Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

O.M. Aïvanhov (Partie 3)

Casa de vida Shantinilaya
1er Août 2020


Eh bien chers amis, je me fais une joie de vous retrouver.

Vous avez vu, j’ai pris un abonnement n’est-ce pas. Je pense qu’il est …

Elisa : Hey …

Ah oui, il faut que tu traduises, c’est vrai !

(Rires)

Je vous transmets toutes mes bénédictions. N’hésitez pas à poser toutes les questions qui passent en vous. Ce n’est pas seulement une réponse pour vous, mais ça peut trouver des échos, des résonances avec ceux qui écoutent, qui lisent ou qui sont là.

Alors chère amie, je vais écouter d’emblée ta première question.

Élisa : Cher Pépère, depuis si longtemps que vous nous accompagnez avec toute cette patience, et nous voilà pas loin de la grande scène finale. Bidi a dit que certains avaient décidé de partir plus tôt. Je fais sans doute partie de ceux-là. Des métastases viennent d’être détectées sur ma colonne, sur le cou, la tête, et je sens que je vais partir bientôt.

Tête de caboche m’a dit que je dois rester pour la scène finale. Je veux bien essayer mais je ne peux pas changer grand-chose. Je suis dans une tranquillité et une plénitude à l’idée de partir. Je n’aspire plus qu’au silence. Bien sûr je m’occupe de ma famille qui est dévastée mais je me sens totalement en paix.

Alors merci, merci à vous Pépère, et à tous les intervenants, à Jean-Luc et à tous les frères et sœurs.

Bon, je traduis en espagnol ?

Et bien sûr.

[Traduction)

Alors chère amie, je vais revenir un petit peu puisque […] de suivre ce que je dis depuis longtemps.

Depuis la fin de l’année 2011, la plupart des frères et sœurs humains endormis, qui perdaient leur corps, étaient placés, je l’avais dit, en stase, pour vivre la transfiguration et la transsubstantiation au moment de l’évènement collectif.

Mais j’ai aussi dit, pour des frères et des sœurs réveillés, libres, qui ont quitté ce corps dont certains depuis 2012, que eux n’avaient pas besoin d’être en stase. Ils ont revêtu leur costume d’éternité, leur corps d’êtreté, et ont été très actifs, invisibles à vos yeux, en particulier sur les cercles de feu, quand les cercles de feu devaient vous accueillir dans une succession linéaire d’évènements, avec une chronologie précise qui avait été décrite par l’Archange Anaël.

Et si tu as suivi, ça fait déjà plus de trois ans que nous vous disons que tout sera synchrone. Et la chronologie donnée par Anaël n’a plus cours et que tout se produirait, plus vous aviez du temps, se produirait dans un laps de temps pour vous extrêmement court.

Alors tu pourras dire à Tête de Caboche, comme tu es en paix et libre, tu assisteras de toute façon au spectacle, que ce soit dans ton corps physique ou dans ton corps d’éternité, et ceci en toute lucidité.

C’est-à-dire que lors du banquet final, vous aurez accès à la réalité de ce corps d’éternité vécue avec les frères et les sœurs qui sont encore incarnés. Donc tu diras à Tête de Caboche que ce n’est pas toi qui choisis. C’est l’Intelligence de la Lumière puisque tu le vis.

Mais que tu sois avec ton corps ou dans ton corps d’êtreté, vous ferez tous la fête ensemble avant la résolution ultime, que ce soit sur les cercles de feu, que ce soit là où vous êtes. Il n’y aura plus aucun voile, dès l’instant où les signes et les choses qui doivent se produire commenceront à (…) (ascensionner ?). Vous voyez.

Donc tu diras à Tête de Caboche que ça n’a pas d’importance que tu aies ton corps ou pas, parce que vous vous retrouverez tous sans aucune exception, même avec ceux qui sont en stase aujourd’hui, et vous vivrez le banquet final très peu de temps avec la Paradis Blanc.

D’ailleurs beaucoup d’entre vous s’aperçoivent qu’ils perçoivent ou voient des entités de manière beaucoup plus importante qu’auparavant. C’est la disparition des voiles dimensionnels qui n’existent plus dans le ciel, mais qui sont encore actifs sur cette terre. Mais ce voile est déchiré, ce qui explique que beaucoup d’entre vous voient ou sentent les entités, de toutes natures.

Tout sera révélé. Ce n’est pas uniquement les histoires sordides de ce monde mais vous vivrez qu’il n’y a jamais eu de séparation, et que c’était ce que j’avais nommé le système de contrôle du mental humain qui maintenait ces voiles par la peur et l’ignorance, par l’asservissement aux religions, ou n’importe quel asservissement.

Tout sera vécu et dévoilé dans un temps extrêmement réduit, mais au sein duquel vous vous retrouverez de toutes les manières possibles pour célébrer avec les amis et les frères et sœurs très proches, surtout si vous avez des histoires passées karmiques, qui n’ont plus rien à voir bien sûr avec la Vérité, mais que vous allez retrouver.

Tout le monde va se retrouver, ici sur cette Terre. Donc n’aies crainte, et tu diras encore une fois, mais je pense que Tête de Caboche le sait, qu’au moment de la disparition des ultimes voiles, des ultimes révélations, il n’y aura plus de séparation.

Tout vous sera visible, accessible. Ceux qui portent des démons, qui se sont asservis aux Archontes, le verront mais dans un grand éclat de rire. Et ceux qui ont parcouru des chemins de vie, en particulier liés à l’histoire de la Terre, comme par exemple l’histoire de Bouddha, du Christ, ou des grands Maîtres, vous célébrerez ensemble, ce qui permettra de supprimer irrémédiablement les dernières mémoires et les derniers liens que vous partagez au sein du scénario.

Donc je te conseille effectivement, comme tu le vis et le sens, de demeurer tranquille. Ce n’est pas toi qui décides, et ça tu sembles l’avoir parfaitement compris. Il faut profiter de ce moment particulier pour effectivement rentrer de plus en plus en Silence et en Joie. Et tu verras si tu dois durer, si je peux dire, jusqu’au moment final que, quelles que soient quelques douleurs, en particulier sur ces douleurs aux os, ne gêneront en rien ta conscience.

Comme tu dis, tu es en paix et dès qu’il y a la Paix, tu es libérée de toutes ces mémoires du corps et de toutes les souffrances du corps. Tu vas le constater dans les jours qui viennent, c’est déjà fait d’ailleurs. Voilà ce que je peux te répondre.

Mais tu constateras aussi dans cette période que plus tu es tranquille, plus tu es dans cet état d’offrande et d’acceptation, plus tu seras libre même par rapport à ce corps. Profite de ce moment pour cultiver le Silence, comme tu le dis, et la Paix. Tout le reste, ainsi que tu le dis, te le prouve naturellement dans ce que tu énonces. Voilà ce que je peux te répondre.

Mais bien sûr, Tête de Caboche comme tes frères et sœurs, surtout s’il y a affinités, affinités historiques, il y a nécessairement quand même pour celui qui reste, même s’il connaît tout ça, l’envie de rester, de te faire rester. Tu n’as à t’inquiéter de rien.

Telle que tu poses la question, tu es libre. Et je crois même que des petites choses vont t’être offertes durant cette période. Tu nous raconteras la prochaine fois.

Avez-vous des questions par rapport à ce témoignage ?

Vous avez ici l’exemple de la grande Paix, du grand Silence, de quelqu’un qui s’est réellement libéré de l’illusion du corps et de l’histoire. Donc je ne peux que te rendre Grâce pour avoir exposé cela, parce que c’est une résonance pour beaucoup d’entre vous qui éprouvez des pertes, que ce soit de travail, de mari, de femme, ou de quoi que ce soit.

Je dirais même qu’à travers la perte qui existe en ce moment dans le marasme et le tohu-bohu de ce monde, je répète ce que j’ai dit, vous avez une opportunité extraordinaire de ne plus être troublés par l’extérieur, mais bien de vous tourner définitivement vers la Paix. Et comme le dit notre sœur, il n’y a rien à perdre.

Et je vous souhaite de rencontrer des frères et des sœurs comme cela, parce qu’ils ont lâché toute prétention et toute revendication. Ils sont en paix avec leur corps, avec leur histoire, avec leur famille, et je dirais, à l’extrême, je ne sais pas si tu le vois encore comme ça mais ça va venir, comme un très grand privilège de vivre le banquet dans le corps d’Éternité. Voilà.

Avez-vous des choses à dire par rapport à cela, à ce témoignage?

Le grand Silence. Voilà ce que procure la Liberté, l’état naturel, la Paix et le Silence. Vous êtes déjà chez vous malgré ce corps, malgré ce monde. C’est ce que tu as choisi d’écrire chère sœur.

Si l’acceptation est là, même de votre propre mort, alors vous êtes libres. Aucune peur ne peut se manifester. Bien sûr il peut y avoir douleur, mais la souffrance ne dure jamais.

Je vous rappelle d’ailleurs que la plupart des anciens sont partis d’un cancer. Ils n’avaient pas de problèmes psychologiques mais c’est la Lumière qui leur a permis de partir, non pas de manière violente, mais progressive, pour libérer les éléments mémoriels. Ça a été le cas pour Aurobindo, et ça a été le cas pour beaucoup d’autres, Steiner par exemple.

Donc ça a été un moment où les anciens ont pu se voir face à face en totalité, et je vous avais raconté que nous les Melchisédech, lors de notre transition, nous avons été stoppés, pas par les Archontes. Nous sommes toujours dans notre vaisseau de Lumière, au plus haut de l’astral, mais au plus proche de vous, matériellement, physiquement si on peut dire, même sans nos corps.

Tous les vaisseaux de la Confédération Intergalactique arrivent par le soleil, qui est la porte des étoiles et des dimensions, et sont dans l’orbe ou l’atmosphère de la Terre. Vous voyez, rien n’est laissé au hasard.

Même s’il y a chaos, rappelez-vous toujours ce que nous vous avons dit depuis plus de dix ans : plus le chaos grandira et plus vous accepterez de lâcher, plus vous serez en Joie et en rire.

Le temps est venu pour vous tous sur cette Terre de passer à la mise en pratique de tout ce que nous vous avons dit, non pas sur l’histoire, mais surtout depuis le début 2016 avec la chronique des Melchisédech.

Frère K avait d’ailleurs ou Shri Aurobindo, était revenu sur le choc de l’humanité en parlant de la corrélation, c’était en 2017, de la corrélation entre le chaos extérieur et la Joie intérieure.

Il n’y a que vous qui pouvez vous en rendre compte, à condition de laisser partir ce qui s’en va, que ce soit un membre de votre famille, ou que vous n’ayez plus de travail, plus d’argent, c’est une invitation à rentrer dedans, par l’Intelligence de la Lumière.

Et pour d’innombrables frères et sœurs qui ne sont pas réveillés ou libérés, comme je l’ai dit, c’est une occasion en or de constater intellectuellement et mentalement, que finalement tout ça n’était pas la vraie vie. Alors profitez de ces prises de conscience.

N’ayez pas peur. Restez tranquilles au Cœur du Cœur, là où vous vivez, et laissez se dérouler ce qu’il se déroule.

Qu’est-ce que vous risquez ? De ne pas pouvoir payer les factures. Mais vous verrez d’ici un mois ou deux, si nous avons le temps, toutes les structures sociétales, légales, financières, vous les verrez pour ce qu’elles sont.

Alors jouez le jeu, ne cherchez pas à combattre ce qui vous est retiré par ce chaos, mais acceptez de voir clairement le simulacre et la mascarade, et vous allez vraiment en rire.

Tout va s’éclaircir. Plus le chaos va grandir, plus vous comprendrez qui vous êtes et vous serez disponibles pour le Vide, pour le vivre, tout simplement parce que la société n’existera plus.

Profitez de ces moments pour faire la paix avec vous-mêmes avant tout, avec votre corps, avec ce que la Vie vous propose, non pas pour vous punir, mais parce qu’il n’y a pas d’autres façons que de vous choquer.

Et vous voyez, ce qui se déroule en ce moment, est un simulacre total, exactement inversé de ce qu’avait dévoilé Abba voilà deux ans. C’est l’inversion totale de la pandémie d’Agapè. C’est la pandémie de peur, la peur de la perte de la vie bien sûr, la perte de son argent, d’un mari ou d’une femme, mais quand vous n’aurez plus nulle part où vous tourner, vous ne pourrez que vous retourner vers vous-mêmes, c’est aussi simple que ça.

…Silence…

Le grand Silence … ça cogite.

As-tu d’autres questions j’espère ?

Elisa : Est-ce que vous pouvez parler un peu de l’Amour ?

De l’Amour ? Mais parler de l’Amour ne sert à rien. N’oubliez pas que dans votre cerveau, dès que vous prononcez «amour», d’un enfant, d’un mari ou de quoi que ce soit, ce mot amour dans votre cerveau est toujours un lien, est toujours conditionnel.

Le mot Agapè, qu’a utilisé Abba, est dénué de toute connotation de lien ou d’affectif au niveau du cerveau. L’Amour doit être libre, sans ça ce n’est pas de l’Amour.

Or dans l’humanité, nous considérons tous quand nous sommes incarnés, que l’amour vient nous compléter, avec un mari, avec un autre être humain, mais dès que vous prononcez ce mot, vous n’êtes pas dans l’Amour. Vous êtes dans le lien psychologique. Vous êtes dans le lien de l’histoire.

Être en Amour Agapè, c’est le moment où vous constatez que vous aimez tout, réellement et concrètement, de la même façon, parce que vous ne pouvez pas faire autrement. Dans Agapè, il n’y a pas de lien. Il n’y a pas d’histoire qui tienne. Voilà pourquoi il existe chez les Grecs, dans les civilisations premières, beaucoup de définitions de l’amour.

L’Amour Agapè est l’Amour totalement désintéressé qui s’échappe de vous sans aucun lien, sans aucun trouble psychologique, et surtout qui vous libère et libère l’autre. Mais du fait de la constitution de l’histoire de notre cerveau, dès que nous disons amour, que vous le vouliez ou non, ça veut dire qu’il y a un manque en vous de reconnaissance de vous-mêmes.

Et tant que vous faites un particularisme, une différence entre votre enfant et l’enfant qui passe, alors vous êtes dans l’amour lien, l’amour affectif, filial, mais certainement pas en Agapè.

Agapè ne peut pas être confondue avec l’amour humain. Regardez sa simple définition, c’est celui qui est devenu libre et qui exprime l’Amour de la Source à chaque minute de sa vie. Il ne le veut pas, il ne cherche pas de lien, mais ça échappe de lui par ce que vous connaissez des structures au niveau du cœur.

Ça échappe de lui spontanément, que ce soit la couronne ascensionnelle, le Lemniscate sacré, le Feu Igné ou le double tore du cœur, même si vous ne le percevez pas, mais comme le réveil est liberté et lucidité, vous comprenez à ce moment-là, en le vivant, la différence fondamentale entre l’amour dans une de ces caractéristiques : amour filial, mental, affectif, qu’à aucun moment vous ne pouvez confondre avec Agapè.

Ça a été suffisamment développé durant deux ans par Abba et dans les entretiens que vous avez avec tête de caboche, mais ne cherchez pas à définir Agapè, même s’il y a une définition. Quand vous vivez cela, il ne peut y avoir aucun doute, aucune question sur quoi que ce soit concernant l’amour parce que c’est un amour spontané.

Bien sûr il y a eu une forme de pédagogie créée par Abba, concernant la description minutieuse des mécanismes énergétiques et vibraux qui préfiguraient Agapè, mais aujourd’hui vous le voyez bien, il n’y a plus besoin d’en parler, de rien du tout, il y a juste à remplacer ça par le présent, par la disponibilité, par la lucidité; ce qui n’est pas le cas quand vous aimez d’un amour autre que Agapè.

Tant que vous ne vous êtes pas reconnus en Agapè, vous êtes encore dans les errements de la conscience, vous vous croyez et vivez comme incomplets, la joie ne peut pas être nue, l’amour ne peut pas être nu, c’est-à-dire sans personne, vous êtes l’espace, mais vous n’êtes pas la cible ou l’émetteur d’Agapè, même si vous en sentez les énergies et les vibrations.

Tout amour sur terre est conditionné, par votre histoire, par vos souffrances, par votre karma, en tant que personne, mais Agapè ne connait personne, Agapè ne fait pas de différence, c’est la Béatitude de la Demeure de Paix Suprême.

Voilà ce que je peux dire, mais je t’invite à regarder la définition même du mot Agapè avec un accent grave, parce que les agapes, ou l’agapé avec un accent aigu, ça n’a rien à voir.

Bien sûr, tous ceux qui ne le vivent pas peuvent, s’ils sont dans la conscience et la spiritualité. Ils seront malheureusement persuadés, même dans votre famille, même si vous ne rencontrez personne, parce que vous êtes tellement différents, ils seront persuadés que vous êtes une secte à vous tout seul.

C’est ça la période de tohu-bohu en ce moment, et qui va se renforcer, à tel point que ça été nommé la bataille et la guerre de tous contre tous, c’est la bataille de Megiddo, d’Armageddon, et c’est comme ça que vous trouvez votre Liberté, et que vous vous reconnaissez au-delà de tout monde.

Comme on l’a dit, le rêve est devenu un cauchemar et le cauchemar va être de plus en plus terrible. Et pendant ce temps-là, vous avez les peureux, les aveugles de la spiritualité qui sont en train de vous vendre une nouvelle conscience, une nouvelle Terre, comme si il n’y avait pas Nibiru, et comme s’il n’y avait pas le simulacre que vous vivez avec, avant la fin de cette année si nous y arrivons, avec une dictature de santé ou sanitaire totale. On va vous amputer de vos libertés, c’est déjà le cas, et vous n’aurez pas d’autre choix que de vous tourner dedans.

C’est pour ça que les méchants garçons font le jeu de la Lumière sans le savoir. C’est redoutable, ils croient vous mettre dans la peur, ce qui est le cas pour les portails organiques et pour ceux qui ne croient qu’en cette vie et en ce corps.

Alors que pour ceux qui sont libérés, c’est une grande Joie, ce qui ne vous empêche pas, si vous le souhaitez, comme le fait Abba, d’éclairer la mascarade pour ébranler les autres, pour leur faire comprendre qu’il n’y a aucune issue à l’extérieur.

C’est la fin des temps, la fin du temps, la fin des mondes, la fin du rêve, et si vous l’acceptez dans votre tête et dans votre corps, vous êtes instantanément libres, mais si vous voulez vous opposer d’une manière ou d’une autre, pas pour éclairer, mais pour lutter, alors vous perdrez votre vie. Vous serez assassinés dans les premiers, vous serez jetés en prison et comme ça vous comprendrez.

Ça a déjà commencé, partout sur la Terre. Renseignez-vous.

Élisa : Il y a une question d’une sœur qui n’est pas ici.

Élisa : Merci pour être de nouveau …

Élisa : Bon, c’est une question d’une sœur qui apparemment n’a pas écouté le reste.

Élisa : Pourriez- vous nous donner les outils ou conseils …

Pour ?

Élisa : … Pour porter ces nouveaux, ces nouveaux, sur ce qui va se passer, pour pouvoir vivre ces nouveaux événements qui vont venir ?

Soyez tranquilles, nous vous l’avons dit et répété les trois dernières années. Si vous voulez vous opposer, si vous voulez sauver votre peau, alors vous perdrez votre peau.

Vous n’avez rien à faire, nous vous l’avons dit de toutes les façons possibles. Ce qui doit arriver arrivera, ça été écrit. Les guignols, les méchants garçons poursuivront leur écriture de leur plan jusqu’au dernier moment. Tout ça a été annoncé par les prophètes : «Nul ne pourra acheter ni  vendre, s’il n’est pas marqué du signe de la bête», c’est-à-dire le vaccin et la puce, qui arrivent très, très vite.

Alors qu’est ce que vous allez faire à ce moment-là? Vous allez vouloir sauver votre vie? Vous allez vous faire pucer pour sortir? Ou vous aller rentrer dedans ? Il n’y a aucun choix autre que celui-là. Rendez vous compte et ça, c’est écrit. Il y a juste l’événement, aucun réveil des peuples sur la supercherie n’est d’ailleurs recherché par les guignols, mais ne résoudra absolument rien.

Mais ceux qui se révoltent, c’est aussi écrit, ils éclairent la mascarade. Chacun est à sa place et quand vous en aurez marre de dénoncer, quand vous verrez que ce que l’on appelle la liberté sur cette terre vous sera ôtée en totalité, de manière bien plus intense que ce que vous avez vécu pour beaucoup de pays au printemps. Ce n’était qu’une répétition générale de leur plan. Mais ce plan est le plan de la Lumière, contrairement à ce qu’ils croient, dissoudre le rêve de la création, et ils sont très forts !

Alors vous ne pouvez qu’en rire, l’éclairer et de rester tranquille surtout dans les semaines qui viennent et les quelques mois qui vous restent. Mais les prémices sont déjà là, votre ciel est couvert de météorites qui sont découverts chaque jour.

Les terres se craquellent et s’ouvrent de partout. Les bouleversements magnétiques, géologiques, climatiques ne sont pas encore à leur apogée, et ça va aller très, très vite.

Alors restez tranquilles, continuez votre vie en fonction de ce qui est possible et profitez du temps où vous serez bloqués pour vous tournez dedans, totalement. Vous allez comprendre et vivre que vous n’avez pas d’autre choix que la souffrance ou Agapè.

A partir de là,  tous les humaines âmes accepteront Agapè, et à ce moment-là, quand vous aurez réveillé la vraie fraternité, celle du Cœur UN et pas celle de frère à frère, ou de sœur à frère, ou de sœur à sœur, alors vous vous extrairez tout naturellement du jeu de la scène de théâtre.

Il y a une expression qui dit en français : « Ce n’est pas le temps de bâtir les châteaux en Espagne ». Faites ce que la vie vous offre de la même façon dans ce qu’elle vous demande, la vie. Il n’y a pas de meilleur scénario possible, même ceux qui sont dans la peur et la souffrance seront saisis malgré les colères, ils seront figés malgré les colères et vous partirez d’un grand éclat de rire.

Vous n’avez rien à préparer si ce n’est être dedans, dans tous les sens du terme. Si la vie vous propose quelque chose de nouveau qui apparait, activité, mari, femme, ce que vous voulez, alors faites-le, mais ne vous projetez pas trop loin dans quoi que ce soit.

(Rires dans la salle)

Et je dois préciser, dès aujourd’hui, que je ne sais pas si nous aurons l’occasion de nous exprimer à nouveau à l’issue de cette rencontre, parce que les moyens de communications modernes seront censurés ou coupés directement par l’Intelligence de la Lumière afin de favoriser votre autonomie et votre liberté.

La vraie liberté n’a pas de prix mais ne vous inquiétez pas, vous ne mourez pas de faim, nous vous avons dit il y a longtemps que vous n’aviez pas besoin de manger tout ce que vous mangez, ce sont juste des habitudes.

(Rires dans la salle)

De toute façon, vous aurez beaucoup de difficultés à vous nourrir comme avant, même si vous avez un potager, il sera détruit. Alors, ne vous inquiétez de rien, c’est un jeu. Il vous faut rire.

(Rires)

Vous allez vous retrouver face aux forces archétypales de survie, mais si vous êtes en Paix comme le premier témoignage, vous êtes libres.

(Rires – Cela se passe entre les participants et les commentaires d’Elisa en traduisant))

Rappelez-vous, tout ce à quoi vous tenez vous tient. Quand vous n’avez plus rien à tenir et que vous ne pouvez plus rien tenir, et bien la Lumière est là.

(Rires)

Pas la lumière astrale, mais la véritable Agapè et quand vous êtes en Agapè, quelle importance peut avoir un aliment, une sécurité matérielle, financière ou autre qui n’est basée que sur une fraude de la société.

Il est peut-être temps de comprendre et de vivre, qu’aucun gouvernement de cette planète, qu’aucun maître spirituel ne veut votre bien. Il faut être stupide pour croire ça. Il est temps de comprendre que la société humaine est encore une pire escroquerie que la conscience et la spiritualité. C’est quelque chose que vous devez vivre, comprendre et assimiler. Toutes vos histoires d’assurance maladie, assurance voiture, assurance maison, tout ça vous a mis dans un état léthargique par rapport à la Vérité.

Beaucoup d’entre vous au vingtième siècle, depuis trente ans, êtes entrés dans une certaine forme de confort, mais le confort n’est pas la paix. Le confort vient de la peur, du besoin de se prémunir. La technologie, quelle qu’elle soit, vous a apporté un confort supplémentaire, en tout cas en Occident, mais vous a éloignés encore plus de la Vérité.

Il faut le voir, clairement parce que c’est clair. Tous ceux qui dirigent qui que ce soit, ne veulent qu’une chose, c’est toujours plus vous contrôler, toujours plus vous dominer, toujours plus vous emmener dans des chemins de traverse.

Regardez tout ce qui sort en ce moment, je ne parle pas de […] du monde, mais voyez le nombre de frères et sœurs qui, du jour au lendemain, qui se décrètent thérapeutes. Alors c’est merveilleux, tout le monde veut être thérapeute mais refuse de se soigner définitivement. C’est une fuite de soi-même, c’est un alibi.

Comme je disais, occupez-vous de vos fesses, occupez-vous de votre cœur ; tout le reste vous met de travers. Vous allez le vivre si vous ne l’avez pas compris et là, je ne parle pas d’années, je parle de en ce moment dans votre temps linéaire.

Ça a déjà commencé, rappelez-vous aussi ce que nous avons dit : « Vous serez exactement au bon endroit au moment de l’événement. » Au bon endroit géographique, mais aussi en vous. Il n’y a pas d’autre alternative, acceptez d’être libres, de vivre l’état naturel est totalement opposé à l’expression d’une quelconque volonté, sinon comment voulez-vous vivre la résurrection, le sacrifice et la Liberté.

Tant que vous êtes occupés à gagner votre vie, à payer votre maison, à payer les échéances quelles qu’elles soient, effectivement vous ne pouvez pas être disponibles pour la Vérité.

Et bien tout ça va changer, mais de façon énorme, et je précise bien avant l’événement. Je disais même en mai et en juin d’assister à la scène de spectacle. Je vous ai dit qu’il n’y aurait plus aucun répit, que la pression de la société, des guignols, va s’accentuer jusqu’à vous faire réagir, à entrer en guerre. Regardez ce qui se passe avec la pandémie inventée. Regardez les combats entre ceux qui ont les masques et ceux qui n’ont pas les masques, ce n’est qu’un début, regardez le dénigrement.

Élisa : Attends, on va reprendre, une seconde … les masques …

Oui. Je disais, il suffisait de regarder ce qui se déroule entre ceux qui voient clair sur ce masque qui est un rituel occulte. On vous dit :« Fermez-là. Ne vous approchez plus, vous êtes dangereux les uns pour les autres » et bien sûr, quand vous êtes dans cela, vous n’êtes pas disponibles pour Agapè, la peur ou l’Amour, la souffrance ou l’Amour. Nous vous avions prévenus, nous vous avions préparés et ça se passe en ce moment. Ce n’est pas en prophétie, ni une prédiction. C’est la lucidité de l’instant que vous êtes.

Vous n’aurez pas le choix. Tant que vous croyez avoir le choix, vous souffrirez et vous risquez d’être choqués. Non pas par le Choc de l’humanité, mais de constater que vous avez été trompés avec toutes vos histoires de société, avec toute cette technologie et cette intelligence artificielle. Et d’un autre côté, les méchants garçons, font tout pour déclencher cette guerre de tous contre tous. J’ai pris le plus visible, masque contre masque, mais ça peut être dans une famille, avec votre mari. Parce que quand il y en a un qui est Agapè, qui est dans l’État Naturel, vous le constatez d’ailleurs, c’est intolérable pour celui qui ne le vit pas.

Ce qui émane de vous est l’État Naturel, et celui qui est dans l’état de la personne, il a une rage à l’intérieur de lui, il va vous taxer de tous les noms. Dès que vous avez compris le jeu de la société et que vous vous en extrayez, ou que la Vie vous en extraie, vous voyez bien ce qui se passe avec la famille, avec le mari, avec les amis. Vous n’aurez qu’une solution, là aussi, c’est de rentrer dedans, d’arrêter de projeter la conscience dehors. Vous ne pourrez plus participer au simulacre et à cette mascarade finale. Et là avec stupeur, avec stupéfaction, vous observerez la Liberté d’Agapè, de l’État Naturel. Vous serez déjà presque sorti du rêve de la création.

Mais si vous refusez en vous accrochant à vos visions, vos vibrations, à un futur, vous allez être confus, vous allez être en colère, vous allez être en rage, surtout par rapport à ceux qui vivent la Liberté et l’État Naturel. Parce que pour celui qui est dans le personnage et qui s’y accroche, ça déclenche une rage terrible. Vraiment !

N’oubliez pas que c’est votre Présence, votre État Naturel qui agit, pas vous. D’ailleurs, vous constatez bien que si vous essayez de parler à quelqu’un par rapport au masque, si vous lui sortez tous les arguments scientifiques, il ne les entendra pas. Il est dans la peur. Vous n’avez rien à faire, juste à être présent, juste à être dans cet État Naturel.

C’est la seule façon d’être en Paix malgré les attaques qui seront de plus en plus violentes contre vous. Le Christ l’avait dit. C’est exactement ça.

Quelqu’un a quelque chose à dire par rapport à cela ?

Elisa : Si finalement, un familier décide de mettre le vaccin, il aura aussi l’éclat de rire ? Il aura aussi, à la fin, son éclat de rire, de voir qui il est ?

Oui.

Elisa : Ou il le passera pire en attendant ?

Il y arrivera mais après avoir passé d’immenses souffrances liées au vaccin, parce que ce n’est pas qu’un vaccin. C’est une modification de l’ADN. Le plus sage encore, c’est rien. Mais modifier l’ADN, d’ailleurs ils vous le disent franchement, c’est des vaccins avec de l’ADN.

Elisa : Si on ne va pas lutter, il y a des familiers de la famille qui vont le faire.

Si, quoi ? Si tout le monde parle en même temps, ça ne va pas.

Elisa : Comme on ne va pas lutter, il y aura des membres de la famille qui vont le faire, qui vont l’avoir.

Vous ne pourrez pas vous opposer même à votre mari ou votre femme qui décidera de se faire pucer, que les choses soient claires. Les dés sont jetés. Mais tout le monde a la même destination. Il vaut mieux sortir du rêve dans le Paradis Blanc plutôt que dans la souffrance. Ce sont des souffrances inutiles.

Mais vous ne pouvez convaincre personne, parce que ça touche le réflexe de survie, et aucun argument logique, scientifique, affectif, ne pourra faire changer d’avis votre mari, votre femme, vos enfants ou vos parents. Sinon, c’est vous qui allez être traités de tous les noms. Vous allez être traités de fou, de secte, et voire de malade psychiatrique, comme dans toutes les dictatures.

Bien sûr, d’autres événements doivent survenir, mais ces événements humains, les différentes factions Illuminatis, n’apporteront pas la paix, mais un chaos total. Il n’y a rien à préparer. Il faut juste continuer à vivre ce que la Vie vous demande de vivre. Vous ne pouvez rien changer à ce qui est, et surtout dorénavant pour le positionnement de chacun. Beaucoup de frères et sœurs ont vu clair pendant l’enfermement. Mais vous constatez que les autres sont encore plus dans la peur, encore plus dans la soumission. Acceptez que vous ne pouvez rien et vous serez libres.

Autre question.

Elisa : On peut laisser de payer hypothèque et téléphone et tout ça.

(Rires)

Attendez parce que si vous parlez tous, je n’entends rien. Qu’est-ce qui a été dit ?

Elisa : Alors, on peut laisser, arrêter de payer le téléphone, l’hypothèque et tout ça.

Alors ça, je n’ai jamais dit ça. Vous en avez en 2012 qui ont pris des crédits, qui se sont achetés des voitures de sport, ils continuent à payer encore. Ça, c’est encore la personne, l’ego, qui veut profiter de ça, plutôt que d’être la Vie. Pourtant, ils vous l’ont dit les méchants garçons, le monde d’avant ne reviendra jamais, il est mort quoi que vous fassiez. Et le monde d’après ne verra jamais le jour, parce qu’il y a l’Évènement.

J’ai toujours dit et tête de caboche aussi, laissez les rêveurs rêver avec leur vision, leur vibration et leur espoir de nouvelle Terre, ils ont choisi d’écrire cela. Vous n’y pouvez rien, plus maintenant.

Tout a été figé. Mais comme je disais, les dés ont été jetés. Comme nous vous avons dit, chacun est à sa très juste place, par l’âge, dans le pays, dans la relation qu’il vit, dans l’état de santé ou de maladie qu’il vit. Et quelles que soient vos gesticulations qui éclairent, qui éclairent ce monde, la manipulation, ce qui devait changer a changé, parce qu’il ne suffit pas de comprendre que la pandémie est virtuelle pour être libres.

Parce que tous ces frères et sœurs, et les guignols veulent qu’ils rentrent en révolution, en révolte, en insurrection. C’est écrit dans leur plan qui colle totalement aux prophéties, toutes les prophéties, mais en l’inversant. Par exemple, les prophètes parlaient du retour de la conscience Christique mais pas du personnage. Eux, ils attendent l’inverse, l’antéchrist, et ils vont le confondre avec le Christ. C’est écrit. Qu’est-ce que vous faites avec ça? Eh bien, quand vous en aurez marre d’avoir peur, de souffrir, que vous voyez que vous ne pouvez rien rétablir comme avant, vous lâcherez toute prétention à quoi que ce soit.

Elisa : Ça coupé un moment.

Ah, vous avez des problèmes techniques, ça commence. Tout le monde sait ça?

Elisa : Un  p’tit problème. Ça revient.

Mais tout ça, ce n’est pas dans des années, ni même dans des mois. C’est maintenant. Vous le voyez bien quand même.

Elisa : Je voulais poser une question, moi.

Oui.

Sœur : De par tout ce chaos, il y a une autre partie qui est en train d’apparemment vouloir aider. Est-ce que ça va changer quelque chose?

Non. C’est l’autre versant de la même pièce, fausse, l’autre versant. J’ai dit que tout ce que vous pouvez voir comme mouvement spirituel ou simplement terrestre, par la politique, vont entretenir, sans le voir, et déclencher le chaos eux-mêmes. Le chaos, ce n’est pas une prédiction, c’est le réel de ce qui est sur la scène de théâtre. Ce n’est pas une prédiction, c’est le réel de ce que vous vivez.

Elisa : Bon, elle ne connaît pas les prophéties. Mais est-ce que tu peux nous raconter, vous pouvez nous raconter, la partie belle de la prophétie. Par exemple, si nous allons voir Marie, s’il va y avoir dans ça quelque chose de …

Mais c’est écrit dans tous les livres dits sacrés. Je crois que tête de caboche vous a parlé de certains textes qui sont accessibles à tout le monde. Tapez : Apocalypse de St-Jean. Tapez : Prophéties du Coran. Tapez : Les visions …

Elisa : Non, ce qu’elle veut, c’est quelque chose de joli.

De joli, mais le joli est Dedans. Tant que tu crois que le joli est dehors, tu ne vis pas le joli de dedans.

Elisa : Elle demande à savoir si Marie va nous apparaître, si elle va nous parler…

Non. Marie vous appellera par votre prénom si cela est encore inscrit, si c’est encore inscrit dans le scénario. Mais Abba quand il a écrit le scénario, a bien fait attention, avec nous tous, ici et ailleurs, que personne ne puisse trouver un repère ailleurs. Ce repère sera uniquement au Cœur du Cœur.

Vous n’avez pas encore saisi ce que je vous dis apparemment. Ce qui est beau, et vous l’avez eu hier avec le Sans Nom, la plus pure Splendeur, c’est vous, mais pas ce que vous projetez dans le rêve. Et c’est très joli pour celui qui est libre et vous serez beaucoup à ce moment-là. Vous serez dans une allégresse totale de voir ce rêve disparaître. Mais si tu es encore un rêveur, cela t’apparaîtra comme une horreur.

Pendant que des frères et des sœurs sont en train d’éclater de Rire, de Joie et d’Allégresse, c’est, pour d’autres, la fin de la société. Rappelez-vous, plus le chaos grandira, plus vous l’acceptez même si vous l’éclairez, vous serez en Joie, en Agapè, en État Naturel. Mais celui qui est en État Naturel, qu’est-ce que vous voulez qu’il ait à faire en ce monde ? Il n’a aucune envie de projeter une nouvelle Terre, un nouveau ciel ou une perpétuation de quelque forme que ce soit dans cette dimension.

Je ne dis pas ça pour vous faire peur, certainement pas. Il faut arrêter de vous mentir à vous-mêmes. L’État Naturel est accessible pour tout le monde. Si vous n’y êtes pas, c’est que vous résistez. Vous êtes encore quelque part dans l’illusion d’un devenir, d’une amélioration, d’une perpétuation de la forme. Ce que je vous dis est très joli, c’est la Beauté Intérieure.

Comme dirait Bidi, ça dépend de votre point de vue. Si votre point de vue, c’est d’être confortable dans l’expérience de ce monde, que vous ne voyez pas que c’est une supercherie, c’est quelque chose qui passe, c’est que vous êtes encore inscrits dans votre personne. Vous n’êtes pas libérés de votre personne. Et ça va faire très mal. Mais ce n’est pas une souffrance inutile, c’est quelque chose qui vous réveillera et qui vous libérera.

En résumé, plus vous serez contrariés, plus vous serez en colère et en déni, plus vous serez proches de l’Acceptation. Je vous renvoie à ce que disait Shri Aurobindo dans la dernière partie de l’année 2011, concernant ce processus de Choc de l’Humanité. Il n’y a rien de plus beau que je puisse dire pour celui qui est libre. Et c’est horrible pour celui qui tient encore à ses illusions et qui n’a pas vécu Agapè et l’État Naturel. Ce n’est pas une réjouissance comme ça été dit …

Il n’y’a plus personne là !

Elisa : C’est que vous allez trop vite Pépère.

Ah, pardon. Bref, ça se résume en deux choses. Si vous sentez de la tristesse, de la colère, du déni, mais regardez-vous, ça veut dire que vous tenez à votre petite personne plutôt qu’à la Vérité. Mais le rêve n’est pas éternel. Et si aujourd’hui, ça vous semble terrible, c’est parce qu’il faut que je sois honnête. Ce n’est plus une question d’attendre des événements. Vous êtes dedans. C’est votre ego, votre personnage, votre histoire qui refuse de le voir et qui surtout, ne veut pas rentrer dedans.

Alors, bien sûr, vous allez vivre des expériences, des vibrations, des visions, mais certainement pas la Liberté, certainement pas l’État Naturel. Et quand vous en aurez marre de voir ça du point de vue affreux, vous verrez clairement que c’est le point de vue de la personne qui tient à son corps, à sa conscience, et qui n’a pas vu l’escroquerie du corps et de la conscience. Mais vous ne pouvez le voir qu’en étant pleinement présent, quel que soit votre point de vue, quel que soit l’emplacement de votre conscience.

Alors, dépêchez-vous de rire, dépêchez-vous d’être vivants. Vous n’avez pas besoin de la société pour être vivants. Soyez vous-mêmes. Mais tous vos calculs, financiers, d’avenir, vous verrez ce que c’est. C’est des projections de l’ego, de la personne. Il n’y a aucune Vérité là-dedans. Et surtout, aucune Paix.

Je répète, celui qui est en Paix, celui qui est en Joie, il ne se réjouit pas de voir une quelconque destruction. Je vais vous dire sincèrement, je ne vais pas employer une expression française, mais il n’en a rien à faire de ce qui se passe dehors, au niveau de la société. Allégez-vous de ce point de vue parcellaire de la personne. Ne donnez pas trop de poids à ce que vous ressentez, surtout si vous êtes dans le personnage, parce que vous allez avoir les boules au ventre et à la gorge, simplement parce que vous n’acceptez pas ce qui est ! C’est tout.

Autre question.

Elisa : Il ya quelque chose d’important que nous devrions savoir, que vous n’ayez pas expliqué?

Je crois que je vous ai donné crument la réalité de ce qui se produit. Personne ne connaît la date, mais vous êtes dedans … cette date.

Elisa : Oui, mais Pépère, ça fait longtemps qu’on est dans la date.

Non, ça fait quelques mois. Auparavant, c’était une préparation intérieure que vous avez vécue mais il n’y a jamais eu de concordance totale entre l’intérieur et l’extérieur. Elle y est maintenant.

(Un téléphone s’active)

Les cloches sonnent ?

(Rires)

Le téléphone est d’accord avec moi.

Je ne cherche pas à vous séduire, mais simplement à vous inviter à être lucides, à ne pas mettre de l’espoir dans ce qui n’en a aucun, et vous inviter à vous tourner dedans. Tout est en vous. Nous sommes en vous. Le diable est en vous. Le chaos est aussi inscrit en vous. Et au Cœur du Cœur, il y a la Félicité. À toi de choisir.

Vous êtes tous face au même choix. Et je ne parle pas de masque ou pas de masque. Ça, c’est du simulacre. Je ne parle même pas des vaccins. Je parle uniquement de où vous regardez ce qui se produit. Depuis votre personnage OU depuis le Cœur du Cœur ? Qu’est-ce que vous attendez pour être en Joie, en l’État Naturel ? Ne vous préoccupez même plus de Agapè, ça se fait tout seul.

Trouvez cette Paix immuable. Elle est là! C’est l’image en miroir du chaos extérieur. Mais tant que vous ne l’avez pas vécu, je conçois que la personne ne puisse pas l’accepter et la non-acceptation fait partie de l’histoire de la personne. C’est une invitation à comprendre et à voir que, quelle que soit votre démarche énergétique, spirituelle, vous êtes piégés par la conscience elle-même. C’est ça qui est à voir.

Écoutez vos frères et vos sœurs qui sont dans l’État Naturel. Voyez le témoignage de cette première sœur. Il est éloquent. Et le Christ l’avait dit : «Tous ceux qui voudront sauver leur vie, la perdront.» Ils souffriront, mais le résultat du jeu est le même. Mais il vaut mieux jouer un jeu vidéo, comme dirait Abba, qui est agréable, que quelque chose qui ne vous plaît pas.

C’est vous qui voyez. Je ne vous demande pas de me croire concernant les événements, mais au moins d’essayer de rentrer dedans. Et vous ne pouvez pas rentrer dedans, vous y êtes déjà, mais comprendre que vous n’avez pas à projeter quoi que ce soit et automatiquement, vous serez dans l’État Naturel. Il n’y a aucun prérequis, ni vibratoire, ni ouverture des chakras, rien.

Il n’y a rien de plus simple aujourd’hui. Mais ne soyez pas dupes et demandez à vos frères et sœurs qui vivent Agapè, l’État Naturel, aucun ne vous parlera de nouveau monde, de nouvelle dimension parce que c’est fini tout ça. Vous avez même des frères et des sœurs qui ont été dans les vaisseaux avec les Arcturiens, avec les vaisseaux des Mères Généticiennes, réellement. Mais même ça aujourd’hui, pour ces frères et sœurs, ça n’a aucune espèce d’intérêt par rapport à l’État Naturel qui est vécu. Quand vous vous retrouvez, vous n’avez pas de désir, de volonté d’aucun monde.

C’est ça la Présence et l’Absence réunies. Vous êtes Vivants. Vous n’êtes plus identifiés à ce corps, à ce monde, ni à aucune origine stellaire ou lignée stellaire. C’est aussi simple que ça. Il faut vous débarrasser de tous les concepts et de toutes les histoires. N’y pensez plus.

C’est d’ailleurs pour cela, et pour des raisons aussi humaines, liées à ce que vous nommez vos moyens de communication, qui n’existeront simplement plus. Mais ne croyez pas que les méchants garçons vont vous laisser développer des business virtuels. Vous serez privés de communication. Quel merveilleux cadeau pour vous tourner dedans. N’est-ce pas ? Mais bien sûr, si vous êtes en l’inverse de ça, mes paroles peuvent vous faire bondir, sauf pour celui qui rit.

Regardez vos visages les uns les autres, vous allez comprendre tout de suite, ceux qui sont libres ou pas encore. Il n’y a pas d’après, nulle part, et qui, franchement, qui est-ce qui parmi vous, qui vit l’État Naturel, envisage un nouveau monde ou une dimension donnée, ou de demeurer même dans la conscience ? C’est impossible. Renseignez-vous entre vous.

Mais plus vous êtes secoués, remués, choqués à titre individuel, pas nécessairement par moi, mais par ce qui se produit, moins vous êtes libres. C’est aussi simple encore une fois que cela. C’est pour ça que nous avons tant développé, depuis douze ans, l’abandon à la Lumière, qui est bien plus que le lâcher prise.

Il y a eu toute une pédagogie historique pour vous conduire au bout du bout. Mais après, c’est vous qui décidez, tant que vous croyez pouvoir décider. Mais en réalité, vous ne décidez rien. C’est la Vie qui décide. Ce ne sont même pas les guignols et les méchants garçons. Vous allez vous en rendre compte si ce n’est déjà fait.

Vous sentez comme ça chauffe ?

Elisa : Moi, je sens beaucoup de chaleur, oui.

Ce n’est pas la température, c’est un échauffement du sang lié aux impulsions électromagnétiques de Nibiru. Bien oui, ça excite votre sang. Le sang, les globules rouges contiennent du fer comme le noyau autour du noyau de la Terre. Certains d’entre vous, oui, certains d’entre vous ressentent présentement cette consumation de leur corps. C’est exactement cela. Les plus ouverts, au niveau des …non pas des chakras, les plus ouverts à la tranquillité, à l’État Naturel, à la possibilité de l’État Naturel.

Ah, ça va monter encore. Là, je parle dans l’instant, même pour les frères et sœurs qui écoutent.

(Rires)

Qu’est-ce que tu as dit dans ta langue, là ?

Elisa : Qu’il y a des gens qui sont maintenant en hiver.

Eh oui, il y en a beaucoup.

Elisa : Alors, j’ai dit que ça va chauffer …

Ils sont tous en résonance avec nous. Et bien évidemment, sans rien demander, simplement en écoutant, même s’ils ne sont pas d’accord. La Résonance Agapè Interdimensionnelle et Spatiale s’établit d’elle-même, pour ceux qui connaissent cette terminologie qui était employée avant. Et vous brûlez !

Elisa : Je voulais savoir, en attendant, … de ce monde, est-ce qu’on sera toujours accompagné de nos guides, …

Élisa : Tu peux parler un peu plus fort ou alors, tu t’approches et tu parles un peu plus fort.

Sœur : Je voulais savoir, quand ce sera la fin, est-ce que, en attendant, on sera toujours accompagné de nos guides et même après.

Répète pour le micro aussi.

Elisa : Si à la fin, au moment final, on sera toujours accompagné de nos guides.

Mais, il n’y a personne. Qu’est-ce que tu racontes, là ? L’autonomie, ça vous dit quelque chose ? La Liberté, c’est quand il n’y a plus de guide, quand il n’y a plus de maître, quand tu es toute seule et que tu réalises que tout est toi. Absolument tout est en toi, et Est Toi ! Qu’est-ce que c’est que ce cinéma de vouloir s’appuyer sur des guides, des anges, des archanges ou autres. C’est fini tout ça ! Elle est où votre autonomie ? Il est où le souverain intégral ?

Élisa : Je vais essayer de traduire doucement.

Vous voyez bien que tous les êtres …

(Rires)

… qui n’ont pas été incarnés, les archanges, en particulier, ne connaissent rien à ce qui se passe. Ils ne peuvent pas vous aider maintenant. Moi, je suis resté, et je suis revenu pour vous accompagner jusqu’au bout parce que j’en avais fait le serment déjà quand j’étais incarné. Mais, il n’y a personne.

(Rires car Élisa essaie de traduire et Oma continue à parler)

… Qu’est-ce que c’est encore cette histoire de guide ou de maître? Vous êtes votre propre guide et votre propre maître. Prononcez cette phrase …

(Rires car Élisa tente encore une fois la traduction)

Prononcez cette simple phrase, c’est encore être dépendants ! Quels guides? Les guides sont tous liés à l’astral, aux archontes. Comprenez-le maintenant. Et je crois que d’ailleurs, que Bernard de Montréal, va lui, vous remonter les bretelles de façon beaucoup plus sévère que moi.

(Rires)

Laissez tomber ces maîtres, ces guides, ces religions, ces entités. Il n’y a personne ! Tant que vous entretenez une relation ou une communication, vous n’êtes pas libres. Elle est où votre maîtrise ? Il y en a encore qui attende le Christ, ils peuvent attendre longtemps.

(Rires)

Demande à un frère et une sœur ici qui vit l’État Naturel, même s’il parle avec les dragons, avec les entités, il n’en a rien à faire ! Il ne dépend pas de cela. Il n’attend aucune aide. Ça fait juste partie du jeu.

Je crois que certains parmi vous ont la tête plus dure que tête de caboche. J’aimerais vous dire plus, si vous avez un guide, vous êtes escroqués. Je ne vous guiderai jamais, maintenant. Je vous accompagne. Je vous donne les éléments qui sont réels, mais je ne suis pas là pour vous aider. Je suis là pour vous aider à vous positionner, à vous éclairer et vous, vous me parlez de guides, de soumission.

Alors qu’on vous parle d’Autonomie, de Liberté, qu’il n’y a personne. Sortez de ce cauchemar. Vous allez souffrir ! Ça ne sert à rien ! Quand le Paradis Blanc est là, il n’y a plus de forme, il n’y a plus d’entité. C’est la Vacuité.

Vous êtes Tout et Rien. Et comme vous constatez que tout est en vous, quelle est cette idée d’aller projeter un maître ? C’est une escroquerie de la conscience et une escroquerie de l’astral.

Élisa : Je peux vous dire que dans le monde extérieur, c’est ce qu’on propose.

Mais bien sûr! Ils font tout sauf vous montrer la Liberté, ils ne peuvent pas vous la donner ! Et ils ne veulent surtout pas que vous soyez libres. Ne faites pas les erreurs que nous aussi nous avons vécues en tant que Melchisédech, parce que nous n’avions pas la possibilité de le voir. Même si vous avez le cœur ouvert, si vous vous appuyez sur quelque chose d’extérieur, quel qu’il soit, …

Élisa : Je dois traduire, je dois traduire.

Ah oui, c’est vrai.

(Rires)

Élisa : Je ne peux pas faire de miracle.

On te laisse reprendre le fil.

C’est astral tout ça. Je crois que je l’ai dit et tête de caboche l’a dit, et tous les frères et sœurs qui vivent la Liberté, vous le diront. Tout ça c’est du cinéma. Il faut sortir de la scène, le spectacle est terminé. C’est pour ça que nous avons insisté sur la description de l’état de Paix, de Liberté qu’on décrit par exemple dans le témoignage d’aujourd’hui, de notre première sœur qui est en train de partir. Est-ce qu’elle exprime le moindre souhait de quoi que ce soit ? Quand vous vivez la Vérité, vous ne pouvez plus être dupes de tout ça. Réveillez-vous. Arrêtez de rêver. Arrêtez de projeter. Nous vous l’avons expliqué dans tous les sens possibles.

Soyez ici, présents. Tout le reste, c’est du cinéma. Et plus vous résisterez, plus vous chercherez les contacts avec les guides, avec des enseignements quels qu’ils soient. Et Dieu sait qu’il y en a aujourd’hui ! Mais vous allez exploser. Vous allez rentrer dans une rage, une colère, dans l’orgueil. Votre sang va s’échauffer. Votre tension va monter. Vous allez faire un accident vasculaire.

Il n’y a personne. Ceux qui croient encore que c’est un jeu de mots, n’ont rien vécu. Ils vivent des états, des moments, mais pas l’État Naturel. Dans l’État Naturel, il n’y a personne. Je ne sais pas comment je peux le dire ou comment tu peux le dire dans ta langue, mais c’est insensé !

En plus, je répète, c’est accessible à tout le monde, dès l’instant où vous arrêtez votre cinéma. Préférez la comédie au drame. Préférez le rêve léger au cauchemar. C’est vous qui décidez et vous l’avez écrit. J’essaye de vous rappeler ce que vous avez écrit, c’est tout.

Il n’est plus temps maintenant des groupes, il n’est plus temps des égrégores. C’est le temps de l’Autonomie. Vous êtes Souverains. La totalité de la création est Vous ! C’est ça qu’il faut réaliser et vous pouvez le réaliser très simplement. Mais dès que vous croyez à autre chose, vous souffrez. C’est inéluctable. Soyez libres ! Vivez votre vie telle qu’elle vous est proposée.

Ce qui reste dans votre vie, les éléments de votre vie qui restent, c’est ce que vous devez vivre au niveau de ce monde. Mais arrêtez de faire vivre les chimères de ce qui va disparaître. La Confédération Intergalactique, en totalité, est là pour vivre la même chose que vous les humains, parce que vous êtes à l’origine de la création. Je suis humain même si je viens de Véga. Comprenez cela. Vivez-le ! Et il n’y aura plus de questions.

Tant que vous questionnez, en vous, je ne parle même pas des questions que je vous demande, mais en vous, quand il y a une question qui arrive en vous, c’est le mental. Tout est là à disposition, dans le Cœur, mais pas le cœur-concept, le Cœur Vécu, cet Amour qui émane de vous pour toute la création.

Tout le reste, c’est du cinéma et un mauvais film en plus. Nous vous voulons autonomes parce que nous sommes vous et nous sommes en vous. Je crois que Bernard de Montréal, bientôt, va vous remonter les bretelles comme on dit en français.

(Rires)

Comme il dirait : «Ça va crisser».Une expression québécoise qu’il m’a apprise.

Je vous ai dit que le Québec était le Phare de l’Humanité. Ce sont les premiers qui ont vu la Vérité, la supercherie. Il faudrait être stupide pour croire que la société veut votre bonheur. Elle vous a simplement offert un certain confort. Mais ce confort vous a endormis profondément, vous a éloignés de l’Instant Présent. Rappelez-vous, nous en avions parlé à l’époque, les souvenirs, les commémorations, les anniversaires, les fêtes. Les commémorations sont des moyens de vous entraîner, de vous enchaîner à l’histoire. Nous vous avions prévenus de ça bien avant 2012.

Elisa : On va être 7h00. Encore peut-être une question.

Si vous saviez, pour ceux qui le vivent pas, la légèreté de celui qui ne croit plus à sa conscience ou à son corps, vous n’hésiteriez pas une seconde. Je vous invite à regarder à l’intérieur de vous et de voir ce qui vous tient. C’est ce à quoi vous tenez, vos guides, vos énergies, vos vibrations, vos visions ou n’importe quoi d’autre, votre maison, votre voiture, libérez-vous et vous êtes libres. Mais vous ne pouvez pas vous libérer de vous-mêmes tant qu’il y a quelqu’un, tant qu’il y a des histoires, tant que vous espérez l’aide d’un guide ou de qui que ce soit. Abba vous l’a dit : «Vous êtes Abba.»

Est-ce qu’on a chauffé la salle pendant deux heures ou pas? Il manque?

Élisa : Trois minutes.

Ah bien, c’est presque fini. Vous avez bien chauffé.

Vous voyez, les réunions sont interdites par exemple, partout. Pourquoi? Parce que si dans une réunion, en petit groupe comme ici simplement, si vous en avez un qui brûle du Feu de l’Amour, eh bien, il vous contamine. C’est la contamination Agapè qui se fait toute seule, indépendamment des résonances Agapè. Oubliez les mots, oubliez les définitions, soyez simplement présents. Ne vous posez pas de questions. Soyez en silence et tranquilles, et vous allez le vivre. C’est très rapide. Il ne vous faut pas des mois. Il faut juste votre «oui» et c’est fini. Est-ce que vous comprenez cela?

Élisa : Si.

Si vous le comprenez avec votre tête, c’est déjà très bien. C’est à vous de vous le prouver.

Il n’y a pas d’autre question ?

Élisa : Il est 7h00 maintenant, il est 19h00.

Alors, quelle heure il est? Ah oui, ça fait le temps, tuas raison.

Alors, moi, je vais vous dire à bientôt. Et permettez-moi, avant de vous quitter, vous qui êtes là et qui écoutez, ou qui lirez, de me mettre dans l’État Naturel au travers de tête de caboche, qui est lui aussi, bien sûr, dans l’État Naturel. Et vous allez voir ! Vous êtes d’accord ?

Élisa : Répétez Pépère, j’étais…

Je vais me mettre en l’État Naturel, dans le Silence, au travers de tête de caboche. C’est comme ça que je vais vous saluer. Alors, bon Feu d’Amour. Vous êtes prêts?

…Silence…

Alors, le Commandeur que je suis, qui ne commande plus rien, va vous dire à bientôt peut-être.

Bon Feu. Et bonne Liberté.

Groupe : Merci OMA ! Merci ! Merci beaucoup !

Je termine par un petit jeu de mots. Les guides, c’est pour les aveugles.

Merci à vous.

Au revoir.

Groupe : À bientôt. À bientôt pour la Fête.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2020 © Apothéose.live

Politique de confidentialité

Sceau hébergement écoresponsable