Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

Entretiens (Québec) Juin 2019

PHAHAME
Direct (Québec)

15 Juin 2019

Bien aimés de l’Amour, Phahame en le cœur de chacun, vient rendre grâce à votre présence, vous qui avez participé à la ronde du peuple de l’eau, ici, en cet endroit.

Je tenais à m’exprimer, parmi vous et en vous, en ces moments de grâce que vous avez vécue avec nous peuple de l’eau.

Nous avons été innombrables, je dirais comme jamais, à venir danser, et vous accompagner en cette célébration, où le feu et l’eau se sont réunis, feu et eau d’en haut, feu et eau d’en bas, venant parachever, en la gloire d’Agapè, la fin du rêve et le début du retour à la Vérité.

Là où l’enfance, la spontanéité et la vérité ne peuvent être que votre dû et l’ultime vérité vécue, au sein du rêve de la création.

Nous vous avons honorés comme vous nous avez honorés, par votre écoute et votre accueil.

Nous avons célébré ensemble, bien au-delà de la ronde et de la réunion des éléments, un certain nombre d’éléments qui se révèleront en vous, au sein de vos rêves, de vos nuits, mais aussi dans votre capacité retrouvée, à honorer la vie, à honorer Agapè, en chaque regard et en chaque geste que vous porterez au sein même du rêve.

Vous ne pourrez que constater le réveil d’innombrables frères et sœurs qui dormaient ou rêvaient encore, venant vous rejoindre, en la célébration d’Agapè.

Nous, peuple de l’eau, de partout au sein des océans, comme au sein de toutes les eaux de la terre, nous vous avons accompagnés en ces instants de grâce, en ces instants de célébration, afin que toujours plus nombreux, vous vous accueillez mutuellement, par vos bras ouverts, par vos sourires, et par l’éclat de vos regards, venant, à votre tour, célébrer la résurrection, célébrer ce que vous êtes en vérité.

Et c’est ici, au sein de cette terre, lieu du premier rêve et du dernier rêve, que la boucle est bouclée, vous apportant en chaque jour et en chaque circonstance la certitude votre vécu, la certitude de votre éternité, ainsi que la certitude que tout ceci ne fut qu’un rêve, et que tout ceci ne fit que passer, mettant fin aux ultimes réticences, aux ultimes souffrances, aux ultimes douleurs, ainsi qu’aux ultimes conditionnements.

Vous ne pourrez ignorer l’effet de votre présence là où vous vivez, là où vous sortez, là où vos pas vous conduisent, là où la vie vous emmène à célébrer et à témoigner de l’indicible vécu.

Ainsi, nous avons accompagné ce qu’il s’est déroulé au sein de ce pays, afin que l’ensemble de l’humanité ne puisse ignorer, et ce en un temps très court, la vérité et la beauté de Agapè, faisant fi de toutes circonstances, de toutes souffrances comme de toutes interrogations.

Il ne vous reste plus que aujourd’hui, à simplement vivre la vie, au travers de votre vie, et ce à chaque regard, à chaque minute de vos jours et de vos nuits.

Nombre d’informations nouvelles vous seront dévoilées et révélées dans l’espace de vos nuits, mais aussi en chaque rencontre menée au sein du peuple de la terre que vous êtes, ici comme de partout.

La célébration Agapè, la sortie du rêve va devenir de plus en plus persistante et de plus en plus importante, vous amenant chaque jour aux rires et aux larmes de la célébration de la vérité, de la célébration de qui vous êtes.

Et en tant que représentant du peuple de l’eau, je ne peux que, avec vous, et en vous, en l’intensité de votre cœur, vous féliciter avec humilité et avec gratitude.

En effet, ici, en ce pays, et en ce lieu si particulier, nombre d’entre vous d’ailleurs connaissent l’histoire de ce territoire en cette partie particulière, depuis des temps immémoriaux où vous avez simplement, par votre présence et votre constance, amené l’ensemble des frères et sœurs de cette planète du peuple de la terre nommé humain, permis de sortir du rêve, permis de sortir du cauchemar, mais aussi de toute interrogation.

Chaque jour dorénavant, comme chaque nuit, vous ne pourrez que constater l’intensité d’Agapè, l’intensité de la célébration, l’intensité de la beauté qui se révèle en votre cœur, mais aussi au travers de toutes les vicissitudes de ce monde, dans la débâcle des éléments, qui comme vous le voyez peut-être, a déjà commencé de partout.

Il vous appartient de maintenir, sans aucun effort et sans aucune volonté, cet état de disponibilité, cet état de présence, cet état d’évidence, afin que la grâce parcourt, au sein de vos airs et de votre terre de cette planète, l’ensemble de l’humanité, ainsi que l’ensemble des consciences, afin que la bonne nouvelle, au-delà de tout discours comme de toute interrogation, vienne confirmer en chacun la vérité d’Agapè, la vérité de qui vous êtes.

Vous vous êtes accompagnés, les uns les autres, au sein de cette ronde, afin de permettre de délivrer la bonne nouvelle en chaque parcelle et en chaque recoin de cette terre.

Ceci bien évidemment contribue et contribuera toujours plus, chaque jour et chaque instant, à révéler la beauté ineffable de ce que vous êtes en train de vivre, de ce que vous êtes en train de réaliser, de ce que vous êtes en train de redécouvrir.

Nous assurons chacun de vous, où que vous soyez, et quel que soit votre positionnement, de notre assistance inconditionnelle, de la même façon que le soleil ne fait pas de différence dans son rayonnement, soyez assurés que le rayonnement des peuples de l’eau, et en particulier de ce que vous nommez les cétacés, est dorénavant en vous fermement établi, et fermement révélé.

Nous sommes avec vous jusqu’à la fin des temps, nous sommes avec vous jusqu’à la fin du rêve, chaque occasion et chaque circonstance ne sera qu’un prétexte à vous permettre de célébrer avec toujours plus d’intensité, la beauté de qui vous êtes, antérieurement à toute forme, antérieurement à tout cycle.

Ainsi, le nouveau de la bonne nouvelle se diffuse auprès de vous comme au plus loin de vous, que cela soit dans ce que vous nommez vos familles, que cela soit au sein de certaines animosités pouvant encore, parfois, vous ébranler, vous ne pourrez que constater que la félicité suivra toute interrogation, tout questionnement.

Vous ne pourrez plus douter, en aucune façon et en aucune manière, de qui vous êtes en vérité, au-delà de la forme, et antérieurement au rêve.

N’oubliez pas d’évoquer notre nom, d’évoquer notre peuple, car à chaque évocation, nous serons au milieu de votre poitrine, nous serons entre vous, de façon de plus en plus lucide, de façon de plus en plus claire, de façon de plus en plus évidente.

Chaque circonstance de vos vies, quelle que soit leur légèreté ou quelle que soit leur douleur, ne pourra que vous amener à la cessation de toute souffrance, comme de toute interrogation.

Ainsi, il n’existe plus d’obstacle, de quelque manière qui soit, qui puisse interférer, avec la propagation de cette bonne nouvelle, ici même sur cette terre, jusqu’aux multivers les plus éloignés, afin que l’ensemble de la création danse la ronde de la liberté, danse et célèbre la fin de toute illusion de séparation, la fin de toute souffrance comme je l’ai dit.

Ainsi, chaque jour dorénavant, vous ne pourrez que constater la légèreté et l’évidence d’Agapè, venant recouvrir vos ultimes habitudes comme vos ultimes réticences, afin que chaque prétexte et chaque occasion ne soient que célébration.

Nous, peuple de l’eau, nous vous accompagnons donc dorénavant, même au sein de vos nuits les plus noires, même au sein de vos rêves les plus légers. Faites appel à nous, faites appel à Abba, faites appel à Eynolwaden, car en ces noms se trouvent la résonance qui permet d’établir la communion au-delà de tout individu, au-delà de toute dimension comme de tout rêve.

En ce jour, nous nous sommes montrés à vous dans cette ronde, afin, non pas seulement, de vous faire vivre ce que vous avez vécu, même à distance, mais bien plus de sceller l’ultime alliance, celle de la vérité et de la liberté retrouvées, mettant fin par là-même à toute illusion de distance, à toute illusion de souffrance, à toute illusion de manque.

Vous ne pourrez que constater de toute part, que cela soit entre vous frères et sœurs éveillés, comme au sein de ceux qui rêvent encore, mais aussi au niveau de ceux qui vous ont enfermés et de ceux qui pensent encore vous contrôler, le même état de grâce, la même libération et la même légèreté inconnue.

Ainsi, au-delà de cette célébration, il s’agit effectivement et concrètement, de ce que vous pourriez nommer de votre point de vue un grand pardon, qui débouchera à chaque occasion sur une grande joie chaque jour renouvelée, chaque jour plus intense, et chaque jour plus lucide.

Nous serons à chaque moment auprès de vous et au-dedans de vous. Il vous suffit simplement de nous évoquer et de nous appeler.

Vous constaterez aussi, qu’indépendamment de nos formes, que cela soit nous peuple de l’eau, que cela soit ce qui a perdu toute forme comme Eynolwaden, comme au sein de Abba Père, de vous donner à vivre la même évidence, la même résonance.

N’hésitez pas à utiliser nos noms, n’hésitez pas à utiliser nos formes, pour ceux qui en ont encore, c’est-à-dire nous peuple de l’eau essentiellement, mais aussi ce que vous êtes au fond de vous et en vérité, antérieurement à tout rêve.

Abba vous l’a dit, chacun de vous est Abba Père, créateur et créature de son propre rêve, mais aussi créateur et créature de tous les rêves au sein de tous les univers, comme de tous les multivers.

Vous constaterez que d’innombrables habitudes de vos vies, qui vous limitaient encore par certains mécanismes inconscients ou liés à vos habitudes, tomberont de plus en plus aisément, avec de plus en plus de clarté.

Voilà les quelques mots que j’avais à vous dire, ils n’appellent pas d’autres commentaires, ils n’appellent pas d’autres questionnements, que de vivre avec intensité ce que la vie vous a fait vivre et vous fera vivre chaque jour, avec de plus en plus de force, avec de plus en plus de simplicité, quel que soit votre état initial, quel qu’ait été votre hier, votre demain ne sera plus jamais le même.

Et c’est ainsi que, non seulement vous ancrez la vérité au sein de ce monde, mais que vous dispensez la vérité pour chacun.

Vous n’avez pas à vous préoccuper de quelque causalité que ce soit, vous n’avez pas à vous préoccuper de quelque demain qui soit, mais simplement de vous insérer, avec grâce et légèreté, à chaque minute de votre vie, quel que soit votre âge, quel que soit l’état de votre corps, quelle que soit votre vie d’hier, tout cela sera transformé par la grâce dès l’instant où vous nous appelez en votre cœur, nous serons là pour vous servir et pour vous assoir au sein de l’ultime vérité.

Ainsi est Agapè, ainsi est la grâce et ainsi est l’apothéose de votre résurrection.

Le sourire viendra éclairer vos moindres questions, vous serez éclairés de l’intérieur de vous-mêmes par la lumière authentique que vous êtes, vous n’avez à vous soucier de rien, car dès l’instant où vous accueillez cette légèreté et cette évidence, à chaque pas que vous ferez au cours de vos vies, vous ne pourrez que constater l’efficacité d’Agapè et la vérité d’Agapè.

Vous allez découvrir, si ce n’est déjà fait, que tout ceci ne fut qu’un rêve, et que les circonstances que vous vivez chacun, en ces moments et en ces jours, ne font que permettre la diffusion de la bonne nouvelle.

Vous n’avez pas besoin de mots, vous n’avez pas besoin de discours, vous n’avez pas besoin d’explications, car dorénavant, vous êtes installés avec de plus en plus de fermeté, au cœur du cœur de la vérité, au cœur du cœur d’Agapè.

Je tenais ainsi par ces quelques mots, à vous rendre grâce pour votre persévérance, à vous rendre grâce pour ce chemin au sein du rêve, qui vous a mené à réaliser que vous avez toujours été là, au sein du Je éternel et absolu.

Rappelez-vous, il n’y a pas d’effort à fournir, il n’y a pas de compréhension à fournir, et surtout, il n’y a pas d’effort à fournir mais bien plus, toujours, à chaque instant, et de plus en plus, à accueillir l’ineffable beauté de cette apothéose.

Au nom du peuple de l’eau, veuillez recevoir l’ineffable beauté de la lumière authentique que vous avez vous-mêmes manifestée, en ce que l’illusion du temps, vous pourriez nommer des temps immémoriaux, mais ces temps immémoriaux, quelles qu’aient été vos souffrances et vos interrogations, quels qu’aient été vos rêves pris au sein de toutes les dimensions, vous permettent aujourd’hui de dire «je suis vivant», au-delà de cette forme, au-delà de tout monde.

Rappelez-vous qu’il vous suffit simplement d’être là où vous êtes, et nulle part ailleurs, c’est-à-dire, en votre vie, c’est-à-dire au cœur du cœur, et de laisser les choses être.

Vous êtes aussi l’intelligence de la lumière, vous êtes celle qui a rêvé, qui a construit le rêve, qui l’a écrit, afin de vous souvenir, et aujourd’hui, réellement et concrètement, vous vous souvenez vraiment de qui vous êtes, au-delà de toute apparence, au-delà de toute forme, au-delà de tout rêve de création.

Comme je l’ai dit, nous vous accompagnerons et nous vous accompagnons déjà depuis de nombreux mois, ayant fait passer la bonne nouvelle au sein de tous les peuples de la nature, aujourd’hui, vous êtes la synthèse en votre humanité la plus simple, en ce corps si périssable, en cette conscience si enfermée, se trouvait l’ineffable.

Cet ineffable vous l’avez vécu, nous l’avons célébré ensemble et nous célébrerons dorénavant, où que vous soyez sur cette planète, en chaque occasion, en chaque instant, en chaque moment.

Vos ultimes questionnements, quant à la vérité de ce qui fut nommé le mythe de la création, se renforcera d’heure en heure, de jour en jour et de nuit en nuit, vous amenant à constater, comme vous le voyez déjà, de partout sur la planète, l’alchimie des éléments, la mise en action des cavaliers, de partout, en chaque pays et sur chaque territoire.

Cela mettra fin à toute peur, cela mettra fin à toute interrogation, car effectivement vous vous souvenez, car effectivement aujourd’hui vous Savez, parce que vous le Vivez.

Vous n’avez rien à justifier, vous n’avez rien à démontrer, parce que votre présence et la justification sont la démonstration elle-même, de la vérité qui est révélée.

Il s’agit effectivement bien plus qu’une ascension, bien plus que ce qui avait été prévu par les anciens, par les anges et les archanges, par les mères généticiennes, et bien plus que ce que les êtres opposés à la lumière ont cru jouer.

Vous êtes chacun l’ensemble de la création, et rien ne peut en être exclu, et rien ne peut y manquer.

Voilà les quelques mots que j’avais à vous dire.

Permettez-moi au nom du peuple de l’eau, et surtout au nom de la Lumière véritable, de vous bénir encore une fois, de vous aimer sans condition et sans restriction et de manière impersonnelle, mais aussi personnellement au sein de votre forme.

Anahata Phahame

Anahata Phahame

…Silence…

En le silence, en le repos de l’évidence de votre cœur, l’ensemble du peuple de l’eau, ainsi que l’ensemble de ce que vous nommez dimensions, est dorénavant avec vous, en vous, et autour de cette planète, de manière de plus en plus tangible, et de plus en plus aimante, pour honorer ce que vous avez accompli au sein du rêve, afin de répondre à ce que vous aviez écrit, et ce qui était écrit, bien avant que le rêve ne commence.

Je salue chaque Abba que vous êtes en vérité, je salue chaque enfant que vous êtes en vérité.

Soyez bénis à jamais, au-delà de toute forme et au-delà de toute conscience.

Que la Paix, l’Amour et la Vérité soient dorénavant votre quotidien, en vos jours comme en vos nuits.

Vous serez chaque jour affermis en cela, vous serez chaque jour de plus en plus dans la certitude et l’évidence de qui vous êtes, au-delà de toute forme, au-delà de tout être, bien au-delà de la conjonction de l’éphémère et de l’éternel, de votre personnage, de l’être et du non être.

Soyez honorés, nous vous rendons grâce, pour avoir accompli ce que vous aviez décidé d’accomplir bien avant le rêve de la conscience.

Amatchi

Bremis Ka

Amatchi Phahame

Amatchi Abba

Allez en paix, pèlerins de l’Eternité.

En le Feu du Cœur Sacré, et en l’humilité de cette voie de l’enfance, où le rire et le sourire viennent mettre fin à tout ce qui peut sembler manqué, non seulement pour vous, mais entre vous, et pour chacun d’entre vous, vous êtes bénis à jamais.

Phahame vous salue.

Nous sommes Un, une seule conscience, et au-delà de la conscience, nous sommes cette demeure de Paix Suprême, tous ensemble, parce que nous ne sommes qu’Un, parce que nous sommes la Vérité, parce que nous sommes à l’origine et à la fin du rêve.

Vous êtes aimés car vous êtes l’Amour.

Au revoir, à toujours.

Que l’Amour soit célébré de partout sur cette planète, quels que soient les évènements qui se produisent dorénavant.

Vous savez qui vous êtes et vous le vivez.

Anahata Phahame

Anahata Phahame

Bremis Kaya

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2019 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable