Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3 + Texte PDF

Entretiens (Figueres) Juillet 2019

Satsang 2

21 Juillet 2019

Bon, eh bien on parle de ce que vous voulez. Aucune question ?

Frère : Ben si finalement, le champignon de l’Hericium ?

Mais il est utile pour tout le monde, en fait.

Frère : Il est préconisé pour tout le monde ?

Ah oui, oui, oui. Ce que j’expliquais, c’est-à-dire que tous les êtres humains, avec le régime alimentaire occidental, même si c’est bio, il y a quand même des déséquilibres importants, comme je disais, entre le sucre et le gras, et que toutes les personnes, même sans aucun trouble digestif, on admet qu’entre quarante et cinquante ans, il n’y a plus de villosités intestinales, donc.

C’est ça qui déclenche d’ailleurs ce qu’on appelle l’intolérance au gluten, qui n’est pas du tout la maladie cœliaque qui est connue chez les bébés. L’intolérance au gluten résulte simplement de la disparition des villosités. Mais tout le monde n’en souffre pas de l’intolérance au gluten, mais la malabsorption intestinale est constante, constante, constante, et bien évidemment se fait au détriment des matières grasses.

La restauration passe nécessairement par le Mico-Léon, c’est le seul produit qui est capable de restaurer la muqueuse digestive, c’est-à-dire les villosités. Et les villosités intestinales sont extrêmement importantes, c’est ça qui permet la digestion au niveau de l’intestin grêle, et aussi, c’est là où vont se nicher toutes les bactéries saprophytes, ce qu’on appelle le microbiote.

Alors les gens passent leur temps à prendre des microbiotiques pour améliorer leur flore intestinale, et bien évidemment, la flore intestinale, quelle soit d’origine animale ou même humaine, parce qu’il y a des labos qui ont créé des souches humaines, elles ne peuvent pas s’établir et coloniser l’intestin. Donc elles sont éliminées, quand c’est animal au bout de trois semaines, quand c’est humain au bout de deux mois, il n’y a plus rien. Et les gens reprennent des microbiotes sans arrêt.

Ce qui ne sert strictement à rien. Si tu restaures les villosités intestinales, tu restaures naturellement ce qu’on appelle le microbiote, et le microbiote, je vous rappelle, est très important puisqu’on sait aujourd’hui que c’est les bactéries du ventre qui dictent nos comportements, bien plus que nos propres neuromédiateurs.

C’est-à-dire, j’expliquais, quelqu’un qui a une addiction au sucre, c’est parce qu’il n’a plus de villosité, bien sûr, le gras n’est plus absorbé, donc son cycle fonctionne en permanence sur le cycle qu’on appelle de Kreps et à son métabolisme du sucre, et là, à ce moment-là, bien évidemment, des tas de désordres apparaissent. Pas uniquement au niveau poids, ou au niveau régulation des différents systèmes, mais aussi sur l’humeur.

J’ai expliqué l’exemple, par exemple quelqu’un qui est sans arrêt attiré par le laitage, par les laitages, tout ce qui est lait, ça ne vient pas de lui, ça vient du microbiote intestinal avec un déséquilibre de la flore et une prolifération de ce que j’ai nommé le Monilia Albicans, qui induit lui-même une demande de sucre.

Donc on est tous soumis à un esclavage bactérien de notre ventre, et bien évidemment quand le microbiote normal n’est plus là, il y a des tas de déséquilibres qui apparaissent, au niveau du goût, au niveau des addictions, au niveau du besoin de certains aliments, qui n’est pas physiologique, qui correspond à la physiologie de tes bactéries.

Donc l’Hericium, oui c’est vraiment quelque chose que tous les gens ont absorbé quand ils ont entendu et ont constaté les effets, bien sûr.

Après il y a des tas d’autres champignons, bien sûr, mais on n’a pas le temps d’en parler, mais dans les mesures diététiques que j’avais données dans le satsang sur la diététique, j’avais réexpliqué ça parfaitement.

Ce qui veut dire, tout simplement, que même sans volonté, puisqu’on ne peut pas y arriver par la volonté d’arrêter le sucre, déjà en augmentant les gras comme je l’ai dit, en prescrivant l’Hericium et après l’huile de Krill, tu restaures une physiologie globale qui est quasi parfaite, quasi parfaite.

Alors la plupart des maladies dites chroniques, dégénératives et psychiques, je ne parle pas des maladies psychiatriques ni même des maladies neurologiques, mais les troubles comportementaux sont quasiment exclusivement liés à ce déséquilibre-là.

Et d’ailleurs tous les gens, bon, parce que ça fait des années qu’on parle de l’Hericium et qu’il y a des milliers et des milliers de personnes qui en ont pris, on constate tous le même effet, c’est-à-dire la régulation s’il y avait des troubles digestifs, quels qu’ils soient, que ce soit diarrhées, constipation, flatulences, ballonnements, maux d’estomac, tout ce qu’on peut imaginer au niveau digestif, est rétabli, et en plus ça dure. C’est-à-dire que ce n’est pas quelque chose qu’on va prendre pour compenser, ça restaure vraiment les villosités, et les villosités, ça va durer des dizaines d’années.

Donc c’est vraiment un traitement qui est parfaitement adapté, je dirais à tout le monde. Ce n’est même pas un traitement, on va parler de restauration, de restauration de la muqueuse intestinale qui a un rôle, je le répète, fondamental. On sait que de plus en plus aujourd’hui, on s’intéresse à la flore intestinale, parce qu’elle est réellement responsable d’états d’altérations comportementales et métaboliques. Voilà.

Et ça, bon, la restauration du microbiote, c’est-à-dire que tous les gens qui sont sensibles à ça, qui prennent des ferments lactiques, comme on disait dans le temps, constatent un effet, mais tout le monde constate aussi que l’effet ne dure pas. Tu arrêtes les microbiotiques, c’est terminé.

Donc restaurer la flore intestinale ne passe pas par apporter des levures, mais par restaurer les villosités. Tout simplement. Tout le métabolisme de l’intestin, toute la chimie de l’intestin se fait, la métabolisation du bol alimentaire, se fait au niveau de l’intestin grêle. Et bien évidemment, sans parler, je pense aussi de la restauration de la muqueuse du colon, qui est extrêmement importante, parce qu’on sait par exemple que quelqu’un qui va manger beaucoup de viande rouge a plus de possibilité de faire un cancer du côlon, ça c’est connu.

Tout simplement parce que la muqueuse est altérée. Donc il y a un effet complet de l’Hericium, sans compter que tous les champignons, pas seulement l’Hericium, mais tous les champignons contiennent l’EPA DHA, enfin peu importe les noms et ce que ça veut dire, des matières grasses, des lipoprotéines qui vont venir, à l’échelon du corps, pas uniquement sur la cible, mais restaurer la membrane cellulaire.

On sait aujourd’hui, par exemple, que le cancer est lié à un terrain alcalin qui se transforme en terrain acide, l’acidose déclenche, dans une première phase, une hyper acidose qui enclenche le cancer. Alors bien sûr, jusqu’à présent tout le monde se battait pour savoir si l’acidose, la modification du ph sanguin, était la cause ou la conséquence d’autre chose, bien sûr.

Et quand tu répares la membrane cellulaire, et ça tous les champignons sans exception le font, parce qu’ils contiennent certaines molécules communes, en particulier qui rentrent dans la constitution des membranes, tu t’aperçois que tu modifies complètement le terrain acide, donc il y a un rôle fondamental. Et je précise qu’il n’y a que les champignons, tous les champignons, qui possèdent ces molécules, et en particulier l‘EPA DHA, qui sont deux variétés de micro-protéines, mais qui ne sont pas synthétisées par l’homme.

Donc, ça va mettre fin, je dirais, aux troubles métaboliques de dépôt, et je pense en particulier à la maladie inflammatoire artérielle, qui est la cause de ce qu’on appelle les accidents vasculaires, les infarctus du myocarde, et tout. Donc il y a un rôle préventif qui est absolument majeur.

Sœur : Donc, le Mico-Léon équilibre le ph.

Ah là oui, bien sûr. Mais tous les champignons font ça, je viens de le dire, pas que le Mico-Léon, tous les champignons contiennent de l’EPA, DHA ou des lipoprotéines aussi, qui rentrent tous dans la constitution des membranes cellulaires.

Et on sait aujourd’hui par exemple; aujourd’hui en étudiant les champignons, que leur réseau souterrain qui est bien plus important que le champignon, qu’on appelle le mycélium, transporte l’information sur des dizaines de kilomètres. Les mycéliums sont très, très longs, ils ne font pas quelques mètres, ils font plusieurs dizaines voire plusieurs kilomètres, et qui sont un système d’autoroutes d’informations, qui fait circuler l’information sur ce qu’on appelle des cellules qui constituent le mycélium, qui sont des cellules très particulières, on appelle ça des cellules (…), parce qu’elles ont une forme de pavé à peu près, mais plutôt de rectangle, je dirais.

Et la structure de la membrane, puisqu’il n’y a pas de système nerveux, il n’y a pas une onde qui se propage dans le mycélium comme dans un nerf, mais la structure cellulaire de la membrane, c’est ce qu’on a dans le champignon bien sûr, et qu’on mange, permet le passage de l’information. C’est-à-dire que quand il y a une membrane cellulaire qui fonctionne, il n’y a aucune raison pour que ton métabolisme ne fonctionne pas.

Aujourd’hui par exemple, on sait que l’ADN peut être reprogrammée, peut se muter très, très vite contrairement à toutes les conneries qu’ils racontaient avant, c’est pour ça qu’il y a une branche de la génétique qui a été créée, qu’on appelle l’épi-génétique, c’est-à-dire toute l’influence environnementale.

L’ADN, vous le savez, capte les photons, les ondes, tout ce qui se passe dans l’environnement. Le problème, c’est que cette captation n’est absolument pas normale. Il devrait y avoir une barrière, la barrière cellulaire qui devrait empêcher certains signaux de pénétrer au cœur du noyau.

S’il y a une pénétration, c’est justement lié à l’altération de la membrane cellulaire. Donc tu vas rééquilibrer les facteurs environnementaux en fournissant à la cellule de quoi fabriquer une membrane cellulaire correcte.

Voilà le rôle de plus en plus important que les champignons ont. Je vous signale que par exemple, en Europe, quand vous avez un cancer de l’estomac, on fait chimio, radio, opération, dans certains pays asiatiques, pas du tout. Il y a des champignons qui guérissent le cancer du côlon, l’Hericium en particulier en injection, en extrait injectable, et ils traitent tous les cancers de l’estomac comme ça.

Bien évidemment, en France on n’a pas le droit de le savoir. Ces études-là sont parues dans les revues internationales et scientifiques.

Je vais te prendre un autre exemple, il y a un champignon qui est le plus commun qui soit, qui agit sur le système immunitaire et en particulier qui traite réellement le sida, il y a des études publiées de partout dans les pays asiatiques. Bien évidemment cette molécule n’est pas brevetable, c’est issu d’un champignon, et en particulier, le sida c’est ce qu’on appelle le Coriolus Versicolor, c’est un champignon, un des plus courants de la planète, c’est le champignon qui pousse un peu comme sur les arbres morts, ou sur des arbres vivants en train de mourir, ça fait une espèce de langue comme ça, c’est un champignon qui vit sur l’arbre, il y en a partout en France, et bien ils l’ont interdit en France.

Alors, le laboratoire le vend quand même en ayant changé de nom, mais c’est bien du Coriolus, mais pour montrer la stupidité.

L’argent colloïdal par exemple, est le produit qui est le plus efficace, tu le prends au début de toutes les infections, et bien il est interdit en France. Seulement ça ne sert à rien de les interdire, puisque c’est en vente libre sur Internet.

C’est pour vous montrer qu’en France, quand on interdit quelque chose, c’est justement parce que c’est efficace.

Sœur : Oui voilà.

Autre Sœur : Et on les prend combien de temps du coup ?

Comment ?

Sœur : On les prend combien temps ?

De quoi ?

Sœur : Les champignons.

Les champignons, la cure d’extrait d’Iphase Latera, tu prends, pour l’Hericium, un mois et demi, la boîte, ça suffit, les villosités sont réparées pour des dizaines d’années. Par contre, après il y a des champignons qui sont plus spécifiques de certaines fonctions, j’ai donné l’exemple du Coriolus qu’on utilise dans les maladies du système immunitaire, et en particulier le sida.

Là, bien évidemment c’est plus complexe, parce qu’il faut faire des cures séquentielles, donc il faut reproduire le traitement tous les trois mois, tous les quatre mois, pendant un an. Mais les effets sont plus que probants, c’est-à-dire que les études scientifiques qui sont sorties sont toutes validées, ce qui est le plus surprenant c’est qu’elles sont sorties dans des revues internationales, dans le serveur internet de référence médicale qui s’appelle Med-Line, qui est la validation officielle aujourd’hui, c’est quand vous êtes publiés dans le Landset, bien sûr, dans le JAMA, journal américain de médecine, et aussi sur Med-Line.

Voilà, et sur Med-Line, vous avez par exemple des parutions sur la preuve de l’action des cristaux. Des travaux russes qui ont été faits au début du vingtième siècle, qui avaient déjà démontré l’action de cristaux sur le corps humain, et sur le vivant. Donc ça ne date pas d’aujourd’hui. Et bien, ça, ça a été blackboulé, c’est-à-dire qu’ils laissent paraître les études, mais ils vous cachent bien évidemment les résultats.

Par exemple, quand je parle de neurosciences, vous avez quelque chose qui est interdit en France, qui s’appelle le neuro marketing. Le neuro marketing, il faut savoir qu’il y a des codes couleurs sur un écran, des formes, qui vous déclenchent la décision d’achat, même si vous n’avez pas décidé d’acheter. C’est affreusement simple.

Bien sûr l’utilisation du neuro marketing est interdite, mais il y a des tas d’ouvrages sur le neuro marketing qui ont été traduits de l’américain, et même les grandes boîtes de l’Etat se servent allègrement du neuro marketing pour faire vendre. L’exemple, il y avait même eu un reportage d’Élise Lucet, sur la SNCF, qui avait mis une couleur verte avec une fréquence très particulière sur leur site pour Noël, avec des formes de sapins, mais très stylisées, qui étaient uniquement faits pour déclencher l’achat du billet. Et ça marche à tous les coups en plus.

Donc ils ont interdit l’utilisation au niveau marketing, mais bien sûr, tout le monde s’en sert.

On sait aujourd’hui manipuler, et ça je vous renvoie à une canalisation de ce que Aurobindo en 2010 ou 2011, où il avait été évoqué le pouvoir de l’image. L’image s’imprime en vous, même si vous ne regardez pas, même si vous regardez sans regarder. Vous regardez une forme, cette forme a un effet sur votre comportement, c’est le rôle de l’image. Toutes les images, l’image c’est de la magie, tout simplement, sont faites pour vous séduire, à l’insu de votre plein gré.

Ce qu’on appelle les publicités utilisent toutes le neuro marketing, en jouant sur la fibre affective. Et l’olfactif, c’est pareil, je vous l’ai dit pour les voitures, pour les yoghourts, ils travaillent sur les arômes, sur les odeurs, sur les saveurs, même pour une voiture.

On sait pertinemment tromper l’être humain de toutes les façons possibles aujourd’hui, et personne ne s’en rend compte, alors que les travaux sont connus, sont publiés, sont validés, et c’est les technologies de vente à l’heure actuelle, on sait encore une fois comment vous faire acheter une voiture. On vous met une odeur précise, vous salivez, vous avez une pulsion d’achat. C’est aussi simple que ça.

Et c’est utilisé allègrement partout. C’est pour ça que je vous dis tout le temps, quoi que vous décidiez, ce n’est pas vous qui décidez, c’est induit en premier, par vos bactéries dans le ventre, deuxièmement, par le cerveau reptilien, les habitudes et les réflexes de survie, et troisièmement, par tout ce qu’on regarde.

Voilà, donc on a beau parler du MK-Ultra, mais on est tous manipulés à l’insu de notre plein gré, par les images, par les odeurs, par les couleurs, par les formes et par les saveurs. Tout le monde. Et c’est allègrement utilisé, ça ne date pas d’aujourd’hui, le neuro marketing c’est utilisé, avant même qu’on ait les preuves neuroscientifiques de ces pulsions d’achat, qui sont liées à l’activation du circuit de la récompense.

Comme on est toujours en train de se juger, je vous rappelle que les étoiles bien et mal, c’est le circuit de la récompense et de la punition. Tant qu’on n’est pas sorti de la matrice, par exemple vous adhérez à une religion, vous adhérez à un mouvement politique, à ce moment-là, vous avez toujours, toujours, chez tous les êtres humains, le circuit de la punition qui est plus fort que le circuit de la récompense.

Donc, dès qu’une personne va être face à une odeur, une saveur, une couleur, une forme, une image, qui va changer ce rapport, le circuit de la récompense entre en action, le circuit de la récompense c’est quoi ? Vous achetez, et vous sortez contents, mais ça ne dure jamais.

Donc, toutes les décisions que nous prenons ne sont jamais issues de nous, c’est on ne peut plus clair. C’est la résultante d’un programme, le cerveau reptilien, c’est la résultante de l’interaction des sens, et en particulier, l’odorat, le goût et la vue, l’audition, c’est plus compliqué, on peut le faire mais c’est plus compliqué à faire, mais c’est les trois sens qui sont utilisés, parce qu’on sait qu’en jouant sur l’olfaction et le goût, on joue sur le cerveau reptilien, qu’on va activer le circuit de la récompense, et les gens sont contents. Ils se font plaisir, ils achètent et ils font plaisir.

Tout le marketing fonctionne comme ça, et toutes les décisions que nous prenons ne sont jamais de notre fait, surtout quand on est sûr que c’est nous qui les prenons. Elles sont induites par les sens et par le circuit de la récompense.

Or, il faut savoir qu’un mystique, je parlais hier des mystiques, quand il y a tous les signes mystiques, ont eu leurs marques au niveau du cerveau, sur les IRM, , mais il faut savoir que le circuit de la récompense devient prédominant uniquement quand vous avez un œdème cérébral sur ce qu’on a appelé hic et nunc, les étoiles qui sont au-dessus de la tête sur lesquelles vous avez travaillé poum, poum, poum, là, et quand il y a un œdème au niveau de cette zone, alors c’est deux cas de figure.

Soit vous avez, vous avez fait un infarctus, vous allez mourir, ça c’est ce que Hamer avait démontré dans la médecine intégrative, soit vous êtes un mutant, c’est-à-dire vous êtes passés par l’initiation, mais la véritable, et vous êtes un mystique, et à ce moment-là, on s’est aperçu que tous les gens qui avaient fait des NDE complètes par exemple, tous les gens qui ont eu des processus mystiques réels, ont tous cet œdème au niveau de l’œdème cérébral.

Et on a systématiquement constaté que chez ces gens-là, le circuit de la récompense devient prédominant sur le circuit de la punition. Rappelez-vous, le circuit de la récompense est aussi lié à des neuromédiateurs, et chez ces gens-là, l’ocytocine, l’hormone de l’amour, comme on dit, est majoritaire par rapport aux autres neuromédiateurs.

Donc on sait pertinemment que l’éveil, le réveil, la libération correspond à des processus qui s’impriment dans le cerveau, qu’on peut repérer. Et quand tu as le circuit de la récompense qui est prédominant en permanence, et bien, tu es dans l’amour, tu es dans la gratification, tu es dans les remerciements, tu es en permanence dans la joie, il n’y a plus de sabotage.

Tant que tu n’es pas ouvert, tu es en auto-sabotage permanent. C’est le rôle de la personnalité, à cause du circuit de la punition. C’est-à-dire que tout ce qui va se présenter à toi, à l’insu de ton conscient, va toujours juger en bien et en mal. Et, comme le circuit du mal est plus fort, la personne ne peut voir que les choses en noir, même si elle fait des efforts.

Il n’y a que quand il y a une inversion du rapport lors de, vraiment, les processus mystiques réels, que ce rapport change et que les gens sont réellement dans un état d’euphorie, d’amour, de bonheur. Mais pour la personne, c’est strictement impossible.

Aujourd’hui, comme je vous dis, on a toutes les preuves de la différence entre une personne et celui qui n’est plus une personne, à tous les niveaux. C’est réel. Et vous n’y pouvez rien avec votre conscience, parce que tout ce qui est relayé par le cerveau est faux, c’est affreusement simple. Et on le constate, à travers ce qu’on appelle les égrégores ou le peuple, le circuit de la punition aujourd’hui est tellement fort, que les gens acceptent leur propre punition et en plus, tout est fait pour les culpabiliser.

Le réchauffement climatique, c’est vos voitures, vous devez moins consommer, vous devez moins rouler, etc… Donc tout est fait pour punir les gens et auquel bien évidemment ils adhèrent, parce qu’ils n’ont pas moyen de faire autrement. Et c’est pareil dans la vie affective, c’est pareil à tous les niveaux, il y a une espèce de culpabilité naturelle qui est présente chez toutes les personnes, du fait de cette structure neurologique.

Et vous ne pouvez pas échapper à ça tant que vous demeurez une personne, tant que les processus mystiques d’ouverture réelle ne sont pas actés.

Et c’est pour ça qu’on dit toujours, mais c’est vous qui êtes libérés de la personne, vous n’êtes pas cette personne. Mais ça a des composantes, on l’a vu, au niveau comportemental, au niveau cognitif, au niveau intoxication par les images, les odeurs et les saveurs, auxquelles on est tous soumis, et on ne le voit pas.

Or au niveau neuroscientifique, on en a la preuve formelle, toutes les maladies métaboliques, par exemple dont on parlait, sont uniquement liées à la consommation du sucre. Il y a quelqu’un ici qui a constaté, le premier jour, en ne prenant pas un petit déjeuner normal sucré, avec du sucre et tout, en mangeant des sardines, que son coup de pompe a disparu. Le coup de pompe de onze heures lié à l’hypoglycémie n’existe plus, le jour même.

Comme je vous disais, le régime cétogène, mais simplement en augmentant la quantité de gras, bon et mauvais, vous modifiez, mais en une semaine, tout le métabolisme.

Alors encore une fois, faire accepter ça aux gens, encore une fois, il est beaucoup plus facile de tromper un être humain, ça se fait très vite, et par contre, lui faire admettre qu’il a été trompé, c’est quasiment impossible, ça prend énormément de temps.

Et l’ego, ce qu’on appelle l’ego, le personnage, fera tout ce qui est en son pouvoir, par l’intermédiaire de tes propres bactéries et ton circuit de la punition, pour ne jamais te rendre libre. La cognition, la conscience, est un esclavage.

Mais encore une fois, tant que vous n’êtes pas sortis de la conscience, comment voulez-vous le vivre, le comprendre, même si je vous donne toutes les explications scientifiques, puisque le personnage va s’opposer lui-même à ça. C’est impossible. C’est un cercle vicieux sans fin, sauf bien sûr quand il y a un processus de réveil qui est réel, et qui va modifier, avant de modifier toute la physiologie, tout le métabolisme, va modifier avant tout le circuit de la récompense et de la punition.

Et bien sûr, l’ocytocine circulant, ce qui explique l’euphorie, le bonheur, l’amour, la joie, qui sont là.

Hier, je lisais un article, par exemple, je n’étais pas du tout au courant, que le cœur possède son propre cerveau, c’est-à-dire que le cœur possède quarante mille neurones, qui sont parfaitement agencés comme le cerveau, avec un système de cellules d’appui extrêmement complexe, et aussi des neuromédiateurs présents, et en particulier, l’ocytocine.

Le champ cardiaque, comme je l’avais dit, est le champ électromagnétique le plus puissant. Par exemple par rapport à l’activité écrite du cerveau, le cœur est cinq mille fois plus puissant que le rayonnement du cerveau. Et en plus, ils se sont aperçus, c’est une découverte française, que ce n’est pas le cerveau qui donnait des ordres au cœur, c’est le cœur qui donne des ordres au cerveau.

Donc, tout ce qu’on appelle l’ouverture du cœur, c’est la libération de l’ocytocine au niveau du cœur, c’est nous, ce qu’on a appelé le lemniscate sacré, c’est-à-dire ce qui reliait sous forme d’un ruban mobus le cœur avec le cerveau, et bien là devient complètement fonctionnel. Et à ce moment-là, le cœur prend totalement l’ascendance sur le cerveau, réellement et concrètement, dans les comportements, dans les habitudes et dans tout.

Et tant que le cœur n’a pas pris le relai sur le cerveau, au niveau neuroscientifique, tu es soumis à un esclavage cognitif du circuit de la punition, et de toutes les saveurs, odeurs, images qui vont pénétrer en toi, et te programmer. C’est malheureusement comme ça pour tout le monde.

En plus, quand vous regardez un écran, de télévision, il y a des fréquences, qu’on appelle des fréquences de balayage d’un moniteur, soixante hertz avant, cent hertz maintenant, qui émet des fréquences qui pénètrent encore plus profondément dans le cerveau. Ça c’est constant.

Et je vous dis, à part essayer de restaurer la physiologie, alors bon avec la diététique, on en a parlé longuement, mais surtout d’être lucides sur ça. Sans ça vous êtes piégés à chaque fois, pour acheter des fleurs, pour acheter un aliment … C’est pour ça qu’à l’époque Pépère avait parlé de la réponse du cœur, face à un aliment, un choix quel qu’il soit, attendez la réponse du cœur. Sans ça c’est votre cerveau qui commande. Et votre cerveau n’est pas vous.

Donc on est tous soumis à des esclavages cognitifs, sans aller chercher dans le karma, dans les vies passées ou même dans l’enfance, qui sont uniquement liés aux modes de fonctionnement aujourd’hui, qui ont modifié de façon extrême l’alimentation humaine, qui ont modifié par les écrans, la publicité, les images avec l’invention du cinéma, des premiers écrans depuis plus de cent trente ans, qui sont utilisés maintenant de façon tout-à-fait lucide et consciente, pour manipuler les foules.

Ils n’ont pas besoin de faire de guerres maintenant. Vous amenez les foules où vous voulez, uniquement par les images, même sans parler des médias qui mentent, ça les gens le savent, mais ça ne change rien, puisque de toute façon la programmation a eu lieu, et que même si vous dites non face à une image ou un truc, ben c’est trop tard, vous l’avez regardé. Et on est tous soumis à ça, sans exception.

Voilà, donc ça c’est la réalité objective de ce qu’est l’humain, de ce qui se passe aujourd’hui à l’échelon global, et tu ne peux pas t’opposer à ça, parce qu’en plus, ces gens sont persuadés que c’est eux qui pensent ça.

Vous savez très bien que, par exemple, dans les élections présidentielles françaises, il suffit qu’on montre une image d’un monsieur, plus que les autres, pour que les gens votent pour lui. C’est exactement ce qu’ils ont fait pour Macron. Pourquoi est-ce que vous croyez qu’ils parlent du temps de paroles ? Ils ont parlé du temps de paroles, mais il y a plus que de le temps de paroles, c’est le temps de l’image. Il suffit de voir la même gueule partout, vous allez voter pour lui, et vous êtes persuadés que c’est vous qui avez choisi, et personne ne le voit.

Alors que, au niveau de ce qui se passe réellement, on est, au niveau scientifique, parfaitement au courant de ça. C’est le propre de l’être humain d’être abusé par ce qu’il voit, par ce qu’il sent, par ce qu’il touche, et en plus quand c’est à escient, c’est-à-dire avec une volonté de manipuler, ben ça marche à tous les coups. Et personne ne s’en rend compte. Parce que vous avez l’impression que c’est naturel.

Et ça entraîne en plus une culpabilité, surtout quand vous êtes en démarche spirituelle, ceux qui dorment, ils dorment, ils ne se posent pas de questions, mais dès que vous commencez à entrer dans un cheminement spirituel, vous allez vous opposer à ces comportements et vous allez les renforcer. C’est aussi simple que ça. Vous n’avez aucun moyen d’y échapper.

Frère : Oui mais le courant […], il travaille sur la culpabilité inscrite dans le programme.

Ça ne sert à rien de travailler sur la culpabilité si tu n’élimines pas et si tu ne vois pas ce qui déclenche la culpabilité. Tout ce à quoi tu t’opposes se renforce. Donc travailler sur la culpabilité va renforcer la culpabilité. C’est une connerie monumentale, au niveau psycho comportemental, au niveau des neurosciences cognitives, c’est monumental comme erreur.

C’est-à-dire ce à quoi tu vas, ce que tu veux travailler, théorie de la plainte qui est validée en neurosciences, quand tu travailles sur une plainte parce qu’il te manque quelque chose, ou tu as trop de culpabilité, ou manque de confiance, peu importe, tu ne fais que le renforcer. C’est dramatique.

Sœur : Mais tout le monde fait ça.

Parce que tout le monde, de bonne foi, est persuadé qu’il va traiter sa culpabilité, qu’il va traiter un trouble comportemental en suivant un enseignement spirituel, c’est totalement faux. C’est en ce sens que c’est une escroquerie totale, ça ne peut pas fonctionner. Mais non, c’est impossible.

Frère : Oui, mais du coup, il ne travaille pas sur la culpabilité, il la transmute.

Oui, mais pour éliminer la culpabilité, tu fais comment ?

Frère : Il le fait lui-même. C’est l’intelligence qui travaille dessus et qui l’enlève.

Oui, tant que tu restes une personne, c’est impossible, parce que tant que tu es une personne, tu ne reçois pas la lumière. Tu as un minimum de lumière qui arrive, mais tant que les gaines des chakras ne sont pas ouvertes, que tu les sentes ou pas d’ailleurs, tant que tu n’as pas reçu l’information lumière-source, c’est le cerveau qui commande. Toi tu n’y peux strictement rien.

Donc toutes ces techniques, si tu veux, par exemple dans le courant […] je connais la structure de ce courant, ça prétend jouer sur la culpabilité, mais à l’époque c’était pareil, si vous regardez à un autre niveau, par exemple, Omraam Mikhaël Aïvanhov avait créé la Fraternité blanche. Tous les gens qui sont allés à la Fraternité, on en connaît plein, qui ont vécu là-bas, on les voit aujourd’hui, c’est les mêmes, ils sont toujours dans la culpabilité, ils sont toujours dans la crainte, il n’y a aucune personne qui a approché Pépère de son vivant, qui en soit sorti transformé et ouvert.

Ils sont tous rentrés dans encore plus de culpabilité, encore plus de difficulté, sans exception. Ce n’est pas la faute de Pépère. C’est la faute uniquement, tant que vous croyez que vous avez besoin de quelqu’un d’extérieur, et bien vous créez vous-mêmes une dépendance. Ça fonctionne dans le marketing, avec les hommes politiques, ça fonctionne avec les soi-disant gourous et avec les soi-disant maîtres, c’est la même chose.

Alors bien évidemment, quand vous ne connaissez pas, que vous n’avez pas l’information de ce que sont les neurosciences, ou de comment fonctionne toute la chimie du corps et tous les comportements humains, ben, tous les comportements ne sont que des esclavages cognitifs.

Tout ce que vous répétez chaque jour, en étant, en vous disant : oui, je mange à telle heure, je suis en sécurité, je me couche à telle heure, parce que si je ne me couche pas à telle heure, je ne vais pas dormir, c’est vous-mêmes qui vous induisez un esclavage. C’est aussi simple que ça.

Celui qui est libre, réellement et concrètement, n’est plus soumis à des horaires quels qu’ils soient. Il dort quand il a sommeil, il mange quand il a faim, pas quand il a décidé, parce que c’est à telle heure qu’il doit manger. Et ça, ça se voit, et on en voit les effets, chez tous les gens qui sont sortis de ces habitudes malsaines, qui soi-disant les mettent en sécurité, à quelque niveau que ce soit, sont dans l’erreur.

Tout ce à quoi vous vous opposez, même par un comportement, ne fait que se renforcer. Et vous n’avez aucun moyen d’y échapper. Aucun, parce que vous entraînez vous-mêmes des auto-programmations, qui sont marquées par l’auto-sabotage, et qui vont vous faire croire que plus vous allez maîtriser quelque chose, plus vous allez être libres, alors que ce qui se produit, quand on observe sur des dizaines d’années, je parlais de l’exemple de la Fraternité, mais vous pouvez prendre l’exemple dans les partis politiques, c’est exactement la même chose, c’est que les gens vont de plus en plus mal.

Il n’y a aucun espace de solutionnement dans la personne elle-même, et tout ce à quoi vous allez vous opposer, à juste titre, tel qu’on le pense en général, ne va que se renforcer. C’est ce que je vous disais, la théorie de la plainte, quand vous ramenez dans le présent un élément souffrant de votre histoire, ou que vous le pensez, même le penser, et si vous le verbalisez et si vous êtes en plus en psychothérapie, bien sûr vous allez traiter un niveau, émotionnel et mental le plus souvent, et vous êtes contents. Ben oui, mais ça descend au niveau corps, systématiquement. C’est une escroquerie totale.

Et les découvertes en neuroscience aujourd’hui, c’est pour ça qu’il y a, je dirais, aujourd’hui, un combat entre ce qu’on appelle la psychanalyse et les thérapies cognitives et comportementalistes qui sont issues des neurosciences et de certaines découvertes psychologiques mettent à mal toutes les théories psychanalytiques. C’est-à-dire que quand tu vas penser à ton passé effectivement tu vas résoudre un nœud émotionnel ou mental mais ça laisse des marques dans le corps, toujours. Hors comme les pathologies surviennent cinq ans, dix ans ou quinze ans après, vous n’avez aucun moyen de faire le lien sauf qu’avec les neurosciences, ça été fait d’une manière formelle. Dès que vous pensez à votre passé, dès que vous pensez à hier, dès que vous pensez à votre enfance, vous le réactivez dans le présent.

Et ça se voit d’ailleurs, à l’époque avec les travaux de Yamamoto qui avait travaillé sur les chakras aussi. Par exemple vous dites : papa. Vous réactivez le deuxième chakra. Et tout s’active dans le présent. Alors imaginez quelqu’un qui parle de papa qui a eu un problème de viol et de violence, il le remet dans le présent et il déclenche un codage vibratoire qui va descendre dans le corps sur l’organe cible. Et tous les travaux de Hamer, qui aujourd’hui sont validés. Vous savez qu’aux États-Unis par exemple, le cancer du sein, il y a des cliniques, des centaines de cliniques qui fonctionnent selon les principes de Hamer, où ils identifient avant tous traitements, qu’ils soient chimio thérapeutiques ou alternatifs, peu importe, et en particulier avec l’immunothérapie qui marche très bien, ils savent qu’il faut d’abord résoudre le conflit psychologique.

Voilà, et que si le conflit psychologique est résolu, non pas par un retour dans le passé qui sert à rien mais par ce qu’on appelle une reprogrammation cognitive qui ne s’occupe pas de ce qui est déficient ou pathologique mais qui remet une couche par-dessus une programmation qui n’est plus fonctionnelle. Mais si vous allez toucher au nœud, qu’on appelait nous à l’époque, ‘’le petit diable’’ au niveau du sentiment d’être un individu, vous allez réactiver des mécanismes qui vont avoir pour cibles les organes. Bon, bien c’est simple, le nid ; c’est le sein gauche, le partenaire ;  c’est le sein droit. Et il y a des fois même des thérapies que l’on a beaucoup vantées en Europe de l’Ouest, en particulier en Allemagne et même en France, qu’on appelle les constellations familiales, qui sont un truc mais dramatique.

C’est-à-dire que là, il n’y a pas cinq ans, c’est instantané. J’ai l’exemple, plusieurs exemples ; une patiente qui avait une fragilité héréditaire au cancer du sein, familial. Elle sortait d’une mammographie, il y avait rien. Elle va faire une constellation familiale, une constellation familiale ça consiste à rejouer la scène mais en plaçant des gens qui n’ont rien à voir avec le scénario dans le scénario. Les transferts d’énergie sont immédiats. Elle est sortie de ce week-end, elle a fait une inflammation du sein, on l’a bien sûr traité. Un mois après, on a refait une mammo, il y avait un cancer foudroyant, elle est morte. Et ça ce n’est pas le seul cas. J’ai eu un patient, par exemple, qui avait un problème avec sa mère, qui a rejoué le problème avec sa mère, il était dépressif et anxieux. Il s’est suicidé à la suite du week-end.

Donc, quand vous touchez au passé, et je ne parle même pas des vies passées, pourtant j’en ai fait des régressions. Même si vous guérissez quelque chose, vraiment, mais ça ne fait que se transvaser sur un autre plan, toujours. Parce qu’il y a le corps causal je vous rappelle qui vous enferme. On est enfermé dans une boucle de rétroaction permanente qui fait qu’on se réincarne en permanence, parce que l’on n’a pas accès à la vérité. Parce que quand on sort du corps, on est content, on voit qu’on est vivant et on est arrêté par les guignols. On est arrêté par des représentations de nos croyances, bien évidemment, les choses avec lesquelles on est en lien : la famille, les parents, enfants, et par l’adhésion à une religion ou à un mouvement et vous êtes cuits.

Vous êtes cuits, il n’y a aucun moyen d’en échapper aucun. C’est en ce sens qu’effectivement, plus les années passent, plus je répète, la spiritualité et la conscience sont des escroqueries et des maladies totales parce que vous n’avez aucun moyen de sortir de la prison en étudiant la prison. C’est aussi simple que ça. Alors que toutes les thérapies psychologiques, psycho énergétiques, vous font croire exactement l’inverse. Vous font croire qu’en connaissant la prison, vous allez sortir de prison. Mais c’est pathétique.

Sœur : Et le seul remède…

Comment ?

Sœur : Le seul remède pour sortir de cette prison, c’est ne pas se croire arriver à…

Accepter déjà qu’il n’y a pas de prison.

Sœur : D’accord.

Et que toi, tu n’existes pas, que tu n’es qu’un assemblage.

Sœur : Et quand on pense au passé alors quand on pense…

Tu le réactives instantanément.

Sœur : Oui, mais, comment on fait pour, est-ce que quand on y pense on…

Eh bien, Hic et Nunc, Ici et Maintenant.

Sœur : D’accord. Ici et Maintenant.

Replaces-toi instantanément dans l’Instant Présent.

Sœur : D’accord.

Ne laisse plus prise mais ne t’oppose pas. La plupart des gens, bien sûr, s’opposent et souffrent. C’est pour ça qu’ils vont voir des psychos, des énergéticiens, et tout. Alors que si tu demeures, si tu restes dans l’acceptation aujourd’hui, c’est-à-dire que tu vois une pensée qui arrive mais tu ne t’y intéresses surtout pas. Tu la laisses émerger, elle ne peut que disparaître. Si une pensée ne disparaît pas ou si elle est itérative, c’est parce que vous vous en êtes saisi. C’est tout. Il n’y a pas d’autres alternatives. Et la vraie liberté, bien évidemment, c’est que vous observez que vous n’êtes plus soumis à tout ça. Vous voyez bien que votre passé ne revient jamais. Ça ne vous empêche pas de projeter dans le futur, pour ce que vous avez à faire, mais vous ne pouvez plus être affectés.

Et vous ne pouvez que constater, qu’au fur et à mesure des mois et des années, que vous êtes indissociables de l’instant présent. C’est-à-dire que vous ne pouvez pas vous projeter dans demain, vous ne pouvez pas avoir comme ça spontanément des souvenirs qui reviennent de votre enfance, de votre passé. Vous êtes totalement immergés dans le présent, c’est la vérité. Et la différence c’est que celui qui n’est pas dans le présent, il va sans arrêt avoir des pensées itératives de son passé ou des projections pour le futur. Il ne vit pas dans le présent. Hors, aujourd’hui vous ne pouvez pas être libres, aujourd’hui, sans être dans le présent. Il n’y a pas besoin de se mettre martèle en tête, vous ne pouvez pas lutter contre votre passé, vous ne pouvez que l’accepter.

La Grâce, c’est l’acceptation, l’état de grâce. Il n’y a que deux possibilités : action – réaction ou Action de Grâce. C’est vous qui choisissez.

Sœur : Avec une pensée, qu’on pourrait dire obsessionnelle, tu fais la même chose. Tu … Comment ça se fait qu’une pensée, elle ait un caractère obsessionnel par rapport à une autre pensée qui aurait tendance à passer ?

C’est parce que tu leur accordes de l’importance.

Sœur : C’est ça.

Tout simplement. Tu crois que c’est vrai.

Sœur : Oui. C’est ça.

Bien évidemment, tant que tu demeures une personne inscrite dans la linéarité du temps, tu es, bien évidemment et à juste titre, convaincue que c’est vrai.

Sœur : Oui.

Mais c’est une aberration de fonctionnement. C’est lié même à la structure du cerveau.

Sœur : Et puis en fait, la pensée et puis l’émotion, elles travaillent ensemble, en fait elles sont…

Tous les organes du corps sont reliés par le système limbique, le cerveau émotionnel, par les zones latérales du cou, que vous les avez utilisées avec les fluorines là par exemple. En permanence, le cerveau envoie des fréquences dans le corps. Et quand l’organe ne répond pas, il le met en exclusion, l’organe rentre en dégénérescence et en cancérisation. C’est exactement ce qu’avait démontré Hamer. On le voit aussi en symbolisme du corps humain, puisque l’on sait que chaque organe est lié à un psycho archétype. Bon, et selon où est localisé cet organe, il nous renvoie à tel chakra et il nous renvoie à tel psycho archétype. Vous avez un kyste de l’ovaire droit, qui soit fonctionnel ou organique, vous avez un conflit au père. Vous avez une colite droite, vous avez un conflit au père. Vous avez une colite gauche, vous avez un conflit à la mère.

Vous avez un problème sur les deux ovaires, vous avez un problème héréditaire ou transgénérationnel. Vous avez un problème uniquement sur l’ovaire gauche, vous avez un problème à la mère. Il y a des correspondances formelles entre toutes les zones du corps, les archétypes, ça si vous avez l’ouvrage magistral de Annick de Souzenelle, De l’arbre de vie au schéma corporel, qui vous retrace dans toutes les traditions ce que sont les organes, ce que sont les fonctions archétypielles des organes que l’on a complètement perdues de vue, qui sont parfaitement décrites dans la médecine chinoise. Mais sachez que, officiellement, le cerveau contrôle le corps par cette voix fréquentielle.

Et le cerveau dit par exemple, telle heure, c’est en plus les heures des méridiens où les organes en médecine chinoise, à telle heure le cerveau dit : allo, le foie! Il envoie une fréquence et le foie doit lui envoyer la même fréquence. Ça prouve que tout est OK. Si le foie ne répond pas à la fréquence, le cerveau l’exclue. Et c’est l’exclusion par le cerveau, d’une fonction d’un organe ou d’une zone du corps, qui crée la dégénérescence.

Frère : Pourquoi l’organe…

Comment ?

Frère : Pourquoi l’organe n’a pas répondu ?

Il n’a pas répondu parce qu’il est touché par ton propre psychisme. L’anxiété lèse le foie, les problèmes de choix lèsent la vésicule biliaire, les problèmes de gestion du temps lèsent la vessie. Ça c’est parfaitement connu en médecine chinoise, en médecine ayurvédique et dans des systèmes de médecine traditionnelle. La fonction des organes, avant d’être une fonction purement physiologique, organique, métabolique, est une fonction psychologique. Les chinois l’ont parfaitement démontré. Bien évidemment cette connaissance s’est perdue ou a été occultée. Mais il est évident d’autant qu’en plus aujourd’hui on sait que ça fonctionne comme ça. Et si votre système limbique, qui est la transmission des émotions des fréquences de régulation au niveau du corps entre des fréquences qui vont de 40 kHz et 680 et quelques kHz, chaque organe a une fréquence de résonance.

Et si l’organe ne répond plus, il y a un processus de dégénérescence. Ça en plus on l’a parfaitement élucidé en neuroscience, sur les techniques de visualisations énergétiques, que ce soit l’effet Kirlian, ou par exemple les cristallisations sensibles de Steiner, ce sont des travaux que l’on a fait il y a trente ans, trente-cinq ans, qui ont été validés depuis par les neurosciences et qui nous permettent de comprendre que l’individu est un vaste assemblage d’escroqueries quoi, c’est tout. Voilà à quoi vous vous soumettez en étant persuadé et de bonne foi que vous êtes cela.

Sœur : Castaneda, à la fin de sa vie parlait de cette espèce de…

Ils ont travaillé sur l’astral.

Sœur : Oui.

D’ailleurs, ils ont décrit l’astral. J’expliquais que quand je maintiens la conscience à la lisière de l’être et du non-être, je vois tous ces mondes. Je vois des globes, autour de moi, empilés les uns dans les autres avec les fameux symboles qu’ils ont décrits. La seule différence c’est que moi, je ne suis pas attracté par ça. Eux, ils ont été attractés, donc ils n’ont pas vécu l’Absolu. Ils sont partis dans des expériences psychédéliques qui sont l’astral, rien de plus, rien de moins. Seul celui qui reste immobile au centre et qui se fond dans l’Absolu, découvre la vérité. Là aussi, ils ont été emportés par les images. Ce ne sont pas des images réelles de télévision ou de panneaux d’encart publicitaire, mais des images astrales. Tout en étant persuadé d’avoir vécu la vérité.

Et c’est ce que font certains enthéogènes qui sont beaucoup utilisés aujourd’hui, je pense à un cas particulier dans l’ayahuasca et l’iboga qui ne font que vous emmener dans l’astral. Contrairement à la salvia par exemple, ou à la DMT qui vous font vivre la vérité, c’est-à-dire, l’Absolu. Donc, tous les occidentaux sont entrés à fond dans les stages sur l’ayahuasca et l’iboga qui ne font qu’envoyer les gens dans l’astral, ils sont très malades après. En plus, les cérémonies chamaniques. On avait la chance d’avoir un ami qui connaissait très très bien ce milieu-là, qui avait fait plusieurs cessions sur l’ayahuasca en Amérique Centrale et qui s’est aperçu d’une chose, comme il était clairvoyant, c’est qu’à chaque fois qu’un chaman fait une cérémonie à l’ayahuasca, vous repartez avec un gentil archonte collé dans le dos.

Systématiquement, comme dans l’éveil de la kundalini. L’éveil de la kundalini qui survient spontanément sans avoir reçu la Lumière avant, fait que systématiquement vous êtes possédés par un archonte qui vous colle au dos et qui ne vous lâche plus. Les médiums le voient. Et les chamans d’Amérique Centrale, la plupart ne sont que dans du business et dans la volonté de mal, quoi qu’ils vous disent. Voilà comment les gens se laissent abuser à tous les niveaux. Alors qu’il n’y a aucune solution là-dedans, au contraire.

Sœur : À t’entendre au fait, moi, mes enfants sont petits,

Oui.

Sœur : … de plus en plus, j’ai la sensation que je n’ai plus le choix, gentiment, il n’y a plus de choix ou de porte de sortie du personnage, toutes les portes se ferment les unes après les autres…

Bien sûr.

Sœur : … et qu’il n’y a plus, il n’y aura gentiment plus d’autre possibilité que celle de sauter.

Exact.

Sœur : Mais tu comprends pour le personnage d’un point de vue, comment dire, linéaire et premier degré, il y a quelque chose de désespérant, si tu veux…

C’est désespérant.

Sœur : … il y a vraiment quelque chose de l’ordre de la désespérance dans ce…

Oui. Mais c’est l’objectif, de ce qu’on appelle le nouvel ordre mondial. Eux, ils continuent sur la ligne qui a été tracée il y a deux cents ans ; la suppression de l’argent liquide, l’implantation des microtypes, c’est une réalité, ce n’est pas dans dix ans. La reconnaissance faciale, les caméras partout, l’impossibilité d’avoir un déplacement anonyme, c’est exactement ce qu’ils sont en train de faire.

Sœur : Oui.

Il ne faut pas se leurrer.

Sœur : Tout ce que tu peux faire d’un point de vue, comme ce n’est pas encore acté, tu vois, le retournement n’est pas encore acté, le personnage agit de manière homéopathique. On a créé une école pour sortir nos enfants de l’école publique…

Oui.

Sœur : …et puis nos enfants sont dans une école alternative. Mais si tu veux, j’ai la sensation que c’est homéopathique mais que le saut il doit être radical, absolu. Quand je me dis, je vais faire du mieux que je peux pour mes enfants, je suis comme confrontée au fait que la chose que j’ai à faire, elle est, enfin, comment dire, à chaque fois que j’aimerais agir sur quelque chose d’extérieure, ça me revient…

C’est normal.

Sœur : … ça me revient comme constamment …

Tout ce à quoi tu vas t’opposer, même au niveau sociétal, te reviendra en pleine figure.

Sœur : Oui.

Et ça va être de plus en plus vrai. C’est ce qu’on appelle une dictature. C’est la pleine dictature, tu n’as plus le droit de penser librement. Il n’y a pas eu besoin d’armes, avant il y avait les armes, maintenant, ils ont la programmation du MK-Ultra appliqué aux masses. D’ailleurs ça porte un nom, c’est étudié, ça s’appelle la ponérologie sociale ou ingénierie sociale, comment amener les foules là où on veut. Simone Veil elle-même l’a écrit. Elle a dit qu’elle était sidérée par la capacité des lois co-créées à modifier le comportement de l’humain. C’est tellement simple. C’est ce qu’ils ont fait avec les enfants par rapport aux lois votées récemment sur la pédophilie. Que la preuve appartient à l’enfant de prouver qu’il n’était pas consentant. Voilà. Donc, mais tout ça est passé dans les lois.

Hors, ce passage dans les lois, que tu t’y opposes ou pas ne change rien, parce que de toute façon ce sera acté et accepté par l’ensemble de l’humanité à l’insu de son plein gré. Voilà, c’est ça la programmation mentale, c’est aussi simple que ça. On vous met la gueule d’un bonhomme, vous votez pour lui. On vous vote des lois, même si vous les refusez, ils n’en ont rien à foutre. Même des gens qui sont dans la spiritualité au contraire, tous ceux qui sont dans la spiritualité, quand ils entendent parler de guerriers de lumière qui va les combattre, leur plan, mais ils rigolent doucement. Personne ne peut vaincre l’intelligence luciférienne. Il n’y a que l’Intelligence de la Lumière qui est Impersonnelle qui le peut à condition que l’on en soit le relais.

Autrement, tout ce qui est d’ordre personnel ; combat, lumière, tout ça c’est de l’astral, ça ne fait que les renforcer. Et d’ailleurs, c’est ce qui se passe. D’un côté, vous avez les frères et sœurs qui sont sortis de l’enfermement, qui sont libérés, on est des millions et de l’autre côté, vous avez tous les spiritualeux qui rêvent, qui ne font que les nourrir. Quand vous parlez de Notre-Dame-de-Paris qui a cramée, pendant la semaine de la fête de Marie en plus au niveau celtique, tout le monde sait que c’est volontaire. Tout le monde sait que ça été créé volontairement. C’est un acte physique et occulte, commercial aussi parce qu’ils vont créer un centre commercial, mais tout le monde le sait. Qu’est-ce que ça change? Rien.

La pédophilie maintenant, tout le monde sait que c’est dans tous les milieux et surtout dans les milieux religieux et pas uniquement catholiques. Tout pouvoir conduit à ça. Ce qui conduit l’humanité, c’est le pouvoir. Dès que vous prenez le pouvoir sur quoi que ce soit, sur qui que ce soit, vous entrainez une réactivation du deuxième chakra. Là où étaient toutes les lignes de prédation, tout le besoin d’asservir, de contrôler, de dominer l’autre. Alors, on va vous présenter ça dans les entreprises, les coaches, les psychologues, comme ; l’estime de soi, la motivation, la confiance en soi. Mais ce sont des perversions totales parce qu’ils vous emmènent directement à l’échafaud.

C’est-à-dire que, dès que vous avez goûté au pouvoir, vous avez éveillé le deuxième chakra, dès que vous avez travaillé sur la confiance en vous, vous ouvrez la porte à tous les enfers possibles. Et vous n’y pouvez rien. Et vous êtes persuadés que c’est vous. Vous ne pouvez pas savoir la manipulation, elle va bien plus loin que tout ce qui est exposé en ce moment pour le grand public, puisque les fondements même sont neuroscientifiques et sont connus. Alors, renseignez-vous, regardez ingénierie sociale, ponérologie sociale. Vous avez des livres qui vous parlent de comment manipuler des foules et on sait le faire parfaitement. Et quand vous entrainez l’adhésion d’une foule dans quelque chose d’horrible, vous ne pouvez rien faire.

Vous avez beau prévenir les autres, vous êtes empêcheurs de tourner en rond. Voilà. Et toute l’humanité, depuis la nuit des temps, fonctionne comme ça. Voilà. Et même à travers les révélations qui se font en ce moment, les compréhensions qui se font en ce moment, bien évidemment vous passez personnellement par le même choc. D’abord vous dites ce n’est pas possible, le déni, ensuite la colère, ensuite la négociation et jamais l’acceptation. Alors, l’acceptation même à ce niveau-là est fondamentale. Parce que c’est l’acceptation qui crée le pardon et la grâce, et qui met en action l’Intelligence de la Lumière. Tant que vous croyez que vous allez vous en sortir en montant des associations, en vous considérant comme un guerrier de lumière, vous vous condamnez vous-même. Et vous servez le système.

Vous êtes anti-système et vous nourrissez le système. C’est merveilleux. Ils sont gagnants à tous les coups. Le révolutionnaire, ils adorent ça, parce qu’il va les nourrir. Toute force de confrontation ou d’opposition nourrit le système et vous ne pouvez pas y échapper. La seule façon de ne plus être soumis au système, c’est de voir la vérité de ce qui se déroule et à la limite, d’être ce que l’on appelle un marginal. Sans ça vous êtes complètement piégés par le système, que vous ayez de l’argent ou pas. Ça ne change rien. Et ça va être un problème, comme je disais, qui va être, qui va apparaître sur l’écran de la conscience, de plus en plus d’êtres humains. Après, une fois que vous êtes informés, vous êtes libres. Soit vous préférez la liberté, soit vous préférez la sécurité.

Soit vous vous faites implanter, si on va jusque-là, soit vous serez éliminés dans des camps. Mais il n’y a pas d’autres alternatives. Heureusement, qu’il y a l’événement collectif, le flash solaire, puisqu’il n’y a pas de suite après. Sans ça ils continuaient sur leur lancée et ça se continuait tout seul, ils n’ont pas besoin de faire d’effort. Ils ne font aucun effort. Alors, que ceux qui cherchent la lumière, ils n’arrêtent pas de faire des efforts. Voilà, ce qu’on appelle la société humaine, c’est ça, rien de plus, rien de moins. Ce que disait déjà Krishnamurti quand il disait : ce n’est pas un signe de bonne santé que de se sentir bien dans cette société. Et aujourd’hui, c’est d’une actualité terrifiante. Il n’y a aucun espace de liberté, aucun espace d’autonomie, dans ce qu’on appelle la société occidentale. C’est impossible.

Et maintenant avec la phase active de répression du nouvel ordre mondial, c’est-à-dire, de limitation de toutes les libertés, vous le constatez pas seulement en France mais dans tous les pays. Et vous ne pouvez rien faire, c’est-à-dire que si vous vous opposez, vous allez les nourrir, vous restez dans la dualité, c’est tellement évident. En plus, c’est écrit dans les manuels d’ingénierie sociale, ils utilisent ça. Les seuls qui soient dangereux sont ceux qui disent la vérité, bon Julian Assange. Moi, ils m’ont enfermé mais ils ont voulu m’enfermer mais tous les channels en France, il y en a d’autres, ils leur foutent la paix, ils ne racontent que des conneries.  Ils ont jamais été inquiétés, ils ne seront jamais inquiétés, forcément, ils amènent les gens sur des voies de garage qui vont dans leur sens.

Si vous vous voulez travailler sur vous, aujourd’hui, je vous répondrais que c’est une hérésie totale. Ne serait-ce que par l’environnement qui déjà vous maintient sous sa matrice. Et en plus, vous-même vous y mettez. Ça veut dire que vous reconnaissez que quand vous faites un travail sur vous, comme on dit, vous reconnaissez que vous êtes une personne, à aucun moment vous accédez au transpersonnel ou à la vérité. Et quand vous voulez déprogrammer des mémoires cellulaires, quand vous voulez vous débarrassez d’une maladie, en passant par l’énergie ou par le psychique, comme je l’ai dit, vous ne faites que maintenir le système. On est arrivé à tel point que les gens feront tout pour rester en vie plutôt que d’accepter la mort. Ils sont tous prêts à payer pour avoir l’immortalité.

Ça prouve bien la dégénérescence totale de ce qu’on appelle l’humain. Et tout ça se joue en ce moment. On le voit bien d’ailleurs, le chaos progresse. Alors, il y a ceux qui rêvent en disant : ce n’est pas grave on va avoir une nouvelle terre. Il y a ceux qui réagissent à ça et qu’ils veulent à tout prix sauver la planète, qui part quand même d’une intention fort louable. Regardez Pierre Rabhi, c’est fabuleux ce qu’il écrit. Mais à partir du moment où vous entrez en confrontation avec le système, vous le nourrissez. Il est beaucoup plus puissant que vous, il est beaucoup plus intelligent que vous, vous n’y pouvez rien, mais vraiment rien. Il y a que le réveil du cauchemar qui vous permet d’être préservés. Mais vous nourrissez vous-mêmes votre propre cauchemar quand vous parlez de votre passé, quand vous exprimez une plainte.

Vous ne pouvez pas être libres comme ça, c’est impossible. Quelle que soit votre dose d’amour et de bon cœur, vous ne faites que vous mettre des poids sans arrêt. Aujourd’hui, je suis plus que formel, travailler sur soi, sur l’aspect psychologique, énergétique, sans chercher à expandre la conscience comme on l’a fait avec AD, est une hérésie. Et tous les gens qui sont dans ce business vous emmènent sur des sentiers de perdition sans aucune exception. Il n’y a pas d’autre solution que l’instant présent.

Sœur : Ils le font en toute bonne foi, on peut remercier, ils le font en toute bonne foi, tous ces thérapeutes. Ils sont persuadés de faire quelque chose…

Mais bien sûr, qu’ils sont de bonne foi. Oui, oui, ils sont de bonne foi. Mais la bonne foi ne préserve pas du danger.

Sœur : Non, mais à t’entendre, il ne reste plus qu’Ici et Maintenant …

Oui, on est en plein, si tu veux, dans le luciférianisme qui n’a plus rien à voir avec le pauvre archange Lucifer mais c’est ce qu’on a appelé quand même les forces lucifériennes. Et bien évidemment toutes les forces du New Age sont lucifériennes par essence. Regardez ce qu’il avait dit le monsieur qui était à l’ONU, je ne me rappelle plus de son nom (David Spangler), il avait dit : nul ne pourra pénétrer dans le Nouvel Âge sans passer par l’initiation luciférienne. Mais que font tous les gens qui sont dans la spiritualité aujourd’hui à travers les thérapies qui proposent sur les mémoires et autres que de nourrir le luciférianisme? Ils ne font que ça.

Sœur : Ils ne se rendent pas compte, tu vois, je veux dire. Il y a vraiment une, comment dire, moi j’y vois une forme d’innocence donc, tu vois, ils ne se rendent vraiment pas compte.

Non, ils ne se rendent pas compte parce qu’ils ne connaissent pas les tenants et les aboutissants …

Sœur : C’est ça.

Parce qu’ils ne sont pas allés voir derrière l’apparence de l’énergie, ou derrière l’apparence de la psychologie, parce qu’ils ne connaissent pas les lois neuroscientifiques, ils ne connaissent pas la ponérologie sociale.

Sœur : C’est ça. Mais ça, ça fait partie aussi de, je pense de ceux qui mettent en place l’enfermement. Enfin, à l’université je me souviens d’un, en histoire des religions de notre professeur qui avait expliqué le lien entre la science l’anthropologie, les premiers pères de l’église qui partent en Amérique Latine et le nazisme. C’était magistral, si tu veux, ….

Bien oui, j’ai suivi les mêmes …

Sœur : … c’était vertigineux puis ce que je ne comprenais pas, c’est que, après les cours je suis allée le voir et je lui ai dit : mais pourquoi ça ce n’est pas enseigné de manière beaucoup plus large, pourquoi ça doit rester …

C’est l’interdit.

Sœur : … dans le cycle universitaire. Bien, je lui ai dit : vous savez on n’est pas plus bête que vous, puis il m’avait regardé comme ça. Mais si tu veux, je lui ai dit très spontanément, vraiment très naïvement et là je me suis dit : eh bien en fait, merde, l’université c’est aussi fait pour que le savoir et la connaissance restent aux mains, comment dire, …

Des élites.

Sœur : … voilà, qu’une petite partie des gens, ce n’est pas une question d’intelligence ou de capacité à recevoir une information, c’est vraiment l’idée de maintenir les gens dans une forme d’ignorance.

Oui. D’autant plus que je vous rappelle qu’on est des mammifères dans ce corps et que les mammifères obéissent à un principe fondamental qui s’appelle d’ailleurs le principe de Lucifer ; c’est le plus fort, pour l’humain, pas le plus fort physiquement, mais le plus riche qui baise en premier, qui mange en premier et qui décide. Chez tous les mammifères c’est comme ça. Chez les loups, c’est pareil. Sauf que le chef de meute qui est le plus fort, qui mange en premier, qui fait l’amour en premier, qui veut et qui dirige la meute, lui, il sert la meute. Alors, que l’humain, lui, dans le principe de Lucifer, il prend l’ascendance, il prend le pouvoir, il détruit l’autre. On fonctionne comme ça. Ça s’appelle le principe de Lucifer. C’est celui qui a le plus d’argent qui a le pouvoir.

Ce n’est même pas l’ego, c’est le pouvoir. Le pouvoir est un élément catastrophique parce que le pouvoir vous enferme dès qu’il y a une ascendance sur quelqu’un ou par une profession, par une volonté personnelle d’avoir le pouvoir sur quelqu’un, vous ouvrez les portes de votre propre enfer. Vous ouvrez les portes à la prédation, vous ouvrez les portes à la pédophilie, à l’avidité, à l’ego bien sûr aussi, et les gens ne le voient pas. Le bouddhisme par exemple, je vous ai donné un exemple, vous avez des gens très bien qui font des retraites chez les bouddhistes qui sont persuadés que le bouddhisme c’est quelque chose de très bien. Mais moi, tous les moines bouddhistes que j’ai rencontrés, des prestigieux, on les a amenés en thérapie au cabinet, ils avaient tous le deuxième chakra explosé.

Je n’ai jamais vu aucun bouddhiste avec le chakra du cœur ouvert pourtant ils parlent de compassion tout le temps. Jamais. Et tous ces grands officiels du bouddhisme, le deuxième chakra, il est explosé. Il travaille tous avec le AUM, la méditation uniquement sur le pouvoir. Ça relativise tout ce qu’on peut croire sur le bouddhisme.

Frère : En fait, basiquement, je trouvais qu’il manquait de la joie dans le bouddhisme. Ça ne m’a jamais attiré à cause de ça.

[…] tu as beaucoup de religieux toi, chez les cathos, chez les imams, ou les rabbins. Tu vois de la joie, toi? Ça c’est impossible. Et c’est normal. C’est normal. Dès que l’on vous met dans une position de pouvoir, d’enseignant ou de quoi que ce soit, que vous le vouliez ou pas, votre deuxième chakra est explosé. La seule solution, c’est d’ouvrir le Cœur. Sans ça vous restez dans le pouvoir et vous êtes soumis malgré vous à toutes les pulsions reliées aux lignes de prédation. Et la prédation la plus luciférienne, bien sûr, c’est la pédophilie. Il n’y en a pas d’autre. Bien avant l’argent ou l’avidité et ça se termine toujours comme ça. Donc, rendez-vous compte dans le bouddhisme on vous parle de compassion sans arrêt, et moi quand je vois ces enseignants à haut niveau, c’est haut-maître du bouddhisme tibétain du Ladakh, ils sont tous dans le pouvoir.

Il n’y en a pas un qui a le chakra du cœur ouvert. Ça n’existe pas. Donc, on est trompé mais en permanence par nous-même déjà.

Frère : Oui, attention, il faut être vigilant.

Mais cette lucidité-là, elle n’apparaît que quand vous êtes informés déjà. Comme on vu les universitaires qui essayent de planquer les résultats, bien évidemment. Alors, qu’il y a des ouvrages qui sortent tous les jours. Je vous dis, vous allez sur internet, vous tapez ponérologie sociale ou ingénierie sociale, vous allez comprendre tout de suite. Gouverner un pays, c’est mettre en œuvre aujourd’hui, l’ingénierie sociale, pour faire en sorte que le peuple aille toujours dans le sens où on veut. C’est aussi simple que ça. Voilà. Et les gens, en plus, vont donner leur consentement. Ce que j’avais expliqué à l’époque du vote pour Macron, les gens ont donné leur consentement. Même si on vous a trompé sur la vente de la marchandise, le fait que vous ayez donné votre bulletin, à l’insu de votre plein gré même.

Dans la loi, on ne vous a pas menti, c’est vous qui avez choisi. Mais le choix n’est pas libre. Et il ne peut pas être libre. Et c’est comme ça dans toutes les circonstances de la vie. Et l’être humain s’auto-conditionne, s’autoprogramme, par la masse, et au bout d’un moment ne peut plus voir clair. Vous allez voir même par rapport à la pédophilie, quand certains noms vont sortir, les gens vont être dans un déni total. C’est tellement gros pour accepter ça depuis l’emplacement de la personne, que les gens n’accepteront pas.

Seuls ceux qui rêvent à un nouveau monde ou ceux qui sont libres sont en Joie. Et c’est quelque chose qu’on voit de manière de plus en plus claire, pas seulement en France mais dans tous les pays.

Si vous voulez, par exemple je suis allé, vous savez, je suis allé au Québec. Pour moi, les vrais Français, c’est les Québécois, ce n’est plus les Français. Ils ont gardé cette authenticité qu’on retrouvait dans les campagnes, il y a quarante, cinquante ans, qui n’existe plus. Eux, comme ils n’ont pas encore été infiltrés par la programmation sociale, ils ont des espaces de liberté qui nous sont inconnus.

Et d’abord, la liberté financière. Parce que nous, en Europe en tous cas, tout est fait pour que vous soyez en mode survie. Quel que soit ce que vous gagnez et c’est de pire en pire. Avant c’était seulement, on va appeler, les petits salaires mais maintenant même les salaires moyens sont emportés par les obligations de payer, de payer, de payer, de payer et n’ont plus une minute pour penser à ce qu’ils sont. C’est voulu.

Le divertissement, les spectacles, le sport, c’est voulu. Parce que ça vous détourne. Vous avez beau adorer le foot, le sport, le tennis que vous voulez, mais il faut être lucide que, quand vous regardez ça, au-delà de vous faire plaisir, vous nourrissez la matrice.

Or, je le rappelle, le Christ avait dit, un, celui qui voudra sauver sa vie la perdra, deux, nul ne peut servir deux maîtres à la fois. À vous de voir. Et à un moment donné, vous ne pouvez plus composer. Donc, soit vous vous mettez une balle dans la tête, soit vous devenez ermite, soit vous sortez du système.

C’est ce que j’expliquais à Isabelle en tant qu’enseignante, à un moment donné, vous ne pouvez plus composer, quand vous voyez clair, qu’est-ce que vous voulez faire. Soit, vous restez dans le système et vous êtes en sécurité, soit vous êtes libres.

La sécurité, c’est le mot en langue de bois qui est utilisé pour priver de liberté les gens. Ils n’ont pas besoin de canons ou de fusils. C’est fini ça, c’est démodé. C’est démodé. On vous programme par la comm, par la communication. Quoi que les gens, à ce niveau-là sont de moins en moins dupes. Mais ils n’en ont rien à foutre parce que même si vous vous opposez à eux…

Tiens, par exemple, un journaliste écrit la vérité. J’ai passé en France pour l’affaire de Rougier, ça ne change rien, il a été dédouané par les enquêtes, soi-disant. Et allez, circulez, il n’y a rien à voir. Et même si vous vous opposez, vous ne faites que les renforcer. Si vous vous opposez à vous-mêmes, vous renforcez ce à quoi vous vous opposez ou que vous voulez voir disparaître.

C’est un cercle vicieux mais, parfait. Parfait et total. Sur lequel, effectivement, il n’y a aucun moyen d’action, et d’ailleurs ça ne servirait à rien, ça ne ferait, encore une fois que le renforcer, c’est trouver sa Liberté.  Et vivre la Liberté, c’est être libre de sa personne sans ça, vous ne pouvez qu’être soumis à l’insu de votre plein gré aux mécanismes sociétaux, aux mécanismes de masse parce que nous sommes des mammifères.

Sœur : Pour sortir du système, il y a beaucoup de gens qui en sont, je vais parler de moi. Je veux sortir de ce système, du boulot, de l’assurance de […] machin, truc. Mais je suis toute seule et, et, et ça me fait peur quoi.

Bien sûr que ça fait peur. Mais c’est fait pour ça. Tu auras toujours peur. Tant que tu n’as pas franchi le pas. Vis-le d’abord.

… c’est ça.

Et après, tu constateras, comme beaucoup de frères et sœurs en ont témoigné dans les satsangs, qui effectivement, sont passés par ces étapes de peur, surtout quand tu es seule, et qui s’aperçoivent après, leurs vies devient un bonheur. La machine à laver est cassée, ils n’ont pas d’argent pour le, pour acheter une machine, on leur apporte une machine.

C’est comme ça que ça se passe dans la vie. Quand tu ne luttes plus. Mais il faut déjà, accepter. Ah, bien sûr, tu ne peux pas te payer ce que tu veux quand tu veux. Tu es tributaire de la Vie. Mais si tu l’acceptes, tu es parfaitement bien. Tu ne manqueras jamais de quoi que ce soit.

Et tous les frères et sœurs qui le vivent aujourd’hui, parce qu’il y en a beaucoup, soit parce qu’ils y ont été contraints par les circonstances de la vie, soit parce qu’ils ont fait le choix. Mais dans les deux cas, ils témoignent tous de la même chose, c’est qu’ils sont libres.

Tu sais, moi je peux en parler, j’ai été médecin, le plus gros cabinet de Paris, je roulais sur l’or. Je vivais dans un château, je roulais en voiture de sport et du jour au lendemain j’ai décidé d’arrêter parce que je voyais le système qui m’étranglait. Les deux premières années, effectivement, tu te sens bizarre. Et puis après, tu t’aperçois que tu t’es retiré toi-même un poids mais colossal que tu ne voyais même pas.

Sœur : Oui, mais tu avais assez d’argent pour acheter quelque chose et pour te retirer…

Ah non. Je n’avais plus rien. En 2012, quand ils m’ont tout pris, je n’avais rien.

… ah oui.

Qu’est-ce qu’on fait les gens. Ils ont fait des demandes de dons pour moi. Ils ont créé des dons. Et c’est là où ça m’a fait rire. Avec la société Autres dimensions, je me versais un salaire de mille euros par mois alors qu’avant je gagnais, quinze fois, vingt fois ça tous les mois. Et quand il y a eu, AD a été arrêté, ils ont tout saisi, rien, je n’avais aucune réserve, je n’avais rien à moi. Ils ont fait un appel de dons, un peu partout dans le monde et j’ai reçu mais, des fortunes.

La Vie pourvoit toujours à celui qui est en vie ce qui est nécessaire. C’est toujours des peurs de l’ego, c’est toujours lié à des conditionnements, toujours. Mais je te garantis, qu’il n’y a pas photo. Pour rien au monde, aujourd’hui, j’accepterais d’avoir ce que j’avais avant. Surtout pas.

Tout ce que vous possédez, vous possède. C’est tellement vrai. C’est valable pour un enfant, c’est valable pour une maison, c’est valable pour une voiture, c’est valable pour tout. Et donc, au bout de deux ans, j’ai été obligé de constater que quel que soit ce que je pensais dans ma tête, je ne pouvais que constater que j’étais bien plus vivant qu’avec mon argent, qu’avec mes voitures de luxe et, mon exercice médical de partout en Europe.

Et pour, pour rien au monde je me priverais de cette liberté. Je préfère ne pas manger, ne pas dormir sous un toit ou dans une maison que de retomber dans ce système. C’est d’une évidence, je ne peux pas le nier. Il n’y a pas photo, comme on dit. Et j’ai vu les transformations dans ma vie au fur et à mesure, de mon corps, de certaines maladies héréditaires qui étaient là, qui ont disparus littéralement, avec des preuves sur les tests génétiques.

Mais, parce que l’intelligence de la Lumière a fait ça. C’est-à-dire que j’ai été obligé d’arrêter la médecine parce que j’avais une société de neuroscience et qu’ensuite, a été créé AD. Et qu’ensuite j’ai, AD a été arrêté. Et c’est à partir de là que je me suis aperçu que la liberté n’a aucun prix. Je t’ai dit, je répète, ce vécu de la Liberté est bien plus important que d’avoir un toit ou que d’avoir de l’argent pour demain.

Parce que cette liberté-là, aucune sécurité ne peut te l’apporter, bien au contraire, bien au contraire. C’est un leurre. Tout ce qui est possession, effectivement et concrètement t’enferme. Tu es possédé par tes possessions. Quand tu ne possèdes rien, qu’est-ce que tu veux qu’on te prenne. Tu es libre. Tu as l’esprit libre, la conscience libre et ta personne est libre aussi. Et à ce moment-là, tu es obligé d’être dans la fluidité de l’Unité, dans le, ce qu’on appelle l’efficacité neurobiologique maximale, tu laisses les choses venir à toi.

Plutôt que de vouloir t’en saisir, plutôt que de vouloir avoir peur pour demain, comment je vais manger, comment je vais vivre et tout. Mais ça nécessite un abandon, ce qu’on appelle le sacrifice total. Mais bientôt, tu ne pourras plus transiger avec ça parce que, pour l’instant, les gens ne le voyaient pas, mais aujourd’hui, même s’ils n’osent pas se l’avouer, ils le vivent de plus en plus clairement.

Mais moi, je n’ai pas de sécu depuis 2012 et je m’en fous. D’ailleurs, je n’ai jamais consulté un médecin de ma vie ni fait un examen complémentaire. À part, quand j’ai voulu faire les tests génétiques pour prouver la disparition d’une maladie génétique. Mais il n’y a aucune raison pour que vous soyez malades. Mais, je ne suis plus malade depuis que j’ai arrêté d’être dans le système. Tout…

Sœur : On ne peut pas te comparer à monsieur tout le monde toi.

Hein ?

Sœur : Tu n’es pas monsieur tout le monde toi.

Ah mais je suis, je suis, si. Si, si. Si, si.  Et les gens, les frères et les sœurs qui le vivent, sont aussi des monsieur tout le monde et ils le vivent. Et ils constatent tous la même chose.

Frère : Mais très peu, c’est qu’il y en a peu qui prennent la décision. Mais tout le monde peut la prendre la décision.

Mais à vous de savoir. Je vous l’ai dit et je le répète, bientôt vous ne pourrez plus composer avec ça.

 Frère : Mais Jean-Luc n’est pas le seul à avoir pris la décision…

Non. On est des millions.

Frère : …de s’abandonner à la Vie.

Sœur : Non, bien sûr.

Je ne parle pas de moi. Je parle aussi de tous les exemples des frères et sœurs qui viennent ici ou ailleurs et qui sentent la même chose.

Frère : […]

On a une amie espagnole, par exemple, qui était artiste, qui gagnait beaucoup d’argent, bon, à la suite d’événements traumatiques dans sa vie, elle vit avec quatre cents euros par mois et elle vit très bien. Elle vit très bien.

Frère : Bon, moi j’ai une copine…

Voilà. Cette liberté-là, pour moi, n’a aucun prix. Aucun. Le rapport bénéfice / coût, il n’y a pas photo. Pour la santé, pour ta liberté, pour la façon dont tu fonctionnes, c’est ça sortir de la matrice.

Frère : De toute façon, Jésus, il l’a dit. Cherchez d’abord le royaume et tout le reste…

Et c’est une affaire d’autonomie, de responsabilité personnelle. Il n’y a pas d’arguments qui tiennent devant ça.  Si ce n’est, effectivement, les arguments de la peur.

Sœur : Oui, c’est la peur.

Mais la peur fait partie de l’esprit moutonnier, ce qu’on appelle les mammifères, tout simplement. Cette peur est issue directement, toutes les peurs sans aucune exception, ne viennent que de la peur de la mort. Alors vous avez beau dire, je n’ai pas peur de la mort, ce n’est pas vrai. S’il existe la moindre peur, c’est que quelque part, la peur de la mort existe. C’est tout.

Quelqu’un qui a vécu une NDE même astrale, simplement, il n’a plus peur de la mort. Tant que vous n’avez pas la preuve que vous existez en dehors de ce corps et de cette vie, même si vous le savez, même si vous avez vécu des expériences, vous ne pouvez pas être libres. Parce que vous êtes liés à ce mythe d’immortalité, comme j’expliquais à de nombreuses reprises, il y a les réflexes du propre cerveau reptilien, qui vous mets dans un esclavage cognitif de vous dire : Attention, tu vas manquer d’argent, attention. Mais ce n’est pas vous.

C’est les engrammes de votre cerveau reptilien qui font ça. Vous, en tant qu’être humain, vous ne connaissez pas la peur. La peur est induite par le système et par toutes les programmations. Quand on dit de redevenir comme un enfant, c’est la réalité.

Sœur : Mais tu vois…

À tous les niveaux.

Sœur : Tout ça, on rentre dans la culpabilité après.

Bien sûr. Bien sûr. Tout est fait, de toute façon, pour vous faire sentir coupables. C’est l’humain qui est coupable. Le réchauffement climatique, c’est l’humain. Il t’arrive des merdes, c’est de ta faute. Tu n’as pas prévu, tu n’as pas organisé.

Sœur : Et même, je, je, je, j’ai peur et je ne vais pas y arriver alors je sais qu’il faut que je, il faut que, tu vois. Il y le truc qui, qui…

Ce n’est même pas des pensées ça. Tu vois, on appelle ça, en neuroscience, des injonctions comportementales qui viennent de ton cerveau reptilien. Que tu acceptes comme tes propres pensées, contre lesquelles, bien évidemment, tu vas chercher une solution, et tu constates quoi, que ça se renforce.

Sœur : Oui.

C’est, je vous le dis, la mécanique est perverse mais parfaitement huilée. Elle fonctionne à merveille. Et il n’y a pas besoin d’efforts, il n’y a pas besoin d’armes, il n’y a pas besoin de guerre pour, aujourd’hui totalement muselé un peuple. C’est ce qu’ils font.

Sœur : Donc, le truc c’est de voir tout ça passer. De revenir au point Zéro.

Bien, il n’y a pas d’autres choix. C’est ce que je disais. Contraints et forcés, l’humanité sera obligée de passer par le chas de l’aiguille, ce qu’on appelle la stase, l’événement, parce qu’il n’y a pas d’autres solutions. Rappelez-vous ce que disait, dans Matrix, l’autre à Néo, rappelle-toi qu’ils feront tout pour sauver leur propre prison. Ils font tout pour préserver leurs asservissements. C’est exactement ce à quoi on assiste.

L’asservissement est librement consenti. Pour Macron, c’est pareil. Vous avez été trompé par les images, vous avez quand même déposé votre bulletin de vote, vous êtes sous l’emprise du Luciférisme, que vous le vouliez ou pas.

Sous prétexte d’éviter la peste brune ou l’extrême droite, vous avez donné votre quitus à l’installation du nouvel ordre mondial en France. Je l’avais expliqué en 2016 et 2017, c’était tellement évident.

Sœur : Oui, il ne fallait pas voter.

Alors bien sûr, c’est complètement pervers, parce que vous avez signé un contrat sans être au courant des lignes. Certaines lignes. Vous savez les petites lignes en petites-là. Mais c’est de votre responsabilité, surtout aujourd’hui, avec internet, de vous informer. Personne ne peut le faire à votre place.

Et aujourd’hui, on se trouve tous confrontés à ce choix. Avec plus ou moins d’intensité. Et c’est normal. Comment est-ce que vous montrez que vous avez sacrifiés votre pseudo individualité à la Vérité, à l’Amour. Vous ne pouvez pas être en Amour et nourrir le système. C’est impossible. Et tous ceux qui prétendent le contraire, n’ont pas encore été confrontés pour l’instant, à cette Vérité.

Mais cette Vérité, elle est totale. C’est exactement Matrix. Les gens font, feront tout, et jusqu’au dernier moment, pour défendre leurs propres prisons.

Frère : En fait, oui mais ce qui n’est pas, ce qui est important c’est de, c’est d’être libres. De trouver, de décider la Liberté.

Oui, bien sûr.

… et de faire le sacrifice de son confort, éventuellement s’il y a de besoin, peu importe. Mais par contre, le fait d’acheter un produit ou de, enfin, l’important c’est de trouver sa Liberté, ce n’est pas de nourrir ou pas le système. Vous établir en auto-fonctionnement.

Oui, oui.

Frère : C’est la destination du monde programmée donc.

Tu sais, par exemple. On va prendre un exemple, le dentifrice. Tous les dentifrices, même bio, contiennent de l’oxyde de titane qui sont des nanoparticules.

Frère : D’accord.

Bon. Donc, même dans le bio, vous êtes contaminés. Par exemple, dans le bio, on a introduit le soja. En vous présentant le soja comme vraiment un produit extraordinaire de remplacement. C’est archi faux. Il n’y pas pire, dans les aliments bio que le soja. Parce que le soja est la seule plante qui pousse vers la terre.

Ce n’est pas rien qu’ils ont développé le soja de partout et en plus, transgénique. Même dans le pain. Votre baguette française que vous achetez, il y a du soja, maintenant. Ce n’est pas pour un intérêt gustatif ou une qualité chimique ou de texture. C’est simplement pour vous foutre du soja partout. Parce que le soja, vous ramènent à la terre.

On vous a supprimé les graisses, parce que les graisses étaient ce qui permettait de faire fonctionner la cellule et d’ouvrir la conscience. Tout est parfaitement orchestré.

Sœur : Oui, c’est ça qui est terrible.

Ils n’ont même pas besoin d’y penser. Ça se fait automatiquement. À partir du moment où vous pensez perverse, toutes les choses qui vont arriver, vont être perverses. C’est aussi simple que ça. Ça s’agence tout seul. Le sucre, l’industrie du sucre. Les boissons sucrées, les sodas. Ils n’ont pas besoin, de penser, de dire, on va ceci, cela.

Frère : Ça se fait tout seul.

Ça se fait tout seul. C’est-à-dire, tout ce qui sortira d’un esprit tordu sera tordu. Il n’a pas besoin d’y penser lui. C’est l’intelligence luciférienne. Qui fonctionne selon les mêmes principes que l’intelligence de la Lumière. Sauf, qu’il y en a une qui vous ramènent à la matière et l’autre qui vous ramènent à la Vérité. Mais c’est le même type d’énergie. Il y en a une qui est orientée vers le haut et l’autre vers le bas.

Vers le bas, c’est la souffrance, vers le haut, c’est l’Amour. Et en neuroscience, je vous l’ai répété plusieurs fois pendant ces trois jours, il y a très peu de différence entre la souffrance et l’Amour. Puisque la pire des souffrances, regardez Christiane Singer, on en parlait hier soir, vous ramène à l’Amour.

Donc, tout ce scénario a été écrit, mais après, quand vous le voyez, vous ne pouvez qu’en rire. Non seulement vous êtes sortis de la matrice, mais vous voyez le jeu de la création dans toute son horreur, de la séparation. Et encore une fois, si l’enfermement ne prenait pas une telle acuité, qui s’organise d’elle-même. À partir du moment où vous vous soumettez, avec un bulletin de vote, avec n’importe quoi, vous êtes emmenés.

L’autonomie n’est pas un vain mot. Êtes-vous autonomes. Quand je parle d’autonomie, ce n’est pas nécessairement d’aller vivre dans une grotte, à l’écart de la société mais de vivre en périphérie de cette société. Êtes-vous autonomes là. Que ce soit avec des aides sociales, avec ce qui existe en France, par la famille, par des amis, peu importe. Mais à un moment donné, et c’est le cas pour de plus en plus de frères et de sœurs, qui commencent à s’ouvrir ou qui sont ouverts, vous ne pourrez plus composer avec le système. C’est impossible.

Et vous sentirez une souffrance, une colère qui va grimper. Ce qu’on appelle la colère des quatre phases du choc, cette fois-ci, à la fois individuel et collectif. Avant même l’événement, qui va vous donner à vous repositionner. Soit, vous acceptez la souffrance, soit vous êtes Libres. C’est quelque chose qui se joue chaque jour sur l’écran de tout le monde.

Comme disait Krishnamurti, le problème c’est la société, ce n’est pas l’homme.

Sœur : Ce qui est frappant, c’est que, c’est tellement, le mensonge est, si tu veux, ce qui me frappe, c’est que depuis plusieurs années, ils ne se donnent tellement même plus de peine pour fabriquer des jolis mensonges. Ils ne se donnent même plus la peine de, comment dire..

Frère : Ce n’est plus nécessaire.

Sœur : Oui, ce n’est même plus… Enfin. L’horreur est déversée comme ça de manière permanente puis ça ne choque personne.

Alors, d’après toi, est-ce qu’ils sont bêtes. Non, ils le font volontairement parce qu’ils sont passés à la phase finale de la confrontation […], c’est-à-dire le chaos, l’ordre par le désordre. La guerre des civilisations. Entre les musulmans, les chrétiens, les juifs qui ont organisé tout ça. Mais c’est ce qu’ils veulent, c’est ce qu’ils cherchent.

Sœur : C’est grossier.

Mais en France, c’est qu’ils cherchent en premier. Ils cherchent la confrontation totale. Et ils en jouissent, parce qu’ils voient qu’avec, malgré toutes les taxes, tous les trucs qui font, de crever les yeux aux gens et tout, ça continue allègrement. Mais pour eux, c’est une jouissance insensée.

Frère : Non, non, mais. Oui mais comme dit Coluche, personne n’est obligé d’acheter des conneries.

Sœur : Oui, mais ce qui me frappe, c’est notre espèce d’apathie, cette espèce de, je ne sais pas comment dire, on est amorphes, tu vois…

Frère : Oui, mais ça, ce n’est pas grave, l’important c’est toi.

Sœur : Oui.

Frère : Ce que tu fais, toi.

Bien oui.

Frère : C’est ça qui est important.

Sœur : Oui.

Mais la masse, elle ne changera pas. Jusqu’au dernier moment de l’événement collectif. Il ne faut pas se leurrer. Quand je dis, on est des millions à vivre cette Liberté mais ça n’ira pas jusqu’à des centaines de millions. La plus grande partie de l’humanité vivra l’événement sans être au courant de rien. Et tant mieux.

Sœur : Oui.

Et tant mieux, parce que s’ils étaient au courant depuis leur personne, ils rentreraient en conflit, en colère et ils nourriraient les forces adverses. Entre guillemets, adverses. Et ce n’est que nous. Même c’est archontes, ces guignols, c’est nous aussi.

Sœur : Oui, c’est ça. C’est nous.

C’est ce qui est en nous. Alors, autre question que sur l’état sociétal et l’état du monde.

Frère : En fait, tu as parlé de l’étape avec les champignons. Et ensuite, tu as parlé de l’huile de krill.

Oui.

Frère : Ça veut dire que c’est après ?

Après. Il vaut mieux que tes villosités soient réparées. Parce qu’à ce moment-là, le krill va être absorbé beaucoup mieux.

Frère : Bien sûr. D’accord.

Le krill, par contre, l’effet ne dure pas tout le temps. Contrairement aux champignons. De ce que j’observais, par exemple, ça se voit sur la sécheresse cutanée, ça dure un an et demi, deux ans. Après, tu es obligé de refaire une petite cure.

Frère : D’accord. Il y a quelqu’un qui connait le site ?

Sœur : Il y a un labo, il y a un labo plus, il y a un labo où tu les prends qui…

Aucun labo mais il faut le brevet NKO c’est le brevet du mode de fabrication d’huile de krill. Et un autre brevet qui est sorti qui a l’air meilleur que NKO mais il s’appelle Boost je ne sais pas quoi, enfin, j’ai oublié le nom. Mais l’huile de krill a la particularité de s’oxyder. Si la gélule n’est pas étanche, entre guillemets, scellée, ça va sentir vraiment l’œuf pourri. Et bien sûr, les graisses, à l’intérieur, non oxydées vont commencer à s’oxyder et là ça va devenir néfaste.

C’est pour ça qu’il vaut mieux privilégier. Mais ça ne coûte pas cher le krill. Quels que soient les labos c’est entre vingt et vingt-trois euros pour un mois de traitement. Ce n’est pas le même prix que les champignons, les extraits…

Sœur : Et il faut qu’elle vienne de l’Antarctique.

Oui, bien en général, c’est là où il y a le plus de krill. Les bateaux qui prélèvent le krill. Alors à l’époque, il y avait eu des remarques des gens en disant, laissez le krill tranquille, arrêtez de bouffer les animaux. C’est complètement stupide. Je vous rappelle que l’humanité homme représente zéro un pour cent de la biomasse de la planète et que le krill, à lui tout seul représente dix pour cent de la biomasse. C’est gigantesque. Gigantesque. Dix pour cent de tout ce qui est vivant en matériel biologique sur Terre c’est le krill. Et les baleines, elles en bouffent cinq tonnes par jour, un rorqual.

Frère : Je trouve qu’elles en prennent un peu trop.

Comment ?

Frère : Non, je dis. On pourrait dire aux baleines d’en manger un peu moins.

Un peu moins.

Mais, si vous voulez, avec ces produits. Ce n’est pas pour vous vendre des produits, moi je n’ai pas d’actions dans les labos, je n’en ai rien à foutre. Mais, c’est la première fois, avec tout ce qui a été vendu depuis vingt ans, trente ans, quarante ans, comme escroquerie entre le cartilage de requin et toutes ces choses-là, qu’il y a réellement des produits, réellement utiles. Qui ne sont pas vraiment du vent et qui ont des aspects à la fois structurels, pour le krill et l’irisium, absolument phénoménaux.

Il n’y a pas une personne qui n’a pas pris ces produits qui n’a pas constater des changements. C’est impossible. Je vous dis, la flexibilité articulaire, la qualité de la peau, l’équilibre mental, c’est phénoménal. Phénoménal.

Frère : Les arthroses…

Comment ?

Frère : L’arthrose.

L’arthrose, oui. Ça va aussi. Le krill va vous mettre de l’huile dans les articulations même si vous avez de l’arthrose. Vous récupérez une flexibilité articulaire absolument incroyable.

Sœur : Tu peux rappeler ce que tu avais dis à propos de, de l’eau que tu peux mettre sous le lit.

Ah oui. L’eau est la structure vibratoire essentielle de la vie. Pas qu’ici d’ailleurs. On parle bien des eaux d’en haut et des eaux d’en bas. L’eau, quand tu l’achètes dans un supermarché, même l’eau du Mont Roucous, qui est une bonne eau. Un, elle est dans une bouteille plastique. Deux, elle est polluée par les lumières, les gens qui passent, elle prend toute l’information qu’il y a autour du lieu où elle est stockée. Et toi, tu vas boire une bonne eau qui est porteur d’informations dégradées.

Surtout que, plus l’eau est pure, plus elle capable et susceptible de retenir l’information. Donc, on prend des eaux, qu’on appelle de haute résistivité, c’est-à-dire où il y a très peu de minéraux en solution. Mont Roucous, Volvic, Rosée de la reine en France essentiellement et puis on boit ça. Mais vu buvez aussi toute l’information de ce qu’elle a vécu.

La seule façon de le neutraliser réellement et concrètement, ça aussi, c’est des expériences qu’on a mené il y a quarante ans maintenant, on s’aperçoit que si vous stockez l’eau, à l’abri de la lumière, même dans le plastique, sous votre lit, la qualité énergétique de l’eau est totalement transformée. C’est-à-dire que vous avez éliminé tous les polluants énergétiques, subtils qui sont, hélas liés à la qualité de l’eau qui est excellente et vous le remplacez par votre propre champ informationnel de votre lieu de vie et de vous-mêmes. Puisque c’est sous votre lit. Et à ce moment-là, cette eau a des vertus énergisantes absolument phénoménales.

Sœur : Ok. Il faut que ton lieu de vie soit, relativement sain. Tu dis, elle prend, elle prend, elle va capter ton champ énergétique mais, si par exemple, tu ne vas pas bien, qu’est-ce qu’elle va capter de toi. Ce dont tu as besoin ?   

Oui, oui, oui, bien sûr. Parce qu’il y a des phénomènes qu’on connait très bien en ce qu’on appelle, la bio résonance thérapeutique ou les champs magnétiques qu’on utilisent dans différentes machines. On sait, par exemple, sur des appareillages qui étaient utilisés au Luxembourg, en Allemagne et en Suisse surtout. En France, vous l’utilisez, vous allez en prison. J’ai des amis médecins qui ont acheté cette machine, ils ont été radiés de l’Ordre alors qu’en Allemagne c’est utilisé tous les jours. En Angleterre…

Sœur : La bio résonance.

La bio résonance oui. Vous avez, dans les hôpitaux américains, anglais, pardon. Tous les allergiques ne sont pas soignés avec des antihistaminiques, ils sont tous soignés avec des fréquences. Parce que ça marche à tous les coups. En France, c’est interdit. Donc, cette bio résonance thérapeutique consiste à prendre le champ magnétique de l’être humain, le filtrer, entre guillemets, bon, avec des techniques différentes, mais de renvoyer ce champ électromagnétique inversé.

Si on vous renvoie votre propre champ électromagnétique inversé, vous avez un effet équilibrant. C’est ce qui se passe quand vous stockez l’eau, sous votre lit, à l’abri de la lumière. Elle va, bien évidemment se charger de votre information énergétique mais comme il y a très peu de minéraux en solution, quand vous allez la boire, elle va vous donnez une image en miroir qui va faire disparaître certains processus.

Sœur : Ça, je peux faire pour mes enfants, pour moi, enfin…

Oui, oui, oui, tout à fait. Mais encore une fois, tout ça c’est très bien de le faire, bien sûr, on voit les effets et tout mais le plus important c’est qu’on est quand même soumis dans ce bain collectif, sociétal, énergétique et autres. Et celui-là, il n’y a aucun moyen de s’en extraire. C’est-à-dire que tant que tu adoptes des techniques comme ça, sans vivre ta révolution intérieure, c’est un […] sur une jambe de bois.

Sœur : Ça, je sais bien. Ça je sais.

Par exemple, si tu prends de l’eau, tu la stockes comme on l’a dit. Alors nous, à l’époque on avait des appareillages pour informer l’eau. On travaillait sur les osmoseurs inverses. D’ailleurs mon associé à l’époque, était le premier à avoir importer les osmoseurs inverses en Europe depuis les États-Unis. Et il a commencé, bien évidemment, à boire de l’eau propre, c’est-à-dire vraiment énergétisée et purifiée.

Eh bien, toujours pareil, c’est comme quand vous êtes végétariens. Au bout d’un mois il est devenu d’une sensibilité extrême. Au début, vous êtes contents, vous sentez tout. Et après, il est tombé malade. Ce qui veut dire que si aujourd’hui, tu adoptes les techniques que je te dis sans toi changer, tu vas te détruire aussi parfaitement qu’avec l’eau du robinet.

Il y a suffisamment de gens qui sont devenus végétariens, il y a suffisamment de gens et des amis qui ont utilisé de l’eau pure en nutrition, même pour se brosser les dents, pour laver les légumes et tout, ils sont tombés malades.  Parce qu’ils sont restés une personne.

Donc, vouloir améliorer avec des techniques même dont je parle, alors, bien évidemment l’irisium c’est différent, c’est structurel. Mais, néanmoins, si vous adoptez les techniques énergétiques par exemple, pour l’eau, bien vous vous condamnez vous-mêmes. Vous allez devenir tellement sensibles. Alors au début, vous allégerez, vous sentirez plus les énergies mais à tous les coups, vous tombez malades. Si vous demeurez une personne.

Sœur : Moi j’avais compris que, enfin, je ne me fais pas d’illusion. Je sais que ce n’est pas en mangeant des champignons ou en buvant de l’eau énergétisée que je vais me libérée. C’est, c’est, ça je comprends.

Oui, j’ai bien compris. Mais ce que je veux dire par là, c’est que tu renfermes l’enfermement. Tu renforces l’enfermement. À terme.

Sœur : Oui.

Ah oui.

Sœur : Moi, j’avais compris qu’en fait c’était, que, enfin, peut-être que je me suis trompée. Mais il me semble de t’avoir entendu dire que tu, tu proposais des sortes de chose pour, comment dire, pour aider le processus que ce soit plus agréable de faire le passage ou de vivre ce qu’il y avait à vivre maintenant. En n’étant pas souffrante partout au niveau du corps, tu vois.

Oui, bien sûr.

Sœur : C’est ça, en fait moi ça c’est juste ça.

Effectivement, ça aide à monter le niveau vibratoire. C’est-à-dire à expanser la conscience, ce qui est déjà que de rester dans la conscience personnelle, on est d’accord. Mais à terme, cette supraconscience, ce Soi qui est vécu, il y a quand même une sensibilité extrême qui apparaît. Et tu es encore plus perturbé par les écarts alimentaires, les champs magnétiques, le wifi. Les gens qui sont végétariens ou qui font très attention à eux, ils deviennent tous allergiques au wifi.

Sœur : Je te remercie de la précision, parce que, ce n’est pas ce que j’avais compris, enfin moi, si je cherche des moyens de, comment dire. Voilà, j’ai des douleurs dans le corps, j’ai de la fatigue. Mais j’ai compris plus ou moins pourquoi, en ayant posé la question à Oma hier, ça devient plus clair pour moi. Puis de quoi ça provient, bien d’une résistance.

C’est une étape sur laquelle il ne faut pas rester. C’est-à-dire la montée vibratoire, l’expansion de la conscience permet d’échapper à certains types d’anomalies. Mais l’expansion de la conscience, quand elle devient trop importante, ça devient de l’orgueil spirituel. Voilà, donc, il y a une juste mesure, c’est toujours pareil.  S’extraire d’un truc par la montée vibratoire, c’est déjà excellent mais après ce n’est pas tout. Si tu en restes là, tu es autant piégé qu’en demeurant une personne, stricte.

Sœur : Moi je ne suis pas intéressée par l’expansion de la conscience, vraiment pas. J’aimerais plutôt être au ras des pâquerettes, tu vois. J’ai assez plané.

Quand je parle d’expansion de la conscience, ça n’a rien à voir avec une montée en l’astral ou les gens qui sont complètement décorporés.

Sœur : Oui, oui. Je comprends bien. Je comprends bien.

L’expansion de conscience, elle se passe ici, sur Terre, dans ce corps.

Sœur : Oui, oui.

Pas ailleurs. Mais ce que je veux dire par là, c’est que si vous adoptez toutes les techniques pour améliorer votre santé, votre état, c’est logique.

Sœur : Oui.

Mais sans changer intérieurement, ça ne sert à rien.

Sœur : Oui.

Ça va vous aider un temps, oui bien sûr, le temps de voir clair si je peux dire, mais après si vous ne faites pas ce qui est à faire, à décider par vous-mêmes, vous ne pourrez aller que plus mal après…

Sœur : Hmm.

Mais c’est ce qu’ont constaté plein de gens qui n’ont pas lâché la conscience, ou qui ont encore des peurs. Tout est fait dans le script, de toutes les manières possibles, pour vous ramener à la fin du rêve.

…Silence…

Tout ce que tu veux améliorer dans ta vie, ce qui est logique, pour préserver tes enfants, ton intégrité, et tout ça, est logique jusqu’à un certain point. Mais après dans le script, si tu n’es pas autonome, ça va te faire replonger avec une sensibilité extrême à tout, aux ondes, aux pensées, aux énergies, qui devient gênante.

Donc il y a, toujours pareil, un juste milieu. Et dans le script, tout est prévu que pour quoi que vous fassiez, si vous n’êtes pas vrais, vous soyez de plus en plus mal. Mais ce n’est pas une punition, puisque la mort est une libération ! il n’y a que l’ego qui parle de la mort comme un cataclysme ou que …. Regardez même les réflexes de survie : on cherche à éviter de vieillir, on cherche à maintenir la santé.

Quand quelqu’un est malade et qu’il est en train de mourir, les gens m’appellent en demandant « faut le sauver », oh mais laissez-le partir librement ! Qu’est-ce qui est, quel est ce mécanisme de préservation de la vie quand vous êtes en fin de vie ? c’est l’ego collectif.

Même chez les spiritualeux, on ne voit que ça… le besoin de se préserver, de se protéger, le besoin de d’être bien.  Mais à un moment donné ça devient pathologique.

Vous mettez plus d’énergie, vous investissez plus de temps, plus d’argent, plus d’énergie, plus de conscience, dans le fait de changer votre personne que d’être libérés de votre personne … rendez-vous compte ! Et ça, ça marche à tous les coups.

Je l’ai dit, j’ai vu avec d’innombrables frères et sœurs qui étaient végétariens stricts qui sont tous tombés malades. Mais c’est normal.

L’important n’est pas ce que vous rentrez dans votre bouche, même si c’est effectivement important d’avoir une santé meilleure, plus apte à résister à ce qu’on veut.

Mais ce qui est important, c’est ce qui sort de votre bouche, c’est ce que vous pensez.

Et tant que vous ramenez tout à votre personne, avec cette notion de besoin de vous protéger, vous ne faites que vous enfermer vous-mêmes. Comment voulez-vous être libres dans cette démarche ?

Cette démarche nutritionnelle, énergétique, doit être accompagnée d’une prise de …, d’une compréhension de comment fonctionne le système, de comment vous fonctionnez. Que cette compréhension soit intellectuelle, et les connaissances que je vous délivre sur les neurosciences, qu’elle soit vibratoire par une entité x ou y, mais c’est vous-mêmes qui décidez.

…Silence…

C’est-à-dire que même vos souhaits, même nos souhaits les plus humains, les plus normales, ne font que nous ramener au système.

Frère : Oui, ça c’est sûr.

Il y a deux matrices : matrice binaire, matrice christique. Ça a été expliqué en long en large et en travers depuis plus d’un an. Ben soit vous êtes dans la matrice binaire, soit vous êtes dans la matrice christique, et ça sera de plus en plus tranché.

Frère : Humm.

La matrice binaire, c’est l’agencement sociétal, à tous les niveaux.

La matrice christique, c’est Agapè et la fraternité.

C’est ce que vivent les frères et sœurs qui sont libres.

Ils sont toujours comme je vous l’ai dit, on en voit de partout, le sourire jusque-là, ils n’ont pas une tune, ils n’ont pas de profession, ils n’ont pas de lieu nécessairement pour vivre, mais ils s’en sortent toujours.

Et rien, rien, rien, ne peut approcher cet état de liberté. À vous de décider !

Sœur : Humm.

Et ne faites pas un cas particulier parce que c’est moi qui vous le dis. Je vous dis qu’on est des millions et c’est la vérité. J’en rencontre tous les jours, où qu’on aille: en Espagne, au Québec, au Maroc, n’importe où, on voit toujours la même chose.

Vous ne pouvez pas prétendre échapper à un système et le nourrir quelque part, faut être logique.

Sœur : Humm.

C’est vous qui décidez. Et la Vie, l’intelligence de la Vie va vous amener, nous tous, individuellement et collectivement, à voir la réalité de ça.

Lâcher le système, ce n’est pas s’y opposer.  C’est éventuellement composer avec, mais en y étant insérés le moins possible.

Mais encore une fois, si vous mettez la sécurité devant, ne venez pas vous plaindre que vous n’êtes pas libres.

Frère : Bien sûr.

La liberté est exactement l’inverse de la sécurité.

Puisque la sécurité fait appel à la préservation, donc au cerveau reptilien, à une logique reptilienne, qu’on a appelé les assurances-vie, assurances sociales, assurances maisons, assurances voitures…tout ça ce n’est que de la prédation. Une société patriarcale.

Ça éclate, ça se voit comme le nez au milieu de la figure partout, il n’y a pas besoin d’être libérés pour le voir.

Mais par contre, ce que les gens ne voient pas encore en tant qu’individus, c’est qu’ils ne peuvent pas nourrir deux maîtres à la fois. Ah bien sûr il y a toujours des prétextes : j’ai besoin d’un toit, j’ai besoin de travailler, j’ai besoin de manger, j’ai besoin de me déplacer, oui…

Non, vous avez plus besoin de ça que d’être libres.

Sœur : Humm.

Frère : Bien sûr

C’est tout. C’est simple, clair, net et précis.

Ce que je dis là, ce n’est pas une hypothèse, ce n’est pas une conception, ce n’est pas une idéologie. C’est la réalité de ce qui se produit chez tout le monde. On ne fait qu’observer.

Ce qui émane et ce qui rayonne d’un frère ou d’une sœur qui n’a pas une thune, qui n’a pas de toit et qui est libre, est autrement plus important et plus aimant que celui qui s’est mis dans la sécurité, qui se prétend ouvert et qui fait gaffe à toujours avoir en prévision, on ne sait jamais, un matelas bien garni, des comptes en banque bien remplis, une sécurité matérielle, affective, professionnelle.

Sœur : C’est ça, j’ai aucune…

Et ça se voit de plus en plus. Même dans les rencontres, même chez les gens qu’on rencontre comme ça dans la rue, mais dans les rencontres c’est flagrant. On voit parfaitement la différence, mais c’est instantané, entre celui qui est libre et celui qui est formaté.

Et ça se voit dans la différence de comportement, dans la différence de ce qui est émané. Et il y en a un qui émane la joie et l’autre qui émane la peur.

Sœur : Humm.

Et je suis désolé, on le sent.

Sœur : Ça ce n’est pas grave.

Hein ?

Sœur : Ça ce n’est pas grave.

Ce n’est pas grave pour celui qui est libre, c’est plutôt gênant pour celui qui émane cette peur.

Sœur : Oui mais moi je sais que je suis encore un nez rouge comme vous dites. Mais ce n’est pas… J’aimerai juste que tu re-précises en fait quand tu dis, quand il est tout le temps dit « mais en fait vous ne décidez rien, tout est écrit, vous ne décidez rien, mais à vous de… », et puis quand j’entends après « à vous de décider ».

Humm.

Sœur : ou tu continues à nourrir le personnage …

En tant que personne, oui, c’est à vous de décider d’être dans la matrice ou pas.

Sœur : C’est ça.

Mais vous ne pouvez pas décider d’être libres.

Sœur : C’est ça. Ok.

Il y a un acte à poser, oui.

Sœur : Donc il semble au départ, l’acte qui est à poser est posé par le personnage, on est bien d’accord ?

Oui.

Sœur : C’est ça.

C’est ça le sacrifice. Ce qui est vu comme un sacrifice par la personne, et c’est pour ça que ça a été un sacrifice, en fait est une bénédiction.

Mais tant que tu n’as pas fait le sacrifice tu ne peux pas le voir.

Sœur : Humm, humm.

Et c’est pour ça que je dis que c’est une décision personnelle.

Sœur : Hmm, hmm.

Mais effectivement vous n’aurez pas le choix. Parce quand il n’y aura plus rien, quand il n’y aura plus d’électricité, quand il n’y a plus à bouffer avec 80 % des récoltes mondiales qui ont été détruites cette année, vous faites quoi ? vous allez tuer quelqu’un pour manger ?

Moi je m’en fous je n’ai plus besoin de manger. Si il y a à manger je mange, et si je ne pense pas à manger je ne mange pas, et je vais toujours aussi bien. Mais c’est pas quelque chose que j’ai cherché.

Il y a dix ans ou il y a vingt ans, je faisais des provisions, comme tout le monde (Rire de Jean-Luc), avec les bougies en cire d’abeille, prêt à les allumer, le stock d’eau …

Sœur : Moi je me souviens …

Mais tout ça est d’un ridicule aujourd’hui !

Sœur : À l’époque c’est ce qui avait été proposé.

À l’époque, on n’avait pas moyen de vivre la vérité, donc on ne pouvait que s’adapter en fonction du personnage.

Sœur : Oui.

Même avec les chakras du haut ouverts. Il n’y avait pas l’onde de vie qui était montée, il n’y avait pas cette liberté intérieure et extérieure, elle n’était pas accessible.

Mais maintenant qu’elle est totalement accessible et libre, ben tu vois bien le ridicule de ce qu’on appelle la vie ici en ce monde. Ici on est malade.

La conscience est une maladie, ce n’est pas une plaisanterie quand je le dis.

Sœur :  Humm, humm.

On est tous malades.

Sœur : Oui. Et donc si on ne mange pas, ce n’est pas… c’est pas parce qu’on est dépressif, c’est parce qu’on n’a pas faim, et basta, on s’en fout quoi.

Oui.

Sœur : Si on ne mange pas… oui moi ça m’arrive des fois de dire parfois «  mais je n’ai pas faim… ».

Ah si vous ne mangez pas, vous allez faire des hypoglycémies, des malaises, c’est normal. Parce que votre métabolisme fonctionne avec le sucre.

Avec le métabolisme du gras… Bon là, même si je mange normalement sans gras, je sais qu’il me suffit de re-consommer du gras, même pas une semaine, pour ne plus être affecté par des hypoglycémies ou quoi que ce soit. Je n’aurai jamais de fluctuations énergétiques, de coups de pompe, avec le gras.

Quelqu’un qui bouffe du sucre va dormir dix heures par jour, huit heures. Quelqu’un qui bouffe du gras, moi je dors quatre heures par nuit si il faut.

Sœur : Humm.

Si je veux dormir 15 heures, je peux aussi dormir 15h. Mais au niveau du besoin de sommeil, il s’est extrêmement réduit et pas lié à l’âge … Iié vraiment au mode diététique.

Sœur : Oui super.

Et encore une fois, c’est comme ce que je vous disais pour le cholestérol, on a trompé l’humanité. Mais allez dire maintenant aux gens, même en leur expliquant, qu’il faut manger du gras , ils ne voudront jamais. Le commun des mortels va vous dire « mais vous êtes fous ».

(Rires)

« Les autorités compétentes ont dit ».

Sœur :  Je me suis fait jeter, quand j’ai dit « ben maintenant on va manger du gras ».

L’autonomie c’est aussi ça. C’est aussi être responsable des informations qu’on traite. C’est aussi ça l’autonomie. Ce n’est ça uniquement l’autonomie financière, intérieure, … c’est aussi l’autonomie par rapport à l’information.

Regardez le nombre d’informations qu’on enregistre et qu’on considère comme vraies, sans aller vérifier.

Sœur : De source sûre.

Or 90 % de ce qui est raconté est faux. Si ce n’est pas 100%.

Sœur : Humm, humm.

Comment voulez-vous qu’il y ait la moindre possibilité de réparation dans ce type d’univers et de fonctionnement?

Ce système, comme disait Bataille, la société de consommation aboutit nécessairement à sa propre consumation. Et c’est exactement ce à quoi on assiste.

Les gens ont oublié que les civilisations, quelles qu’elles soient, naissent, apparaissent, croissent, diminuent et disparaissent. C’est constant. Où que vous regardiez sur l’histoire de la Terre.

Ce n’est pas parce que nous on a la technologie qu’on échappe à la règle. Et là nous, on est dans la phase d’entropie, c’est-à-dire de destruction. Sans même parler de fin des temps, ou de fin…  de fin de l’illusion ou de quoi que ce soit.

Ça obéit à des cycles, et on est bien évidemment dans l’entropie maximale de la fin d’un cycle où le désordre va être total. C’est évident.

C’est le principe même de ce qu’on appelle la thermodynamique, en plus dans un système fermé, et non pas ouvert puisque on est enfermés. C’est un système qui ne peut que voler en éclats de lui-même, parce qu’il est devenu effectivement trop complexe.

Alors dans la tête des élites, ce n’est pas grave, c’est la fin des temps, et il y a Nibiru qui arrive, et après on recommence. Sauf que là ils ne commenceront pas.

Mais si vous voulez c’est d’une logique implacable, que vous regardiez du côté physique, du côté chimique, du côté neuro-scientifique, du niveau comportemental, sociétal, philosophique, c’est évident.

Il n’y a que les rêveurs qui continuent à rêver « que ça va aller mieux, que les énergies sont là, que la Lumière est là effectivement.

Mais la Lumière elle détruit l’illusion. Tout ce qui est illusoire ne peut se maintenir dans la Lumière. Tout ce qui appartient à ce monde ne peut pas pénétrer la Lumière.

…Silence…

Voilà. Donc la Terre ascensionne, oui. Mais comme le système est libéré et que toute la création est libérée, eh ben c’est la fin des sept super-univers.

Ça a été décrété l’année dernière, et ça sera comme ça. Ça ne peut pas être autrement.

Où que vous preniez l’analyse objective, réelle et concrète, de tout ce qui peut se passer à tous les niveaux, géophysique, sociétal, individuel, collectif, solaire, dans tout le système solaire, tout concourt à la même vérité.

On voit encore…, les gens sont persuadés même dans les milieux spirituels que le réchauffement climatique est lié à l’humain. Faudra qu’ils nous expliquent comment les autres planètes du système solaire se sont réchauffées et ont basculé leurs pôles elles aussi. Ce qui va être le cas bientôt pour Jupiter. Pour l’instant c’est les planètes qu’on appelle extérieures qui ont basculé leurs pôles, Pluton et Uranus et Neptune.

Ça c’est aussi, c’est le réchauffement climatique ?

Sœur : Humm humm.

C’est le réchauffement entropique du désordre, lié à un corps planétaire et des étoiles mortes qui sont dans notre système solaire, et qui sont en train de tout bouffer sur leur passage et c’est la vérité. On est en plein milieu d’un trou noir qui est en train de tout avaler.

Enfin là c’est, c’est… ce n’est pas une projection ni une vision spirituelle. C’est la réalité objective de ce qui se passe en ce moment-même dans le système solaire.

Il n’y a aucune porte de sortie autre que le Cœur et que l’Amour. À vous de voir.

Et quand les gens en auront marre et je parle de tout le monde-là, je ne mets pas, je ne dis pas les spiritualeux ou ceux qui dorment, ou ceux qui sont libres, quand tout le monde sera confrontés, non pas à un choix parce que ce n’est pas un choix, mais à l’évidence de ce qui est là, vous acceptez, vous ne pourrez qu’accepter d’être ce que vous êtes. Il n’y a pas d’autre choix.

Et qui pourrait refuser en vivant l’Amour d’être cet Amour-là ? Pour l’instant, je n’ai vu aucune aucun frère et sœur qui vit Agapè dire « ah non non je ne veux pas vivre Agapè », aucun.

Dès que le Feu du Coeur Sacré est là, vous êtes dans une telle béatitude, une telle félicité, une telle complétude, que jamais vous n’irez imaginer aller dans une autre dimension, dans un autre corps, dans une autre forme, ou poursuivre ce monde. Ce n’est pas possible.

C’est ça se souvenir de l’instant initial, qui n’est rien d’autre que l’instant final. C’est cet état Agapè. Il n’y a rien d’autre. Les autres sont tous des rêveurs ou des marchands de rêves qui pensent préserver leurs pseudo-individualités.

On est les uns dans les autres, c’est réellement ça. Donc prétendre que vous c’est vous, et les autres c’est les autres, surtout à travers la spiritualité, c’est, c’est quelque chose de monumental. C’est, c’est… ils ne voient pas. Ils n’ont pas vécu la vérité. Sans ça ils ne pourraient pas.

Comme je vous disais hier pour certains auteurs très connus dans le milieu spirituel qui se permettent d’écrire cela à travers l’Advaïta Vedanta, ils en ont tout à fait la liberté, mais vous voyez très bien à travers les phrases qu’ils écrivent, qui sont écrites, c’est eux qui les ont écrites, que ce n’est pas …, que ce n’est pas vrai. C’est du pipeau, ils ne vivent rien.

Sœur : Ils trompent tous les gens qui…

Oui, ils trompent tout le monde, ils emmènent les gens sur des…

Sœur : Ça fait des années.

Mais, on ne fait tous que se tromper les uns les autres depuis toujours! Il n’y a pas que la tromperie au niveau d’un couple. On trompe nos enfants, on trompe nos parents, on trompe tout le monde en permanence.

Dès l’instant que vous n’êtes pas vrais, que vous n’êtes pas totalement authentiques c’est-à-dire que vous n’avez pas vécu la vérité, vous trompez votre monde, même dans votre vie affective, sociale, professionnelle. Comment voulez-vous faire autrement ?

Alors ce que je dis là n’est pas ni noir ni négatif, bien au contraire, c’est une invitation à vraiment accepter cet Amour que nous sommes. Nous ne sommes que ça. Tout le reste, comme ça a été dit encore hier avec force par Bidi, ça passe.

Donc on est figé sur notre petit vide en cet instant avec ses aspects pénibles, ses aspects d’enfermements, et on en oublie le plus essentiel, c’est ce que nous sommes vraiment : des être éternels qui ne connaissons ni la chute ni l’imperfection.

L’imperfection, elle s’est construite à la suite de l’oubli et à la suite de l’enfermement, c’est tout.

Et bien sûr, tous ces points de vue, énergético, psycho, spiritualeux, conscience, vont voler en éclats. Heureusement d’ailleurs…devant la beauté de cette indicible Amour, qu’on est beaucoup à vivre.

Mais encore une fois, vous ne pouvez pas le vivre tant que vous ne vous êtes pas sacrifiés.

Et vous ne pouvez pas tricher avec cette notion de sacrifice, parce que c’est un processus neurochimique. Vous ne pouvez pas vous mentir à vous-mêmes. Tant que vous mentez à vous-mêmes, même si vous êtes persuadés d’être véridiques, vous n’êtes pas libres.

Et tous ceux qui vivent Agapè, quand on parle avec eux, qui sont en cet état Agapè, nous disent « il y a ce que j’étais avant, il y a ce que je suis maintenant ». Il n’y a aucun doute possible, il n’y a aucune interrogation possible.

Il y a une telle évidence de cette joie, une telle évidence de cette paix, comme je l’ai dit, que vous ne pouvez que vous reconnaître, et vous ne pouvez pas vous interroger là-dessus tant que vous ne le vivez pas. Mais si vous le vivez, vous ne pouvez plus vous interroger.

C’est une reconnaissance totale de cet Amour indicible, qui n’est pas projeté, qui n’est pas émané, que nous sommes.

Et tant que vous mettez un élément personnel devant, quel qu’il soit, lié à une pseudo-individualité, vous ne pouvez pas être libres pour l’Amour. Tant que vous n’avez pas aimé le plus misérable et le plus salaud des salauds, vous n’êtes pas libres.

Mais ce n’est pas quelque chose que vous pouvez décider depuis la personne, c’est une évidence qui s’installe d’elle-même quand vous avez fait le sacrifice de votre personne.

Alors encore une fois, ne comprenez pas le sacrifice comme : je coupe tout, je m’isole dans ma montagne, je me mets en méditation, non. C’est justement dans cette merde qu’on doit se trouver et c’est d’ailleurs… il n’y a que dans la merde qu’on peut se retrouver, au sein du rêve de la création, autrement c’est impossible.

Les autres plans dimensionnels crèvent tout autant que nous. Ah bien sûr c’est complètement révolutionnaire. Bon, Bidi a déjà été révolutionnaire avant moi. Le problème c’est qu’aujourd’hui on n’est pas révolutionnaire contre le système.

On est les révolutionnaires de la a-conscience, parce qu’on le vit, parce qu’on sait que c’est véridique, parce qu’on sait que c’est authentique, on sait qu’on est comblés, mais totalement comblés ! on s’est retrouvés. Oui.

Et personne ne peut ignorer ce moment de ses retrouvailles, parce que vous voyez tout de suite des changements, à tous les niveaux.

Et encore une fois, aujourd’hui pourquoi je suis aussi aussi affirmatif, c’est parce que tout le monde peut le vivre. Il n’y a pas d’efforts à faire. Il n’y a rien.

Il y a juste à abolir sans aucune volonté cette distance entre le personnage que vous croyez être et la vérité qui est là. Et pour l’abolir, ben il faut laisser la personne disparaître.

Tant qu’il existe la moindre velléité personnelle, comment voulez-vous être libres ? D’abord le sacrifice, ensuite le vécu qui est la compréhension, et ensuite les choses changent. Mais si vous, vous les changez dans le mauvais sens, vous ne serez jamais libres.

Et toute la vie, toutes les circonstances de ce système solaire et de toute la création vont vous faire… on va être obligés de se souvenir. Heureusement, c’est l’événement.

Donc toutes les luttes que vous faites en ce moment quelles qu’elles soient, par rapport à la liberté, sont une perte de temps.

Changez votre corps, comme j’ai dit si vous voulez, avec la diététique et après, ne vous occupez de plus rien de ce monde.

Trouvez-vous vous-mêmes. Rentrez au-dedans de vous, réellement. Toutes les réponses y sont.

Ça a été dit par tous les mystiques :la vérité est cachée dans le cœur et nulle part ailleurs.

Sœur : Et en même temps, ça va être grâce à nos peurs qu’on va pouvoir entrer vers nous, parce que…

Oui les peurs figent l’accès. Ben on a toujours dit « la peur ou l’amour ». Si vous avez peur, vous ne pouvez pas aimer, même si vous le voulez.

Sœur : Non mais c’est en voyant ses peurs qu’on va pouvoir revenir à ce qu’on est.

Non. Elles sont transcendées par l’Amour que tu laisses s’exprimer. Pas en t’opposant.

Sœur : D’accord. Ce n’est pas le personnage qui…

Et ça va être de plus en plus vrai.

Sœur : Ce n’est pas le personnage qui fait.

Quand on dit la peur ou l’Amour, je vous rappelle, ça a été remplacé depuis déjà de nombreux mois par l’Amour ou la souffrance. Celui qui est Amour ne peut pas souffrir, c’est impossible, à aucun niveau, même s’il doit mourir.

L’Amour ou la souffrance, ben à vous de voir dans votre vie si vous êtes en Amour ou si vous êtes en souffrance.

Et si vous êtes en souffrance, ça ne sert à rien d’aller savoir pourquoi vous souffrez. Ça veut dire simplement que vous accordez trop de conscience à votre personne, à votre souffrance, plutôt qu’à l’Amour.

Sœur : Hmmm.

Comment voulez-vous trouver l’impersonnel en restant dans le personnel ? Ça n’existe pas.

…Silence…

Et c’est vrai qu’à chaque satsang, j’essaye d’être de plus en plus percutant, pas parce que je cherche à convaincre qui que ce soit. Ce n’est pas une idéologie, ce n’est pas un concept. C’est ce qui se déroule sous nos yeux, c’est ce qui se déroule dans notre corps, dans notre conscience pour chacun aujourd’hui.

…Silence…

Tant que vous pensez être un individu, quelque part, vous ne pouvez pas être libres. Tout dépend ce que vous mettez sur le devant de la scène.

Alors ça, le Christ l’avait enseigné : soit vous aimez l’autre autant que vous, soit vous vous aimez plus que l’autre.

Il faut s’aimer effectivement, mais faut bien comprendre que l’autre n’est que vous. Et le vivre.

Ça relativise les notions d’amour personnel, d’amour filial, d’amitié même bien évidemment, parce que vous ne pouvez plus faire de différence. Vous le vivez. En le vivant c’est tellement évident.

Je vous dis, on voit tout de suite aujourd’hui, il n’y a pas besoin de perceptions subtiles, de voir les auras ou de, … de sentir les énergies ou de percevoir quoi que ce soit.

Un être Agapè, c’est l’antithèse d’une personne. À tous les niveaux.

Ça n’empêche pas d’avoir des problèmes personnels à résoudre, s’il a des enfants par exemple, ou si il cherche encore un travail.

Mais la dynamique, la présentation, le comportement, le champ énergétique, tout, absolument tout, les mots qui sont employés par un être qui est en Agapè n’a plus rien à voir avec une personne. C’est je vous dis, ça se voit comme le nez au milieu de la figure, on en a rencontré suffisamment pour observer ça de manière constante.

Quelqu’un qui est dans cet Amour, il va vous prendre dans les bras, il est toujours en train de rire, il est toujours lucide sur ce qu’il fait, il ne contrôle rien, il est dans la spontanéité.

Et cette spontanéité a pour nom Amour.

Alors que celui qui ne le vit pas est toujours soumis aux règles morales, comportementales, sociales, affectives, et il n’est pas disponible pour l’instant présent. Et ça se voit.

J’avais des stages avec une centaine de personnes comme on a eu, ou avec 50 personnes, avec un nombre un peu plus important qu’ici, vous voyez très bien la différence d’émanation, de comportement, de phrases qui sont employées, de mots qui sont employés, d’attentions qui sont employées, par quelqu’un qui est libre et par quelqu’un qui n’est pas libre. Je vous dis, c’est… ça se voit je vous dis, comme le nez au milieu de la figure.

Et plus vous êtes simples, plus vous êtes libres. Plus vous êtes dans l’instant présent, et plus vous êtes spontanés, plus vous êtes libres.

Oui ça se voit même dans la posture du corps, ça se voit dans les mots qui sont employés, dans l’éclat du regard, dans la façon de se comporter dans les relations, ça se voit à tous les niveaux. Et c’est de plus en plus tranché.

Vous avez l’impression d’avoir affaire à deux humanités vraiment, comme disait Pépère, totalement différentes.

Les Agapéens n’ont plus rien à voir, ils sont totalement humains. Je dirais que c’est les humains lambda qui eux sont devenus des robots, vraiment.

Ça se voit sur les muscles du visage qui traduisent ce qu’on appelle l’état émotionnel d’un individu. Ça se voit dans les mots qui sont prononcés, dans les gestes qui sont faits, à tous les niveaux.

Et comme je l’explique depuis des mois maintenant, on est des … chaque semaine ça se renforce, il y a une différence de plus en plus évidente entre ceux qui sont dans la peur, la souffrance, et ceux qui sont dans l’Amour.

Vous ne pouvez pas aimer et souffrir, c’est impossible.

Vous pouvez avoir des douleurs, vous pouvez avoir une maladie, même mortelle, mais vous avez une douleur, vous ne souffrez pas.

Ne confondez pas la douleur et la souffrance, c’est deux choses différentes.

…Silence…

La souffrance est liée à l’idée d’une conscience personnelle.

…Silence…

Encore une fois, ça c’est ce que je vous donne de données de l’observation. Mais c’est parfaitement explicable par les neurosciences, par les neuromédiateurs.

Quand vous êtes anxieux sur l’avenir, quand vous êtes sans arrêt porté sur l’avenir, vous êtes inondés de dopamine.

Quand vous avez peur, vous est inondés de sérotonine, avec une privation de sérotonine dans le cerveau, ce qu’on appelle la dépression d’ailleurs.

Vous baignez dans l’Amour, vous est inondés d’ocytocine.

Vous êtes émotif, trop sensible, vous êtes dans la dépendance sociétale et sociale, et vous êtes inondés de noradrénaline.

C’est constant ce que je vous dis là. Ça a été trouvé par un psychiatre américain il y a déjà une vingtaine d’années, ce qu’on appelle la carte neurobiologique de la personnalité, qu’on appelle les tempéraments.

Et les tempéraments, les comportements, ne sont que liés à des hormones, à des neuromédiateurs, qui s’agencent en groupe à l’insu de votre plein gré, selon votre point de vue, selon ce que vous pensez.

…Silence…

Donc tous nos choix sont conditionnés, de multiples façons. C’est, comme je le dis, quand vous n’avez plus le choix, vous êtes libres. Tant que se présente en vous la notion d’un choix, vous n’êtes pas libres.

Encore une fois, rappelez-vous que la liberté n’est jamais un effort, que c’est bien plus un relâchement, un abandon, un sacrifice, mais jamais issus d’une volonté personnelle.

La volonté personnelle renforce le deuxième chakra. L’abandon à la Lumière et le sacrifice ouvrent le chakra du cœur. C’est de la mécanique.

Le problème comme je l’ai dit, c’est qu’on est tous affectés par ce circuit de la punition, tant qu’on est une personne : tendance à se sentir fautif, coupable, responsable, renforcé par la programmation de l’ingénierie sociale. On est coupable de tout ! Le réchauffement climatique, c’est de notre faute, … tout est de notre faute.

Donc toute la programmation et toute la sémantique qui est utilisée, c’est de renforcer la culpabilité, et de renforcer la sécurité.

Dans la liberté, la sécurité ne veut rien dire, rien du tout. Vous êtes libres de vous, que vous mourriez demain, et je le répète, que vous n’ayez rien à manger demain ne change rien.

Ça aussi, encore une fois ce n’est pas moi qui le dis. C’est ce que disent tous les frères et sœurs qui sont Agapè et que je vois à chaque fois… Il y en a qui sont en échange avec moi, que je vois visuellement, avec qui je converse, que je rencontre dans les rencontres, c’est tellement évident… et ça se voit!

Ça se voit je vous dis quand vous avez une assemblée avec beaucoup de personnes, vous voyez ceux qui sont en joie, ceux qui sont libres, et tous ceux qui sont rétractés je dirais. Ils ne sont pas dilatés, ils sont rétractés.

…Silence…

Autre sujet.

…Silence…

On n’a pas fait de pause du tout ce matin non plus, ça fait deux heures et demi que je parle. On peut effectivement couper comme on n’a pas fait de pause. 2h30 de parlote, ça fait beaucoup.

Sœur : Oui.

Donc voilà, on arrête là le satsang.

Ben voilà..

Publiée par Ayoun Jean-Luc sur Dimanche 21 juillet 2019

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2019 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable