Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3 + Texte PDF

Entretiens (Célébration Agapè aux Canaries)

SATSANG (Partie 1)

22 Mai 2019

Position du corps comme allongé, les jambes étendues, les yeux clos, les chevilles croisées peu importe le sens, les mains devant le cœur comme ça, ici avec les bras qui appuient nécessairement sur les portes attraction, vision, chakra de la rate et chakra du foie.

Vous répétez à haute voix au niveau vibral, Agapè, Agapè, Agapè, trois fois, Phahame, Phahame, Phahame, trois fois, rien d’autre et après vous prononcez le prénom, vous n’avez même pas besoin du nom de famille, je ne vous demande pas de visualiser mais vous connaissez vos prénoms à peu près.

Sœur : […] Ça ne suffit pas parce que tout le monde.

La liste c’est Martine qui l’a mais on n’est pas obligé de faire tous les noms.

Le plus important, c’est de ne rien demander au niveau guérison comme on a pu le faire le mois précédent, simplement à penser Agapè au moment où vous le faites, de toute façon vous allez être en Feu du Cœur Sacré et à ce moment-là, vous allez passer les personnes auxquelles vous pensez, pas tout le monde, ne vous embêtez pas, vous faites deux, trois, quatre, cinq, si vous allez vite plusieurs, simplement en vous plaçant en posture d’accueil, la posture d’accueil c’est votre position et la répétition d’Agapè trois fois, Phahame trois fois.

À la fin, quand vous avez terminé ceux que vous aviez envie de faire, cela va peut-être vous prendre dix minutes, une demi-heure, ne dépassez pas une demi-heure quel que soit le nombre que vous faites.

Et après vous vous accueillez vous-même. Ça peut paraître bizarre, vous allez voir que si vous vous accueillez vous-même, c’est l’observateur qui accueille, vous accueillez votre personnage, vous prononcez votre propre nom et votre propre prénom et vous allez voir ce qui se passe, d’accord ?

Sœur : Vu que tout le monde ne connaît pas les prénoms, est-ce que le visage suffit ou est-ce qu’on fait une petite liste ?

Je vous ai dit de ne pas faire tous les prénoms, maintenant vous pouvez redonner vos prénoms, vous en connaissez quelques-uns, alors ceux qui viennent d’arriver vous connaissez presque tout le monde, Antoine, Priscille vous connaissez, Charles vous l’avez connu à Ordiarp, les vrais nouveaux nouveaux, il y a Olivia et Jean-Luc et Françoise.

Sœur : Ça fait dix ans que je te connais quand même, je ne connais que ta voix.

Mais physiquement, je parle.

Sœur : Je ne connais que ta voix.

Oui, oui.

Sœur : Est-ce que vous voulez des papiers ?

Si vous voulez des papiers on peut noter les prénoms, on vous amène des papiers, s’ils veulent.

Et ça sera tout pour ce soir. Donc on décide à onze heures, ça vous laisse un moment.

Des questions par rapport à ça, c’est affreusement simple. On se sert du corps qui est résonateur simplement par la posture, par le verbe puisque le verbe est là pour tout le monde, même si vous ne sentez pas les énergies, c’est pour ça qu’il vous a été demandé de ne pas juger, parce quand vous prononcez des paroles le verbe suit, même si vous n’en avez aucune conscience.

Donc là, la posture Agapè, Agapè, Agapè, Phahame, Phahame, Phahame, je pense à telle personne, j’accueille X, j’accueille Y et vous terminez par vous accueillir vous-même, c’est-à-dire vous prononcez votre nom et votre prénom.

Ça vous démontrera que celui qui fait le travail, ce n’est pas vous en tant que personne, mais que vous allez accueillir votre propre personne, vous allez sentir le retour tout de suite, ça va vous faire tout bizarre et ça c’est fondamental.

La petite parenthèse pour ceux qui sont arrivés cet après-midi, Céline, Marie-France et Marguerite, vous avez le poum, poum, poum à faire, c’est le seul truc qu’il faudra faire, alors soit vous le faites ce soir, soit vous vous reposez et demain, puisque les horaires c’est petit déjeuner huit heures et demie, dix heures moins le quart, on se réunit dans la salle de yoga là-bas à dix heures et on prendra un moment pour le refaire tout simplement, on n’est pas pressé, avant que j’entame la suite.

On va initialiser le fait de faire Agapè résonance, il y en a plein qui le font déjà Agapè résonance, simplement la grande nouveauté là, c’est que vous allez vous accueillir vous-même.

Ne commencez pas par vous, j’insiste commencez par quelques prénoms, si vous voulez les noter.

Si vous notez, notez prénom et nom de famille c’est plus sûr, je préfère nom, prénom au niveau prononciation que visualisation, d’accord, encore une fois parce que le verbe est présent et que vous allez émettre le son du nom et du prénom de la personne.

Je savais qu’on n’avait pas les noms de famille, mais moi je ne fais rien, je vous laisse œuvrer, moi je me repose ce soir.

Sœur : Les noms des personnes.

Sœur : Tu avais mis ça.

Non, non ça c’était pour Annie.

Dans une autre étape, soit à la fin de la semaine, soit d’ici un mois, je vous donnerai effectivement le geste qui va permettre de passer de Agapè résonance au Feu du Cœur Sacré systématiquement, pas encore.

Sœur : Il faut vraiment prononcer aussi les noms ?

Vous prononcez nom et prénom.

Oui encore une fois c’est le verbe, ce n’est pas la visualisation, vous prononcez à haute voix, après avoir dit Agapè, Agapè, Agapè, Phahame, Phahame, Phahame et vous êtes mis en position qui va agir, ne demandez rien pour la personne, d’accord, pas de demande de soin, rien du tout, tout simplement l’accueil de l’autre en Agapè et vous terminez par vous.

Frère : Après chaque nom puis, Agapè, Agapè, Agapè ?

Alors après, non, en général… J’attends que tout le monde m’écoute. En général vous ne répétez pas Agapè, Phahame à chaque fois, c’est à dire vous avez une liste, ou vous avez dans la tête, vous restez en posture, vous le répétez au début seulement c’est tout, après vous répétez les noms à votre rythme, nom, prénom, et vous allez voir ce qui se passe au fur et à mesure et vous terminez par vous.

C’est-à-dire que vous prononcez à haute voix votre nom et votre prénom, ok, simple.

Des questions par rapport à ça ?

Pour ce qui est du poum, poum, poum, c’est-à-dire le contact, le mouvement respiratoire ternaire au niveau du cerveau qui est maintenant hyper efficace on vous le montrera demain et on le fera demain. On reprendra d’ailleurs une petite demi-heure pour le refaire même nous, pour ressentir ce qui se passe, c’est quand même important.

Voilà ce que j’avais à dire.

Sœur : Tu… qu’il fallait les noms de famille également.

Oui je l’ai dit trois fois.

Je vous demande, alors les choses dont vous n’êtes pas au courant c’est les horaires de petit déjeuner demain matin, ça je vous l’ai dit, le repas on sera tous ensemble alors vous verrez.

Je vous rappelle que jeudi soir la propriétaire nous a proposé de nous envoyer des musiciens spéciaux, je ne sais pas ce que cela veut dire, pour assister à un concert, il y a des frais de participation de dix euros pour l’orchestre qui va venir, je ne sais pas combien ils sont, qu’on leur donnera directement.

Je vous rappelle aussi que samedi, en accord avec tout le monde puisque l’on profite que l’on est aux Canaries pour monter en autobus, les sœurs que vous avez vues tout à l’heure qui étaient avec nous à Malaga, qui sont de Ténérife, s’occupent de tout.

Le coût on verra, mais ça sera beaucoup moins cher que de louer quatre voitures, c’est-à-dire qu’elles vont louer un grand autobus, je ne peux pas vous dire combien ça va coûter et on va aller effectivement sur le seul truc majeur ici, c’est d’aller sur le volcan.

Sœur : Ça convient à tout le monde ?

Alors on ne montera pas jusqu’en haut, sauf pour les plus courageux, on partira le matin, on n’a pas décidé l’heure encore, elles nous diront ça.

Donc samedi on prend la journée, on part le matin mais je ne sais pas encore quelle heure pour aller là-bas. On va voir avec la cuisinière si on peut faire des paniers repas, emporter un petit truc, on verra bien pour manger ce n’est pas grave.

Sœur : On mange là-bas.

On mangera là-bas s’il y a quelque chose à manger.

Sœur : On peut peut-être inclure Martine dans les soins même si elle n’est pas là ?

Sœur : Martine, Martine, Martine.

Martine bien-sûr mais elle sera-là à dix heures, il n’y a pas de problème. Et aussi notre cher Abraham, Abraham qui est à l’hôpital.

Sœur : Abraham Lancry.

En plus lui qui avait disparu de Facebook depuis plusieurs jours il avait dit : « je rentre en silence ». J’ai filmé son sauvetage.

(Rire)

Mais c’est marrant, parce que tous les frères et sœurs qui le connaissent, se sont mis à faire Agapè pour lui et tout. Il est entre de bonnes mains.

Sœur : Il va venir, il va venir demain ?

J’espère, qu’est-ce que tu veux qu’il fasse, ces papiers sont-là, tout est là.

Moi je pense qu’ils l’ont gardé en observation, apparemment il a fait une chute quand-même, non ?

Sœur : Oui, oui.

Il est tombé quand-même, mais il était en sandales, alors bon.

Mais donc en plus comme c’est un grand cardiaque, ils l’ont gardé en observation, vaut mieux. En plus avec le Feu qu’on se tape depuis cet après-midi, le cœur va trinquer un peu, donc il sera sur place s’il y a un problème.

Sœur : On l’a même senti dans l’avion.

(Rire)

Donc ne vous inquiétez pas pour Abraham, Olivia tu transmettras à Jean-Luc son séchoir.

Il nous manque personne là du groupe, à part Martine et Abraham, tout le monde est là ?

Je ne sais plus combien on est ?

Sœur : Jean-Luc.  

Il y a Martine qui n’est pas là et celle qui n’est pas encore arrivée et qui arrive demain, donc on devait être dix-neuf moins trois, Abraham, Martine, dix-sept, vous êtes dix-sept là moins Jean-Luc qui n’est pas là.

Sœur : Dix-sept avec Martine.

Quatorze.

Sœur : Martine, Martine.

J’ai compté Martine, Abraham et Jean-Luc qui est dans la chambre.

Mais je n’ai pas le compte.

Sœur : C’est l’autre, quel autre, plus trois ça fait dix-sept.

Sœur : Dix-sept.

C’est dix-sept ou dix-neuf ?

Sœur : Dix-neuf.

Dix-neuf, j’en ai une qui arrive demain.

Voilà!

Entre temps ça vous laisse un petit moment de repos pour profiter.

Moi j’en profite aussi pour ceux qui ne m’ont pas réglé de faire le règlement ce soir pour que je sois tranquille pour les comptes, comme ça demain on ne parle plus de tout ça.

Sœur : Ce soir ?

Là avant de partir comme ça je suis tranquille.

Tout sera fait.

Sœur : C’est ce soir à onze heures, alors ?

Ce soir pour nous dix-heures, dix-heures, ce sera onze heures pour la France, ce sera onze heures pour le reste du monde et pour nous c’est dix heures, mais c’est la même heure.

On profite d’Agapè résonance réseau qui se fait sur la planète bien-sûr, parce que l’on est dans une matrice Christique totale et l’énergie passe encore mieux.

Moi les soins quand je fais des soins, les gens qui me demandent, j’appelle ça des soins mais ce n’est pas des soins, je profite de cette heure-là aussi, bien évidemment.

Avant je les faisais n’importe quand, mais maintenant je me suis aperçu que si je profite des moments où il y a de plus en plus de frères et sœurs qui sont en réception d’Agapè ou en Feu de Cœur Sacré, bien c’est beaucoup plus facile.

Je fais la même chose que vous, simplement de par ce qui est contenu dans mon inconscient en tant que thérapeute, ça passe bien évidemment sans que je le demande, avec des effets thérapeutiques et des miracles, mais ça bon vous le vivrez tout seul.

(Discussion dans la salle)

Alors les sœurs Livia et… Bon les deux sœurs que l’on a vues tout à l’heure nous ont prévenus, Martine nous a prévenus aussi, les énergies du volcan c’est quelque chose.

Moi j’ai déjà fait des volcans éteints dans la Garrotxa pas loin de chez nous il y a des volcans en Catalogne, qui ont pourtant, qui sont éteints, seulement depuis six-milles ans.

Ça n’a rien à voir avec ce qui se passe là.

J’ai été sur le Popocatépetl en bas, ça n’a rien à voir avec ce qu’il y a ici, j’ai jamais ressenti un truc pareil et encore on est à distance du volcan.

Donc les gens nous ont dit quand on va arriver là on ne pourra pas monter jusqu’en haut, on peut mais c’est à vos risques et périls parce que c’est très haut et passer du niveau de la mer d’un coup à trois mille mètres.

Sœurs : Trois mille huit cents dix-sept.

Bonjour les problèmes respiratoires, donc ce sera une ballade dans le parc où il y a le paysage lunaire, à un niveau où tout le monde peut marcher, où tout le monde peut voir même en restant dans le car, aucun souci, le car se garera donc on aura accès au paysage et on fera peut-être quelque chose là-bas, on verra.

Frère : N, E, Y.

Romney.

Vous avez la liste de tous les noms puisque Martine est partie avec.

Sœur : Ensuite Olivia, Olivia c’est comment ton nom de famille.

Olivia Basano

Sœur : Basano.

Jean-Luc, il porte un nom de Mébalia, il porte presqu’un nom de génie, Mabaliah il porte presqu’un nom d’un génie cabalistique. C’était lequel le génie de Mé…

Sœur : Avec un H.

Avec un H en plus à la fin, c’était Méhabia, Méhabiah, Méhabiah on n’est pas très loin, je ne suis même pas sûr qu’il y en ait pas un qui s’appelle comme ça, des génies ?

(Discussion dans la salle)

C’est incroyable Mébaliah.

(Discussion dans la salle)

Non, c’est Mébahiah, il n’y a pas de L mais un H effectivement.

La morale de l’ange Mébahiah.

Sœur : Et alors c’est ?

C’est le gardien du vingt-deux au vingt-six décembre, polarité féminine.

À quoi il sert cet ange gardien ? Bon c’est le passé, ça n’existe plus, mais c’est marrant.

Sœur : C’est un ange de Feu

C’est le cinquante-cinquième ange, c’est celui qui permet de mener une vie spirituelle, c’est un ange féminin, il symbolise tout particulièrement l’inspiration et la lucidité, il domine sur la morale en offrant beaucoup de discernement, c’est l’ange gardien du capricorne du vingt-deux au vingt-six décembre.

Marrant il y a juste une lettre de différence. Il s’appelle Mabaliah et là Mébahiah, c’est vraiment très très proche, avec le H à la fin et tout, c’est surprenant.

Ah, les couleurs là-bas, et là aussi ça commence à s’embraser.

Voilà ce que j’avais à dire ce soir, donc il est à peine neuf moins dix.

Sœur : Françoise […] Françoise, Céline, Abraham.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2019 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable