Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3 + Texte PDF

Entretiens (Québec) Juin 2019

BIDI
Québec

9 Juin 2019

Alors Bidi est de retour ! Il vous salue !

Alors me voilà de retour à nouveau pour répondre à toutes vos questions, concernant ce que vous êtes et non pas votre personnage.

Nous allons donc échanger ensemble, alors je vous écoute.

Voix : Bonjour Bidi. Je suis très heureuse de te porter dans mon cœur en ce moment et que je sens que c’est toi dans mon cœur.

BIDI : Pareil pour moi !

Elle est où la question ?

Voix : C’était un ressenti.

BIDI : Ne soyez pas timides, hein.

Je viens de recevoir une question : Bonjour Bidi. J’ai la porte Kiristi dans le dos qui depuis plusieurs années me fait mal. Qu’est- ce que cela veut dire. Merci

La porte Kiristi, située dans le dos, entre les omoplates est une porte d’entrée, d’une part de l’impulsion métatronique finale mais aussi du Christ, en soi, c’est bien évidemment relié au Cœur organe, chakra et couronne.

De chaque côté de Kiristi, et surtout depuis quelques semaines, il existe une alchimie particulière où vous êtes nombreux à ressentir des pressions, des douleurs   de quelque chose qui se déploie de chaque côté de Kiristi, pouvant remonter jusqu’ à la nuque. Cela correspond au déploiement, à la perception de vos ailes, du corps d’Éternité.

Ce processus est éthérique et vient parachever l’activation de ce que vous avez appelé le lemniscate sacré, l’ouverture du Cœur, l’ouverture à la vérité que vous êtes.

Alors bien sûr, cela peut devenir douloureux, dès l’instant où il peut exister certaines anomalies vertébrales, qui peuvent rendre le processus plus sensible chez certains que chez d’autres.

La seule signification est celle-là. La mise en résonance du cœur et de la tête, la mise en contact, la primauté du Cœur sur la tête, au sein de ce corps de chair va donner effectivement des sensations particulières au niveau de ce dos. Il n’y a pas à proprement parler de blocage, mais simplement un processus qui peut être plus ou moins douloureux, plus ou moins sensible, selon ce que vous savez concernant votre origine dite stellaire.

Ceci n’est qu’un passage transitoire, permettant effectivement de réaliser concrètement le mécanisme, nommé non plus ascension, mais dissolution au sein de l’éther primordial. C’est à dire, comme vous dites, l’oméga qui a rejoint l’alpha et qui vous met dans les meilleures dispositions pour vivre le processus collectif, sans être affectés par quelques éléments de réticences de votre personne ou de votre corps lui-même.

Là aussi, je ne peux que te conseiller de ne pas t’interroger sur la signification de cela, mais de l’accepter, et tu constateras très vite que dès que tu n’interroges plus en toi, le pourquoi du comment, il y a une forme de pacification et de fluidité qui vont t’installer dans le processus.

Rappelez- vous, surtout pour ceux qui sentent et vivent les énergies et les vibrations, que les énergies et les vibrations n’ont été qu’une interface par rapport à la vérité, qui vous a permis de vous approcher au plus proche de l’être et du non-être.

Mais si vous portez votre conscience, aujourd’hui, sur les perceptions, qui chez certains d’entre vous sont présentes depuis des années, vous allez entrer en friction avec la conscience, et la a- conscience, au niveau de la ou vous portez votre conscience.

Soyez lucides sur les manifestations, que cela soit au niveau de la tête, de la poitrine ou du sacrum ou d’ailleurs, mais surtout ne les interrogez pas, laissez- les se dérouler d’elles-mêmes, par l’intelligence de la Lumière. La meilleure façon d’être disponible est de ne pas y penser, de ne pas s’interroger et de laisser surtout le processus se dérouler indépendamment de votre personnage et de votre tête.

C’est comme ça que vous constaterez la fluidité du processus, l’absence de résistances, ou réticences qui sont simplement liées à votre interrogation par rapport à ce que vous sentez. Il ne faut pas, en ce moment, diriger votre interrogation ou votre conscience sur le processus qui se déroule à l’interface de ce corps de chair avec le corps d’Éternité.

Il existe et vous avez pu le constater, pour nombre d’entre vous, un certain nombre de modifications physiologiques, tout à fait naturelles, concernant les processus dits « centraux de régulations » : la faim, la soif, le sommeil, l’élimination, par l’urine essentiellement. Vous pouvez constater un nombre important de modifications qui, en définitive, ne sont que des réajustements entre la personne elle-même, le choix et le non- être. Plus vous êtes libres de laisser les choses se dérouler sans vous, plus elles se dérouleront avec facilité.

Les Anciens vous l’ont dit pendant des années, ils ont entraîné votre conscience sur les points de jonction avec la supraconscience, permettant en quelque sorte d’arrimer, d’accrocher le corps d’Éternité, mais dans le processus qui se déroule aujourd’hui, on n’a pas besoin de vous, ni de votre tête, ni de vos sensations, ni de vos ressentis, ni de vos perceptions.

Vous êtes l’intelligence de la Lumière et certainement pas ce sac de viande et certainement pas ce corps d’éternité, quel qu’en soient les perceptions, parfois importantes. Cela avait été dit. Vous pouvez vous sentir avec un bec, vous pouvez vous sentir, maintenant pour beaucoup, avec les ailes, ne vous en préoccupez pas.

La meilleure façon est d’aider le Cœur du Cœur, en vous installant temps 0 au cœur de votre poitrine, où la perception    ce qui a été nommé le chakra du Cœur, sans vous occuper des appendices, sans vous occuper de réfléchir trop sur les modifications physiologiques, que ce soit par exemple la disparition ou la modification du sommeil, la modification de la fréquence ou de l’intensité des mictions, ou encore des perceptions dans le dos ou en tout autre endroit.

Bien évidemment, dans ce le processus, la vision dite « intérieure », qui fut nommée voici longtemps, par une étoile, « la vision du Cœur » ne doit pas non plus, vous entrainer dans des histoires. Laissez-les vous traverser, de la même façon, vous n’êtes rien de ce qui vous traverse, vous êtes ce qui est immobile au centre et qui se laisse traverser.

Plus vous comprenez cela, plus vous le mettez en pratique et plus vous serez libres de tous les processus alchimiques, physiologiques, neurologiques, énergétiques et vibratoires. Sans ça rappelez- vous, vous allez dériver votre conscience ailleurs qu’au Cœur du Cœur et entraîner des formes de résistances inconscientes au processus naturel de l’installation du JE absolu, ici-même, à travers ce corps.

Aujourd’hui, il est beaucoup plus utile de vous promener dans la nature que de faire des interrogations ou de faire des exercices sur les énergies ou les vibrations. Parce que ça se passe dans la matière, dans ce sac de viande, et nulle part ailleurs.

Il n’y a rien à chercher ailleurs. Il n’y a rien à expliquer. C’est toujours pareil, Abba vous l’a dit, c’est un problème d’acceptation. L’acceptation crée la traversée, crée l’immobilité et le silence. Et juste derrière, vous vous découvrez, en Amour.

L’Amour n’a pas besoin de corps, ni de ce sac de viande, ni de corps d’éternité, ni de la moindre perception, ni de la moindre vision. Si vous acceptez cela, vous verrez que tout se passera à merveille, et la meilleure façon de le vérifier, c’est de vous occuper de votre vie. Si vous avez du temps libre, allez dans la nature, dans les forêts, même s’il n’y a pas de peuples de la Nature, plutôt que de vous masturber la conscience avec ces histoires de perceptions ou sensations.  Vous n’en avez plus besoin.

Bien évidemment, elles ne vont pas disparaître mais votre conscience ne sera plus attirée, ni votre mental. Vous laisserez librement le processus naturel se faire. C’est un processus naturel qui n’a pas besoin de vous. Il a eu besoin de vous, à un moment donné, pendant de nombreuses années, mais aujourd’hui c’est superflu, c’est un obstacle. Si vous acceptez ça, vous le vérifierez par vous-même et vous constaterez une nouvelle fluidité, quelques soient les modifications physiologiques, neurologiques, anatomiques, énergétiques et vibratoires.

Cela rejoint ce qu’avait dit Abba : « Soyez le plus humbles et le plus simples possible et le plus insérés dans votre vie, afin de vivre la vie. ». Le processus actuel n’a pas besoin de vous. Si vous croyez pouvoir, en vous branchant sur vos vibrations, accélérer le processus, eh bien, vous vous trompez aujourd’hui.

Plus vous êtes en état naturel, plus vous êtes simples, plus vous êtes humbles, plus vous êtes occupés à autre chose que penser à vos énergies ou à la vibration, ou à votre corps d’éternité ou à vos visions, plus le processus se fait avec facilité.

Soyez présents à vous-mêmes, et cela suffit, dans l’ordinaire de la vie.

Il n’y a rien d’exceptionnel.

Nous vous avons préparés les uns et les autres à cela afin que le processus se déroule naturellement. C’est un processus sur lequel vous ne pouvez rien, auquel vous ne pouvez échapper car c’est un processus qui est et qui va devenir, je vous le rappelle, collectif.

Ayez la vie à vivre, telle que la vie vous l’apporte, mais ne vous interrogez plus, est-ce que j’y suis ? Est-ce que j’y suis pas ? Est-ce que je sens mes portes ? Pourquoi je sens le feu ? Et dès à ce moment-là, vous vivrez vraiment ce brasier d’Amour, avec une sensation de brûlures, mais vous ne serez pas gênés.

Ce qui gêne   c’est votre mental qui veut s’accaparer le processus. J’ai toujours dit, je répète ce n’est pas la personne qui est libérée mais c’est vous qui êtes libérés de la personne.

Comment voulez-vous être libéré de la personne si vous vous intéressez à cette personne ? Intéressez-vous-y au niveau de la vie et ce qu’elle vous demande mais oubliez les processus de conscience ce qui a été dit sur les portes, les étoiles, les nouveaux circuits, les corps des origines, les lignées, parce que au plus vous êtes simples dans la vie de tous les jours, quoique la vie vous demande, au plus vous constaterez l’évidence du processus, sans en être affectés d’aucune manière quel que soit le feu.

Ça va, ça ne chauffe pas trop à côté ?

Voix : Un peu ! (Rires)

C’est le début seulement !

Autre question ?

Voix : Comment se sent-on dans le tout et le rien ?

Merveilleusement bien !

C’est l’état naturel !  La plupart des étoiles vous ont expliqué dans leurs témoignages, ce qu’elles avaient vécu de leurs vivant.

Comment pouvez- vous trouver le point de silence du Cœur du Cœur, si vous interrogez à tous bouts de champs, vos perceptions, vos ressentis ou si vous déplacez votre conscience ailleurs que dans le cœur ? Si vous voulez que le processus soit lucide, fluide ne vous en occupez pas !

Vous avez plus de chance de le vivre en étant présent à ce que vous faites, que ce soit en vous occupant d’un enfant, en travaillant dans une usine, en vous promenant dans la nature qu’en les méninges sur ce que vous vivez.

Ce n’est plus la même époque. Depuis la fin de l’anomalie primaire, tout est auto-ma-tique !

Rappelez- vous ce que disait Abba et ce que je vous disais, c’est une scène de théâtre, un jeu vidéo. Rien de tout ça n’est réel.

L’attention la plus simple que vous portez à un enfant,  à un arbre que vous rencontrez, à un frère,  ou une sœur avec qui vous êtes en  échange naturel,  humain, vous avez  plus de chance de finaliser  le processus que toutes interrogations  d’ autres  natures,   parce que dès l’ instant où vous entrez en relation — même avec ..si vous êtes ouvrier , avec une pièce que vous fabriquez , avec un arbre , un frère ou avec une sœur, et plus vous êtes présents à vous-même, mais présents non pas en tant que personne mais présents en l’ immobilité, au cœur du cœur, et vous laissez le processus se dérouler. Et il n’y a que comme ça que vous êtes disponibles totalement. C’est ça que Abba disait, la traversée, l’évidence, vous n’avez jamais bougé !  C’est ça le réveil.

Comme je l’ai dit pendant des années, vous n’êtes ni ce corps, ni ce personnage, ni cette vie, ni de ce monde. Vous êtes à l’intérieur de ce corps, à l’intérieur de cette conscience, mais vous n’êtes ni ce corps, ni cette conscience, ni même la supraconscience. Vous êtes le « Je » éternel absolu, le Parabrahman.

Et pour revenir à la question du tout et du rien, vous constaterez une forme de fluidité, quelques soient vos problèmes inhérents au personnage. Les points de tension, de friction, dont on a parlé dans la question précédente, s’évanouiront d’eux-mêmes.

Vous vous prouvez ainsi, à vous-mêmes, que vous êtes dans l’acceptation, que vous êtes dans le don de vous-mêmes et alors vous vivrez la liberté, quel que soit votre corps, quelques soient vos ennuis ou vos joies. Vous verrez clairement que vous n’êtes rien de tout cela. Mais si vous agitez votre personnage, vous n’êtes plus présents à vous-mêmes, vous êtes ailleurs que dans le présent.

Et à ce moment-là, le processus de toutes façons est inéluctable, mais peut entrainer, non pas des retards, mais des mécanismes qui vont venir vous déstabiliser par le mental, éventuellement par des douleurs mais surtout vous serez moins disponibles pour le temps zéro.

L’information du temps zéro, du cœur du cœur, de Shantinilaya si vous voulez, est présent de partout, cela nécessite l’immobilité de la conscience plus que du corps, cela nécessite le silence non pas des mots, mais du mental. Si vous acceptez cela vous ne pouvez que constater immédiatement une sédation et une disparition de tout ce qui était en relief avant et qui vous gênait.

Vous ne pouvez rien, surtout aujourd’hui, concernant ce qui est naturel, c’est à dire l’intelligence de la Lumière et c’est comme ça, qu’en étant rien– tout en vivant la vie –que vous découvrez que vous êtes tout que vous êtes la vie.

La résolution du temps et de l’espace met fin, là aussi, à l’illusion du temps, de l’espace et de la forme ainsi que les dimensions. Vous êtes entiers, vous êtes complets et vous ne pourrez alors qu’en constater les résultats dans votre vie.

C’est la vie qui vous vit et non plus, vous qui vivez la vie. Vous êtes totalement disponibles, totalement présents quoiqu’ il se présente et c’est comme cela que vous le vérifiez, par vous-mêmes, dans les gestes les plus insignifiants de votre vie, ordinaires de votre vie, mais pas les habitudes comme décider d’aller visiter des arbres dans la nature, et vous verrez.

Les arbres, vous le savez sont d’une grande aide mais la plus grande aide :  c’est d’être disponible à vous-même.

Quelques soient vos occupations, vous avez tous un peu de temps pour être disponibles, disponibles pour le silence, pour l’immobilité de la conscience et c’est dans cette disponibilité que l’intelligence de la Lumière peut travailler parce que le personnage, lui, ne peut rien y faire. Comme a dit le commandeur : « Vous êtes cuits ! »  Donc laissez la cuisson s’achever et la Joie est là, instantanément dorénavant.

Et d’ ailleurs c’ est le marqueur, cela a été dit depuis un an , quand vous êtes dans cette  phase de libération, vous constatez que vous êtes réveillés , pas d’ illumination, ça c’ est des conneries, je parle de réveil, vous êtes disponible pour vivre le personnage lui-même mais   ce n’ est plus lui qui commande, ni vos émotions, ni votre tête, ni vos histoires, ni vos mémoires, ni vos appréhensions de l’avenir.

Si vous vivez comme ça, ne serait-ce que quelques instants, que quelques heures quelques instants, quelques heures, vous comprendrez instantanément ce que je veux dire « en le vivant » et vous constaterez qu’il n’y a aucun autre positionnement qui ne peut être supérieur à celui-là.

Soyez naturels, soyez humbles, soyez tranquilles, soyez spontanés, soyez fainéants à la mesure de ce que la vie vous accorde, et vous verrez bien. Je répète, le processus qui se déroule n’a plus besoin de vous, soyez disponibles pour vivre votre vie et tout ce que la vie vous demande. Tout le reste se fait tout seul.

Vous n’êtes plus dans une phase de supraconscience ou d’attention qui va se localiser sur une porte ou un circuit vibral, vous devez être immergés en totalité dans l’instant présent. Et il n’y a pas de meilleure façon d’être dans l’instant présent que de vivre le naturel de ce que la vie vous donne. Et je le répète :  cela peut être aussi bien une promenade dans la nature que d’usiner des pièces dans une usine ! Parce que quand vous êtes occupés, mentalement, que vous êtes occupés physiquement et que vous ne pensez pas à quoi que ce soit d’autre, vous êtes effectivement disponibles.

C’est pour ça que le Christ avait dit :« Heureux les simples d’esprit, le Royaume des Cieux leur appartient » c’est pour ça que vous qu’il a été dit par de nombreuses voix : » les premiers seront les derniers, les derniers seront les premiers ». Cela ne veut pas dire qu’il y a une avance ou une hiérarchie. Cela veut dire simplement que ceux qui sont dans l’innocence, sans se poser de questions, aujourd’hui, sont beaucoup plus fluides pour s’installer dans la Vérité.

Tout ce qui vous a été utile pour beaucoup, est aujourd’hui inutile et superflu.  Ne cherchez rien laissez les choses se vivre. Encore une fois le processus actuel n’a pas besoin de vous, n’a pas besoin de votre conscience, n’a pas besoin d’énergie et de vibrations, même si bien sûr elles sont là, et que vous les sentez.

Vous n’êtes plus dans un processus de supraconscience ou d’expansion de la conscience, mais bien exactement l’inverse, l’extinction de la conscience qui vous permet de découvrir et d’être ce que vous avez toujours été : la  a-conscience , le JE éternel absolu. Vous ne pourrez que vivre votre vie de ce monde et vous vivrez naturellement votre vie, ce qui ne met pas fin à vos responsabilités mais vous permet de les dépasser sans aucun effort et sans aucune difficulté.

Et bien on peut continuer.

Il n’y a plus de question écrite.

Et bien passons aux questions orales.

Voix : Bonjour Bidi. Lorsque je suis en voiture, je sens que lorsque je suis arrêtée, je sens que le véhicule continue à bouger. Est-ce que je dois arrêter de conduire ?

Mais je ne vois pas le rapport.

(Rires)

Tu veux que je t’envoie un mécanicien ?

(Rires)

C’est toi qui bouges et tu as l’impression que ta voiture bouge. Est-ce que tu as eu quelqu’un avec toi dans la voiture qui a pu te confirmer ça ?

Voix : Je regarde les voitures à côté de moi, et je me rends compte que je ne bouge pas.

Va voir un mécano. Il y a des raisons très simples d’une voiture pour qu’elle bouge. Il suffit que le moteur ne soit pas fixé correctement. C’est tout simple.

Voix : Non, la voiture ne bouge pas …

Mais tu as bien dit que c’est la voiture qui bougeait.

Voix : Non, j’ai dit que j’ai l’impression que la voiture bouge, est ce que je dois arrêter de conduire étant donné que j’ai cette sensation-là, souvent ?

Mais il n’y a aucun risque ! Qu’est-ce que tu veux qu’il y ait comme risque ?

Voix : Je ne sais pas jusqu’ où ça peut aller ?

Jusqu’à la disparition !

(Rires)

Voix : Merci.

Donc continue à conduire !

Mais il y a quand même d’innombrables raisons pour qu’un véhicule bouge effectivement tout seul, aussi. Mais néanmoins si ce sentiment que cette voiture bouge est uniquement lié à ton corps, qui bouge ou à ta conscience qui bouge, cela n’a aucune importance. Au pire tu disparais et la voiture elle devient ce qu’elle devient.

(Rires)

On peut continuer, une autre question ?

Il y en a une autre.

Voix : Comment expliquer trois quart d’heure en voiture et se réveiller au bout de trois quarts d’heure, les contrôles automatiques à 120 kms heure et de découvrir   quand je me rends compte de la situation, c’est comme si je sortais d’un sommeil profond. J’ai pas conduit, je n’étais pas là, je m’interroge où je suis et J’ai très hâte de voir une pancarte indicatrice qui me dise où je suis. Ma question est la suivante : c’est pas moi qui a conduit donc il y avait quelqu’un qui conduisait…

Si ! C’est toi qui conduisais, mais toi, tu n’étais plus là !

Ton corps conduit, ta conscience est ailleurs. Vous êtes nombreux à l’avoir remarqué. Bien sûr, pas toujours sur des durées aussi longues, surtout quand vous êtes au volant et pas à pied et d’un coup vous vous demandez qui a conduit ? Ce processus est banal et commun. L’explication c’est justement l’alchimie entre le personnage qui conduit et qui disparait, lui il est toujours présent, et toi où tu es ? Au cœur du cœur dans le silence et quand tu reviens à l’ordinaire de ta conscience… comment c’est possible et comment tu peux être là. Et parfois ça va même jusqu’ à te demander qui tu es et où tu es, même si c’est une route que tu connais. C’est un processus normal. La conduite d’une auto, d’un vélo, d’une moto est un processus que vous avez appris et qui devient au fur et à mesure du temps, subconscient.

Quand vous conduisez vous n’allez pas penser à freiner, ça se fait tout seul quand il faut, vous n’allez pas penser à changer de vitesse, ça se fait automatiquement. Eh bien c’est exactement le même processus. Tu conduis ta voiture en ce véhicule corporel dans ses automatismes et toi en ce que tu es, en vérité, tu disparais. Mais en général cela ne dure pas aussi longtemps que ça. C’est souvent fulgurant. Et souvent vous vous apercevez que le dernier souvenir que vous avez, il date d’un quart d’heure.

Mais ça peut aussi vous concerner vous-mêmes.

Dès que vous êtes dans un processus d’automatisation par un apprentissage, comme la conduite, ce processus est extrêmement commun. D’ailleurs si vous demandez, ici, à qui s’est arrivé, tu n’es pas le seul.

Levez les mains !  Alors, il y en a beaucoup ?

(Rires)

Oui, Oui…

C’est normal. Car quand tu es dans la voiture ou occupé à fabriquer des pièces, tu es occupé non pas dans le personnage, mais dans des habitudes, mais ce n’est pas des habitudes que vous avez décidées. Quand vous vous déplacez d’un point à un autre vous prenez votre voiture, vous connaissez le trajet, vous passez en quelque sorte en pilote automatique et puis plouf à un moment donné, vous avez parcouru quelques dizaines de kilomètres, vous vous demandez même où vous êtes, si vous êtes sur la route et qui vous êtes.

C’est normal, c’est au moment où vous êtes occupés dans la nature, avec vos enfants, ou au travail que ce déroule le processus. Cela illustre à la perfection que le processus actuel n’a pas besoin de vous. Alors bien sûr, cela entraine ce genre d’interrogations, mais tu peux être assuré parce que tu n’es pas le seul.

Vous passez des habitudes qui n’en sont plus, mais qui sont des automatismes, et la conduite en est un, vous êtes dans l’instant présent, parce qu’il faut une certaine forme de vigilance dans l’instant présent quand vous conduisez et c’est là où vous êtes tranquilles, c’est là ou vous disparaissez, c’est là où vous fusionnez l’être et le non être, ça se fait sans personne.

Et bien sûr quand vous revenez dans la personne ça vous fait tout drôle. Mais encore une fois ça fait des modifications, des parties de la conscience, du cerveau, des automatismes, mais non pas des habitudes que vous vous imposez.

Cela survient d’une façon inopinée, et la conduite a les mêmes vertus dans ces cas-là, les mêmes vertus que se promener dans la nature. Vous êtes immergés dans l’instant présent, la disponibilité pour l’éternité se manifeste avec un préalable avec le sentiment qui est préalable, d’avoir disparu de la personne, ce qui est vrai.

Mais pourtant vous n’avez pas eu d’accident. Est-ce qu’il en a parmi vous qui ont eu des accidents à cause de ça ? Est-ce qu’il y a des mains qui se lèvent ?

Non, non.

Il n’y en aura aucune de toutes façons. Est-ce que tu es rassuré ?

Voix : Oui, j’ai une autre question.

Alors vas- y !

Cette fois- ci, je suis au téléphone, je parle à quelqu’un que je connais, c’est une dame. Tout au cours de la conversation que j’échange. Il s’est produit le phénomène suivant :  je suis en dehors de mon corps ou une partie de moi est en dehors de mon corps, cette dame est devant moi. Et je pose mes mains comme ceci (une de chaque côté de ses épaules) et je passe à travers. Cette expérience-là a produit ceci :  J’étais très, très, très bien, pendant 2 jours et demi ou trois jours.

Vous voyagez entre la conscience, la a- conscience et la personne. Et comme tu l’as exprimé si bien, une conversation téléphonique peut s’accompagner de l’apparition par la vision du cœur de deux personnes qui ne sont pas au téléphone mais à côté l’un de l’autre.

Ça participe de ce qui a été nommé non pas la bilocation, mais la multi-localisation de la conscience.

Ce processus avait été largement développé par les Anciens durant l’année 2011. Avant que j’arrive. Toutes ces manifestations qui arrivent en votre vie, qui peuvent donner un sentiment d’irréel, ou d’interrogation, sont réelles. Vous ne rêvez pas au contraire, elles sont tout à fait réelles. Vous êtes réveillés.

Et d’ailleurs vos trois dernières questions sont tout à fait en rapport avec ça. Et c’est très bien comme genre de questions, là aussi cela a permet de comprendre que ce n’est pas quelque chose qui est isolé mais qui est en train de se généraliser pour beaucoup.

Vous allez être pris et occupés là, par une conversation, précédemment pour la conduite d’une voiture et vous êtes disponibles à ce moment-là pour la Lumière, vous n’êtes pas figés par votre corps et même si vous ne savez pas où vous êtes, ou comme dans ce cas vous vous voyez à côté l’un de l’autre ou en face de l’autre. C’est tout à fait réel. C’est ça la vérité. Et c’est comme ça que l’intelligence de la Lumière vous démontre que vous n’êtes pas ce personnage qui conduit ou qui parle au téléphone mais que vous êtes autre chose.

La lumière vous conduit tout naturellement à l’extinction de la supra conscience et là vous êtes libres, vous êtes en joie. Vous avez le sourire aux lèvres et vous vous découvrez vraiment, vous vous retrouvez vraiment, au-delà de toutes formes, au-delà de ce personnage, au-delà de ce monde même.

Il y en a d’autres, c’est au moment de se mettre au lit. Ils vont sentir des feux, aux extrémités, à la tête, au cœur au sacrum. Ça peut même vous empêcher de dormir ou vous réveiller mais tout cela est un processus normal et vous ne pouvez rien y faire, vous ne pouvez rien y changer et cela ne peut que s’accentuer.

Toutes les circonstances de vos vies, toutes les circonstances de vos consciences qu’elles soient personnelles, supraconscientes ou autres sont en train d’être profondément bouleversées.

Mais vous ne pourrez que constater que parallèlement à cet aspect un peu déstabilisant effectivement, parfois, il y a un souffle nouveau qui vous parcourt, fait de légèreté, de joie, de sourire, de silence, d’évidence.

C’est ainsi que vous traversez, tous les voiles, toutes les zones de croyances, d’habitudes, et tout est prétexte à cela.

Et encore, attendez. Vous n’avez pas reçu tous les charismes. En occident d’ailleurs, vous êtes dans cette période de la Pentecôte. Rien à voir avec la religion, mais c’est la descente de l’Esprit saint, le parler en langues, la bilocation et tous les processus mystiques qui jusqu’ à présent étaient réservés à certains saints, à certaines personnes, est maintenant en train de se généraliser.

Qui par exemple, par rapport à cette question, a déjà eu l’impression, le vécu qu’il était en train de faire quelque chose physiquement et qu’il y avait une autre partie de lui-même, sans y voir clair, qui faisait autre chose.

Levez la main ! C’est une impression de dédoublement.

Combien ?

4 personnes.

C’est pas mal. Ça fait dix pourcents. Mais cela va se généraliser aussi.

Quand je dis que vous vous réveillez, vous sortez du sommeil et vous savez très bien que le matin vous pouvez vous réveiller, plus ou moins rapidement, avec le souvenir ou pas de certains de vos rêves et qui petit à petit s’effacent dans la journée. Le plus souvent.

Mais j’ai déjà dit que le rêve est le réel, et c’est comme ça que vous découvrez que la matérialité et la forme ne sont que du vent. Quelque chose qui passe. Mais il faut bien que vous le viviez pour le comprendre, même si cela vous interroge.  Et vous constaterez à un certain moment, lié au collectif, que vous serez vraiment réveillés.

Et vous quitterez la forme, et le monde comme vous quittez les rêves le matin en vous réveillant. C’est exactement le même processus mais vous le retournez. C’est dans ce corps que vous êtes endormis mais vous l’avez oublié.  Vous retrouvez naturel, le JE absolu.

Celui qui voyant l’univers se créer et se décréer, voyant la création passer, les univers se dissoudre, constate alors qu’il n’a jamais bougé et qu’il a toujours été là. Tout ce que nous vous avons dit ce ne sont pas des jeux de mots et des concepts, c’est ce que vous vivez de plus en plus fréquemment, avec de plus en plus d’intensité et de lucidité.

Même si effectivement, et c’est normal, ça peut être déroutant ou déstabilisant.

Autre question ?

La même personne a une autre question :

Dans des moments où je ne m’en attends le moins, tout en faisant ce que j’ai à faire. Il y a des périodes ou je suis très, très, très bien. Et la dernière fois ou cela s’est produit, de façon très distincte et trois fois, j’ai entendu : » Liberté, liberté, liberté ». Merci.

Ce que tu viens de dire illustre à la perfection ce que j’ai dit précédemment. C’est comme ça que ça se passe. Ce qui a été nommé par Abba le paradis blanc, la disparition, le grand silence, vous découvrez que vous êtes ça et que vous êtes parfaitement bien. C’est comme ça encore une fois et tu le confirmes à travers ton témoignage, que nous nous réveillons du cauchemar d’être une forme ou un individu. Vous êtes, nous sommes antérieurs à la conscience, antérieurs à tous mondes, nous ne sommes qu’un et il n’y a personne.

Comme l’as dit Oma le Commandeur, nous allons vous le serinez tellement de fois, et cela va devenir tellement évident que vous ne pourrez qu’en rire. Il n’y a rien de sérieux en ce monde. C’est une escroquerie, un vol de liberté, un vol de consciences.

Et c’est tout à fait normal que tu entendes « liberté » trois fois !

Vous avez été appelés pour certains, à d’innombrables reprises, d’abord par Marie ou les Etoiles, vous avez entendu votre prénom.

Récemment Abba, avec « Je Suis toi » vous a donné les dernières clés, en vous nommant vous-mêmes, vous êtes le verbe, mais vous êtes antérieur au verbe. C’est comme ça, en vous appelant, en étant appelé, sans aucun souvenir par rapport à un trajet automobile que vous découvrez et vivez la liberté. Et c’est comme cela que cela se produit et comme ça que cela va se produire de façon de de plus en plus commune et extensive.

Une autre ?

Oui, il y en a une autre.

Sœur : C’ est pas que j’ ai une grande question mais depuis le temps que je vous écoute , vous avez par vos discours j’ ai réussi je crois à  me libérer du personnage et j’ ai comme une reconnaissance sans fin, d’ avoir pu vous entendre je ne sais pas si je suis libérée totalement , mais je pense qu’ avec Jean Luc ce matin , il nous a donné une bonne pratique à faire   et je ne vais pas lâcher ça. Je vous remercie.

Tu es remerciée aussi.

Elle remercie tout le monde ici.

Dès l’instant comme l’avait dit le Christ où vous serez   deux réunis en son nom, ici ou ailleurs, il en est strictement la même maintenant.

Le temps zéro que certains d’entre vous vivent suffit a déclenché le temps zéro dans le groupe. C’est collectif avant que l’événement ne se déclenche en toute la création. Pas seulement dans cette dimension mais partout, vous le vivez en groupe et c’est normal.

Dès que vous êtes deux réunis au nom de la vérité parce que vous la vivez et la portez même si ce n’est pas complètement réveillé, dès   l’instant où vous le vivez même si ce n’est pas encore totalement réveillé, l’autre ne peut que se reconnaitre, il ne peut que se réveiller.

Pour l’instant cela touche des individus, des groupes. Les groupes vont être de plus en plus grands, non pas avec moi, ici, mais de partout.

Après, vous constaterez que cela va toucher préférentiellement certains pays, certaines villes, ou certaines régions.

Et à un moment donné, cela concernera toute la terre, et donc toute la création.

C’est exactement comme cela que ce processus naturel de réveil s’organise et se réalise indépendamment de vous parce que c’est l’intelligence de la Lumière que vous êtes en vérité qui le fait, qui organise ce réveil.

Et à un moment donné, bien évidemment, vous vous en doutez, l’évènement sera visible et vécu par tous de manière totalement synchrone.

Mais le fait que cela s’installe   et non pas d’individu à individu, mais je l’ai dit de groupes en groupes, de cités en cités, de pays en pays, installe le Paradis blanc et crée les meilleures circonstances et conditions possibles pour le vivre.

Et vous n’y pouvez rien, ni l’accélérer, ni le limiter, vous ne pouvez que le constater, nous ne pouvez que l’accepter et la Joie est juste là.

Ça va devenir de plus en plus frappant, de plus en plus évident et de plus en plus joyeux.

Abba vous avez dit que tout ça va se finira par un grand éclat de rire. Comment voulez-vous qu’il en soit autrement ?

Vous rirez même de vos souffrances, de vos affects, de vos histoires, d’avoir même cru d’être une personne qui devait évoluer, qui devait se transformer. La vérité est sans effort, parce que le moment est venu.

Tout ce que je dis, converge vers ça et c’est votre vécu.

Poursuivons.

Voix : C’est une expérience qui avait une facette tout à fait nouvelle pour moi. Alors, je m’arrête, je ne suis pas dans le mouvement physique, et je me sens très bien. Maintenant, dans ce moment-là, ce qu’il y a de nouveau pour moi, j’ai intérieurement l’impression, dans le vécu que le masculin et le féminin se rencontrent. Il n’y a plus de dualité entre les deux.

Tout à fait ! Abba d’ailleurs en avait parlé dans son dernier satsang sur les iles Canaries.  Vous avez parlé depuis des années du féminin et du masculin. Enfin ceci dit, depuis l’origine de la création.

Entre les méchants et les gentilles, les gentilles c’étaient les mères généticiennes et les méchants    c’étaient les Archontes, vous avez réunis les deux polarités, vous vivez l’androgyne primordial vous vivez le verbe et finalement même la notion de masculin et de féminin, qui est pourtant bien patente en ce monde, ne fait plus sens. Même les histoires de féminin sacré et de masculin sacré, bientôt vous ne pourrez qu’en rire. C’était des étapes préalables.

Même la co-création consciente qui avait été développée, voilà deux années s’effacent devant la vérité.

La vérité met fin à la création. Nous sommes Amour.

Nous étions là avant toutes créations et tous mondes.  L’étape initiale n’est rien d’autre que l’étape finale.

C’était un rêve, vous vous réveillez, vous sortez du rêve. Et ce que tu exprimes, là aussi c’est comme les disparitions au volant, et comme ça a été dit dans le témoignage précédent par rapport au mot liberté, oui, c’est bien ça. C’est la vraie liberté.

Bientôt vous ne serez plus tenus par aucune histoire, aucune forme, aucun scénario, aucun devenir. C’est l’état parfait, qui est un non-état. C’est la fusion de l’être et du non être, du simulacre et du sacré, qui ne laissera qu’un grand éclat de rire, vraiment.

Et cela avait été dit par les Anciens et par Abba, au fur et à mesure que le chaos du monde grandira, vous serez de plus en plus légers, joyeux et libres. Même si aujourd’hui cela vous semble farfelu, je vous garantis que la réaction sera unanime.

C’est normal, le matin quand vous vous réveillez, vous venez d’échapper à un cauchemar, et bien c’est exactement la même chose, ce monde est une illusion, une escroquerie et un cauchemar et c’est pourtant là- dedans que vous découvrez LA VIE, la vérité, la voie et que vous constatez que tout cela n’a jamais eu lieu et que tout cela n’a fait que passer.

C’est la façon la plus adéquate, la plus naturelle de se réveiller. L’image que je donne du réveil par rapport à votre vie est exactement le même que votre sommeil quand vous dormez la nuit et quand vous vous réveillez le matin. Quand vous n’êtes plus soumis à quelques conditions que ce soient, à quelques formes que ce soit, à quelques consciences que ce soient, effectivement vous êtes libres.

Mais la liberté individuelle que vous vivez quelque en soit l’intensité, débouche inexorablement sur la liberté collective puisqu’ il n’y a jamais eu personne. Nous sommes non seulement les uns en les autres mais en plus nous sommes chacun le rêve de l’autre. Et que comme l’a dit Abba, et en vérité, tout le scenario du rêve et du cauchemar s’est produit en l’instant initial et aujourd’hui cela se révèle, vous ne pouvez qu’en rire.

Tout ça n’a aucune substance. Tous ces formes, tous ces mondes, n’ont été qu’une extériorisation, une manifestation d’un songe ou d’un cauchemar. C’est comme ça que vous le vivez, c’est comme ça que vous l’acceptez et c’est comme ça que vous êtes libres.

…Silence…

On peut continuer à avancer

Sœur : j’ai fait 2 rêves consécutifs

Premier rêve : Je suis devant une foule les gens ont peur et pointent derrière moi et en me retournant il y avait une énorme planète derrière moi.

Deuxième rêve le lendemain, j’ai vu mon corps explosé en un million d’étoiles et je me suis rendue compte que c’était moi les millions d’étoiles. C’est spécial.

C’est un très beau rêve !! Il y a bien évidemment une relation entre la planète qui apparait, qui est l’évènement ou l’un des évènements, et la vérité. Les étoiles que vous voyez dans le ciel, c’est aussi un décor, c’est aussi vous. Tous les autres frères et sœurs, dans les autres dimensions, c’est aussi vous, sans aucune exception.

Vous êtes aussi bien la mère généticienne que Yaldébaoth et vous ne pouvez qu’en rire, c’est ça la vérité, c’est ça la joie, c’est ça la liberté ! Vous avez toujours été là.

C’est déjà ce que je vivais quand j’étais incarné mais à cette époque-là j’étais bien seul. C’est aussi ce que vivais en Inde toujours Ma Ananda Moyi et c’est aujourd’hui ce que vous vivez et cela vous est annoncé aussi bien par les modifications de vos perceptions, les mécanismes de fonctionnement de vos divers aspects de conscience, mais aussi comme tu viens de l’exprimer, dans les rêves.

Le rêve est le réel jusqu’à un certain point. Je dirai que le rêve est bien plus réel que votre matérialité quelque part. Mais au-delà de tout rêve, il y a le réveil et c’est ça l’arrivée du paradis blanc : La fusion du Un avec le temps zéro.

Comme certains vous l’ont dit, l’évènement est en cours, ne cherchez pas de date, vous êtes dedans !!! Ne cherchez pas la durée, mais cherchez plutôt l’intensité de ce que vous vivez dans ces moments-là. Restez tranquille soyez fainéant à tous les niveaux et le processus se passera à merveille. Chacun de vous a la possibilité de le constater, de le vivre.

Vous ne pourrez plus tenir à quoique ce soit devant l’intensité du rire et du réveil. À un moment donné, vous ne pourrez plus demeurer attaché à quoique ce soi même si vous le voulez ! Tout ce qui la veille pouvait vous semblait être une souffrance, du corps ou de votre vie se révèlera être un prétexte et seulement un prétexte pour vous réveiller !

C’est comme ça que ça se produit de manière individuelle de partout sur la planète, que ça commence à se vivre comme je l’ai dit tout à l’heure à se vivre en groupe et que petit à petit ça va toucher des cités entières. Imaginer des gens dans une ville pas trop grande, qui se réveillent tous en même temps, vous imaginez ce que ça va faire ? Vous sortez du sommeil y a pas de meilleure façon de le nommer, de l’exprimer, c’est exactement ça.

Et encore une fois y’a pas besoin de croire ni de philosopher là-dessus, puisque vous le vivez les uns et les autres de différentes façons, que ce soit par la disparition au volant, que ce soit par les rêves, que ce soit par des coups de fil, que ce soit en groupe et indépendamment de ce que je vous dis, même au cours d’un repas, même au cours d’un moment de rigolade, parce que vous partagez la joie, et vous partagez le temps zéro vous partagez la vérité elle est commune, y’en a qu’une et elle est absolue.

Et cela est comme cela a été dit depuis plus d’un an, c’est une évidence, même si aujourd’hui ça vous semble interrogeant, même si aujourd’hui, vous n’en vivez rien, très vite, vous allez le vivre comme une évidence de partout.

Comment voulez-vous que ce monde, cette société, cette structure pyramidale d’asservissements et de prédation puisse se poursuivre de quelque manière que ce soit dès que vous riez de tout ça, dès que vous êtes libre. Vous consumez le monde, vous consumez le rêve, réellement et concrètement il ne restera rien de la création, je l’ai déjà dit quand j’étais incarné.

Et j’ai déjà dit que ce que je disais il y a 30 ou 40 ans était pour maintenant et que ça ne pouvait jamais échouer. Vous ne pouvez que le constater et le vivre. Vous n’avez pas besoin de sauveur, de gourou, de maître, vous n n’avez pas besoin d’entité, parce que toutes les entités, tous les maîtres les gourous, tous les escrocs, c’est vous !  Et vous ne pouvez qu’en rire.

Cela met fin au rêve, au cauchemar, cela met fin à toute notion de séparation, à toute notion de temps qui s’écoule, comme à toute notion spatiale ! L’amour que vous êtes n’a besoin ni de forme, ni de monde, ni d’expression ni de manifestation c’est comme ça que vous êtes parfait, c’est l’état parfait.

A la lisière de Shantinilaya vous vous découvrez « Sat-Chit-Ananda » la félicité suprême, où rien d’aucun monde ne peut vous dériver ou vous dévier de cette vérité. Et tout n’est que prétexte au sein de votre vie actuelle là où vous êtes, à votre âge où vous avez dans les circonstances de votre vie, c’est les meilleures conditions quoique vous en pensiez encore pour vous réveiller.

Ça va à côté ça chauffe pas trop ?

…Suivant…

Sœur : C’est une question de clarification simplement

Au début de l’entretien, vous avez parlé d’ascension et de dissolution. Quel est le lien entre ces 2 processus, ont-ils la même finalité ?

L’ascension : Non telle qu’elle avait été exprimée par les anciens, les étoiles comprise et vécue même intellectuellement par beaucoup. Rappeler-vous c’était la libération de ce monde, le retour à votre dimension d’origine, donc encore une forme.

La dissolution y’a plus d’origine stellaire qui tienne, y’a plus de monde qui tient. C’est la grande surprise d’Abba, réalisée l’année dernière au mois de mai qui a mis fin au mythe de la création ou de la forme. Donc la dissolution sera quasi synchrone voir même totalement synchrone avec l’ascension proprement parlé.

L’ascension vous la vivez dans ce corps déjà, certains d’entre vous vivent la dissolution et tout ça va devenir collectif. Plus ça va s’approcher du moment collectif, moins vous pourrez faire de distinction entre l’ascension et la dissolution.

Mais même le mot ascension ou dissolution ne veut rien dire, c’est l’illusion qui se dissout, elle n’a jamais existé mais néanmoins depuis le point de vue d’un frère ou d’une sœur présente dans un corps, c’est peut-être les mots les plus adaptés. La dissolution, c’est le moment où tu n’es plus assujetti à une fixité de la conscience quelle qu’elle soit au sein d’une forme, mais que tu découvres que tu es l’espace que tu es les étoiles comme ça été dit dans le rêve, c’est la même chose.

La dissolution n’est rien d’autre que le réveil total et je vous dis ça sera un grand éclat de rire, ça ne peut pas être autrement et plus le temps donne l’impression et s’écoule réellement sur cette terre, plus il y’aura une mise en synchronicité du processus ascensionnel collectif avec la dissolution du paradis blanc.

Le paradis blanc, c’est pas une vision, c’est la réalité et à un moment vous direz : Oh la belle blanche, et beh, y’a plus que du blanc. Y’a plus de forme, plus de repère, plus d’espace, vous deviendrez le blanc.

Et à ce moment-là et dans le même temps, ça la première partie c’est l’ascension collective, mais dans un temps quasiment immédiatement après ou pendant, le paradis blanc disparaîtra pour laisser ce que la personne pourrait appeler le néant mais qui est en fait l’Amour, l’état naturel le jeu absolu et plus le temps s’écoule et plus bien sûr la distance ou le temps entre le paradis blanc et l’absolu, se réduira comme une peau de chagrin et deviendra quasiment concomitant.

Continuons…

Sœur : C’est une curieuse question qui est venue, je me suis demandé si Nibiru faisait partie de la création, donc qu’il était dans le rêve et quelle était sa fonction dans le rêve ?

De vous réveiller !

Y a pas plus de soleil, que de Nibiru que de terre, que de toi. Mais fallait bien que tous ces éléments du rêve se réunissent quelque part, ça se passe sur terre : ça a été expliqué. Je vous ai dits tout à l’heure que les planètes, les étoiles dans le ciel sont un décor, n’ont aucune réalité, pas plus que vous.

Mais vous avez tellement rêvé, vous avez tellement joué à souffrir, à être séparé à vous croire devoir évoluer, (silence) que vous avez distendu au maximum la toile de la création, et c’est justement cette notion d’entropie d’expansion infinie, qui ne peut que ramener au temps zéro.

C’est un processus physique aussi. Donc, Nibiru, bien sûr est vous, Nibiru est tout Amour, Nibiru est la rencontre de ce qui brille : le soleil, de ce qui apparait au sein d’une forme, qui se rencontre avec l’informe. C’est la même chose que la rencontre entre votre corps physique, votre conscience ordinaire et la supra conscience d’une part, et d’autre part, la supra conscience qui s’éteint devant l’absolu.

C’est la même chose ! ça se passe dans vos cellules, dans vos circuits physiologiques ou neurologiques, cela se passe à l’échelon de la société, à l’échelon de la terre et à l’échelon de toute la création, sans aucune exception. Si vous arriviez à vivre concrètement qu’en fait ce que vous pensez être réel quand vous êtes éveillé, n’est que du rêve et que quand vous vous réveillez en fait vous dormez à ce monde, vous dormez à la création et vous vivez la vérité.

Y’a pas d’autre alternative, y’a pas d’autre vérité. Toutes les autres vérités n’ont fait que passer, n’ont fait que vous faire rêver et il fallait que ça se termine par un cauchemar, nommé enfermement pour réaliser la stupidité totale, l’inutilité totale de tout monde.

Vous avez toujours été parfait, vous n’avez jamais bougé, vous l’avez simplement oublié, la dernière clef vous a été donnée. Toutes les clefs vibrales, métatroniques, ont été révélées depuis plus de 30 ans, progressivement, c’est pour ça que Abba vous dit que tout est accompli, que tout est achevé, le processus est en cours, il n’a pas besoin de vous, il ira à son terme quoique vous disiez et quoique vous fassiez. Je répète, et j’ai dit à chaque intervention, tout ce qui doit arriver arrivera, quoique vous fassiez et tout ce qui ne doit pas arriver n’arrivera pas, quoique vous fassiez !

Quand vous en aurez marre comme je l’ai dit, de vous occuper de votre tête, des vibrations, des ressentis, vous vivrez l’évidence, elle n’est qu’humilité et simplicité c’est la voie de l’enfance, c’est la plus magnifique des voies, acceptez de n’être rien, et vous êtes le tout. La supra conscience vous fait découvrir que vous êtes le tout, mais y’a un piège ! C’est le choix, l’orgueil spirituel de se croire être un grand être, qui doit évoluer, qui va aider ceci ou cela, ça c’est le piège de la spiritualité, c’est l’escroquerie de la conscience, vous n’êtes pas la conscience, vous êtes antérieur à cela.

Tout ce qui se déroule et se déroulera : dans votre corps, dans votre vie, dans vos relations, dans votre pays, dans votre région, dans votre ville, de partout sur cette terre comme de partout dans la création, ne peut que vous amener à cela. (Silence)

Qui pourrait refuser la liberté ? Je l’ai dit aussi, l’inconnu devient connu, ici même, au travers de l’illusion : c’est ça qui vous réveille, c’est ça le paradis blanc, c’est ça le temps zéro.

…Silence…

Tu peux poursuivre…

Sœur : Jean Luc nous a dit que tout débutait ici, et que tout se terminait ici par rapport au Québec. Est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus long là-dessus ?

Ça nous amène à parler des cycles, ça nous amène à parler de l’évolution de la conscience et de la vie au sein du rêve, ça nous amènerait à parler des 5 premiers rêves et du dernier rêve que vous vivez, qui est inscrit effectivement entre un début et une fin.

Le début c’était voilà plus de 50 000 ans, mais au sein de ce grand cycle de plus de 50 000 ans, qui va jusqu’à aujourd’hui et qui s’achève en ces temps, il y a eu des sous-cycles liés à ce qui a été nommé l’Atlantide : la première, la deuxième et la troisième avec chaque fois, non pas des processus d extinctions globales, mais intermédiaires.

Le dernier rêve, a pris appui sur les canaries, au sein de ce dernier rêve, dans sa dernière phase, c’est-à-dire qui remonte à 12 000 ans, et non pas à la création de l’Atlantide il y a 50 000 ans, tout a commencé ici, et finira ici. Tout est cyclique.

Ça veut dire quoi ? Ne cherchez pas midi à quatorze heures, n’attendez pas la Jérusalem céleste qui va se poser ici, mais simplement que dans ce peuple, dans ce pays, que je nomme pays, vous étiez à l’origine, et vous êtes à la fin, du sous cycle, du troisième sous-cycle du dernier cycle.

Et donc, ça va se traduire comment ? Bah vous le vivez déjà, vous en avez une forme d’intuition si je peux dire, vous êtes disponible, bien plus que d’autres peuples, pour la vérité, parce que vous avez une humanité, une fraternité qui existe dans très peu de pays. C’est la vérité.

Alors j’ai pas eu l’occasion, moi de me déplacer quand j’étais incarné jusqu’à chez vous mais le commandeur, lui, l’avait fait et vous savez très bien que chaque pays est marqué par un élément : le Brésil c’est le feu, Hawaï, c’est le feu, les Canaries c’est le feu et le Québec c’est l’eau à l’origine de la création !

Donc, l’important c’est de vous stipuler par là qu’il y a toutes les chances que quand je parlais de groupes, ensuite de cités et ensuite réellement de pays, que vous soyez le premier pays à vivre la liberté collectivement !

A un moment donné vous sortirez tous dans la rue, quel que soit le temps, mort de rire ! Vous ne pourrez que vous taper sur les cuisses vous prendre dans les bras et rire parce que chez vous, la fraternité du fait de l’eau, du fait des conditions historiques mêmes, vous met dans cette disposition-là !

C’est bien évidemment pas en France, où ils ont la tête dure, que ça va se produire !

C’est ici ! Et vous serez certainement l’une des premières cités au niveau de vos villes ou même des pays, à vivre le collectif de l’événement et tous les autres s’enchaîneront après. Vous étiez à l’origine, et là, je parle de territoire et pas nécessairement de vous mais de chaque être humain posé sur un territoire et soumis à certains éléments.

Ici c’est quoi ?  L’eau.

Vous vivez quoi ? Le feu.

Mais après le feu qui vous embrase, vous devenez l’eau, vous vous dissolvez ! Vous vous répandez, vous êtes aussi bien la goutte que l’océan.

Mais pour cela il faut que les gouttes vivent ensemble qu’elles sont l’océan, ça passe par la résonnance, par la relation, par la fraternité par la culture, par le mode de vie et par aussi l’élément dominant au sein du territoire, du pays. C’est simple…. Voilà ce que ça veut dire.

…Silence…

Sœur : Merci Bidi

Cela peut-être que certains d’entre vous le pressentez, peut-être que certains médiums vous en ont déjà parlé ou certains chercheurs, mais aujourd’hui, vous le vivez, vous êtes spontanés vous êtes disponibles, c’est votre nature et c’est votre culture !

Il est donc fort logique que dans des territoires comme celui-ci, où la séparation n’a pas pu être achevée complètement, comme c’est le cas par exemple si on compare avec la France, où tout est divisé où les uns sont montés contre les autres, même au niveau spirituel, au niveau sociétal, j’en parle même pas !

Donc c’est tout à fait logique, par l’élément eau, par l’histoire du territoire et par le fait que vous soyez présents aujourd’hui, sur ce territoire. Y’a jamais de hasard, tout a été écrit. Maintenant, c’est pas la peine pour les milliers de personnes qui m’entendent de demander un visa d’immigration pour venir ici hein ! Sans ça je vais me faire jeter de ce pays !

Sœur : On va te garder avec nous ici…

Autre chose ?

Sœur : en relation avec la réponse que vous avez donné, le Québec est reconnu comme une terre d’accueil, qu’est-ce à dire des personnes qui viennent justement émigrés au Québec, pressentent cette libération ?

Oui, puisque tout est écrit, c’est un jeu vidéo, une scène de théâtre bien sûr et le fait que je puisse m’exprimer comme Oma, ici même c’est pas par hasard, en ce moment et pas à un autre moment. Bien évidemment !

Quand Abba vous dit que tout a été écrit, tout a été rêvé, c’est la stricte vérité !

…Silence…

Autre chose ? J’en vois qui commencent à rêver sur le Québec là !

(Rires)

Sœur : Bonjour, moi, j’ai de la difficulté à comprendre comment, y’a Oma, vous, y’a plein d’autres personnages qui viennent en canalisation et on est tous Un et vous semblez encore avoir une identité de personnage si on peut dire et en même temps il y a personne dans le tout

Mais tu ne peux pas le comprendre, tu ne peux que le vivre. Qu’est-ce que tu veux comprendre à ça Y’a aucun mot

(Rires)

Une question : Est-ce que le tout contient tout ce jeu de créations là, le tout des personnages, quand on sort de là, on est tous dans la même chose, le même état et….

Il n’y a qu’une conscience, vous êtes les uns dans les autres, tu t’exprimes depuis le point de vue de la personne qui imagine qu’il y a d’autres personnes mais tous ceux que tu vois ici c’est toi !

Sœur : C’est ça, c’est le point qui a bougé dans la conscience du début jusqu’à maintenant, qui a fait beaucoup de personnes en se croisant…

Et c’est quoi la question ?

(Rires)

Je vois pas de question-là !

Sœur : la question est ce que toutes les personnes ça entre seulement dans le jeu Quand on sort du jeu, Oh tout est fini là tout est réabsorbé là…

Mais il n’y a que toi !

Sœur : C’est ça, y’a toi mais y’a toi…

Y’a toi et y’a toi et y’a toi et c’est toujours le même toi !

(Rires)

Sur une autre ligne temporelle, sur une autre ligne spatiale dans une autre forme, mais c’est toi !  Y’a que toi, ça existe pas !

Sœur : mais y’a plus rien après

Rien de rien, rien de rien et le tout, rien de rien et l’amour

Sœur : reste juste l’amour… bien ok merci …

(Rires)

C’est exactement ça ! T’as répondu toute seule à ta question !

(Rires)

Sœur : Après l’absorbation des mondes, des univers, quand on sera tous réunis dans l’Amour …

Vous pouvez pas être réunis puisqu’y a personne !

(Rires)

C’est une étape. C’est justement la réunion du parais blanc vécu collectivement sur la terre qui vous démontrera qu’il ya jamais eu personne, que c’est un rêve !

Sœur : Alors ma question : Pensez-vous que quelqu’un va penser de créer de nouveau ?

C’est impossible !

Sœur : Ma question n’a plus raison d’être

C’est impossible, quand vous vivez ce que vous êtes au-delà de l’être et au-delà des mondes qui aurait envie parmi ceux, parmi vous qui vivent le feu du cœur ici et y’en a, qui imaginent créer quoique ce soit !

Levez la main ceux qui vivent le feu du cœur et qui imagine créer autre chose…

Vous êtes complet dans le feu du cœur !

Vous êtes entier, vous n’êtes plus dupe !

Y’a une main qui s’est levée ?

Frères et sœurs ensemble : Non

(Rires)

Merci…

Mais encore faut-il le vivre…

Le feu du cœur sacré, ascension, dissolution, disparition, y’a plus personne, rêve, expériences bizarres, tout ce que vous avez posé comme questions, vous dirige vers cette vérité absolue. La création est un rêve qui ne pouvait se terminer qu’en cauchemar car c’était la seule façon de se réveiller.

Nous avons assez joué, nous avons suffisamment crée et je mets au défi quelque conscience que ce soit de refuser le paradis blanc voyons ? Qui refuserait l’amour ? En se reconnaissant en cet amour même si aujourd’hui il ne le vit pas : Personne.

Dès l’instant où il y a amour Agapé, fin de la création, fin du rêve, fin des illusions, fin de la forme, fin de tout parce que ça n’a jamais commencé ! On ne peut même pas parler quand on parle de fin du temps ou de fin du monde, ça ne veut rien dire, c’est le réveil !!!

Comment voulez-vous que vous qui n’avez jamais commencé puissiez un jour finir ?

…Silence…

Mais bien sûr, selon le point de vue de la personne, cela posera toujours question ! Mais dès l’instant où le moment collectif sans même être généralisé à toute la création, mais commencera à toucher au-delà des groupes, les cités, les territoires, les pays, qu’est-ce que vous voulez faire ?

Vous ne pourrez que rire, vraiment !

…Silence…

Avançons…

Sœur : j’ai une question, quand on écoute des satsangs qui viennent de l’Europe, parfois vous leur dites que vous allez les visiter durant la nuit. Pensez-vous que ce soir, on peut avoir votre visite qu’on va être mort de rire.

Bon, quels sont ceux parmi vous qui ont eu ma visite, levez la main !

Sœur : 2 mains se lèvent

Ah oui il était temps que j’arrive alors !

(Rires)

Et bien on va changer les choses !

…Silence…

Promis, on lèvera les mains demain et vous verrez combien vous êtes.

Je m’occupe de votre cas !!

La salle : rire et Merci !!

Je vous rappelle qu’il y avait des rendez-vous depuis déjà 2 mois je crois, depuis avril, où j’avais décrété quelque chose à 23 heures n’est-ce pas ?

Salle : Oui.

Mais pour vous 23 heures ça fait quelle heure ?

En Europe ici c’est encore le jour !

La salle : 16 heures

Il fait encore jour ! Eh bien je passerai ce soir aussi à 23 heures, pour vous !

La salle applaudit

Mais il fallait effectivement attendre que Abba pose les pieds sur ce sol, pour pouvoir l’encrer !

La salle : AH ! OH ! Bravo !

Et là maintenant ça sera fait. Donc oubliez 17h pour vous puisque je vous ai donné un horaire privilégié qui est 23 heures.

Applaudissement

Ça va chauffer dans les chaumières

 (Rires)

Pour les européens qui écoutent vous conserver votre 23 heures à vous.

Chacun a son 23 heures.

Et rappelez-vous ce que je disais, le l’avais déjà dit en avril et en mai. Je viens pas pour vous causer, je viens pour brûler avec vous fusionner avec vous. Y’a pas besoin de discours hein ! mais effectivement c’est une excellente idée. Nous allons mettre ça en œuvre dès ce soir

Sœur : tout le monde est d’accord

Je m’en doute !

(Rires)

Sœur : On peut dormir quand vous allez venir ?

Il vaut mieux.

(Rires)

C’’est la meilleure façon de ne pas interférer même si ça vous réveille

Et je vous remercie de m’avoir suggéré cela

Autre question ?

Sœur : Nous sommes déjà rendus à la fin.

Alors plus de question !

Alors Bidi va vous saluer et Bidi vous dit à 23 heures pour vous ici au Québec

Applaudissements

Et n’oubliez pas de rire !!!

Je vous dis peut-être à une prochaine fois mais je crois qu’il y a de la concurrence, y’a déjà Oma qui veut revenir aussi. On verra bien…

En tout cas, je vous salue !!

La salle : Merci !

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2019 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable