Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

O.M. Aïvanhov (Portugal)

Partie 2

21 Septembre 2019

Et bien Chers Amis, nous allons pouvoir continuer à interroger, à questionner, à échanger et à baigner dans les feux de l’Amour.

Alors je vous donne la parole.

Interprète : Moi j’ai deux questions à poser, deux personnes différentes, je vais lire en portugais d’abord et après je ferai en français.

D’accord.

Interprète : Le matin, je suis en souffrance, et l’après-midi Agapè monte. Après l’accouchement du cœur, cela ressemble à un accouchement par la gorge, qui accompagne le processus collectif. Comment Agapè peut-elle se superposer encore avec ces souffrances et l’évidence que tout cela est un rêve ? Le sacrifice est-il encore d’actualité ? Merci.

Oui, bien sûr que le sacrifice est toujours d’actualité. Mais je crois que j’ai déjà répondu, peut-être par anticipation, à cette question, que l’Amour et la souffrance se côtoient, et souvent dans le même temps aussi, et parfois, comme tu le dis, toi, le matin c’est la souffrance et l’après-midi, c’est Agapè.

Comme je l’ai dit, c’est pour vous écœurer définitivement de tout rêve, et c’est aussi de cette façon que vous êtes le monde, que vous êtes la totalité du rêve, et la totalité des formes. Alors oui, bien sûr, comme Thérèse l’a illustré dans sa petite voie et son vécu, tous les autres sont vous. Et si vous êtes Agapè, quelle que soit la souffrance qui peut se manifester, vous participez, même sans le désirer et même sans le savoir, à la libération collective, à la survenue de l’évènement.

Agapè ne fait pas souffrir, mais révèle et consume les dernières souffrances, les vôtres si je peux dire, les tiennes personnelles, mais aussi la souffrance de l’humanité, de la privation de liberté, des résistances et de tout ce qui n’est pas conforme à la lumière.

Surtout en cette période de l’équinoxe d’automne, et ça va, et je l’ai déjà dit, se renforcer de jour en jour, sans aucun répit, ou en tous cas, avec de moins en moins de répit pour chacun. C’est ça l’intelligence de la lumière, il n’y a aucun problème, il n’y a aucune explication à fournir là-aussi, mais simplement si tu vis Agapè, ne cherche pas de cause à cette souffrance, qu’elle te concerne individuellement, ou qu’elle soit la souffrance de l’humanité, ne fait pas de différence.

Accepte-la simplement sans t’y intéresser et cela disparaîtra de lui-même par le don de toi-même, par l’acceptation. Tu n’as rien d’autre à faire, tu n’as rien d’autre à comprendre, mais je peux toutefois dire, que chaque jour dorénavant, et jusqu’à la Saint Michel Archange, en septembre, va voir énormément de changements intérieurs, pendant que les changements extérieurs prennent de plus en plus d’importance et soient de plus en plus conscientisés, si je peux dire, sur l’ensemble de la terre.

Non pas pour faire peur, mais vraiment pour éclairer le rêve, éclairer le cauchemar, et ainsi le consumer dans le Feu de l’Amour, dans le Feu du Cœur Sacré, d’Agapè.

Ça c’était la première question ? Alors, y en a-t-il d’autres ?

Interprète : Je passe à la deuxième.

Oui.

Interprète : Depuis plusieurs mois, je sens certains jours un disque et deux grandes cornes au-dessus de ma tête, comme Athor la déesse égyptienne. Pouvez-vous m’éclairer ? Merci.

C’est simplement la structure du corps d’éternité, qui en ce qui concerne cette sœur ou ce frère, correspond à la réalité historique et correspond réellement à ce que tu nommes peut-être à tort, la déesse Hathor, mais aussi bien sûr Isis. Le disque solaire et les cornes célestes sont l’apanage des déesses, c’est-à-dire de toutes les femmes, et aussi certains hommes, qui ont manifesté le don de l’Amour, le don de leur vie, et le don d’Agapè.

C’est tout-à-fait normal, cela veut dire, si c’est une sœur, qu’elle a retrouvé la vérité de son être, au sein de l’histoire, de celle qui a créé le rêve. Elle retrouve aujourd’hui cette entité, la totalité de sa présence, de son potentiel, indépendamment même de l’histoire des déesses sur cette terre.

Les cornes célestes ou les corne d’Athor, avec le disque solaire, et les ailes qui poussent dans le dos, te font rejoindre le premier rêve et viennent éclairer, au-delà de tout concept et de toute pensée, la vérité ineffable de ton être, quel que soit ce que tu en penses, quel que soit ce que tu en acceptes, quelle que soit l’interrogation qui peut naître de cela et que tu me poses.

Là aussi, accepte ce qui est là, que tu ressens et perçois, sans t’interroger. C’est ainsi que tu te donneras à la vérité que tu es. Ne rien faire, restez tranquille en silence, et accueillir ce don de la grâce, ce don de la vérité, quoi qu’en pense ton personnage ici, tu es ce que tu vis, au niveau du supra sensible, tu retrouves donc la totalité, non pas de ton héritage ou de ton histoire, mais la totalité de la vérité, la totalité de la vérité de ce que tu es, au-delà de cette forme et de ce personnage.

Au-delà même du rôle historique, le mot le plus adéquat, n’y voyez pas une supériorité de quoi que ce soit, de la déesse qui se retrouve au travers de la spontanéité, du silence, et de l’accueil. Il n’y a rien à comprendre, là-aussi, il y a juste à accepter, à laisser être ce qui est, et le personnage disparaîtra, c’est ce qui est en train de se produire, que ce soit dans la question précédente concernant l’alternance de la souffrance et de Agapè, dans la même journée, et parfois même la superposition d’un état indicible d’Amour, de vibration, parfois conjoints à certaines souffrances, qui ne sont pas des résistances, ou de l’ego, mais simplement des habitudes de fonctionnement.

C’est ainsi que la liberté est retrouvée intérieurement, mais aussi à l’extérieur au sein du rêve. Autrement dit, tu retrouves ton plein potentiel d’éternité, de vérité, et même au sein de l’histoire. Il n’y a rien à discuter, il n’y a rien à expliquer, il y a juste à accueillir ce que tu vis, à laisser toute la place à la vérité. Cela est ainsi.

L’énergie de la déesse, ce que nous avions nommé le féminin sacré, s’installe chez les sœurs et frères aussi, de façon je dirais de plus en plus palpable quelque part, la sensation que tu interroges par rapport au corps te donne l’impression que ce n’est pas si subtil que ça, c’est dense, c’est vraiment palpable, ça devient physique, et ça se verra dans ton personnage et au travers de ton personnage, dans tes comportements, dans ta façon de vivre.

C’est cela le plus important. Ce n’est pas l’explication historique, mais la vérité antérieure à l’histoire, celle des mères généticiennes, des Grandes Mères à l’origine du premier rêve, qui ont bâti le rêve, qui ont fait don de leur éternité pour parcourir le rêve, et de se démontrer à soi-même qu’il ne sert à rien, et que tout a déjà été vécu.

C’est ça la réminiscence de retrouver son essence et la vérité absolue.

Je te remercie de cette question.

Nous pouvons continuer.

Interprète : La question que je voulais poser, j’ai eu pratiquement la réponse. Mais malgré tout, je vais poser la même question par curiosité.

C’est très bien d’être curieux. La curiosité met fin à la curiosité.

Interprète : Dernièrement, j’ai arrêté de me questionner, je vais poser cette question, pas tellement pour moi, mais la question est la suivante.

Elle se sent en Agapè parce qu’elle accepte que tout ce qui arrive, tout ce qui vient vers moi (vers elle). Mais après elle a une autre question qui est : elle sent que plus elle accepte, plus il y a de personnes qui viennent vers elle, ou poser des questions sur le passé, ou le futur.

Si je suis dans le présent, elle écoute la personne, et ça passe. Mais pourquoi, pourquoi les personnes reviennent vers elle, toujours mais avec des histoires du passé et du futur ?

Parce que tu as un rôle transmutatoire de ces histoires passées, simplement par l’accueil. Il n’y a pas d’autre réponse à donner à ces frères et sœurs qui viennent te raconter leur passé. Si tu es en Agapè, et si tu les écoutes, tu les accueilles et tu dissous l’histoire, c’est ça qui est important.

Interprète : Et c’est pareil pour ceux qui racontent, qui viennent raconter des histoires sur le futur, c’est pareil ?

C’est exactement la même chose, bien sûr

Sœur : Merci.

Contente-toi de ne pas poser de questions, de les écouter, même si ça te, comment vous dites, même si ça t’énerve. Le fait de les écouter permet de les accueillir en Agapè. C’est tout. Tout ce qui vient à vous, accident, maladie, souffrance, joie, tous les êtres qui viennent à vous ou que vous rencontrez de toutes les façons possibles, ne sont que des prétextes pour vivre Agapè et distribuer la bonne nouvelle, simplement par ta présence, ton accueil et ton écoute. Voilà ce que je peux dire.

Interprète : Merci beaucoup. Elle se sent bénie. Merci.

Mais vous savez très bien, pour tous les frères et sœurs qui vivent Agapè que tant que vous êtes dans le rêve, l’histoire est là, même si vous l’avez dépassée, transcendée, elle continuera à se manifester, il continuera à se manifester ce passé. Mais le simple fait d’écouter, d’entendre, y met fin.

Là aussi, il faut accepter parce que ce que Abba vous dit sur l’acceptation, est vraiment l’ultime preuve, la preuve définitive que vous êtes libres. C’est vraiment ce mot précis, accueillir, accepter, acceptation, qui crée le souvenir où vous vous ne souvenez, non plus de l’histoire, mais de qui vous êtes vraiment, et cela vous remplit de joie, cela vous remplit d’Agapè, de légèreté, même si le personnage en a peut-être marre d’écouter ces histoires passées ou ces histoires futures.

C’est ta posture d’accueil et d’acceptation qui est la solution et la résolution, tu n’as pas besoin de mots, tu as besoin d’écouter et d’accueillir ce qui est.

Quelles que soient les circonstances de vos vies, c’est comme ça que l’intelligence de la lumière que vous êtes placé(e)s exactement à la place juste, au cœur du cœur. Et c’est ainsi que tout est donné, parce que tu t’es donné, il n’y a pas d’autre voie dans cette période particulière de l’évènement de la terre.

(OMA vient de dire quelques mots en portugais) – (Rires et applaudissements)

Interprète : Elle veut demander une autre question, poser une autre question. C’est plutôt un genre de petite blague …

C’est un genre …Quoi ? … Ah, une blague. Ah j’adore les histoires.

(Rires)

Interprète : Comme vous avez dit qu’à travers elle, elle transmute, c’est pour ça qu’elle est toujours en train de brûler.

(Rires)

Oui.

Interprète : Encore une petite question. Elle travaille avec les tables radioniques quantiques, et depuis qu’elle a appris que notre frère Jean-Luc il venait ici, au Portugal, purement et simplement, …

Elle a jeté !

(Rires)

Interprète : Non, elle n’a pas jeté, mais purement et simplement elle n’arrive pas à la commander et elle pense qu’elle est commandée par quelque chose de plus grand qu’elle, parce qu’elle utilise Agapè et Phahame, elle reste (…)

Mais pour tous les thérapeutes, tous les accompagnants, c’est exactement la même chose, quel que soit l’outil, quelles que soient vos connaissances. Comme tu le dis, Agapè est sur le devant de la scène et se suffit à elle-même. Même si tu utilises un support, quel qu’il soit, que ce soit le tarot, le cristal, la radionique, la technique est annexe par rapport à ton positionnement en l’accueil et l’acceptation.

La technique est un alibi. La séance d’ostéopathie est un alibi. La séance d’acupuncture est un alibi. Agapè traverse toutes les techniques, et vous êtes beaucoup, beaucoup de thérapeutes et d’accompagnants à constater que vos outils, vos connaissances, sont comment dire, un peu désuets, un peu superflus. C’est comme ça que vous êtes dans l’Amour nu, dans Agapè, et c’est comme ça que vous êtes les plus efficaces.

L’accueil prime sur la technique, l’écoute et l’acceptation priment sur les outils quels qu’ils soient, et c’est comme ça que vous devenez libres, vous-mêmes thérapeutes et accompagnants, de vos propres outils, de vos propres connaissances, et je dirais, de votre travail quotidien qui se transforme. Vous découvrez, dans cette position privilégiée d’accompagnants et de thérapeutes, que tout ce que vous utilisiez jusqu’à aujourd’hui ne représente quasiment plus rien par rapport à la puissance et la vérité d’Agapè.

C’est un processus qui est général et qui vous libère de toutes vos techniques, de toutes vos connaissances, et qui vous rend uniquement disponibles pour accepter et accueillir l’autre, au-delà de toute considération, de diagnostic, d’explication ou de parole.

Prenez ceux qui viennent vous voir dans vos bras, embrassez-les, cœur à cœur, physiquement, tout le reste, c’est du décor, de l’amusement. Ça va devenir de plus en plus vrai, et vous constaterez très vite que tous ces cristaux, ces pendules, cette astrologie, ces connaissances astrologiques, sont superflus, réellement.

C’est comme ça que vous êtes efficaces et véritables. C’est Agapè qui guérit dorénavant, ce ne sont pas vos techniques et vos connaissances, ni vos explications. Embrassez le frère ou la sœur qui vient vous voir, plaquez votre cœur contre son cœur, physiquement, et c’est tout, le miracle est là.

Merci.

On va chauffer un peu plus la pièce pour le monter au niveau …

(Rires)

Parfait.

Allez, nous continuons.

Il n’y a plus de questions écrites ?

Non.

Alors les questions orales ou les témoignages. N’hésitez pas à prendre la parole, quoi que vous ayez à dire, parce que le fait d’exprimer est résolutoire, comme dans la première partie, où la sœur a justifié des choses, et voulait vraiment aider, ce qui a permis de comprendre certainement, elle pourra nous le dire tout à l’heure. D’accord ?

Interprète : Il y a quelqu’un qui veut poser une question.

Alors on écoute.

Interprète : Bonjour. C’est un plaisir énorme d’être ici, je remercie du cœur. En partant du principe que les derniers sont les premiers, ceux qui sentent un feu dans les pieds, comme si c’était un brasier, le nez n’arrête pas de pulser, comment ils résisteront …

… Ah, au moment de l’évènement … … si ? …Ils vont exploser.

Mais c’est fait pour ça. Comment vous allez vous dissoudre dans la lumière blanche, dans le paradis blanc et puis dans l’Absolu ? Il faut bien que réellement, à la fois ce corps soit consumé par le feu d’Agapè, et effectivement vous êtes nombreux, je l’ai dit déjà, à sentir ces picotements, ces brûlures, dans différentes parties du corps.

Mais la consumation de la terre passe par le feu de la terre, c’est-à-dire le magma, les volcans, et bien évidemment vous le sentez au niveau de vos pieds. Certains parmi vous sentaient ce feu, cette chaleur, qui prend déjà tout le corps, alternant avec des périodes de froid.

C’est comme je disais, l’auto-combustion, le grille corps, en même temps que le grille planète. L’évènement, plus les jours passent, a des chances de coïncider, sans délai, avec le grille planète final. Nombre de planètes, le soleil, d’autres systèmes solaires, des galaxies entières, même très loin de la terre dans l’apparence de la distance, sont entrées en combustion. Vos scientifiques les observent.

Ça se passe aussi en vous, vous vous consumez littéralement et physiquement, par des tremblements, ce n’est plus tout-à-fait des vibrations, ou alors la vibration concerne la structure physique, réellement, et ça commence effectivement par ces picotements qui peuvent survenir sur le corps, n’importe où.

Bien sûr par le Feu du Cœur, de la tête et du bassin, mais aussi l’impulsion terrestre qui passe comme l’onde de vie par les plantes de pieds. D’ailleurs, il doit y en avoir beaucoup qui ont enlevé les chaussures. Mais tant que ça ne sent pas le brûlé, vous avez encore le temps.

(Rires)

Mais si un jour ça commence à sentir le brûlé, vous sentirez vraiment votre corps qui sentira le poulet grillé. Vous saurez alors qu’au sein de l’histoire du rêve, les évènements humains, terrestres, célestes, sont en train d’entrer en manifestation, sur ce plan-là. Et ça commence, c’est en cours.

Maintenant, remerciez, à chaque jour qui passe au sein de l’illusion, d’avoir encore la possibilité de contaminer les frères et les sœurs que vous rencontrez, afin d’adoucir, d’apaiser, solutionner, la consumation du rêve et de l’illusion.

Il y a quelqu’un qui me demande quelque chose.

C’est presque l’heure.

Comment ?

C’est presque l’heure.

Ah, déjà ! Alors, restons encore un tout petit moment.

J’ai l’impression que j’ai recommencé depuis cinq minutes.

Salle : Oui, moi aussi … Je n’ai pas vu le temps passé … Moi aussi …

Alors, on est en train de consumer le temps. J’en profite pour dire que vous avez tous constaté, dans toutes vos activités, cette espèce de distorsion du temps, où le temps peut sembler soit suspendu, soit accéléré, et parfois ralenti. C’est normal. Ça avait été expliqué, vous le vivez maintenant.

Soyez de plus en plus spontanés. Ne réfrénez rien. Plus vous êtes spontanés, plus vous êtes vrais. Il n’y a plus de convention sociale, morale, qui puisse se maintenir devant Agapè. Acceptez là aussi, et vous vous consumerez dans ce brasier d’Amour. Profitez des jours qui se déroulent encore pour déployer votre présence. C’est comme ça que vous servez, et c’est comme ça que vous vous donnez à la vraie vie, qui ne connaît pas la forme, qui ne connaît pas les mondes.

Tout n’est que prétexte dans ce que vous vivez dans tous les secteurs de votre vie, pour laisser Agapè être. C’est ce que vous êtes.

Alors c’est vraiment l’heure, il paraît ?

Interprète : Oui il paraît. (Demande à l’assistance) Vous voulez continuer ? Tout le monde dit oui.

Alors les dernières questions orales parmi vous ou témoignages.

Interprète : Elle voudrait poser une question qui vient dans la séquence puisqu’elle fut placée avant. Depuis dix ans que je sens le feu dans les pieds, à ce moment-là je suis allée voir un médecin et on me disait qu’il était temps de faire une chirurgie à la colonne. J’ai découvert qu’en mettant une barre de glace, qu’elle va chercher toutes les nuits, en mettant sous les pieds tous les soirs quelques secondes et ça passe.

Alors vous avez d’autres techniques qui ont été données par tête de caboche, voilà de nombreuses années, qui consistaient à utiliser je crois une pierre précise, à placer sous les pieds ou sur les plis de l’aine, pour favoriser la montée du feu, et éviter d’être trop gênés, si je peux dire, par ce feu. Cette pierre était nommée je crois (micaviolaire), il y a un nom scientifique mais je ne me rappelle plus.

Interprète : Elle va tenter de retrouver. Merci.

Vous avez aussi une autre solution, si vraiment le feu, surtout au niveau des pieds vous incommode, c’est simplement de prendre, (Coupure, peut-être un bain … étant donné la suite de la réponse) je ne parle pas seulement des mers, des fleuves ou des océans, ou des lacs, mais aussi un simple verre d’eau à côté de vous, et dans ces cas-là aussi, des bains de pieds si vous n’avez pas de baignoire, de lac ou de fleuve à côté ou de mer, de l’eau tiède avec une poignée de gros sel, pendant quinze à vingt minutes, permettra de métaboliser ce feu, de le faire grandir, mais sans en être gênés quelque part. C’est affreusement simple.

De la même façon, que si vous avez l’impression, comme beaucoup en ce moment, de sentir peut-être une certaine gêne, au niveau du haut du corps, plus au niveau du bas, le feu à la tête, tout à l’heure vous avez eu les cornes d’Athor ou des brûlures dans le cœur, trop fortes, il n’est pas question de s’y opposer, il faut premièrement accepter, et deuxièmement, il vous suffit de passer, depuis les coudes jusqu’aux mains, vos bras sous l’eau courante, tiède si possible, pour permettre à la lumière, aux particules adamantines de moins gêner votre corps.

Parce que je vous l’ai dit, ce feu va s’intensifier chaque jour, indépendamment même de la rencontre et de notre présence en tant que Confédération Intergalactique. C’est des moyens simples que je vous donne, l’eau est importante, Phahame en a parlé à de nombreuses reprises. L’eau est un élément majeur qui incarne l’information de la liberté et de la matrice christique.

Hier vous étiez sur l’eau et vous avez bien senti ce feu qui était là, et aujourd’hui vous voyez, même si c’est très fort, diriez-vous au niveau sensation, qu’en même temps qu’il y a ces brûlures, quelque chose se libère en vous en ce moment-même, vous êtes plus légers, vous êtes plus confiants et vous êtes plus libres.

Vous me dites quand c’est l’heure.

Interprète : Il y a encore une question derrière.

Alors allons-y.

Interprète : Ça s’applique aussi pour quelqu’un qui a toujours les pieds froids et gelés.

Ça n’a rien à voir ça, c’est des problèmes circulatoires.

Interprète : On continue avec le feu. Plus j’accepte, plus je sens le feu au point de transpirer, s’il y a quelque chose que je peux faire.

Rien de plus que ce que j’ai dit, si vous avez la possibilité d’immerger votre corps.

Interprète : Son problème, c’est avec le visage. Son visage brûle.

Oui. A ce moment-là, le bain de pieds, le rinçage des avant-bras sous de l’eau courante, et si tu as une baignoire, une immersion du corps.

Interprète : Et si elle est dans la rue ?

Et bien t’attends de rentrer chez toi, bien sûr.

(Rires)

Il y a des nombreuses années, l’archange Anaël, dans ce qui fut nommé à l’époque les lectures d’âme, puis les décodages corps-esprit, préconisait très souvent des bains à prendre avec du gros sel et des huiles essentielles.

Aujourd’hui vous avez simplement besoin de l’eau. Prenez un bain avec du gros sel, ou au minimum, passez-vous les bras et les mains sous l’eau courante, et vous en constaterez tout de suite les effets. C’est immédiat. Vous obtiendrez aussi pour beaucoup, que malgré ce feu, il y a des variations thermiques, des variations même avec la chaleur, quelle que soit la partie du corps, de ressentir en même temps, et c’est paradoxal, un sentiment de froid. Les deux sont possibles.

Je vous rappelle, et ce n’est pas mon domaine, que la régulation de la température du corps, est reliée directement à certaines structures du noyau du cerveau reptilien, je crois on dit, qui sont en pleine modification. Vous savez très bien que ce qui se produit dans le corps est physique, et serait même mesurable par une simple prise de sang, où nombre de composants de ce sang se modifient.

De même que les modifications sont présentes dans le cerveau, dans la conscience, dans le mental et dans les émotions, comme dans l’énergie vitale. Vous pouvez par exemple remarquer que vous pouvez passer d’une énergie surabondante, à un vide total d’énergie vitale, instantanément. Tout ça fait partie de ce qui se déroule, de ce qui est, et correspond réellement à l’évènement.

Profitez des jours, des semaines ou des mois, qui sait, au sein du rêve, pour peaufiner votre être, votre présence, pour affiner. Profitez de votre présence dans le rêve, pour éveiller les autres rêveurs, comme je l’ai dit, pas par des discours, mais par votre bienveillance, votre accueil, votre cœur à cœur physique, et votre acceptation.

Il n’y a besoin de rien d’autre. Soyez les plus simples possible à ce niveau-là, et vous verrez que tout deviendra plus facile si je peux dire, et en même temps de plus en plus évident. Les miracles deviendront de plus en plus évidents dans votre rêve, comme dans le rêve de ceux que vous rencontrez, sans effort, sans intention, et sans volonté.

C’est l’intelligence de la lumière qui agit, je vous rappelle. Tant que c’est vous qui croyez faire, vous vous trompez. Vous êtes l’agent agissant. Et par exemple, quand je parlais des organisateurs des rencontres Agapè, tous les organisateurs dans tous les pays, quelle que soit la facilité ou la difficulté, ressentent cela. Le travail se fait, même s’il est fatigant, parce que tout est écrit. Vous n’avez qu’à suivre ce qui est écrit, mais vous n’avez pas besoin de le lire, de le comprendre, vous avez simplement à accueillir ce qui est là, et tout se déroule selon ce qui est écrit.

C’est aussi simple que ça. A vous de le vérifier. Il vous faut en quelque sorte oublier, dépasser, transcender, les mécanismes habituels des fonctionnements, et ce à tous les niveaux. Plus vous relâchez votre propre pression, votre propre intention, même la plus juste, et plus vous allez le vivre avec évidence.

Vérifiez-le par vous-mêmes, vous ne pourrez que constater la véracité de ce que je vous dis.

Interprète : Il y a une question.

Allons-y.

Interprète : Ce n’est pas une question.

Un témoignage.

Interprète : Ah, c’est encore sur les chaleurs du corps. Elle sent effectivement les chaleurs, seulement ces chaleurs lui donnent de la satisfaction, et même les picotements dans le nez lui donnent envie de rire. Beaucoup de fois, si ça picote, à des endroits où ça l’incommode, il suffit qu’elle touche avec la main, qu’elle frotte un petit peu, et ça part, ça soulage. Voilà, elle voulait témoigner ça, sur les chaleurs.

Merci. Oui le cœur effectivement peut, vous allez être nombreux, vous allez observer si vous prenez votre pouls, que votre rythme cardiaque a changé. Certains parmi vous ont des pseudos palpitations, ou en tous cas une fréquence cardiaque qui a augmenté considérablement, alors que d’autres l’ont vue considérablement baisser. Pour chacun c’est différent. Mais là aussi c’est normal.

Ce n’est pas la peine de vous précipiter chez un médecin, surtout quand ça concerne uniquement, quand vous sentez le Feu du Cœur, ou simplement votre région cardiaque. Je ne parle pas de douleurs, même si parfois il y en a. Essayez là aussi le lavage des bras. Tête de caboche vous a parlé de certains cristaux aussi, ce n’est pas mon domaine, mais ça a été expliqué.

Vous avez des frères et des sœurs chez qui la transformation est très intense, et dans ce cas-là, le rythme cardiaque au repos, peut dépasser les cent battements par minute. A l’inverse, ceux qui acceptent de plus en plus, dans ce domaine, peuvent constater là aussi une modification de ce rythme cardiaque avec un pouls qui est à cinquante, soixante, comme un cœur de sportif.

Pour ça, il y a la lumière aussi… A l’intelligence, à Agapè, c’est normal.

Interprète : La dernière question.

La dernière question, pour moi en tous cas, vous aurez d’autres questions pour d’autres intervenants ;

Interprète : Pour nous tous, parce que c’est une question – sans rien attendre – que je fais cette question, parce que normalement, j’ai l’habitude d’être devant les coups de feu, et j’ai promis que je ferai cette question.

Tous ceux qui, en ce moment, ne veulent plus rien savoir de ce qui se passe, ayant leur cœur en Agapè, nous sommes tous bien contents à cause de la rencontre internationale Agapè.

Ah oui. C’est vrai que tête de caboche et d’autres frères et sœurs, ont lancé ça il y a peu de temps, et vous vous doutez bien que nous aussi, quelle que soit la date de l’évènement, nous avons mis toutes les facilitations sur ce qui n’est plus un projet maintenant et qui est réel, et qui va permettre de regrouper en chair et en os des milliers de personnes, mais aussi à distance, en connexion directe, des dizaines de milliers de frères et sœurs en Agapè.

Rien que l’idée et l’intention de cela a suffi à créer l’énergie et la conscience qui y est reliée. Bien sûr, la sereine rencontre Agapè, mais je dirais à une autre échelle.

Interprète : Et dans ce sens, nous, maintenant avons l’honneur de vous avoir ici ce week-end, je parle pour moi, qui suis aussi une tête de mule comme Jean-Luc, on a notre anniversaire le même jour. Je sens des fourmillements, qu’est-ce qu’il est nécessaire de faire à partir de maintenant, nous voulons continuer à maintenir cette vague Agapè…

Tout-à-fait. Il faut surfer la vague Agapè.

Interprète … parce qu’il n’existe rien dans mon cas personnel, et beaucoup qui sont ici présents, avec lesquels nous nous identifions.

Comment ?

… avec lesquels nous nous identifions.

D’accord.

Interprète : Ma question est : qu’est-ce que demain, à la fin de la journée, chacun de nous ici présent … la lumière Agapè devront maintenir allumée, à prier, pour qu’ils sentent que demain ils ne sortent pas d’ici, vont continuer ici, toujours.

En vérité c’est vrai, mais vous n’avez pas le choix, c’est inéluctable, que vous le vouliez ou pas, toutes les rencontres dans les différents pays ont montré cette vérité, et l’ont démontrée. C’est normal, et tout ce qui est participants comme simplement en tant que spectateurs, ou en tant qu’acteurs, bénéficient d’ores et déjà de cet afflux de lumière. Et ça ne va pas s’arrêter bien sûr. Ça va se poursuivre et s’amplifier là aussi.

Quelle que soit la tenue de cet évènement, en fonction des circonstances de la terre, il est acté dans l’invisible et ses effets dans le visible sont déjà extrêmement importants. Le temps n’existe pas, mais nous promettons nous aussi, de notre côté, une très grande fête, avec des tas d’évènements je dirais insolites, ou surprenants, liés à notre manifestation, et à la manifestation de la vraie lumière. Vous le verrez, si nous sommes là. Mais c’est en cours.

Et tous ceux qui ont décidé de participer, que cela soit en tant que spectateurs ou acteurs, ressentent je dirais déjà les effets. Nous veillons, nous, à ce que chacun d’entre vous qui a décidé de s’engager, comme spectateur ou acteur, de vous fournir toutes les aides possibles, à tous les niveaux possibles.

Et d’ailleurs la sœur, en Espagne, qui fédère un peu tout ça, a pu le constater par elle-même. Je vais lui demander de m’allumer une bougie.

(Rires)

Ce n’est pas une bougie de prière, mais c’est une bougie de célébration. Vous allez aller de surprise en surprise, plus les jours et les semaines vont avancer, par rapport à cet évènement. Voilà ce que je pouvais en dire.

Je crois maintenant qu’il est vraiment temps que je vous laisse aller vous refroidir ou vous restaurer.

Je vous transmets tout mon Amour, toute ma bénédiction, et je vous dis à toujours en le Cœur de la Vérité. Je vous aime.

(Grande Émotion dans la salle)

Merci … remerciements … merci …

O.M.A. : Obrigado.

(Rires et pleurs)

Au revoir.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2019 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable