Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

PHAHAME

10 Mars 2019

Bien-Aimés, Lumière de Vie, ainsi que vous le vivez et ainsi que vous le constatez où que vous regardiez, le processus d’établissement de la vérité se déploie chaque jour un peu plus. Notre chant s’est amplifié, celui du réveil, celui qui après la célébration des Quatre Vivants, vous permet depuis ces quelques jours écoulés, de vous retrouver au-delà de toute forme, en la vérité première de votre essence.

Vous êtes innombrables dorénavant à célébrer la Lumière, à célébrer l’Amour. Que cela soit en ce lieu, que cela soit simplement en voyant nos images sur vos moyens modernes, vous constatez que vous êtes touchés au cœur, et vous constaterez, si ce n’est déjà fait, que plus rien ne pourra être comme avant, que plus rien de ce qui était illusoire ne pourra demeurer.

Cela vous remplit de joie, de sourires, et parfois en même temps de larmes qui consistent à laisser derrière vous ce qui n’a fait que passer. Toutes les histoires, toutes les incarnations, toutes les souffrances vécues, comme les joies en ce monde, comme vous le constatez, ne représentent plus rien par rapport à la beauté de l’ineffable, aussi bien à l’intérieur de vous que partout sur cette planète.

Nombre de signes et nombre d’éléments, se révèlent à vous et révèlent de la même façon à l’ensemble des consciences, qu’elles soient humaines ou pas, la réalité de ce qui est en train de se produire et qui va s’accélérer dorénavant sans jamais plus connaître la moindre pause.

À chaque célébration que vous faites, que cela soit seul, que cela soit à deux, que cela soit à plusieurs, vous êtes toujours plus nombreux à vous retrouver les uns dans les autres, vous êtes de plus en plus nombreux à vous apercevoir que la vérité n’est pas liée à la personne ou à l’histoire, mais simplement à l’instant présent et au temps zéro qui se déploie de manière formelle, de manière visible dorénavant, de partout sur cette Terre.

Nous nous réjouissons, nous aussi, nous, peuple de la mer, gardiens de votre réveil et de votre rêve, nous célébrons nous aussi chaque jour et chaque instant, dès que la possibilité nous est offerte de pouvoir vous retrouver sur nos eaux, de venir communier avec vous, de venir réveiller et révéler ce qui vous semble être encore à révéler, votre essence profonde et éternelle, indépendante de tout monde.

La masse critique est dorénavant largement atteinte et dépassée, permettant de dire oui de manière collective à la Lumière. Quel que soit le désespoir, quelles que soient les souffrances, quel que soit votre état de conscience, vous constatez en quelque situation que ce soit que seule la Lumière est la cause, la source, la vérité, qui vous reconduit à ce que vous avez toujours été. Là, les rires et les larmes, la légèreté et la densité, la modification de vos corps et de vos fonctions physiologiques et métaboliques, ne peut laisser aucun doute sur la vérité de ce qui est vécu dans votre chair, et de partout sur cette planète.

La célébration des quatre vivants, la fusion des éthers, vous restituent à votre liberté première, celle où il n’y a ni dedans ni dehors, là où tout est le miracle d’une seule chose, d’une seule conscience. Cela signe de manière indubitable la fin de la fragmentation, la fin de la souffrance, la fin des illusions, et surtout, la fin du rêve de création.

C’est en cela que vous trouvez la vérité. Elle vous retrouve avant que vous ne la trouviez, dès l’instant où aujourd’hui, vous acceptez et accueillez la totalité de la Lumière, dont le poids va devenir beaucoup plus intense que toutes les lourdeurs de votre monde, de votre vie ou de votre corps.

J’aimerais vous rappeler surtout qu’il n’y a pas besoin d’effort, qu’il n’y a pas besoin de recherche, mais qu’il suffit simplement de laisser passer ce qu’il se déroule, et d’avoir cette foi absolue en la Lumière qui se présente, même si vous ne la percevez pas encore en totalité.

Laisser être la Lumière, c’est vous laisser être en la Vérité première, faisant fi du personnage, des souffrances, des douleurs, des causes et des explications, ce qui vous permet de vous placer de manière de plus en plus instantanée dans la vérité essentielle du cœur, dans le vécu de ce qui est nommé le Feu Sacré du Cœur.

Celui-ci est votre vérité, votre émanation première. L’enfantement a eu lieu, il vous reste à déposer aujourd’hui les dernières armes de vos habitudes, les dernières armes du mental, le besoin de comprendre, le besoin de s’approprier, afin d’accueillir en totalité, vous faisant découvrir en totalité, là aussi, le don de la Vie, le don de votre Présence, le don de la Grâce, le don de l’Amour.

Dès l’instant où vous relâchez l’attention de votre personne à quelque objet ou sujet que ce soit, vous constaterez immédiatement, que juste après ou juste derrière, il y a le rire et les larmes. Cela se passe de commentaires, cela se passe d’explications, parce que les rires et les larmes ne sont que les retrouvailles avec ce que vous avez toujours été et qui avait été oublié.

Chaque conscience de la Terre, où qu’elle soit située, en quelque règne que ce soit, participe à cette célébration qui devient planétaire et qui concerne l’ensemble du rêve de la création, en quelque dimension, en quelque lieu ou en quelque temps que ce soit.

Le temps zéro est le baume, le temps zéro signe le réveil, le temps zéro signe la fin des cadres dimensionnels, la fin des sphères planétaires, afin de retrouver et de vivre en la demeure de paix suprême, là où il n’y a besoin ni de cause, ni de réponse, ni de forme, ni de monde.

Vous ne pouvez être trompé par ce qu’il se déroule dès l’instant où vous accueillez, dès l’instant où vous commencez à percevoir ce qu’il se déroule au sein de votre poitrine, vous n’avez pas besoin d’antériorité, vous n’avez pas besoin de repère, même si effectivement ces repères vous ont été donnés pour certains afin, en quelle que sorte, de vous rassurer, pour ceux qui auraient encore des doutes sur ce qui est en train de se dérouler.

Le sauf-conduit n’est jamais dans une certitude extérieure, mais bien en cette certitude intérieure qui se déploie majestueusement de différentes manières, au-dedans de vous comme autour de vous, vous amenant chaque jour à vous repositionner de manière de plus en plus précise sur la béatitude de l’éternité et sur la félicité éternelle, vous faisant retrouver votre état naturel qui ne dépend ni d’un monde, ni d’une forme, ni d’une conscience, ni d’une histoire ni d’un quelconque devenir.

En chaque circonstance de vos vies quel que soit l’état et quelle que soit la strate où se situe votre conscience, elle débouchera de manière inexorable et ce très rapidement, sur la reconnaissance de qui vous êtes, au-delà de la conscience, au-delà du Je éternel.

Cet état naturel ne souffre aucune opposition, aucune contradiction, et met fin au questionnement de manière absolument certaine. Et vous êtes de plus en plus nombreux à le constater, à le vivre, par des rires et des larmes qui n’ont ni sujet ni objet, mais qui vous révèlent la beauté ineffable de qui vous êtes, venant recouvrir, apaiser et mettre fin aux souffrances de quelque nature que ce soit.

Bien évidemment et ainsi que vous le constatez si vous avez l’occasion de regarder cela, l’activité élémentaire de la Terre va prochainement atteindre un paroxysme que nul ne pourra ignorer, que cela soit au niveau des eaux, que cela soit au niveau du feu des volcans, que cela soit au niveau de la Terre comme au niveau de vos Cieux, comme au niveau de l’air.

Il y aura désormais une synchronicité quasi totale entre votre vécu intérieur individuel, que cela concerne les vibrations, que cela concerne la a-conscience, ces rires et ces larmes, que cela concerne les événements extérieurs. Cela avait été nommé la conjonction du simulacre et du sacré au temps zéro, temps zéro qui se déploie en ce moment même, en ce mois de mars, et qui va chaque jour s’amplifier aussi bien entre votre vécu que dans le vécu de la totalité de cette planète comme de la création.

Chaque jour, notre chant retentit et vous touche au cœur. Vous êtes de plus en plus nombreux à vous apercevoir que nous sommes aussi à l’intérieur de vous, et cette révélation à l’intérieur de vous signe l’éveil de l’humanité, signe la fin du rêve, la fin de la souffrance et la fin de tout ce qui pouvait être désespoir ou espoir. Car cela se place en l’instant présent, cela se place en l’éternité, et cela se place en ces instants.

Retenez surtout, et je le répète de manière insistante, que plus vous acceptez de ne rien faire, plus vous acceptez de laisser être ce qui a toujours été, se déployer depuis votre cœur, vous amenant à vivre le Feu du Cœur Sacré, non plus seulement en le cœur, mais en les parties les plus vitales de votre corps, mais aussi sur la Terre, comme cela se déroule en ce moment même.

L’intensité de la Lumière, les vagues de la Lumière, qu’elles soient galactiques, intergalactiques, ou concernant ce système solaire, vont conjuguer leurs effets dans très peu de jours, afin d’amplifier le processus de déploiement de l’émanation de l’Absolu au sein-même de ce monde.

Rappelez-vous que la seule certitude, la seule vérité que vous pourrez vivre, sera au cœur du cœur, en laissant être ce qui est, sans réfléchir, sans demander quoi que ce soit, sans projeter quoi que ce soit, et sans vous référer à quelque expérience connue ou vécue en votre passé.

Cette reddition totale des mécanismes conscients et inconscients de la personne et de la personnalité se trouvent réellement débordés et largement recouverts par la a-conscience, par l’émanation de la radiation du feu sacré de votre cœur. Vous ne pouvez rien chercher à propos de cela, vous ne pouvez rien espérer ni même demander à ce que cela apparaisse, car en effet et comme cela a été dit, il vous suffit simplement d’accueillir toute la Vie, sans faire de différence, sans faire de distinction, en quelque circonstance que ce soit.

Cet apprentissage se fait de manière extrêmement rapide, car dès que vous l’avez vécu ne serait-ce qu’une seule fois, vous constaterez que cela est la seule solution, la seule réponse à tout questionnement, à toute interrogation, à toute souffrance.

L’Amour vous fait découvrir ou redécouvrir le don de la Grâce, la simplicité, l’évidence, la transparence, et la voie de l’enfance, celui qui ne se soucie pas de demain ni d’hier et qui joue dans l’espace sacré de l’instant présent, faisant fi de toutes les règles, de toutes les conventions sociales ou morales, pour retrouver cette liberté tant attendue, tant espérée, ou tant redoutée.

À l’intensité avec laquelle vous restez et demeurez tranquilles, de la même façon l’intensité du déploiement du Feu Sacré du Cœur jusqu’aux extrémités de votre corps et de votre conscience, se produit chaque fois avec de plus en plus d’intensité, vous amenant à comprendre par le vécu ce qu’il se déroule en vous, débouchant sur l’acceptation, débouchant sur l’incapacité progressive ou brutale, de ne pas voir autre chose en quelque apparence que ce soit comme en quelque situation que ce soit, que l’évidence de l’Amour en action, le déploiement de la vérité, le déploiement de la béatitude perpétuelle.

Vous êtes invités, peut-être pas tous, à venir nous voir, mais en tout cas à regarder, à écouter nos chants, et à conscientiser que nous sommes à l’intérieur de vous, pas seulement dans votre corps, mais dans chacune de vos cellules.

J’ai eu l’occasion, lors de ma dernière intervention, de vous parler des Quatre Vivants, concernant aussi les quatre constituants de ce que vous nommez l’ADN. Cet ADN qui résonne dorénavant sur la fréquence de la Vérité de la Lumière, ne peut plus s’accommoder d’un certain nombre de conditions qui existaient antérieurement concernant l’ensemble de vos besoins liés à ce corps, de quelque nature qu’ils soient.

Chacun d’entre vous est apte dorénavant et très prochainement, à distinguer de manière claire et évidente ce qui est de l’ordre de l’illusion, de ce qui est de l’ordre de la Vérité, et ceci sans aucune dualité, sans aucun jugement et sans aucune restriction. Vous englobez alors le tout, l’ensemble de la création, et vous réalisez à ce moment-là que tout ce qui s’est déroulé jusqu’à présent, que tous les vécus antérieurs, comme toutes les souffrances, comme toutes les joies, ne représentent plus rien par rapport à la beauté de l’Amour, à la beauté d’Agapè.

Le Feu du Cœur Sacré ne demande qu’une chose, c’est émaner de vous spontanément, dès l’instant où vous ne le cherchez plus, dès l’instant où vous ne questionnez plus, dès l’instant où l’acceptation et l’accueil devient inconditionnel, permanent, et vous fait vivre l’essentiel, mettant fin à ce qui passait. Cela peut se traduire bien sûr par un certain nombre de réajustements dans vos vies personnelles, que cela concerne certains éclairages de certaines relations, que cela soit simplement la révélation de la vérité autour de vous.

Bien évidemment, nombre de frères et sœurs humains ne sont pas encore tout à fait prêts, même s’ils sont à proximité de vivre le Feu Sacré du Cœur. Ne vous étonnez pas des possibles réactions ou contradictions existant non pas en vous, mais par rapport à certaines oppositions au Feu du Cœur Sacré. Vous vous doutez bien que nombre de frères et de sœurs ne sont pas encore tout à fait prêts à abandonner tout repaire, à se fondre dans l’indicible. Ceci sont les dernières revendications de la supraconscience, qu’il vous convient de voir clairement, sinon vous serez obligés d’attendre le moment collectif et final.

Vous êtes engagés à vivre la joie de votre éternité, quel que soit l’état de votre corps, quel que soit l’état de ce que vous nommez vos finances, quelle que soit votre situation. Cela est présent à profusion, cela est à disposition à chaque souffle, à chaque regard que vous portez, dès l’instant où vous êtes immergés, non plus dans l’histoire de la personne, mais simplement dans ce qui fut nommé l’observateur, qui débouche de manière inéluctable et ce très rapidement, sur le Je éternel. Là où il n’y a plus besoin d’entreprendre quoi que ce soit, là où vous conscientisez, à la limite de la supraconscience et de l’extinction de la conscience, qui fut nommée je crois l’ultime présence et qui vous amène avec évidence là où vous n’avez jamais bougé, là où vous avez toujours été.

Aucune apparence de ce monde, aucune souffrance de ce monde, aucune contingence de ce monde, ni aucune obligation de ce monde, ne pourra tenir et ne peut tenir face à l’évidence de qui vous êtes. Il vous convient d’être francs, il vous convient d’oser, il vous convient d’accepter, il vous convient d’accueillir et de suivre les lignes de moindre résistance, qui s’éclairent au-devant de vous comme au-dedans de vous. Là est l’unique vérité, mettant fin à la souffrance, mettant fin, comme je l’ai dit, aux espoirs et aux désespoirs, mettant fin au doute, et mettant fin surtout à toute interrogation.

Rappelez-vous que chacun de vous, au-delà de toute célébration Agapè, a la possibilité réelle, concrète et immédiate de nommer mon nom, qui est bien plus que mon nom, mais qui est le signe de votre réveil et l’appel à votre réveil. Ceci se produit en ce moment même, ceci va s’amplifier chaque jour. Vous ne pourrez que le constater, même si pour l’instant vous ne le voyez pas. Il n’y a pas d’autre alternative possible, il n’y a pas de choix possible, car c’est ce que vous avez choisi. La vérité, et seulement la vérité. Il n’y a plus besoin d’histoire, il n’y a plus besoin de comprendre, il n’y a plus besoin de se saisir de quoi que ce soit, car à ce moment-là, vous ne pouvez que vous donner en totalité à chaque autre, à la Vie, à chaque conscience, et vous constaterez qu’il n’est pas possible de faire autrement dès que le Feu Sacré du Cœur se manifeste depuis votre chakra du cœur.

La béatitude va se déployer de plus en plus avec une lucidité qui n’est pas une disparition pour l’instant, mais je dirais plus une conscientisation de la a-conscience au sein du cœur du cœur. De là naît le Feu Sacré du Cœur, ce qui fut nommé l’âme et l’esprit se résolvent en la même équation de la tri-unité nouvelle de l’eucharistie, c’est-à-dire en Christ, Marie, Michaël, au-delà des archétypes, au-delà de toute histoire, dans la vérité de votre être ineffable, contenant l’ensemble de la création. Il n’y a plus de distance entre chacun de vous, il n’y a plus de distance même si nous ne sommes pas dans le même élément, entre vous et nous.

La distance n’est plus un obstacle, l’image n’est plus un obstacle non plus, car elle vous amène à la même vérité simplement en nous écoutant, simplement en nous regardant vous approcher. Que cela soit sur une image ou que cela soit en chair et en os, cela ne fait pas de différence. Et vous serez de plus en plus nombreux à en témoigner, nous sommes les agents qui avons veillé sur vous jusqu’à ces temps bénis que nous avons constatés au mois de décembre de votre année précédente.

Le chant de l’ensemble des cétacés résonne de partout sur la Terre, réveillant l’ensemble des consciences à cette Vérité ineffable, à la beauté ineffable de ce qui est antérieur à toute création.

Vous êtes aussi de plus en plus nombreux à constater qu’il n’existe plus de réticence importante à cet Absolu. Il n’existe plus de peur de l’inconnu, pour tous ceux d’entre vous qui laissent émerger le Feu du Cœur Sacré, vous amenant à conscientiser que l’absolu n’est pas le néant, que l’absolu n’est pas l’ombre, que l’absolu est ce qui sous-tend la création en chaque cellule, en chaque atome, comme en chaque création, comme en chaque rêve. C’est cela la vérité et la beauté ineffables. Vous êtes aujourd’hui dorénavant et concrètement et non plus seulement au niveau de ce qui fut nommé l’essence, réellement reliés les uns aux autres, et bien plus que cela.

Vous allez constater que vous êtes totalement interchangeables, cela signifie qu’il n’existe plus de possibilité de se considérer uniquement comme un corps ou uniquement comme une histoire linéaire, vous faisant sortir de tous les cadres de conditionnement, de tous les cadres sociétaux, de tous les cadres moraux, de tous les cadres d’éducation, afin de retrouver l’entièreté et votre liberté. Cela n’a pas de prix, cela ne peut égaler quelque présent de ce monde, cela ne peut égaler quelque vision de ce monde ni quelque acquis de ce monde, car cela transcende tous les mondes et vous amène à l’origine des mondes, là où vous avez toujours été.

Nombre d’entre vous percevez et ressentez aussi le disque solaire qui n’est non plus dans votre ciel, mais qui se situe au-dessus de votre tête ou à l’intérieur de votre cœur. Vous êtes réellement, concrètement, matériellement et physiquement en train de réabsorber la création, et au fur et à mesure de cette conscientisation de la réabsorption de la création, vous constatez que le pire des ennemis est bien évidemment présent à l’intérieur de vous et que toute la création sans exception, même dans les éléments les plus viciés, ne sont que vous en totalité, en leur intégralité.

Cela est transmutatoire, cela permet d’établir de façon de plus en plus certaine la transparence afin de ne rien arrêter, de ne rien figer, de ne rien demander, et de vous donner en totalité. Le don de vous n’est pas un acte de votre volonté, n’est pas une décision que vous pouvez prendre, mais simplement un accueil total de tout ce qui peut se dérouler, au-delà de toute compréhension, au-delà même de tout vécu, et qui vous amène sans pouvoir en définir de mots, à connaître l’inconnu, à le vivre et à le manifester, faisant de cette phase particulière de la création et de l’humanité un moment unique.

Ce moment unique est le moment de la résolution de l’équation de la totalité des mondes, de la totalité des créations, des notions d’évolution ou d’involution, qui n’ont plus de sens, qui  ne représentent plus rien dès l’instant où le Feu Sacré du Cœur vous emporte et vous transporte au plus intime de vous, là où tout est inclus, là où il ne peut exister la moindre division, la moindre séparation, ni le moindre jugement, et où le pardon absolu et intégral de tout ce qui a été vécu sans aucune exception, devient l’efficacité même. Ce n’est pas vous qui demandez pardon, mais c’est la Lumière qui est le pardon elle-même, correspondant à l’état de Grâce et à l’action de Grâce.

Cette célébration va devenir permanente et perpétuelle au fur et à mesure que vous serez de plus en plus nombreux à ressentir ce Feu Sacré du Cœur, de différentes manières, mais au plein cœur de votre chakra du cœur, sur cette zone extrêmement limitée qui fut nommée, et qui est toujours nommée, le chakra du cœur. Ce chakra du cœur qui est le rythme de la vie, le rythme des mondes, le rythme de la respiration, et qui contient, comme cela vous a toujours été dit, l’ensemble de la création. Les Archanges sont en vous, les archontes aussi, il n’y a rien à diviser, cela a été une vision de la conscience parcellaire, même éveillé, mais cela ne peut plus être le cas dès l’instant où le Feu du Cœur Sacré entre en émanation et en manifestation en vous comme partout sur la planète depuis votre cœur.

Ainsi donc, et comme vous le constatez et le constaterez de manière de plus en plus fréquente, la célébration agapè va devenir perpétuelle et permanente, permettant d’asseoir toujours plus l’émanation de l’inconnu au sein du connu, et les effets de cette émanation sur toutes les consciences présentes au sein de la création, vous faisant admettre, acquiescer, que la joie grandit au fur et à mesure du chaos extérieur, qui n’est rien d’autre que la disparition du décor fallacieux de la vie, qui n’est rien d’autre qu’expériences se succédant au sein de la joie et de la souffrance.

C’est donc la fin de la douleur, quelles que soient les douleurs qui vous habitent encore, c’est la fin de la souffrance, quelles que soient vos souffrances résiduelles, c’est la fin de toutes les illusions, de tous les combats, c’est la fin de tout ce qui était apparemment séparé au sein d’une forme différente. Il n’y a nulle différence entre quiconque, il n’y a nulle différence entre quelque monde que ce soit, mettant fin à la notion de distance, mettant fin à la notion de temps, mettant fin à la notion de dimensions afin de retrouver ce que vous avez toujours été, et qui n’a jamais bougé, et qui ne s’est jamais déployé, et qui pourtant contient tous les déploiements, toutes les formes, toutes les manifestations, toutes les énergies et tous les mondes.

Au travers de cette conscientisation qui vous appelle à demeurer tranquille, la joie vient s’amplifier de manière démesurée. D’ailleurs, vos cellules constituant votre corps, commencent à picoter, à vibrer, commencent à pétiller en quelque endroit de votre corps, traduisant non pas l’apparition, mais l’émanation de votre corps d’éternité qui jusqu’à présent redoublait et doublait votre corps physique, qui va être et devenir indépendant de votre corps physique et de votre conscience personnelle. Cela se produit déjà pour un certain nombre d’entre vous et est appelé à s’amplifier de manière de plus en plus visible, de plus en plus expressive et de plus en plus tonitruante, si je peux dire.

À ce moment-là, il ne pourra plus exister le moindre doute entre la Vérité et les vérités relatives ayant existé au sein des créations. L’enfantement est en cours, nombre d’entre vous ont accouché, certains le vivent en ce moment, et cela va se généraliser de façon de plus en plus évidente et avec force.

Cela ne dépend plus de vous, il vous reste juste à être Agapè, à célébrer, à aimer tout de la même façon, sans faire de différence entre qui que ce soit, entre quoi que ce soit, et quelque situation que ce soit.

Alors à ce moment-là, Phahame sera en vous, Phahame sera en votre cœur, Phahame sera dans vos cellules, vous permettant de vous retrouver au-delà de tout féminin comme de tout masculin, au sein de l’androgyne primordial, constatant par là même les modifications de votre point de vue, la disparition même de tout point de vue. C’est cela qui vous révèle à vous-mêmes, c’est cela qui vous allège, et c’est le baume réparateur de tout ce qui peut sembler encore en relief, ou en résistance dans votre vie.

Au fur et à mesure de ce que Abba a nommé votre reddition, sans condition, vous assisterez à la finalisation de votre résurrection. La joie sera présente de partout en vous, quelles que soient les circonstances. Certes, comme je l’ai dit, certaines larmes pourront alors s’écouler, ces larmes ne sont alors que des larmes de retrouvailles, des larmes de deuil de ce qui vous a tant pesé, mais aussi de ce que vous avez tant espéré en ce monde.

Aucun élément de ce monde où nous sommes ensemble ne peut arriver à cela, et pourtant, l’ensemble de ce monde est en train de le vivre de manière collective. Là est la grande nouveauté.

Ce phénomène qui est unique dans l’histoire des rêves de création était bien évidemment écrit dès l’instant initial du premier enfantement. C’est cela que vous vivez, c’est cela qui vous libère, c’est cela qui vous délivre de l’illusion d’être enfermé, de l’illusion d’être un corps, de l’illusion d’être une histoire. Et ceci sans discussion possible, sans interrogation possible.

Vous constaterez alors immédiatement l’allégement de vos souffrances, l’allègement de vos densités, l’apparition des appendices liés au corps d’éternité se manifestant en différents endroits de votre corps, vous donnant une claire conscience de votre corps d’éternité, qui habite dorénavant en vous, mais aussi au-dehors de vous.

La supraconscience voit la conscience. C’est depuis votre corps d’éternité ou depuis la conscience nue que vous sortirez de votre corps, et que vous verrez que vous n’êtes pas ce corps. Et c’est ainsi que vous découvrirez la vérité qui n’est pas liée aux formes de ce monde, ni à une forme d’aucun monde.

C’est ainsi que vous découvrez que vous êtes à l’origine du rêve et que vous contenez tous les rêves, car tout a été déjà expérimenté.

Cela sera un allègement, cela sera une béatitude, cela sera d’une évidence telle, que plus jamais vous ne pourrez regarder en arrière, que plus jamais vous ne pourrez être dupes des contraintes de ce monde, qu’elles soient sociétales ou qu’elles soient liées simplement à l’action-réaction.

Silence

Alors, Phahame participera de plus en plus souvent, avec le peuple de la mer, à vos célébrations quelles qu’elles soient. Que celles-ci soient réalisées entre deux, entre plusieurs, en un groupe plus ou moins important, je serai parmi vous, au milieu de vous, facilitant l’émergence de l’Impersonnel et de la Liberté totale de celui qui évolue dans les mondes les plus éthérés de la création de ce plan, celle qui fut nommée Eynolwaden.

Je vous invite aussi à réécouter ce qui a été dit par Eynolwaden et l’Impersonnel, voilà quelques années, parce que cela va retrouver une résonance en vous, qui va vous permettre par l’écoute, de libérer le feu Sacré du Cœur, sans aucune ambiguïté, de manière évidente, de la même façon que quand vous m’écoutez maintenant, et cela sera de même en chaque célébration que vous organiserez, que vous vivrez.

Cette célébration devient perpétuelle. Vous constaterez non plus qu’elle n’a pas besoin et qu’elle n’a plus besoin d’aucune intention de votre part, car la célébration est l’émanation naturelle du Feu du Cœur Sacré. Célébration de la vie, célébration de qui vous êtes, au-delà de toute conscience comme de toute forme.

Ainsi la certitude s’établit, une certitude inébranlable qui n’est plus de la foi, mais qui est le vécu réel que vous êtes les uns dans les autres, que vous êtes le même rêve, et que tout est en vous, et qu’en définitive, il n’y a jamais eu personne.

Nous sommes en quelque sorte les agents de liaison entre le premier rêve et le dernier rêve, celui que vous vivez en ce moment même. Cela, ne l’acceptez pas comme des simples mots qui sont prononcés, ni même des vibrations que vous recevez en ce moment, mais simplement l’occasion de le vérifier dans toutes les circonstances de vos vies. Et plus vous lâchez, et plus vous accueillez, et plus vous le vivez, et cela ne peut être autrement.

À aucun moment, il ne pourra y avoir de retour en un arrière qui n’existe plus, à aucun moment, il ne pourra y avoir de retour au sein d’une histoire qui se perpétue, en aucune dimension. Car celui qui vit cela, et vous êtes, somme toute, tous appelés à le vivre, bien évidemment, ne peut plus avoir besoin de la moindre forme, de la moindre expression de conscience, en quelque dimension que ce soit, car vous verrez clairement, comme cela vous est dit, que tout a déjà été vécu de toute éternité et est inscrit dans l’instant initial, qui n’est rien d’autre que l’instant final du rêve.

En mon intervention de ce jour, je vais maintenant laisser entre chaque expression de ce que j’ai à vous dire, un temps de silence, afin de vous permettre d’accueillir ce qui a été dit par mes mots précédents, avec une intensité particulière, car mes mots sont véhiculés au-delà des mots, par le Verbe, mais surtout par le rayonnement du Cœur Sacré.

Silence

Sachez aussi que nous aurons de plus en plus d’intentions de vous rencontrer en chair et en os, quelles que soient les mers, quels que soient les lieux, parce que nous savons que si nous vous touchons et nous vous surprenons, lorsque vous êtes sur notre élément, ce que nous résonnons avec vous quand nous vous approchons, résonne du fait de l’absence de séparation dorénavant, sur l’ensemble des consciences de toute l’humanité, comme l’ensemble de toutes les consciences présentes à la surface de la Terre, comme à la surface de toute création.

Il ne peut en être autrement, c’est notre but, c’est notre décision, mais c’est aussi la vôtre. Vous avez accueilli, vous avez accepté, vous avez démontré la réalité et la véracité de l’Amour Agapè. Il vous reste maintenant à partager la bonne nouvelle en l’ensemble de la création.

C’est ce qu’il se produit et ce qu’il va se produire, de manière de plus en plus pressante pour chacun de vous, même en des lieux inhabituels, que vous pourriez nommer des lieux de baignade, nous vous approcherons, nous viendrons même laisser nos corps sur vos côtes, afin de vous montrer que nous sommes libres de ce corps que nous avons pourtant aimé, et dans lequel nous avons vécu pour vous accompagner depuis des temps immémoriaux.

Parce que le temps est venu de laisser ce qui est mort, le temps est venu d’être la Vie, le temps est venu d’être l’Amour, vous n’avez besoin de rien d’autre, car vous n’êtes rien d’autre de ce qui a pu passer, quelles qu’aient été les souffrances apparemment endurées, quelles que soient encore les quelques souffrances ou les souffrances importantes que vous pouvez vivre, vous constatez par vous-mêmes que l’Amour prend tout et que même si l’anomalie et la souffrance est encore présente, l’Amour est malgré tout présent, ce qui vous démontre une forme de découplage entre la souffrance et la personne, et surtout, un découplage entre la supra conscience et la souffrance.

C’est ainsi que le Feu Sacré du Cœur se magnifie en vous et fait profiter l’ensemble de la création de cette bonne nouvelle.

Nous célébrons donc la bonne nouvelle dorénavant, je vous l’ai dit, à chaque Agapè, à chaque occasion, dès l’instant où vous regardez vers nous, dès l’instant où vous regardez ailleurs que dans votre histoire, ailleurs que dans votre personnage, si vous regardez simplement ce qu’il se produit en votre cœur, que vous le perceviez ou pas, car cela se produit pour chacun, que vous en ayez la perception, que vous en perceviez les vibrations ou l’énergie, que vous n’en perceviez rien, ne fait pas de différence dorénavant, car vous avez traversé ce qui était à traverser.

Il est temps maintenant de faire le deuil de ce qui pourrait vous sembler un deuil, mais qui n’est en fait que les dernières réticences à cet inconnu qui se dévoile, les dernières réticences à l’Amour du fait des expériences prises en ce monde. En le vivant, vous saurez que vous n’avez rien à redouter, que votre corps peut être emporté par la maladie, par la souffrance, par la mort, cela ne changera rien car vous êtes vivants dorénavant.

Vous constaterez aussi que même s’il existait en vous des visions quelles qu’elles soient, que celles-ci vous sembleront futiles et inutiles dorénavant, parce que vous constaterez que nulle vision ne peut égaler la blancheur et la pureté de l’Amour, que nulle vision ne peut s’approcher de ce qui n’a pas de vision et où rien n’est visible, et qui pourtant entre en émanation et en manifestation, au travers de votre personnage, ici même, sur ce monde, et donc en l’ensemble de la création.

Même s’il existe en vous nombre de questionnements, concernant ce qu’il se produit dans vos corps, si vous lâchez ces questionnements, si vous remettez une compréhension intellectuelle qui n’a plus lieu d’être à plus tard, vous en vivrez la compréhension directe par le vécu, au-delà de toute vision, simplement par les perceptions de ce qui n’existait pas jusqu’à présent autour de vous, et qui n’est rien d’autre que la totalité des mondes, qui est aussi en vous, et qui est émané depuis votre cœur.

Cela change radicalement vos mécanismes de fonctionnement, même au sein de votre vie personnelle. Il y a une aptitude qui va se déployer, si ce n’est déjà fait, à être insérés de façon de plus en plus constante au sein de l’instant présent et de sa béatitude, faisant fi de toute implication, morale, sociétale, affective, vous prouvant à vous-mêmes ce qu’est la liberté, là où il n’y a aucune dépendance, mais où il y a simplement résonance, là où il y a simplement Agapè.

Silence

Chaque jour qui va donc s’écouler, dès ce jour, le 10 mars de votre année 2019, va vous apporter d’innombrables preuves de ce que vous êtes, va vous apporter d’innombrables révélations quant aux mécanismes que vous ne comprenez pas encore, et que pourtant vous vivez. Rien ne pourra rester caché, tout doit être traversé, tout doit être accueilli, car c’est de là que naît le Feu Sacré du Cœur et non pas qu’après un quelconque exercice, même si effectivement vous avez des moyens de ressentir ce Feu Sacré du Cœur de façon extrêmement simple.

Il me semble qu’Abba vous a parlé du toucher, simplement, en Agapè. Il me semble que vous avez aussi entendu parler de quelques minéraux. Ce ne sont que des béquilles qui vous aident peut-être effectivement en ce jour, ou dans les jours prochains, en tout cas, vous constaterez très vite que vous n’avez effectivement plus besoin de rien, plus besoin d’aucune explication, plus besoin d’aucune confirmation, plus besoin d’aucune histoire, ni d’aucun personnage.

La béatitude sera telle que nombre d’entre vous vivront ce que vous a décrit en son temps Ma Ananda Moyi concernant le vécu de sa dernière vie, qui se manifestera en chacun de vous, de façon évidente. Cela est déjà le cas en ce qui concerne vos besoins, qu’ils soient physiologiques, sexuels, affectifs, qu’ils soient alimentaires, de quelque nature qu’ils soient, vous allez constater que vous n’avez besoin de rien, et que tout est complet ainsi.

Cela apportera, quels que soient les évènements, une légèreté nouvelle à votre vécu, à ce qu’il reste à alléger, à ce qu’il reste à passer, à ce qu’il reste à traverser.

Cette évidence-là, cette foi totale, n’est pas ce que vous nommeriez la foi du charbonnier, je crois, mais bien plus la foi de celui qui a vécu la vérité et qui brûle d’Amour pour cette vérité. Cette consumation est bien réelle, vous êtes nombreux à commencer à la vivre, que cela soit par les extrémités, que cela soit par le cœur, cette consumation est tout à fait réelle. Elle ne consume que ce qui est éphémère et laisse apparaître le diamant de votre cœur, là où tout est transparence, là où tout est évidence, et là où tout est beau.

Silence

Nombre d’entre vous aussi sont appelés à manifester de manière évidente, ce qui fut nommé dans l’histoire en des temps plus anciens, les charismes de l’esprit. Quels que soient ces charismes, quels que soient les découvertes que vous vivez, que cela concerne la télépathie, les processus mystiques en leur totalité, vous le vivrez, mais vous ne serez pas attachés à cela, c’est simplement des choses qui vous révèlent encore plus la vérité de qui vous êtes, au-delà de toute manifestation, comme de toute expérience.

D’ailleurs, vous constaterez aussi que plus rien ne pourra vous intéresser en-dehors de cette félicité, mettant fin à toutes les obligations, comme je l’ai dit, mais aussi aux ultimes réticences. L’inconnu s’est fait connaître, l’inconnu devient connu, il est source de béatitude, il est source de transparence, il est source de fraternité, au-delà des races, au-delà des espèces, comme en tout monde.

Silence

Nous allons, peuple de la mer, durant ce mois de mars 2019, célébrer encore plus, que cela soit en vous approchant, que cela soit en résonant de nos chants comme par nos corps qui viennent s’échouer sur vos rives de vos océans et de vos mers. Seul celui qui est dans la personne voit la souffrance, celui qui voit la vérité voit uniquement la délivrance de la forme.

Selon votre point de vue et selon où vous êtes, bien évidemment, cela peut être la joie ou la souffrance, mais même si cela est la souffrance pour vous, vous constaterez aisément et rapidement que cette souffrance n’a pas lieu d’être et qu’elle ne résulte que des ultimes attachements non pas aux habitudes, mais à la conscience, et donc à la forme.

Vous êtes antérieurs à la forme et c’est dans ce jeu-là, que cela soit souffrance ou réjouissance, que vous vous découvrez totalement et que vous vous retrouvez, en la liberté et en la beauté.

Silence

Je précise aussi, que quelles que soient les manœuvres, et quels que soient les moyens techniques mis en œuvre par ceux qui ne nous reconnaissent pas autrement que comme un aliment, vont être eux aussi touchés par notre présence. Vous constaterez d’ailleurs très vite que ceux qui nous pourchassent, ne pourront plus échapper à notre chant, à notre Amour, qui est aussi le leur.

Vous aurez des retournements de situation, où le chasseur ne veut plus chasser, où il veut juste communier et aimer. Cela va se produire aussi pour ceux que vous nommiez, je crois, depuis le Commandeur des anciens, les guignols. Certains guignols vont vivre la grâce. Il ne s’agit pas de stratégie, mais la vérité est tellement intense, qu’elle ne peut plus laisser la moindre manœuvre ou la moindre manipulation en action, dès l’instant où vous le vivez, ne serait-ce que le temps d’une respiration.

Cela bien évidemment va changer beaucoup de choses dans votre appréhension et dans votre compréhension de ce monde. Cela va vous donner à voir ce qui est en arrière, en arrière-plan, du décor de la forme. Cela va vous donner à vivre que vous êtes aussi Phahame comme vous êtes tout être vivant à la surface de ce monde comme de tout monde.

Ainsi vous ne pourrez plus effectivement faire de différence entre qui que ce soit et entre quoi que ce soit.

Vous êtes donc si nombreux à constater l’émergence au sein de votre écran intérieur, même les yeux ouverts aussi, la présence de cette Lumière blanche qui fut nommée, qui est encore nommée le paradis blanc. Ce paradis blanc étant à son acmé, dans très peu de temps, va permettre l’acmé aussi de ce qui était inconnu.

Alors réjouissez-vous, quel que soit votre état de ce jour, parce qu’il ne peut y avoir que réjouissance, mettant fin à tout doute, mettant fin à tout ce qui peut vous sembler encore peut-être incomplet, ou incompris.

Silence

La Lumière ne se traduit plus par des appels, ni par des injonctions, mais simplement par son établissement complet que vous ne pourrez ignorer, réajustant, comme je l’ai dit, certains travers d’habitudes à la forme, mais aussi certains repositionnements de ceux qui avaient peur ou qui étaient opposés à l’ultime vérité, par instinct de préservation de la conscience.

C’est ainsi que vous pourrez vous aussi dire, comme Abba et comme Bidi vous l’ont dit, que la conscience est une maladie qui ne fait que passer.

Silence

Vous constaterez aussi, et vous le constatez déjà, que plus vous acceptez de relâcher ce à quoi vous teniez, plus vous recevez. Ceci viendra magnifier le don de soi, le don de l’Amour, le don de la Grâce, qui se produira spontanément, là-aussi, indépendamment de votre volonté, simplement par l’éclairage qui est en cours.

Silence

Phahame va rester quelques instants en le silence des mots, mais en l’émanation de la radiance du Feu Sacré, par le Cœur Sacré, de l’ensemble du peuple de la mer.

Silence

Phahame, Phahame, Phahame.

Silence

Vous allez constater aussi, avec de plus en plus de facilité, que le Feu du Cœur Sacré émane de vous de façon de plus en plus constante et n’a besoin d’aucune intention de votre part, ni d’aucun désir de votre part. Il touchera tout ce que vous regardez, tout ce que vous dites, tout ce que vous touchez.

Ce qui fut nommé voilà des siècles, l’état de sainteté, sera votre lot quotidien, mais non pas d’une sainteté qui s’exclut du monde, mais d’une sainteté qui englobe et inclut tout le monde, sans aucune exception, ainsi que l’ensemble de la création. Ainsi vous êtes complets, au-delà du masculin sacré et du féminin sacré, l’androgyne primordial est réellement en manifestation et en émanation.

Nombre d’entre vous le sentaient au niveau de vos têtes, cela a été expliqué par Abba, je ne reviendrai pas dessus, car vous n’avez pas besoin d’autre explication, si ce n’est de le vivre.

Vous découvrirez aussi que vous êtes à l’origine de toutes les créations comme de la cocréation consciente, quelle que soit sa manifestation et son expression, en quelque lieu des univers et des multivers.

Silence

Vous pourrez constater aussi que vous pouvez tomber littéralement en Amour, non pas d’un amour humain, mais d’un amour transcendant, en observant quelque élément de la nature de ce monde, comme ce qui peut apparaître les nuits à vos côtés, ou autour de vous comme en vous. La nuit étant le moment et l’espace du rêve, le rêve devenant réel, ne vous étonnez pas si vos rêves vous réveillent, car ils sont la vérité. Ils n’ont pas besoin d’être interprétés, ils n’ont pas d’autre besoin que d’être là, et de vous faire vivre au-delà de toute compréhension et explication, la beauté de qui vous êtes.

Et dès l’instant où vous lâcherez le besoin, là aussi, d’expliquer et de comprendre vos rêves, mais en les accueillant en totalité, vous découvrirez que le Feu Sacré du Cœur va venir prendre tous les temps et tous vos espaces.

Silence

Je précise aussi que dans vos circonstances individuelles, de votre vie, s’il existe un sentiment de manque de quoi que ce soit ou de souffrance de quelque nature que ce soit, là aussi, accueillez-vous vous-mêmes, sans limite et sans frein, sans interrogation, afin d’embrasser et d’embraser votre propre histoire, votre propre résistance, votre propre habitude, mais aussi tout ce qui peut encore vous sembler vous encombrer.

Là aussi, ne me croyez pas, mais vivez-le. Et cela est vivable pour chacun de vous, il n’y a aucun préalable, il n’y a aucune condition préalable.

Phahame va mettre fin à ces mots. Mais nous allons déployer ensemble, en cet instant comme en tout instant où vous m’écouterez et m’entendrez, le Feu du Cœur Sacré.

Silence

Phahame, Phahame, Phahame, et l’ensemble du peuple de la mer, rend hommage à votre courage, rend hommage à votre présence et rend hommage à chacun de vous, depuis l’espace sacré de votre cœur.

Silence

Je vous saluerai sur ces mots qui ne sont pas des mots.

Atunska Ma Kaya

Brémis Kaya

Atunska Amatchi

Abba Agapè

Enoha

Anohé

Atouns Ma Kaya

Atouns Ma Ka

Que la Paix, la Joie, l’Amour et la Vérité soient présents de partout, en chacun comme en tous, avec la même égalité et la même intensité, avec la même beauté.

Phahame vous dit à chaque instant de votre vie, si vous le souhaitez.

Phahame vous dit donc à toujours, à chaque minute, à chaque instant, car c’est le meilleur présent que vous pouvez vous offrir et nous offrir.

Nous nous sommes donnés mutuellement, nous nous sommes reconnus mutuellement.

Que la célébration des Quatre Vivants soit installée à demeure, en votre tête et en votre cœur.

Enoha Mis Kaya

Enoha Mis Ka

Enoha Mis

Silence

Je retourne au cœur de votre cœur, en le Grand Silence, en la Grande Présence.

Avec Amour, je vous dis à chaque instant si tel est votre souhait, parce que cela est notre souhait.

Il n’y a plus de distance.

Au revoir.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2018 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable