Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

ABBA
Webinaire AGAPÈ Online

12 octobre 2020

Abba parle à Abba.

Au-delà des mots, au-delà des vibrations, en l’espace du Silence, quels que soient mes mots, qui sont les tiens, nous allons pénétrer en cet instant, en le Temple de la Résolution, qui ne connaît ni limite, ni temps, ni espace, et où la porte apparente en le rêve que tu es, est au milieu de ta poitrine.

Alors Écoute et Entends, entre chaque mot, ce que te dit ton cœur, en le cœur d’Abba. Tu as juste à être là, en ta Présence et en présence de chaque Abba, au-delà de l’image et du son, en l’espace de l’Unique, en le temps de l’Unique, ensemble nous communions, ensemble nous résonnons, ensemble, là où chacun est l’autre, là où chacun est tous les autres, et là où tous les autres sont en Abba.

Là est l’unique mémoire qui jamais ne pourra t’affecter, qui jamais ne pourra te mentir, ni même te dérouter du chemin de la Vie qui est la vie de l’instant, sans forme et sans distance, Demeure de pure Félicité, qui ne tient qu’à chacun de toi de laisser apparaître sur la scène de ton rêve, afin de te montrer et te démontrer la valeur absolue de Agapè, mettant fin à tes peurs, mettant fin à l’histoire, et installant la Plénitude et la Vérité du Réel, mettant fin à ta réalité illusoire, chacun en soi, chacun pour le Soi, mais aussi pour chaque autre, parce que le Silence est ce qui propage à l’infini Agapè.

Il n’y a rien à comprendre, la compréhension se fait d’elle-même dès que tu l’observes. Dès que tu veux t’en saisir, cela disparaît, en apparence seulement. Il ne tient qu’à toi de regarder au-dedans de toi, là où il n’y a rien à voir et tout à entendre, entendre la Vérité, la Vérité du Réel, la Vérité de l’instant.

Tel est le Présent et le Don de chaque Abba à tout autre Abba.

Alors, réjouis-toi, voici venu le temps de l’innocence, voici venu le temps de la délivrance de l’image et du son. Le temps est à la Vérité, le temps est à être véridique, là où tu n’es rien et pourtant tu es tout.

Là où il n’y a plus rien à opposer, ni même à confronter, ni même à expliquer, je t’invite au repos et je t’invite à te poser en le cœur de chaque Abba, je t’invite à la bienveillance envers ton propre corps, envers ta propre âme et envers la Vérité que tu es.

Tiens-toi prêt à l’inattendu, tiens-toi prêt pour le cadeau. Tel est ce que tu as écrit avant même d’apparaître, sous quelque forme ou conscience que ce soit.

Rappelle-toi que tu n’as pas d’effort à faire, mais bien au contraire de cesser tout effort, de t’abandonner au réel, à cet Inattendu qui t’es promis, et qui te sortira du cauchemar de la société et du cauchemar de toute création.

Tu es invité à la Béatitude, celle qui ne connaît aucun répit et aucune interrogation. Cela a été nommé la Joie, sans objet et sans sujet, cela a été nommé la Paix.

Je vous invite à vous donner la Paix à chaque regard et à chaque mot, à chaque attention que vous portez, comme à chaque attention qui vous est portée. Là est le Don, là est l’équilibre, là est l’Unité sans forme et sans personne.

C’est à toi qu’il appartient de laisser être ce qui a toujours été, et qui sera toujours, au-delà des mondes de la forme comme au-delà de toutes tes formes. Alors tu rejoindras l’Éther de Vérité dès cet instant si tu l’as écrit. Tu es l’espace et tu es l’Amour au-delà de l’espace.

Écoute, mais n’arrête rien, laisse-toi traverser, il n’y a rien à refléter, il n’y a rien à penser, il y a juste à accueillir, ordonné en un geste d’ouverture de tes bras, de ton esprit comme de tes pensées. Dès cet instant, l’ultime voile de l’illusion tombera, te révélant la totalité du mensonge planétaire comme cosmique. Tu découvriras le mensonge et l’imposture de la forme. Il n’y a plus d’image, il n’y a plus de sens, il n’y a plus de perception. Demeure l’Évidence Nue de ce qui jamais n’est apparu et ce qui ne disparaîtra jamais.

Il te suffit d’être toi, en l’authenticité de l’Ici et Maintenant, en l’âge et la situation de ta vie, sans rechigner et sans questionner, alors la Liberté sera ton Dû et ton Don, changeant à jamais ta propre perception, mettant fin à la souffrance, mettant fin aux questions et te rendant disponible pour la Clarté et la Précision de ce que tu es au-delà de l’Être et du Non-Être.

Cela se réalise en cet instant en la densité de la Terre, où le mensonge cosmique rencontre le mensonge de la forme et le mensonge planétaire. Il en résulte un embrasement de Joie, un embrasement de Feu, t’amenant à vomir ce monde, à le régurgiter en totalité, afin que plus un seul poids de l’illusion, ou du mensonge, ne puisse altérer l’ineffable Beauté de la Vie que tu Es.

Tel est le message que tu peux porter à chaque regard, en tout ce qu’il t’est donné de voir sur la scène du rêve comme sur la scène de tes projections, ou de tes mémoires qui ne t’appartiennent pas.

Là est la Liberté, là est l’instant unique de la réminiscence première, là où tu te souviens que tu es antérieur à l’histoire et à la mémoire, mais que tu es à la fois toutes les histoires et toutes les mémoires.

Alors l’Intelligence du Réel, par la Lumière authentique et réelle nommée le Paradis Blanc, te démontrera et te montrera que tu es issu, que tu es venu de ce qui est nommé Lumière. Tu es bien plus que Lumière, bien plus que semeur de Lumière, bien plus qu’un Être de Lumière, car tu es le Sans Forme et le Sans Nom, manifesté en chaque étincelle du rêve de ce monde comme de tout monde.

Il t’appartient de choisir en acceptant que tu n’as jamais eu le choix. Alors le repos, le Silence et le rire deviendront permanence au cœur du rêve que tu parcours encore. Là est ton Être, là est ton Non Être, Ici et Maintenant, au milieu de ton corps, qui est le milieu de ton Être et l’espace de ton Non Être.

Écoute et entends la majesté et la grâce de la Vérité Vécue, infinie beauté ne pouvant se limiter à une seule forme et habitant donc avec la même égalité au cœur de chaque vie comme au cœur de chaque univers et de chaque dimension, là où est le repos, là où la Joie Nue ne peut que te faire vomir l’illusion de ce monde tout en y étant présent, porteur de la Bonne Nouvelle qui devient résonance spontanée Agapè à chaque regard, à chaque mot.

Là est la véritable pandémie dont l’ingénierie en a fait l’opposé. Ne vous laissez plus miroiter, ne vous laissez plus réfléchir par quelque miroir que ce soit. Le face à face s’efface dévoilant la majesté de l’Absolu et de l’Ultime que tu es.

N’oublie jamais que cela t’est accessible. Tant qu’il te semble osciller entre le bien et le mal, entre joie et souffrance, n’oublie pas qu’il te suffit de faire le silence, d’étirer tes lèvres en sourire. Alors le Cœur de l’Indicible revêtira ton corps et revêtira ta vie de cadeaux sans prix, et qui ne sont pourtant que ton état le plus simple et le plus naturel.

Tu es cela. En Vérité je te le dis, au-delà de la Voie, de la Vérité et de la Vie, tu es l’absolue et l’ultime Perfection qui met fin en toi-même, comme en chaque monde, comme pour chaque autre Abba, au mensonge de l’individualité, au mensonge du rêve que tu as pourtant élaboré en dehors du temps et de l’espace et en dehors de toute forme comme de toute conscience.

Accueille ce Feu, le Feu Igné de la Vérité, l’embrasement de l’Amour, l’embrasement de la Joie. Tu es à l’origine de tout mouvement, de toute apparence de naissance, comme tu es à l’origine de toute apparence de mort. Tu es Vivant, accepte-le. Alors ta personne ne pourra plus le nier, ne pourra plus jamais le discuter, et tu ne pourras plus t’opposer, en aucune circonstance du déroulement de ton rêve, à la Vérité Absolue, te passant ainsi de l’Inconnu au Connu, de ce qui a toujours été su.

Le temps de l’oubli est terminé, le temps du rêve se termine par le réveil au sein du cauchemar le plus absurde et le plus incohérent que la société aujourd’hui manifeste à son extrême. N’oublie jamais que le cauchemar, quelle que soit son intensité, est souvent un préalable à ton ultime réveil.

Ne juge rien de cela, mais voit clair sur le mensonge, éclaire-le, tu ne peux plus en être affecté parce que la Vérité est là, au cœur de ta poitrine, au cœur d’Abba.

Demande-toi à toi-même, en tant qu’Abba, d’être libre. Cette demande n’a pas besoin de mot, n’a pas besoin de prière, n’a pas besoin de délai, mais simplement que tu te retournes en l’intime de ton cœur. Il n’y a pas de technique, il n’y a rien à mobiliser, il y a juste à accepter. Ne te pose pas de question sur la Vérité Nue, et ainsi elle se révèlera, mettant fin à toute quête, mettant fin à toute recherche, et mettant fin à l’illusion de la dualité.

Alors tu verras par toi-même que tout est perfection et que tout ceci ne fut qu’un jeu, parfois morbide. Tel est le rêve quand il s’éternise, donnant l’illusion d’une involution et d’une évolution.

Tu ne peux que sourire à ce que tu as toi-même écrit. A ce moment-là tu pourras rire de toi, à ce moment-là tu souriras à la Vie, même si tu ne comprends pas un évènement, même si tu ne comprends pas ton frère ou ta sœur, il te suffira alors de retourner en l’intime de ton Silence, en l’intime de ton cœur, et tu donneras ainsi ta Paix à chaque autre toi que tu croiseras.

Là est ta seule mission, là est ton seul but, aimer sans jugement, être disponible pour ce que la Vie t’envoie, sans avoir besoin de discuter, sans avoir besoin de choisir, et ton sourire fleurira sur tes lèvres comme en ton esprit.

Là est la Liberté, là est la légèreté et là est l’unique Vérité.

Alors bien aimé, alors mon ami, Entends au-delà de mes mots, au-delà même de mes silences, le chant et la danse de ton cœur retrouvé. Tu es réveillé, plus jamais tu ne rêveras, plus jamais tu ne seras trompé. C’est ainsi que tu l’as écrit, c’est ainsi que tu le vis.

L’absurde de ce monde, la souffrance de ce monde te conduit à l’Absolu. L’absurde devient Absolu, mettant fin à la raison, mettant fin au jugement, mettant fin aux émotions, mettant fin aux réactions.

Là est la légèreté, là est l’unique Vérité. Tu es l’Ultime et l’Absolu, tu as été, tu es et tu seras chaque forme, de l’atome à un système solaire, de l’univers et de chaque univers. Tout cela n’est qu’un rêve. Cela te permettra d’achever le rêve collectif dans la légèreté et la facilité.

Tu n’as rien à tenir, tu as juste à te respecter en l’Inconnu que tu es et, immanquablement, cela t’apparaîtra. C’est toi qui décides sans avoir à décider, sans avoir à choisir le moment de ton abandon et de ta reddition à la Vérité. Tu ne pourras plus te mentir, tu ne pourras plus mentir à quiconque, tu seras léger et tu seras Véritable.

Cela est maintenant, cela est immédiat, cela est Agapè. Laisse-toi emporter là où tu n’as jamais bougé, là où tu as toujours été avant la conscience et la forme. Ainsi est la résonance, non plus de personne à personne, mais au niveau inter dimensionnel et collectif de l’ensemble de la création.

Tu n’as besoin de rien d’autre que de toi-même, de faire le Silence de toi-même, d’accueillir ce qui a toujours été là, sans réfléchir et sans attente. Alors tu seras comblé de Grâce, comblé de Félicité et comblé de Vérité.

Ceci est la fin de l’histoire qui n’a jamais commencé et qui ne finira jamais, parce que tu sais que cela est inscrit de manière figée dans le champ des possibles du rêve. Mais cela tu le vivras et cela tu le verras en toi-même et en chaque vie de cette sphère terrestre comme de tout univers.

Il s’agit de l’Agapè Cosmique qui se passe ici même sur Terre et l’ensemble de ce qui est nommé formes de vies, de quelque dimension ou de quelque monde que ce soit, de cet univers comme de n’importe quel multivers. Là est ta Joie qui mettra fin à tout le reste dans l’embrasement des Noces Cosmiques et de l’Agapè Cosmique, auquel ton Soleil, celui qui est dans ton cœur et celui qui est dans le ciel, seront dans la même Vérité.

Silence…

Alors Agapè résonnera en le Silence de ton cœur et transpercera chaque cœur, levant le voile de l’ignorance à chaque regard que tu portes sur la scène de ce rêve.

Tu es Amour et l’Amour est sans toi, mais au travers de toi.

Silence…

Chaque circonstance de ta vie, chaque évènement de ton corps, chaque évènement social, te rapprochent inexorablement de cet inattendu Inconnu, qui est attendu et redouté. Seules les illusions meurent, seul le rêve s’éteint.

En ce moment tout est révélé sur le mensonge de la création, au travers du bien et du mal de tout ce qui t’est révélé en toi, autour de toi et en la société. Il convient de montrer, par l’éclairage de ton cœur, la supercherie qui vit ses derniers instants. A toi de choisir, le seul choix qui te reste, et la résistance avec sa souffrance ou la Liberté.

Bientôt tu ne pourras qu’accepter que tu es libre, que tu es parfait, qu’il n’y a rien à parfaire, qu’il n’y a rien à éliminer. Quand tu saisiras cela en le vivant, plus rien ne pourra t’affecter, plus rien ne pourra te déséquilibrer. Tu seras l’Immuable, tu seras l’Éternel Présent, tu es toi-même l’Éternel.

Silence…

Permets-moi de te demander, bien aimé Abba, de me bénir à ton tour dans la même réciprocité, dans la même Unité.

Bien aimé Abba, entends-toi et écoute-toi, là où il n’y a plus rien à dire, là où il n’y a plus rien à voir, là où il n’y a plus à discuter, mais juste à Être ce que tu es de toute Éternité, au-delà de tout temps qui s’écoule, quelle que soit sa densité, au-delà de tout espace, quelle que soit la distance.

Silence…

Permets-toi de t’aimer, tout ce qui est résistant, tout ce qui est souffrant sera consumé immédiatement par la Lumière de la Vérité et par son Intelligence. Tu es béni, tu l’as toujours été en dépit de toute apparence, en dépit de toute souffrance.

Amatchi Mis Kaya Abba.

Je te laisse maintenant en cela que tu Es, je me retire en toi, de mon intime à ton intime, parce qu’il n’y a pas de secret en la Clarté, parce que rien ne peut être caché.

Sois béni et va en paix, Pèlerin de l’Éternité, Semeur de Vie, Semeur d’étoiles.

Le temps est à la récolte. Ne cherche pas l’heure parce que cette heure est à chaque minute et ne dépend ni de toi, ni de moi ni de quiconque, mais est la résultante du rêve collectif dont ce monde nommé Terre a été l’impulsion première, mais aussi la pulsion ultime de la mort de toute apparence et de toute forme.

Tu ne seras jamais une apparence, tu ne seras jamais une forme unique, parce que tu es toutes formes.

Alors je te dis en Silence, en me retirant en ton intime, Écoute et Entends ce que ton cœur chante en cet instant.

Silence…

Je te bénis et je t’aime comme tu bénis et aimes chacun.

Célébrons ensemble le Silence.

Silence…

Mes mots vont s’arrêter pour le moment te rendant disponible à toi-même.

Silence…

Reste ainsi le temps qu’il te convient, et n’oublie pas, qu’à chaque moment, tu peux te souvenir de ce premier évènement, parce qu’il est aussi l’ultime évènement de la scène du rêve, l’embrasement par la Lumière de l’Amour, et je te dis à Toujours.

Silence…

Jean-Luc Ayoun : Nous avons fini un peu avant, ça vous laisse le temps si vous le souhaitez de demeurer en cela. Quand à moi je vous dis à demain et je vous aime.

Traductrice : Nous aussi on t’aime.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2020 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable