Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

Satsang 1
Casa de vida Shantinilaya

31 Juillet 2020

Bien, qui veut lancer les débats ?

Élisa : Est-ce qu’on a un sujet ?

Non. Il y a beaucoup de personnes qui m’ont demandé de reparler un petit peu, pas complètement, mais des ondes scalaires par exemple.

Alors, bien évidemment, bon, il n’est pas question de reprendre tout ce qui a été dit sur les ondes scalaires. Simplement, les ondes scalaires représentent, ce qu’on pourrait appeler, vulgairement au départ, une onde de forme. Ce sont des dessins géométriques. Le plus ancien est ce qu’on appelle le circuit Lakhovsky et puis, peu à peu des inventeurs ont donné leurs noms à la forme qu’ils ont créée. Une onde scalaire ne dépend pas d’une structure mais d’un dessin.

Ce qui veut dire que, par exemple, le dessin Lakhovsky va être aussi efficace quand il est dessiné que sur une forme d’un circuit électronique, d’une carte-mère gravée. Alors, bien évidemment je ne vais pas vous expliquer les différents dessins. Sachez simplement qu’à l’heure actuelle, il y a cinq dessins qui correspondent en quelque sorte à la génération d’une onde scalaire. La particularité d’une onde scalaire, c’est une onde qui n’est pas polarisée, elle n’est ni électrique, ni électromagnétique, même si bien évidemment il existe des appareillages qui utilisent l’électricité.

Mais sur ce qui nous intéresse ici, qui n’est pas vraiment un acte thérapeutique, mais un acte… c’est une onde qui va vous permettre de favoriser le vécu et l’installation du Temps Zéro. Alors, dans ces dessins, vous avez le Lakhovsky dont je viens de vous parler, qui est constitué de sept cercles ouverts et sept autres cercles emboîtés, ouverts de l’autre côté, c’est-à-dire que le cercle n’est pas fermé.

Le circuit Laskowski est certainement celui qui a été le plus utilisé parce que c’est son inventeur qui l’a créé dans la première partie du XXème (vingtième) siècle, et c’est relié, plus ou moins indirectement, à la machine d’un français, qui s’appelait M. Prioré, qui avait proposé dans un hôpital français à Bordeaux, d’utiliser ces systèmes alimentés électriquement, réellement pour traiter des maladies dégénératives. À la suite de ça, vous avez des chercheurs qui ont créé d’autres dessins.

Vous avez par exemple, le Flanagan, qui est un ingénieur qui est mort il y a peu de temps, qui dessine une espèce de mouvement spiralé avec des petits cubes qui tournent sur des axes spiralés. Alors, pour vous le représenter, vous tapez, simplement Flanagan sur internet, et vous aurez le dessin. Beaucoup de frères et sœurs ont imprimé ces dessins et appliquent ce dessin sur le corps où ils veulent.

La troisième forme, la forme géométrique la plus parfaite, est ce qu’on appelle le Tesseract. L’ingénieur Tesseract, c’est son nom simplement, a créé une figure avec, sur un cercle où il y a douze points périphériques équidistants, et chaque point est relié aux onze autres.

Le Tesseract a douze pointes, c’est celui qu’a inventé M. Tesseract et on a eu l’idée, avec une amie qui fabrique des orgonites, de faire fabriquer une carte-mère avec non pas douze pointes mais vingt-quatre pointes.

(C’est ce qu’a Élisa ici, on vous montrera tout à l’heure.)

Alors, les ondes scalaires Tesseract, Flanagan, Lakhovsky et les Lakhovsky modifiés, ce dont je vous ai parlé de sept demi-cercles ouverts dans un sens, et d’autres chercheurs ont créé des ondes scalaires de type Lakhovsky au départ, le circuit oscillant comme on l’appelle, avec neuf cercles.

Que ce soit le Lakhovsky originel ou moderne, que ce soit le Flanagan ou le Tesseract douze pointes ou vingt-quatre pointes, vous avez donc, en tout cas de connues, cinq formes géométriques dessinées ou gravées, peu importe, qui ont toutes cette particularité de rapprocher la conscience et le corps du Temps Zéro, si vous préférez de l’Ici et Maintenant.

  

          (Orgonite Flanagan)                                                 (Tesseract douzepointes)

Tous les assemblages sont possibles. D’ailleurs, on s’est amusé, par exemple, à coupler dans des orgonites, de mettre une carte-mère avec le circuit Flanagan et de l’autre côté de l’orgonite, une autre plaque. On a testé les différentes combinaisons, tout en sachant pertinemment que l’onde scalaire-là avait toujours la même forme. Voilà, vous avez ici, par exemple, des orgonites qui sont là, vous avez le Flanagan, c’est ce dessin-là, on va vous le faire passer et de l’autre côté, vous avez un Tesseract à douze pointes.

Je répète, que même dessiné, vous imprimez ce que vous voyez sur internet, il y aura sensiblement la même efficacité. Je rappelle qu’on n’est pas dans un acte thérapeutique ou de soin de quoi que ce soit, même si bien évidemment, certains ont constaté des effets thérapeutiques. Mais ce n’est pas le but, le but étant de vous rapprocher du Temps Zéro.

Voilà de nombreuses années, on utilisait une variété de quartz qu’on appelle le cristal-source ou cristal lémurien, qui permettait justement d’aligner corps, âme, esprit. Quand je parle d’un alignement, je parle d’un alignement vertical, un recentrage si vous voulez. Alors qu’avec l’onde scalaire, c’est l’information du Temps Zéro.

Alors bien évidemment, les cellules, toutes les cellules humaines ou vivantes connaissent le Temps Zéro. On sait pertinemment que la cellule vivante n’évolue pas dans le même espace-temps que notre conscience pour de multiples raisons.

Je prends un exemple très simple, vous prenez une poule, vous lui donnez à manger, non pas du calcaire mais de la silice, de la silice à la place du calcaire, la poule fait des œufs, la coquille de l’œuf est en calcaire. Et si vous remplacez dans l’alimentation de la poule, le calcaire par la silice, vous vous attendez à ce que la coquille d’œuf soit en silice puisqu’il n’y a plus de calcaire. Eh bien, non! La coquille est en calcaire. Ça veut dire que la poule a réussi à transformer la silice en calcaire, le silicium en calcaire.

On sait que la différence entre la silice et le calcaire, c’est juste l’injonction d’électron sur la couche périphérique.

(Rires)

C’est très simple. Vous voulez, vos souvenirs de physique, il y a un noyau, le proton, les neutrons et vous avez des électrons qui tournent autour sur différentes couches. La couche périphérique la plus externe, vous prenez du calcaire, l’atome de calcaire, dans quel sens, je ne sais pas, si c’est l’ajout ou l’extrait d’un électron, peu importe, il y a un électron qui se rajoute et vous transformez du calcaire en silice ou de la silice en calcaire.

Gros problème, nous en tant qu’êtres humains, si on voulait transformer de la silice en calcaire, l’énergie qu’il faudrait serait l’équivalent de l’énergie produite par une centrale nucléaire, avec des températures de l’ordre de deux mille degrés C (2000). Et la poule fait ça sans augmentation de température.

Et on s’est aperçu, en étudiant tout ces processus métaboliques et physiologiques, que la seule façon de transformer la silice en calcaire, c’était que la mitochondrie, qui est en quelque sorte une des usines énergétiques de la cellule, la machine à produire l’énergie, – alors, bien sûr, je ne vais pas rentrer dans la chimie de tout ça, on n’est pas là pour ça -, mais sachez simplement que c’est la mitochondrie qui transforme la silice en calcaire.

Et on se demande comment c’est possible puisqu’il n’y a pas d’augmentation de température. Eh bien, tout simplement … (coupure) … la mitochondrie de la poule, vous avez cette transformation de «natural» chimique. Il y a élévation de température, mais dans un temps … (coupure) … gardiennes de ce monde.

Je vous passe les différentes démonstrations qui ont été faites au niveau biochimique et biologique. C’est-à-dire que la cellule est capable de transformer la matière, mais pendant un temps qui lui est nécessaire qui est extrêmement court, comparé à nous si on voulait le faire dans un creuset.

Donc, c’est ce qui a été nommé par les chercheurs, la transmutation à faible énergie, en jouant simplement sur le temps. Les cellules qui nous constituent, de la poule ou de l’homme, n’évoluent pas dans le même espace-temps que nous. Le temps cellulaire est géré par un petit bout de la cellule qui est juste à côté du noyau, c’est une structure géométrique, ne vous embêtez pas avec les nombres, ceux qui ont des souvenirs de biologie, ça s’appelle l’appareil de Golgi ou centriole.

Or, nous connaissons tous, nous écoutons une musique qui nous plaît, nous retrouvons une âme que nous connaissons d’une autre vie, au sein du personnage. Qu’est-ce qui arrive, vous frissonnez ? Les poils sont érectiles, vous pouvez avoir des frissons d’horreur ou des frissons de reconnaissance.

Comme je l’ai dit, ça peut être aussi bien une musique, qu’un tableau, une énergie que vous ressentez, et ce sont les centrioles, ces fameux organites dont je parle, qui sont constitués de silice, dioxyde de silicium. Vous savez que la silice on s’en sert bien sûr en informatique, c’est présent dans le corps de tous les animaux, végétaux et humains, toutes les cellules. Ce petit organite intervient dans la division cellulaire.

Quand un radiesthésiste prend son pendule, une antenne de Lecher, un appareil de mesure radiesthésique, quand on mesure vos vibrations au pendule, on ne fait que mesurer la fréquence d’oscillation de cet organite qui est en quartz. Tout ça pour vous dire, que la transmutation est possible, la poule le fait tous les jours. Tous les organismes vivants le font mais ce centriole est lié, bien évidemment, est en prise directe avec la conscience.

On sait très bien, par exemple un radiesthésiste sur une planche de Bovis, on savait très bien que plus la fréquence en angström, la vibration, était élevée, plus la personne était en bonne santé et était en conscience expansée.

Le cancer, par exemple, toujours avec cette règle de Bovis, a une fréquence spécifique qui est de quatre mille neuf cents (4900) angströms. Bien évidemment, les géo-biologistes et les radiesthésistes ont constaté une augmentation des vibrations que l’on qualifiait de normales avant. Être en bonne santé commençait à partir de six mille (6000) angströms et quand vous étiez à dix mille ou onze mille angströms, vous étiez vraiment ouverts. Ouverts, c’est-à-dire, en expansion, en accueil et en réception, si vous voulez, ce dont on parle depuis le début.

Aujourd’hui, les choses ont bien changé progressivement et ce depuis déjà plus de dix ans. Donc, on considère la normalité aujourd’hui, au niveau de la masse humaine, est plus proche de huit mille à neuf mille angströms.

Donc, bien évidemment, on pourrait dire que la fréquence au niveau de conscience de la Terre est montée. Toutes les cellules vivantes, quand il y a division cellulaire, passent par le Temps Zéro. Le but de l’onde scalaire, c’est de vous rapprocher de ce Temps Zéro.

Alors, bien évidemment, on en parle moins aujourd’hui, de même que, il y a deux ans, on avait mis au point, avec un ami ostéopathe, des systèmes que certains d’entre vous ont pratiqués encore l’année dernière, ici, qui consistaient à comprimer le crâne en trois temps, en ostéopathie.

Tout ça au même titre que les Résonances Agapè Inter-dimensionnelles, aujourd’hui, se fait de façon totalement naturelle. On n’a plus besoin d’outils. Donc, tout ça se passe directement, sans intermédiaire et sans outil. Mais bien évidemment, pour ceux qui arrivent à cette notion de transmutation qui est en cours, ont parfois ont besoin d’outils.

Encore une fois, je ne parle pas de thérapies ici, je parle de la conscience cellulaire : les cristaux, on avait parlé de la fluorine, l’année dernière ou il y a deux ans, on a parlé du cristal-source, la fluorine représente au niveau du règne cristallin, la plus haute fréquence possible de résonance, qui est de sept cent quatre vingt (780) kHz. La fréquence de la silice c’est quarante huit (48) kHz, je ne me rappelle même plus de l’unité, ce n’est pas grave, c’est pour vous donner une idée de grandeur.

L’onde scalaire va permettre en quelle que sorte de vous caler au Temps Zéro, dans l’Ici et Maintenant, au-delà des effets thérapeutiques que certains ont constatés. Bien évidemment, encore une fois, plus vous serez spontanés et naturels, plus … (Coupure) …, ce qu’on a appelé la Simplicité, l’Humilité, la Voie de l’Enfance.

Mais je conçois tout à fait que certains aient besoin d’être outillés, on va dire, dans un premier temps. L’onde scalaire … (Coupure) …, la fluorine, sont en tout cas, à mon niveau, c’est ce que j’ai trouvé de plus équilibrant et approchant du Temps Zéro. Mais aujourd’hui, on nous le répète sans arrêt : Trouver le Temps Zéro, c’est s’installer dans le Silence…

On remet un autre micro, je crois.

Ce fameux Grand Silence, c’est le moment, ce n’est pas nécessairement le moment où vous arrêtez tout mouvement, toute parole…

Ça marche ou pas? Ça marche le micro, là-bas? Ah si, ça marche.

Ce que je veux vous dire par là, c’est que quels que soient les outils que vous avez l’impression de devoir utiliser, pour la conscience, je ne parle pas de thérapie, l’outil le plus indispensable aujourd’hui, c’est votre propre silence. Quand est-ce que vous êtes en silence? Ce n’est pas une question de mots. C’est le moment où votre conscience, mental, émotionnel, éthérique, physique, sont uniquement dans l’Instant Présent. Nous en parlions ce matin avec Élisa. Quand vous avez un problème physique qui vous est tombé dessus, vous ne pouvez pas faire autrement que d’être Ici et Maintenant.

Parce que votre conscience doit se diriger vers ce qu’on appelle la proprioception, c’est-à-dire, la perception du corps, ça nécessite une vigilance de la conscience, en l’occurrence sur son propre corps pour le faire marcher, et là, vous êtes disponibles pour la Vérité. Beaucoup de gens, ces derniers temps, se sont mis à peindre parce que quand vous peignez, quand vous dessinez ou quand vous bricolez, vous êtes absorbés …

(Rires car Élisa cherche les mots pour la traduction)

Vous me faites rire et je perds le fil, là.

(Rires)

Donc, qu’est-ce qu’on disait là?

Sœur : Quand on peint, on bricole, …

Voilà, quand vous faites quelque chose que vous êtes obligés de faire, je prends l’exemple d’Élisa, pour se déplacer, il faut qu’elle fasse attention à son corps. Le résultat, c’est que tu ne peux plus être dans la lune dans ton monde ! Tu es obligée d’être totalement là. Et dès que vous êtes totalement absorbés, que ce soit du jardinage ou n’importe quoi, vous rendez votre conscience disponible pour l’Ici et Maintenant, et donc pour le Temps Zéro. Parce que ça va occuper votre mental dans la tâche, que ce soit de surveiller son corps ou de faire son ménage.

À ce moment-là, qu’est-ce qui va se passer? Vous allez être lucides sur ce que vous faites. Et vous allez voir se développer la lucidité de ce qu’on appelle l’Instant Présent et le Temps Zéro qui sont superposés dans l’heure. Ça vous évitera de partir dans des projections de nouvelle Terre, dans des visions diverses et variées ou dans des excès du mental. Vous limitez l’influence de la personne en utilisant votre personne et votre conscience dans l’instant de ce que vous faites.

C’est en ce sens que les ondes scalaires, les fluorines, l’ostéopathie trinitaire … (Coupure) …, j’ai eu l’occasion de développer, voilà quelques années en neurosciences, ce qu’on appelle la proprioception, la perception de son schéma corporel. Si vous êtes entièrement Ici et Maintenant, en pensant à votre corps, pas à la maladie mais à votre corps, vous allez être Ici et Maintenant.

La transmutation, elle se produit dans ce corps. Elle n’est pas dans l’espoir d’une nouvelle Terre, d’une nouvelle race ou je ne sais quoi. Et ce sont, les erreurs d’ailleurs, de ceux qui sont plongés dans des identifications passées ou dans des projections de ce qui va arriver, ou dans le monde d’après, comme ils disent. Et vous n’êtes plus dans l’Instant Présent.

Tous les artifices de la spiritualité sont justement de vous détourner de l’Instant Présent. Vous ne pouvez pas vivre l’Instant Présent et donner libre cours à quelles que notions spirituelles, c’est diamétralement opposé. Quand vous êtes dans l’Instant Présent, la spiritualité ne veut plus rien dire.

Donc, aujourd’hui, si vous êtes emmenés vers ce genre de chose, vous ne pouvez pas vous retrouver. C’est un leurre. C’est une erreur. Ce qu’il nous est demandé à l’instar de ce que me disait déjà Anaël il y a douze ans, c’est Hic et Nunc. D’ailleurs, de plus en plus de frères et de sœurs, par moments, vivent des expériences, agréables ou désagréables peu importe, où il y a une entité qui arrive, ils la sentent, parfois ils la voient, et cette entité dira toujours : «Ne bouge pas. Tiens-toi tranquille, au Cœur, et laisse être ce qui est.»

Et à ce moment-là, le Cœur s’embrase, instantanément. Chose qui est mathématiquement et scientifiquement impossible tant que vous restez dans l’histoire, dans le devenir, dans les visions ou dans quelque histoire mémorielle. Vous ne pouvez pas le comprendre, vous ne pouvez que l’expérimenter et vous démontrer à vous-mêmes qu’il n’y a que ça de véridique. Nous avons ici quelqu’un qui a vécu ce truc-là, là, dans l’espace de deux jours. À ce moment-là, c’est fini. Vous ne pouvez plus vous identifier à un personnage passé, fusse-t-il le balayeur de la rue ou Akhenaton – j’en ai connu une centaine -, ou une Étoile. C’est un problème d’identification.

Tant que vous êtes identifiés, même mentalement, à un événement passé ou à quelque futur que ce soit, vous n’êtes pas libres et vous souffrirez. C’est un apprentissage, ce n’est pas une punition. Le danger est l’identification à une forme.

Je vous ai toujours dit que nous étions tous Abba, mais Abba n’est pas une forme, il n’est pas une identité, même si c’est traduisible par Père. C’est le Père dont parlait Jésus : «Moi et mon Père sommes UN.» Il y a eu le Fils de Dieu, entre guillemets, aujourd’hui, on parle du Fils de l’Homme qui est le Nouvel Homme. Mais ce Nouvel Homme n’est pas destiné à une quelconque sixième race ou un quelconque nouveau monde, mais à se souvenir.

Ce qui a été nommé par d’innombrables enseignants au début du XXème siècle, la sixième race-racine ou la race bleue, n’est que le retour à l’origine de la création.

Parce que la race bleue, c’est les Mères Généticiennes, c’est les Grandes Mères, les Gardiennes du Rêve et ce sont les cétacés, tous les cétacés, mais surtout les rorquals communs ou ce qu’on appelle la baleine bleue, qui est le plus gros mammifère qui ait existé sur Terre, et qui est porteuse, bien sûr, de toute la mémoire ancestrale, afin de nous faire souvenir, comme l’a dit Phahame, de qui nous sommes. Nous sommes la dernière race-racine qui est la première race-racine. Mais ceci se passe ici-même dans ce monde.

Et quand vous vivez cette Vérité qui est l’Absolu, vous n’êtes plus dupes d’un quelconque futur, vous n’êtes plus trompés par un quelconque futur ou un quelconque passé. Être libre, l’État Naturel, c’est être affranchi de tout passé, être libre de tout passé, mais aussi libre de toute projection et de toute vision.

Dans l’Absolu, il n’y a rien à voir, il n’y a rien à ressentir, il n’y a aucune forme. Il y a juste la Pure Béatitude qui vous fait vous reconnaître. Et à ce moment-là, tout l’échafaudage de la spiritualité vous apparaît, réellement, comme effectivement un moyen d’être arrivés jusque-là, mais dont il faut se dépouiller. Il n’y a pas plus de Marie que d’Élohim, que de Confédération Intergalactique, que d’Arcturiens, que de Végaliens, que de Melchisédech, que d’Étoiles ou d’Archanges.

C’est la Grande Vacuité, le Grand Silence. Et vous ne pouvez vous retrouvez que là. Arrêtez de nourrir toutes les histoires. Arrêtez de projeter un scénario futur. Soyez simplement présents, c’est ce à quoi vont vous aider éventuellement si vous n’y arrivez pas, les ondes scalaires, les fluorines ou les Résonances Agapè, que nous faisions encore l’année dernière tous les soirs, nous organisions une Résonance Agapè, vous étiez au lit et on faisait cette résonance.

Mais là, ça se produit simplement en étant là, en étant disponibles. Être disponibles, c’est Hic et Nunc, Ici et Maintenant. C’est là qu’est la solution.

Donc, si vous voulez être libres, soyez libres de toutes notions spirituelles, soyez libres de tout ressenti, de toute perception, comme je l’ai dit, les étoiles, les portes, les chakras, l’onde de Vie, ils sont toujours là. Autres Dimensions nous a fait beaucoup travailler sur l’installation de cette structure, mais aujourd’hui, depuis deux ans et demi, vous n’avez plus besoin de tout ça.

D’ailleurs, lors de cette rencontre, qui, vu les circonstances et la conjoncture du monde, sera la dernière «en chair et en os» (physiquement), si je peux dire, parce qu’il y a un moment donné, dans ce retour au Soi ou à Soi, où tout cela est superflu. Encore faut-il y arriver.

Mais bien évidemment, ce Grand Silence, cet enfermement qui nous a été imposé, a permis à énormément de frères et de sœurs, non pas seulement de voir la supercherie et la manipulation de cette société, mais aussi de se rapprocher de leur Soi – donc, ça été aussi une grande aide, cette notion d’accepter l’inacceptable, privation de liberté -, et qui sont demeurés tranquilles, se sont retrouvés.

La Vérité est quelque chose de tellement simple qu’il a fallu démêler tous les écheveaux, tout le tissage, des vies passées, de l’escroquerie spirituelle et de l’imposture de la a-conscience, ce que Bidi avait nommé déjà en 2012, la a-conscience dans le sens antérieur à la conscience. Ne confondez pas inconscience et a-conscience. Dans la a-conscience, vous ne pouvez que vous reconnaître, dès l’instant où vous faites cesser le bavardage spirituel, le bavardage des énergies, et les errements de la conscience, les divagations de la conscience, dans le passé ou dans le futur.

Aujourd’hui, vous n’avez pas besoin de chakras, – pour soigner, oui -, pour qui vous êtes, vous n’avez besoin que de silence, même si les vibrations sont là, même si vous montez en vibration dans la supra-conscience, à un moment donné, le Grand Silence vous prend et vous emmène en Agapè. Et là, vous ne pouvez plus être dupes d’une quelconque énergie, de n’importe quels archétypes. J’entends par archétypes, les grandes figures que sont décrites, les archanges par exemple mais pas seulement, qui ne sont que des réflexions de la Vérité, et donc amputés de la Vérité.

Il n’y a pas plus de vérité dans un archange que dans notre corps qui est illusoire, et pourtant ça se passe dedans. Acceptez d’être autonomes, de ne dépendre d’aucun être, d’aucune entité et d’aucun avis. Découvrez votre autonomie. Il n’y a aucune soumission dans la Liberté à quelque scénario que ce soit, à quelque entité que ce soit et à quelque maître que ce soit.

Il n’y a personne. La sixième race-racine nous la vivons maintenant. Elle n’est pas dans un futur tel qu’il a été imaginé de façon linéaire, aussi bien par les pseudo-maîtres ascensionnés et que même par les Anciens, Steiner en a parlé, Bernard de Montréal aussi et Omraam aussi.

Mais quand on demandait à Omraam, à Bernard de Montréal et à d’autres, ils savaient qu’il y avait quelque chose après la Lumière. Quand Omraam méditait face au soleil levant, il était pénétré de l’Esprit du Soleil, il fusionnait avec la Lumière, il savait qu’il y avait quelque chose après ou avant. Mais, il ne pouvait pas le vérifier, le vivre.

Le seul qui l’est vécu, je l’ai dit, c’est Nisargadatta, pas d’autres. Énoch en avait parlé, bien sûr. Mais personne n’avait la possibilité de le vivre. Aujourd’hui, nous avons tous la possibilité de le vivre. Le seul prérequis, la seule condition, c’est d’être totalement immergé dans l’Instant Présent. Vous avez plus de chance de découvrir et de vivre la Vie en regardant la nature qu’en m’écoutant.

On en est aujourd’hui à ce point-là. Mais c’est tellement simple que l’ego ne l’acceptera jamais et l’ego spirituel, c’est encore pire. Ça va le faire rentrer dans une contradiction, dans un échauffement, dans une colère terrible qui va consumer vos propres illusions. Ce n’est pas un jeu de mots quand on dit c’est l’État Naturel. Plus vous êtes naturels et spontanés, plus vous êtes disponibles pour la Vie.

On a parlé longuement durant ces deux premiers jours de l’Acceptation, de l’Accueil. Ne vous posez même pas la question de dire c’est acceptable, c’est inacceptable, c’est horrible. Mais avant de réagir, installez-vous dans votre corps, prenez des pinceaux, faites des sudokus si vous voulez, peu importe. Soyez pleinement présents dans ce que vous faites, quoi que vous fassiez, et tout se fera naturellement.

Si ça ne se fait pas, et regardez, on le fait tous encore par moments, vous êtes en train de faire quelque chose et vous pensez, il y a des pensées qui vous traversent. Vous faites le ménage et vous êtes en train de penser à ce que vous allez faire demain ou il faut que je fasse le repas de ce soir. Vous n’êtes pas dans l’Instant Présent.

C’est pour ça que j’ai parlé de peinture ou de jardinage, parce que c’est quelque chose que vous n’avez pas l’habitude de faire. Et quand c’est quelque chose dont vous n’avez pas l’habitude, ça nécessite une attention de la conscience, totale. Et là, la Liberté va vous trouver.

Mais tant que vous serez dans le vouloir, dans la volonté de comprendre, vous n’êtes pas disponibles. Vous êtes encore votre vie, votre histoire mais vous n’êtes pas la Vie. J’ai eu l’occasion de le dire hier, vous avez énormément de frères et sœurs, et surtout des sœurs, qui même avec des mots différents, parce qu’ils ne savent pas ce que c’est Agapè, mais ils vivent la même chose. Vous avez des gens connus et moins connus qui disent avec leur propre langage, la même chose.

Il n’y a pas plus de chakras que de mondes, il y a juste la Pure Félicité de l’Instant. C’est là où vous vous souvenez que vous êtes antérieurs à la création. Et c’est de là que vous voyez que l’ensemble de la création n’est qu’un rêve, une expérience inscrite dans ce qui n’existe pas, c’est-à-dire le temps, inscrite dans ce qui n’existe pas non plus, qu’on appelle les dimensions.

Et d’avoir parcouru certaines dimensions, comme j’ai pu le faire, toutes les dimensions, m’a amené à comprendre et à vivre que rien de tout ça n’était vrai. Seul était véridique l’Instant Présent qui ne dépend d’aucun monde, d’aucune histoire, d’aucune condition et d’aucun futur. C’est tellement simple. Tout le reste, ce ne sont que des délires, des illusions qui ont été entretenues déjà par les religions, mais ensuite par tous les mouvements spirituels sans exception, je dis bien, sans aucune exception.

C’est bien pour ça d’ailleurs que Frère K nous avait prévenus fin 2012, dans le dernier trimestre, qu’il fallait arrêter toutes les sociétés, toutes les associations et tous les regroupements. Ça c’est fait tout seul pour ceux qui connaissent l’histoire. Parce que la Liberté ne souffre aucun compromis avec quoi que ce soit d’autre que l’Instant Présent.

Vous ne pouvez pas me croire, je le répète à chaque fois, vous ne pouvez pas me suivre, vous ne pouvez que le vivre ou pas. C’est vous qui lâchez les histoires, les énergies, les vibrations, les scénarios passés, les scénarios futurs, et là vous êtes libres. C’est instantané. Si ce n’est pas instantané, je vous invite à regarder à l’intérieur de vous la peur de mourir qui est vôtre.

J’ai dit et déjà bien avant cette période, que la spiritualité … (Coupure) … faire face à la peur de la mort. Dans l’Instant Présent, vous n’êtes jamais nés et donc vous ne pouvez mourir. Ce qui disparaît, c’est la forme, dans le Paradis Blanc. Ce qui disparaît, c’est la conscience, grâce au Paradis Blanc. Il ne reste que la Félicité Pure, Shantinilaya, la Demeure de Paix Suprême, et c’est tout.

Aujourd’hui, il ne faut plus se raconter d’histoires, à soi-même ou à l’autre. Bien sûr qu’entre nous on peut parler des vies passées, mais on n’y est ni attaché, ni soumis, et on n’est surtout pas dupe. À ce moment-là, la Liberté est totale. Vous pouvez sentir les énergies, vivent les énergies, mais vous êtes centrés au Cœur du Cœur, au Temps Zéro.

Et vous voyez réellement, concrètement tout ça, comme des amusements, des jeux. C’est pour cela que je l’ai appelé un jeu vidéo, parce qu’il n’y a même pas d’acteurs. Il y a juste un programme qui a été écrit. Vous savez aujourd’hui, que les scientifiques, les physiciens de pointe, affirment tous que nous sommes dans une simulation informatique.

Vous voulez connaître la vérité ? Regardez Matrix. Nous sommes dans une simulation informatique, mais tant que vous croyez à la spiritualité, à un devenir, vous ne pouvez pas le voir, ni le vivre. Arrêtez le moteur de la souffrance quelle qu’elle soit, même si vous êtes en fin de vie, c’est vous installer dans cette Béatitude, qui n’est pas ailleurs que là, Ici et Maintenant.

Faites-en l’expérience et vous ne pouvez être que convaincus. Voilà, pour les ondes scalaires et dérivés.

Élisa : Tu as parlé de tout sauf des ondes scalaires.

(Rires)

Ah si, j’ai parlé des ondes scalaires. Je vous ai donné les cinq figures principales. Je vous ai dit qu’elles pouvaient être imprimées, tracées. Il y a d’ailleurs des artistes qui ont tracé des très beaux tracés des Tesseract à vingt-quatre pointes, et qui sont aussi efficaces sur écran, imprimés, qu’en carte-mère comme on les a faits. En général, c’est du laiton argenté, cuivré ou recouvert d’or. Ça pourrait être gravé dans la pierre. Si vous aviez même la capacité de vous le représenter dans votre tête, comme certains en sont capables, avec le tracé dans votre tête, vous vous placerez vous-même au Temps Zéro.

Cet Inconnu qui est maintenant connu, concerne suffisamment de consciences, pour que tout ça soit facilité pour n’importe qui, indépendamment de toute croyance qui s’immergerait dans l’Instant Présent. L’enfermement, lié au virus, n’a pas seulement permis à beaucoup de gens de se rendre compte de la manipulation, mais beaucoup se sont retrouvés. Ils n’avaient aucune notion spirituelle, ne sentaient aucune énergie, aucune vibration, aucune porte, aucune Étoile, aucun chakra, aucune entité. Ce sont des êtres qui vivaient leur vie simplement sans se poser de question. Ils étaient totalement dans leur vie, dans le présent et donc, disponibles.

Je ne vais pas me faire d’amis. Le plus grand piège aujourd’hui par rapport à la Vérité est la spiritualité. C’est l’ultime piège de tous ces gens qui veulent vous emmener à prononcer des séries de chiffres, à pratiquer des exercices qui portent des noms exotiques, des gens qui vous vendent de l’histoire, qui vous disent, vous avez été ceci, vous serez cela.

Comment voulez-vous penser, à ces moments-là, à être dans le présent? Ce n’est pas possible. C’est impossible. Je ne vous demande pas encore une fois de me croire ou d’accepter. D’ailleurs quand je dis ça, je suppose qu’il y en a beaucoup qui doivent être dans une rage folle. Tant mieux! La rage consume dans le Feu de l’Amour.

(Rires)

Nous aurons des témoignages qui nous sont parvenus pour Omraam, je crois, quand il reviendra, de frères et sœurs qui sont en train de mourir d’une maladie et ils sont dans une Paix incroyable. D’ailleurs, tous ceux qui ont fait de l’accompagnement des personnes en fin de vie, s’aperçoivent que de plus en plus de gens qui vont partir, sont dans la Lumière avant de partir.

Vous savez, quand j’étais jeune, je travaillais au «SAMU», aux services d’urgence, et on était appelé parfois pour des gens qui étaient morts déjà dans leur sommeil ou autre. Et déjà à cette époque, j’étais très surpris, quel que soit l’âge, de voir des gens qui étaient morts avec un sourire de béatitude, et d’autres qui étaient morts aussi dans leur sommeil, avec un masque de souffrance terrible.

Aujourd’hui, la mort est une Béatitude. C’est aussi une façon de se réveiller, parce qu’il n’y aura plus de réincarnation. Il n’y aura plus besoin de forme. Et pour tous ceux qui le vivent aujourd’hui, vous savez que vous êtes chez-vous, et quand on est chez soi et qu’on le sait, qui aurait le désir ou la volonté de manifester le moindre monde ou la moindre forme? La sixième race-racine donc, dont ont parlé tous ces gens, c’est exactement ce que nous sommes en ce moment. C’est la réunion, la fusion, pas seulement avec l’Esprit Solaire mais avec l’ensemble de la Création.

Les cétacés ont libéré, les baleines ont libéré les Codes Source et le Chant de la Création, qui se traduira pour nous de manière audible, non pas par le chant de l’Âme qu’on entend dans l’oreille gauche, ou au son de l’Esprit à droite, mais par ce qui a été nommé les Trompettes, et le Chant de la Terre. À ce moment-là, tout le monde sera saisi d’effroi ou de joie, ça ne fait aucune différence, de peur ou de joie.

C’est le moment du Réveil. C’est le moment où le rêve est vu pour ce qu’il est. Il n’a pas à être jugé envers quiconque ou envers quelque entité. Comme je l’avais dit et comme on l’avait vécu il y a deux ans, il est question de réabsorber ce rêve, de réabsorber le rêve.

Ce que nous avions appelé, il y a deux ans, les absorptions des essences, aujourd’hui, on n’a plus besoin de votre attention et de votre désir. Dès que vous restez tranquilles, cela se fait tout seul. Si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’êtes pas tranquilles et qu’il y a en vous, ce que je vous invite à trouver, c’est cette peur de la mort et cette peur de l’extinction de la conscience. Il n’y a que ça.

Ça été dit et répété par les intervenants, la peur ou l’Amour, la souffrance ou la mort. Comme je l’ai expliqué en neurosciences, la douleur n’est pas nécessairement une souffrance. Elle devient souffrance quand vous vous y opposez, c’est-à-dire que vous ne l’avez pas transcendée…

(Remarque d’Elisa et rires)

… parce que vous ne l’avez pas accueillie. Acceptez ce qui est, occupez-vous de guérison après, mais pas avant, et vous êtes libres, même amputés de mouvement, en train de mourir, aucune importance.

(A nouveau, rires)

L’Amour met fin à la souffrance, pas à la douleur. Mais on s’en fout ! Ce qui fait mal, c’est la souffrance de la douleur. Mais la douleur en elle-même, elle est neutre. On voit bien d’ailleurs le seuil de tolérance à la douleur. Ce n’est pas le même chez tout le monde. Il n’est pas la même chez les hommes et les femmes. Les femmes ont tellement eu l’habitude d’encaisser la souffrance, qu’une femme peut encaisser une souffrance beaucoup plus grande qu’un homme. C’est la vérité.

Donc, plus vous allez être lucides, mais la lucidité peut résulter de la confusion totale. La lucidité peut se trouver à travers la confusion totale, parce qu’à ce moment-là, qu’est-ce qui se passe? Vous êtes en résistance à la Vie, ce que disait Nisargadatta, et quand vous êtes en résistance à la Vie, avoir besoin de comprendre, d’expliquer, de résoudre, vous n’êtes tout simplement pas disponibles dans la Vie.

La Vie a toujours coulé en abondance, mais nous ne pouvons pas le vivre … (Coupure) …, même les maîtres, comme on les appelait, mêmes les Étoiles, ne pouvaient pas vivre cet Absolu. Nous sommes ici sur Terre, en tant qu’humains dans ce corps, le point de résolution du mystère de la création.

C’est pour ça, qu’il a toujours été dit que ça devait se passer dans ce corps, au travers de ce corps, dans l’Ici et Maintenant, encadré des Quatre Piliers du Cœur. Vous n’avez besoin de rien d’autre. Si vous pensez ou croyez avoir besoin de quoi que ce soit d’autre, et il n’y a aucune interdiction si je peux dire, à utiliser une onde scalaire ou un cristal, mais vous devez réaliser que vous n’avez besoin de rien. … (Coupure) …, vous êtes la totalité de la création, tous les archanges, maîtres de Lumière et le diable sont à l’intérieur de vous, il n’y a pas d’entités extérieures. Tout ça, ce sont que des franges d’interférence de diffraction de la Lumière.

Quand vous arrivez à ce dernier stade, il n’y a plus de forme, de monde ou d’alibi qui tiennent. Et à ce moment-là, vous pouvez dire comme Bidi, comme moi, comme tant d’autres : « J’ai toujours été là.» C’est juste le personnage qui disparaît. C’est juste l’âme qui était piégée dans l’astral par ces mêmes forces spirituelles qu’on appelle les archétypes, les maîtres et les Étoiles. Mais il n’y a aucun jugement à avoir. C’était ce que nous avons écrit. C’est tout.

Allégez-vous de tout ce que vous croyez utile, même vos expériences, vos véhicules, ne vous sont d’aucune utilité pour être dans la Paix. Ça a pu vous rapprocher de la Paix, c’était le but, l’apparition du Supra-mental, qui a commencé à descendre sur cette Terre au moment où la plupart des maîtres sont partis, l’année 84, en tout cas pour tous ceux qui étaient incarnés.

Aujourd’hui, considérez qu’il y a un maître, où qu’il soit, incarné ou pas, est une hérésie. Vous ne pouvez jamais découvrir l’autonomie véritable en suivant qui que ce soit, aucun modèle, spirituel ou religieux, fusse t-il le plus prestigieux, n’offre aujourd’hui plus aucun intérêt.

Comment voulez-vous vivre qu’il n’y a personne, cette Absolue Béatitude, quand vous donnez votre accord à toutes ces histoires? C’est impossible. Ce n’est pas possible. Il n’y a que quand vous réalisez, ça s’appelle aussi la résilience, plus vous allez entrer en résistance, plus vous allez vous consumer. Une sensation de feu que certains ressentent, sont la dissolution des dernières illusions.

Même le Feu du Cœur, la Couronne Ascensionnelle, le Lemniscate Sacré et le Double Tore du Cœur, dont j’avais expliqué la structure, ne sont plus nécessaires. La clé est l’Instant Présent. La clé est la fainéantise, la divine Indifférence. Vu de l’extérieur, de celui qui est inscrit dans la personne, c’est pure folie. Bien évidemment, ils ne le vivent pas.

J’ai trouvé, hier, une phrase Ainsi parlait Zarathoustra que j’aime beaucoup de Nietzsche : «Et ceux qui dansaient furent considérés comme fous par ceux qui n’entendaient pas la musique», le chant de l’Âme, le chant de l’Esprit et le Cœur du Cœur. Il n’y a rien à justifier, il n’y a rien à démontrer. Nous ne pouvons que témoigner, pour ceux qui le vivent, avec des mots, avec le Silence, avec la Présence.

Nathalie.

Sœur : Oui. Je me demandais, le Double Tore du Cœur, …

Oui.

Sœur : … est-ce que, je n’arrive pas à me le représenter. En fait, ça rentre ici et ça sort derrière? Ou …

Non.

Sœur : … est-ce que ça rentre derrière aussi?

Non, non. Il y a ce qu’on appelle le Tore du Cœur c’est un double circuit oscillant. Il y en a un qui va de l’avant vers l’arrière, …

Sœur : Oui.

… au point Ki-Ris-Ti, à l’arrière, partant du centre du Cœur et l’autre qui part de l’autre côté de la poitrine, de Ki-Ris-Ti et qui revient au point du Cœur. Pourquoi tu veux te le représenter? À quoi ça sert ?

Sœur : Mais c’est juste pour le …

Non. Ce n’est pas parce que tu vas te le représenter que tu vas le vivre. Tu ne le vivras que quand tu arrêteras justement de te représenter quoi que ce soit. Vis-le et après tu te le représenteras. Tu vois? Donc, c’est un circuit …

Sœur : … je suis visuelle, tu vois, je n’arrive pas à le voir. Je comprends ce que tu dis, mais je n’arrive pas à le voir…

Il n’est pas question de le voir.

Sœur : Oui, je sais.

Je répète la phrase qu’Anaël m’a répétée pendant des années, à part Hic et Nunc, la phrase qu’il m’a répétée, et que maintenant je comprends parfaitement pour le vivre : «Savoir n’est pas voir. Et voir n’est pas vivre». Voilà, c’est aussi simple que ça.

Sœur : Merci.

Donc, allez à l’essentiel, là où il n’y a rien parce que vous y retrouverez tout. Mais tant qu’il y a le sentiment, la pensée ou le vécu, que vous êtes une histoire quelle qu’elle soit, même si vous avez la mémoire de vos vies passées, moi, je connais toutes mes vies passées, avec les dates et tout, mais je m’en fous, ce n’est pas moi. Je ne suis pas mes vies passées, même si c’est quelque chose qui est tangible. C’est mort, puisque moi je suis là, ici, présent.

Il n’y a rien de pire de croire que vous êtes le résultat de vos vies passées, parce que vous vous placez de vous-mêmes dans la loi d’action/réaction. Ça toujours été dit, il y a deux lois dans l’Univers, la loi d’action/réaction et la Loi de Grâce qui est Pur Amour. C’est la non-dualité.

Mais ça ne sert à rien de parler de la non-dualité, il faut le vivre. Et pour le vivre, il faut lâcher toutes les croyances, bien sûr, toutes les adhésions à quelques égrégores que ce soit, parce que l’égrégore, ce n’est pas seulement les forces spirituelles, le mot cancer est un égrégore. Dès qu’il y a égrégore, il ne peut pas y avoir Liberté.

Un ancreur et un semeur de Lumière, comme on disait avant, est seul parce qu’il sait que le monde, il le vit, que le monde est en lui. Et que tous les autres ne sont que lui. Ce n’est pas un jeu de mots. C’est la réalité du vécu. On n’est plus dans les concepts. On n’est pas dans les énergies. On n’est pas dans les vibrations. On n’est pas dans les visions. On n’est pas dans les histoires. On n’est pas dans l’avenir ou dans un devenir. Plus vous allez vivre ça, plus, comme disait Bidi je crois hier, vous aurez le sourire aux lèvres quoi qu’il arrive, parce que vous vivez réellement que c’est un jeu vidéo.

Alors bien sûr, dans le jeu vidéo ou d’ailleurs comme sur la scène de théâtre, l’acteur qui joue la même pièce de théâtre tous les jours, peut parfois changer de mots ou changer d’expressions. Dans le jeu vidéo, vous déplacez des manettes où toutes les possibilités ont été écrites. On est dans une simulation informatique binaire où le programme est parfaitement écrit. Voulez-vous faire partie du programme? Ou voulez-vous voir que c’est vous qui avez écrit le programme pour vous souvenir?  Comme on le dit : « Allez à l’essentiel.»

Laissez la Vie se vivre et plus vous ferez cela, plus vous constaterez réellement et concrètement que vous n’avez pas besoin de souffrance, que vous n’avez pas besoin de maladie quel que soit votre âge, en tout cas de maladie chronique. Vous avez le droit d’attraper le covid ou un rhume. Mais ce n’est pas pour ça que vous serez malades. Vous passez une maladie, mais vous ne serez jamais malades. C’est impossible.

Et il y a aussi cette grande Liberté parce que quand vous vous affranchissez des modèles, même des canalisations, – moi, je ne suis pas dupe depuis 2012, je n’ai fait qu’accompagner l’histoire, tout en sachant qu’il n’y a aucune histoire, depuis huit ans -, quand vous n’êtes plus dupes, vous pouvez jouer avec ce que vous voulez, avec le reiki, avec ce que vous avez envie. Mais vous n’êtes plus dupes. C’est-à-dire que vous n’attribuez pas un rôle ou une fonction de libération à tous ces outils qui vous permettent simplement d’être bien dans ce monde, mais, il n’y a aucune Liberté là-dedans.

La Liberté, elle est totale ou elle n’existe pas. Elle n’est ni intérieure ni extérieure, même si à un moment donné on a parlé de Liberté intérieure, seulement intérieure, parce qu’en l’Absolu, réellement et concrètement, il ne peut pas y avoir de dedans et de dehors. Tout ce qui est dedans est dehors et tout ce qui dehors est dedans. C’est le Tout et le Rien.

Le Tout contient le Rien et le Rien contient le Tout. C’est ce que nous avions appelé à l’époque la jonction de l’Être et du Non-Être qui aujourd’hui dans l’Absolu, ne veut strictement plus rien dire. Il n’y a pas plus d’Être que de Non-Être. Il y a la Vie du rêve qui coule, et il y a la Béatitude, sans forme, sans temps et sans espace. À ce moment-là, vous jouez le jeu, votre rôle, que vous soyez père de famille, industriel, balayeur, ça ne change rien. C’est juste un rôle que vous avez forgé, que vous avez écrit aussi, simplement pour être là où vous êtes maintenant.

D’ailleurs, réfléchissez. Où voulez-vous être à part là où vous êtes? Juste là, au milieu de votre Cœur, Ici et Maintenant. Pas dans une rêverie de quelque nature que ce soit. C’est affreusement simple.

Avez-vous des questions parce qu’il n’y a que moi qui parle là.

Les ondes scalaires, bon, je vous ai donné vraiment les rudiments. Si vous voulez plus d’indications, j’ai fait des satsangs entièrement consacrés à ça. Alors, vous tapez le mot-clé satsang sur le site Apothéose.live de Louis Geary, ou sur Facebook, et vous allez retrouver ça.

*** Lien sur Apothéose (apotheose.live) : ONDES SCALAIRES – 5 décembre 2019 (Québec) ***

Plus les mois passent, les semaines passent, moins je peux m’appuyer sur ces connaissances réelles que j’ai acquises, parce que je ne peux pas faire autrement, ce n’est pas un souhait mental de dire, non, l’Évidence est tellement évidente, que tout ça m’apparaît aujourd’hui comme certes utile pour la santé, pour l’énergie, mais n’a aucune utilité pour la Vérité. La Vérité est nue.

Question.

Élisa : Je vais voir si …

Regarde en espagnol si tu as des questions.

Sœur : Les scalaires, elles fonctionnent comme ça et comme ça ?

Comment?

Sœur : L’onde scalaire, tu sais on a des tout-petits nous, …

Oui. Je sais. Ça marche très bien.

Sœur : Ça fonctionne dans les deux sens ?

Dans les deux sens, il n’y a pas de sens.

Sœur : Voilà, c’est ça, si on met ou pas, il n’y a pas de sens.

Il n’y a pas de sens. L’onde scalaire, elle se propage on dit à l’infini, parce que ce n’est pas électromagnétique, ce n’est pas soumis à l’électricité ou au magnétisme, même si elle est générée par les générateurs électriques comme les générateurs Lakhovsky ou Prioré.

Sœur : Et si on veut la porter? On peut le mettre …

Oui. Moi, il m’arrive de la porter.

Mais, je n’ai pas écouté, c’est en espagnol.

Élisa : C’est que j’essaie de le lire…

Ah, pardon.

Élisa : … de l’enregistrer, de le comprendre moi et pour pouvoir le traduire. Alors, message de mon personnage.

(Discussion entre les participantes du groupe en espagnol.)

Frère : J’ai une question.

Comment, attends. Il y a une question. Tu voulais poser une question ou … Bien, vas-y; le temps qu’elle traduise parce qu’apparemment ce n’est pas …

Frère : Sur les ondes scalaires, on avait travaillé sur tout ce qui est ondes de forme, etc… Ça a commencé aux pyramides, tu le retrouves dans les cristaux, ça a des résonances dans ton corps, …

Sauf que les ondes de forme comme les pyramides sont fossilisantes, sauf que les ondes de forme comme la Fleur de vie, dont tout le monde parle, est un enfermement.

Frère : D’accord. Mais la merkaba, qu’on appelle par exemple …

Ah la merkaba, c’est autre chose, la merkaba interdimensionnelle.

(Élisa mentionne que la traduction est importante)

On parlait des ondes de forme. Par exemple, la merkaba, d’ailleurs le cristal, par exemple la pyramide, ce sont des systèmes fossilisants. Tout le monde le sait. Vous pouvez créer une pyramide en carton, en ce que vous voulez, vous mettez un morceau de viande, il ne pourrira jamais, il va se fossiliser. C’est l’inverse de la Vie. C’est la cristallisation de la Vie. C’est l’inverse de la Vie. Alors bien sûr, les ondes de forme peuvent être thérapeutiques, on ne le nie pas. Mais pour la conscience, c’est enfermant. L’onde scalaire est aussi une onde de forme.

Élisa : Elle est aussi enfermante ?

Non, pas du tout puisqu’elle amène au Temps Zéro. Heureusement.

Élisa : … je veux parler de la fleur de vie.

Sœur : Est-ce qu’on n’est sûr ? Un jour c’est ça, un jour … Moi, ce que je ne comprends pas c’est qu’à chaque fois il y a de nouveaux trucs, on le voit bien. Un jour c’est ça, un jour c’est autre chose. Au bout d’un moment, je crois qu’il faut arrêter, quoi. Moi, c’est ce que je pense.

Qu’est-ce qu’elle a dit?

Élisa : Elle dit qu’un jour c’est une chose, et qu’un jour c’est autre chose.

Par rapport à quoi ?

Sœur : Bon au fait, par rapport à toi-même, tu as évolué. Tu parles que tu as évolué. Tu ne cesses d’évoluer en permanence. Tous les enseignants comme toi, ils évoluent, ils comprennent … et en même temps, j’avoue que je suis toujours surprise de voir comment vous êtes assez, pas péremptoires, mais assez sûrs, et puis demain vous allez parler d’autre chose mais avec la même assurance, quoi.

Bien sûr.

Sœur : Donc, en même temps c’est bien. C’est vrai qu’il faut être assuré quand on transmet quelque chose, mais au bout d’un moment, voilà, je pense qu’il faut prendre du recul, sur tous ces trucs.

Ah oui, tout-à-fait, j’en parle, comme je l’ai dit, non pas pour vous qui êtes là et qui vivez tout ça, mais pour les gens qui débarquent et qui perçoivent avoir besoin de ça.

Sœur : Oui, c’est ça. Après, c’est des outils, mais après, ces outils sont là en ce moment, mais demain, il y en aura un autre. … en fait, ça ne va pas du tout. On va dire complètement l’inverse. Mais, ce qui m’étonne quand même, c’est qu’on passe de l’un à l’autre, c’est-à-dire qu’on a un outil …

Ce n’est pas l’inverse.

Sœur : Et que après, bon après on se rend compte que notre outil était pas au top quoi, je veux dire….

Mais, ce n’est pas l’inverse.

Autre sœur : Non, ce n’est pas ça, c’est que, en fait, tout est déjà là…

C’est complémentaire.

Autre sœur : … Mais il y a un moment donné où cette information va être utile, …

Sœur : Oui, oui, non mais c’est sûr.

Autre sœur : … et à un autre moment donné, d’autres vont la capter et à un moment donné, elle n’a jamais été captée. Donc, en fait, à chaque fois …tu te reposes sur une spirale de dimensions, tu vois … Il te semble que ce sont des différentes dimensions

(Elles parlent en même temps.)

Autre sœur : Il te semble que c’est différentes informations, mais en fait …

Sœur : Non, non, ce n’est pas ça ce que je veux te dire, c’est que les outils ont tous leur raison d’être, tout a sa raison d’être de toute façon. Voilà. … Mais, après pour les personnes, à un moment donné, pour telle personne tel truc, etc. Mais ce qui m’étonne c’est que, quand on présente un outil, ça paraît logique de garder vraiment une vraie distance … tel qu’il est, tel qu’on le connaît aujourd’hui. On reproche à la science d’être péremptoire aussi, la science qui sait tout, etc… c’est exactement pareil. Avec les outils, on présente un outil, ah bon oui, c’est extraordinaire et puis après, on en voit un autre … Et ça, ça fonctionne exactement de la même manière.

(Ça parle en même temps.)

Elisa : Moi je ne le vois pas comme ça.

On ne le voit pas du tout comme ça. C’est un point de vue. Pour moi il n’y a aucune contradiction entre utiliser un cristal ou un comprimé de doliprane (aspirine, paracétamol), et être libres.

Pour les amis espagnols, tu résumes.

(Élisa traduit.)

Si vous avez, je ne veux pas citer de nom, mais vous avez, par exemple des gens qui parlent de cette présence, vous leur demandez ce que c’est qu’un chakra, et ils vous regardent avec les yeux…

Élisa : Il faudrait attendre que je termine parce que c’est important.

(Rires – Élisa poursuit la traduction)

Traduction en français, en gros.

Élisa : Bien, c’est ce que tu as dit en fait.

(Rires)

Sœur : Mais tu le dis avec une telle intensité que, on est là…

(Élisa continue en espagnol.)

Oui ?

(Rires)

Élisa : Je disais, c’est ce que tu as dit, mais qu’on n’a pas compris.

De quoi?

Élisa : Mais ce que tu as dit.

(Rires)

Élisa : En fait, je disais, que elle, elle disait une chose. Et que elle, elle disait autre chose. Et qu’en fait, ce que tu disais c’est ni ça ni ça, c’était au-delà de ça.

C’est bien.

Sœur : Je ne disais pas autre chose, je disais tout est là et les formes y sont, mais simplement on ne peut les connecter qu’à partir du moment où quelque chose, en fait, je veux dire comme tu dis, les chakras, moi, j’ai toujours vécu sans savoir ce que c’était un chakra et ça s’est passé très, très bien. Je n’en avais nul besoin. Je n’imaginais même pas que ça existe un chakra. Tu vois. Et pourtant, je savais que j’étais là et que c’était moi qui étais là et rien d’autre.

Élisa : Oui, mais il y a des gens qui ont peut-être besoin de passer par un chakra.

Oui. C’est ça, tout est possible.

Sœur : Absolument, on part dans les informations … qui deviennent informés pour, et donc, ça, c’est une chose et …

Élisa : Il y a des choses qui n’étaient pas possibles avant. Ce n’est pas une évolution, c’est par exemple, les triangles, comme il a expliqué, ça cristallise, ça cristallise et alors, tout était là. Par exemple, les ondes scalaires étaient là aussi, mais on n’arrivait pas aussi à ça …

Alors, et à ce moment-là, en totale contradiction même avec ce que j’ai vécu, avec l’énergie, les cristaux et autres, tout ça c’est du cinéma par rapport à la Vérité. Oui, je sais. Mais je suis bien obligé de montrer le cinéma ou, entre guillemets, de vous faire tourner autour du pot pour trouver le pot.

L’intelligence, c’est quoi? Je ne parle pas du mental, mais l’intelligence. Ce n’est pas le QI (quotient intellectuel). L’intelligence, sans même parler de l’Intelligence de la Lumière, l’intelligence humaine, pas le mental, c’est la capacité à relier des éléments apparemment disparates, pour voir la causalité et aller au-delà de la causalité.

Mais, je conçois tout à fait, et d’ailleurs il y a plein de gens qui parlent, qui s’expriment, tu l’as très bien dit, qui ne savent même pas ce que c’est qu’un chakra. Et ils sont libres.

Sœur : C’est voir l’évidence parce que l’évidence, elle est …

Elle est évidente.

Sœur : … elle est immédiate, elle t’informe immédiatement …

Exact.

Sœur : … que tu n’as pas besoin de passer par rien du tout …

Et que, aujourd’hui, parler de chakra …

(Ça parle en même temps.)

Par rapport à la Liberté, ça ne sert à rien.

Élisa : À ce moment l’aspirine, il disait souvent que l’aspirine …

Par contre, quand je veux traiter …

Frère : Ce n’est pas la même la même chose le fait de se réveiller et se libérer.

Élisa : Il dit que ce n’est pas la même chose le fait de se libérer que de se réveiller.

Oui, tout à fait.

Élisa : … parce qu’il y a des gens qui se réveillent mais qui ne sont pas libres.

Tout à fait. Il y en a énormément. Combien de gens se sont réveillés depuis 2012 ? Beaucoup.

Frère : Quelqu’un qui se réveille mais ne se libère pas.

Ce n’est pas la Liberté.

Frère : Mais pour se libérer, il faut être en-dehors du système duel. C’est ça.

Le Réveil, c’est le Réveil du Rêve.

Frère : Oui, mais pour se libérer, il faut être en-dehors du système duel.

Il faut voir le Rêve, il faut le vivre pour voir que c’est qu’un rêve. C’est l’acceptation qui crée ça.

Sœur : En fait, ce n’est pas dehors, parce que si tu veux … un, tu le mets à l’extérieur de toi. Alors, qu’en fait, c’est une dualité, tu l’impliques comme ça, tu as cette acceptation en même temps …

Et vous avez d’ailleurs des …

Sœur : … tu n’as pas de distances, tu ne prends plus la distanciation de tout ça, tu intègres simplement.

Comme disait Dorothée, bien sûr. On est parmi ceux qui sentent les énergies, puisque la plupart ici les sentent, on est passé par là. Mais je dis qu’aujourd’hui, il y a une voie instantanée puisqu’il n’y a pas de chemin, qui est l’acceptation qui résout tout.

Élisa : C’est vraiment un passage. Parce que tu peux être très réveillé, mais si tu n’acceptes pas…

Frère : Il peut y avoir beaucoup d’informations.

On est d’accord. Oui, bien sûr.

Élisa : Alors, moi je ne sais pas. Je ne suis pas intelligente, mais je capte les choses.

Oui. L’important, ce n’est pas l’intelligence. Tu dis, tu n’es pas intelligente, non, ce n’est pas ça. Tu relies les choses quand tu les captes.

Sœur : Ce qui doit te parvenir, te parvient immédiatement.

Élisa : Voilà. Je capte les choses mais je ne peux même pas les expliquer. C’est lui qui les explique. Moi, je ne sais pas les expliquer. Mais je sais que c’est comme ça, mais je ne sais pas pourquoi je le sais, je ne même sais pas.

Sœur : Mettre des mots sur ce qui n’existe pas …

Élisa : Je ne sais même pas. Je ne sais même pas analyser, décortiquer. Je sais que c’est ça et je capte les mots, c’est comme si tu les avalais, mais tu ne peux pas les expliquer après.

Sœur : C’est la difficulté.

Rappelez-vous, la conscience fonctionne toujours : analyse, synthèse, intégration. Oui, j’ai pris l’exemple du permis de conduire, c’est la même chose, analyse, mais il y en a qui sont passés d’emblée à l’intégration.

Élisa : C’est ça, ce que tu dis. Non ?

Tout à fait. L’intelligence, la capacité de relier les choses débouchera immanquablement sur le Silence. Ton intelligence est remplacée par l’Intelligence de la Lumière, c’est ce qu’on répète depuis déjà des années.

Sœur : … qui semble évidente, en toute circonstance, même si tu es en face de quelqu’un qui te dément, qui essaie de te démentir, quelque chose pour l’intelligence primitive, … (Coupure)… il y a un truc qui cloche dans …

Élisa : Voilà. Exactement. C’est exactement ça et pourtant l’analytique est mieux. … Elle te le démontre que ce n’est pas comme ça.

Sœur : Elle va te mettre des mots qui vont te permettre d’articuler une idée avec laquelle tu vas œuvrer pour peut-être démontrer ton évidence, qui est là. Et c’est ça en fait, cette articulation qui va faire que tu vas informer ce qui est informe.

Élisa : Voilà, exactement.

Sœur : Et donc, à partir de là, oui, tu peux naviguer dans cette dimension, tu vois, tu es très souple au fond.

Vous êtes dans le jeu vidéo …

Sœur : … de ce qui arrive. Voilà.

On est dans le jeu vidéo, j’assume tellement le jeu vidéo. Si j’avais fait de l’art, je vous aurais parlé de peinture. J’ai étudié les neurosciences, la médecine chinoise, bon.

Sœur : Là encore, même dans l’art, moi quand j’ai commencé à toucher la terre, à un moment donné, j’en avais besoin, et je regardais, par exemple, quelque chose qui sortait d’une, j’avais une motte, et tout d’un coup, sortait quelque chose que je ne reconnaissais pas. En l’occurrence, je pourrais parler, j’avais une …

Attends, attends, il faut traduire pour les autres parce que là, on n’est pas seuls.

Sœur : Voilà, je vais résumer très, très vite, si tu veux. C’est que, il y a dans la motte de terre elle-même quelque chose que tu ne sais pas, mais qui vient de l’intérieur. Ça passe au-delà de ce que tu veux faire, (…), ça s’inscrit.

Élisa : Il y a des peintres qui réalisent des œuvres, il y a des … ça vient d’où ça? Il n’y a pas de technique.

Sœur : Non, c’est dedans.

C’est la spontanéité.

Sœur : Oui, de l’évidence, c’est l’évidence.

C’est le moment où tu deviens suffisamment transparent et vide pour laisser l’intelligence créatrice manifester.

Sœur : Parce que moi j’étais en bilocation, si tu veux. Et je regardais ce qui est écrit là, je me disais, mais enfin ce n’est pas moi ça, qu’est-ce que c’est que cette image ?

Oui, c’est comme ça que ça fonctionne.

Sœur : Le corps d’une femme enceinte, parce que je ne voulais pas non plus d’enfant, tu vois …

C’est l’état spontané et naturel.

Sœur : … Sans tête, sans bras et sans jambes, tu vois la porteuse sans tête et c’est tout, … et ça paraissait dans la motte, tu vois.

Mais, en vérité, on ne crée rien, parce qu’en physique, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Alors, rends-toi compte, quand tu fais de l’énergétique, tu dis que tu apportes de l’énergie. Ce n’est pas vrai, puisque le système est clos, ce qu’on appelle l’entropie. Donc, on emploie des concepts, on démontre qu’il y a des atomes, comme je disais, par exemple, un atome de n’importe quoi, les protons, électrons, mais tout ça est vide, la matière, c’est du vide.

(Ça parle en même temps.)

Élisa : Je n’arrive pas à comprendre tout ça mais je comprends l’essence.

Bien sûr.

Élisa : Je ne le comprends même pas, …

Tu le vis.

Élisa : … Je le vis ou je le sens et je ne peux même pas te l’explique, parce que je ne suis pas intelligente pour décortiquer ça. Mais je le capte la première.

Ce n’est pas une question d’intelligence. C’est une question de mental, il y en a qui ont la structure pour étudier et relier, et d’autres qui le vivent instantanément sans avoir besoin de relier. C’est l’exemple que je donnais surtout par rapport aux femmes qui s’expriment aujourd’hui, les noms vous les connaissez, bon, il y en a des dizaines, que ce soit Nasreen, Ginette, Betty et tant d’autres. Elles le vivent. Mais n’allez pas leur demander de vous expliquer les chakras, les portes, les Étoiles ou une autre dimension.

N’oubliez pas quand même, que dans cette histoire, il y a des êtres qui vous montrent la scène de théâtre et qui vous montrent les rouages. C’était le but d’Autres Dimensions.

Pourquoi? Parce que les plus dangereux par rapport à la vérité, c’est qui ? C’est ceux qui sont dans la spiritualité, comme je l’ai été pendant tant d’années. C’est une escroquerie totale. Il n’y a que vous. Il n’y a que Agapè. Tout le reste passe. Mais il y avait une logique, de remonter le fil et de démontrer, mort ou vivant, l’escroquerie de la spiritualité et de la conscience. Certains le vivent spontanément. Ça a été dit. L’être le plus simple qui est simplement dans sa vie et qui a bon cœur, est bien plus proche de la Vérité que celui qui vit les énergies, les vibrations et autres. Mais il fallait bien …

Sœur : Même pas de bon cœur, parce que tu ne te poses pas …, enfin tu es le cœur, donc tu ne te poses pas la question si ton cœur est bon ou pas. Tu arrives et tu sais très bien que bon, tu es en relation, donc en contact, et en fait, c’est l’extérieur qui te semble bizarre, qui te semble étrange.

Oui.

Sœur : Tu vois c’est cette peau extérieure dans laquelle tu viens te baigner, que tu viens de mettre et tu dis, mais comment il pense les choses, comment …, et là tu commences à organiser ton propre mental, c’est le tien celui-là. Et tu vois bien les manteaux qui existent autour, d’ailleurs que tu ne pénètres pas parce que, ben parce que tu ne sais pas où ils sont. Tu ne comprends pas ce qu’ils sont, tu ne comprends pas ce qu’ils vivent et pourtant …

Sœur : … Enfin moi, ils étaient dans une boîte, tu vois, je n’arrivais pas à rentrer dedans. Alors que je pouvais rentrer, je pouvais contacter mes guides, on va dire guides entre guillemets, à n’importe quel moment que je voulais, bon, sauf qu’en fait, j’y serais restée tout le temps, parce qu’ils étaient obligés de me garder, parce que, dès qu’ils n’étaient plus là, je disais …

Attends, attends, parce qu’il y en a plein qui ne comprennent pas, là.

Résumé.

(En espagnol)

Avez-vous besoin d’une pause ou on continue sur la lancée ? On a fait deux heures. C’est vous qui décidez.

Élisa : Une petite pause.

On fait une petite pause. On reprendra de une heure à deux heures, par exemple, avant le repas.

Mais, j’aimerais, j’aimerais, j’aimerais vers la …

Elisa : Pour moi, on reprend à une heure, deux heures moins dix, parce que j’ai …

Oui, oui, oui. Donc on reprend à une heure moins dix jusqu’à deux heures moins dix.

Ce que j’aimerais aussi, quand même, parce que quand on discute ensemble, hors micro et hors session, vous me racontez tous des choses extraordinaires sur ce que vous avez vécu, et c’est important que les gens entendent. Parce que comme on dit : « Tous les chemins mènent à Rome.» Et c’est la vérité.

Sœur : Moi, j’ai vraiment … à un moment donné, bon, parce que moi j’avance au moment présent, j’oublie, j’oublie ce qui s’est passé, tu vois, même si quelqu’un m’a fait une crasse…

Oui. C’est ça la Vie.

Sœur : … deux jours après, je ne m’en rappelle même plus, même si ce sont les autres qui me disent, qui portent de la haine, ce qui est extrêmement chiant et lourd et : « Ah oui, mais tu ne te rappelles pas ce qu’on t’a fait ? Oh, c’était hier, aujourd’hui c’est encore autre chose, je n’ai pas besoin … », et puis c’est comme ça que je me débarrasse …

Élisa : Moi, je ne m’en souviens plus, je perds la mémoire alors, ça m’est encore plus facile, je ne me rappelle pas …

(Ça parle en même temps.)

Allez. On va faire une pause jusqu’à une heure moins dix et on reprendra pour une heure. Et je vous demanderais de penser à ce que vous avez envie de dire de votre vécu parce que chacun a un vécu différent. Et le but est de vous faire résonner, non pas vibrer, mais résonner à ce qui est dit. Parce que si vous trouvez un point de concordance avec votre vécu, ça va amplifier, pour tous ceux qui écoutent, la compréhension et le vécu, les deux.

C’était le but des témoignages et vécus d’Agapè ou des soins Agapè. Mais aujourd’hui, chacun de vous a quelque chose à dire où l’autre va se reconnaître. Il n’y a pas de divergence. Simplement, …

Bon, on reprend tout à l’heure à une heure moins dix.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2019 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable