très nombreux à le vivre, et cette information du temps zéro, cette joie ineffable de vous souvenir, elle est partout dans l’air, partout dans les terres, c’est ça la Bonne Nouvelle.

Je pourrais vous dire la même chose, mais avec un côté très scientifique, la résonance Schumann, les fréquences de la résonance de la Terre, de la ionosphère, l’intensité des rayonnements cosmiques que nous recevons. Bien évidemment, et vous le savez peut-être, l’explosion de Bételgeuse, l’étoile qui est en haut d’Orion, qui était annoncée déjà depuis bien longtemps, les Néphilims, qui ne sont pas des êtres négatifs contrairement à ce que disent certains, les Néphilims c’est l’équivalent des géants. Dans d’autres mythologies, on les a appelés les Titans. Ce sont les êtres qui vivent, pour certains, soit sur Orion, surtout sur Alnilam, une des trois étoiles du Baudrier d’Orion, et surtout sur Bételgeuse. Bon, Bételgeuse, étoile de la constellation d’Orion.

Vous voyez cela peut aller très, très loin, je ne vais pas … mais pour montrer la beauté de cette histoire qui n’existe pas, la beauté du rêve de la création.

Bételgeuse, ça vient de Bethel en hébreu, de la lettre Beth, la maison. Et les Néphilims, tout au début même de Autres Dimensions, je ne suis pas le premier à en avoir parlé, même à l’époque, Nostradamus en avait parlé, que la liberté de la Terre serait retrouvée quand la flèche du Sagittaire serait délivrée, décochée, et qu’à ce moment-là tout serait révélé.

Alors bien sûr, tout est révélé, les magouilles des Illuminatis, des mauvais garçons, des méchants garçons comme disait Omraam, mais, au-delà de ces révélations, la révélation la plus importante, c’est bien sûr se souvenir de qui nous sommes. Nous nous réveillons définitivement, et tous les frères et sœurs qui le vivent décrivent tous la même chose. Cet état indicible d’Amour qui est là, qui émane en permanence, que vous soyez malades, que vous soyez en colère, que vous soyez joyeux, c’est quelque chose qui est là en permanence.

Et tous les frères et sœurs qui le vivent, ils disent la même chose, au moment où ils le vivent : Mais Oui, c’est évident, je me rappelle, je me souviens. Je ne suis aucune conscience, tout cela n’a été qu’un rêve.

Et à propos de rêve d’ailleurs, il est quand même préférable, dans le rêve, que ce soit un rêve plutôt qu’un cauchemar, il est plus agréable de rêver que de cauchemarder, le problème c’est que le rêve, il dure depuis tellement longtemps, puisque ce que j’ai vu, et que voient tous les frères et sœurs qui le vivent, c’est que tous ces mondes ne font que passer.

La Vérité, elle ne peut pas passer, elle est immuable. Mais encore une fois, ça ne fait pas de vous un surhomme ou un être éthéré qui plane comme on dit. Non, au contraire, vous êtes pleinement là, pleinement présents, et c’est l’acceptation qui vous rend pleinement présents, et je dirais même plus, ce qui nous arrive à tous, dans nos vies aujourd’hui, à quelque niveau que ce soit, même les choses les plus terribles, ne sont là que pour nous réveiller.

En fait, nous ne faisons que rêver, nous ne faisons que croire à un autre monde. Regardez le nombre de frères et de sœurs qui commencent à vivre l’ouverture de la conscience, de la supra conscience, et qui vous parlent d’une nouvelle terre. Il n’y a pas de nouvelle terre, Messieurs-Dames, c’est la fin du mythe de la création, ça n’a jamais été réel, à tel point qu’en neurosciences, on aboutit exactement à la même chose, et que les scientifiques aujourd’hui nous disent, au-delà des neurosciences, que ce monde est une simulation informatique.

D’ailleurs, vous connaissez le film Matrix, Keanu Reeves l’a dit : ce film n’est pas un film, c’est un documentaire. Exactement. Tous les êtres qui se sont succédés dans l’histoire, et là je parle en particularité des êtres que j’ai canalisés, ont tous été là pour nous amener, que ce soit bien sûr le Commandeur, Shri Aurobindo, Ram, Chandra Babuji, tous les autres, nous ont fait converger vers ce point, ce point de résolution qui est au cœur du cœur.

Qu’est-ce que ça change dans la vie, vous allez me dire. Ma vie n’est pas plus heureuse ou plus malheureuse, mais elle est traversée, et que ce qui se passe là (montrant le cœur au centre de la poitrine), qui ne peut jamais s’éteindre, même quand vous êtes en colère, même quand vous êtes malades, est la seule Vérité, qu’on le prenne et qu’on le regarde avec tous les points de vue des frères et des sœurs qui le vivent, tout le reste aujourd’hui est une illusion totale.

Vous n’avez besoin de rien, vous avez besoin de manger, vous avez besoin de payer votre loyer, oui, vous avez besoin de payer vos impôts, c’est normal, on participe à un rêve commun, mais pour ce que vous êtes, vous n’avez strictement besoin de rien.

Alors bien sûr, je pourrais vous parler des cristaux en détail, je pourrais vous parler plus de neurosciences, ou de l’histoire même, parce que c’est vrai que l’histoire, même si c’est un rêve, je la trouve particulièrement palpitante en ce moment, avec tout ce qui se révèle. Quand vous voyez tout ce qui se passe, réellement, objectivement, vous voyez bien que c’est le chaos.

Tout le monde, sauf ceux qui ont encore la tête dans le trou, on voit bien qu’il y a des immenses changements qui se produisent, Il suffit d’allumer la télé, la radio, pour bien voir qu’on n’est pas dans quelque chose de linéaire, quelque chose d’habituel, mais dans quelque chose qui est totalement inédit.

Ça a toujours été dit, pour ceux qui suivaient Autres Dimensions, et je vous répète cette phrase parce qu’elle est importante, c’est que plus le chaos du monde grandira et plus vous allez être en Joie. Mais pas en joie stupide parce que c’est le chaos, c’est justement parce que c’est le chaos que vous êtes libres. Et là je ne parle pas uniquement de la société, je parle aussi de votre vie, de ma vie, de la vie de tout le monde.

La Joie, elle est là. Tant que vous croyez devoir faire un effort, effort justifié quand on a monté les vibrations pour toucher la supra conscience, quand il a fallu percevoir, monter les vibrations, là, aujourd’hui, ce n’est plus, ce n’est plus du tout ça, parce qu’aujourd’hui, la bonne nouvelle, elle est là, elle est pour vous tous, elle est de partout, et ça, dans le dernier quart d’heure de notre entretien, nous reviendrons à ce vécu, nous le vivrons.

Mais entre temps maintenant, on va continuer l’histoire, et je vais vous laisser la parole pour toutes les questions que vous voulez, même sur le rêve, ou les cristaux, tout ce que vous voulez.

Alors il suffit qu’il y ait quelqu’un qui lève la main pour la première question. Vous oubliez pour l’instant ce que je vous ai dit, et nous le vivrons à la fin de la conférence.

Traductrice : Alors il voudrait savoir quels sont les éléments de chaque cristal, quels sont les cristaux de chaque élément plutôt ?

Alors, attends, en général on peut établir des correspondances entre les cristaux, les toutes premières correspondances qui ont été établies ne le sont pas par rapport aux éléments, mais par rapport aux planètes. Steiner avait parfaitement décrit ça, et un astronome italien avait démontré, avant Steiner, c’est très vieux, que si vous prenez une lunette astronomique, que vous dirigez sur Vénus, et que de l’autre côté, au lieu de mettre l’œil, vous mettez une solution qui va cristalliser, du chlorure, du sel tout simplement, et bien quand vous tournez votre télescope, votre lunette astronomique vers Vénus, la solution va cristalliser selon un système de cristallisation qu’on appelle cubique.

Si vous tournez votre lunette astronomique sur Saturne, et que vous mettez à la place de l’œil toujours la solution de sel là, vous allez avoir un système de cristallisation rhomboédrique.

Alors, le quartz, le quartz c’est de la silice qui fournit la base de temps, les ordinateurs, les montres, la silice est omniprésente, la silice est un système de cristallisation rhomboédrique, la base du temps est obtenue dans la solution vers Saturne. Quand vous mettez la lunette astronomique vers Saturne, vous cristallisez ici, comme le cristal de roche, il se trouve que Saturne est le maître du temps.

Donc il y a effectivement une correspondance entre les sept systèmes de cristallisation, les sept planètes de l’astrologie traditionnelle, et bien sûr les sept chakras. Maintenant, en médecine chinoise, on parle par exemple non pas des quatre éléments dont parlait notre frère, mais on parle des cinq mouvements, les Wuxing, les Wuxing, oui, wu – cinq, xing – mouvements.

Les cinq mouvements, le mouvement du Bois, les chinois nous ont dit que c’était lié au printemps, à la couleur verte, et tous les cristaux qui vont être verts, vont agir sur ce mouvement-là, et sur cet élément-là.

Alors les chinois, ils parlent des cinq mouvements et des quatre éléments. L’Eau, c’est le mouvement aussi de l’Eau, il y a une correspondance dans ce cas-là. La pierre, que j’ai appelée chef de file, c’est-à-dire qui va vraiment traiter l’élément Eau, est la même que celle qui traite le mouvement de l’Eau, c’est la tourmaline noire. Voilà.

Celle qui agit sur l’élément Feu, agit aussi sur le mouvement du Feu, et c’est le rubis. C’est d’ailleurs, je vais vous donner les trois autres pierres, il y a quatre éléments et cinq mouvements, c’est d’ailleurs les pierres qui ont été utilisées dans l’histoire, dans la dernière Atlantide par exemple, les hôpitaux atlantes, c’était des sas, comme des arches où on passait à travers, ces arches étaient alimentées par la lumière solaire et des miroirs, et des cristaux, et à chaque fois qu’on passait par l’un de ces sas, il y avait bien évidements sept portes ou sept sas, à chaque fois, on révélait et on traitait les corps subtils qui correspondaient.

Pour revenir aux éléments, il nous reste l’élément Air et l’élément Terre.

L’élément Air, une pierre qui est extrêmement utilisée et c’est aussi le mouvement de l’Air, extrêmement utilisée en médecine, en tous cas, quand j’étais médecin, c’est la pierre qu’on utilise quasiment, presque, dix fois par jour, c’est l’aigue-marine, c’est aussi la pierre du corps astral; du corps émotionnel, mais c’est avant tout, comme tu parlais des éléments, la pierre de l’élément Air.

Nous avons aussi, il reste la Terre, la Topaze Impériale. Mais néanmoins, il est beaucoup plus facile, alors là, c’est le médecin qui parle, il est beaucoup plus facile de traiter, non pas les éléments mais les chakras, avec les pierres qui sont d’ailleurs dans le livre qui a été traduit, Cristaux et Être, où tout a été donné là. Donc, en thérapie en tous les cas, après vingt-cinq ans de médecine, c’est ce qui est le plus efficace, c’est de travailler avec des cristaux sur les chakras.

Alors bien sûr, on a des amis ici qui ont fait des formations cristal qui dure dix jours, et là je donne toutes les techniques, travail sur les auras, sur les points d’acupuncture, tout ce qui peut agir avec les cristaux. Ce qui fonctionne le mieux quand même, c’est le référentiel couleur, et pas système de cristallisation.

On a parlé tout à l’heure de la lunette astronomique qui donnait tel système de cristallisation, ce qui marche le mieux, c’est la couleur des cristaux, à condition de ne pas confondre les couleurs telles que le voit un clairvoyant sur les chakras, qui n’ont rien à voir avec les couleurs quand on vous dit, le premier chakra est rouge, orange, ça, ça n’existe pas.

Quand on vous dit que le premier chakra est rouge, si un clairvoyant vous dit qu’il voit le premier chakra rouge, je me poserais des questions sur sa clairvoyance. Par contre, le premier chakra est d’un état d’énergie qui correspond au rouge. Ce n’est pas la même chose.

Quand vous voyez un cristal rouge, ce n’est pas de la lumière, c’est une couleur matérielle. Donc il ne faut pas confondre les couleurs mentales, réelles, et l’action par les couleurs. Par exemple on peut utiliser la lumière pour soigner, en auriculo médecine, sur les chakras, on va prendre une lampe et on va mettre des filtres. Si je mets une lampe blanche avec un filtre rouge derrière, j’ai de la lumière rouge, dont la longueur d’onde correspond au rouge, quatre cent cinquante manomètres, enfin peu importe le chiffre.

Quand j’ai un cristal dans la main, rouge, il n’émet pas de la lumière rouge, il est rouge parce qu’il absorbe tous les rayonnements, sauf le rouge. Donc vous voyez, il y a beaucoup de gens qui ont fait la relation entre, par exemple, les couleurs que donnent les Tibétains, sept chakras rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet, qui n’ont rien à voir avec ce que je vois en clairvoyance, qui signifient simplement un état de l’énergie.

Rouge, bas niveau de l’énergie, violet haut niveau de l’énergie. Mais les pierres qu’on va utiliser vont être différentes. Par exemple pour le premier chakra, ce ne sont pas les pierres rouges, ce sont les pierres noires…

Voilà, on ne va pas rentrer dans les détails, ça nous amènerait dans un cours de cristallo-thérapie et ce n’est pas le but.

Il y a une autre question-là.

Traductrice : …Vous saluer, vous remercier et bienvenue au Pérou. Il est content d’être ici pour pouvoir vous écouter, pour confirmer ce qu’ils ont vécu. Ils sont venus expérimenter, ils sont venus ouvrir … cette expérience sur la conscience. On a parlé beaucoup de ton processus, de ton propre entendement du moment que toi tu vis. Tu as parlé de l’enfance, pour moi le livre qui m’a donné les connaissances sur la neuroscience, le Yoga Sutra de Patanjali, et comment tous ces livres je les ai mis en relation avec la neuroscience.

C’était un moment dans ma vie où je me demandais beaucoup avec conscience, et j’approfondissais dans ces sujets. Tes connaissances extrêmes de la conscience, on n’en parle pas beaucoup ici à Lima, tu as parlé de l’expérience de l’ayahuasca, j’ai lu le livre également du Serpent Cosmique, ça m’a beaucoup aidé. Après j’ai lu le livre de la Fleur d’Or, et par rapport à ce que tu dis, j’étais dans le cœur du cœur. C’était quelque chose de profond … connaissance profonde, comme j’ai essayé d’expérimenter cet état de conscience subliminale, de cette conscience divine pour mettre un mot. Bon.

La question maintenant, je comprends qu’on est en train de passer une nouvelle étape, on a eu un processus qui nous permet … que nous sommes en train de faire un nouveau pas à une nouvelle étape, alors là c’est de l’illusion et on passe à autre chose, on se défait de tout attachement, de toute identification, de toutes les croyances. Alors nous sommes dans ce moment, mais toujours sous l’influence de cette loi de la dualité, cette lutte de cette dualité et on a tous du mal à nous maintenir fermes.

Alors la question concrètement. Que pourrais-tu nous recommander qui pourrait nous stimuler, nous maintenir ?

Rendez-vous à la fin de la conférence pour le vivre, parce que ça passe par le Silence, ça ne peut pas être une recommandation. Dès que c’est vécu, tous les frères et sœurs qui le vivent sur la planète font le même travail que moi maintenant. C’est-à-dire que l’intérêt c’est de diffuser la bonne nouvelle, mais surtout de vous donner la possibilité de le vivre, parce qu’après, quand tu vas le vivre, tes mots seront peut-être différents. Bien sûr, selon ton histoire, selon le contenu de ton cerveau, de ton cœur, mais in fine, le résultat est le même.

C’est ce que j’ai appelé, mais alors il faut encore des mots, c’est ce que j’ai nommé en dernier voilà quelques mois, cette résonance Agapè multi ou inter dimensionnelle spatiale, est une clef, mais ce n’est pas une clef intellectuelle, c’est quelque chose qui est à vivre.

Dès que tu le vis, que tu le veuilles ou pas, que tu sois un musicien, un chanteur, un éboueur, pareil, un balayeur, ne change rien, ce qui émane de ce cœur n’a rien à voir avec mes pensées, n’a rien à voir avec mes maladies même quand je suis en colère, j’ai le droit d’être en colère, n’a rien à voir avec ce que je mange, et pourtant je suis bien conscient qu’il y a des aliments, et j’en ai parlé en diététique depuis un an, le régime cétogène, les champignons, pas des hallucinogènes, ont leurs rôles, parce que je répète ce que je disais, c’est quand même plus sympa dans cette illusion de vivre un rêve qu’un cauchemar, on est d’accord.

Il vaut mieux être en bonne santé et ne pas avoir de problèmes, mais pour certains, c’est l’inverse, il y a des gros, gros problèmes en ce moment, à tous les niveaux. Mais c’est justement ce qui vous est donné pour le vivre. Acceptez et vous verrez. Quoi qu’il se présente, mettez derrière vous la perception, quand vous êtes sensitifs, quand vous sentez les énergies, vous voyez les choses, elles sont là, vous ne vous en occupez pas. Vous restez tranquilles, c’est tout.

Traductrice : Il y a quatre, cinq jours, j’ai eu une expérience vécue au lever du soleil, j’étais très conscient de cette réalité de penser, je sens ce temps très complexe, ça commençait à se dissoudre, et que beaucoup d’entre nous devions influencer à ce que cela arrive et qu’on est en train de participer … Je participais avec beaucoup de personnes à dissoudre ces éléments du temps, créés par les pensées, et que c’était une phase vraiment déterminante.

Et là, comme par hasard, vous savez que depuis deux ans, je ne décide rien, je vais là où on m’appelle, sans me poser de questions, parce que quand vous êtes libres, vous savez que l’Intelligence de la Lumière et de l’Amour, fera toujours mieux les choses que vous. C’est effectivement comme ça que ça se passe depuis deux ans.

Là, nous sommes au début de cette année, enfin nous sommes au mois de février 2020, et nous nous retrouvons au Pérou, et en particulier dans les domaines de Viracocha, sur les portes du temps, pour montrer qu’il n’y a pas de temps.

Alors, je ne sais pas comment ça va se passer quand on va y aller, mais c’est vrai que les frères et les sœurs qui m’ont appelé dans différents pays, la Tunisie, le Brésil bientôt, le Québec, tous les pays, ça accompagne l’histoire. Mais ce n’est pas moi. Les gens ont parfois l’impression que Jean-Luc Ayoun, Abba, non, je ne sais rien, je suis, verbe suivre, l’évidence de la Lumière, et si vous acceptez ça dans votre vie, même pour une maladie, pour un divorce, pour une mort, juste derrière, vous allez être inondés d’Amour.

Traductrice : Le thème de ce débat de l’expérience, nous sommes l’aspect commun, la référence de communication, c’est correct…

Le problème que j’ai maintenant, c’est que réellement et sincèrement, toutes ces connaissances intellectuelles, tous ces vécus de la conscience : serpent cosmique, toutes les dimensions, ce serpent qui se mord la queue, tous ces mondes que j’ai parcourus, ça ne sert à rien. Aujourd’hui, je dis bien aujourd’hui, ce n’était pas le cas il y a dix ans, il y a vingt ans, aujourd’hui, dans le Silence, dans l’accueil, dans l’instant, tout y est.

Pourquoi compliquer ? Alors bien sûr, je parle encore pour instaurer un dialogue qui va préparer la communion et la résonance. Simplement dans une rencontre, on est ensemble trois jours, quatre jours, une semaine, la préparation se fait lentement et ça se vit naturellement. Là, on n’a que quelques heures, donc la meilleure solution, après avoir dialogué comme on fait, c’est de se placer dans le silence, où je le répète, je ne fais rien, Vous le faites seuls.

On ne fait rien, on est simplement là, sans rien attendre, sans rien demander, juste accueillir l’Inconnu, vraiment. Il faut une grande humilité. On a été préparé, par les quatre piliers, on a été préparé par Osho, la fainéantise, c’est exactement comme ça que ça se passe, pas autrement.

Là c’est un préalable qu’on a fait un peu rapidement, on parle de cristaux, on parle de choses et d’autres, et puis un petit peu avant la fin de la conférence, on va passer à la Vérité.

Je précise d’ailleurs qu’il vous faudra bien différencier ce que vous vivrez comme énergie, vibration, perception, expansion, c’est un leurre de ce qui va se passer, c’est un leurre, une erreur, un mensonge, mais qui vous rend disponibles, et les résultats seront dans les deux jours. C’est pour ça que je le fais à la fin, parce que si je l’avais fait au début, pour une conférence, vous auriez été comme ça (corps un peu avachi, endormi) pendant les deux heures, et vous auriez eu pour les autres plein de questions..

Si je le fais à la fin, les questions vous les gardez et les réponses vont apparaître toutes seules, c’est comme ça que ça se passe, vous voyez.

Autre question.

Traductrice : Merci. Bienvenue. Alors avec un groupe d’amis nous suivons les canalisations que tu fais depuis 2011, …les intervenants ils parlaient autour de juin, juillet 2012, la Terre allait passer devant un grand événement, qu’il allait se passer quelque chose. Donc on faisait tout ce qui était indiqué de faire avant, on suivait vraiment à la lettre. Après cela, un silence de ta part et aussi des intervenants, on ne savait pas ce qui arrivait.

Pendant ce temps arrivait le printemps, il y avait des dates cosmiques avec cet état de vision ou on devait arrêter, de nous passer à une autre étape. (…) Mais là, il y avait un silence, qu’on ne savait rien de toi. Qu’est-ce qui s’est passé à ce moment-là ?

Ah, vous n’êtes pas au courant ?

(Rire de Jean-Luc)

Sœur : Fin 2012 on avait perdu ta trace, on ne savait plus où tu étais.

Non il n’y avait plus rien.

Sœur : Elle veut savoir qu’est-ce qui s’est passé après cette date ?

A partir de 2012 ?

Sœur : Oui.

Ah, c’est très simple…

Traductrice : Elle voulait savoir ce qui se passait sur la Terre, si ça avait une relation avec la Terre.

Non, ça avait une relation avec l’état français, et la justice française, qui a, pendant six ans, alors que, bon, les canalisations ont repris deux ans après seulement, ils m’ont interdit de parler, de communiquer, d’échanger, voilà.

Traductrice : Ils demandent ce qui s’est passé avec cet événement qui devait arriver, qui n’est pas arrivé, et donc qu’est-ce qui s’est passé avec cet événement, finalement ?

Non, non, l’événement est maintenant, l’événement est en cours, il n’était pas en 2012.

Traductrice : Alors la date a été bougée, changée, reportée ?

Non. Alors, la date était réellement le 21 décembre 2012.

Mais, écoutez bien, dans le scénario de l’histoire, dans le scénario du rêve, puisque tout a été écrit, absolument tout, vous n’avez aucun libre arbitre, vous ne faites que suivre, nous ne faisons que suivre, Tous, sans aucune exception ce qui est écrit. Tout a été écrit, avant même l’apparition de la Source, dès le premier rêve des mères généticiennes, parce que tout rêve doit se terminer en cauchemar pour se réveiller.

Or, qu’est-ce qui s’est passé dans cet événement qui semble ne pas avoir eu lieu, quel que soit l’événement, quand je parle d’événement, pour moi dans ma tête, ce n’est pas nécessairement Nibiru, ce n’est pas nécessairement le basculement des pôles, c’est quelque chose qui vient littéralement saisir, et faire exploser la conscience pour lui montrer, pour nous montrer que nous ne sommes pas cela.

Aujourd’hui, où que vous regardiez, nous voyons bien de partout sur la Terre que le système économique est mort, la Terre, alors bien sûr ceux qui rêvent vont vous dire que la Terre ascensionne, elle ascensionne oui, dans l’Absolu.

J’ai longuement expliqué que la Terre est le lieu de la création du premier rêve. Vous savez pour ceux qui ont suivi l’histoire, ça avait été expliqué. Je vous rappelle que le noyau cristallin de la Terre, vient de Sirius, nous sommes Sirius, ici. Les étoiles que nous voyons, c’est comme on le dit en sumérien, le Cosmos, en sumérien ça veut dire cusmus, la peau de serpent. Ça n’existe pas.

Quand je suis sorti en mai 2018, dans mon corps de lumière, dans un corps de lumière, je suis allé jusqu’aux limites, à l’extérieur, je ne parle pas de mon cœur, mais vraiment dans la projection de la conscience, je suis allé au niveau de la ceinture de Van Allen, à la limite du système solaire, et j’ai vu que c’était un plasma, un miroir.

Et c’est là que j’ai vu que tout ce qu’on a appelé les archétypes, Jésus, Marie, Mikael, les Étoiles, les Anciens, Bouddha, Mani, Ahura Mazda, tous ces grands êtres avaient été, eux, dans la Vérité. Mais dans l’histoire, ils ont été récupérés.

Dès qu’un être apporte la bonne nouvelle, dès que vous créez un mouvement derrière, une religion, la Lumière est déviée. Et je me suis posé la question puisque j’empruntais à ce moment-là le corps d’un aigle magnifique, un aigle blanc, une baleine blanche, mon propre corps de lumière, de cristal, je pouvais prendre n’importe quel … ce qu’on appelle un être de Lumière, moi c’est un costume, c’est comme si je mettais un vêtement. Mais il ne vous viendrait jamais à l’esprit de vous identifier au vêtement, c’est tout l’enseignement de Bidi.

Vous n’êtes pas ce corps, ce corps est un sac de viande. Bien sûr, il est à respecter, à aimer.

Traductrice : Quand Seretti parlait des êtres de Lumière …

Des archétypes, aussi, donc ces archétypes sont déviés. Donc, en détruisant la ceinture de Van Allen, et je ne pouvais pas le faire à travers une forme, je ne pouvais pas le faire à travers un archétype, quel qu’il soit, parce que ça me déviait à chaque fois la Lumière, et ça renvoyait sur Terre, dans une espèce de boucle cybernétique ou spatio temporelle, qui fait qu’on tourne en boucle sur Terre. On naît, on meurt, on oublie, on revient.

Alors bien sûr, j’ai travaillé…

Traductrice : Ce message de Seretti, la Lumière et l’obscurité, ça continue ?

Non. Mais non, puisque le temps n’existe pas. La conscience est assujettie au temps et aux dimensions. Mais on sait très bien, et je l’ai vécu, bien sûr que là je suis conscient du temps, d’ailleurs on est arrivé juste en retard, donc le temps il passe, dans le rêve.

Il n’y a ni temps, ni espace. Par contre, pénétrer l’espace, je parle de l’espace ici, je ne parle pas dans une autre dimension, met fin pour vous au temps, ce qu’on va faire tout à l’heure.

Donc dans ce qu’a dit Seretti, dans ce qui a été dit par Ramatan, dans ce qui a été dit par Métatron, dans tout ce qui a été dit, aujourd’hui avec le recul, vous vous apercevez d’une chose, que tout, absolument tout, avait été annoncé, mais se déroule maintenant, sept, huit ans après 2012. Pourquoi ? Ce n’est pas une erreur, ce n’est pas du tout une erreur.

Je vous rappelle qu’il y avait beaucoup de frères et sœurs, dont je faisais partie à l’époque, même en étant libérés, qui attendaient un événement. Mais si vous attendez un événement, vous ne pouvez pas être libres.

Je l’ai toujours dit, l’événement c’est Vous, c’est Nous, et la façon dont se révèle et se vit Agapè, permet le réveil, et l’actualisation, la matérialisation littéralement de l’événement. Et je me fous de savoir que ce soit Nibiru, l’explosion de la Terre ou du système solaire, parce que là il n’est plus question seulement de Nibiru, mais je vous rappelle que nous avons des étoiles mortes qui sont dans le système solaire, nous avons un trou noir, pas au centre de la Voie Lactée seulement, mais ici, et le trou noir est la Vérité.

Alors l’ego va appeler ça le néant. Le Soi, ceux qui sont installés dans l’illusion, l’auto contemplation de leur propre lumière, vont dire que je suis le diable en personne. J’ai l’habitude, des gens qui ne font qu’exprimer ce qu’ils vivent en eux, en le projetant sur moi, c’est tout.

Comme j’ai dit en préambule, je sens les énergies, je sens les êtres, depuis que je suis enfant. Donc il est faux de dire que le mal n’existe pas, il existe, il est très concret ici, ça fait partie du cauchemar, c’est tout. Et dire ça, fait que des fois j’ai besoin, par exemple, d’agir avec les énergies, avec la dualité, par exemple pour quelqu’un qui se croit possédé, qui se croit ou qui l’est réellement, quand je vois un magnifique archonte derrière une personne, alors, bien évidemment, si la personne est prête, dans son cœur, résonance Agapè et c’est fini.

Mais pour la personne qui est enfermée dans sa propre dualité, qui vit réellement cette possession, cette souffrance, c’est réel pour elle. Ben qu’est-ce que je vais faire, je vais faire appel, je vais faire un rituel avec Mickaël, avec le Christ, avec Marie, où je reprends les outils du rêve, mais je ne suis pas dupe. Mais le plus souvent, si le frère ou la sœur est suffisamment prêt à lâcher, je n’ai pas besoin de tout ce rituel et tout ce cinéma, parce que c’est du cinéma. Mais néanmoins, dans le rêve, le cinéma agit.

Mais aujourd’hui on n’en est plus là, et ça je ne peux pas vous l’expliquer, encore une fois, ni vous le démontrer, mais nous pouvons le vivre, tout à l’heure, dans pas longtemps. À quelle heure ils viennent nous chercher, on a dit sept heures, ou sept heures et demi non ? Oui, donc on a encore trois quarts d’heure de questions.

Sœur : Que doit-il se passer avec l’étoile Bételgeuse ?

Ah, vous n’êtes pas au courant ? Elle a explosé, mais il n’y a pas de temps, il n’y a pas d’espace. Alors bien sûr les scientifiques vont vous dire « ça peut se produire maintenant ou dans des milliers d’années ». Ce n’est pas vrai, puisque ça avait été annoncé par les Nephilims eux-mêmes, lors de l’enfermement du rêve, dans le cauchemar, parce que l’enfermement, la planète prison, ce n’est pas un rêve c’est un cauchemar. On vit un cauchemar. Même si vous êtes dans cet amour Agapè indicible, que vous retrouvez dans la nature, quand vous allez près de l’eau, près des baleines, près d’un frère ou d’une sœur avec qui vous résonnez, force est de constater qu’il faut vraiment être malade pour être bien dans ce monde. Krishnamurti l’a dit bien avant moi, il y a déjà quatre-vingts ans, ce n’est vraiment pas un signe de bonne santé que de se sentir bien dans cette société.

Ah oui, mais comment vous faites, quand vous avez un boulot, une famille, eh ben c’est justement ce que vous avez à dépasser. Je ne dis pas par là qu’il faut abandonner le boulot, la famille, les enfants. Je dis simplement que c’est ce que vous avez à traverser. C’est vous qui avez écrit votre scénario, et plus il vous semble dégueulasse et pourri, plus vous êtes certain que c’est vous qui l’avez écrit comme ça. Alors vous voulez accuser qui ? Le mari, la femme, la société ? Vous voulez accuser quoi dans le rêve ? Non, acceptez le rêve et vous vous réveillerez. Acceptez le cauchemar, ce qui ne vous empêche pas, si par exemple je me casse la jambe, ah, j’accepte, j’accepte, j’accepte, oui, mais après il faut quand-même aller faire mettre un plâtre. Mais inversez l’ordre des priorités, ça prend cinq minutes, allez, un quart d’heure, j’exagère, mais c’est très rapide.

Oui ?

Sœur : […] on lui a dit dans un sommeil, dans un rêve : « Charlie Blue te dit : oma amba oma ohm soy », on lui a dit ces paroles-là.

Oui, c’est vibratoire. Maintenant, te dire ce que ça veut dire, je ne sais pas. L’année dernière, en Février, à peu près à la même époque, vous vous rappelez on a eu la – pour ceux qui suivaient ça – on a eu la Langue Source des Mères Généticiennes, qui a un sens, mais je ne le connais pas. L’important n’est pas de savoir ce que ça veut dire, ça, ça concerne l’ego, la connaissance, la personne, l’histoire. L’important c’est ce que ça fait. Ça c’est très important, on a eu l’exemple…

(JL regarde l’écran) Qu’est-ce qu’il me dit : « Te casse pas la jambe, tu as encore le Machu Picchu à grimper. ».

(Rires)

Ah, quand je tape sur ma jambe ! Je change de jambe.

Voilà, ce que je veux dire par là : que c’est tellement simple, c’est enfantin, vraiment. Aujourd’hui hein, aujourd’hui. Parce que la bonne…, le temps zéro il est partout, il est là. Alors oui, effectivement, l’année dernière j’avais dit oui, dites oui à ce qui est. C’est la phrase de Bidi que je reprends aussi sans arrêt et je la sors à chaque fois parce que c’est certainement, aujourd’hui, une des phrases les plus importantes : Ce qui doit arriver arrivera, quoi que vous fassiez, et ce qui ne doit pas arriver n’arrivera pas, quoi que vous fassiez. Ça vous rend encore plus disponibles pour la Vie. Et vous avez le droit d’être humains, et vous avez le devoir, le devoir de rester dans votre humanité la plus simple : sourire à un enfant dans la rue, dire merde quand quelqu’un vous emmerde. C’est ça l’humanité, c’est ça la vérité. Si vous avez eu l’occasion de voir des vidéos de Bidi, quand il était incarné, il y a quand-même une sacrée différence entre notre Commandeur qui est si humain avec ses vêtements blancs, et Bidi, qui avait une tête de gangster.

Sœur : De quoi ?

De gangster. Ah tu ne l’as pas vu Bidi avec ses lunettes noires ? Et Bidi, c’était un commerçant hors pair, il négociait tout, il s’amusait. On est bien loin d’un Omraam Mikhaël Aïvanhov avec sa tenue blanche. On est bien loin d’Osho, qui a quand-même créé de son vivant une magnifique secte, ce qui ne l’a pas empêché d’être un Melchisédech pour autant. Krishnamurti l’avait dit, dès l’instant où vous voulez organiser la Lumière, organiser la spiritualité : mouvements, associations, religions, gourous, vous avez tout faux. La véritable humilité encore une fois, ce n’est pas de se rabaisser. J’ai des connaissances, je les exploite, j’en parle. J’ai des sensations, des perceptions, mais le plus important ce n’est pas ça, absolument pas.

Le plus important c’est d’être capable d’être humain, avec toutes ses failles, avec tout cet état de spontanéité qui est lié à Agapè, où effectivement vous redevenez comme un enfant, vraiment. Pour ceux qui me connaissent depuis longtemps, je l’ai dit et je le redis, j’ai assisté en l’espace de trois ans à une transformation totale de ce sac de viande, je faisais quand-même cinquante kilos de plus. J’ai assisté à une transformation totale des mécanismes de fonctionnement de la pensée.

Il n’y a qu’un truc auquel on ne peut pas échapper, et je le vis en ce moment d’ailleurs, c’est ce qu’on appelle les influences astrales, astrologiques, pas astrales: la mécanique des planètes, là c’est du direct live, c’est ce que je vis en ce moment. Je suis Bélier, Mars rentre en Capricorne, il y a tous les amas planétaires, Mars est rentré en Capricorne, là où il y avait déjà Pluton, Saturne, Jupiter, donc ça crée, dans le scénario qui est écrit, une énergie de feu qui arrive, de colère qui est là. D’ailleurs vous voyez, je bouge tout le temps, mais je n’y peux rien, c’est comme ça. A d’autres moments, eh ben je ne bouge pas du tout, mais ça ce n’est pas moi, vous voyez, je ne cherche pas à vous la jouer, la personne zen, comme ça. Ça c’est du cinéma.

L’être qui est vrai n’a pas besoin d’une tenue orange ou blanche. Il n’y a pas besoin d’allumer des bougies, il n’y a pas besoin de rituels. Même si c’est agréable d’allumer des bougies, c’est bien. Non, non, mais je n’ai rien contre, non, non c’est très bien. Mais je n’en ai pas besoin, ça ne veut pas dire que ce n’est pas beau ; c’est très beau, d’accord, mais il faut différencier ce qui est de l’ordre de la beauté, qui est beau, c’est esthétique ; je parle de cristaux qu’ils ont mis là, vous voyez, ils ont installé des cristaux avec un petit autel, je ne dis pas que c’est négatif ou inutile, au contraire, je dis que c’est beau ; ça fait partie du décor. Je préfère ce décor-là qu’une mauvaise odeur, enfin, c’est évident.

Comme je disais, dans le rêve il vaut mieux vivre un rêve qu’un cauchemar. La Joie, elle est là aussi. J’ai souvent parlé de la Joie. La Joie, elle est là, même quand je suis en colère. Ah ben oui, surtout avec les influences qu’il y a en ce moment. Mais la Joie est toujours là, simplement elle s’exprime indépendamment de moi. C’est ça aussi l’acceptation – de la souffrance, d’un deuil que vous avez vécu, d’une maladie, d’un trouble quel qu’il soit.

Vous savez, quand je dis que la Lumière m’a transformé, elle m’a transformé, elle m’a totalement transformé. J’ai été atteint d’une maladie héréditaire – j’ai fait ma thèse d’ailleurs là-dessus, ma thèse de médecin – elle a disparu. D’ailleurs les professeurs de médecine n’y comprennent rien, parce que les gènes qui codent pour cette maladie, c’est une maladie héréditaire, ils sont toujours là ! Mais la maladie, elle, n’est plus là.

On sait aujourd’hui que l’ADN n’est rien, et qu’est-ce qui est le plus important : c’est ce qu’on a appelé l’épigénétique, ce qui est autour, l’espace qui est autour de votre espace de vie. Et dans cet espace de vie, effectivement, je préfère avoir un autel, des cailloux, des cristaux, des prières, plutôt que de la méchanceté et des mauvaises odeurs. C’est plus agréable à vivre, mais ça ne change rien à ce qui est là. Simplement, quand vous êtes dérangé par une odeur, par n’importe quoi, ça n’enlève rien de ce qui est là. Mais c’est quand-même plus facile quand tout est fluide.

On a appris à l’époque la fluidité de l’Unité, vous vous rappelez ? La fluidité des […] Aujourd’hui, à travers l’abandon à la Lumière, dont parlait Anaël déjà il y a onze ans, l’abandon à la Lumière, ce que j’ai nommé aussi le sacrifice, un vrai sacrifice. Il est où le sacrifice ? Eh ben quand vous l’avez vécu vous dites, il n’y a aucun sacrifice, parce que vous retrouvez l’état naturel. Je l’ai appelé sacrifice pour la personne, je l’ai appelé sacrifice pour le Soi, ceux qui sont installés dans la Présence comme ils disent, dans la Lumière Blanche.

Mais ils n’ont pas vu que la Lumière Blanche c’était la conscience. D’où vient la Lumière blanche ? De l’Absolu, de ce que nous sommes, que nous appelons le point central qui voit tous les mondes se déployer. Comme avec certains produits, on parlait des enthéogènes, l’iboga, la mescaline, et surtout la salvinorine, et d’autres, il y en a plein, la DMT, les psilocybes, peu importe.

Vous savez qu’aujourd’hui, en neurosciences, et en pharmacologie, en milieu hospitalier, vous avez des gens, aux Etats-Unis, et les pays anglo-saxons surtout, vous avez une molécule, qu’on appelle la DMT, diméthyltryptamine, une injection, intraveineuse hein en milieu hospitalier, pas en absorption comme ça par la bouche, par le digestif, mais dans les veines, une injection à une dose extrêmement précise de DMT met fin de manière irrémédiable à toute possibilité d’être dépressif. C’est prouvé, ce n’est pas du bourrage… là on est dans la science pure et dure, on n’est plus dans ce qui est à vivre. C’est la vérité.

Frère : C’est-à-dire, ça nous met en Agapè, c’est ça ?

Ça ne te met pas en Agapè, ça… alors, je n’ai pas pu développer, je dis simplement, chez tout être humain, tant qu’il n’est pas libre, vous avez les deux étoiles là, attraction-répulsion, bien et mal. Ici, vous avez deux neurones qui partent, deux axones pas deux neurones, qui viennent du noyau du thalamus central, bon on rentre dans des choses très… Pour simplifier, vous avez le cerveau reptilien, qui gère tous les automatismes du corps, tous les réflexes, tous les comportements, à l’insu de votre plein gré. Il ne vous demande pas votre avis, il exploite votre personne.

Par exemple, un enfant met la main sur quelque chose qui est chaud, la main s’enlève. Mais la main s’enlève avant qu’il ait eu le désir ou l’idée d’enlever la main. C’est un réflexe. Ce que nous appelons la personnalité, et en particulier dans sa composante qu’on appelle le tempérament – c’est une des composantes de la personnalité. Ce tempérament est issu du programme, c’est-à-dire du cerveau reptilien, sur lequel la conscience n’a aucun effet. Le tempérament, effectivement, quand on injecte ce produit, vous allez détruire définitivement, réellement et concrètement, l’axone, c’est-à-dire la fibre nerveuse qui part du cerveau reptilien, qui est responsable de l’idée de vous croire un individu, c’est lui qui crée l’idée d’un je, d’une personne, d’un corps, mais vous, vous n’y êtes pour rien. Ni votre conscience n’y est pour quelque chose. Eh ben, quand vous mettez une injection de DMT, vous mettez fin à l’axone du circuit de la punition, et vous êtes en permanence sous l’action du circuit de la récompense.

D’ailleurs, les travaux qui ont été menés en Nouvelle-Zélande, au Canada, je ne vous donnerai pas les noms des professeurs et tout, on n’est pas en milieu universitaire, vous me croirez sur parole ou vous chercherez vous-même, ont démontré que des vrais mystiques, des gens qui ont vécu des expériences de mort imminente, Near Death Experience, dans les stades les plus profonds, c’est-à-dire ceux qui ont traversé les hologrammes, vous savez quand vous sortez de votre corps – vous mourrez – vous voyez Jésus, enfin si vous êtes chrétien, vous voyez Allah si vous êtes musulman, vous voyez Bouddha si vous êtes bouddhiste, et puis vous voyez papa-maman qui sont morts, toujours plus jeunes.

Ça c’est du pipeau, ça n’existe pas. C’est des hologrammes. C’est des hologrammes ! Il n’y a que certains êtres, qui, quand ils ont passé le tunnel ont vu, par exemple le Christ, il est chrétien il voit le Christ, et il voit papa-maman qui sont morts mais beaucoup plus jeunes, bien habillés. Même pas cinq pour cent de ces gens-là traversent ces soi-disant êtres, parce qu’il y a la Lumière derrière, traversent le Soleil, et vont derrière le Soleil.

Alors c’est ce qu’on appelle dans la Kabbalah originelle, l’Aïn Soph Aur, c’est-à-dire ce qui est antérieur à la Lumière, l’Absolu, le Parabrahman. Là, ceux-là vivent la vérité. Les expériences de mort imminente où la plupart des gens s’arrêtent, ils voient le Christ, ils voient papa-maman ou Allah ou Mahomet, enfin Allah on ne peut pas, non, Mahomet, ils reviennent. Mais eux ils savent que la mort n’est pas la mort, mais ça n’a rien à voir avec ceux qui ont traversé le Soleil et qui sont allés dans leur demeure.

D’ailleurs vous avez un médecin américain, très grand neuroscientifique, qui a vécu cela. Alors il n’emploie pas les mots de Bidi, de Nisargadatta, et lui en plus, il n’avait plus de cerveau, toute sa matière grise avait été mangée, donc il n’y avait plus de conscience. Et il est revenu, son cerveau s’est reconstitué en une semaine. Alors lui, je peux vous donner son nom parce qu’il y a beaucoup de vidéos, il se déplace beaucoup. Et le comble, c’est que c’était un neuroscientifique qui ne croyait en rien, il était matérialiste pur et dur.

Alors bien sûr, il ne dit pas que c’est le Parabrahman, il ne sait pas ce que c’est. Mais il dit que, après avoir vu ses parents qu’il ne connaissait pas – il a été adopté – après avoir vu sa sœur – il ne savait pas qu’il avait une sœur – il a traversé tout ça, il s’est fondu dans la Lumière, ce que j’appelle le Paradis Blanc, qui est le piège ultime, le Soi mais qui déjà aujourd’hui débouche sur l’Absolu, et il a pénétré l’Absolu. Et là il a dit, ben il n’y a plus rien, il n’y a plus de forme. Ce n’est pourtant pas ce qu’on appelle la Lumière Noire, il n’y a aucune entité, il n’y a aucun bruit, il n’y a rien. Eh ben c’est là que vous êtes Tout. Et quand vous revenez de ça, ben vous n’êtes plus jamais le même.

Alors je crois qu’on avait des questions aussi au fond, il y a une main qui s’est levée là-bas.

Sœur : Il s’appelle comment ce médecin?

Ah, le docteur Eben Alexander, et son livre en français s’appelle Preuve de l’existence du paradis. C’est un best-seller, il a vendu des milliers, des millions d’exemplaires et il y a plein de vidéos sur Youtube.

Sœur : Est-ce qu’on peut le comprendre, une projection holographique, comment on peut le comprendre, ça ?

La matrice, la création, et je ne parle pas que de la Terre, je parle de toute la création, n’est qu’une simulation, qui en plus s’est déroulée en-dehors du temps, et en-dehors de l’espace, et qui pourtant s’est déployée par l’intermédiaire de la conscience. Comme je dis, la conscience est une projection, au sens psychologique, au sens psychopathologique même. C’est une vraie projection.

Sœur : Il y a beaucoup de choses qui se passent dans la tête.

Oui, mais après ça va se passer dans le cœur ça va aller mieux.

Sœur : Il y avait une question.

Oui, là-bas au fond depuis tout à l’heure.

Sœur : Quel est l’intérêt que la Terre ait été emprisonnée ?

Quel est l’intérêt ? Ben c’est très simple, et je l’ai déjà dit, de transformer le rêve en cauchemar pour voir que tout ça n’a jamais existé. C’est le seul intérêt. Rappelez-vous, le temps n’existe pas, l’espace non plus. Tout cela ne fait que passer. Tout ce qui passe n’est pas vrai. Seul ce qui est immuable est véritable. Dans le taoïsme, c’est le tao hein, tout simplement.

Sœur : Pourquoi il y a des êtres individualisés, pourquoi on est individuels ?

Parce que c’est une fragmentation de la conscience Une. La création, l’Intelligence de la Lumière, ou l’intelligence cosmique, appelle ça comme tu veux, s’observe elle-même à travers des milliards et des milliards d’yeux et de consciences. C’est une fragmentation de la conscience. L’individualité ou l’individualisation est un cauchemar total. Rien n’est séparé, malgré les apparences. Donc ça n’a aucun intérêt.

Sœur : C’est les religions qui ont fait ça ?

Comment ? Ah, tu parles en français, excuse-moi…

(Rires)

Sœur : Est-ce que ce sont les religions qui ont séparé, qui ont fait les individus ?

Ah oui, euh, les archontes avant les religions, mais ce sont eux qui ont créé les religions. D’ailleurs le Christ l’avait dit : ne faites pas de mes paroles une religion. Bien évidemment… D’ailleurs il y a une histoire marrante que j’aime beaucoup : c’est Dieu et le diable qui marchent ensemble sur la plage, et euh… alors attends, comment ça se passe exactement, c’est euh… Dieu dit, ben voilà, je vais créer le moyen que les gens se retrouvent, et le diable lui dit, oh ne t’inquiète pas, je vais me charger d’organiser ça. Eh oui, dès qu’il y a organisation, il y a illusion. C’est ce que disait Krishnamurti, je n’ai rien inventé, mais c’est la vérité, en le vivant vous ne pouvez constater que ça.

Alors bien sûr, il n’est pas question d’aller vivre dans une grotte au fin fond du désert, non. Vous ne pouvez vous retrouver, vous souvenir, qu’en assumant totalement ce qui est là. Rappelez-vous, et ça je l’ai dit déjà bien avant tout ça, la spiritualité, au-delà d’être une escroquerie totale, est le seul moyen qu’ait trouvé l’être humain de se prémunir contre la peur de la mort. Vous, vous ne pouvez pas mourir, vous n’êtes jamais né, ce qui est né c’est l’illusion.

Mais rassurez-vous, ce que je vous dis ne le comprenez pas de travers hein, je ne vous demande pas de renier ou d’aller dans une grotte ou je ne sais pas où, puisque j’insiste lourdement en vous disant que ça se passe ici, à travers votre corps, qu’il ait vingt ans ou quatre-vingts ans, que vous soyez en parfaite santé ou parfaitement malade, ça ne change rien.

Maintenant, la seule question que vous ayez à vous poser, réellement et concrètement, et là vous avez une entière liberté pour y répondre ou pas, fondamentalement, qu’est-ce qui est important pour vous ? Est-ce que c’est d’être bien en ce monde, d’une manière ou d’une autre, ou est-ce que c’est de vivre ce que vous êtes véritablement ? Eh bien les deux sont totalement incompatibles. Alors ça a été dit de différentes façons, nul ne peut servir deux maîtres à la fois, et puis d’ailleurs il n’y a pas de maître. Il n’y a que vous.

L’amour Agapè, dont on a donné la définition, c’est quand, indépendamment de vos circonstances personnelles, affectives, familiales, de santé, d’argent, de travail vous demeurez dans la même équanimité et dans le même rayonnement. Mais ce n’est pas vous qui décidez, vous ne pouvez pas le décider ça, par contre vous pouvez décider de vous abandonner, de dire oui, de prononcer votre nom suivi de votre prénom comme on avait dit à l’époque, d’accueillir, d’accepter.

Ce n’est pas de la foi mais ce n’est pas une croyance, c’est vraiment un emplacement de votre conscience au sein des quatre piliers, humilité, simplicité, transparence qui va vous permettre de vous vivre et de vivre la Vérité.

Rappelez-vous le paradis blanc quand il bascule, c’est l’Absolu. Quand il re-bascule, l’Absolu se manifeste, il y a le paradis blanc et après au bout il y a fragmentation, il y a votre personnage mais vous n’êtes pas ce personnage, mais vous êtes dedans.

Vous n’êtes même pas l’observateur de ce personnage. Vous vous rappelez quand Bidi est arrivé en 2012, on a parlé du témoin, de l’observateur, vous êtes antérieur au témoin, vous êtes antérieur à celui qui voit, celui qui perçoit. Vous êtes l’autre, vous êtes la totalité de ce qui est apparu au travers de la conscience dans le rêve de la création.

Bien évidement même si comme je l’ai dit le corps se transforme, les pensées se transforment et tout, vous restez totalement humain avec les mêmes merdes comme tout le monde, les mêmes ennuis, les mêmes joies, il n’y a rien d’extraordinaire.

L’extraordinaire, il va être dans le silence tout à l’heure, dans l’accueil, dans la disponibilité. Pas dans les cogitations, pas dans les expériences. Ce qui ne vous empêche pas de faire des expériences. Nous des fois, même moi, la dernière fois au Québec on est parti en transe chamanique au tambour chaman, j’adore ça. Le bol tibétain aussi j’adore ça mais je ne suis pas dupe parce que je préfère vivre une transe chamanique que de passer une heure dans un embouteillage. Et c’est logique et que avant de vivre dans dix minutes un quart d’heure ce que je me propose de vivre ensemble.

S’il y a une chose à retenir au-delà de l’acceptation, la traversée de l’accueil, du oui, le plus important, j’emploierai ce mot plutôt que humilité, c’est votre humanité, votre simplicité.

Vous ne pouvez pas être en amour et ne pas être disponible pour tout autre, tout ce qui se présente dans votre vie même si ça vous fait des fois horriblement chier en tant que personne et vous ne pouvez pas faire autrement parce que c’est un état naturel, d’ailleurs, on l’a appelé l’état naturel.

Tant que vous ne vivez pas cela vous n’êtes pas dans votre état naturel. Vous êtes dans l’état de rêve, voir de cauchemar, mais encore une fois vous ne mettrez pas fin au cauchemar ni au rêve. Il faut laisser le rêve se poursuivre, il faut laisser le cauchemar se poursuivre et s’évacuer.

Si vous acceptez que ce que vous avez à vivre en ce moment, accepter, ça ne vous demande pas d’y croire. Encore une fois, on n’est pas dans les croyances. J’essaie de vous donner des éléments qui vont vous permettre de vous faciliter le vécu de la Vérité, de ce que vous êtes.

C’est affreusement simple et bien sûr plus je dis ça, plus la conscience va s’énerver mais à un moment donné, cette conscience, elle va lâcher tout simplement, vous n’avez rien à faire. Tant que vous croyez que vous devez faire quelque chose vous ne serez jamais libre […] on va tous être libres, on va tous se réveiller.

Mais chacun a à traverser dans le chaos du monde que nous vivons, qui va s’amplifier et qui s’amplifie de jour en jour, à tous les niveaux. Maintenant, c’est un fait concret, c n’est pas une projection, ça va se passer dans un mois. Dans dix ans, non, c’est en ce moment que vous avez le plus de possibilités, par la simplicité, de vivre Agapè.

Vous savez aujourd’hui nous avons des frères et des sœurs qui vivent cet état naturel qui n’ont jamais senti une énergie de leur vie, ils ne savent même pas ce que c’est l’énergie. Vous leur parlez de chakra, ils vous regardent avec des yeux comme ça.

Et je dirais même que c’est beaucoup plus facile pour les frères et sœurs qui n’ont jamais mis un pied dans la spiritualité de se retrouver. Parce que, tant que l’on est dans la spiritualité, on est dans le futur, on est dans l’histoire. On veut améliorer, on veut évoluer, on veut se transformer et on est piégé. Vous êtes parfaits.

Bien sûr, l’égo va vous susurrer l’inverse, la culpabilité, la peur. La conscience va entrer en rébellion : celui qui dit ça, ce n’est pas vrai, c’est un diable. Vous pourrez faire comme le Christ, pardonnons-leur parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils disent, ce qu’ils vivent.

Encore une fois, si j’étais seul à le dire et à le vivre, ça ne servirait à rien. Nisargadatta, pas de son vivant, après, parce que maintenant ses livres sont traduits dans le monde entier. Nisargadatta de son vivant, il y avait quelques personnes qui venaient le voir chez lui.

La Source Haidakhan Babaji, il n’a jamais rien écrit. Il a écrit juste sa lettre la vieille de sa mort. Il a écrit une lettre, il est mort le jour de la Saint -Valentin. Il a écrit qu’il allait faire son Mahasamadhi, il n’a jamais rien écrit. Nisargadatta n’a jamais rien écrit, jamais. Tous les livres qu’il y a de Nisargadatta sont des retranscriptions des audio. Lui n’a jamais rien écrit.

Sœur : Ce n’étaient pas des conférences, c’étaient des réunions.

Oui, c’était des réunions mais ils étaient combien dans sa pièce? Sept, huit, dix personnes. Et il disait à l’époque à juste titre aujourd’hui mais quand il a dit ça à l’époque, les gens bon, c’était enregistré mais personne ne comprenait pas. Il disait : « Mes paroles ne peuvent échouer. » Ah bien sûr, les gens qui venaient, qui sentaient, qui sentaient qu’il y avait quelque chose de vaste, qu’il y avait quelque chose de pur qui était là mais ils ne pouvaient pas le vivre ce n’était pas possible.

Aujourd’hui, c’est vivable pas parce que […] parce que nous sommes des millions. Et ces millions de frères et sœurs qui le vivent, ce n’est pas un égrégore, c’est un champ informationnel. Le temps informationnel du temps zéro qui est un concept physique avant d’être une réalité vécue.

Le temps zéro au niveau biologique, on sait ce que c’est. Le temps zéro au niveau chimique, au niveau physique on sait ce que c’est. Dans la biologie par exemple, le temps zéro c’est le moment où la cellule se divise. On l’appelle la division cellulaire.

Alors je ne vais pas rentrer dans la biologie. Vous avez dans toutes les cellules… Imaginez, ma tête est une cellule, un noyau, pardon, un noyau cellulaire qui contient l’ADN et de chaque côté-là j’ai deux petites choses qui vibrent comme ça de chaque côté du noyau il y a l’ADN la dedans et quand vous avez deux objets qui vibrent comme ça en opposition de phase au milieu il y a le temps zéro et quand une cellule se divise c’est exactement ce qu’elle fait.

Cet organite qui est comme ça d’abord au départ, il vibre comme ça, il contient quoi? Du cristal de roche, dioxyde de silicium qui sert à fournir la base de temps dans nos ordinateurs, nos téléphones. Donc là, c’est mon noyau avec mon ADN dedans, les chromosomes se forment et viennent s’assembler au milieu et se divise. C’est ça le temps zéro.

Le temps zéro est inscrit dans toutes nos cellules. Bon, pareil au niveau physique, chimique, on pourrait aller très, très loin. Mais là, ce qui nous intéresse c’est le temps zéro au niveau de la conscience, c’est-à-dire le moment où la conscience dans toutes ces composantes, inconscientes, subconscientes, conscientes et supra conscientes sont vues réellement pour ce qu’elles sont, un leurre, un piège, un piège total.

Allez une dernière question.

Sœur : Une dernière question ?

Non? Alors, ce que je vous propose maintenant c’est simplement un moment de silence. Vous êtes simplement assis confortablement. N’attendez rien, n’arrêtez rien pour ceux qui sentent, qui voient. Laissez passer ce que vous sentez, voyez ou percevez, soyez disponibles.

Si vous y croyez-vous pouvez décroiser les jambes et mettre vos mains sur les cuisses tranquillement. On va baisser la lumière si on peut. Voilà donc, dans votre tête vous n’attendez rien quoique vous sentiez, quoique vous sentiez. Alors je disais quoique vous sentiez, perceviez voyez ou autre, vous laissez passer cela. Vous êtes sans arrêt.

À l’époque Omraam disait : « Vous pouvez vous taper la poitrine. » On ne va pas aller jusque-là. On va faire ça pendant un petit quart d’heure, mais vous ne faites rien, vous êtes en accueil, en disponibilité et je répète, je ne fais rien. Je me mets exactement dans le même accueil, la même disponibilité que vous.

Ce n’est pas une méditation. On est assis donc on est conscient que l’on est assis, la position du corps, qu’on est en groupe. N’ayez aucun objectif de méditation.

Si vous voulez fermer les yeux, vous êtes simplement disponible et je vais faire la même chose. Vous ne demandez rien, je ne demande rien, je n’attends rien le seul support que vous pouvez éventuellement pour piéger votre conscience en quelque sorte c’est vous dire : « Je suis partout dans l’espace de cette pièce. » Ça, votre conscience, elle aime bien, rien d’autre, c’est parti.

…Silence…

Tout en restant alignés comme ça, vous restez les yeux fermés.

…Silence…

Vous laissez être ce qui se vit. Vous pouvez si vous le souhaiter aussi évoquer ce que je que je nommais cette Agapè résonance interdimensionnelle spatiale en réseau, s’il vous faut des mots.

…Silence…

Nous restons ainsi encore quelques instants.

…Silence…

Quand vous le souhaiterez, vous pourrez à votre rythme ouvrir les yeux pour être là.

…Silence…

Merci.

Avant de se quitter, je ne vais surtout pas vous demander ce que vous avez vécu ou pas vécu. Retenez simplement que s’il se produit quelque chose, soyez un petit peu attentif aux quarante-huit heures qui vont s’écouler. Et rappelez-vous une chose, et je terminerai sur ces mots aujourd’hui, quand vous le vivrez, si vous ne le vivez pas déjà, vous ne pourrez que vous reconnaître, c’est imparable. C’est la même reconnaissance pour chaque frère, chaque sœur qui le vivent.

Humilité, simplicité, acceptation et vie. Soyez présent dans tout ce que la vie vous demande sans aucune exception. Si c’est les astres, les planètes qui vous influencent, acceptez-le, vous n’y pouvez rien. Si votre enfant meurt, acceptez-le vous n’y pouvez rien. Il y a une grande liberté derrière ça, je l’ai appelé aussi une grande évidence et retenez surtout que tout absolument tout quelles que soient les apparences parfois détestables est exactement là pour vous, c’est exactement ce qu’il vous faut. Acceptez, c’est fini.

Vous ne pouvez pas vous chercher puisque vous l’êtes déjà. Vous êtes là même si vous vivez des tas de choses. C’est ici que l’on se réveille, ce n’est pas ailleurs et quand vous serez entre guillemets réveillé, vous ne pourrez que vous dire mais c’est bien sûr, ça toujours été là. C’est simplement nous par les besoins de la vie en société, de la société elle-même, du conditionnement, on l’appelle le transgénérationnel. Quand un bébé nait, il ne sait pas qu’il s’appelle de tel prénom et de tel nom, c’est à la force d’entendre son prénom qu’il s’identifie à son prénom. S’il n’y avait pas cette forme d’éducation constante dans tous les continents et bien l’enfant demeurerait libre.

Le nom fige dans la forme et nous avons vu l’année dernière au Canaries au mois de avril, mai, l’année dernière, que c’est exactement à travers ce nom et ce prénom, c’est-à-dire notre identité sur le papier qui est la clé. Tout le reste vous pouvez bien sûr l’utiliser, parler des tarots, des cristaux, d’astrologie, d’énergie mais ne soyez pas dupes.

Ce que vous êtes vraiment, ce que nous sommes vraiment, n’a absolument pas besoin de ça mais ce monde à besoin de tout le reste. Si vous sentez que vous devez faire une neuvaine à Ste-Thérèse, faites-là, ce n’est pas contraire à la Lumière dès l’instant où vous n’êtes plus dupes.

Ne vous opposez à rien. Je vous l’ai dit : les tempéraments, les habitudes, le corps se transforme de lui-même. Alors bien sûr j’ai parlé de nutrition, des neurosciences parce que ça donnait un cadre d’action pour la personne, parce que c’est comme je l’ai dit, c’est important d’avoir une personne qui est le plus fonctionnelle possible par rapport à vos capacités et par rapport à ce qui est écrit. Vous pouvez simplement l’accueillir.

Plus vous pensez à ce mot accueillir plus vous remarquerez qu’il y a évidence, même dans les trucs contraires à cette évidence qui se produisent dans toutes les vies disponibles chez tout le monde, contrariétés, retards, les disputes, le fisc, les impôts, la société.

Jouez le jeu, là aussi problème d’acceptation et vous verrez clair. Quand je dis vous verrez clair vous verrez qu’il n’y a rien à voir et tout ce qui est vu même dans les mondes les plus subtiles qui soient appartient aussi au rêve.

De toute façon, comme c’est écrit, vous n’avez pas le choix. Tout dépend de ce que je nommerai un seuil quantique. Quand nous serons entre guillemets suffisamment nombreux à voir le rêve à ce moment-là, le rêve n’aura plus lieu d’être.

Alors peu importe que ce soit Beltégeuse, Nibiru, les étoiles mortes, le virus parfait qui est apparu, là je parle en tant que médecin. Le virus parfait c’est le virus qui ne laisse aucun survivant. C’est exactement le cas. Alors que ce soit lui ou que ce soit autre chose ça n’a plus aucune importance.

Je terminerai par ces trois mots : vivez, aimez et souriez même si ça reste en travers de la gorge des fois, ce n’est pas grave. Quand vous souriez, vous mettez en œuvre un certain nombre de muscles. C’est réel et surtout vous allez libérer quelque chose dans votre cerveau un neuromédiateur très particulier. Ce n’est pas la dopamine mais qui est l’ocytocine. C’est ce qui se passe quand une maman allaite son bébé, quand vous prenez un frère ou une sœur dans vos bras réellement sans aucune connotation sexuelle ou d’affectif vous déclenchez la même chose.

Merci à vous et peut-être à certains qui sont là, enfin le groupe, je pense peut-être aussi.

Sœur : […]

Le 6 mars, avant notre retour.

Je vous précise aussi, comme je l’ai dit, que nous allons à la porte du temps, à Amaru Méru et que ce jour-là va être extrêmement important. Ça je le sais, ce n’est pas moi qui ai décidé, pourquoi, je n’en sais pas plus, mais je sais que ce jour-là va être important.

Sœur : C’est quel jour ?

Je ne sais pas, justement, quelqu’un peut nous dire quand a lieu la porte du temps-là ?

Sœur : La porte du temps.

Dans notre programme, le groupe, on a lu le programme et on l’a oublié. On part à Arequipa et ça va être…

Allumez oui, allumez, allumez.

Merci aux auditeurs aussi.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2020 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable