Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

Entretiens avec Jean-Luc Ayoun
Webinaire AGAPÈ (Lead Yourself)
Partie 2

11 octobre 2020

– ARCHITECTURE, FORME ET ÉTHER
– CORPS DE LUMIÈRE, CORPS DENSE ET SUBTILS, 7 CORPS, 12 CORPS
– CENTRES D’INFORMATIONS (CHAKRAS), PORTES, ÉTOILES, TROU NOIR
– LA CONSTELLATION DE LA MATRICE

Bien, alors aujourd’hui nous allons parler, comme je disais ce matin, de vous fournir l’échafaudage si vous préférez l’architecture, la structure liée à ce que l’on appelle une forme.

En effet, la conscience qu’elle soit d’un minéral, végétal, animal, humain et l’atome, l’atome également, je dirais même les constituants des atomes, que l’on considère les particules aussi bien comme ondulatoires ou corpusculaires, c’est toujours, toujours une forme. Il ne peut exister la moindre conscience s’il n’existe pas de forme.

Je vais vous parler de ce qui constitue la forme et nous allons aboutir à-peu-près d’ici une heure, une heure et demie, à la conclusion que la conscience est toujours liée à une forme, que cette forme soit définie bien sûr par les différentes composantes physiques, ou qu’elle soit définie même par une onde, la théorie ondulatoire.

Bien évidemment la conscience d’un minéral n’est pas la conscience d’un être humain, la conscience d’une particule élémentaire n’a rien à voir avec la conscience d’un archange. Ce qui veut dire par là, nous allons mettre en évidence que la forme est soutenue par la conscience. Sans forme, il n’existe aucune conscience.

La conscience n’est pas seulement liée à la perception et à la sensation …

Traductrice : Et à quoi ?

… mais dépend avant tout des caractéristiques de la forme et surtout du mouvement de la forme.

Je préfère aujourd’hui parler de forme plutôt que de dimension, car s’il n’y avait pas de forme, ondulatoire ou corpusculaire, il ne pourrait y avoir la moindre expression, la moindre manifestation d’une quelconque conscience.

D’où vient la forme ?

Je vous propose de manière schématique … À ce propos d’ailleurs, à la fin du webinaire, quelques jours après, je vous ferai parvenir un certain nombre de documents en PDF la plupart, mais aussi des photos de ce que l’on appelle par exemple l’effet Kirlian, qui vous apporteront les preuves visuelles qu’il existe un canevas de forme, une matrice de forme, qui est préalable à la forme.

Bien sûr la forme, la forme peut être […] dans ces composantes physiques, mais aussi dans ces composantes de mouvements, de longueur, de largueur, de couleur. La forme et la conscience sont liées. Nous allons partir bien sûr du plus palpable, du plus physique comme forme, que nous connaissons bien tous puisque nous sommes dedans, que j’ai nommé le corps humain.

Alors bien évidemment je ne vais pas parler de la constitution anatomique ni même physiologique de ce qu’est l’être humain, je laisse cela à la médecine et à la psychologie, mais nous allons être obligés de parler de ce qui sous-tend la forme, de ce qui organise la forme. Quand vous verrez les images de ce que nous nommons l’effet Kirlian, l’effet fantôme, vous aurez sous les yeux l’illustration de ce que je vous énonce maintenant.

Toute forme est organisée, préparée par un ensemble de facteurs liés à ce que l’on pourrait appeler, très sommairement, l’information. L’information dans son sens le plus vaste, c’est ce qui permet d’agencer la forme. En langage ésotérique je vous dirais, quand un voyant, un médium regarde par exemple un bourgeon de fleur, il est capable de voir sur un plan plus subtil la forme de la future feuille.

Je vous renverrai aussi un certain nombre de bibliographies  parce que je n’ai pas le temps bien évidemment de parler de cela. Notez simplement que cette matrice de forme, rappelez vous de l’humain comme d’un ange, ou comme d’un proton dans le noyau obéit à un programme, à un mouvement et à quelque chose qui génère cette forme.

Voilà plus de trente ans un monsieur nommé Rupert Sheldrake, a trouvé ce qu’on appelle les champs  morphogénétiques. Il existe une préfiguration de la forme ou si vous préférez une mise en forme, une mise en forme qui est induite par quelque chose d’invisible pour nous, qu’on appelle d’un terme très vaste, l’éther ou si vous préférez l’éthérique.

Ce fameux champ morphogénétique qu’on retrouve aussi même dans un cristal, à ce moment là, on ne l’appellera plus un champ morphogénétique, parce qu’il n’y a pas de génétique, mais on va l’appeler un champ morpho génésique, morpho genèse, morphogénétique. Cette forme subtile est donc un programme qui code pour l’apparition d’une forme.

Ce qui veut dire qu’il y a préexistence de l’information par rapport à la forme. L’éther, le corps éthérique de l’homme est chargé d’informations, ces informations fournissant un cadre de manifestation, mais aussi les mémoires de la forme.

Un électron se déplacera toujours de façon déterminée. Les comportements humains, animaux, mais aussi de la matière au sens physique, obéissent à ces programmes, à ces mémoires et c’est ce que nous nommons la vie.

Dans un premier temps nous pourrions dire que la forme, la vie, la conscience dans toutes ses composantes, depuis le subconscient, l’inconscient, le conscient, le supra-conscient de même que tout ce que nous nommons les dimensions, obéissent à un programme, il y a l’illusion d’une liberté, il y a l’illusion de quelque chose qui perdure, quelque chose qui est éternel, que ce soit les mémoires humaines, que ce soit les courbes de la corpuscule ou de l’onde de l’électron, retenez bien qu’il y a toujours, toujours, une causalité dans la forme et une causalité dans la conscience.

Plus nous allons remonter dans cette architecture subtile, dès que nous dépassons ce que nous nommons l’éther, au fur et à mesure de l’organisation de la vie, il y a une complexification. L’être humain, on peut parler de molécules, de protéines, de cellules, de nerfs. Pour un minéral, un cristal, la structure est toujours la même.

Il y a donc pour tout ce qui est vivant, pour tout ce qui est conscience, un programme et un projet que nous pouvons définir selon les secteurs de ce monde bien sûr. Ce projet, cette programmation, est issu bien évidemment, d’une cause…

Traductrice : Une cause.

… est issu d’une cause dite première. Cette cause première est au-delà de toute forme et de toute lumière. J’ai évoqué très brièvement les champs morphogénétiques. Je peux évoquer de la même façon la théorie des champs unifiés, la théorie des cordes ou pour ceux qui connaissent, tout ce qui a été démontré par Nassim Haramein qui dit exactement la même chose à travers tout ce qu’il raconte, tout ce qu’il enseigne.

Rappelez-vous que ce que je vous dis là est un cadre de référence et comme je l’ai dit en préambule, Agapè, qui n’est pas une conscience, qui n’est pas la Lumière, est l’information la plus pure, la plus parfaite d’où vient la vie, la conscience et la forme. Nous sommes innombrables sur cette terre, aujourd’hui, depuis quelques années à vivre Agapè.

Souvent les mots que nous retrouvons, chez tous ces frères et sœurs qui vivent cela, sont toujours les mêmes, il n’y a pas de mouvement, il n’y a pas de temps, il n’y a pas d’espace, il n’y a pas de distance, il n’a pas de forme, il y a juste la Perfection. La seule Perfection que nous ne faisons que tous, sans exception, rechercher en permanence est ce souvenir de l’Ultime ou de l’Absolu.

Vous avez d’innombrables personnes, et je m’excuse de ne pas pouvoir les citer parce qu’il y en trop maintenant, et quand ils accèdent à ce champ ultime acausal, c’est le Grand Silence, l’absence de conscience, l’absence d’observateur, et c’est le moment où on est complet, et c’est le moment où, de manière bien réelle et effective, nous  voyons concrètement les mondes de la forme, les mondes de la conscience, les univers, l’ensemble de la création comme un rêve.

L’analogie que je prends souvent, la conscience est liée à la forme, la forme et le mouvement sont liés à la vie, mais la vie de la forme n’est pas la Vie avec un grand V. Comprenez bien qu’il n’existe aucune démonstration possible et c’est quelque chose qu’il vous appartient de vérifier par votre propre vécu, votre mental, votre intellect au sens noble, même si vous avez un quotient intellectuel supérieur à 200, ne vous est d’aucune utilité pour vivre cela.

Par contre il existe, lors de la compréhension de ce que je vais vous développer, l’architecture, les mondes de la forme et de la conscience, et de par les circonstances éternelles et éphémères de ce monde en ce moment, qu’on peut commencer à qualifier de chaos, que va se retrouver l’expérience du Grand Silence qui va mettre fin réellement à l’escroquerie totale de ce que nous nommons la vie dans la forme, qui n’est qu’un rêve, aujourd’hui plutôt un cauchemar.

Être libéré de la forme, ce n’est pas quitter ce monde, ce n’est pas explorer les autres dimensions, c’est se rendre compte par le vécu que tout cela ne fait que passer et que rien de tout cela n’est réel, et pourtant c’est au sein de notre individualité, au sein du rêve même, ou du cauchemar, que nous devons individuellement vivre et expérimenter qu’il n’y a ni individu ni personne. J’ai d’ailleurs inséré dans ce webinaire, en particulier pour le dernier jour, ce que j’ai nommé vivre l’État Naturel, qui sera en fait plus vous dévoiler ce que je pourrais appeler la psychologie d’Agapè.

Cette psychologie d’Agapè n’a rien à voir avec l’énergie, l’ouverture des chakras, l’activation des étoiles, des portes, des couronnes -je vais revenir sur tous ces différents mots ne vous inquiétez pas- et que toutes ces choses que nous vivons actuellement les uns et les autres n’a qu’une finalité, nous faire souvenir, au-delà de toute mémoire, ce qu’est le Réel et de nous le faire vivre.

Il y a donc en employant un langage un peu ésotérique, il y a ascension et descension, puisque la finalité si on peut dire d’Agapè, va bien au-delà de ce que nous avons nommé les résonances Agapè, mais nous fait vivre ici même au sein du cauchemar ou du rêve, la Liberté totale.

Cette Liberté n’est pas extérieure, elle ne peut être qu’intérieure, et quand je parle de liberté intérieure, à ce moment là vous êtes réellement libres de votre mémoire, de toutes les mémoires des formes et les résultats ne se font pas attendre dans votre vie, dans cette vie au sein du rêve ou du cauchemar, beaucoup de modifications comportementales, physiologiques et psychologiques se manifestent.

Comme je le dis toujours celui qui va vivre le Réel de la Vérité ne peut plus être trompé, manipulé, abusé par quelque forme que ce soit, la forme ne fait que passer et je ne parle pas seulement de l’intervalle entre la naissance à ce monde et la mort en ce monde, mais va vous faire découvrir aussi l’escroquerie de la spiritualité et de la conscience.

Comme l’a enseigné Eckhart Tollé et tant d’autres, il n’y a que l’Instant Présent. Cet instant présent ne dépend pas du temps, ne dépend d’aucune matrice, d’aucune intelligence et c’est là où vous vous souvenez. Donc il ne s’agit pas d’une expérience qui dure deux minutes, c’est un état permanent, indicible, indissoluble, c’est là où Nisargadatta et tant d’autres ont dit : vous n’êtes jamais nés, vous n’êtes jamais morts, et vous êtes parfaits de toute Éternité.

Les circonstances actuelles de la création et du rêve est l’unique opportunité qui ne peut être loupée par personne, par aucune forme, par aucune conscience et par aucun univers. La résolution du mythe de la création met fin à toutes les croyances, à toutes les projections, à toutes les mémoires, qu’elles soient liées à l’âme, la réincarnation ou encore à l’esprit ou à la Lumière.

Quand vous vivez cela vous ne pouvez pas être trompés, vous ne pouvez pas vous tromper.

Il y a certitude inébranlable qui met fin totalement à la souffrance. Attention, j’ai bien dit à la souffrance, pas à la douleur, parce que tant que nous sommes dans une forme, nous sommes soumis au monde de la mort, à la mort, à la douleur, et bien sûr à la souffrance. Un agapéen, comme on dit, un humain qui vit Agapè n’a plus besoin de référentiel, n’a plus de question, il est lui-même la réponse. Il n’y a rien à rechercher, il n’y a rien à chercher.

Alors bien sûr, nous verrons en particulier, lors des neurosciences demain, que Agapè est présent dans la structure humaine, que ce soit dans la cellule, que ce soit dans l’énergie, dans la vibration, dans le Silence, mais aussi même dans l’anatomie et la neurophysiologie de notre boîte crânienne, et tout cela je le développerai demain.

Ne perdez pas de vue que dans ces entretiens que nous allons vivre pendant trois jours, le but c’est qu’une fois que nous avons compris intellectuellement, une fois que nous avons ressenti et vécu Agapè, ce qui sera le cas le douze ou le treize au soir avec OMA, le treize au soir dans ce qui a été appelé l’Agapè Cosmique, et que quand vous vivez cela, même tout ce que je vais vous développer là, n’a plus aucun intérêt.

L’intérêt aujourd’hui, c’est que d’après mon expérience, qu’elle soit médicale, qu’elle soit mystique, qu’elle soit neuroscientifique, me permet simplement de vous permettre de comprendre …

(Coupure)

Un instant, je règle, parce que là avec le téléphone, c’est beaucoup plus petit. Voilà.

Voilà, donc, on en était à … On va reprendre, si vous le voulez bien. Excusez-nous.

Alors, ce que je vous propose maintenant, c’est, en un temps très court, en moins d’une heure, d’aller vers ces différents plans subtils, en sachant que ces plans subtils, que nous nommons des corps subtils, possèdent une architecture extrêmement précise. Alors, bien évidemment, je ne vais pas reparler ici des chakras, ni d’énergies, ni de vibrations, ni de Portes, ni d’Étoiles, …

Traductrice : Tu avais déjà parlé de ça Jean-Luc.

Oui, oui, je sais. Mais là on va parler vraiment …

Traductrice : D’accord.

… On va schématiser. Depuis tout à l’heure, je vous parle de l’éther ou le corps éthérique, si vous voulez. Ce corps éthérique est donc la matrice de forme, c’est un champ vibratoire, donc une forme avec des caractéristiques, bien sûr, comme l’anatomie et la physiologie humaine biologique. Il n’est pas question ici de retracer les chakras, les Portes, les Étoiles, ce qu’est l’énergie, ce qu’est la vibration. Tout cela, j’en ai abondamment parlé et vous avez d’innombrables auteurs qui ont parlé depuis des millénaires sur les chakras, les roues d’énergie.

Ce que je voudrais que vous reteniez surtout, c’est que l’éther, le corps éthérique, est la matrice de vie, la matrice de forme, ce que nous nommions, voilà encore un an la Matrice Christique, est le lieu où va se trouver l’origine de la forme.

Si aujourd’hui, nous avons d’innombrables frères et sœurs qui vivent Agapè, sans nécessairement avoir suivi un chemin d’ouverture, un chemin spirituel, un chemin énergétique, tout cela …

Alors là, j’ai un problème. Attendez. Là, ça va. Le problème c’est que sur le téléphone, c’est tout petit. Voilà, j’ai changé. Oui.

Alors, avant de rentrer dans les détails de l’éther, il y a au niveau invisible – là nous nous recentrons maintenant sur l’humain – classiquement, il y a sept corps : le corps physique que nous connaissons, le corps éthérique que beaucoup de frères et sœurs connaissent, qui ont vécu l’ouverture des Portes, l’ouverture des chakras, des nouveaux corps que nous verrons après.

Le corps éthérique va être soumis… Imaginez un petit peu des poupées gigognes, emboîtées les unes dans les autres, ces corps qui ont été nommés par la tradition : le corps éthérique, le corps astral, le corps mental, le corps causal, le corps dit spirituel ou bouddhique et enfin le septième corps, que l’on pourrait appeler le corps sans corps, et que nous nommons l’Atman, par exemple dans l’Ayurveda, ce qui a été nommé aussi dans le bouddhisme, l’atome germe.

Tous ces corps sont emboîtés les uns dans les autres et chacun va avoir des voies de feedback, de régulation. Le corps astral et le corps émotionnel ou corps de désir, va influer bien évidemment directement sur le corps physique. Exemple : vous avez une émotion très forte, vous allez sentir physiquement que ça vous prend à la gorge ou au ventre. Là, c’est l’émotion qui communique avec le corps physique. Tout ça on le sait très bien au niveau neuroscientifique, j’en parlerai demain.

Nous avons donc une espèce de sac comme dirait Bidi. Vous avez un sac de viande, le corps physique, qui obéit au corps éthérique. Le sac d’information et d’énergie, qui lui-même est contrôlé par le corps astral, le corps de désir, qui est aussi le corps de l’ego, le corps des formes subtiles, les entités et je mets là-dedans toutes les entités, ange, archange, djinn, démon, larve, bref, tout ce qui est subtil et qui a la caractéristique d’être mobile, fugace et coloré.

Au-dessus, nous avons le corps mental. Alors, je l’ai dit, je ne vais pas rentrer dans les détails de tout ça, bien que ce ne soit pas le but aujourd’hui. Le but est de vous donner cette vision d’ensemble de fonctionnement afin d’être libres de l’idée même d’être une forme, d’être dans un monde, de devoir évoluer, de devoir souffrir.

Tout cela aujourd’hui ne fait plus aucun sens, parce qu’aujourd’hui l’être humain qui est capable, comme disait d’ailleurs Cristina ce matin, qui est capable dans l’espace d’un instant de faire le silence de ses projections, le silence de ses mots même, le silence du corps ou si vous préférez l’immobilité du corps, et s’il s’installe dans cette vacuité, en quelque sorte, ce n’est pas une méditation. J’ai souvent employé le mot d’Acceptation …

Traductrice : Il y a eu une coupure.

J’ai souvent employé le mot d’Acceptation, d’Accueil, autrement dit, si vous êtes disponibles pour l’Instant, pour le Silence, peu importe «quoi ou qui» traverse vos sacs subtils, vous allez immobiliser sans aucune volonté, ce qu’on appelle l’énergie, les émotions, les pensées, et à ce moment-là vous êtes disponibles pour vous retrouver. Ça se fait dans l’immédiateté et je dirais surtout, quand il y a urgence, quand il y a souffrance et même quand il y a une peur raisonnée ou irraisonnée.

Je veux dire par là, et ça nous le développerons le quatrième jour, que si vous êtes capables d’observer, d’écouter ce qu’il se passe sans projeter, sans réagir, quel que soit l’évènement ou la circonstance, si vous vous mettez en Accueil, si vous ne cherchez pas à analyser, à comprendre, mais si vous êtes entièrement disponibles dans l’Instant et disponibles à l’Instant, vous allez être libres instantanément.

Vous n’avez pas besoin de mettre fin aux croyances. Vous n’avez pas besoin de vous demander si cela est vrai, si cela est faux. Vous n’avez pas à juger l’Instant, que vous soyez en colère, que vous soyez joyeux, que vous soyez en souffrance, ne fait pas de différence. Ce que j’ai appelé, ce qui a été nommé sacrifice, en définitive n’est que le sacrifice de l’illusion, le sacrifice de l’illusion de la forme et de la conscience, vous place automatiquement sans aucun effort, en l’Instant Présent, en le Temps Zéro et en Agapè.

Ça paraît effectivement tellement simple, tellement absurde que personne ne peut le croire. Bien sûr, vous ne pouvez pas le croire, mais si vous acceptez cela, vous allez le vivre. C’est l’ouverture d’innombrables frères et sœurs aujourd’hui qui n’ont jamais entendu parler d’énergie, d’ailleurs ils ne le sentent pas, qui n’ont jamais entendu parler de chakras, de Portes, d’Étoiles, de vibrations, et qui pourtant vivent la Vérité, c’est-à-dire cet espace sans espace, ce temps sans temps, où vous allez vous souvenir, si je peux dire, de qui vous êtes.

Or, nous sommes tous la même chose. Nisargadatta/Bidi de son vivant, exprimait de la façon suivante cette chose : « La seule différence entre vous et moi » – alors il employait le mot dieu mais dans la terminologie orientale, pas le dieu Yaldebaoth, le diviseur, tel qu’on l’emploie en occident – Bidi disait : «La seule différence entre vous et moi, c’est que je sais que je suis Dieu et vous, vous ne le savez pas encore.»

Aujourd’hui, et ça on en parlera à d’autres moments, que ce soit en neurosciences, en astrophysique, en astrologie si on veut et même dans la chimie du cerveau. On sait à quoi correspond l’état d’Agapè. Je vous parlerai demain des innombrables modifications qui surviennent dans la boîte crânienne, dans le cerveau, dans l’encéphale, de ce qui se produit quand il y a Agapè.

Agapè ne se passe pas ailleurs qu’Ici et Maintenant dans ce rêve ou dans ce cauchemar.

Alors, nous avons donc, un certain nombre de sacs, de corps subtils si vous préférez pour faire joli, qui sont tous en interrelation, en interconnexion et je dirais, en feedback, en rétroaction les uns avec les autres. Et puis, depuis 1984, de nouveaux corps, de nouvelles fréquences sont apparus. Ça été tout le travail, cette fois-ci, de «channel» de Autres Dimensions qui a été d’expliquer, de faire vivre et d’accompagner la réapparition de ces nouveaux corps.

Je ne vais pas reparler des Portes et des Étoiles, vous avez suffisamment d’enseignement là-dessus et je ne suis d’ailleurs absolument pas le premier à avoir parlé de ces nouveaux corps. Bien avant que ça n’apparaisse pour la première fois en 1984, un auteur américain qui est décédé aujourd’hui, qui se nomme Jason Leen, a écrit, a reçu en écriture automatique, d’abord Khalil Gibran pour écrire la suite «Du Jardin du Prophète», et ce Jason Leen a aussi canalisé John Lennon, John Lennon qui lui a dit avant 1984 que cinq nouvelles fréquences allaient entrer en manifestation sur Terre. Je résume trente ans là, si vous voulez.

La réception de ces nouvelles fréquences, en relation avec ce que nous avions nommé à l’époque OD-ER-IM-IS-AL, les points qui sont en résonnance avec ces nouveaux corps, se sont activés. La finalité de tout ça a été d’installer, ici-même sur cette Terre, un autre sac qui lui n’a que faire du sac physique, éthérique, mental, astral, causal. Ce corps, nous pourrions le nommer corps d’Éternité, corps de Lumière, corps Immortel. Dans la bible, il est nommé je crois, le corps sans couture.

Et donc à partir de 2011, beaucoup de frères et sœurs humains «l’ont reçu», mais quand je parle de réception, ce n’est pas une vraie réception. Dans l’historique, les corps d’Éternité étaient prisonniers dans le soleil. En octobre 2011, a eu lieu la libération du Noyau Cristallin de la Terre. Ce qui veut dire qu’à ce moment-là, la totalité des corps Immortels, dont nous avions été coupés, sont redescendus du soleil, mais quand je dis «redescendus du soleil», on pourrait tout autant dire que c’est l’émanation du Cœur qui a libéré notre soleil intérieur.

Ce corps Immortel, ce corps d’Éternité est encore une forme. Quelle que soit la matrice et la manifestation de votre corps d’Éternité – je ne reviendrai pas non plus sur ce qui a été appelé à l’époque les lignées stellaires et les origines stellaires – ,et donc ce corps d’Éternité qui nous a permis de résonner et d’être reliés à l’information primaire antérieure à la forme, a été rendue possible pour tous les humains.

Comme le disait Cristina ce matin, depuis qu’elle entreprend, depuis qu’elle fait rentrer Agapè dans l’entreprise, ce qu’il y a encore quelques années aurait conduit à une rupture de contrat pour son coaching, aujourd’hui est accepté par les chefs d’entreprise, par les gestionnaires, par les cadres.

Donc, il suffit d’affirmer, éventuellement de définir ce qu’est Agapè. Son vrai sens étymologique grec qui je vous le rappelle est simplement l’Amour de Dieu pour les hommes, Amour Inconditionnel, qui ne fait pas de condition, qui ne fait pas de différence entre les formes, que cela soit notre propre enfant ou n’importe quel enfant, il ne peut plus y avoir de préférence, il ne peut plus y avoir d’avis. Il y a juste le Réel d’Agapè qui se traduit par cette Joie ineffable, ce que nous avions nommé il y a quelques années la Joie Nue, sans objet et sans sujet, est aujourd’hui accessible par tout un chacun dès l’instant où vous acceptez la Bonne Nouvelle.

Il suffit d’être en face de quelqu’un que vous ne connaissez pas, que vous n’avez jamais vu, qui a une fonction défini au sein d’une entreprise quelle qu’elle soit. Mais ça peut être aussi une rencontre fortuite de quelqu’un qui est assis en face de vous ou à côté de vous dans le train ou dans les transports. Si vous souriez, si vous êtes présents à vous-mêmes, si vous êtes dans le silence, alors votre sourire, vos mots, vos définitions d’Agapè, après la première surprise, va enclencher ou déclencher dans l’autre par résonnance, par sympathie, par empathie, peu importe, voire même par mimétisme, va ouvrir l’autre à la possibilité du Temps Zéro.

… Oh, attends, là le téléphone s’est fermé, j’espère qu’il n’y aura pas de coupure parce que là, comme je suis sur le téléphone, la batterie est beaucoup moins puissante, enfin on verra bien …

Celui qui vit Agapè, qui sourit, qui accueille l’autre, le voisin de train, le chef d’entreprise, si vous êtes capables d’être naturels, en évoquant simplement cette notion d’Agapè et en souriant, l’État Naturel va se révéler à l’autre.

Nous avons eu depuis deux ans et demi d’innombrables témoignages de vécus assez incroyables. Rappelez-vous, il vous suffit d’être bienveillants, il vous suffit d’accepter et d’accueillir l’autre ou la situation, il n’est pas question de comprendre, il n’est pas question d’analyser, il y a besoin d’être présent.

Si vous être présents avec votre voisin de train, même sans lui parler, si vous êtes présents auprès du malade dans un hôpital en tant que soignant, simplement par votre présence, par votre silence, par votre acception et votre accueil, vous allez constater que l’autre, le voisin, le patient, le chef d’entreprise ou les circonstances mêmes de votre humeur, de votre vie, de votre mental, va changer instantanément.

La nouvelle résilience, elle est là. Ce n’est pas un effort, ce n’est pas un dépassement de soi, mais c’est une forme de traversée de l’illusion, où tous les voiles de l’illusion vont se déchirer. C’est un état que je qualifierais de lucidité extrême, il n’y a ni pensée, ni émotion, ni volonté de quoi que ce soit.

A ce moment-là vous êtes dans l’État Naturel, vous êtes véridiques, et surtout, l’autre, votre compagnon de train, le chef d’entreprise, le malade dans un lit, vont résonner avec ce que vous êtes. Cela sera pour vous aussi des preuves qui se répèteront chaque jour. Comme disait Omraam à l’époque, si vous mettez l’Amour devant, si vous ne laissez pas apparaître sans les réfréner mais en les voyant, il ne pourra pas y avoir de réactions.

Et là vous êtes disponibles pour vous, pour l’autre, ou pour la circonstance. Et à ce moment-là, vous allez être traversés, vous allez expérimenter ce grand Silence. Alors qu’on l’appelle la Présence ou l’Absence, peu importe, ce sont les deux versants de la même pièce, et là vous allez constater, comme plein de frères et sœurs, et comme Cristina l’a dit ce matin, que tout être humain, sans exception, est apte à se reconnaître au travers de ce que vous êtes dans cet état d’accueil, d’abandon, de non volonté.

Alors bien sûr, dans un premier temps, ça a été beaucoup plus facile pour ceux qui percevaient l’éther, pour ceux qui sentent les énergies, qui sentent les vibrations. Je précise d’ailleurs, même si je n’ai pas le temps de m’attarder là dessus que, il ne faut pas confonde énergie et vibration, ça n’a rien à voir. L’énergie est quelque chose qui circule, qui met en mouvement, c’est même la définition du terme «N ergos», c’est l’aptitude d’un système à fournir un travail mécanique.

Chez les Chinois, le Chi, l’énergie, c’est l’eau qui circule entre deux berges, c’est un mouvement, c’est une émotion, ce qui met en mouvement. Alors que la vibration est une résonance sur place, statique. Donc, il n’y a aucune corrélation possible entre l’énergie et la vibration. Ce qui entraîne encore beaucoup, beaucoup de gens encore dans l’illusion, l’énergie n’est pas une vibration. C’est totalement différent.

En médecine ayurvédique, on parle par exemple du prana, de la vitalité; par opposition en quelque sorte à ce que nous nommons le plan de la Città. Ce plan de la Città c’est ce que Sri Aurobindo a nommé le Supra Mental, mais le supra mental n’est pas une finalité, contrairement à ce que pouvait penser Sri Aurobindo et tant d’autres.

Le supra mental est un moyen qui correspond à la réactivation du corps d’Éternité depuis le Cœur du Soleil, et c’est justement ce corps éternel, ce corps immortel qui est là, qui a permis de retrouver le Temps Zéro, le Grand Vide.

Christiane Singer, l’auteur français, disait sur son lit de mort, avant de mourir, cette phrase essentielle, qui est un vécu et pas un concept, elle disait cela : «Quand il n’y a rien, quand il n’y a plus rien, quand le corps et la personnalité sont en train de s’effacer, c’est là qu’on s’aperçoit qu’il y a Tout».

Et c’est là que l’on vit concrètement que nous sommes tous, sans exception, et quand je dis tous, ici je ne parle pas des humains seulement, mais depuis la particule élémentaire jusqu’aux multivers, jusqu’à la Source même, nous sommes tous à l’intérieur les uns les autres.

La création est un rêve auquel nous avons cru, auquel nous avons participé, mais qui s’efface tout seul, dès l’instant où vous-mêmes êtes présents à l’Instant Présent, et présents à vous-mêmes, ainsi que totalement présents à ce monde, que la Liberté vous trouve.

Encore une fois, ce ne sont pas des concepts, ce dont je vous parle, ce sont des vécus.

Vous savez, voilà de nombreuses années, il y a encore deux ans, au-delà de mon intellect et de mes connaissances, au-delà de tout mon travail en énergétique pendant vingt cinq ans, au-delà de tout ça, il y a ce Grand Vide, là où vous constatez vous-mêmes qu’il n’y a personne. Ce n’est pas un concept, ce n’est pas intellectuel, c’est un vécu réel.

Depuis 2010, dix ans, j’ai eu d’innombrables occasions de visiter, si je peux dire, d’innombrables mondes, d’innombrables rêves, d’innombrables dimensions, mais le seul moment qui est véritable, qui jamais ne passera, c’est le moment où il y a le Grand Silence, le moment où vous disparaissez à vous-mêmes, que vous vous retrouvez.

Tout le reste, et tout ce qu’on voit aujourd’hui de frères et de sœurs qui, pour échapper au réveil, ont besoin de se projeter dans une nouvelle terre, une nouvelle dimension, où tout est paix et paisible. Cela n’existe pas. Ce ne sont que des projections et des visions de la conscience, parce que la conscience comme l’ego ne peut pas accepter un instant qu’elle n’est pas réelle.

Je rejoins tout à fait Nisargadatta quand il disait que la création passera, que la création ne fait que passer, mais vous, vous ne passerez jamais. Vous n’avez aucunement besoin de croire ou de nier ce que je dis, tant que vous ne l’avez pas vérifié par vous-mêmes. Je ne cherche à convaincre personne du bien-fondé de ce que je vous dis, parce que je n’ai pas besoin de persuader quiconque, parce que toute la création est appelée à le vivre.

Alors certains mettront au-devant, après avoir suivi certains enseignements orientaux ou d’ailleurs, la réincarnation, le péché, le bien, le mal, donc ils pensent qu’ils doivent évoluer pour être parfaits. La création ne peut pas être parfaite, ni ici ni ailleurs. C’est quelque chose qui passe qui n’a rien de réel, et pourtant c’est notre seule réalité.

Et j’en profite pour revenir à l’éther maintenant, pas seulement votre corps éthérique ou le corps éthérique de n’importe quoi, mais l’Éther dans sa définition première, et je dis souvent, vous êtes l’espace. Quand vous n’êtes plus soumis à la forme, même en étant dans cette forme humaine, à ce moment-là vous vivez la Vérité.

La Vérité est Une. Elle ne dépend pas d’un point de vue, et elle ne dépend surtout pas d’une évolution ou d’une involution. Tout ça c’est la notion de cycles. Tout ce qui est cyclique implique un mouvement et un déplacement, selon des lignes de temps, selon la notion d’espace, selon la notion de dimensions, mais tout cela est irréel.

La seule réalité qui nous est accessible et qui nous permet de vivre le Réel Agapè, c’est ce véhicule de chair, et ce n’est pas parce que vous allez aller voyager comme je l’ai fait en 2010, sous les ailes de Michaël, ou que j’ai pu vivre aussi à l’identique ce qu’a décrit Carlos Castaneda, que cela soit avec des enthéogènes, des produits, ou naturellement.

A ce moment-là vous êtes dans l’immuabilité du Silence, dans une Béatitude Absolue, et vous voyez tous les mondes autour de vous comme des sphères emboîtées les unes dans les autres, avec tous ses plans, toutes ses dimensions, toutes ses formes, et vous voyez que tout cela n’existe pas.

Quand nous vous disons que, parce que nous le vivons, que c’est un rêve, Phahame l’a expliqué longuement, tous le sages de l’Orient et de l’Occident et d’ailleurs nous l’ont dit, vous n’avez pas à l’accepter ou le croire, mais il vous appartient de le vivre.

Donc l’architecture de tous ces espaces, ces corps, ces sacs, on est parti de sept corps, en tout cas pour l’humain, nous avons dorénavant douze corps – si ça vous intéresse, je vous renvoie aux années 2009 et 2010, sur l’enseignement d’Autres Dimensions – et je dis et je répète qu’aujourd’hui vous n’avez plus besoin de tout ça, et pourtant je vous parle de ça, parce que c’est le meilleur moyen de mettre fin à ce que vous croyez être votre histoire, ou l’histoire du monde ou de la création.

Vous êtes Dieu comme disait Bidi. Acceptez-le, et vous l’êtes. Mais si vous mettez une religion devant, si vous mettez un maître devant, un guide, si vous mettez vos croyances en Allah, en Jésus, en Bouddha, ou en n’importe qui d’autre, vous ne serez jamais libres. Mais je vous rassure, on sera tous libres.

Mais vous construisez des murs qui vous empêchent de vivre la Vérité. Comprenez bien que je ne demande à personne d’abandonner quoi que ce soit ou qui que ce soit, mais que c’est de l’ordre d’une compréhension intime, qui va vous faire dépasser le fait d’y croire, ou de ne pas y croire, ou de chercher, et que c’est ainsi que, frappés de stupeur, ou d’ébahissement ou de sidération, vous allez être libres.

C’est-à-dire que vous ne dépendez plus de la matrice astrale, vous ne dépendez plus de l’histoire, surtout vous ne dépendez plus d’aucune autorité spirituelle, et vous n’êtes plus soumis à l’illusion. Nous sommes maintenant suffisamment nombreux à le vivre depuis suffisamment longtemps pour démontrer le processus.

Tout ce à quoi vous tenez vous tient. Tout ce à quoi vous croyez vous enferme. Et, en réalité, j’ai eu la chance, ou l’opportunité, ou le poids de vivre tous ces mondes, toutes ces dimensions, d’en avoir une lucidité totale, que ce soit en ce monde ou dans n’importe quel monde, et bien tout ça ne sert à rien, à rien du tout !

La Vérité est simple, le Réel est inébranlable, il n’a que faire de ce que vous pensez, il n’a que faire de ce que vous projetez, il n’a que faire de vos peurs. Il a besoin simplement de votre acceptation.

J’ai pris l’exemple tout à l’heure des soignants, ou du passager à côté de vous dans le train, il est beaucoup plus facile de faire vivre cela naturellement à un chef d’entreprise, qu’à quelqu’un qui est soumis à une religion ou à la croyance en une évolution. Croire en une évolution, c’est se croire imparfait, la création sera toujours imparfaite, mais Vous, vous êtes parfaits.

C’est là que vous découvrez qu’il n’y a personne, et qu’il n’y a pas pire que les enseignements spirituels, il n’y a pas pire obstacle que de sentir les choses, parce que cela vous éloigne du Silence.

Quelqu’un qui est en train de mourir ou un chef d’entreprise qui ne sait plus quoi faire pour son entreprise, ou votre voisin dans le train, va être plus réceptif, parce qu’il est plus disponible pour la résilience, parce qu’il n’est pas dans l’effort, il n’est pas dans les projections spirituelles, il n’est pas dans les perceptions énergétiques, vibratoires ou autres, et quelque part ces êtres là sont aujourd’hui beaucoup plus proches du Réel et de son vécu, que tous ceux encore fort nombreux qui nourrissent l’histoire.

Et pourtant je suis le premier pour ceux qui me connaissent à commenter l’histoire, parce que cette histoire me fait rire. Elle est dramatique, mais je sais que la finalité n’a rien d’un drame. Et permettez-moi de sourire, ce sourire n’est ni moqueur ni autre, quand je vois toutes ces projections, tous ces mondes, tous ces diables, toutes ces mères généticiennes, ces archontes, ces anges, ces archanges, que j’ai assidument fréquentés et canalisés, sont le leurre ultime.

Il n’y a que Vous et il n’y a personne, là est la Liberté et là est le Réel.

Alors, nous allons faire une pause dans quelques minutes pour reprendre … pour la troisième partie de cette journée, et je finirai ce satsang, et où nous aurons, pour clôturer, ce que nous nommons vulgairement une canalisation (chanel) de l’Impersonnel. Pour ceux qui connaissent, pas de problème, mais pour ceux qui vont découvrir, ne cherchez pas le sens des mots, le sens des phrases, vous aurez tout le temps après pour disserter sur les transcriptions des audios, mais je vous demanderai simplement d’être le plus présent et le plus disponible pour laisser être ce qui Est.

Je vais laisser la parole à Cristina, puisque nous arrivons à dix huit heures.

Traductrice pour Cristina : Merci Jean-Luc, merci beaucoup.

Bon goûter. A bientôt.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2020 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable