Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

*** Audio avec volume amplifié ***
Téléchargement (download) :  Audio MP3 + Texte PDF

Entretiens (Québec) Juin 2019

O.M. Aïvanhov
Partie 3

12 Juin 2019

Eh bien, chers amis, je vous présente toutes mes bénédictions et tout mon Amour.

Alors, je viens jouer comme je le faisais avant.  Vous avez vu, je suis venu en premier et je viens en dernier. Et, bien sûr pour répondre à toutes vos questions parce que je crois que vous avez discuté, vécu beaucoup de choses, durant ces quelques jours et « Tête de caboche » vous a expliqué certains éléments concernant le Québec.

Et au travers de vos témoignages et de tout ce que vous avez vécu, je suppose que vous avez pleins de choses à me dire, à me demander. Et je vais me faire une joie sincère et profonde de vous accompagner durant ces moments qui me sont consacrés et qui vous sont consacrés, pour répondre à vos questions et vous aider à vous installer de plus en plus, comme le dit Abba, dans Agapè, n’est-ce pas ?

Alors, nous allons chers amis, pouvoir commencer les questionnements.

Je t’écoute.

Voix : Bonjour Oma, je voulais seulement vous dire, étant donné que je n’ai pas eu le privilège de vous rencontrer dans cette incarnation, un grand MERCI, pour votre enseignement. Vous avez une place dans mon cœur. Merci.

J’espère bien que j’ai une place dans ton cœur (rires) parce que tout le monde est dans ton cœur. Car tu le sais, toute la création est dans ton cœur (rires).

Mais je te remercie, quand même de cette délicate attention. Alors nous pouvons poursuivre, bien sûr.

Voix : Les questions écrites sont déjà terminées.

(Rires)

Et bien nous allons prendre les questions orales.

Ils ne vont pas faire comme en France, à tous s’endormir dès que j’arrive !

(Rires)

Voix : Oui, bonjour OMA. Pendant que nous arrivions, et que nous nous installions pour vous entendre, je me suis demandé comment il se faisait que nous étions dans une si belle harmonie, présentement ?

C’est parce que vous êtes Québécois (rires).

C’est la réponse la plus rapide que j’ai faite de ma vie.

(Rires)

Non, je n’ai rien à rajouter, c’est évident. Vous êtes dans le cœur, déjà, naturellement, de naissance, si je peux dire.   Vous n’avez pas été trop déviés, si je peux dire, par l’aspect culturel, l’aspect sociétal, politique ou financier. Et puis bien sûr, je l’ai déjà dit, il y a tous ces arbres et toute cette eau qui est partout et qui est extrêmement importante, et il y a aussi une fonction particulière de ce territoire, de ce pays, avec ses énergies, et aussi, bien sûr, de votre origine française.

Mais qui remonte à longtemps et qui vous a permis, comme a dit « Tête de caboche », qui m’ a devancé, d’ échapper à  ce qui s’ est déroulé en Europe d’ une manière générale, depuis plus de deux cents ans, donc vous avez été préservés, par le territoire , par ce que vous avez conservé de  cette authenticité,  si je peux dire , contrairement à vos cousins français, n’est-ce pas. Mais je crois que j’ai eu l’occasion de le dire ici, à chaque occasion que j’ai eu de venir ici, à chaque entretien, n’est-ce pas.

Voilà. Donc vous étiez prédisposés à vous installer dans ça et à vivre cela avec la plus grande des facilités et la plus grande des certitudes. Il faudra dire à « Tête de caboche » qu’il rectifie ses statistiques quand il vient au Québec. C’est pas quatre-vingt-dix pour cent, c’est cent- pour-cent pour ici.

(Rires)

Voix : On lui dira.

(Rires)

Voix : Par contre, est- ce que c’est juste de penser que, nous ici, dans ces quelques jours, nous sommes tous et toutes, prêts à demander à notre personnalité- ego de prendre sa place, seulement sa place ?

Mais vous n’avez pas besoin de le demander. C’est fait automatiquement. Vous êtes ce que j’appellerais, globalement, un ego inséré et parfaitement équilibré. Bien sûr, il y a toujours des énergumènes, dans tous les pays, qui sont en confrontation, en opposition. Mais ça c’est général.  Mais la proportion de ceux, parmi vous, qui ont conservé cette authenticité est bien évidemment importante par rapport à d’autres pays. Et puis je l’ai dit et je le redis, il y a les arbres, il y a l’immensité du territoire, et il y a aussi, bien sûr, toute cette eau, qui a été, pour une certaine part, préservée de tout ce qui se déroule dans les eaux de la terre. Par exemple : les pesticides, le plastic.

Vous avez encore un degré de pureté territoriale, qui est à nulle autre pareille, et qui permet d’asseoir la lumière, et d’asseoir la vérité de manière beaucoup plus ample qu’en d’autres lieux, tout simplement. Et en particulier par rapport à l’Europe. Donc tu peux tout à fait le penser, et d’ailleurs je dirais que dès que vous vivez le moindre instant d’Agapè, de Joie nue, ne vous occupez pas de votre ego.

Ne vous en occupez pas, tout se fait automatiquement. Ne cherchez pas à régler quelque chose dans l’ego, parce que vous allez le renforcer. Contentez- vous de vivre comme tu dis   cette harmonie, si particulière que vous avez vécue ici, et que vous avez induite partout comme un souffle nouveau, un souffle de fraicheur, de vérité dépouillée de toutes spiritualités et de tous aspects cartésiens. Ceux qu’on retrouve dans les autres pays francophones et dans d’autres pays aussi, à un degré moindre.

Donc occupez- vous de vivre, occupez-vous de fraterniser, occupez-vous de laisser rayonner votre être profond, cette harmonie que vous avez vécue ici. Je vous rappelle qu’elle n’a pas besoin de vous, elle est installée avec facilité, chez vous.

Et elle va contaminer comme dirait Abba, la totalité de ce territoire. Vous n’avez pas besoin de discours, vous n’avez pas besoin de démonstration, vous avez seulement besoin d’être présents, lucides à votre vie et d’être comme vous êtes, spontanément recouverts d’Agapè maintenant.

Voilà, c’est simple.

Voix : Merci beaucoup.

Et je crois que « Tête de caboche » a dû voir que les témoignages venaient de nombreux pays, et pas seulement francophones, concernant votre vécu, vos témoignages, vos questions également. Vous avez vraiment créé, pas seulement la présence d’ Abba ou «  Tête de caboche » qui est le même, ou moi, ou d’ autres, mais par  votre écoute,  votre accueil, que vous avez réalisés ici- même,  en cet espace, cela  a permis à d’ innombrables frères et sœurs de partout sur la planète,  de trouver les derniers éléments , je dirais, de leur puzzle personnels , c’est à  dire les dernières résistances, les dernières  compréhensions,  avec une force et un éclat qui n’ont jamais été égalés.

Voilà, ce n’est pas pour vous encenser ni pour vous passer la « brosse à chaussures à reluire » mais c’est vraiment la stricte vérité. On a fait reluire votre cœur et c’est lui qui, à travers vos mots, à travers vos témoignages et ce qui s’est déroulé ici, a permis cet essor particulier de ce qui s’est déroulé durant ces quelques jours.

Voilà, c’est aussi simple que ça.

Autre question ?

Voix : Amour à vous.

Amour à vous tous.

Voix : C’est pour une demande d’explications.

Alors, allons- y !

Voix : J’aimerais comprendre comment le réseau Agapè, que nous sommes en train de créer, agit non seulement sur le collectif, mais aussi sur nos autres moi(s), sur d’autres dimensions ou plans ?

Alors c’est très simple. Cela n’agit ni par les énergies, ni par la conscience. Cela agit directement par la Matrice christique, qui s’est déployée sur terre depuis un an. Et aussi directement par le temps zéro. Le temps zéro n’est pas explicable. C’est la Source de toutes les informations, c’est la Source de l’Amour, c’est la Source de l’absolu comme dirait BIDI, ou le Parabrahmane. C’est Ça qui met à disposition. Pour aussi bien la terre que toutes les autres dimensions.

C’est ce que je nomme, comme « Tête de caboche » : la BONNE NOUVELLE. La fin du rêve de la création, comme il disait. Et cette bonne nouvelle, comme il a essayé effectivement de vous l’expliquer, est reconnue, parce que c’est votre dû. C’est inscrit dans toutes vos cellules, c’est inscrit de partout ! Ce n’était simplement pas encore activé.

Cela s’est activé par la fin de l’anomalie primaire, cela s’est activé par l’activation des codes source par les mères généticiennes et les grandes mères, par l’intermédiaire de PHAHAME. Et bien évidemment, ici, comme j’ai parlé de l’eau, l’information qui a été recueillie par l’eau va être, dans quelques jours, je crois ici-même, dans l’eau, avec PHAHAME, va vous permettre de constater que cette Bonne Nouvelle, va être transportée travers de  l’ eau qui est un médium , des eaux d’en-bas jusqu’ aux eaux d’ en-haut.

Ce n’est ni en passant par l’énergie, ni par le vibral, ni par ce que nous nommons les dimensions. Mais le temps zéro est découvert et vécu de partout en même temps. Pas seulement dans ce système solaire, pas seulement dans cet univers, mais dans tous les multivers et dans tout ce qui avait été nommés « les sept super- univers ». L’information du temps zéro est présente et active de partout. Voilà comment cela se produit.  C’est une reconnaissance. Il n’y a pas besoin de transporter, de communiquer, d’envoyer des énergies et de la Lumière puisque le temps zéro est antérieur à tout cela.

Et pourtant contient tout Ça. Voilà comment cela se déroule et nous vous l’avons dit, nous sommes autour de vous. Non plus autour du soleil, près de la porte des étoiles, mais directement dans l’atmosphère de la terre. Et puis, l’avantage, comme tout est en vous, cela se passe directement, en vous.

Cela n’a pas à passer par un codage d’énergie, ou par un transport, ou un déplacement, si vous préférez de quoi que ce soit. Cela se produit naturellement. L’état naturel ayant été retrouvé, ici, au sein même du rêve le plus profond, cela a suffi donner le signal au sein des mondes les plus éthérés. Mais n’envisagez pas une foi avec une propagation telle que vous connaissez avec l’énergie ou la vibration. C’est bien au-delà de tout ça. C’est comme je l’ai dit une reconnaissance ou si vous préférez un réveil.

L’information, d’ailleurs, a été disponible très rapidement et dès que l’anomalie primaire a été résolue par Abba, cela a permis de vous retrouver tous Abba et permis d’atteindre d’emblée de toucher la Source puisque la source elle- même, vous avez dit que c’était le Serment et la Promesse.

Et bien évidemment, la Source étant la Source de toutes les manifestations de conscience et les autres dimensions n’étant pas coupées de la Source, elles ont reçu l’information depuis déjà un an. Mais il fallait parcourir encore au sein de l’histoire.  Et en fermant le livre, comme disait Abba, tout ce que vous vivez actuellement est déjà décrit depuis de nombreux mois. Il fallait passer par des lieux particuliers, puisque tout était écrit. Il fallait les parcourir, les vivre, et effectivement, aujourd’hui dans ce pays, le Québec, vous avez la finalité de la boucle spacio- temporelle qui se réalise, ici-même.

Donc je dirais, vous avez déployé beaucoup plus pour l’humanité, ici.

Parce que pour les autres dimensions, c’était déjà fait et comme l’a pressenti, Abba, il fallait laisser un peu de temps, même s’il était pressé voici peu de temps, afin que la Bonne Nouvelle, ici sur terre, soit de plus en plus accessible.  Et surtout pour les rêveurs de la conscience et surtout pour ceux qui risquaient de s’opposer et donc de souffrir au moment de l’événement. Tout simplement, vous vous êtes reconnus. Tu parles d’harmonie en ce lieu. Après tu as parlé après de savoir comment l’information s’est diffusée. L’information du temps zéro n’a pas besoin d’énergie et n’a pas besoin de vibration. Mais ça, je crois que Abba vous l’a expliqué longuement.

Autre question.

Voix : Bonjour OMA. Je vais essayer de mettre en mots ce que je ressens. (Voix émue)

D’accord.

Voix : Les larmes qui coulent sont déjà des larmes de Joie et ce que je vis en moi, c’est comme la fin de tous les processus d’incarnations successives. Et je sens des êtres autour de moi qui me parlent. En septembre, lorsque j’étais au Can Mas, le dernier mot que j’avais dit à Abba c’était: « enfin ! ». Et l’Amour que je vis, que je sens, c’est tout ce qui a pu être vécu avant, avec les difficultés, les peines, les souffrances, que tout se termine, que tout est terminé.  Un immense poids, une immense lourdeur me quitte et je sens en moi monter cette légèreté d’être d’Amour que je suis, cet être d’Amour que je suis libérée de tout.

Et oui. Comme disait « Tête de caboche » tu ne peux que te reconnaitre en cet Amour. Tu ne peux jamais en douter. Même si, bien sûr, il y a toujours des fluctuations avec ce qui est mené en tant qu’être humain.

Vous êtes obligés de continuer à vivre.

Quand tu dis : « C’est la fin », c’est la fin de la souffrance, oui, c’est la fin de la recherche. C’est l’apaisement total. Tu t’es reconnue, oui bien sûr.

Voix : Il m’arrive de me libérer d’une charge, de toute la lourdeur De ce qui était serré, dans les incarnations, l’une après l’autre. J’ai de la reconnaissance pour ça. Mais je sais, que comme tout dans la création, tout ce qui dans la création a pu être libéré. A partir de ce que l’on vit, ici, on en est libéré.

Tout à fait.

Le Québec, comme je le disais, est une grande famille. En plus, je crois vous êtes beaucoup moins nombreux que les Français et surtout vous avez la tête beaucoup moins dure. Vous savez, après, et quand je dis « après » c’est dans quelques jours, quand bien évidemment, vous repenserez simplement à ce qui s’est passé en ce lieu, vous constaterez des changements de partout. Et pas seulement en vous et pas seulement grâce à vous, au rayonnement, mais c’est tout le territoire qui a été touché.  Ce n’est pas une blague. C’est la stricte vérité.  Et ça, je m’en étais déjà aperçu quand j’étais venu. Quand j’étais en vie. Mais c’était trop tôt.

Mais néanmoins, cela m’a permis de comprendre certaines choses moi aussi et l’intelligence de la Lumière a permis que je vienne m’exprimer dans ce territoire si cher à mon cœur. Et bien sûr avec « Tête de caboche » Abba, qui a posé ses pieds, ici, bien évidemment, vous allez constater dans tous les secteurs de votre vie, mais aussi de la société, de la politique, qu’il va y avoir ce nouveau souffle qui va apparaitre. C’est évident comme dirait « Tête de caboche ». Vous ne pourrez que le voir de partout. En allant faire vos courses, et même chez vos banquiers et même chez vos politiques.

C’est l’information du temps zéro. Et même s’ils ne savent pas ce que c’est, vous constaterez que tous vos rapports, relations, interactions, dans quelques domaines que ce soient, vont se trouver apaisés, transformés, modifiés avec un mot   important, avec plus de légèreté, plus d’Amour et encore plus de sincérité. Et c’est la vérité.  Mais cela vous allez le vivre et le constater vous-mêmes. Pour l’instant vous êtes encore dans cette harmonie particulière de ce lieu entre nous et entre vous.

Mais ce n’est pas que pour vous, bien sûr.

La Bonne Nouvelle, comme je l’ai dit, elle est déjà arrivée dans toutes les dimensions. Mais évidemment, vous voyez tout le temps qui s’est écoulé, même depuis la fin de ce que j’ai nommé les 132 jours. Et vous allez en quelque sorte, simplement en vivant votre vie, asseoir encore plus la Bonne Nouvelle et la mettre à disposition, comme je l’ai dit, de tout ce que vous allez rencontrer comme situations en ce pays, mais pas seulement.

Vous allez le constater partout sur la terre très, très vite. Je crois qu’il vous reste encore à rencontrer les peuples des Cétacés, qui vont, eux aussi, faire passer cette Bonne Nouvelle, comme ils l’ont fait l’année dernière au moment de la cessation du rêve et de la délivrance, en février, du code source des grandes mères. Mais rappelez-vous qu’il faut rester simples par rapport à ça.

Vivez votre vie. Vivez la vie comme dit Abba. Et chez vous les deux sont possibles car vous n’avez pas été contraints, par exemple comme dans les pays d’Europe ou les pays anglo-saxons, de langue anglaise. Vous êtes un cas à part. Je n’irai pas jusqu’à dire que vous êtes un modèle. Mais que vous êtes une forme de référence au temps zéro. Et les miracles, chez vous, vont abonder chez vous beaucoup plus qu’ailleurs, dans un premier temps.

Vous allez voir ce souffle nouveau se manifester de partout.  Je dis bien de partout chez vous. Et cela va impulser cette Bonne Nouvelle et ce souffle pour accélérer, en quelque sortes la venue de l’événement pour toute la terre et pour toute la création. N’en concevez pas une gloriole si je peux dire, mais simplement l’évidence et la concrétisation de ce qui est si cher à votre cœur sur ce territoire et entre vous. Même sans vous connaitre.

Vous le voyez bien ici. Vous ne vous connaissiez pas tous. Et vous pouvez dire que vous êtes une grande famille. Et que cette famille, elle n’est pas seulement ici, mais sur tout le territoire du Québec et cela va résonner de partout sur la terre. Et si j’emploie ce mot de « résonner » ce n’est pas par hasard.

Et je vous dis : attendez la suite.

Il reste encore Phahame. Ce n’est pas fini.

(Rires)

Voix : Namaste Oma. C’est la première fois que l’on se rencontre.

Enchanté

Voix : Mon cœur est tellement ouvert présentement que ça fait presque mal.

Tu ne vas pas nous faire une syncope (rires). Il y a du matériel d’urgence ici ?

Voix : Quelques infirmières…

Je plaisante, continue à t’exprimer. Ce serait la plus belle des morts, mais je vous rassure, personne n’est mort, personne ne meure pour l’instant.

D’ailleurs, ce n’est pas une mort.

Voix : J’étais infirmière avant, et puis avant encore, j’étais éducatrice, et maintenant je me retrouve à la maison, invalide. Je me demande avec toutes les manifestations qui m’arrivent, si j’ai quelque chose à faire avec ça. Si j’ai à le partager.

Bien sûr, ne partage, pas tes connaissances. Partage surtout ton vécu et ce que tu es. Et tu verras que beaucoup de choses arrivent à toi, en ce moment et pas seulement les manifestations.  Mais aussi les transformations que cela induit. Donc tu es très exactement à ta juste place, chez toi en tant qu’invalide, tu as des moyens de communication, tu as les moyens artistiques. Tu as ce que tu dis, simplement, dans ta vie de tous les jours et tout ce que tu vis aussi, qui est actif, bien sûr, à l’insu de ton plein gré et surtout indépendamment de toute volonté. Donc ne te poses pas la question de ce qu’il faut faire, ça se fait sans toi et tout seul.

Alors profites- en bien.

Voix : Merci.

Et d’ailleurs, tu n’es pas seule, tu es accompagnée, toi, dis donc. Mais vous êtes tous accompagnés. Il y en a beaucoup parmi vous là, qui vont repartir avec, indépendamment de ce qui se passe là, au milieu de la poitrine, un peu moins seuls, si l’on peut dire. Il y en a qui le vivent ici, mais là, moi je vous conseille d’essayer de rester en contact même par les moyens virtuels, de façon à pouvoir échanger entre vous, non pas pour renforcer quoique ce soit ou vous rappeler des souvenirs, mais parce que vous savez créer cette harmonie dont on parlait tout à l’heure.

Et   parce que, peut-être, que à certains moments de vos vies, vous aurez besoin– même vous, en ayant vécu ce que vous vivez maintenant– de retrouver dans le présent cette harmonie, pour quelque part vous ressourcer, pour quelque part vous ré-alléger par rapport aux vicissitudes de vos vies, vos habitudes de la matière, si je peux dire. Mais en tous cas les choses sont très, très claires. Vous le vivez, vous en témoignez et je vous dis : « Ce n’est pas fini ! »

Et d’ailleurs, je sais que même « Tête de caboche », il s’amuse toujours dès qu’il y a des évènements qui sont vécus, non pas à jouer les devins et les prophètes, mais sans impatience pourtant, non pas de donner des dates. Mais des circonstances par rapport aux dates. Ça c’est tout à fait juste.

Mais maintenant que vous êtes là, vous, au Québec, que vous êtes contaminés, mais alors, radicalement et totalement, je vous dis, et ce n’est pas un mot que j’ai employé pour rien, il y a un souffle inédit qui se propage de partout. Vous verrez, vous aurez d’innombrables témoignages, dans les semaines qui viennent, de frères et de sœurs, ici et partout, qui vont se rendre compte que ce qui s’est dit, pas seulement par nous. Pas seulement par « Tête de caboche », pas seulement par Abba, mais par tous les échanges que vous avez eu qui ont une portée phénoménale. C’est exact.

Alors ne cherchez pas midi à quatorze heures, ne cherchez pas ailleurs qu’au cœur du cœur.    Contentez- vous, comme dirait : « Tête de caboche » de laisser vous vivre. Une joie qui va grandir. Et je ne sais même pas comment vous allez faire faire pour arrêter de rire d’ici quelques temps.

(Rires)

Mais bon, mourir de rire, c’est certainement une des choses les plus agréables.

D’accord ?

Voix : Sûrement.

Et pour la question de la sœur tout à l’heure, il suffit, simplement d’être là où tu es. La vie t’a placée en invalidité, mais on se moque de cela. De là où tu es, tu es riras et de là où vous êtes, vous rirez tous. C’est la même Bonne Nouvelle ! Voyez, vous aviez ici des frères et des sœurs, je vous l’avais dit la première fois, qui vivent déjà le feu du cœur, qui étaient déjà libérés, mais là, vous êtes tous dans cette disposition. Sans exception. D’ailleurs si vous avez des nouvelles des prochains groupes qui vont venir dans ce lieu, vous m’en direz des nouvelles.

(Rires)

Parce que dans cet endroit, il y a quelque chose qui va s’imprimer dans les murs. La rémanence, qui est inscrite précisément en ce lieu, et en cette ville. Vous vous amuserez, un jour à regarder les cartes. Où se situe l’endroit où nous sommes par rapport à certaines villes, l’emplacement précis. Vous découvrirez des choses particulières. Ça c’est pour s’amuser, vous n’en avez pas besoin, mais c’est toujours très agréable d’observer directement chez soi, cette fusion comme disait Abba, du simulacre et du sacré. C’est, effectivement, quand j’étais incarné, je disais souvent c’est la magie divine, la magie de la Lumière.  Et c’est votre magie aussi à vous.

Vous constaterez aussi que le chaos du monde, effectivement va grandir. Mais que vous, vous serez mis à part des déséquilibres climatiques modérés, vous serez très peu affectés par les troubles sociétaux ou par les évènements du chaos, bien au contraire. Vous serez non pas un modèle, ce n’est pas le mot, mais un paradis dans l’enfer de la résolution. Je dis ça mais vous allez avoir des milliers de personnes qui vont vouloir venir ici.

Je vais me faire arrêter par les services d’émigration.

(Rires)

Cela a commencé déjà. Mais attendez ! Surprise, surprise !

Soyez simplement vous-mêmes. Vivez ce que la vie vous donne à vivre. Ça suffit. Vous ne pourrez que constater, comme je l’ai dit précédemment, les effets, les résultats, cette magie qui est à l’œuvre. Autre témoignage, autre chose à dire…?

Voix : Je sais qui seront les deux premiers arrivants au Québec.

J’ai dit des milliers, je n’ai pas dit deux…

Mais moi je sais les deux premiers, c’est « Tête de caboche » et Elodie.

(Rires)

Ah ! Vous savez « Tête de caboche » il ne décide rien. Il a parfaitement compris que tout est écrit et que tout est tracé. Il a juste à suivre la route. C’est merveilleux, vous aussi d’ailleurs.

Voix : C’est de mon cœur que j’ai eu cette information- là.

Oui, je crois que vous êtes nombreux à l’avoir eu. On ne peut rien vous cacher. Vous êtes terribles !

(Rires)

C’est ça la spontanéité, l’ Amour. Et oui, quand l’Amour est là tout se simplifie. Tout est clair. Et bientôt tout est parfait.

Mais dans ce pays aussi, où j’étais passé, il y a eu une forme de préparation si je peux dire. Vous avez eu aussi des êtres qui étaient incarnés, ici, qui vous ont délivré des enseignements, particuliers. Bon, vous avez aussi des guignols comme partout, c’est à dire ceux qui travestissent les choses, mais ce n’est pas grave. Laissez- les rêver.

Effectivement, votre clarté intérieure, qui est le don de la Grâce, le don d’Agapè, va vous renforcer les uns et les autres, dans ce qui pourrait vous sembler, non vécu, difficile.  Et cela, je vous le répète dans tous les secteurs de vos vies. Mais ça, je ne le dis pas seulement pour cette assemblée, ici, mais vraiment pour tout ce pays.

Autre question…

Voix : Bonjour OMA.

Bonjour,

Voix : En 2014 ou 2015, j’ai vécu deux évènements et je voudrais savoir si vous pouvez m’expliquer. A un moment donné, j’étais assise dans le salon et le soleil m’appelait. On me demandait de sortir de la maison et je me suis installée directement face au soleil — et j’ai déjà médité avant ce jour- là mais ce jour- là, j’ai médité deux heures. Mes jambes étaient comme soudées à la taille, je ne pouvais pas me déplacer et après la méditation, ça me prit environ une bonne demi-heure pour marcher à trente seconde de la maison.

Pour récupérer ton corps ?

Voix : Oui.  Il ne bougeait plus et j’ai touché mes jambes et c’était douloureux.. Comme si c’était après avoir fait un sport intensif. C’est de l’acide lactique, je pense.

Ça, c’est le premier « événement ».

Voix : Le deuxième. J’étais en auto et ça me disait de descendre de l’auto et de regarder où passe le soleil. Et c’était comme urgent. Il fallait que je le fasse, là. Je me suis trouvé une place, j’ai stationné l’auto, je suis sortie. Mais là, par contre, j’étais les yeux ouverts. Je regardais le soleil et je voyais comme un rideau blanc, comme transparent, et là je voyais des êtres qui couraient et qui étaient vêtus avec des combinaisons, comme venant de l’espace. Ça ressemblait à ça. Voilà, je les voyais comme ça. Ils couraient, ils sautaient, et puis après, ce que j’ai vu dans le fond, c’était une chute. Et l’eau qui tombait était moitié couleur argent et moitié couleur Or. Et c’est tout.

Alors, la première expérience, vous savez lorsque j’étais incarné, je saluais le soleil, qui pour moi était la représentation, et pour tout le monde d’ailleurs, du Christ, n’est-ce pas ? Ce que tu as vécu, lors de ta première expérience, est un mécanisme qui pourrait s’apparenter à la stase ou à la sidération. D’ailleurs, tu dis toi- même que tu as eu du mal à récupérer ton corps.

Et dans la deuxième expérience, c’est un petit peu diffèrent. Là, on va dire, les voiles de la matrice binaires se sont déchirés, et fait apparaître la vérité.  De la même façon que j’avais expliqué, il y a des années, que beaucoup parmi vous, en étant allongé la nuit, voyaient des présences, ou sentaient des présences, ou voyaient des lumières. Le treillis est terrible au plafond de la chambre, terrible d’enfermement. Le treillis est lié à ce qui avait été nommé, il y a quelques années, les lignes de prédation, qui effectivement ont été amoindries, qui ont disparues.

Et ce qui se déchire aujourd’hui, dans ce que tu as vécu, c’est justement les voiles entre ce monde et les autres mondes. Entre l’enfermement et la vérité. Donc cela fut des moments particuliers, qui t’ont permis à titre individuel de vivre la stase et qu’ensuite de vivre, je dirais ce qui se passe réellement au niveau de l’invisible.

Voix : Merci.

Autre question…

Voix : Bonjour OMA, « Tête de caboche » m’a déjà dit quelque chose, et je me pose encore des questions. Lorsque j’envoie de l’Amour à quelqu’un qui en a besoin, je sens mon cœur se déployer vraiment fort. Cela fait vraiment une poussée dans mon ventre. Est-ce que faisant cela j’interviens dans le plan divin de la personne ?

Oui, tu interviens, oui, mais il te reste une étape à franchir et je crois que « Tête de caboche » vous a raconté ses mésaventures avec Bidi, l’année dernière, à plusieurs reprises.

(Rires)

Eh bien pour toi, c’est exactement la même chose.

Arrête de projeter cet Amour que tu as en toi, qui est réel puisque l’autre, il est déjà en toi. Conscientise qu’il est en toi. Tu n’as même plus besoin de l’accueillir comme un empathe et de ressentir ce qu’il a mais simplement de décréter qu’il est en toi et il sera guéri. Il n’y a pas besoin d’énergies, de projections de lumière ou d’Amour. Tu es l’intelligence de la lumière, tu es Agapè. Et tu es aussi l’autre, donc tu n’as ni à envoyer, ni à te déplacer, ni même à le recevoir, il est déjà en toi.

Et à ce moment-là, cela supprimera la dernière illusion de croire que quelque chose sort, même si c’est la lumière. Accueille-le, mais au-delà de l’accueil, accepte-le à l’intérieur de toi. Mais sans déplacement et tu constateras aussi, que simplement en prononçant son nom et son prénom, il est guéri et en totalité. Pour l’instant tu es peut-être encore trop tournée vers l’extériorisation, de la conscience et de la lumière et de l’Amour, et de tes capacités. Mais tu es Amour. Avant tout. Alors tout autre, dans une relation d’être, ou de service, dès qu’on s’adresse à toi, ce n’est même pas la peine d’aller voir, comme avait dit Bidi à « Tête de caboche », quel chakra est malade.

Ce n’est pas la peine de recevoir la moindre information parce que même en utilisant la lumière véridique comme tu fais, il y a encore de la dualité. Il y a toi et il y a l’autre. Tu fais un transfert d’Amour, si tu veux. Et tu n’as rien à envoyer et rien à recevoir, c’est déjà en Nous.

Voix : Parce que l’on fait un ?

Mais parce que vous faites zéro, pas un… (rires) …même pas un.

La création est à l’intérieur de ton cœur. A quoi ça sert d’aller la manifester même à travers une aide, en envoyant de la lumière. Il n’est plus nécessaire d’absorber les essences comme disait « Tète de caboche » l’année dernière, mais accepte que cela est déjà fait. En toi.

Et tu verras le miracle sera permanent. Et c’est ce que je vous engage à faire tous ici. Et ailleurs. Vous avez tous, sans exception, la même capacité, c’est pas parce que c’est « Tête de caboche » ou Abba, même si pour des raisons logistiques ou pédagogiques, il est   toujours sur la marche au-dessus, ou ce vous pourriez l’appeler, en avance, mais ce n’est pas une supériorité. C’est juste pour vous permettre de vous retrouver aussi là-dedans. « Tête de caboche, il ne fait pas ça pour se faire admirer où se faire reconnaitre. Il n’en a pas besoin. Eh bien, c’est pareil pour toi.

Voix : Mais alors…

Vous l’avez vérifié ici, avec les Agapè résonance réseau, bon, nous n’avez pas fait d’autres soirées car vous vous êtes amusés, mais c’était tout aussi bien. Mais essayez, n’envoyez rien, ne recevez rien. Il n’y a pas besoin de bouger. Tout est disponible, ici. Au temps zéro, en Shantinilaya, dans la demeure de Paix suprême, dans Sat Chit Ananda, tout est là.

Acceptez- le et vous le vérifierez instantanément. Vous n’avez pas besoin d’envoyer ou de recevoir quoique ce soit, maintenant. Vous vous mettez dans votre cœur du cœur. Prononcer le nom et le prénom de la sœur et du frère et ne cherchez surtout pas à savoir ce qu’il a. L’intelligence de la Lumière, qui est vous, va faire le travail. C’est quand même beaucoup moins fatigant et vous en retirerez une plus grande efficacité pour tous les autres. Mais surtout une meilleure stabilité du temps zéro, quoiqu’il advienne dans les misères de votre vie.

Essaie, tu verras bien.

Voix : Alors quand je fais passer des entités, quand on se colle à moi, j’appelle ma famille de lumière afin qu’elle fasse entrer la lumière dans l’Entité qui se colle à moi ?

Tu n’as besoin de personne. Tu es autonome et libre. Même si tu vois, toutes les présences et que tu travailles avec certains peuples, certains archanges, ils sont aussi en toi. C’est cela qui te reste à réaliser, à vérifier. Et tu verras que ton corps s’en portera dix fois mieux. Bien évidemment, « Tête de caboche », aussi, quand il projetait, il sentait des choses au niveau du ventre, mais ça se transmutait dans le cœur. Mais vous n’êtes pas obligé d’en passer par là, maintenant.

Voix : Mais lorsque je sens des entités négatives, mais elles sont en toi les entités négatives que tu vois, sans aucune exception. Le diable aussi il est en toi. Il est toi.

Tu mets encore, malgré toutes tes capacités, une barrière inconsciente liée à tes mécanismes de fonctionnement que tu as expérimentés. Tu as vu que cela marchait mais ne reste pas figée sur ça. Il n’y a pas plus d’entités négatives que d’entités de lumière. Tout est toi. Tu es l’arbre.  Tu es le papillon. Tu es le diable. Tu es l’archange, tu es la source. Tu es Abba. Et tu verras que tu constateras une efficacité de l’ordre de l’immédiateté.

Tu échapperas au métabolisme de l’énergie et de la vibration et surtout tu constateras des changements phénoménaux en toi, dans ta physiologie, dans ton mécanisme de fonctionnement. Ils te retireront ta pension d’invalidité. Mais ce n’est pas moi.

(Rires)

Voix : Mais ce n’est pas drôle.

Ah bien, oui ! Il ne faut pas être fainéant, enfin si, il faut être, justement « être très fainéant ». Et ne t’inquiète de rien. Tu sais ce que tu vis. Tu as une perception claire. Mais il te manque encore, la clarté sur ce que je viens de te dire. Toutes les entités que tu vois, elles sont, toi aussi. Il y avait auparavant des spécialistes de l’absorption des essences des démons, mais tu n’as même pas à les absorber, maintenant. C’est fini. C’est le temps zéro.

Voix : Ainsi donc, je n’ai même plus besoin des sentinelles de la lumière ?

Mais, tu es la lumière. Bien sûr, qu’ils vont rester là. Ils sont bien. Bien sûr, que des manifestations de la lumière, tu en auras de plus en plus. Tu le constateras d’ailleurs, quand tu fais ça. D’ailleurs tu considères que tu appelles, les sentinelles de la lumière, tu considères qu’ils ne sont pas là et qu’il faut les appeler ? Mais, non, ils sont en toi, réalise-le, essaie.

Et ce que je dis pour notre sœur est valable pour chacun de vous. Quelques soient vos perceptions, ou vos absences de perception, même si vous ne voyez pas d’entité, d’énergie, ou de lumière, de vaisseaux, même si vous n’avez rien vécu de tout ce que les frères et sœurs, ici, décrivent en abondance, vous avez tous la même capacité.

Et si je voulais être, encore plus incisif, je dirais que c’est de l’ordre de votre devoir de vérifier que toute la création, est c’est vous. Donc ne joue plus ce jeu, en quelque sorte de l’entité noire, contre laquelle il a fallu faire appel à ta famille de lumière ou à tes archanges. Parce que quelque part, ça veut dire qu’en toi, malgré tout ce que tu vis, il y a encore des petites peurs, liées aux petites habitudes, qui sont planquées, là.

Ce qui explique certaines anomalies d’ailleurs, que tu as vécues, peut-être depuis des années, d’après ce que je vois, au niveau de ton corps de chair. Mais il est temps maintenant de réintégrer tout ça dans le corps de chair, pas pour s’appuyer uniquement sur la Lumière et les énergies, parce que la transmutation, la transsubstantiation de ce corps passe justement parce que je viens de te dire. Vérifie-le. Ne me crois pas, mets-le en pratique et tu verras bien. Le miracle sera permanent. Il faut arrêter de diviser ce qui est unifié. Vérifiez. Tu n’as pas besoin de voir. Tu n’as pas besoin de sentir. Tu n’as pas besoin d’envoyer, tu n’as pas besoin de recevoir.

Tu as besoin d’être là complètement. Et quand je dis ça : c’est accepter que toutes ces entités — que tu vois et que toutes ces visions réelles de tous ces différents peuples stellaires, les archanges, sont en toi. Ça évitera la consommation d’énergie, ça évitera cette action de la lumière que tu diriges. Mais tu es l’intelligence de la Lumière et, tout ça, est toi, en toi. Vérifie et tu verras. On en reparlera, si on en a l’occasion d’ici quelques jours ou semaines. Mais ce sera encore plus efficace, encore plus véridique. Et surtout, retiens ce que je t’ai dit.

Tous les tracas de ton corps, mais aussi parfois, les fluctuations que tu vis dans certaines circonstances, qui viennent te perturber dans tous les secteurs, n’existeront plus. Soyez simples.  Vous êtes la lumière. Que vous la voyez ou pas, que vous la sentiez ou pas. Décrétez- le. Assumez-le !  Et votre corps se portera à merveille.

Tout ce qui était souffrant en vous disparaitra, en totalité.

Voix : Merci OMA.

C’est une autre étape que je te propose. Une étape qui va– comment dire, être beaucoup plus gratifiante et surtout qui va faire beaucoup de bien à ce corps de chair.

Nous pouvons continuer.

Voix : Bonjour OMA.

Bonjour,

Voix : J’ai eu l’immense privilège de vous accueillir, à votre première visite à Montréal.

Ah ! C’était toi !

(Rires)

Voix : Je dois vous dire que depuis ce moment- là, ma vie est jalonnée de miracles, de cadeaux immenses.  Bon, cela m’a pris un certain temps pour réaliser cela.

Et c’était quoi la pochette que tu avais dans la main, quand tu m’as accueilli, je ne me rappelle plus.

Voix : C’était la pochette dans laquelle je transportais …

Il y avait un mot dessus. Je ne me souviens plus…

Voix : Cela faisait partie de l’uniforme d’Air Canada.

Ah ! D’accord. Tu vois, je perds aussi un peu la tête. Mais je savais que tu avais quelque chose dans les mains.

Voix : Alors vous arriviez de New -York, et vous nous aviez dit spontanément : « New-York ! C’est une vraie jungle. » On a bien ri et puis après que je vous ai conduit au salon d’accueil, avec les gens de la Fraternité blanche. Bon cela c’est du passé. Moi, je veux vous dire aujourd’hui, un grand merci parce que je répète encore que ma vie est jalonnée de miracles, de cadeaux et je ne demande rien.

Voix :  Vous êtes dans mon cœur pour toujours.

Et oui, je suis toi.

Voix : Merci.

Et pourquoi ne m’as-tu pas raccompagné d’ailleurs ? (Rires)

Voix : Oui, je vous ai raccompagné effectivement à partir de Mirabel, nous avons pris une voiture d’Air Canada pour vous emmener jusqu’à l’avion.

Non, je ne crois pas…

Voix : Je ne me souviens pas si je suis montée dans la voiture avec vous, je ne me souviens pas.

Il me semblait que je t’avais dit au revoir à la voiture. Ou en tout cas dès l’entrée de l’aéroport, mais je ne me souviens plus. Bon, c’est du passé.

Voix : Oui, mais c’est un souvenir que je voulais partager avec vous.

C’est très gentil.

Je suis là avec vous.

Voix : Et c’est même un miracle que je sois aussi, aujourd’hui, avec vous, je ne m’attendais pas à ça.

L’intelligence de la lumière a tout prévu. Comme dirait Abba : « tout est écrit ».

Voix : Merci encore…

Il n’y a aucune place pour le hasard et il n’y a aucune place pour le choix. L’Amour n’est pas un choix, Jamais. L’Amour est évidence.

Voix : Je l’ai réalisé, je pense.

Et tu portes toujours ces vêtements très jolis, avec des couleurs comme à l’époque. On va peut- être sortir, parce que j’ai peut-être des choses à te dire. Mais bon… C’est pas grave, on va passer à autre chose, mais je me rappelle aussi cela.

Voix : C’était un costume sévère quand même dans mon travail.

Oui, mais c’était joli. (Rires) Cela a dû bien changer depuis les tenues, n’est-ce pas ?

Voix : Moi, cela fait longtemps que je suis à la retraite, maintenant.

Ah ! Bien oui ! Je m’en doute vu que tu m’as accueillie, tu ne peux pas être de première jeunesse.

(Rires)

Voix : Mais maintenant, je m’habille de la joie de vivre. Autant que possible.

C’est très bien.

Voix : Merci Oma.

Sans ça, on va rentrer dans les souvenirs, tous les deux comme deux vieux gâteux, alors…

(Rires)

C’était une petite aparté.

On continue.

Voix : Bonjour OMA.

Bonjour,

Voix : Je voudrais ton opinion sur les expériences de vibrations intenses, vraiment très intenses, depuis de nombreuses années, avec les expériences aussi de pré-stase fréquentes. On me dit de ne pas porter ma conscience, ce que j’essaie de faire…

Sur quoi sur la vibration ou sur la pré-stase ?

Voix : Sur la vibration.

Oui, c’est exactement cela. Si aujourd’hui les vibrations vous brûlent trop ou emmènent votre conscience, cela veut dire simplement que votre conscience n’a pas encore installé le temps zéro, en totalité, et non pas que vous avez des choses à régler. Et cela explique d’ailleurs comme tu l’as dit que tu as des moments de tristesse qui échappent à toutes causes, n’est- ce pas ?

Voix : Oui, mais pourquoi est-ce si long ?

Parce que ta conscience de manière inconsciente, si je peux dire, est tournée vers les vibrations. Ça, c’est une autre époque. C’est tout l’enseignement de AD (Autres Dimensions) de l’expansion de la conscience qui est vibrations. Mais tu es antérieure à la conscience et tant que tu n’auras pas stabilisé, c’est à dire que tu ne seras plus entrainée en conscience par les vibrations, tu demeureras effectivement gênée, comme tu dis avec des oscillations de l’humeur et même de la forme, de la vitalité, malgré les vibrations. Tu dois pouvoir constater que tu es dans une forme éblouissante et puis tout à coup, pouf ! Il n’y a plus rien.

Voix : Oui.

Alors pour éviter cela, tu dis : Agapè, Agape, Agape, Phahame, Phahame, Phahame et tu ne penses plus aux vibrations.  Elles vont demeurer, bien sûr, mais elles n’entraineront plus de fluctuations de l’humeur, de l’énergie vitale. C’est aussi simple que ça. C’est à dire que quand une vibration se fait sentir de manière très intense, quel que soit l’endroit car tu le vis à plusieurs endroits, il va suffire de te placer au cœur du cœur, puisque tu t’es déjà accueillie.

Tu peux t’aider avec les gestes que vous a donnés « Tête de caboche », comme joindre les mains devant la poitrine ou prononcer à haute voix « Agapè, Agapè, Agapè, Phahame, Phahame, Phahame », simplement. Cela va délivrer ta conscience qui s’est dirigée toute seule, à l’insu de ta volonté, vers les vibrations.

Tu comprends ce que je veux dire.

Voix : Oui. Là, Et la pré-stase ?

Et là aussi, tu vas constater très vite la disparition des maux de tête. En particulier, il n’y aura plus de variations trop intenses de vitalité. Et surtout ces moments de tristesse sans raison, n’existeront plus. Tu deviendras très légère.

Les vibrations ne s’arrêteront pas, mais ta conscience ne sera plus entraînée. C’est très simple. Je te rappelle aussi que tu as quelque chose, qui pour cela, va t’aider énormément. Ce n’est pas tes visions et ce que tu perçois et sens, c’est d’aller simplement dans la forêt. D’adosser simplement ton dos à des arbres sans rien demander, juste en posant ton dos. Tu vas rejoindre le point zéro, le cœur du cœur. Et tu constateras que ta vitalité sera parfaite. Tu y vas quelques heures tous les jours ou un jour sur deux. C’est la meilleure aide que tu puisses trouver. Est- ce que tu te promènes en forêt ?

Voix : Oui. Je vais surtout au bord de l’eau.

Non, pas l’eau. Les forêts.

L’eau va amplifier tes énergies, et les processus de la conscience, mais j’ai bien dit la forêt, là, dans ton cas. Pas l’eau. Au contraire. Pas l’eau. L’arbre. Qu’est-ce que va faire l’eau ? Elle va résonner, elle va renforcer le processus vibratoire et de conscience. L’arbre va aligner ta conscience, ta supraconscience et ta a- conscience. Ce sera immédiat. Mais si tu vas dans une forêt au bord de l’eau, ce ne sera pas la même chose. Va plutôt dans une forêt, si tu en as la possibilité, située, non- pas à côté de l’eau, mais plutôt en hauteur.

Voix : La montagne.

Voilà.  Mais pas une haute montagne, une montagne avec des arbres. Bon, c’est préférable avec des arbres feuillus. Vu tes perceptions, plutôt que des sapins ou des pins. Mais plutôt des feuillus. Même si c’est l’automne et qu’il n’y a plus de feuille. Et mets ton dos contre l’arbre. Tu vas voir cela va disparaitre en dix minutes, tout ça.

Voix : D’accord. Et aussi, pourriez-vous m’informer sur la pré-stase, ça sert à quoi ?

La pré-stase, c’était surtout ce que vous avez vécu, pour certains, par exemple pour une sœur qui l’a vécue en 2013 ou 2014, mais pour beaucoup la fin janvier, par moment. Mais aujourd’hui, vous avez des frères et des sœurs qui vivent cette pré-stase et qui ne peuvent pas vraiment bouger. Cela doit être comme cela pour eux. Mais aujourd’hui, si tu adoptes ce que j’ai dit, précédemment par rapport aux arbres, et d’ailleurs ceux qui vivent encore des périodes   léthargiques, comme ça. Bougez-vous les fesses, s’il vous plait. Allez auprès des arbres.

C’est pas la peine de rester en pré-stase maintenant. Essayez et vous verrez.

Voix : Merci Oma.

De rien.

Autre question…

Voix : Bonjour, Oma. Je vois encore les treillis éthériques, dans ma chambre, j’habite une maison qui accepte difficilement de se faire réparer. La maison, j’essaie de la vendre, mais elle ne se vend pas. Le corps que j’habite à des problèmes chroniques. Qu’est-ce qui ne se libère pas en moi ?

Mais pourquoi imaginer qu’il y a quelque chose qui ne se libère pas. Les problèmes chroniques doivent être traités, bien sûr, mais n’imagine pas que c’est des résistances ou autres. C’est fini ça. Maintenant, si tu veux récupérer une vitalité de jeune femme et voir les problèmes des maladies chroniques s’atténuer, là-aussi il y a la forêt.  Là aussi, il y a Agapè, Phahame, là-aussi, il y a la clé de ton nom et de ton prénom. Cela ne va pas être tout de suite immédiat mais tu vas constater, très vite des changements Quelle était ta question sur les treillis éthériques ?

Voix : Vous disiez que les treillis éthériques se défaisaient…

Oui. Mais il existe encore. Le jour où il n’y a plus aucun treillis éthérique, vous n’êtes plus là.  Maintenant, le voir, c’est une chose. Il y en a qui le voit de temps en temps et d’autres jamais. Mais justement, je ne comprends pas pourquoi tu parles du treillis ?

Voix : Je pensais que cela venait s’ajouter à tous les scenarios que je viens de vous décrire.

Tu veux dire le fait de ne pas vendre la maison et…

Voix : Le corps ? Le fait de ne pas vendre la maison et le corps ?

Vous savez, moi et d’autres comme « Tête de caboche » l’ont dit : ce qui doit arriver arrivera, quoique tu fasses et ce qui ne doit pas arriver n’arrivera pas, quoique tu fasses. Maintenant le treillis, je ne vois pas le rapport mais ce n’est pas grave.

Ce que je veux dire aujourd’hui, c’est que l’intelligence de la lumière que vous êtes, est capable de faire des miracles pour chacun, dès l’instant où, « Tête de caboche » l’a suffisamment répété, dès l’instant où vous l’acceptez, où vous vous laissez traverser, où vous accueillez. Avec le souffle nouveau dont j’ai parlé, de la Bonne Nouvelle, du temps zéro, qui se diffusait dans tout ce territoire, beaucoup de choses vont se transformer.

Mais il y a aussi des frères et des sœurs, partout dans le monde, qui tu t’en doutes bien, essaient de changer d’endroit pour une raison ou une autre, peu importe et cela ne se produit pas. C’est ni une punition, ni une anomalie, ni des entités. C’est simplement parce qu’en l’état actuel, et dans les circonstances qui vous sont propres, vous devez être encore sur ces lieux, c’est tout.  Mais l’important n’est pas là. Le plus important, c’est ce que j’ai dit juste avant, pour l’élimination des maladies chromiques. Surtout pour les maladies chroniques, c’est quelque chose qui est porté, qui est su, qui est connu et qui est là.

C’est justement, cela, qu’il te faut aimer, pour l’instant. Et vous constaterez, tu constateras que ces maladies chroniques sont totalement transformées. N’y vois ni blocage, ni résistances, ni mémoires, vois-y simplement une forme de métabolisme, entre le temps zéro le corps d’éternité et le corps physique qui n’est pas encore finalisé.  Mais ce n’est jamais une punition, ou à cause d’un lieu, ou d’un mari, ou d’une femme, ni quoique ce soit. C’est très exactement ce par quoi, vous devez passer. Justement pour vérifier, mettre en pratique l’intelligence de la lumière, les feux du cœur sacré.

Voix : Merci Oma.

Merci. Autre question…

Voix : Bonjour Oma. Tantôt, je vous ai parlé des événements que j’ai vécus. Il y en a un où vous ne m’avez rien dit et je voulais savoir…

Laquelle ?

Voix : Quand j’ai vu la chute d’eau avec les couleurs, or et argent. Dans des circonstances spéciales.

Je ne m’en rappelle pas.

Voix : Oui, je l’ai dit à la fin. C’était une chute dont la moitié était couleur or et l’autre de couleur argent…

Oui, oui. J’ai dû passer ça. Alors, répète-le. Mais quand tu m’as parlé de et tout, je t’ai expliqué cela.

Voix : Oui, mais pas la chute d’eau.

Alors, raconte à nouveau toute cette expérience pour que je vois comment ça s’articule.

Voix : Alors cette fois-là, j’avais les yeux ouverts. Je regardais le soleil en face, et là j’ai vu comme un voile blanc, transparent, et j’ai vu des gens qui couraient et sautaient de partout et à l’arrière de ces gens-là, j’ai vu une chute d’eau, et l’ eau était moitié argent et moitié or.

Oui je me rappelle. Mais que veux- tu savoir par rapport à ça ?

Voix :  Que représente la chute avec ces couleurs ? Le fait que cela soit argent et or ?

Mais cela n’a aucune espèce d’importance. Pourquoi veux savoir cela ? C’est simplement des choses qui se sont ouvertes, qui t’ont donné à voir cela. Que veux-tu comprendre ? Ce n’est pas un rêve c’est quelque que tu as vu.

Voix : Je voulais juste savoir pourquoi j’ai vu ça, s’il y a une raison spéciale pour laquelle j’ai vu ça, c’est tout.

Mais il y a pleins de visions, il n’a pas de raison.  Ne cherchez plus midi à quatorze heures, surtout sur quelque chose comme ça, qui est passé.  Au-delà   de ce que je t’ai dit, pourquoi cherches-tu des informations sur ce qui s’est passé voilà des années ? Qu’est-ce que cela va t’apporter aujourd’hui? Explique-moi?

Voix : C’est de la curiosité. 

Bien, voilà, donc ce n’est pas une question ça.

Voix :  Merci.

Il y a quelques années, j’expliquais les rêves aussi, mais c’est fini. Il est plus important d’expliquer ce qui peut vous rapprocher et de vivre temps zéro, qu’autre chose. Laissez ce qui est passé, passer.

Voix : Durant la première nuit du séjour ici, à un moment donné, j’étais sur le dos et je sentais au niveau du plexus que ça tournait au niveau du plexus, ça s’est arrêté parce que je me suis mise sur le ventre. Puis cela a recommencé et cela a tourné pour aller se diriger vers le dos et je me demandais : « est-ce que j’ai fabulé parce que ça arrive que le fait d’être couché sur le ventre, on ne ressentait pas les choses. »

Ah bon. Et pour quelle raison ?

Voix : C’est que les autres enseignements m’avaient dit.

Ben, la preuve. Ce n’est pas vrai. Tu as simplement senti ce qui est nommé : chakra.

Les roues du chakra, c’est tout.

Voix : Ah bon. Mais le fait que cela se dirige vers l’arrière ? 

Tu dis que c’est toi qui t’es tournée, et tu l’as senti derrière. Mais je te rappelle qu’en les chakras- mêmes il y a une constitution particulière avec les racines qui sortent en arrière, qui se rassemblent, qui traversent devant une vertèbre, au niveau d’un chakra, n’importe lequel. Au-devant du dos tu en as, mais si tu te tournes sur le ventre, tu peux très bien sentir ton chakra que tu sentais devant, derrière. Cela ne veut pas dire qu’il a bougé.  C’est simplement la perception qui te donne l’impression qu’il s’est déplacé d’avant en arrière.

Et d’ailleurs pour ceux qui travaillent encore sur les chakras, vous savez très bien que devant ou derrière, c’est en résonance. Devant c’est l’émanation et derrière c’est l’alimentation. Mais selon votre position, effectivement, vous pouvez très bien sentir dans la position allongée, comme tu l’as décrit, quand tu t’es retournée, sentir les choses devant passer derrière. Mais c’est juste une perception.

Voix : Merci.

Autre question…

Voix : Bonjour, j’aimerais avoir une précision sur ce que vous avez mentionné à propos de la prononciation, à voix haute, du nom et du prénom de quelqu’un. Concernant la remarque de la dame qui disait qu’elle envoyait de l’Amour, vous avez dit qu’il y avait juste à faire ça. 

Et quelle est ta question ?

Voix : Je voulais avoir une précision.

Mais tu ne l’as pas encore posée, parce que là, je ne vois pas vraiment de demande, en ce qui a été dit.  Qu’est-ce que tu veux comme précision ?

Voix : Qu’est-ce qu’on doit faire avec cette information-là ?

Mais rien de plus, qu’est-ce que tu veux en faire ? C’est l’intelligence de la lumière qui agit. C’est ça qui agit. Ce que tu viens de dire. Qu’est-ce que tu veux de plus ? Ne pensez surtout pas à un nom de maladie. Car si vous mêlez autre chose, vous êtes déjà dans la dualité. Il n’y a rien de plus, que ce que j’avais dit et que tu as redit. Ou alors je ne comprends pas.

Voix : Je vais essayer d’être un peu plus explicite.  Quand on a commencé à faire Agapè, on accueillait en Agapè, admettons un enfant, est-ce que c’est la même chose en prononçant à voix haute le nom et le prénom de cet enfant ?

Mais, non. Vous ne l’accueillez pas, puisqu’ il est déjà en vous. Vous le révélez en vous. Et la guérison, elle est là.  Je ne comprends pas ce que vous ne comprenez pas par rapport à cela.

Voix : Donc j’ai juste à prononcer le nom et le prénom ?

C’est tout, rien de plus. Et surtout rien demander. D’ailleurs vous avez des frères et sœurs qui se sont fait une joie d’appeler tous les dignitaires religieux, tous les financiers, tous les pouvoirs politiques et toutes les élites. Ça va leur faire tout drôle.

(Rires)

Il n’y a rien à demander. Surtout pas. Et il n’y a rien à concevoir d’autre. Si vous êtes réellement là, et maintenant vous le percevez, que ce soient par les chakras, la couronne ascensionnelle, le tore, le double tore, la respiration du cœur, tout est en vous. En les nommant, vous prononcez leur verbe : nom, prénom. Même si vous n’avez pas les mains comme vous a dit « Tête de caboche ».

Et cela suffit. C’est cela le miracle. L’intelligence de la lumière. Mais arrêtez de penser que c’est vous qui vous faîtes. Sinon cela va vous faire, inconsciemment vous faire gonfler les chevilles, comme on dit en français. [Signification : se donner de l’importance].

C’est à dire que cela peut vous faire avoir la grosse tête à l’insu de votre volonté. Vous ne faites rien. Ce qui croit faire, c’est le personnage à travers ses perceptions, ses visions, son ressenti. Mais arrêtez avec ça. Tout est déjà là, en vous. C’est clair.  Vous voyez comment le personnage– je ne parle pas d’ego ordinaire mais des comportements habituels, comment l’ego veut tout de suite trouver quelque chose à faire. Mais soyez autonomes et libres.

Vous n’avez rien besoin d’autre que d’être présents.

J’ai parlé encore cet après-midi, sur le fait que le miracle va se produire dans tous les secteurs de votre vie. Dès que vous allez regarder, dès que vous allez sourire, dès que vous allez contempler, ce n’est plus seulement l’observateur, comme l’avait dit Bidi, il y a quelques années de cela, c’est la réalisation concrète et objective que nous sommes, tous, les uns dans les autres.

Et que la création est un rêve. Car si continuez comme ça, vous entretenez la dualité, quelque part. Et ne vous étonnez pas, après, si votre corps, ne guérit pas. Et ne vous étonnez pas, après, s’il vous arrive des évènements comme ça, de façon ininterrompue qui viennent, comme par hasard, vous déstabiliser.

Ce n’est pas un hasard, c’est la logique. Quand vous avez accès, au temps zéro, quand vous vivez le feu du cœur sacré, bien sûr il y avait une étape pédagogique, qui a été respectée — d’envoyer, d’accueillir, de recevoir, employez les mots que vous voulez, il y avait encore un mouvement, mais vous le JE éternel, ne jouez plus à cela. Vous observerez des changements, je vous le dis et pour notre sœur aussi, c’est dans le fonctionnement de votre corps mais aussi de votre vie. Tout devient plus léger et plus constant.

Mais vous voyez comment le cerveau, à l’insu de votre plein gré, essaie de vous emmener dans le faire, dans le croire, dans l’action. C’était nécessaire avec Agapè-résonnance, avec Agapè-résonnance-réseau, c’était nécessaire avec ce qui a été nommé par Abba, le feu du cœur sacré, mais tout cela est un rêve. Arrêtez de vouloir faire. Arrêtez même de vouloir accueillir. Car tout est déjà accueilli. Tout est à l’intérieur de soi et vous verrez très bien, à ce moment-là, que rien ne sort et rien ne rentre. C’est comme ça que vous installez le JE éternel qui n’a jamais bougé.

Et que vous installez, non pas le feu du cœur sacré, mais le rayonnement du cœur sacré. C’est les 24 rayons dont vous a parlé « Tête de caboche ». Et vous serez dans l’état naturel. Mais tant que vous pensez que vous agissez—ce qui était nécessaire, il y a une époque—vous ne pouvez pas vivre l’immobilité, le grand silence, la grande Joie et surtout la permanence de la Grâce.

C’est pourtant simple ce que je dis.  Non ?

Pour tous ceux qui sentent à travers les énergies, les vibrations et la lumière. Vérifiez- le, vous verrez bien. Je crois que « Tête de caboche » en est une parfaite illustration. L’année dernière il a failli trépasser, et vous voyez bien, aujourd’hui, dans quel état il est, non ? Parce qu’il a accepté. Il a pu vérifier parce qu’il est têtu. Mais il a vu que c’était la seule solution. Et qu’en plus cela maintenait la Joie quoiqu’ il arrive.

Il y avait une fixité du rayonnement, donc il a pu réellement éprouver ça sous le nom du JE éternel. Ou le JE absolu, comme dit BIDI, ou l’état naturel, comme dit Abba. L’état naturel n’a pas besoin de vous. Vous êtes le miracle et vous êtes la Bonne Nouvelle. Alors bien sûr, cela va remettre en place, un certain nombre de thérapeutes énergéticiens qui jusqu’à présent, croyaient que c’était eux qui agissaient.

Vous ne faites rien. Tout cela est un rêve. Et c’est comme ça que vous sortez du rêve. Totalement cette fois-ci. Et le miracle, alors est permanent. Et d’ailleurs, « Tête de caboche » le voit bien. Il n’a plus besoin de s’allonger, de croiser les pieds et de répéter Agapè, Phahame et de fermer les yeux. Il suffit simplement qu’il pense au nom et au prénom, sans même le dire et la guérison. Et pourtant, il n’y est pour rien. Ce n’est pas lui qui le fait. S’il croyait que c’est lui, alors- là, il aurait des petits soucis.

C’est comme ça que vous vous démontrez, à votre personnage et à votre conscience, que vous n’êtes ni l’un, ni l’autre. Et c’est comme ça que la permanence de la Joie s’installe à demeure et ne peut plus jamais disparaitre. Vous êtes la lumière, donc si vous la projetez, même dans l’amour authentique, vous vous distancez de vous- même.

Et le corps, je l’ai dit va manifester de cette façon. A cette occasion, vous allez observer qu’il y a des disfonctions, qu’il y a des fluctuations, qu’il y a des évènements qui surviennent que vous ne comprenez pas. Ce n’est pas une erreur encore une fois ou une punition. C’est simplement que vous n’êtes pas totalement ajustés au temps zéro. Et donc l’intelligence de la lumière n’a pas besoin de votre direction, de votre diagnostic, ou d’une quelconque action.

Acceptez- le, expérimentez- le, et voyez si c’est la vérité ou pas. Voyez ! C’est simple.

Mais bien sûr, comme je viens de vous dire, les habitudes vont vous amener à une forme d’incompréhension. Pas de refus, n’est-ce pas ! Mais vous ne saisissez pas, vous ne captez pas. Mais dès que vous le vivez, c’est fini.

C’est que disait le Christ en guérissant les paralytiques, l’aveugle, la femme qui saignait, il disait :  c’est ta foi qui t’a sauvée. Je dis qu’aujourd’hui c’est l’intelligence de la Lumière qui t’a sauvée. Je ne dis même pas c’est la foi. La Matrice christique, quand vous serez deux réunis, en mon nom, je serai parmi vous. Mais je crois que « Tête de caboche » a déjà expliqué ceci : imaginez une réaction chimique. On s’est très bien que deux corps chimiques en présence, réagissent. Et puis des fois, ils ne réagissent pas. Ils restent inertes. Il suffit d’apporter un catalyseur. Le catalyseur, il ne fait pas de réaction chimique, il n’agit pas. Il est simplement présent et à ce moment- là, la réaction chimique se produit.

Soyez simplement ce catalyseur. Vous êtes ce catalyseur.  Vous n’êtes pas celui qui fait, vous n’êtes pas celui qui reçoit.  Vous êtes le temps zéro en manifestation. Comprenez bien cela et faites-le. C’est à dire : ne faites rien. Juste le nom et le prénom. Bien sûr, vous pouvez toujours vous aider des gestes, de croiser vos chevilles, de vous aligner alignées, si vous voulez. Mais dépassez même   la notion de diagnostic sur quoi que ce soit. C’est l’intelligence de la lumière qui agit, ce n’est pas vous. Vous ne perdrez rien en faisant, cela, au contraire, je le dis.

Vous ne pourrez que constater la transformation de votre corps, et de votre vie qui deviendra de plus en plus calme, de plus en plus fluide, le corps se transformera réellement et concrètement. Tout ce qui vous gêne encore aujourd’hui, les maladies chroniques, les mémoires qui peuvent rester et les habitudes qui peuvent persister, s’élimineront d’elles- mêmes.

Osho l’avait dit. Soyez fainéants.  Soyez la vie qui vous vit. Mais par rapport à l’énergétique, à la vibration, soyez fainéants. Cela se fait sans vous… mais au travers de vous, parce que vous êtes, en vérité, le JE Éternel.

Je vous transmets toutes mes bénédictions et restez à l’écoute de la suite du programme avec Phahame, vous allez voir.

Je vous aime beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup, inconditionnellement, absolument, éternellement, au-delà de toute identité et je vous remercie d’être ce que vous êtes.

A bientôt, à toujours.

(Nombreux et chaleureux remerciements de l’assemblée.)

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2019 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable