Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

Entretiens avec Jean-Luc Ayoun
Webinaire AGAPÈ (Lead Yourself)
Partie 8

13 octobre 2020

– Jean-Luc Ayoun :
– Évolution, involution, le mythe. 

– Inconnu, inattendu, l’ultime souvenir.

Bien. Bon, rebonjour à tout le monde.

Donc nous allons continuer à avancer sur ce que j’ai pu vous dire ce matin. Nous avons survolé la notion de mémoire, de mensonge, pour parler enfin de cette notion d’évolution, d’involution.

Dans la phase involutive dans laquelle nous sommes, involutive signifiant simplement, non seulement bien sûr l’absence de communication avec le réel, mais l’involution est surtout vue dans ce que nous nommons des phénomènes de fin de cycle, comme il s’en est produit de nombreux sur la Terre.

Dans les dernières strates de cette phase dite involutive, et étant inscrits dans la dualité, effectivement, que ce soit Bernard de Montréal, OMA, Peter Deunov et tant d’autres ont parlé d’un évènement et globalement d’un changement de paradigme. Voilà.

Et, bien sûr, avant 1984, il n’y avait aucune possibilité de maintenir la conscience à la jonction de l’Être et du Non Être. C’est pour cela que tous les mystiques, du vingtième siècle essentiellement, ont parlé soit d’une nouvelle terre, soit d’un nouveau cycle. Ils entr’apercevaient l’Absolu, sans toutefois pouvoir le vivre, et c’était voulu.

Ça n’a rien à voir avec les archontes, mais ça fait partie du processus même de la révélation et du réveil, parce qu’avant que le mot fin soit écrit, dans toute l’histoire, le mot fin ne peut apparaître que quand les tenants et les aboutissants du film …

Traductrice : Oui, c’est une expression, mais en portugais je ne vois pas trop … l’équivalent.

Les tenants et les aboutissements … les causes. C’est la révélation de l’énigme, comme dans tous les films, comme dans toutes les pièces de théâtre, et la révélation et le Vécu du Réel, qui nous met donc en État Naturel, en Agapè, ne peut pas imaginer un quelconque nouveau cycle.

Soyons logiques. Si nous sommes parfaits de toute éternité, si nous sommes à la fois la pure Lumière et à l’origine du scenario du film, il n’y a aucune raison objective d’un quelconque autre cycle. Dès l’instant où vous vivez le Réel, il ne sert à rien de projeter la conscience dans quoi que ce soit.

C’est à ce moment qu’on comprend, en le vivant, qu’absolument tous les cycles font partie du mythe ou du rêve de la création. Mais quand vous vivez l’État Naturel, vous ne pouvez plus vous projeter dans un quelconque temps, puisqu’il n’y a plus de temps.

Comme je l’ai dit, nous sommes l’espace, nous sommes l’éther, et même ce que nous avons nommé depuis deux ans le face à face n’est en fait que la résolution de ce que Bernard de Montréal par exemple appelait le double, mais nous sommes aussi ce double. Et quand le double fusionne, le corps de Lumière fusionne avec les corps physique et subtils, il n’y a plus aucune possibilité d’être trompés par un quelconque cycle, par une quelconque évolution.

Encore une fois, ce qu’ont pu exprimer ces êtres du vingtième siècle, leur était voilé pour arriver à aujourd’hui. Il y a toujours dans le scenario d’un film, d’une pièce de théâtre, un développement de l’histoire et une conclusion. La conclusion de celui qui est Agapè : Nous ne pouvons plus rêver ! Nous sommes dans le Réel, au sein même de cet éphémère.

A partir de là, celui qui aujourd’hui, avec les circonstances que nous vivons au niveau du monde, c’est impossible d’imaginer la moindre projection de la conscience dans une forme.

Si vous regardez du côté plutôt des femmes, et en particulier parmi les Étoiles, que ce soit Thérèse, Gemma, Marie ou même Hildegarde, Ma Ananda de son vivant disait exactement la même chose. Mais à l’époque, on ne pouvait que la vénérer ou l’adorer, parce qu’à part pour ces quelques grands êtres, Bidi et Ma Ananda, il était impossible de le vivre. Donc on ne pouvait que les vénérer en tant que modèles, en tant que promesses.

Nous ne sommes plus dans le temps des modèles et des promesses, nous sommes dans le temps du Réel, le temps de l’authenticité, et il est impossible de mentir par rapport à la Vérité. On peut mentir au sein du personnage pour le personnage comme tout être humain. Par exemple, on ne veut pas parler à quelqu’un, on ne répond pas au téléphone, c’est un mensonge. Mais par rapport au Réel, il est impossible de tricher, ce qui fait quand même une grande différence.

Et quand demain je vous dresserai un tableau psychologique, énergétique et comportemental de l’état Agapè, vous comprendrez aisément à ce moment-là, quelle est votre place et quelle est l’illusion de la distance ou du temps qu’il peut vous sembler rester pour le vivre. C’est tout.

Alors, il faut savoir que tout être humain, je vous l’ai dit déjà à plusieurs reprises, le sentiment d’être un individu apparaît à trois, quatre ans. Entre zéro et quatre ans, s’actualisent en nous toutes les mémoires ancestrales, familiales, astrologiques et aussi de la programmation même de votre cerveau reptilien, là au milieu de la tête, qui va engrammer selon l’expérience initiale, et vous allez passer, tous nous passons par un certain nombre de confrontations du fait même de notre naissance.

Dans les méta modèles de régulation du vivant, que je m’engage à vous faire parvenir via Cristina après le webinaire, vous aurez le moyen de fixer cette connaissance des mécanismes intimes d’élaboration de la personnalité.

En effet, entre zéro et quatre ans, vous allez rencontrer un certain nombre de fonctions qu’on appelle archétypielles, et que personnellement j’ai nommé dans mes systèmes, les empreintes comportementales.

Alors ces empreintes comportementales, elles sont systématiques et constantes, elles peuvent être fonctionnelles ou dysfonctionnelles. Ce sont les petits diables dont je parlais, et que vous pouvez retrouver d’ores et déjà parfaitement décrits dans la brochure « Cristaux et Être » qui est en accès libre aussi bien sur le site les Transformations ou Apothéose.live.

Alors quels sont ces principaux archétypes ?

Je vous les donne dans l’ordre logique de leur apparition. La première chose, la première blessure, c’est comment vous vivez votre descente dans la matière avant de naître. On sait que le fœtus enregistre les émotions de la mère, les émotions de l’environnement et, dans certaines circonstances, l’âme et l’esprit du fœtus ont peur de ce qu’ils ressentent, et à ce moment-là vous avez la blessure d’incarnation la plus grave que nous nommons le refus d’incarnation, qui correspond à un tableau très précis que je n’ai pas le temps de développer maintenant.

La deuxième blessure la plus importante qui peut advenir dans cet archétype, c’est le moment où vous rencontrez le premier abandon, comment vous vivez votre premier abandon. Ça, ça survient dans les premières semaines après la naissance, il suffit simplement que le bébé ressente une faim qui ne soit pas contentée rapidement, pour entraîner un syndrome d’abandon.

En troisième, c’est l’empreinte de la mère. De façon à peu près simultanée, le bébé entend la voix du père et l’empreinte du père est extrêmement importante. Tout cela a été parfaitement décrit bien avant moi par un courant très particulier de la psychologie, qui est le seul à être validé par les neurosciences, qu’on appelle les thérapies cognitives, qui ont été découvertes par un grand psychologue américain qui s’appelle Aaron Beck, et ensuite exploitées par un autre psychiatre qui s’appelle Jeffrey Young, pas le Jung qu’on connaît.

Et la façon dont nous vivons la première rencontre avec les énergies de la forme en tant que bébé, va engrammer tous vos comportements, à l’insu de votre plein gré et à l’insu de votre conscience.

Après papa et maman, nous allons rencontrer la notion de dualité et la relation à deux, non plus avec papa et maman, mais bien l’autre, que l’autre soit son nounours, une peluche, ou que l’autre soit un petit frère ou une petite sœur.

Juste après, une fois que le sentiment d’individualité apparaît, intervient ce qu’on appelle l’empreinte du nid. Dans ce nid, je prends conscience qu’il y a moi, je commence à percevoir mon décor de façon de plus en plus nette. C’est dans ce nid que je suis nourri par papa et maman, et que je m’aperçois réellement qu’il y a d’autres individus. C’est le lieu, le nid, de la chaleur, du foyer, c’est sensé être le lieu où on se sent bien. Et vous vous doutez bien que la façon dont vous prenez conscience de ça, est soit en harmonie, soit pose problème. Ça s’appelle une empreinte du foyer.

Nous avons vu au tout début, le premier abandon qui est la première empreinte à apparaître. Vers quatre, cinq ans, apparaît la notion de perte, la notion de deuil, on sort du foyer, on affronte d’autres individus qui ne sont ni le frère, ni la sœur, ni la famille, mais qui est lié à la scolarisation et à la socialisation.

A ce moment-là, on prend conscience qu’il n’y pas seulement que le nid, mais il y a tout le reste. Si durant cette période de conscientisation vous vivez un abandon réel ou supposé, vous allez engrammer dans les comportements de l’âge adulte, la peur de l’abandon. Et face à un problème, nous n’avons toujours que trois solutions : la fuite, la lutte et le déni. C’est toujours comme ça.

Alors il y a d’autres empreintes bien sûr, mais celles-ci sont les plus fondamentales. Rappelez-vous que c’est inscrit dans le cerveau reptilien, c’est en liaison avec la cognition, avec le conscient, et le problème de ce disque dur, c’est un système d’exploitation dont vous ne connaissez rien.

Quand vous utilisez un logiciel, un traitement de textes, il y a en amont, en arrière si vous préférez, il y a un système d’exploitation et toute utilisation du logiciel est soumise au système d’exploitation. Les thérapies cognitives nous disent – et c’est la vérité – qu’on ne peut pas changer le disque dur. Les neurosciences nous le montrent, on ne peut rien effacer, on ne peut que surajouter un programme par-dessus, ce que nous nommerions un patch ou un correctif.

Traductrice : Une coupure, je n’ai pas entendu.

Je disais ce que nous nommons …

Traductrice : … on peut rajouter par-dessus …

Non je suis en train de le répéter, attends. Ce qu’on appelle en informatique un patch ou un correctif, mais le noyau dur du système d’exploitation, il est présent depuis votre programmation, entre zéro et quatre ans, et jusqu’à votre dernier souffle.

Donc on ne peut pas éliminer une anomalie de programmation. Il suffit d’apporter un correctif qui va se superposer. C’est pareil dans tous les systèmes d’exploitation informatiques, et la conscience fonctionne comme ça. D’ailleurs ce qui se passe dans le domaine de la technologie, vous voyez bien où on en est, on vous parle de plus en plus d’intelligence artificielle, régie par des algorithmes, mais l’intelligence artificielle est un autre programme, de contrôle.

Nous ne sommes plus dans la voie de recherche de ce qu’on appelle les ordinateurs quantiques. Un ordinateur quantique n’est pas basé sur un système binaire, zéro/un, mais zéro/un et zéro et un. Il y a trois possibilités, pas deux. Ça a été remplacé par des algorithmes qui eux appartiennent à la dualité. La machine est bien plus forte que l’humain pour gérer le mécanique, la technique est beaucoup plus puissante que l’homme pour l’interprétation des signaux électromagnétiques.

Vous serez surpris si je vous disais qu’une émotion n’est en définitive qu’une fréquence. Je l’ai déjà évoqué en neurosciences, en vous disant que le cerveau communiquait avec le corps, par les zones latérales du cou, par un système de fieldback, de régulation si vous voulez, mais pour les émotions c’est la même chose.

Les fréquences des émotions sont directement liées aux mêmes fréquences que la régulation des organes du corps, entre quarante huit kilohertz et sept cents kilohertz. La peur est une fréquence, la sympathie est une fréquence.

Alors nous, humains, nous les identifions, pas seulement par la vibration ou la fréquence sensible, énergétique, mais il existe une aptitude psychologique qui est quasi constante chez l’humain, qui est ce qu’on appelle – alors là je vais te l’épeler, parce que c’est compliqué – la dyssémie. C’est tout simplement l’aptitude innée à la reconnaissance des signaux non verbaux. Ce n’est pas de l’énergétique.

Un chercheur américain dont j’ai déjà donné le nom, Eckmann, a démontré que les émotions ne sont pas spécifiques d’une culture ou d’une éducation, mais sont absolument identiques chez tous les humains. Les émotions se marquent avant tout, avant toute expression, par la mise en mouvement des muscles du visage, et quand vous regardez un visage, à un niveau infra conscient, vous n’avez pas besoin des mots de l’autre.

Je vais vous donner un exemple, la surprise, la joie, la colère, ce sont toujours les mêmes groupes musculaires qui rentrent en action de façon automatique au niveau du visage. C’est la même chose chez un russe, chez un indien ou chez un papou de Nouvelle Guinée. Ce sont toujours les mêmes groupes musculaires qui vont dévoiler nos émotions avant même que nous l’exprimions, et tout être humain a la même aptitude.

Les émotions sont générées par le cerveau, donc avec une fréquence précise, mais une machine sera toujours plus forte pour analyser les fréquences. Nous avons tous une signature électromagnétique fréquentielle, là je vous ai pris l’exemple pour nous du visage, des émotions sur le visage, mais depuis bien longtemps … Ça fait d’ailleurs partie des systèmes que j’avais mis au point il y a fort longtemps pour l’armée française avec des capteurs biologiques, reliés à des technologies assez complexes, et quand vous aviez un individu qui passait dans les dix mètres autour du capteur biologique, la machine enregistrait un signal.

Et la reconnaissance émotionnelle d’une machine est d’ores et déjà parfaitement au point. Il y a plus de trente ans, nous avions mis au point donc ces capteurs biologiques, à base d’antennes de papillons, reliées à une ampoule d’eau ultra pure, et qui permettait de détecter aux alentours, jusqu’à dix mètres, un terroriste par le stress qu’il générait.

Ce qui veut dire qu’aujourd’hui, trente ans après, les élites n’ont pas besoin ni de caméra, ni de reconnaissance faciale, ni de vaccin, ni de 5G. Chaque être humain est porteur d’une fréquence électromagnétique, avec ce qu’on appelle des harmoniques, qui est spécifique de chaque être vivant.

De la même façon que le cristal de roche a une fréquence de quarante huit kilohertz. Les capteurs aujourd’hui sont beaucoup plus développés qu’il y a trente ans … (coupure) … la planète, sans avoir besoin d’objets connectés ou de reconnaissances faciales, d’empreintes digitales ou même d’une quelconque identité numérique.

Tout ça finalement pour vous montrer que tout ce qui est en train de nous être vendu comme technologie, c’est le côté émergé de l’iceberg.

Nous savons pertinemment que nous émettons un spectre électromagnétique, que nous avons des variations à l’intérieur de ce spectre immuable qui traduisent à la fois notre état émotionnel, notre état mental et notre état comportemental.

Je vous assure que c’est parfaitement au point. Il y a quinze ans, j’ai travaillé à Milan, la ville de Milan, sur des systèmes de reconnaissances vocales. Déjà à cette époque avait été installé à Milan … par exemple pour rentrer dans les banques, il n’y avait pas de caméra, on vous demandait simplement de décliner votre nom et votre identité, et c’était une analyse de votre spectre vocal enregistré par la banque, qui vous donnait l’accès ou pas.

Donc cette reconnaissance électromagnétique puisque la voie est une fréquence, c’est extrêmement pointu pour une machine, vous ne pouvez pas lui cacher votre spectre de fréquences. Ce qui veut dire que tout ce qu’on nous vend à l’heure actuelle, la reconnaissance faciale, l’identité numérique, le passeport numérique, sont une supercherie totale.

Cette signature électromagnétique change en une seule circonstance, c’est dans l’état Agapè.

De la même façon qu’on voit les auras pour un médium, l’aura éthérique, l’aura astrale, l’aura mentale, pour un médium il existe à l’arrière du sommet de la tête une bande colorée, qui va grosso modo du septième chakra au sommet du crâne jusqu’au creux de la nuque, l’étoile OD comme on l’a appelée. Vous avez sur cette bande au niveau physique, qui se projette donc sur le tronc cérébral et le cervelet essentiellement, et les lobes occipitaux…

(Traductrice … perdue … JLA répète)

Alors, je reprends. Vous avez sur cette bande au niveau physique, entre le sommet du crâne, septième chakra, vingtième point du vaisseau gouverneur, jusqu’au creux de la nuque, vous avez l’étoile OD, le point d’acupuncture seizième point du vaisseau gouverneur…

Traductrice : Je ne sais pas comment on traduit ça …

On appelle … Mais peu importe, je ne vais pas développer parce que en chinois aussi ça a des implications, mais peu importe. Cette bande colorée que voit le médium montre la couleur de l’âme, réellement.

Dans le processus de réveil, l’âme est dissoute et on voit parfaitement pour un médium que la bande colorée qui était derrière la tête devient blanche. Il y a trois types d’âmes sur Terre, en fonction de leurs actions sur la matière : les âmes rouges, c’est à peu près quatre vingt pour cent des humains, les âmes bleues, elles sont à peu près cinq pour cent, et les âmes vertes pour les quinze pour cent restants.

Quand vous êtes réveillés, la couleur est blanche. Quand vous êtes soumis à l’illusion Luciférienne, qu’on appelle le Soi, à ce moment-là la bande colorée est jaune. C’est le piège de l’ego.

De la même façon que nous voyons ces couleurs, la technologie est tout à fait capable d’enregistrer, elle, la fréquence, avec son spectre fréquentiel, ses harmoniques.

On peut le faire avec la voix et c’est bien plus fiable que la reconnaissance faciale. C’est aussi fiable que les empreintes digitales, et tout ce qu’on est en train de nous vendre à l’heure actuelle, n’a rien à voir avec une identité numérique. C’est simplement la suppression…. Allo ?

Traductrice : Oui, je t’entends.

(Rires)

Ah, je croyais, comme je ne te voyais plus bouger, je pensais que c’était coupé…

Traductrice : C’est simplement la suppression, tu as dit … ?

La quoi ? Simplement la suppression… Attends, j’ai perdu le fil, dès que je sors du fil qui arrive, comme ce n’est pas moi qui pense, mais ça arrive tout seul …

Traductrice : Des bandes fréquentielles …

Oui, voilà. Tout ce qu’on vous vend là c’est uniquement pour vous contrôler – ce n’est pas pour vous identifier -, et pour supprimer directement dans l’ADN, la possibilité d’un ADN multidimensionnel.

L’ascension et le réveil ne peuvent se faire que dans le corps, en étant incarné ici sur Terre, et nulle part ailleurs. Nous sommes à la fois le premier rêve et le dernier rêve.

La race bleue, la sixième race racine comme on dit, dont ont parlé aussi bien les maîtres ascensionnés illusoires que Bernard de Montréal, ils ne pouvaient pas voir, comprendre et vivre que la fin de ce cycle est la fin de tout ce qui est cyclique, ce que j’appelle fin du mythe de la création, fin du mensonge.

Le problème du mensonge n’est pas de dire que ceci est vrai ou ceci est faux, parce qu’au sein d’un mensonge, rien n’est vrai et rien n’est faux, puisque tout est irréel. Donc la fin du mensonge, c’est la fin de la distance, c’est la fin des temps, du temps de cette Terre comme de tous les temps, et l’installation dans la Vérité, comme Ma Ananda Moyi le disait, comme Bidi l’a exprimé et comme tous les autres grands Êtres en ont eu la prescience quelque part.

La seule façon de vivre que tout ceci est un mensonge, c’est déjà d’être totalement présent dans sa propre vie, dans son propre rêve, dans son propre mensonge, c’est-à-dire d’être pleinement humain, et de laisser être ce qui est.

Je sais que ça peut paraître dur à entendre en ce moment, à l’heure où plein de frères et sœurs, même en phase de réveil mais pas réveillés complètement, entretiennent d’une certaine façon le mensonge, en voulant s’opposer, en voulant combattre, ce qui n’est pas la même chose que Éclairer la scène de théâtre.

L’éclairage du mensonge ne sera jamais de combattre le mensonge puisqu’il n’y a rien de réel. Vivez le Réel et vous constaterez réellement que toute la création est un mensonge. Ce n’est qu’un mythe, ce ne sont que des histoires qui ont été secrétées par la conscience, pour créer l’illusion d’une distance et d’une séparation, l’illusion d’une forme, l’illusion d’innombrables formes, afin d’expérimenter ce qui a été appelé l’involution ou la descente dans la matière.

Il y a eu un oubli, nous avons décidé collectivement de nous oublier nous-mêmes pour laisser libre cours à la Vie, et à son expansion infinie. Dès qu’il y a expansion, il y a entropie, et cette entropie conduit au chaos, et c’est au travers du chaos que nous pouvons nous réveiller.

Quand le rêve est agréable, il n’y a aucune raison de sortir du rêve. Vous ne pouvez pas me croire, vous ne devez surtout pas me croire, mais si vous suivez l’échafaudage, la construction que je suis en train de vous donner, vous aboutirez facilement à l’État Naturel dont je développerai les aspects « cliniques » dès demain.

Il nous reste une heure, donc je propose maintenant que nous commencions à interagir avec Cristina et les questions.

Traductrice pour Cristina : Merci, nous avons beaucoup de questions. Je voudrais demander à tous les participants …

Si vous parlez toutes les deux en même temps (Cristina et la traductrice), on n’entend pas.

Traductrice : Je vais demander aux participants qu’ils soient le plus synthétique possible, nous avons beaucoup de témoignages très longs. Ils sont très beaux, j’ai eu l’opportunité de les lire, et je propose de les envoyer par mail …

Et de les publier sur la page de Lead Yourself.

Traductrice : Voilà. Je propose de les envoyer par mail et de les publier sur la page de Lead Yourself.

Mais tu peux nous en lire un.

Traductrice : Oui, elle va en lire quelques uns, mais les plus longs, elle va les envoyer.

D’accord.

Traductrice : On va commencer par une question.

Traductrice : Il y a quelqu’un qui demande si Marie est un mythe.

Oui, tous les archétypes sont des mythes. Il n’y a pas plus de Marie que d’archontes que d’archanges. Je ne nie pas le rôle historique, je ne nie pas leurs présences, parce que j’ai la particularité de me souvenir en tant que personne de toutes mes vies passées, sur cette Terre comme ailleurs, dans toutes les dimensions.

Bien sûr, c’est la Mère de l’Humanité, c’est la créatrice du rêve, elle a été présente sur Terre, mais c’est aussi un mythe. Tout ce que nous nommons les dieux, tous ceux qui ont laissé une marque au-delà de leur chemin personnel, par l’adhésion de groupes de personnes, ont été déviés, falsifiés. Tant que vous n’avez pas accès à ce qui est au-delà du monde de la mort, ce qu’on appelle le Grand Ciel, vous ne pouvez pas l’accepter, vous ne pouvez pas le comprendre.

Le diable aussi est un mythe, Dieu est un mythe, il n’y a que Vous.

Je vous ai pourtant dit que j’ai voyagé dans plein de dimensions, au début en 2010, avec Mikael sous ses ailes. Ensuite en 2018, tout seul comme un grand. Mais tout ceci, ce sont des mondes illusoires, secrétés par la conscience, par nous-mêmes. Ce que je dis là est intolérable pour le Soi qui n’est rien d’autre que de l’orgueil spirituel. Le Réel n’a pas besoin de spiritualité. Le Réel n’a pas besoin de maître. Le Réel n’a besoin ni de monde, ni de forme.

Sans rentrer dans les détails, ça nous emmènerait trop loin, il existe autour du système solaire, enfin il existait plutôt (Rire) une barrière infranchissable que nous nommons, ici sur Terre, la Ceinture de Van Allen, qui était un miroir de plasma qui altérait et falsifiait toute l’énergie des grands êtres qui se sont incarnés sur Terre, afin que tous ces grands archétypes passés soient déviés lors de la communication avec l’humain, aussi bien au niveau des religions que des courants spirituels.

Je ne développerai pas plus car ça nous emmènerait trop loin, on va plutôt laisser poser les questions.

Traductrice : Nous avons maintenant une question, peut-être la première question qui est arrivée à ce webinaire. Ça n’a pas beaucoup à voir avec ce que tu as dit jusqu’à maintenant avec le satsang.

Ce n’est pas grave.

Traductrice : Mais je crois que ça rentre dedans quand même. Pourquoi beaucoup de choses sont en train d’arriver en Europe, aux États-Unis, en France, au Québec? Et en Amérique du Sud, on ne voit rien de tout ça. L’exemple c’est que Nibiru est vu à ces endroits-là, et en Bolivie on ne voit rien ?

C’est normal. C’est normal pour le moment, Nibiru est visible selon certaines latitudes, selon les lieux sur la Terre, à certains horaires. Rappelez-vous que Nibiru a un plan orbital différent des planètes du système solaire et croise l’orbite terrestre, donc parcourt une courbe orbitale tous les trois mille six cents ans. Mais le croisement du plan orbital de la Terre par Nibiru qui se produit tous les 3.600 ans, une fois tous les 25.920 ans (vingt cinq mille neuf cent vingt ans), il y a un alignement Soleil/Terre/Nibiru et centre galactique que nous appelons Sagitarius A.

Toutes les images de Nibiru, qui étaient déjà disponibles sur les réseaux sociaux depuis 2010, n’étaient que des images fantômes. Et bien évidemment, très souvent des fakes, des fausses, qui étaient simplement ce qu’on appelle des «lance flair» … .Mais là, ce que nous voyons sur les télescopes héliosphèriques, et à certains moments dans le ciel et à certains endroits seulement, ce n’est pas seulement Nibiru ni ses lunes, ce sont des étoiles mortes et c’est un Trou Noir.

Tout ça est rentré dans notre système solaire avec des effets très importants déjà au niveau de la croûte terrestre. Mais saisissez bien que la visibilité par tout le monde ne pourra se faire que quand l’instant de conjoncture Nibiru, ses lunes et les étoiles mortes qui l’accompagnent, traverseront le plan orbital, entre aujourd’hui et au plus tard fin janvier, pas d’après moi, mais d’après les astrophysiciens. Je peux d’ailleurs vous proposer une expérience très simple que beaucoup de frères et sœurs ont faite déjà.

En tant qu’individu, nous n’avons pas besoin de voir Nibiru. Rentrez au-dedans de vous. Après avoir simplement pensé à ce mot «Nibiru» et vous allez ressentir la Joie de Nibiru. Alors que l’effet visuel collectif, ça sera plutôt du genre de l’effroi, ce qu’on appelle la peur archétypielle de la mort. D’ailleurs ça a été appelé à Sumer «l’étoile de la mort», Marduk. Mais il n’y a pas que Marduk, sans compter bien sûr, le flash galactique et le flash solaire, l’arrivée sur Terre de rayonnements gammas, c’est-à-dire le Paradis Blanc.

Il y a une question qui est posée en direct, là sur le chat, que j’ai branché. Elle me semble importante.

La question est : Pour passer à travers toutes les pensées, émotions et souffrances, comment y arriver, entrer dans notre cœur, faire le vide mental ?

Mais vous ne pourrez jamais faire le vide mental. Ce n’est pas vous qui passez au travers. C’est tout ça qui passe au travers de vous. Vous avez simplement à ne pas les arrêter. Il n’est pas question de réfuter la souffrance ou les émotions ou les pensées. Il est question de les observer, d’être dans la neutralité. Et à ce moment-là, vous verrez clair. Si vous voulez vous opposer à vos pensées, à vos émotions et à vos souffrances, vous allez les renforcer. Je l’ai expliqué longuement, c’est le syndrome de la plainte qui est validé en imagerie cérébrale.

C’est l’erreur de toutes les psychologies du vingtième siècle. On pense tous, à tort, que quand vous avez quelque chose : une émotion, une souffrance, peu importe, on a tous tendance par la dualité de ce monde, et c’est logique, à vouloir traiter, à vouloir expliquer, à vouloir traverser. Aucune volonté de ce genre ne vous permettra d’y arriver. Bien pire encore, quand vous allez vous saisir de quelque chose, quand vous allez l’analyser et quand vous le comprenez, vous allez avoir l’impression d’être guéri parce que la souffrance en cause, l’émotion ou la pensée en cause ne sont plus dans votre conscient.

Et je l’ai expliqué, dix ans à vingt ans après, vous allez cristalliser une maladie organique. Il n’y a pas de solution au sein de la personne parce que tant que la question est posée ainsi, ça ne prouve qu’une seule chose : c’est que vous vous considérez encore comme une personne qui a des problèmes. Le problème, ce ne sont pas les problèmes ! Le seul problème c’est vous, tant que vous vous croyez une personne qui devrait solutionner ceci ou cela. Je vais prendre un exemple fort simple et Dieu sait que j’ai été, enfin Dieu sait, disons que j’ai été un adepte assidu de la réincarnation, de l’énergétique.

À l’époque, je pouvais expliquer n’importe quelle pathologie par rapport à la symbolique du corps, par rapport au karma, par rapport à des émotions ou des pensées. Bien sûr qu’il y a une relation. Tout le symbolisme du corps humain est réel dans l’illusion, mais ce n’est pas le Réel. Bien sûr que tout le symbolisme, par exemple pour ceux qui connaissent Annick de Souzenelle, qui a écrit voilà presque quarante ans maintenant, un livre extraordinaire : «De L’Arbre de Vie au Schéma Corporel», qui fait les liens avec la mythologie, le symbolisme et la forme même des organes du corps. Cette liaison est réelle dans l’illusion, mais elle n’a aucune existence dans l’Absolu.

Toute la difficulté réside ici. Ce n’est pas seulement du lâcher prise. Anaël en 2009 a insisté énormément sur l’Abandon à la Lumière, qui n’est rien d’autre que l’Abandon au Réel, l’Abandon à l’Intelligence. C’est ça le sacrifice de la personne. Ce n’est pas se flageller, se fouetter ou se faire souffrir. C’est laisser être ce qui est, parce que dès que vous mettez le doigt dans l’engrenage de vouloir dépasser pensée, émotion ou souffrance, vous êtes piégés. Entendez bien ce que je dis !

Si j’ai mal au crâne, je mets d’abord un bonnet d’aluminium. Si le mal de tête persiste, c’est que ce ne sont pas les radiations cosmiques, et à ce moment-là je prends un doliprane (aspirine) ou je mets un cristal sur la tête. Mais je ne me pose pas la question de comment ou pourquoi. J’accepte ce qui est, qu’il y a quelque chose qui me dérange, d’envisager une sédation physique ou énergétique. Mais, je ne mêle plus jamais à ça une quelconque causalité ou un quelconque trouble psychologique. Donc, il y a une attitude d’esprit, une attitude de la conscience qui permet l’acceptation et aussi la transcendance.

Quand vous comprenez comment ça marche en le vivant, vous ne pourrez plus jamais l’oublier. Agapè met fin à toute quête, à toute recherche de cause, à tout besoin de s’opposer, de lutter. Mais je développerai tout ça demain de façon peut-être plus nette. Comme disait Bidi : « Ce n’est pas la personne qui est libérée. C’est vous qui êtes libéré de la personne.»

Cristina, je te redonne la parole peut-être.

Traductrice : Bonjour. La plupart des gens éveillés parlent de la cinquième dimension, la nouvelle Terre, le Grille Planète, le Flash ou nous rendre invisible en troisième dimension. Je ne sais plus quoi penser. Ce n’est rien ou c’est une continuité dans une autre dimension? Je suis perdu et beaucoup de fois en panique.

Comment?

Traductrice : Je suis perdu et beaucoup de fois en panique.

Plus vous serez perdus, …

Traductrice : Je n’ai plus de travail. Je n’ai plus de salaire. Je me sens au bout, mais au bout de quoi ? C’est long ou c’est une grande illusion ? Merci.

Le chaos, la perte de repères devient de plus en plus collective. Vous pourrez de moins en moins participer ou nourrir le mensonge. C’est fait exprès par l’Intelligence de la Lumière ! Chacun a un scénario spécifique et différent qui nous conduit tous au même scénario final. Et si la Vie vous impose, si l’Intelligence de la Lumière vous impose cela, s’il-vous-plaît, n’allez pas chercher quel est votre karma ou quelle est votre erreur ! C’est l’opportunité que vous vous êtes offerte vous-même pour être libre!  Et plus tu seras perdu et plus tu te retrouveras. C’est inéluctable et imparable.

Mais ne vous faites pas d’illusion, le chaos ne peut que grandir. Ça va s’amplifier de façon de plus en plus exponentielle, entre aujourd’hui et la fin de l’année. À quel moment vous lâchez vos prétentions en ce monde, même les plus vitales, manger, payer son loyer, gagner sa vie ? À un moment donné, qui appartient à chacun en propre, vous serez dans un désarroi total par rapport à ce monde et par rapport à votre vie. Et plus ce sera le chaos dans votre vie, et plus ce sera le chaos dans la société, plus vous acceptez de lâcher, plus vous serez en Joie ! Il ne faut pas confondre l’éveil et le Réveil. C’est bien plus qu’une initiation. C’est accéder au Réel et être le Réel.

Tout ce à quoi nous tenons nous tient. En premier lieu la société des hommes, en premier lieu les besoins vitaux qui ne sont plus satisfaits. Et c’est à ce moment-là, quand vous êtes au plus profond du trou, au plus profond de l’illusion, que vous pouvez vous retrouver, pas avant. Tant que vous êtes dans le confort, dans la sécurité et dans la certitude dans ce monde, aucun espace de Liberté ne peut vous être ouvert. Il faut que, quelle que soient les circonstances, vous compreniez une fois pour toute, qu’il n’y a rien à comprendre dans ce rêve.

Bien sûr, vous pouvez avoir d’innombrables connaissances pour expliquer ce monde, pour expliquer les lois de ce monde, pour voir le mensonge et ce n’est pas pour ça que vous êtes dans le Réel. La preuve, vous avez aujourd’hui beaucoup de frères et de sœurs qui sont dans des chemins dits spirituels, dans des écoles même dites spirituelles. Alors, je sais qu’en ce moment c’est à la mode les séries de nombres, le reiki et tant d’autres choses, mais, il n’y a aucun Réel là-dedans. Ce sont des choses qui sont appliquées à ce monde. Et ce qui est appliqué à ce monde ne vous permettra jamais de vivre le Réel.

Vous pouvez vivre l’illusion luciférienne : «Ouah, je suis dans la lumière !» – «Je suis un guerrier de lumière !». C’est du cinéma. Vous n’avez pas besoin d’énergie. Vous n’avez pas besoin aujourd’hui de tous ces artifices. Soyez authentiquement vous-mêmes, lucides sur ce rêve, c’est la seule réalité que nous connaissons et tout se passera bien. Au fur et à mesure où vous lâchez, toutes vos prétentions que ce soit la prétention à avoir un travail, à avoir un mari, une femme, un logement, vous vous apercevrez que tout cela vous sera donné, mais tant que vous y tenez, vous allez les perdre.

C’est la seule façon de sortir du rêve, c’est que le rêve devienne le cauchemar absolu, qui est en train de s’installer sur terre comme dans le ciel. Je répète, ce n’est pas que Nibiru qui arrive. C’est tout un système solaire, plus des étoiles mortes, plus un trou noir. Regardez simplement ce qui se passe de manière objective pour ceux qui sont curieux, sur des données qui sont accessibles à tout le monde sur Internet.

Regardez les séismes, regardez les volcans, regardez les roches spatiales qui arrivent sur terre ou autour de le terre. Je vous signale quand même que toutes les planètes du système solaire extérieur ont déjà basculé leurs pôles physiques. Le réchauffement climatique, c’est le réchauffement de tout le système solaire. Pauvres humains que nous sommes, nous n’y sommes pour rien. Tout ça ce sont des stratégies de manipulation.

Le seul état véritable, l’État Naturel est la Joie, qui ne dépend de rien, qui n’est affectée durablement par rien. Bien sûr la personne est encore là jusqu’à la fin des jours. La personne a le droit de réagir, mais nous ne sommes pas dupes. Tout ce à quoi vous tenez vous tient sans aucune exception.

Cristina.

Cristina : Ah, oui.

Traductrice : Bernard de Montréal dit : C’est pour ça que celui qui est mort est totalement prisonnier de la mémoire, même s’il a beaucoup évolué dans les ères passées. Parce que ce qu’il a appris sera toujours conditionné par la mémoire et pas par l’intelligence universelle avec laquelle il n’a pas, il n’arrive pas à avoir de lien total.

Traductrice : La question est : Quand tu canalises des gens qui sont morts, OMA, Bidi ou autres, s’ils ne sont pas en inclusion dans leur vie, ce que tu canalises vient de leur mémoire ou de ce qu’ils ont vécu sur Terre ?

Ni l’un ni l’autre.

En ce qui concerne les Anciens, les Étoiles, qui ont tous été incarnés sur terre, Omraam avait parfaitement expliqué qu’au moment de leur transition, ils ont été emmenés dans un espace protégé qui était le niveau le plus haut de l’astral, dans une espèce de vaisseau de Lumière, mais bien évidemment qu’ils sont encore dans le monde de la mort. Seul Bidi, que je n’ai jamais canalisé, mais qui est simplement en ultra temporalité avec moi.

Je peux revivre à chaque minute n’importe quel moment de la vie de Bidi en phénomène de «Walk-in», tel que je l’ai vécu avec Ramatan, mais indépendamment de toute notion temporelle. Le temps n’existe pas, donc la personne qui pose cette question est dans l’analyse mentale des textes de Bernard de Montréal, mais je répète à tout le monde, ce n’est pas parce que vous comprenez des textes que vous le vivez. Si vous le vivez, il ne peut plus y avoir de questions de ce genre, puisqu’aussi bien la Terre que les plans astraux, que toutes les autres dimensions, n’existent pas.

Vous êtes encore, c’est comme si vous me posiez des questions sur la bible, ça ne vous sert à rien aujourd’hui, ça ne vous sert à rien non plus de m’écouter si vous ne voulez pas rentrer à l’intérieur de vous-mêmes, si vous ne voulez pas vous abandonner à ce qui est. Vous tournez dans la tête, vous êtes dans le besoin de compréhension.

Je vous ai fourni pas mal d’éléments de compréhension du vivant depuis plus de dix ans, j’ai partagé mes connaissances, mais je ne peux pas partager mon vécu. À vous de le vivre. Par contre je vois bien les modifications qui surviennent dans ma vie à tous les niveaux, pas seulement la santé, pas seulement la morphologie, mais vraiment à tous les niveaux. Et ça, ça ne trompe pas.

Il y a pas besoin d’avoir un QI à cent cinquante ou un QE, un coefficient émotionnel parfait, c’est accessible au simple d’esprit. Vous ne vous en sortirez pas en voulant comparer ce que je dis par rapport à ce que disait Bernard de Montréal, ou même par rapport à ce que disait Bidi.

C’étaient des processus individuels.

Alors de l’état d’humain non éveillé, non réveillé, cela vous semble quelque chose d’admirable qui vous semble tellement grand par rapport à vous, mais ça c’est l’ancien monde. Vous n’avez besoin de personne. Il n’y a pas d’autre solution que l’État Naturel. Là aussi quand vous me parler de ce texte de Bernard de Montréal, vous faites appel à des écrits, à des vécus de l’époque, et il y a eu une précision redoutable dans tout ce qu’a décrit Bernard de Montréal, mais tant que vous ne le vivez pas, ça ne vous sert à rien. Ça reste mental, ça reste de la connaissance.

Et j’utilise mes connaissances, ce que j’ai étudié, mais ce que j’ai vécu n’a rien à voir avec une quelconque connaissance qui est simplement remonter le fil, et avec des capacités d’analyse, mais surtout de synthèse. J’ai intégré tout ça selon une logique.

Un catholique me dirait : «Tu ne peux pas être sauvé sans Jésus». Il y a un sauveur. Mais vous êtes encore dans l’histoire en disant ça. Vous avez bien vu depuis deux ans pour ceux qui me connaissent, que j’essaie de bannir le plus possible de mon discours tout ce qui est historique, tout ce qui est mémoriel, tout ce qui est énergétique et tout ce qui est vibratoire.

Vous êtes tous en moi, le diable comme tout le monde, et c’est valable pour tout le monde, vous êtes tous Abba. Mais vous ne pouvez pas croire à ce monde et à ces lois et vivre la Vérité de la Grâce, c’est impossible. À vous de faire l’expérience. Je n’ai besoin de ne convaincre personne, je n’ai besoin de rien démontrer. La seule démonstration c’est quand vous le vivez mais si vous êtes attachés aussi bien à Bernard de Montréal qu’à Autres Dimensions, ou même à moi, vous ne serez jamais libre, jamais, jamais, sauf au moment collectif.

Mais quand vous vous souvenez, et vous ne pouvez vous en souvenir qu’en le vivant, ce n’est pas un souvenir mémoriel, c’est le souvenir du Temps Zéro. Dans le Temps Zéro, il n’y a pas d’histoire, il n’y a pas de maître, il n’y a pas plus de Bernard que de Bidi, il n’y a pas d’OMA, il n’y a pas de Marie, il n’y a rien, et pourtant il y a Tout. Alors soyons suffisamment humbles pour accepter que nous ne pouvons pas comprendre le Réel, nous ne pouvons que l’Être.

Continuons.

Traductrice : Avant tout je voudrais remercier et merci à l’Impersonnel, dimanche soir après la canalisation j’ai encore réussi à vivre un peu Agapè. Gratitude pour ça. Mon doute est le suivant, j’ai déjà fait plusieurs traitements avec vous en résonance Agapè.

Ce n’est pas… je coupe, ce n’est pas un traitement Agapè.

Traductrice : OK. Jusqu’à récemment j’ai utilisé le support de l’onde scalaire, mais après quarante huit heures, je n’ai pas vu des effets permanents significatifs et ceci contraste avec beaucoup de témoignages que j’ai lus. Je vous remercie que vous me disiez pourquoi ?

Pourquoi ?

Si vous vivez des moments, que vous les nommiez de plénitude, de vide, que vous les nommiez cette bouffée d’Amour qui survient par moments, et que ça ne dure pas, ça veut dire que vous n’êtes pas suffisamment prêts. Ça veut dire simplement que, quelque part en vous, vous croyez encore en ce personnage, en ce monde ou à votre histoire. Celui qui réellement et sincèrement ne croit plus du tout à son histoire, à son personnage, est réellement libre et définitivement. Tant que des fragments de votre personne se superposent au Réel, il ne peut y avoir que souffrance.

Donc la question n’est pas pourquoi ? L’explication est toujours la même, ce n’est pas encore le moment, mais rappelez-vous comme faisait Pépère (OMA) à l’époque, c’est le principe de la carotte et du bâton tout simplement. S’il y a disparition apparente de l’État Naturel, c’est que quelque part encore il y a résistance. Il n’est pas question de se juger. Il n’est pas question de savoir pourquoi. Mais il est simplement question de lâcher. Tant que vous pensez que votre personne peut agir sur le Réel ou sur l’Intelligence de la Lumière, vous êtes dans l’illusion.

Acceptez cela, il n’y a rien à croire et vous le vivrez. Les innombrables témoignages depuis deux ans maintenant de frères et sœurs qui le vivent, on vous dit tous la même chose : «Ça a toujours été là».

Mais nous avons tellement rêvé ou alors nous faisons tellement de cauchemars, qu’on l’a oublié. C’est que quelque part il y a encore une volonté de vouloir changer, de vouloir améliorer ce qui est. Je ne peux que répéter cette phrase qui est profonde, très profonde : «Tout ce qui doit arriver arrivera, quoi que vous fassiez, tout ce qui ne doit pas arriver n’arrivera pas, quoi que vous fassiez». Là est la véritable Liberté, là est la véritable Vie.

Tant que vous ne comprenez pas cet aspect profond de cette phrase, tant que vous ne le vivez pas, vous ne pouvez que tourner en rond. On n’est pas dans un processus de développement personnel, on n’est pas dans un processus d’acquisition de pouvoirs ou de dons, on est dans un processus de restitution au Réel et vous ne pouvez rien faire.

Accepter de ne pouvoir rien faire, c’est déjà accepter la prééminence de l’Intelligence de la Lumière et du Réel que nous sommes. Vous ne pouvez pas servir deux maîtres à la fois, soit le maître et l’ego ou le Soi, soit le maître et le Réel. Et quand je dis vous êtes le Réel, je ne m’adresse absolument pas à la personne, ni même à l’âme, mais touche directement le «Je me souviens».

Tant, quand vous êtes dans la discussion, ce qui est bien, ce qui est vrai, ce qui est mal, ce qui est faux, vous êtes encore soumis au jugement, au circuit de la punition. Ce que je vous dis là ne sont pas des théories ou des élucubrations, ce sont des données neuro anatomiques tout à fait réelles au sein même de la construction de notre corps. C’est ce que je me suis efforcé de vous faire appréhender le premier jour et hier.

En définitive je me fous complètement aujourd’hui de ce qu’a pu dire quiconque. Aucun texte ni aucune expérience autre que la mienne ne peut me conforter ou me faire douter de ce que je vis en l’Absolu.

Simplement je constate depuis de nombreuses années tous les changements qui sont survenus, dans mon corps, dans les mécanismes de la pensée, dans les mécanismes des émotions, mais surtout dans cette Paix et cette Joie indicible quoi que vive le personnage. Je n’ai jamais prétendu être un saint ou un maître, surtout pas. Je suis un humain avec les choses qu’il aime, mais contrairement à vous – peut-être – je sais que c’est un rêve parce que je l’ai vécu. Donc j’offre le moins de résistance possible à ce qui est.

Le Christ, alors je vais prendre un exemple historique, un pour une fois dans le webinaire, Jésus disait : «Est-ce que l’oiseau se soucie de ce qu’il va manger demain». Malheureusement la société nous oblige à y penser. Le problème n’est pas la Terre, le problème c’est la société. Krishnamurti disait : «Il n’est pas du tout normal de se sentir en bonne santé dans un tel système».

La matrice, le système 3D, ne vous offre aucun espace de résolution. Regardez même les Anciens, les Melchizedeks, eux aussi ont été arrêtés dans le monde de la mort. Seul Bidi a eu accès au Grand Ciel à l’époque. Aujourd’hui le Grand Ciel est accessible à tout le monde, mais vous ne pouvez pas vous considérer comme une personne, comme une histoire et être libre. Vous entretenez le mythe, vous nourrissez l’illusion plutôt que de vous voir en Vérité.

Quand vous vivez la Vérité, bon ce sera demain, ce sera mon mot de la fin d’ailleurs, vous débouchez sur l’état naturel avec toutes ses caractéristiques à tous les niveaux de votre vie, mais ça je le développerai demain. Il va être temps maintenant d’arrêter.

Nous reprenons à 19h30 pour moi, à 18h30 pour le Portugal où OMA occupera les deux heures avec l’Agapè cosmique au milieu, ce qu’il a à dire, et aussi peut-être si nous avons des questions pour lui.

Alors je vous dis au niveau de mon expression à demain matin, et à dans une heure et demie avec ma «forme» quand même.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2020 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable