Sélectionner une page

O.M. AÏVANHOV – 15 Octobre 2019 (Belgique)

Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

O.M. Aïvanhov
Belgique

15 Octobre 2019

Et bien chers amis, je suis extrêmement content de vous retrouver dans ce charmant pays, et je vous transmets tout d’abord toutes mes bénédictions et, fidèle à mon habitude, si vous le voulez bien, nous allons répondre à vos questionnements que vous avez, parce que cela profite toujours à tout le monde, et c’est l’échange, n’est-ce pas.

Alors, si tu veux bien, cher ami, nous allons pouvoir commencer à écouter les questions que tu as par écrit, je dirais.

Frère : Alors la première question. Y a-t-il des informations à donner sur la Fondation Agapè qui est en cours d’élaboration ?

Alors, cher ami, effectivement j’ai entendu parler par Bidi des organisations. Effectivement la bonne nouvelle aujourd’hui, comme vous le constatez partout autour de vous, est quelque chose qui est, soit vécu, soit qui pose à questionnement intérieur par rapport à la vérité de ce qu’est l’instant présent du vécu de la Joie nue et de cet état au-delà de tout état qui a été nommé Agapè.

Si il y a Fondation, ça veut dire simplement qu’il y a peut-être des possibilités de diffuser à une autre échelle la bonne nouvelle.

Vous savez, en ce moment, vous le voyez de partout sur cette Terre, et tout le monde se pose des questions, sauf ceux qui ne veulent pas voir, parce que beaucoup d’évènements se déroulent, intérieurement comme extérieurement, qui amènent à se poser la question essentielle : Qu’est-ce qui est en train de se produire en ce monde ?

Tout cela bien sûr, ceux qui m’ont entendu depuis des années, savent parfaitement ce qui est en train de se dérouler. Mais vous savez aussi qu’il y a d’innombrables frères et sœurs, qui soit ils dorment encore si je peux dire, soit sont dans une espèce soit de déni, soit de négociation par rapport à un avenir.

Or la solution de cet avenir n’est pas dans la projection dans un avenir quelconque, même si vous en avez des visions, mais bien évidemment l’installation en l’instant présent à l’intérieur de soi au temps zéro.

Et quand je dis que c’est une bonne nouvelle, parce que cette bonne nouvelle, il suffit simplement d’avoir, je dirais, l’information pour se tourner en quelque sorte en totalité au-dedans de soi pour vivre cette Joie nue, cette Agapè.

Vous n’avez pas besoin, et ça a été répété à d’innombrables reprises, de démonstration, mais simplement de dire, pour les frères et sœurs qui dorment, je vous ai dit, déjà de ne pas les affoler avec les évènements climatiques, il y a suffisamment de quoi voir sur la scène de théâtre ce qui se déroule pour comprendre que quelque chose ne tourne vraiment plus rond, à tous les niveaux.

Ça, ça va devenir et ça devient effectivement déjà depuis de nombreux mois, et ça prend une forme d’accélération et d’intensification que, très bientôt, beaucoup de frères et de sœurs, ne pourront ignorer, même s’ils ne veulent pas le voir.

Alors bien évidemment, cela questionne, et le questionnement n’est pas de dire, il va se passer ceci, ou cela, parce que vous entrainez les gens alors dans une projection dans le futur, avec un idéal, que ce soit une nouvelle terre, que ce soit une nouvelle dimension. Mais je crois qu’Abba a été très clair là-dessus, c’est la réabsorption du rêve de la Création.

Donc le temps est venu, effectivement, de ne rien chercher à l’extérieur de soi, mais de se tourner avec franchise, avec authenticité à l’intérieur de soi, et comment on se tourne à l’intérieur de soi, et bien simplement en étant dans le silence. Ça ne veut pas dire qu’il faut vous retirer de la vie, mais trouver ne serait-ce que des petits moments pour faire ce silence.

Pas méditer dans un objectif, ni même prier, mais simplement se poster dans une posture, si je peux dire, d’accueil de tout ce qui passe sur l’écran de la conscience, ce qui se passe dans le corps, sans y attacher la moindre importance pour demeurer disponible pour ce silence où se trouve la Vérité de l’instant présent, la Vérité du temps zéro, et cet état de Joie, sans objet, sans sujet, de l’Absolu ou de l’Ultime.

Alors bien évidemment, tous les systèmes qui vont permettre de diffuser cette bonne nouvelle, c’est-à-dire non pas de préparer les frères et les sœurs qui dorment à la fin des temps, à la fin du monde ou quoi que ce soit, ou à une nouvelle terre, mais leur faire comprendre que la solution au questionnement quel qu’il soit, pour vos enfants, pour vos biens, pour vous-mêmes, se trouve uniquement au sein du silence intérieur.

C’est-à-dire que, aujourd’hui par exemple, avec des enfants, si vous arrivez à simplement les faire faire un moment de silence, même si vous appelez ça une méditation, ils vont vivre cette Joie nue avec beaucoup de facilité. Et il en est de même pour chacun de vous. Pour cela, il faut arrêter de projeter des lendemains, projeter une nouvelle terre, projeter où vous allez aller, vous n’allez nulle part ailleurs qu’au cœur de ce que vous êtes, c’est-à-dire au cœur du cœur, là où se situe la résolution de tout le rêve et de toutes les souffrances de vos vies, même en tant que personnage.

Tout le reste n’a plus la moindre importance par rapport à cela. Et donc, il existe d’innombrables frères et sœurs qui effectivement vivent cette Vérité intérieure, l’Absolu.

Alors, bien sûr, chacun va employer, selon son langage, selon ses connaissances, des mots qui peuvent être différents, mais je vous assure, comme ça a été dit et répété, que vous avez tous, tous sans aucune exception, la même capacité, la même habilité et la même potentialité de vous tourner au-dedans de vous dans le silence, sans rien demander, quelles que soient les pensées qui peuvent passer, quelles que soient les visions, quelles que soient les vibrations qui vous parcourent, de passer, et réellement, au travers de cela.

Vous ne pouvez pas les supprimer, bien évidemment, mais vous pouvez demeurer simplement en silence, en accueil, qui va générer ce que tête de caboche vous dit, c’est-à-dire l’acceptation et la capacité de vous retrouver en totalité.

Se retrouver en totalité, ce n’est pas de penser au futur, ce n’est pas penser au passé, ce n’est pas résoudre un problème quel qu’il soit, c’est se tenir immobile et silencieux dans cet accueil, de laisser se dérouler réellement ce qu’il se déroule, sans intervenir. Que ce soit une angoisse, que ce soit une vibration, que ce soit des énergies, que ce soit des visions, vous allez inéluctablement, si vous traversez cela sans vous y intéresser en aucune manière, découvrir que derrière toutes ces manifestations, il y a ce fameux noyau immobile de ce qui est éternel, de ce qui ne passe jamais, de ce qui n’est jamais né et qui ne meurt jamais.

Dans les circonstances vibratoires, énergétiques, physiques de la conscience même de l’humanité, il y a une opportunité et une simplicité extrême pour vivre la Vérité.

Mais arrêtez de vouloir prétendre connaître l’avenir ou de vous servir des visions et des vibrations, simplement laissez-les être là. Vous êtes celui qui observe cela, c’est-à-dire que vous débouchez de manière, je dirais aujourd’hui, naturelle sur l’observateur et le témoin. Et si vous laissez l’observateur silencieux, sans rien demander d’autre que d’être là, et de laisser le silence s’installer, sans rien décider, vous débouchez immanquablement sur la Joie intérieure, sur l’information du temps zéro, qui est véhiculé, comme je l’ai dit pendant des années, par les particules adamantines qui se sont réparties partout sur cette Terre.

Donc l’information, elle est là, je dirais à portée de cœur, dès l’instant où vous arrêtez, je dirais vos gesticulations, vos désirs de connaître quelque avenir que ce soit, c’est-à-dire si vous vous posez effectivement dans Hic et Nunc, c’est-à-dire dans l’instant présent.

L’instant présent n’est plus une conduite que vous avez à adopter ou à chercher, c’est quelque chose qui se révèle de lui-même, dès l’instant où vous ne désirez rien dans l’instant où vous faites cet accueil dans le silence, vous le vivrez immanquablement.

Et c’est valable aussi bien pour ceux qui ont un cheminement spirituel, mais comme je l’ai dit, pour tout frère ou sœur, ou qu’il soit dans cette société, quoi qu’il croit, et quoi qu’il pense. Il suffit simplement de leur dire de regarder à l’intérieur et de leur donner à travers les résonances de ce que peut-être certains d’entre vous vivent, et je pense par exemple à des intervenants qui interviendraient dans des manifestations de cette Fondation, pour faire découvrir la Vérité.

Vous n’avez besoin ni d’énergie, vous n’avez pas besoin de vision, vous n’avez pas besoin de vibration, mais vous avez besoin chacun, avec vos mots, de dire ce que vous vivez. Parce que quand vous le vivez, l’autre ne peut que résonner à votre vécu, c’est-à-dire que vous véhiculez l’information Lumière du temps zéro, qui vous renvoie à la fusion de l’alpha et de l’oméga.

Il n’y a aucune préparation nécessaire contrairement à il y a quelques années. Le travail, vous l’avez fait en tant que semences d’étoiles, en tant qu’êtres de pure lumière, mais aujourd’hui, tout cela se joue uniquement dans ce présent et que je qualifierais d’instant présent. C’est plus que votre présence, mais ça installe à la fois la présence de l’être, mais aussi ce qui a été nommé le non-être ou l’Absolu, ou l’Ultime comme dirait Bidi, ou le Parabrahman.

Vous n’avez pas d’effort à faire, je dirais même que s’il vous semble faire un effort, et je dirais même dans quelque élément de votre vie, c’est que ce n’est pas la voie de la Lumière. La voie de la Lumière, de l’Intelligence de la Lumière, est toujours évidente et toujours facile.

Je ne dis pas que ça peut être compris, je dis que si vous êtes en accueil de cette Intelligence de la Lumière, vous ne pouvez que vous identifiez à cette Intelligence que vous êtes et non plus à une histoire, à une forme, à un passé, à un monde donné, à un karma donné ou même vous supprimerez, si je peux dire, même vous observerez la suppression des souffrances, vous observerez des guérisons instantanées, qui ne viennent pas d’ailleurs que votre propre cœur du cœur. C’est la magie de l’instant présent.

Mais si vous êtes sans arrêt en train de réfléchir, si vous êtes en train de projeter des buts dans vos méditations, vous n’y arriverez pas. Et bien évidemment ce que je vous dis là, n’importe qui est capable de l’entendre, l’instant présent et l’ici et maintenant, la solution du futur pour ceux qui se posent des questions sur le futur ne se trouvent pas dans une projection ou dans une visions d’un quelconque futur, mais bien réellement, concrètement, et de manière de plus en plus efficiente je dirais, au sein du temps zéro, qui est accessible à chacun, c’est ce que nous avions nommé le cœur du cœur.

Voilà des années, je disais qu’il fallait mettre l’Amour partout, mais aujourd’hui vous êtes l’Amour qui est partout. Pour cela, vous n’avez besoin de rien, ni d’ouverture de chakra, ni de couronne ascensionnelle, ni même du Feu Igné. Il vous suffit simplement d’accueillir l’instant tel qu’il est, quoi que vous en pensiez, quelles que soient vos joies et vos souffrances liées à votre histoire. Si vous arrivez à faire cela, ne serait-ce qu’une minute, vous êtes libres. Mais pour cela, il faut être totalement présent en l’instant.

Vous avez tous ce qui vous a été donné par Abba et tête de caboche concernant les pratiques sans pratique, comme il nomme, et à travers les résonances Agapè et les résonances Agapè réseau, pour diffuser cette bonne nouvelle.

Et effectivement, et vous le voyez, aussi bien entre vous que sur ce que vous nommez vos réseaux de société, des réseaux sociaux, ou les témoignages arrivent à ébranler les états intérieurs de ceux qui écoutent, qui entendent ou qui lisent. Il n’y a pas besoin d’autre chose.

Toutes les connaissances aujourd’hui par rapport à cela sont superflues, quelles que soient vos connaissances, quelles que soient vos perceptions et quelles que soient vos projections ou vos visions. Et si vous arrivez avec des enfants, avec des systèmes, et même je dirais avec les plus opposés à ce qui est en train de se dérouler, c’est-à-dire ceux qui tiennent au statu quo, à la société telle qu’elle existe, ils se poseront la question, et personne ne peut éviter de faire le silence deux, trois minutes, dès l’instant où il a l’information.

Donc oui, une Fondation Agapè, les rencontres Agapè que vous organisez dans tous les pays, sont des moyens privilégiés.

Mais aujourd’hui vous avez effectivement, par les fameux réseaux sociaux, mais aussi des rencontres où il y a beaucoup plus de frères et de sœurs, non pas pour apprendre des choses, mais simplement pour entendre ce qui résonne avec vous, vous le vivrez, et ça sera spontané, même dans des milieux qui sont a priori totalement opposés à tout ce qui peut être spirituel ou subtil si vous préférez, parce que c’est une possibilité qui est donnée avec la même égalité à chacun.

Le soleil, il irradie aussi bien l’assassin que le saint, il ne fait pas de différence, et quand vous êtes au temps zéro, c’est exactement ce qu’il se passe.

Alors parlez de ce que vous vivez, écoutez les frères et sœurs avec leurs mots différents de ce qu’ils vivent. Et si vous avez des rencontres au sein de cette Fondation, bien évidemment, il y aura une forme de démultiplication, et incroyable de partout sur la planète, qui sera réalisée, sans intention, ni de guérison, ni de solutionnement. Mais la seule intention doit être de vivre cette Joie nue qui est présente en chacun au cœur du cœur.

Alors oui, et organiser cela n’est pas créer des organisations qui vont enfermer les gens. Mais je dirais, c’est simplement une forme d’organisation qui permet de démultiplier en quelque sorte la bonne nouvelle. Vous voyez, c’est extrêmement simple.

Et là aussi, quand vous créez ce genre de rencontres, tu peux le voir cher ami, puisque c’est toi qui organises ici, même s’il a fallu préparer, même s’il a fallu penser à des choses, pour manger, pour faire des choses, pour organiser les couchages et tout, tu vois bien que, au moment où ça arrive, tout se passe dans la facilité, avec évidence.

Et c’est comme ça que votre vie est ou sera, dès l’instant où vous êtes dans cette forme de dynamique d’Agapè, je dirais, même sans le vivre encore. Tout un chacun pourra vérifier ce qui est facile et ce qui est difficile. La voie de l’Intelligence de la Lumière est toujours une voie qui est fluide, où tout ce qui paraissait des obstacles, sont éliminés, non pas par un combat mais par l’éclairage de la Lumière.

Et si vous tenez compte de ce qui est facile ou difficile, et même dans votre vie, vous allez constater que plus vous allez vers la facilité de ce qui est, plus les choses sont joyeuses et légères, quels que soient les problèmes et quel que soit votre état de santé.

Mais c’est pareil dans tout ce que vous nommez les organisations, les entreprises, les systèmes politiques, financiers, dans les écoles, dans les hôpitaux, parce que tout le monde est prêt, même sans savoir à quoi. Il suffit simplement de savoir que tout se trouve à l’intérieur.

Vous n’avez pas besoin de discours complexes, vous n’avez pas besoin de tous les mots, et même qui ont été employés par nous les Anciens et les Étoiles durant toutes ces années. Il faut simplement informer la conscience la plus ordinaire qui soit de celui qui vit dans sa conscience ordinaire, qu’il a la possibilité de rentrer en lui.

S’il vous pose la question, et bien il y a simplement à écouter ceux qui le vivent déjà, et ils résonneront avec évidence et facilité à cette ultime vérité qui est la Vérité absolue.

Donc, retenez, que ce soit dans votre vie personnelle, que ce soit dans les rencontres Agapè, que ce soit pour cette Fondation qui est en train d’être créée, c’est exactement la même chose. L’implication est au niveau de votre intention de départ. Mais si votre intention de départ, pour vous comme pour n’importe quelle organisation, même pour une famille, elle est pure et sincère, tout se réalisera pour vous faciliter les choses.

Si ça devient compliqué, si vous observez des résistances, des choses qui n’arrivent pas à se réaliser, donc si c’est difficile, c’est que ce n’est pas l’Intelligence de la Lumière. Et je dirais que c’est valable pour n’importe quoi qui vous arrive dans votre vie. Si quelque chose vous semble difficile, à quelque niveau que ce soit, c’est que vous n’êtes pas encore suffisamment rentrés au dedans.

Rentrés au dedans de vous par le silence, par l’instant présent, appelez ça méditation si vous voulez, par l’accueil aussi, ça a été expliqué longuement par Abba. Alors à ce moment-là, vous avez toutes les possibilités, toutes les chances de le vivre extrêmement rapidement, même si vous n’avez jamais rien ressenti, ni jamais rien vu.

Je répète pour clôturer cette question que c’est l’emplacement de votre conscience individuelle qui se croit un personnage. Même au sein du personnage, si vous acceptez cela, vous le vivez, ça ne peut pas être autrement. Et à ce moment-là, vous constaterez bien sûr tous les effets qui vous sont décrits par ceux qui témoignent de toutes les façons possibles, de cette Joie, de cet Amour nu, de cette facilité quelles que soient les difficultés de la vie, de votre vie personnelle, à vivre la Vie.

Vous êtes la Voie, la Vérité et la Vie, ce qui est l’état christique si vous préférez, mais vous n’avez pas besoin de parler dans les organisations et les hommes politiques que c’est l’état christique. Non, c’est l’état naturel de celui qui s’est trouvé à l’intérieur de soi. Alors, si vous voulez un mot, j’appellerais ça, comme tête de caboche, la transcendance, mais pas la transcendance spirituelle, la transcendance de l’être, la transcendance de la Vérité.

Tout le reste se fait tout seul, et c’est à vous qu’il appartient de le vérifier.

Et donc si vous propagez cette bonne nouvelle comme vous le faites ici, vous ne pouvez que constater qu’à la fin d’une rencontre, comme ici avec quelques frères et sœurs que, à la fin, vous ne pouvez que le vivre, même s’il y a encore, on peut dire des oscillations, ou des sentiments de retourner dans la personne, c’est fini.

Vous avez vécu, ne serait-ce qu’une minute, l’information du temps zéro, et vous le voyez tous au fur et à mesure des semaines, dès que vous avez été informés, même si vous entrez en résistance ou si vous êtes, comment dire, un peu chiffonnés à l’intérieur de ne pas vivre cela, vous ne pouvez que le vivre, et vous ne pouvez que vous reconnaître.

Ça ne touche plus seulement les individus, mais effectivement, ça touche les groupes, ça peut être une école entière qui se réveille, parce que par exemple un instituteur a fait une méditation, et les enfants parlent entre eux, l’énergie circule, l’information circule, et vous allez voir maintenant qu’il y a des groupes entiers qui vont se réveiller.

Quand je parle de groupes, ça peut être une famille entière, ça peut être sur le niveau de votre travail professionnel, dans votre service. Ça peut être aussi au niveau, je dirais même, et vous allez être surpris, de certains partis politiques, ou de certaines organisations prédatrices qu’on appelle la finance qui, eux aussi, quel qu’ait été leur positionnement de la veille, sont dans la même possibilité de réaliser la Vérité.

Vous allez le voir, et vous le voyez déjà. Non plus seulement au niveau des individus, parce que ce que Abba a nommé Agapè résonance réseau, se diffuse de proche en proche, et comme ça a été dit, vous ne pouvez que vous reconnaître, ce n’est pas possible autrement. Il ne peut y avoir aucune discussion là-dessus, parce que c’est quelque chose qui est inéluctable de toute façon, vous le savez, avec l’évènement.

Que ce soit l’appel de Marie, que ce soit les trois jours ou que ce soit le grille planète, qui plus le temps passe, ont toutes les chances d’être réunis dans le même évènement, comme ça avait été expliqué déjà par Anaël en 2017. Toute la chronologie qui avait été délivrée, donnée, n’a plus besoin de se produire selon une chronologie donnée. Plus le temps s’écoule dans l’illusion, plus tout se produira en même temps, et surtout, plus sera amorti justement par la bonne nouvelle. Même si vous l’avez refusée.

Le moment venu, vous vous rappellerez de ce qui a été dit, vous vous rappellerez de ce que vous avez entendu, vous vous rappellerez des questions que vous vous êtes posées et vous vous rappellerez les témoignages que vous avez écoutés ou lus. Et ça, ça suffit.

Simplement, effectivement, il est peut-être plus agréable de vivre dès maintenant, le plus tôt possible, cet état intérieur, au-delà de tout état. Parce que vous aidez, non seulement, bien sûr vous-mêmes, mais aussi le reste de la création, et pas seulement les frères et les sœurs humains, pas seulement les groupes ou les organisations, mais aussi toutes les dimensions.

Si vous acceptez cela, quelque part en vous, vous le vivrez, ça ne peut pas être autrement. Mais plus vous le vivez tôt, plus vous serez tranquilles, et plus vous aiderez à diffuser cette tranquillité particulière de ce qui est le Cœur du Cœur, la Demeure de Paix Suprême, Shantinilaya, si vous voulez.

Voilà, j’arrête là pour cette Fondation, et les frères et sœurs qui s’occupent de ça doivent simplement savoir, et ils doivent déjà le vérifier, que tous les obstacles sont balayés. Ceux qui s’opposent à cette Fondation sont balayés, ceux qui sont en harmonie et qui résonnent à l’objectif de la bonne nouvelle verront leur travail, quel qu’il soit, extrêmement facilité, comme pour la rencontre comme je disais, que tu as organisée ici avec ta compagne, et avec les frères et sœurs qui se sont intéressés pour venir, tout simplement.

Autre question.

Frère : Quels sont les critères qui expliquent qu’une personne a des vertiges et des acouphènes à l’oreille gauche, alors que d’autres personnes n’ont pas cela ? Il faut savoir que médicalement, je n’ai rien.

C’est normal. Les acouphènes comme tu le nommes, c’est le chant de l’âme, le Nada. Ça a été expliqué depuis de très nombreuses années, et d’ailleurs, ce n’est pas nouveau, ça fait partie de tous les enseignements, par exemple du Kriya yoga ou du Siddha yoga. Donc c’est connu depuis des millénaires.

Lorsqu’il y a contact avec l’âme, que l’âme se retourne vers la Lumière, il y a des sons qui apparaissent que les médecins nomment acouphènes, et d’ailleurs tous les médecins constatent une augmentation phénoménale de ces acouphènes, sans aucune cause médicale, ce qui est ton cas.

Les sensations de vertige réel, ou en tout cas de tanguer, sont effectivement liées à ce que, je crois, les américains appellent … wobble, c’est-à-dire les oscillations de la Terre, la Terre oscille réellement. Regardez simplement quand vous avez la chance d’avoir le soleil où il se couche chaque soir, et vous allez voir qu’il n’est jamais au même endroit. Il peut être 5° plus d’un côté, ou 5° de moins de l’autre côté, sur deux jours, pas sur des mois bien sûr.

Et tout ça vous démontre, à travers l’activité des éléments, ce que vous nommez le Gulf Stream, les tornades, les activités élémentaires qui sont en train de se déchainer sur la planète de façon concrète, que ce soit la Terre, que ce soit l’air, que ce soit l’eau, que ce soit n’importe quel élément, c’est lié à l’éclairage de la Lumière qui dissout littéralement les dernières lignes, non pas de prédation, mais des habitudes de fonctionnement de la conscience surtout au sein de l’organisation de la Société.

Donc les vertiges et les acouphènes, s’il n’y a pas de raison médicale, traduisent exactement ce que je viens de dire. Bien sûr, ce n’est pas un préalable aujourd’hui, mais ça veut dire simplement pour celui qui pose la question qu’il est réellement en dissolution de l’âme qui est un enfermement, et la découverte et le vécu de l’Esprit de Vérité, du Paraclet.

Vous avez eu des canalisations du Paraclet, vous savez ce que c’est, ça a été expliqué, ou de l’Impersonnel. Tout cela est ce que vous vivez, que ce soit même les brûlures sous les pieds, beaucoup en ont, alors ils vont chez le médecin, certains médecins vont vous dire que vous avez des poli néphrites, que vous avez des troubles vasculaires, ils peuvent exister bien sûr, mais la cause, ce n’est pas ça.

C’est vraiment les énergies qui avaient été nommées l’Onde de Vie qui comportait trois composantes, qui sont aujourd’hui réunifiées et qui peuvent vous donner ces brûlures sous les pieds. A d’autres moments, vous allez sentir des ébranlements, des tremblements de la cage thoracique. A d’autres moments, vous allez sentir des choses qui ne sont pas les couronnes dont nous avons parlé à l’époque, mais des espèces de, des choses subtiles, qui vous apparaissent presque comme physiques tellement vous les sentez clairement.

Par exemple, l’Antakarana qui devient ce que vous nommez les cornes célestes ou si vous préférez les cornes de la déesse Athor ou Isis, c’est la même chose, vous êtes reliés à l’esprit, vous avez le disque solaire entre les cornes célestes. Et c’est la Vérité.

Certains sentent le dos, entre les omoplates, la nuit ça peut faire mal. Alors vous allez accuser le matelas, vous allez accuser que vous avez trop mangé, vous allez chercher si vous n’avez pas un problème ostéopathique, mais ce n’est pas vrai, c’est simplement votre conscience dite personnelle qui se mélange avec la conscience qui est déjà passée dans le corps d’éternité.

Et il y a d’innombrables symptômes qui certes peuvent être très inconfortables, qui peuvent vous poser questions, et les médecins ne trouveront rien.

Alors bien sûr dans certains cas, si vous résistez, ça peut entrainer par le feu par friction, entre le feu Igné et le feu vital de la personnalité, des vraies conséquences médicales. Vous avez des frères et des sœurs qui ont fait effectivement des accidents vasculaires, cérébraux, des infarctus du myocarde, des hémorragies au niveau du petit bassin, des blocages des reins par des calculs, tout ça c’est le feu de la résistance.

C’est-à-dire que quelque part encore dans ces frères, même s’ils vivent la Vérité, ils restent encore des zones de résistance qui sont éclairées par la Lumière, et si vous ne les accueillez pas, vous allez effectivement jusqu’à la pathologie réelle, organique, de la zone qui est en cause. Mais ce n’est pas la Lumière qui est responsable, ce sont les résistances, conscientes ou inconscientes, le besoin de compréhension, d’explication que vous mettez devant, qui déclenche à ce moment-là l’atteinte physique.

Sans ça, il n’y aurait pas d’atteinte physique. Ça resterait au niveau éthérique et ça serait dissout par l’Intelligence de la Lumière de votre corps d’éternité. C’est ça que vous devez voir à travers toutes ces questions que vous vous posez par rapport à votre santé, par rapport à des symptômes qui, bien évidemment, vous alertent et vous font poser la question de la maladie. Mais ça, c’est parce que vous fonctionnez encore selon l’ancien mode d’action-réaction.

Si vous aviez la foi totale en qui vous êtes, même sans le vivre, je vous garantis que vous n’auriez plus aucune maladie. Et que même ce qui est maladie constituée disparaîtrait.

C’est ça qu’il faut voir. Il n’est pas question de juger ou de vous sentir coupables de ne pas être à la hauteur, non. C’est une question, comme je disais dans la première réponse, de faire le silence, d’accueillir et d’accepter.

Ce que je veux dire aussi par là, que si vous acceptez, même quelque chose d’organique qui se produit, il sera littéralement dissout par la Lumière. Mais si vous vous interrogez, si vous vous questionnez, si vous avez peur, et bien c’est le feu par friction qui apparaît qui est la rencontre du feu vital qui résiste avec le feu Igné auquel rien ne peut résister. Et à ce moment-là, bien sûr, il y a des conséquences physiques, organiques, même des maladies et je dirais même des morts, mais pour ceux-là ce n’est pas grave, ils sont libres.

Alors, tu peux continuer.

Frère : De la même personne. Que devient le corps après toutes les transmutations qui s’opèrent en lui ?

Il n’y a plus de corps. Vous passez durant les trois jours du corps carboné au corps silice, ou si tu préfères du corps physique au corps d’éternité, et à la fin des trois jours, ou de l’évènement, il n’y a plus de corps. C’est la conscience nue, c’est la Joie nue, c’est là où vous découvrez que vous n’avez jamais été aucune forme, et que pourtant vous avez été toutes les formes. Et tout ça, dans le même instant initial, qui est l’instant final.

Phahame vous l’a parfaitement expliqué. C’est à vous de le vivre.

Se poser la question du corps, c’est encore avoir peur quelque part de la disparition du corps, bien évidemment. Celui qui est en Agapè se fout complètement de ce que va devenir ce corps, il n’a plus besoin de corps, même s’il est dans un corps, il sait qu’il est antérieur à tout corps, comme à tout monde, réellement. C’est ça se souvenir, c’est ça se réveiller.

Rappelez-vous, comme disait Nisargadatta et Bidi après, ce n’est pas la personne qui est libérée, c’est vous qui êtes libérés de la personne, ce n’est pas tout-à-fait la même chose, c’est même l’inverse. Vous n’emmenez rien de l’autre côté, et c’est comme ça à chaque réincarnation, sauf que là, il n’y a plus de réincarnation.

C’est la fin du mythe de la Création, de l’enfermement. Le karma a été créé par les archontes, ce sont des énergies qui ont été nommées lucifériennes, qui ont recourbé l’espace-temps de façon à ce que vous n’ayez pas de possibilité de retrouver l’alpha et l’oméga, tout en participant au jeu de la Création, qui est un rêve.

Donc se poser la question du devenir du corps traduit simplement qu’il existe de manière subconsciente ou inconsciente, une peur terrible cachée de la mort, rien de plus.

Celui qui est en joie ne se pose pas la question de son corps, bien sûr qu’il doit l’entretenir, bien sûr qu’il doit faire face aux obligations du corps comme de la vie dans laquelle il est inséré, familialement, professionnellement, et c’est la responsabilité, mais ça vous donne une autonomie que vous ne trouverez jamais tant que vous êtes attachés à une forme quelle qu’elle soit, la vraie Liberté n’a que faire de la forme, n’a que faire des mondes, n’a que faire des dimensions, n’a que faire des archanges, n’a que faire de Dieu, n’a que faire du diable, n’a que faire de nous, puisqu’il a réalisé que tout était lui, absolument tout.

La peur appartient à la personne. C’est bien sûr les réflexes de survie qui viennent des forces archontiques qui ne sont pas ailleurs qu’au dedans de vous, et de chacun de nous, sans exception. Il n’y a jamais eu de temps et d’espace, mais il a bien fallu vous conduire et nous conduire, nous aussi, Anciens, jusqu’au seuil de cette redécouverte.

Autre question.

Frère : Est-ce que les rêves nocturnes ou diurnes, rêves éveillés, ne sont que des projections du mental ?

Oui, des rêves prophétiques sont extrêmement rares, et tout ce que vous nommez rêve est un rêve dans le Rêve. Il n’y a aucune vérité dans le rêve, même s’il est très intense, même s’il vous parle d’une expérience extrêmement puissante. Tant que ce n’est pas vécu au sein de votre conscience ordinaire et de l’observateur, ça ne sert à rien.

Nous avons tous vécu des rêves extraordinaires à différents moments de nos vies. On accédait à la Lumière, ou on grimpait des montages, ou on vivait une fusion avec un être de lumière, ou un frère ou une sœur incarnée. Mais quand vous revenez le matin, qu’elle qu’ait été l’intensité de ce rêve, vous demeurez toujours une personne.

Donc oui, même si j’ai passé beaucoup de temps avec vous à vous expliquer certains rêves, le rêve appartient au Rêve puisque vous rêvez, comme le dirait Bidi. Tant que vous n’êtes pas lucides sur qui vous êtes, vous ne faites que rêver. C’est ça le véritable réveil. C’est se souvenir simplement de qui vous êtes, au-delà de l’être et du non-être. A ce moment-là, vous ne pourrez que dire que ça a toujours été là, je ne suis jamais né, je ne suis jamais mort.

Et là, c’est fini, la Liberté est totale, même si vous êtes encore soumis au rêve. Vous participez au rêve en sachant que c’est un rêve. Ça change tout.

De la même façon que dans les rêves que vous faites la nuit, dans certains cas, vous savez très bien que vous rêvez et que vous avez la possibilité de changer le cours du rêve. Mais ça ne reste qu’un rêve. Tant que vous croyez encore aujourd’hui être un personnage, être une personne, je peux vous assurer que vous rêvez, je dirais même que vous cauchemardez, parce que vous ne pouvez pas comparer, même les états ou les expériences de joie vibratoires avec la réalité, la Vérité de la Joie Nue. Ça n’a rien à voir.

Encore une fois, vous ne pouvez que vous reconnaître, et quand vous vous êtes reconnus, bien sûr, il ne peut plus exister la moindre question, mais les questions que vous posez, même si vous ne le vivez pas, vous conduisent là aussi à avoir entendu la bonne nouvelle, et donc à la vivre au moment qui a été écrit pour vous.

Rappelez-vous ce que disait Bidi, que je répète derrière lui, comme Abba aussi le disait : Tout ce qui doit arriver arrivera, quoi que vous fassiez. Tout ce qui ne doit pas arriver n’arrivera pas, quoi que vous fassiez. Alors il ne sert à rien de résister, de s’opposer et de lutter. Et si j’employais une terminologie Bidiesque, je vous dirais : Restez tranquilles. Soyez dans cette divine indifférence afin de retrouver votre humanité la plus simple, votre humilité naturelle de celui qui sait qui il est.

Il n’y a plus aucune revendication possible à ce moment-là, ni de se prétendre un gourou, un maître ou un éveillé. Vous êtes simplement réveillés. Et encore une fois, ce n’est pas une question de vibrations, de couronnes ascensionnelles ou de montée de l’Onde de Vie. C’est autre chose.

Autre question.

Frère : Nous n’avons plus de question écrite.

Alors je te laisse réveiller les questions orales qui vont se poser dans l’assemblée.

Frère : Y a-t-il quelqu’un qui a une question ?

Frère/Sœur : Une de nos amies absente se demande : elle a un fils qui est paranoïaque et schizophrène…

Excuse-moi, mais je ne suis pas médecin, mais ce sont deux termes qui sont antinomiques. Le paranoïaque est totalement structuré dans son délire, le schizophrène, non. Donc, on ne peut pas être les deux à la fois. Mais ce n’est pas grave. Vas-y, continue.

Frère/Sœur : … et donc elle demandait pourquoi ça arrive à son fils.

Comme je l’ai dit précédemment, ce qui doit arriver arrivera, quoi que tu fasses. Il vous faut, là aussi, et pour cette sœur en particulier, accepter que ce qui arrive n’est jamais une punition, ni une rétribution, mais simplement le prétexte pour vous réveiller.

Si vous partez de ce principe, vous arrêtez avec les pourquoi et les comment, qu’est-ce qui m’a puni, qu’est-ce que j’ai fait pour mériter cela, mais vous êtes prêts pour la bonne nouvelle. Et tout ce qui vous arrive, qui vous semble aujourd’hui détestable, que ce soit dans votre corps, que ce soit dans votre vie, n’est là que pour vous faire vivre la Vie. Quand vous en aurez marre de lutter, quand vous en aurez marre de vous questionner, la réponse arrivera et vous serez en joie.

Parce que quand il y a ce genre de questions, c’est bien évidemment le mental qui la pose, et ce mental va s’appuyer ou va tenter de s’appuyer sur ce que j’ai nommé la punition ou la rétribution. Ça c’est la dualité.

Tout ce qui arrive, surtout aujourd’hui, dans ces temps-ci, et justement quoi que vous en pensiez, ce qui était exactement nécessaire pour vous, pour vous réveiller. Même si ce n’est pas dans l’instant, ça sera dans un instant suivant. Il n’y a pas de causalité à donner, il n’y a pas d’explication rationnelle, au sens logique, ni karmique. Ni punition, ni rétribution, mais juste le jeu que vous jouez sur la scène de théâtre pour vous découvrir et pour enfin sortir du rêve, ou du cauchemar.

Combien parmi vous ici, ou ailleurs, seraient restés dans la quiétude si leurs vies avaient continué simplement, tranquillement, dans les habitudes, dans le fait d’élever une famille, d’avoir des enfants, de gagner sa vie, de préparer sa retraite, d’avoir un toit ? Tout ça aujourd’hui ça ne tient plus.

Et d’ailleurs si vous tenez à ça par-dessus tout, vous le perdrez nécessairement, parce que c’est le jeu de l’Intelligence de la Lumière qui vient éclairer, de manière de plus en plus forte, je crois d’ailleurs que depuis de nombreux mois, il y a longtemps, il y a des années je disais, l’Amour ou la peur, mais aujourd’hui je le répète, c’est l’Amour ou la souffrance. Quand vous en aurez marre de souffrir, vous vivrez l’Amour.

Vous savez tous, et je crois que les scientifiques l’expliquent parfaitement, c’est pour ça d’ailleurs qu’il y a eu tant, et surtout dans la tradition chrétienne, beaucoup de mystiques qui se sont flagellés, qui se sont fait souffrir, pour rien, mais parce qu’ils avaient clairement ressenti que dans la souffrance la plus extrême, il y a aussi l’Amour, et surtout l’Amour.

Donc ne jugez rien, ni en vous, ni à l’extérieur de vous. Que vous ayez un enfant schizophrène, que vous ayez un cancer, bien sûr, il faut agir, mais avant tout, acceptez et accueillez. Parce que même si vous n’avez pas la possibilité de le comprendre ou de le vivre dans l’instant où vous le vivez, sachez que c’est uniquement, pas pour votre bien, ni pour votre mal, mais pour vous réveiller. C’est ça l’éclairage de la Lumière.

Et c’est pour ça que, voilà quelques années, je disais l’Amour ou la peur, mais depuis de nombreux mois et Bidi l’a repris avec moi, nous vous avons dit l’Amour ou la souffrance, mais la souffrance conduit aussi à l’Amour. Et je dirais même beaucoup plus aisément que ceux qui sont enkystés quelque part dans leurs vibrations, qui sont débordés par les états vibratoires. C’est pour ça qu’il y a le feu par friction, que ça se passe au niveau du mental, les angoisses, la peur de mourir ou au niveau du corps, avec des maladies organiques réelles.

Ce n’est pas une punition, c’est ça qu’il vous faut accepter à défaut de le comprendre, ce n’est pas une croyance encore une fois. Je crois que Abba vous l’a répété encore il y a quelques heures, c’est une acceptation.

L’acceptation n’a rien à voir avec la croyance, c’est accepter ce qui est. Acceptez que vous ne pouvez pas changer un iota de ce que vous avez vous-mêmes écrit pour sortir du rêve. Il n’y a pas de meilleur emplacement que le vôtre, votre âge, votre situation affective, familiale, personnelle, financière, professionnelle, à tous les niveaux. Ce ne sont que des prétextes que la Lumière a écrit, que vous avez écrit et que l’Intelligence de la Lumière vous révèle.

Installez-vous ici et maintenant, faites-le quelques minutes, et vous verrez que tout sera solutionné. Et chaque jour qui va s’écouler sur la scène du rêve, verra ce que je suis en train de vous dire, se réaliser de plus en plus spontanément. Encore une fois, faut-il être informé de la bonne nouvelle, même si vous n’en vivez rien, et même si vous n’y croyez pas. Parce que ce n’est pas une croyance, c’est un état de fait réel au sein de cette Terre.

Mais comme vos astrophysiciens, ceux qui regardent là-haut, se sont aperçus aussi que c’est en train de se produire, la réabsobtion de la Création, au sein de ce que vos astrophysiciens appellent les trous noirs, là où Abba vous avait expliqué qu’il y avait la fusion de l’être et du non-être. C’est le moment où la conscience se tient à la lisière de sa propre extinction et aperçoit les deux versants, être et non-être, manifesté et non manifesté.

C’est là que vous trouvez la Vérité. Pas dans une énergie, pas dans les visions, ni dans aucun ressenti, quel qu’il soit. Ce qui ne vous empêche pas d’avoir des visions, ce qui ne vous empêche pas de ressentir les choses, mais tout ce que vous ressentez appartient à la scène de théâtre, bien sûr, pas nécessairement physique, mais aussi de ce qu’on nomme les autres dimensions.

Autre question.

Frère : Donc deux questions liées à l’électro sensibilité. Deux questions : Quand on est électro sensible, qu’est-ce qui est exactement affecté, est-ce que c’est le corps physique ou le corps éthérique ?

Non, c’est le corps éthérique, et c’est directement relié au deuxième chakra qui est la perception éthérique. La perception de l’énergie n’est pas liée au cœur ni à l’émotionnel, mais à l’éthérique, donc au deuxième chakra. Et tout ce qui est vision est lié au troisième chakra. A l’époque vous aviez eu No Eyes qui vous avait parfaitement expliqué la différence entre la vision du cœur, la vision subtile et la vision physique. Je vous invite à retrouver cette canalisation parce que ça avait été développé de façon très large.

Pour l’électro sensibilité, je dirais que c’est une anomalie de perception parce que la conscience est trop tournée quelque part vers ce deuxième chakra, d’une façon ou d’une autre. C’est-à-dire la confiance en soi, c’est-à-dire l’assise en soi, c’est-à-dire que quelque part vous croyez encore au personnage.

Ce n’est pas une tare d’être électro sensible, je ne veux pas dire par là qu’il y a une erreur de positionnement, mais ça veut dire simplement que votre conscience bien évidemment n’est pas obligée d’être dans la prédation, tous les deuxièmes chakras, alors ce qu’on nomme centre directeur de conscience, ne sont pas liés à la prédation, mais en tous cas, quelque part, c’est lié à une anomalie de perception. Il suffit de déplacer la conscience du deuxième au quatrième chakra, parce que j’ai expliqué fort longuement dans toutes les réponses que je donnais, pour réellement traverser aussi cette électro sensibilité.

De la même façon que vous pouvez traverser la maladie, la souffrance, le mental, avec la même facilité, dès l’instant où vous demeurez dans ce silence intérieur, où il n’y a pas de demande, où il y a juste une acceptation, juste un accueil et juste le fait de se tenir tranquille, d’être fainéant comme l’avait dit dans une de ses dernières interventions Osho, et je crois que Nisargadatta appelait ça la divine indifférence.

C’est une indifférence apparente, mais qui vous conduit à la Vérité. Ce n’est pas être indifférent au sens égotique. C’est pour ça qu’il l’avait nommée la divine indifférence. Plus vous relâchez la pression, la vision, l’attrait à ce monde, ce qui ne veut pas dire aller dans une grotte, mais plus vous vous retirez de cela, en vous, pas dans une grotte, plus vous vivez la Liberté. Et c’est pareil pour tout le monde, sans aucune exception, quel que soit votre état vibratoire, que vous soyez dans la supra-conscience, dans le soi, ou encore quelqu’un qui s’interroge et qui ne dit rien du tout. Il n’y a pas différence par rapport à cela.

Frère: Alors il y avait une deuxième partie à la question.

Oui.

Frère : Devenir électro sensible pendant les noces célestes, y avait-il un lien ?

Oui bien sûr. C’est tout ce qui s’est passé dans les différentes étapes des noces célestes, vous savez, qui ont perforé les gaines de chakras à chaque fois. Quand vous perforez, quand la Shakti, la Lumière, le triple rayonnement de l’Esprit Saint, de la radiation de l’ultraviolet et du Soleil vous pénètrent par la tête, ils descendent par le canal médian qui s’appelle alors le canal de l’éther, et viennent libérer les chakras avec ce qu’ils contiennent.

Dans une étape particulière des noces célestes, je crois que c’était la septième ou la huitième, où les énergies collectives sont arrivées dans le deuxième chakra, c’est-à-dire à peu près au milieu des noces célestes, bien sûr ça avait été d’ailleurs expliqué par moi et aussi par l’archange Mikaël, beaucoup de frères avaient vu se réactiver des problèmes dentaires par exemple. C’était effectivement des dents karmiques, c’est-à-dire avoir une dent contre quelqu’un, qui s’évacuaient de cette façon.

Et effectivement, l’électro sensibilité a pu apparaître, par exemple comme tu le questionnes durant les noces célestes, par l’ouverture de ces gaines de chakras qui ont libéré ces chakras. Là je ne parle ni des étoiles, ni des portes, je parle vraiment des sept chakras. Et s’il y a un centre d’énergie directeur qui est lié au deuxième chakra, bien évidemment, la perception va devenir suraigüe des énergies mais aussi de ce qui est nommé l’électro sensibilité, qui a été bien sûr aggravée dans la révélation de la Lumière Adamantine qui s’est diffusée sur toute la Terre.

Oui, il y a une causalité, bien sûr.

Frère : Autre question ?

Frère/Sœur : Au retour des vacances, là où j’habite, j’ai vu deux grandes cheminées de trente-quatre mètres de haut, qui ont poussé comme ça, et donc c’est la 5G. Et ma personne était quand même en colère, et j’ai comparé ça aux cheminées d’Auschwitz.

Tu as tout-à-fait raison. La 5G est faite aussi pour vous consumer. Ils croient vous maintenir dans l’enfermement avec la 5G qui est terrible pour la personne, effectivement avec des effets bien plus graves que ce que vous nommez l’électro sensibilité. Mais ce que ne savent pas ces reliquats et ces résidus de guignols, c’est que, quoi qu’ils fassent, eux aussi concourent à la Liberté.

Que ce soit les poisons, les pesticides, que ce soit les archontes, que ce soit les guignols qui vous ont asservis, ils font partie de ce qui a été écrit, et que vous avez écrit. Donc s’il y a des cheminées de 5G juste à côté de chez toi, soit tu seras obligée de déménager, soit tu participeras du grille planète, parce que la 5G c’est aussi un grille planète. Que ce soit les rayonnements cosmiques, que ce soit ce que vous nommez les chemtrails, que ce soit ce que vous nommez les pesticides, le résultat est exactement le même.

Seule la personne bien sûr est gênée. Bien évidemment, je ne dis pas qu’il faut accepter la 5G ou les pesticides, mais ça, c’est une affaire personnelle. Mais je vous assure que même l’enfermement le plus terrible dans les quatre-vingt-onze systèmes solaires qu’il y avait, qui étaient enfermés, participe à la fin du rêve de la Création, et a été acté dès le premier souffle de la Création, dès le passage du zéro au un, et dès le passage de la Source à Métatron. Ça avait été expliqué par rapport à l’anomalie primaire.

Donc bien sûr que ça dérange la personne de voir tout ce qui se produit sur Terre. Mais le fait d’être dérangé implique un nouvel équilibre quelque part. Et là aussi, quand je dis acceptation, j’ai bien dit aussi que peut-être la finalité, si le temps dure trop, sera que tu seras obligée de partir. Mais même ça est écrit. C’est ce que tu as écrit, c’est le scénario que tu as écrit. Tout est prétexte, même au sein du rêve, et au sein du cauchemar, à vous réveiller, même un cancer, même un accident.

L’important n’est pas le corps, l’important n’est pas l’énergie, l’important est la Vérité et pas du tout le bien-être, même si c’est plus agréable d’être bien que d’être mal, dans le mal-être, pour vivre ce qui est à vivre, mais dans un cas comme dans l’autre, le résultat est identique, totalement identique. Mais la façon d’y arriver est plus ou moins facile. Mais c’est toujours le même résultat.

Là aussi, intérieurement, l’acceptation et le silence devraient être préalables à toute action, parce que quand tu as acceptation, il y a fluidité, et l’éclairage de la Lumière va tout faire, une fois que tu as accepté, pour solutionner d’une manière ou d’une autre cela. Que ce soit par la mort, que ce soit par la guérison, par un déménagement ou autre. Mais l’acceptation doit être d’abord présente.

A ce moment-là, vous verrez que l’Intelligence de la Lumière vous rendra à l’intérieur de vous plus fluide. Mais ce que vous nommez votre vie deviendra la Vie, c’est-à-dire qu’elle sera fluidité et évidence.

Je le répète, vous avez d’innombrables frères et sœurs qui le vivent aujourd’hui, et chaque jour il y en a toujours plus. Alors écoutez-les, résonnez à ce qu’ils disent, pas seulement sur le discours et le mot, mais par votre présence, par votre écoute, même si vous n’êtes pas d’accord, vous allez résonner à la Vérité, il n’y a rien de plus.

Accueillez même vos peurs. Je sais pertinemment que beaucoup de frères et sœurs qui vivent l’êtreté et qui vivent la libération et la sortie du rêve, sont affectés en ce moment par des recrudescences de peurs. C’est simplement l’éclairage de la Lumière qui fait ça. Ne réagissez pas. Là aussi, maintenez l’observateur, le silence intérieur, l’acceptation, et vous verrez les résultats.

Mais si vous commencez par vouloir gémir, être soumis aux peurs, aux souffrances, vous retardez l’acceptation, c’est aussi simple que ça. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut laisser évoluer une maladie, ou une souffrance, mais je dis : mettez l’Amour devant et aujourd’hui je vous dis : mettez l’Acceptation devant, accueillez ce qui est là, surtout ce qui vous semble intolérable, et vous verrez bien ce qui se passe.

C’est à vous de le vérifier. Bidi disait : la Compréhension est le Vécu. Aucune compréhension intellectuelle, liée aux énergies, aux visions, aux vibrations, ne vous sera d’aucune utilité pour cela. Il n’y a pas d’autre possibilité que l’acceptation, parce que c’est la voie de l’enfance, c’est la voie de la simplicité, de l’humilité comme vous l’a expliquée tellement longuement la Petite Thérèse, vous n’avez pas d’autre choix.

Tant que vous croyez y arriver par vous-mêmes, vous ne pouvez pas y arriver. C’est bien un sacrifice. C’est ça la disparition de la personne. La personne elle sera là jusqu’au bout, mais vous, vous êtes libérés de votre personne, de votre histoire, et le vécu intérieur, et aussi sur la scène de théâtre, change à ce moment-là du tout au tout.

Mais c’est à chacun de le vérifier en le vivant, ce n’est pas un enseignement que je vous donne, ce n’est pas quelque chose à suivre bêtement, c’est quelque chose à vivre, et vous avez tous la même possibilité de le vivre, quoi que vous dise encore votre personnage.

Les résonances Agapè réseau, ce que vous fait faire Abba le soir, ce que vous faites vous aussi, les techniques sans technique, la pratique sans pratique, vous rapprochent de cette facilité. Acceptez. Mais l’acceptation ne doit pas être : Oui, mais … C’est un Oui franc et massif, qui engage la conscience, la personne, et toute votre vie.

En dehors de ça, s’il y a non-acceptation, bien sûr il ne peut y avoir que peurs et souffrances, même si c’est inconscient. Mais ça fait partie de l’éclairage de la Lumière. Donc ne jugez rien, ne condamnez rien. Si les mots d’accueil, d’acceptation, ont été dits, redits et ré-répétés par tous les intervenants et sans arrêt par tête de caboche, et aussi par ceux qui vivent la Vérité, c’est qu’il n’y a pas d’autre possibilité.

Rappelez-vous que tout ce à quoi vous vous opposez, et surtout dans ces temps maintenant, ne peut que se renforcer. Si vous vous opposez à vos peurs, elles se renforceront. Si vous vous opposez à la souffrance, en cherchant une explication, plutôt qu’une résolution, même chimique, vous ne faites que renforcer les choses. Et c’est justement à travers ce jeu-là que vous pouvez vous prouver à vous-mêmes, que les résultats sont profondément différents, selon que vous lâchez, que vous vous abandonnez à la Lumière, que vous vous identifiez à la Lumière, et non plus au personnage ou à une forme.

Et c’est pour chacun le même jeu, même si la scène de théâtre qui est jouée peut sembler plus ou moins facile, plus ou moins difficile.

Autre question.

…Silence…

C’est très simple. Si là je vous demande de faire le silence, de ne même pas parler d’Agapè ou de Feu du Cœur, soyez sincèrement présents, disponibles, quelles que soient les vibrations que vous pouvez sentir qui sont très fortes au niveau de la tête, du cœur ou du dos, là maintenant, parce que nous sommes ensemble, faites le silence.

Ne portez pas votre conscience sur mes mots, mais sur l’espace, je dirais sur ça qui est là, il est partout. Relâchez toute attention, relâchez toute perception, ne pensez même pas à Agapè, ni au Feu du Cœur Sacré, soyez vraiment, honnêtement, présents, là, tels que vous êtes, et alors ça se déploie, dans ce silence, quel que soit ce que vous dit votre corps, quel que soit ce que vous dit votre personnage, votre mental, si vous acceptez l’instant présent, alors vous êtes disponibles.

Je n’ai même pas besoin de vous bénir, je n’ai pas besoin de résonner au niveau du Feu du Cœur, vous devenez l’espace, vous êtes partout, vraiment, n’interrogez pas, soyez simplement présents. On le fait là maintenant, ceux qui sont là et ailleurs.

Si votre cœur se met à respirer sur le rythme à trois temps, ne vous en occupez pas, même si les énergies sont très fortes, au niveau des couronnes de la tête, ne vous en occupez pas. Pensez à rester présents. Comme dirait Anaël, Ici et Maintenant. Soyez totalement disponibles, laissez-vous traverser, et vous y êtes.

Ceux qui perçoivent les énergies, les vibrations, laissez passer ce qui se passe là, ce que vous ressentez, vous n’êtes pas cela non plus. Acceptez, et vous le vivrez. C’est ça la simplicité, parce que la Lumière et l’Amour, c’est quelque chose de très simple.

On a le temps pour d’autres questions ?

Frère : Vingt minutes.

Alors si quelqu’un veut exprimer ce qui s’est passé pendant ces deux minutes, vous voyez, ce n’est pas long, deux minutes d’accueil, de silence, qui a vécu – maintenant vous pouvez vous ré intéresser à ce qui s’est passé -, qu’est-ce que vous avez vécu, rien du tout ?

Frère : Moi j’ai vécu, j’ai senti donc quand tu as parlé d’espace, c’est un peu comme si j’ai perçu ce qu’il y avait entre chacun; j’avais envie de rire, ça m’a donné envie de rire et même, parfois même à la fois une émotion forte, même de pleurer, c’était vraiment entre les deux.

C’est les deux à la fois, oui, c’est le réveil.

Au Cœur du Cœur, dans le Silence, vous découvrez que vous êtes tout l’espace et que, entre toi et le frère, il n’y a pas de distance, il est en toi, parce que tu es l’espace. Oui, c’est une émotion, tu peux le dire. C’est à la fois le rire et le pleurer, c’est les retrouvailles, mais ça vous pouvez le faire tout seul, vous n’avez pas besoin de moi.

Alors bien sûr, il y a la résonance de groupe qui s’installe, parce qu’il y en a plusieurs ici qui sont libres déjà, mais même tout seul vous pouvez le faire.

Frère : Ce qui m’a touché aussi c’est là … j’ai l’impression que ta voix devenait plus douce, et ça m’a touché, il y avait une douceur comme ça, soudainement dans ta voix, et ….

C’est tout-à-fait vrai, mais ça fait partie du Je de l’instant présent que j’ai voulu vous faire vivre, et une fois que tu l’as vécu, une fois, même si après tu te sembles être une personne, c’est fini. Quand tu le vivras à nouveau, et tu peux le vivre tout de suite, il ne peut plus persister la moindre identification au personnage. Bien sûr tu es encore dans ce personnage, mais tu sais à ce moment-là que tout ça n’est qu’un rêve qui passe.

Soyez l’espace, ne cherchez même pas à résonner avec l’autre, parce que, en définitive, vous êtes ce qui résonne de partout dans l’éther. Et là, vous voyez, on peut le faire en groupe. Il suffit de le redire pour que cela soit là.

Qui d’autre veut dire ce qu’il vit ?

Qui d’autre veut dire ce qu’il vit, ou ce qu’il a vécu durant ces quelques minutes ? C’est important pour tous les frères et sœurs qui vont écouter, entendre, lire ou qui sont en direct.

Frère : Quelqu’un exprime aussi que ça lui donnait envie de pleurer de joie.

Frère/Sœur : Alors ici, il y a éclaté de rire … Pareil, une émotion mais aussi une grande joie …

Il n’y a que ça. Et ça c’est quelque chose que vous pouvez faire revivre instantanément, pas par le souvenir de ce qui s’est passé à cet instant précis, ou ce que vous allez vivre pendant la rencontre, ce n’est pas un souvenir, c’est quelque chose qui est toujours là. Encore une fois, vous l’avez simplement oublié, c’est tout. Quand je dis qu’il n’y a pas d’effort à faire, c’est la vérité, il y a juste à être là.

Frère/Sœur : Des fois, cet éclat de rire veut sortir comme ça et je cherche des fois à le retenir.

Et oui, il ne faut rien retenir, il faudra demander à ton voisin qu’il te fasse guili guili …

(Rires)

Où tu peux te faire guili guili toute seule, aussi.

(NB pour les traducteurs : guili guili = chatouiller)

(Rires)

La vie est spontanéité, c’est ça que vous redécouvrez.

(Une sœur continue de rire)

Le guili guili marche très bien aussi par la pensée, et vous ne pourrez que rire, de vous-mêmes déjà, ce n’est pas une moquerie, c’est une reconnaissance, et c’est une grande gratification, où vous vous accordez, je dirais si on veut employer des termes anciens, vous vous accordez le pardon et vous donnez le pardon. Il n’y a rien d’autre à vouloir.

D’autres choses à dire par rapport à cela ?

Frère/Sœur : Il y a une sœur qui ressent qu’elle n’a pas d’emplacement, pas de début, pas de fin, pas de limite.

C’est l’infini. Oui. Ce qui n’empêche pas le personnage d’être toujours là, tu vois, il est là, mais il est transcendé. Tu es libérée de la personne, la personne elle est là bien sûr, mais toi tu es libérée, ce n’est rien d’autre que cela, qui murit, qui éclot à chaque seconde, qui se renforce à chaque seconde.

Ça va devenir chaque jour de plus en plus simple, ça fait des mois que je vous le dis, vous voyez bien que vous n’avez besoin de rien, ni de personne, ça continue d’ailleurs là.

Frère/Sœur : En juillet, avec Phahame, il s’est passé pas mal de choses, pour plusieurs personnes et entre autres, moi, j’avais après une certaine sensibilité. Un soir à vingt-trois heures, il y a un être d’origine indienne d’Amérique, qui était très neutre, il n’y avait pas de compassion, et il m’a traversée. Je n’avais pas envie qu’il me traverse et je n’ai pu qu’accepter. Et après j’ai entendu archonte qui rentre dans l’être, et je me demandais si c’était mon cas.

Peu importe. Le Christ l’avait dit, si vous tendez l’autre joue, et si vous aimez votre ennemi, c’est facile d’aimer un ami, c’est facile d’aimer son amour, mais aimez-vous aussi le pire ennemi qui n’est autre que vous qui vient vous réveiller. Si vous êtes capables de cela, réellement, dans l’instant présent, comme tout à l’heure où vous deveniez l’espace, vous êtes libres. Vous riez et vous pleurez, vous vous retrouvez.

Rappelez-vous que quand Nisargadatta, Bidi, vous a dit que c’était un rêve, une scène de théâtre, et quand Abba vous a dit que c’était un jeu vidéo, c’est exactement cela. Tu crois être le personnage du jeu vidéo, mais tu n’es même pas celui qui est à la manette, tu n’es même pas celui qui fournit l’alimentation, le courant. Tu es tout cela à la fois, mais tu ne peux le découvrir qu’en étant rien.

C’est-à-dire, la meilleure façon d’être rien, ce n’est surtout pas de vouloir être tout avant, même si certains d’entre vous l’ont vécu, c’est d’être simplement disponibles pour l’instant présent. Réfléchissez bien à cette disponibilité en l’instant présent. Je ne parle pas là non plus de vous retirer dans une chambre pour méditer. Je parle d’être immergés dans ce qui se vit, là, maintenant, tout de suite, sans parti pris, sans jugement, simplement en l’acceptant.

Vous n’avez pas le choix. Tant que vous croyez avoir le choix, c’est que vous croyez encore au libre arbitre. Tout a été écrit. Comment voulez-vous le vérifier ? En discutant tout ce qu’il se conduit ? En cherchant une cause à tout ce qu’il se produit ? Nous ne sommes plus, ni vous ni nous, dans ces temps-là. Le temps zéro est partout, c’est l’Intelligence de la Lumière, c’est ce que vous êtes.

L’Intelligence de la Lumière, comme l’Esprit du Soleil, ou le Chœur des Anges, ce n’est pas parce qu’on l’appelle le Chœur des Anges que ce sont des anges. Le Paraclet n’est pas une forme, l’Esprit du Soleil, c’est vous, ce que nous voyons là-haut dans le ciel n’est qu’un reflet. Le soleil de l’homme était étouffé parce que la porte étroite, le huitième corps, était fermé. La conscience s’exprimait par le plexus solaire, par l’astral. Les portes se sont ouvertes, vous êtes montés au cœur, pour ceux qui l’ont vécu.

Et puis maintenant le Soleil, il est au-dessus de votre tête, vos ailes poussent, les douleurs de dos. Mais même ça vous n’avez pas besoin de le savoir, vous avez juste à être là, totalement là, où vous êtes, pas ailleurs.

Quand vous accepterez que tout ce qui produit dans votre vie, en ce moment, n’est qu’une énorme opportunité donnée par la Lumière que vous êtes, et que vous avez vous-mêmes écrit, de vous souvenir et de vous réveiller, tout le reste, ce ne sont que des accessoires, tout le reste, ce ne sont que des décors.

Le monde aussi, ici comme ailleurs, n’est qu’un décor.

Autre vécu, autre question.

Frère/Sœur : Le terme d’acceptation n’est plus une action ni une intention.

Surtout pas. C’est une réceptivité exacerbée. Accepter, accueillir, c’est presque la même chose. Avant, et Abba vous a parlé d’accueillir l’essence de l’autre, mais en fait, là maintenant, c’est vous-mêmes que vous accueillez, pas votre personnage puisqu’il est déjà accueilli, vous êtes dedans, mais ce qui est. C’est ça l’acceptation.

C’est effectivement la cessation de toute projection, et c’est donc l’introjection, comme dirait Abba, de la conscience, à la source de la conscience vous revenez, pas la manifestation de la conscience même la plus sublimée, mais d’où vient la conscience, qu’est-ce que la conscience, non pas dans ses manifestations, ses formes, ses mondes, ses dimensions, et vous débouchez inéluctablement sur qui vous êtes.

Mais tu as raison, oui, c’est tout à fait ça. L’acceptation vous met en joie, vous met en légèreté, même si votre mental vous dit : mais tu es fou, tu ne peux pas accepter ça, surtout dans ces cas-là. Sachez que juste derrière, juste après, ou juste au-dessus selon où vous êtes, il y a cette Joie nue, et quand vous vous retrouvez pour la première fois, c’est effectivement ça prend l’allure d’une émotion, envie de rire, et rires et larmes en même temps.

Ça veut dire que vous vous reconnaissez au-delà de la forme et de ce que vous renvoie le miroir, au-delà de l’âme, et au-delà de l’enfermement bien sûr.

Frère : Il reste deux minutes, il y a juste encore peut-être un petit témoignage.

Écoutons.

Frère/Sœur : Quand on est allé aux grottes, j’ai tout le côté gauche qui s’est activé. Quand on a fait la minute pour se retrouver, je n’ai rien ressenti mais j’ai eu l’impression d’être un courant d’air qui tournait à l’intérieur du cercle et qui revenait à moi.

C’est ça. Vous voyez, dit avec des mots différents, avec une perception qui est différente, c’est la même chose, c’est juste la façon de le vivre qui est différente, mais c’est le même vécu.

Sœur : Merci.

Frère : Je vois que la soupe est arrivée.

Alors si la soupe est arrivée, je vous transmets toutes mes bénédictions. Je vous remercie pour votre accueil, votre écoute, et surtout pour votre vécu.

Et je vous dis, quant à moi, comme d’habitude, à bientôt.

Frères/Sœurs : A bientôt … Merci … Merci Pépère … Merci beaucoup …

Au revoir.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2019 © Apothéose.live

Politique de confidentialité