Sélectionner une page

SATSANG 4 – 7 Avril 2019

Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

Entretiens (Figueres) Avril 2019

Satsang 4

7 Avril 2019

Donc, on continue sur cette notion de Feu Sacré, ou sur toute autre chose, c’est la dernière heure de satsang, si vous voulez évoquer d’autres choses… ou est-ce qu’on continue sur ces données-là ?

Sœur : Moi je voulais juste savoir la différence entre …

Ah, attends, micro, voilà, non, non, ne bouge pas, ne bouge pas, c’est moi qui vais me déplacer…

Suite : La différence entre le Feu du Cœur Sacré et les résonances réseau Agapè.

Et je répète, c’est un aboutissement. C’est ce que je disais, c’est le même processus alchimique qui mêle toutes les structures, le double tore, le canal …

Sœur : C’est la même chose ?

C’est la même chose, mais c’est l’aboutissement. Cet aboutissement débouche sur quoi, en différence par rapport à résonance réseau Agapè, qui commençait à fonctionner au niveau des guérisons, même sans me demander, là est la concrétisation formelle dans la matière de cette résonance qui, je te rappelle, se passait entre les personnes, surtout dans Agapè résonance réseau, là où il n’y a personne. Là maintenant, on réapproprie ce corps, puisqu’on imagine qu’il y a un émetteur, un récepteur, et comme on l’a dit, il n’y a ni émetteur ni récepteur, mais ça se traduit par le fait de toucher le physique. Et donc, c’est un changement de paradigme, c’est-à-dire, ce que vous avez fait là, ce que font les gens chez eux, quand ils l’ont fait quelquefois..

Vous savez, je n’ai jamais personne qui va me demander des soins toutes les semaines, ou tous les quinze jours ou tous les jours. Les gens le font une fois, deux fois, trois fois, et après ils ont compris, comme le témoignage que je viens de vous lire. Elle n’a pas besoin ni de l’écrire, ni de le demander, elle ne se branche même plus sur moi, elle se branche sur les gens qui sont en réseau parmi… les gens qu’on fréquente le plus, parce qu’on est beaucoup impliqué sur Internet, euh, elle n’est pas obligée de passer par moi, elle a compris, elle a vécu. Elle branche sur une des personnes, toi, toi ou Brigitte, ou n’importe qui, il y aura le même effet.

À ce moment-là, il n’y a plus besoin ni de demander, ni de s’inscrire, ni quoi que ce soit, comme l’a expliqué le témoignage que je viens de vous lire, c’est-à-dire que cette personne elle était en train de faire son ménage et d’un coup elle a senti qu’il se passait quelque chose, elle a branché facebook et elle a vu qu’on était en direct. Je ne faisais rien sur elle, simplement comme on était dans le satsang, bien évidemment, même si c’est JLA qui parle, on est plus aligné au temps zéro, quoi que je dise d’ailleurs, quoi que vous dites, parce que c’est comme ça. Et à ce moment-là, elle a profité, elle n’était pas au courant. Elle n’avait rien demandé.

Donc, le Feu du Cœur Sacré n’est que la suite logique, si tu veux, c’est le Cœur Glorieux du Christ, c’est-à-dire ça matérialise l’état christique. Vous êtes en cet état christique dans votre chair, pas dans le paradis, ou après la mort, ou quand vous aurez réglé tous vos péchés, ça se passe maintenant.

Et donc, ça va devenir de plus en plus simple. De plus en plus simple, le plus compliqué c’est d’accepter de perdre ces satanées habitudes qu’on a tous eues, de vouloir savoir si c’est bien ou mal, de vouloir savoir si c’est bon pour nous ou pas bon pour nous, de vouloir savoir si ce qu’on ressent c’est le bien, le mal ou autre, puisque l’effet suit directement et le changement de paradigme ou le changement de point de vue de l’observateur qui devient le Je éternel est acquis, instantanément. Tu vois ?

Tout ce qui reste à passer, ce n’est pas… c’est vraiment ce qu’on a nommé les habitudes comportementales inconscientes. Ce sont les stratégies qu’on a adoptées à l’insu de notre plein gré, qui fonctionnent en automatique, par rapport aux ressentis, par rapport aux émotions, par rapport aux visions, par rapport à tout ça.

Et là, les témoignages comme ça, vous allez en avoir de plus en plus, mais encore une fois, ce n’est pas Jean-Luc Ayoun, puisque ça peut être alterchangeable avec n’importe qui, qui fait partie du réseau, entre guillemets, Agapè, que ce soit sur Internet ou ailleurs, puisque tout le monde n’est pas sur Internet. Mais dans le réseau Agapè, tout le monde le sait, vous voyez bien les commentaires des gens qui transcrivent, qui sont ensemble, qui échangent entre eux, qui grossissent à chaque fois, bon, il y a Ginette, il y a Lora, il y a beaucoup de gens. Et les gens, les frères et les sœurs qui ne font pas partie intimement de cette organisation, ils ont compris qu’il suffit de penser soit à la JLA soit à un des satellites nodals, hein, envisagez ça comme un réseau informatique, c’est tout.

D’ailleurs à l’époque, on avait dit que le premier geek de l’informatique, c’était Moïse. Ben oui, il a gravé les tables de la Loi. C’est un système informatique, je l’avais déjà expliqué. Au début, on ne comprenait pas pourquoi Omraam Mikhaël Aivanov nous avait demandé de tout faire paraître sur Internet. Déjà à l’époque, on avait dit, mais il est fou, on va avoir tous les ennuis possibles de la terre. Il savait ce qu’il faisait, parce que c’était le moyen le plus rapide, à un moment donné, d’établir ce fameux réseau.

C’est-à-dire qu’on est passé d’un réseau virtuel qui est la bête binaire, l’intelligence artificielle et Internet, le World Wide Web, c’est satanique par essence. On l’a transformé. J’ai expliqué tout ça l’année dernière. Et vous le vivez maintenant. Et effectivement, on n’a pas besoin d’Internet. La preuve, elle, elle n’était pas sur Internet, elle était en train de faire le ménage, d’un coup, elle vit la même chose. Parce qu’on est, non seulement inter relié en réseau par la résonance réseau Agapè et la matrice christique, mais en plus, on vit réellement qu’on est les uns dans les autres, pas seulement en essence, on est issu de la même particule, on est la même particule, pris à un autre moment, dans le même espace, la Terre, puisque l’espace a été enfermé, mais dans des temps multiples.

Je vous l’ai dit d’ailleurs, même les cellules qui nous constituent n’évoluent pas dans le même espace-temps que nous. On sait très bien par exemple, quand on dit qu’on prend une décision, je vous l’ai expliqué, ce n’est pas nous qui décidons, ce sont les bactéries de notre ventre. Les choix que nous portons dans la vie, les plus simples, acheter un vêtement, changer de voiture, alors pour les mecs, on va étudier la fiche technique, la puissance, les équipements, en fait ce n’est pas ça qui fait la décision d’achat, ce sont les circuits, ce qu’on appelle de la récompense et de la punition, c’est-à-dire l’étoile bien et mal, attraction-répulsion, qui sont là (sur le front).

Et toutes les décisions que vous pensez prendre ne sont pas prises par vous. Elles sont prises par votre cerveau reptilien, ce sont des injonctions comportementales. C’est pour ça que j’ai insisté longuement sur les comportements, il y en a d’ailleurs qui se sont barrés parce qu’ils en avaient marre, tous les gens qui étaient dans les habitudes scrupuleuses : on mange à telle heure, on fait ça à telle heure, eh ben, ils n’ont pas pu suivre, ils étaient trop rigidifiés, trop fossilisés. Ce n’est pas grave, ils vont exploser aussi.

Voilà, c’est pour ça que cette notion d’habitudes comportementales ou énergétiques, ou même vibrales, qui a été si utile, est aujourd’hui un obstacle. Mais il ne faut pas lutter contre, il suffit simplement de translater votre conscience. Comment translater votre conscience, tant que vous ne sentez pas que vous êtes là ou là, c’est-à-dire dans le cœur ou au niveau du front, simplement en accueillant, parce que l’accueil crée l’alchimie qui vous fait passer spontanément de la personne au cœur. Et ça se fait tout seul.

Ce n’est pas une décision, ce n’est pas une technique, comme j’ai dit, ce n’est pas une pratique, c’est un mécanisme qui s’apparente à de la magie, même si on repère, comme je vous l’ai dit, que quand vous êtes dans la personne, l’énergie elle est au niveau de la tête, quand vous êtes dans le cœur, l’énergie est réellement dans le cœur, vous le sentez. Mais c’est juste une méthode pédagogique, didactique, qui permet, à travers des mots, de vivre la qualité de la conscience de ce mot. Voilà.

Accueillir, Agapè, ben, c’est comme ça. Vous avez tous repéré qu’en répétant Agapè, Agapè, Agapè ou Phahame, Phahame, Phahame, ben ça se met là. Vous voyez, c’est naturel. Or comme c’est un jeu vidéo, pour moi c’est affreusement simple, parce que, dès que j’ai accepté ce principe et que je l’ai vu à l’œuvre, quand même, eh ben je sais que tout ce que je vais pouvoir dire, sera juste. Pas au niveau de ma personne, je vous l’ai dit, je me trompe tout le temps, mais au niveau de ce que j’exprime là, ça ne peut pas être faux, c’est impossible.

Ce n’est pas moi qui en suis convaincu, tout a été écrit. Et quand je redescends dans ma personne, ben je fais comme tout le monde, ni plus ni moins. Et à partir du moment où tu es dans l’accueil, tu ne peux plus être dans la projection dans le futur, tu ne peux plus être affecté par quelque passé que ce soit, parce qu’accueillir te place dans l’instant présent, c’est équivalent. C’est la même dynamique magique, on peut dire, qui te conduit à vivre l’Amour Agapè, c’est-à-dire ne plus être dépendant de l’instant suivant ou de l’instant passé.

Or tout référentiel énergétique ou vibratoire, même s’il est utile de le dire, puisqu’on en a parlé, j’ai reparlé encore des différentes manifestations qui se passaient au niveau de la poitrine, tout ça doit être dépassé, mais pas par une volonté, pas par une intention, par l’accueil. C’est ça la transparence, c’est ça la voie de l’enfance, ça a été tellement expliqué pendant des années. Sauf que là, on est à la mise en pratique, on est vraiment dans la pratique quotidienne, journalière, à chaque minute, de ça. Et c’est comme ça que ça se produit, et c’est comme ça qu’on le réalise.

Les témoignages comme ça qui arrivent maintenant, vous allez en avoir aussi de plus en plus, et heureusement, ça me fait du bien, parce que les gens, spontanément, ne le raccrochent pas à moi, c’est-à-dire qu’ils ne me considèrent ni comme un gourou, ni comme un maître, ni comme un sauveur, ni quoi que ce soit, puisqu’ils ont compris que ça soit moi ou Ginette ou n’importe qui, ça fera la même chose, pour ceux qui sont suffisamment dans l’instant présent.

Cela prouve bien que c’est un processus collectif qui ne dépend pas d’un maître, ou d’une hiérarchie ou de quelqu’un qui serait au-dessus ou je ne sais pas où. Puisque je vous dis que tout ça a été écrit. Et en plus, on l’a déjà vécu, nécessairement, à l’instant initial de la création. Simplement, on l’avait oublié. Il n’y a rien de plus, rien de moins. Et si vous adoptez ce point de vue, je parle là d’acceptation de ce point de vue même sans le comprendre et même sans le vivre. Essayez, vous verrez, c’est fini.

Je n’ai pas besoin de vous convaincre, je ne peux que vous dire, faites-le, vous verrez par vous-mêmes, c’est ça la compréhension. Ça ne peut pas découler, même s’il y a des points de repères au niveau des canas, au niveau de l’Ultime, d’Eynolwaden et autres, ce n’est que votre vécu qui vous assiéra dans cela. Moi, je ne peux simplement qu’éclairer votre attention en vous disant, comme ça a été fait depuis un an, attention, les habitudes, les comportements et c’était pareil pour moi, les habitudes et les comportements. Parce qu’on voit très bien celles des autres, mais on ne voit pas les siennes, à tous les niveaux, ne serait-ce que par des mots que vous répétez, par des conduites que vous avez qui vous semblent totalement naturelles et qui sont aberrantes.

Mais ça c’est pour tout le monde, celui qui n’accepte pas ça et qui se croit au-dessus de ça, il n’a rien compris. Ce sont tous les gourous en robes jaunes ou en robes blanches, vous savez, il y en a plein en ce moment, je ne cite pas de noms, mais quand vous découvrez ce qui est éclairé en ce moment, même avec des grands pontes de l’Advaita Vedanta, ça fait frémir. Parce qu’il y a tellement de gens qui s’expriment sur l’Advaita Vedanta, oui, ils s’expriment, mais ils ne le vivent pas, c’est mental, c’est conceptuel, ce n’est pas vécu. Parce que quand c’est vécu, ben je suis désolé, vous ne pouvez plus faire appel aux archétypes ou parler un langage religieux, spirituel ou autre, ce n’est pas possible, ce n’est pas possible.

Et vous ne pouvez pas faire autrement, même si vous le souhaitez, que d’accueillir et d’accepter de traverser, et d’être transparents, et de servir tout le monde. Parce que, en servant l’autre, vous savez que vous vous servez. Vous vous servez à travers l’autre.

Et c’est comme ça d’ailleurs que l’auto guérison se fait. Elle ne se fera pas avant, je vous l’ai dit d’ailleurs hier, je vous ai dit que l’auto guérison va devenir possible, à partir du moment où vous accepterez et accueillerez votre pire ennemi. Et ce ne sont pas des blagues. Le pire des pires, que vous connaissez dans votre vie, ou dans l’histoire de ce monde, doit être mangé et identifié à l’intérieur de vous. Le diable il est en chacun, d’ailleurs c’est le cerveau reptilien, hein. On ne l’a pas appelé le cerveau reptilien par hasard. C’est le cerveau des automatismes, c’est le siège de l’individualité apparente, c’est le fait de se croire séparé, le fait de se croire un corps. Tout ça est dicté par le cerveau reptilien.

Et on le sait d’ailleurs, vous avez une neuroscientifique qui s’appelle Madame Bolte, qui avait fait une vidéo superbe il y a déjà plusieurs années, qui est neuroscientifique, qui a fait un accident vasculaire cérébral, sur un hémisphère du cerveau, celui de la raison. Elle savait ce que c’était, mais quand elle est revenue et qu’ils l’ont traitée, elle a expliqué que ce moment-là était unique dans sa vie, parce qu’elle avait accès à tout. Il n’y avait plus le filtre du mental, il n’y avait plus le filtre des habitudes, il n’y avait plus le filtre de l’individualité et de l’histoire, elle était libre.

Donc, si tu veux, c’est exactement ça. Ce que vous vivez en ce moment, c’est exactement ça, c’est la redécouverte, c’est la fin de l’oubli, le réveil, si vous voulez, ou la fin du rêve, et qui ne peut laisser aucun doute sur le fait que, même en ayant encore des souffrances, ou des contingences affectives, matérielles ou autres, que cela n’est rien par rapport à la vérité. C’est un jeu. Alors, un jeu morbide, dans certains cas, surtout quand on souffre, mais tu vois bien, même le petit témoignage que je viens de lire, cette personne elle est bloquée du dos, elle se remet dans le cœur, la douleur disparaît. Mais vous allez le vivre tous, pas uniquement pour une petite douleur qui passe, mais même pour des maladies organiques. C’est comme ça. Et ça va marcher de mieux en mieux. Et ça va être surtout de plus en plus immédiat.

C’est ce que je vous disais, par exemple, quand vous travaillez sur l’élimination de mémoire, effectivement, vous les barrez de votre tête, mais vingt ans après, elles redescendent dans le corps sous forme de maladies dégénératives, systématiquement. Et ça, je peux l’affirmer de manière formelle. Tous les gens qui ont travaillé sur des mémoires, et c’est très grave ce que je dis là, et je le dis enregistré, mais moi le premier j’ai travaillé sur mes mémoires. Vous traitez quelque chose, effectivement, même quelque chose de très dense, je ne parle pas d’énergies ou de comportements, mais vraiment une atteinte physique, et dix ans après, vingt ans après, les personnes vont faire un problème dégénératif, parce que ce que vous éliminiez de la tête s’évacue dans le corps, mais pas tout de suite, dix à vingt ans après.

Voilà, quand vous avez compris ça et que vous l’avez vu et que vous l’avez expliqué même, au niveau de l’énergétique ou des neurosciences, ben, les autres tant qu’ils ne l’ont pas vécu, ils ne peuvent pas accepter ce que je dis, surtout si c’est leur gagne-pain, ou leur façon de fonctionner, mais ils sont obligés d’être confrontés à ça.

Donc, si vous voulez, à part l’instant présent aujourd’hui, il n’y a rien d’autre. Alors, appeler « accueillir », laissons les mots œuvrer si nous voulons, Agapè, Phahâme, Feu du Cœur Sacré, parce que c’est encore important, ça fait un support, si je peux dire, mais c’est tout. La véritable autonomie et liberté, elle est maintenant, elle ne dépend pas.. Et elle sera d’autant plus forte, que la trame sociétale, les évènements de la Terre, vont s’amplifier. C’est le cas déjà.

Et c’est normal. Dès qu’il n’y a plus la mainmise des conventions dites sociétales, les lois, les règles de fonctionnement, vous êtes libres. Et comme tout est en train de tomber à ce niveau-là, ben plus ça va être le chaos, plus vous serez en joie, quel que soit l’état de votre corps, quel que soit l’état de votre psychisme, c’est inéluctable.

Et quand je dis, ce n’est pas une plaisanterie, quand je vous dis qu’on va mourir de rire, c’est effectivement le cas, au moment de la stase, ou de l’évènement. Et comme l’évènement en fait va coïncider avec tous les évènements qu’on voit, aussi bien sur le plan sociétal que sur les plans géophysiques, que sur les plans de ce qu’on va voir dans le ciel à tous les niveaux, et de ce qu’on va vivre à l’intérieur, on sera totalement découplé du rêve.

Vous êtes sur ce monde, mais vous n’êtes pas de ce monde. Ah c’est beau à accepter comme ça intellectuellement, mais il faut le vivre. Et quand vous le vivez, paradoxalement, vous êtes encore plus vivants, c’est-à-dire que vous êtes encore plus attentifs à l’autre, vous êtes encore plus en respect de tout autre, parce que vous savez qu’il est vous. Vous le savez, pas parce que vous l’avez accepté, mais parce que vous le vivez dans votre chair. C’est ce qui se passe là, quand vous avez fait le Feu Sacré du Cœur, hier, vous avez senti ça, et ça va vous le faire en face de tout le monde.

Là aussi, quand ça va se produire, ne cherchez pas trop à vous servir des visions ou des informations que vous avez, traversez tout ça pour aller au cœur du cœur. Ne vous laissez pas arrêter, par les ressentis, par les visions, par les émotions, par les perceptions, parce que juste derrière ça, eh ben il y a cette joie ineffable, cette indicible vérité qui est là.

Et en plus, maintenant, comme vous le vivez, il suffit d’une fois, dès que vous l’avez vécu une fois, c’est fini. Parce que vous le comprenez, et à ce moment-là vous ne pouvez plus être dupe. Il peut y avoir encore quelques habitudes qui tournent de façon… en roue libre, on va dire, mais qui s’éloignent au fur et à mesure. Tous les réflexes qu’on a tous eus, de survie, de protection, de sécurité, de compréhension intellectuelle, sont balayés par l’Amour. L’Amour n’a besoin de rien, il n’a pas besoin de corps, il n’a pas besoin de monde, il n’a pas besoin d’énergie, il n’a pas besoin de vibration, il n’a pas besoin de soi, il n’a pas besoin de monde. C’est le Parabrahman, c’est l’Absolu. L’inconnu qui se fait connaître et qui se vit.

Alors bien sûr, on n’est pas tous dans le même stade de cette alchimie, mais c’est la même alchimie pour tout le monde. Et à un moment donné, dans les jours qui vont précéder l’évènement, tous les symptômes que nous avons les uns et les autres, d’irréalité, de stase, de joie, spontanés, avoir la banane comme je dis sans savoir pourquoi, tout ce que vous percevez, va se trouver diffusé comme une traînée de poudre de partout.

Et à ce moment-là, bien évidemment, il n’y a pas d’obligation ni de nécessité qu’il y ait l’ensemble des consciences qui l’aient vécu, mais ce champ morphogénétique du temps zéro qui est la fin du rêve de création, va s’actualiser de lui-même. Alors, bien évidemment, à travers l’illusion d’une destruction du rêve. Bien évidemment. Les évènements qui ont déjà eu lieu à plusieurs reprises sur Terre, sont en train de se produire. Il faudrait vraiment être aveugle pour ne pas les voir là, ce n’est plus une question de prédictions, de prophéties ou de quoi que ce soit, ce sont des faits concrets. Il suffit de se renseigner, c’est tout.

Il n’y a que celui qui est dans le déni, ou qui ne s’y intéresse pas parce qu’il est plus intéressé à, et c’est son droit, à son petit univers familial ou professionnel, et qui ne veut rien savoir du reste. Mais ne jugez pas. Vous ne savez pas si ces frères et sœurs-là ne sont pas les plus proches du cœur du cœur. Et ils en sont certainement beaucoup plus proches aujourd’hui que ceux qui errent encore, dans la spiritualité, dans les archétypes.

Alors, tout le monde s’endort ? Non, il y a encore un moment.

Oui, attends, j’arrive.

Sœur : Ça faisait un moment, là, le Feu du Cœur s’était allumé, donc j’ai eu un ami qui s’est présenté, je l’ai pris, je l’ai fait. Puis après, bon, c’était fini. Et là, ça continue. Donc, le laisser, juste l’offrir, sans savoir pour qui, pour quoi, juste ça, ça suffit.. ?

Oui, exact.

Sœur : Ce n’est pas la peine d’y mettre quelqu’un en particulier..

Exact, c’est l’état naturel, spontané, du Cœur Glorieux du Christ, c’est pour ça que je dis que ceux qui le vivent, tu le vis, tu es en état christique. Même si ça paraît invraisemblable ou complètement « Oh ! quel orgueil » mais non, pas du tout, tu le vis et c’est comme ça. Effectivement, à un moment donné, comme je l’ai dit, ce Feu du Cœur Sacré, avec toutes les autres structures en même temps, et là, et tu es le Christ, donc où que tu passes, où que tu regardes, ça sera transformant.

Il n’y a plus besoin d’intention, il n’y a plus besoin de décider de, ça se fait tout seul. À ce moment-là, ben profites-en pour vivre, c’est tout. Tout ce que tu vas vivre, dans quelque circonstance, comme tu l’as dit, que ce soit en allant faire tes courses, en allant jouer au golf, en faisant une partie de tennis, aura la même action.

Sœur : Oui, c’est fini, de se mettre en lotus et de..

Voilà. Donc moi, bien évidemment, je suis encore, parce que ça m’intéresse, parce que j’ai observé ça toute ma vie, je sens bien quand il y a des demandes qui arrivent même sans Internet, directement en moi, mais à la limite, maintenant j’ai décidé de, voilà, c’est ouvert, ben allez-y, prenez, je n’ai pas besoin, moi, de m’y intéresser, c’est là. Mais c’est pareil pour tous ceux qui sont dans cet état. Donc, quoi en faire, c’est là, ben il y a des choses qui arrivent, tu les laisses traverser. Et puis ça va être.. ça va se produire même avec un simple regard n’importe où.

Sœur : Ça aussi, finalement, c’est l’eucharistie, c’est « ceci est mon corps, ceci est mon sang, prenez et mangez »..

Ben oui, oui, oui. C’est la mise en service de la nouvelle eucharistie, qui avait été déployée par Michaël, à la fin des noces célestes, en septembre 2009. Donc, vous voyez, il a fallu dix ans. Mais qu’est-ce que c’est que dix ans à l’échelle de… du temps qu’on a passé dans le rêve.

Et là, maintenant, effectivement, ça y est, quand je dis ça y est, tout est accompli, tout se réalise, c’est la stricte vérité. Depuis l’année dernière, je parle de simulacre et de sacré qui allaient se rejoindre, je vous ai pris l’exemple du transgenre et de l’androgyne primordial, vous avez la vérité et l’autre, l’image en miroir, qui est complètement falsifiée. Et tout est comme ça.

La loi de Un, je vous l’ai dit, ce qu’on appelle la loi de Un, c’est les Nations Unies, l’United Nations, sacré, simulacre. Or il n’y a ni sacré, ni simulacre, il y a une seule réalité, il n’y a pas de dedans, il n’y a pas de dehors, c’est à ça qu’on aboutit.

Ben voilà, quand on y est, ben c’est fini, le simulacre a rejoint le sacré, pour se comprendre, que ce ne sont que deux images en miroir décalées, que sont les miroirs avec l’axe de la lumière oblicale, qui était présente dans la ceinture de Van Allen, qui est un plasma qui renvoie la lumière, hein, enfermant, parce qu’il y a une distorsion. Eh ben, une fois que ça, c’est détruit, il a fallu dix mois, comme j’ai dit, pour que ça apparaisse au grand jour, dans le vécu de chacun.

Alors, plus ou moins de facilité, encore une fois, qu’est-ce qui fait la différence entre ton cas, qui le vis, et quelqu’un qui commence à le découvrir, ou quelqu’un qui ne le vit pas ? C’est simplement une disponibilité à l’accueil plus importante.

Alors là, bien sûr, il y a des facteurs personnels de fonctionnement de la personnalité, le tempérament, est-ce que tu es extraverti ou introverti, est-ce que ton intelligence émotionnelle est tournée vers toi ou vers les autres, c’est ce qu’on a dans les bilans QPM DPRH que vous avez faits, pour certains, ça, ça permet d’éclairer.

La seule différence, elle est au niveau des comportements et au niveau des habitudes. Par exemple, si vous êtes quelqu’un qui a un tempérament primaire, qu’on appelle la recherche de nouveauté, hein, c’est un des neuromédiateurs les plus importants du cerveau, cette recherche de nouveauté vous fait aller de l’avant, vous êtes disponibles pour le nouveau, et ça c’est nouveau, ce qui arrive.

Et si vous êtes par contre un conservateur, quelqu’un qui aime bien les règles, les cadres, c’est-à-dire quelqu’un qui a un comportement de nature reptilienne, je ne parle pas d’origine reptilienne, parce qu’il y a des gens très bien qui ont un comportement reptilien, c’est-à-dire qu’ils ont besoin de cadres de référence, ils ont besoin d’horaires stricts, ils ont besoin de ceci, ils ont besoin de cela, ils ont besoin de tout cadrer. Ça, ça se voit souvent, ils vont pas aimer d’ailleurs, c’est les ingénieurs ou les experts comptables, c’est comme ça, eh ben ces gens-là, ben ils sont trop rigides.

Alors que celui qui a une recherche de nouveauté, une avidité d’expériences, qui est extraverti, est beaucoup plus disponible pour vivre ça, que celui qui est cadré dans son cadre de référence rigide. Et ce n’est pas du tout lié aux origines stellaires, c’est uniquement lié à la structure de la personnalité et des différentes composantes de la personnalité, en particulier ce qu’on appelle les tempéraments.

Les tempéraments sont liés uniquement à ce qu’on appelle des comportements primaires, c’est pour ça que j’ai parlé de comportements. Ces comportements primaires, il n’y en a que quatre, et c’est l’agencement de ces quatre comportements primaires qui crée le tempérament, ce qu’on appelle les sous-personnalités, c’est-à-dire le mécanisme de fonctionnements de l’être, tels que les avait repérés Yung, extraversion, introversion, mode de communication, est-ce que tu es affectif, est-ce que t’es perceptuel, est-ce que t’es rationnel, est-ce que tu es actif.

Et, bien évidemment selon la structure comportementale et la structure de tempérament, quels que soient tes vécus spirituels, ben bien évidemment, il y a des tempéraments et des personnalités qui sont beaucoup plus aptes à se laisser traverser, parce qu’elles sont en soif de nouveauté, en recherche de nouveauté, alors que celui qui est rigide, il fuit la nouveauté, il a besoin de cadres, tout ce qui est inconnu lui fait peur et je ne parle même pas de l’Absolu, là, je parle dans la vie courante, ce sont des gens qui ont besoin vraiment de repères. Ils mangent à telle heure, ils dorment à telle heure, tout doit être planifié. Ben ceux-là ils ont des soucis à se faire, pour l’instant.

Alors que celui qui est plus dans la recherche de nouveauté ou dans ce qu’on appelle le besoin de récompense, ou le niveau social, c’est-à-dire le besoin d’établir des relations, celui-là c’est plus facile, il est plus facile dans ce tempérament-là de vivre ce Feu du Cœur Sacré, pour l’instant.

C’est la seule différence, elle n’est pas une différence d’acquisition ou de positionnement spirituel, ou de progression de la vibration au sein de la supra conscience, elle est uniquement liée aux traits de comportement et de caractère que vous avez dans cette vie, qui je vous le rappelle, est la résultante de toutes les autres, depuis la première expérience jusqu’à la dernière.

Et comme la première et la dernière, au sein de l’illusion de l’individualité, vous montrent aujourd’hui que vous avez tout vécu, tous les rôles, toutes les fonctions, puisque tout s’est passé au temps zéro et que la création est un rêve, une illusion totale, eh ben c’est évident que là, ce qui va jouer, ce n’est plus la supra conscience, comme je le disais, c’est le type de tempérament de la personne. Or les habitudes, c’est ce qu’il y a de pire, aujourd’hui, pas avant. Pas avant, je n’aurais pas dit ça il y a deux, trois ans. Aujourd’hui, je l’affirme.

Donc, les personnages ou les personnalités qui sont plus tournés vers l’autre, besoin de socialité, besoin de récompense, c’est ce qu’on appelle le système limbique émotionnel, mais aussi ce qu’on appelle le cœur, pas les émotions du plexus, mais le neuromédiateur qui agit sur la socialité, le besoin de récompense, il est au milieu de la poitrine. C’est la noradrénaline.

Ce qu’on appelle le cerveau reptilien, c’est lié à un autre neuromédiateur qui est l’acétylcholine, qui régit la façon dont on réagit face à une épreuve. Une épreuve, ça peut être une perte, un deuil, mais ça peut être aussi une intrusion dans votre champ de cohérence et de vie d’un nouveau mécanisme de fonctionnement.

Bien évidemment celui qui a peur, ben il n’ira pas rechercher la nouveauté. Et ça, c’est uniquement la structure personnelle, ça n’a rien d’énergétique ni de spirituel, c’est comment vous fonctionnez aujourd’hui, quels que soient vos intérêts spirituels. Comment vous allez fonctionner dans votre vie.

Sœur : Oui, c’est ça, on voit une linéarité. Moi, j’étais orthophoniste, ensuite j’ai fait de la gestion mentale, la spiritualité désintéressée, là j’ai vraiment la conscience que c’est un aboutissement dans les soins, dans tous ces… comme s’il y avait une convergence pour venir jusque-là.

Oui, c’est ça, c’est ça, et vous allez le constater de plus en plus. Alors bon moi, le seul avantage c’est que, ayant étudié tellement de choses, ayant mis au point les systèmes là, de neurosciences et tout, ben j’ai la compréhension immédiate de ces circuits neuronaux que je ne me vois pas expliquer, même si j’ai expliqué plusieurs choses, rentrer dans les détails de ça, parce que si on n’a pas les connaissances neuro-anatomiques ou biochimiques et chimiques de ça, ce n’est pas évident à saisir.

Moi il m’a fallu dix ans pour faire la synthèse de ça et dix ans, intensifs. Heureusement que j’avais le système de mesure qui m’a permis de valider ce modèle-là, puisque je l’ai appelé méta-modèle de régulation des systèmes vivants. D’ailleurs, je ne l’ai jamais sorti, je l’avais présenté parfois, à Can Mas, j’avais présenté des diapos de ce modèle que j’avais mis au point, mais c’est aussi une voie d’approche.

Pourquoi aujourd’hui je reprends ces fameux bilans, les formations cristaux, ce n’est pas pour former des gens, c’est pour leur permettre de découvrir comment ça fonctionne, parce qu’aujourd’hui, il n’y a plus de freins, parce que c’est vécu instantanément.

Je vous dis, je pourrais faire une formation cristaux ou un cours de danse du ventre, ce serait la même chose, et je ne plaisante pas, je ne plaisante pas.

Sœur : On demande à voir.

(Rires)

Ça peut être fait aussi par un comique, en faisant rire les gens. Il y en a qui le font très bien, regardez, Muriel Reymond qui a chanté quand on était chez les baleines, ou encore Simon Charles, quand il chante. Il ne se pose pas de questions, et vous êtes touchés instantanément, parce qu’il est dans l’instant présent. Bon certes, il y a une technique, ou la technique du chant, de la guitare, bon, ben moi c’est la technique de la compréhension, alors qu’il n’y a rien à comprendre, c’est merveilleux.

(Rires)

Mais, néanmoins, ça fait des points de repères qui permettent, comme les témoignages, de vous affermir et de vous faire résonner à ça. Mais moi, je n’y suis pour rien, simplement comme je disais à l’époque, le chef d’orchestre, celui qui a écrit le script, qu’il avait oublié aussi, ben il voit que le script se déroule à la perfection.

Il n’y a qu’à le laisser se dérouler. On l’accompagne simplement par la joie, par les échanges, par les témoignages, par le fait de randonnées, le fait de… dans toutes les circonstances. Et bien évidemment, c’est là où sont les différences entre les frères et les sœurs, ceux qui sont dans la recherche de nouveautés ou qui sont comme on dit extravertis, ont beaucoup plus de facilité que ceux qui sont introvertis.

C’est pareil pour les modes de communication. Il y a plusieurs modes de communication dans l’être humain qui ne sont, pas souvent isolés, ils sont plutôt associés deux par deux ou trois par trois, et selon votre mode de communication, ça va être plus ou moins facile.

Si vous avez un mode de communication rationnel, où vous avez le besoin qu’on vous explique les choses avant de les vivre, vous n’y arriverez pas. Si vous êtes un affectif, vous pouvez y arriver, parce que vous rentrez en sympathie avec l’autre ou en empathie avec l’autre. Si vous êtes quelqu’un d’actif, vous êtes trop dans le futur, vous n’y arriverez pas. Si vous êtes dans le perceptuel, vous y arriverez à condition de traverser les perceptions, les ressentis et les vibrations.

Si vous êtes un conceptuel, quelqu’un qui utilise les idées, eh ben ça va marcher très bien, parce qu’aujourd’hui les concepts sont accompagnés de vibrations, de simples mots, Agapè, Phahâme, Abba, accueil, tout ça a une résonance dans votre cerveau et induit une modification d’emplacement de la conscience, c’est aussi simple que ça.

Donc, c’est ça, les différentes trames temporelles en ce moment, et que tous ceux qui sont dans l’instant présent, par exemple des gens qui sont insérés dans la vie la plus normale, sans se poser quelque question que ce soit, mais qui sont complètement investis dans ce qu’ils font, je ne parle pas là d’avidité, d’avidité financière ou égoïste, mais par exemple, un dentiste qui est pleinement dans son travail et consciencieux dans son travail, qui ne croit en rien, est plus susceptible de le vivre, parce qu’il est réellement dans ce qu’il fait, il n’est pas en train de rêver, il n’est pas en train de sentir des énergies ou de se projeter dans l’avenir, il est obligé d’être dans ce qu’il fait.

Et c’est pour ça que vous avez tous constaté, par exemple si vous avez un jardin, si vous êtes dans le jardin ou si vous êtes artiste et que vous peignez, vous videz complètement votre tête, vous êtes dans l’instant présent.

Celui qui projette, celui qui est ce qu’on appelle rationnel ou actif, n’est pas dans l’instant présent, et pour lui il y a beaucoup de difficultés, même s’il a vécu le soi, même s’il a vécu toutes les couronnes, même s’il a vécu toutes les vibrations possibles, et il a vu toutes les choses possibles et inimaginables, il ne pourra pas, parce que c’est sa structure de fonctionnement, ce n’est ni karmique, ni des résistances, ni des blessures. Ce sont des mécanismes d’habitudes, de comportements. Et ça, c’est on ne peut plus clair, on ne peut plus explicable et de plus en plus facile à vivre.

Voilà, donc moi là, je ne vous donne pas d’enseignement, je vous donne les repères où vous situer, et tout ce que je fais maintenant n’est que ça.

Alors bien évidemment, on a des apports vibratoires avec Phahâme, avec Abba, avec le Feu du Cœur Sacré, mais tout ce processus se déroule naturellement, spontanément, automatiquement, comme je disais. C’est le principe de ce qu’on appelle la catalyse chimique, vous avez deux corps qui doivent réagir ensemble, ils ne peuvent pas réagir tant qu’il n’y a pas un catalyseur.

Le catalyseur c’est quoi, c’est le temps zéro, ce n’est pas Jean-Luc Ayoun ni Abba, ni Phahâme, même si elles ont participé, si on a participé à ça, c’est uniquement la possibilité d’échapper, par les circonstances de la Lumière, de l’intelligence de la Lumière, aux cadres de référence passés et aux projections dans le futur.

Toute cette tension qu’on a eue pour beaucoup vers l’événement, en attendant, en cherchant les dates, n’a servi qu’à vous dégoûter des dates, même moi, faut le faire, et à ne plus évoquer aucune date, simplement accompagner ce qui se déroule. Quand il y a résonance Schumann, et bien je le mets, ah ben tiens, ça correspond. Mais ne pas dire, demain il va se passer ça, même si je le sais, simplement laisser les choses se dérouler.

C’est comme ça que vous accueillez. Et dans toutes les circonstances de votre vie, je ne parle pas uniquement par rapport à la spiritualité, même dans les évènements les plus, les plus insignifiants de la vie la plus quotidienne, comme aller aux toilettes, comme aller faire pipi, comme dire bonjour à sa concierge ou à son voisin.

Dit en d’autres termes, c’est ce que disait déjà voilà quelques années, pépère quand il disait : « mettez l’Amour devant, en-haut, avant », mais là, c’était une projection de l’Amour. Non, maintenant on est dans cet état d’Amour, on n’a besoin de rien projeter. C’est pour ça que je vous dis quand vous faites un Feu du Cœur Sacré, vous ne projetez rien, même si vous avez l’impression que ça sort ou que ça rentre, et ça sort et ça rentre, en fait, ça ne bouge pas.

Vous actualisez la présence de l’autre en vous, mais pas la présence de son essence, la totalité de la création. Ils ont suffisamment insisté, les archanges, bien avant même les noces célestes et tout, sur cette notion que toute la création était en nous. Mais on a beau nous le dire, tant qu’on ne le vit pas, c’est un concept.

Or là, on n’a pas besoin d’élaborer de concepts, ni de philosophie par rapport à ça, puisque c’est vivable, en totalité, et vous ne risquez rien, au contraire, plus vous le faites, plus vous allez vous sentir libéré, plus vous allez être dans cet accueil de l’instant présent, plus vous allez constater des miracles en vous comme à l’extérieur de vous.

Bien sûr, c’est une forme d’apprentissage, non pas de la foi ou de la confiance, mais vraiment de vous reconnaître, au-delà de toute forme, comme cette intelligence de la Lumière. L’Amour, c’est ça.

Même si on prend appui sur le corps, comme on fait là, au niveau des pratiques en disant : ça sort de moi, ça va vers toi ou ça rentre vers moi, parce qu’on accueille, en fait ça n’a jamais bougé.

Mais pour ça, il vous faut expérimenter les différents points de vue, le point de vue de la personne, le point de vue du cœur, pour vous apercevoir que vous êtes tous les points de vue et que vous êtes l’ensemble de la création à vous tout seuls. C’est ce que disait Nisargadatta, « la seule différence entre vous et moi, c’est que moi, je sais que je suis Dieu, et vous, vous ne le savez pas encore ».

Il y a des phrases truculentes comme ça, bon, Christiane Singer, j’en ai parlé, vous avez aussi, comment il s’appelle Mahaharchi, la phrase très courte, quand on lui demande : « Et l’autre ? » – « Mais il n’y a pas d’autre, il n’y a que moi », et chacun de nous peut le dire, le Je éternel, l’état naturel.

Donc, bien évidemment que ça met fin à toute prétention, à toute acquisition, ça met fin à tout désir, ce qui ne nous empêche pas de vivre, ce qui ne nous empêche pas de manger, comme j’ai dit, qui n’empêche pas de faire l’amour, mais ce n’est pas issu d’un désir, même l’alimentation, ni d’un dégoût, ni même d’un besoin vital.

La liberté devient totale aussi par rapport à ça. Je vous l’ai dit, que je mange ou que je ne mange pas, le poids ne bouge plus. C’est insensé. Je peux manger cinq mille calories, bon c’est quasiment plus, mais bon s’il y a un bon couscous, je ne dis pas, ou un bon cassoulet, je ne dis pas. Merde, c’est enregistré..

(Rires)

Et encore. Dans l’intention, c’est encore présent, mais dans la réalité, non. Mais ça veut dire que la liberté intérieure est aussi une liberté extérieure. Bien sûr qu’on est soumis encore à des conventions sociétales, des règles de comportement, mais on a toute latitude là-dedans. Mais c’est quelque chose qui est tellement grand, cette liberté nouvelle que, pour celui qui est conservateur, pour celui qui est introverti, pour celui qui s’est fixé des cadres de références ou de protection ou de sécurité, ben ce n’est pas tout de suite, c’est plus cahin-caha.

Et tous ceux qui sont dans l’instant présent, même sans parler de spiritualité ou quoi que ce soit, j’ai pris l’exemple du dentiste qui est, ou du jardinier qui est dans son jardin, qui lui, il est beaucoup plus apte à vivre ça. Mais ce sont tous ces gens qui étaient dans la spiritualité, dont on fait partie, qui ont permis cela pour les plus simples. Les premiers sont les derniers, les derniers seront les premiers, ça a toujours été dit.

Maintenant, ça se comprend de mieux en mieux. Donc, si vous voulez, c’est une farce, quand je dis c’est un jeu vidéo, quand vous le voyez vraiment au-delà de tout parti pris, de toute personne, de toute représentation et de toute forme, ben vous constatez que, effectivement, comme l’ont toujours dit les orientaux, c’est une illusion totale.

La souffrance, elle n’est pas illusoire, pourtant. Mais c’est justement parce qu’on n’a pas vu que c’était une illusion, qu’on souffre. Il ne faut pas confondre la douleur et la souffrance, ce ne sont pas les mêmes activations neuronales au niveau du cerveau. Ce ne sont pas du tout les mêmes mémoires. Un animal sait quand il a mal, il a une douleur, mais il ne peut pas le reporter à une blessure ou à quoi que ce soit.

On passe d’une logique binaire à une logique ternaire. Sur le plan du simulacre, c’est passer des ordinateurs qu’on connaît aux ordinateurs quantiques, qui n’est plus un mode zéro, un, qui est un mode zéro, un, et aussi, zéro et un, ni zéro, ni un. C’est quantique.

Donc si tu veux, c’est ne plus avoir un choix binaire, mais passer à un choix ternaire. C’est le ternaire opérateur de création, ce qu’on appelle les ordinateurs quantiques, c’est tout ce qui est sorti depuis à peine un an surtout, qu’on appelle l’étude de la disrupture, de la collapsologie et de l’effondrement, ou de l’extinction level event, qu’on est en train de vivre. Tout ça relève du même mécanisme de sortie du rêve, pour tout le monde.

Donc, si je dis ça par rapport au comportement, par rapport au tempérament ou à la personne, pour ceux qui ne le vivent pas encore, ça n’a aucune importance, vous n’êtes responsables de rien, ce sont vos automatismes de fonctionnement, de tempérament, liés à vos neuromédiateurs et à la structure de votre personnalité qui est liée à l’organisation de certains neuromédiateurs, qui est en plus une composante dite héréditaire, transgénérationnelle, qui vous freinent. Vous n’y êtes pour rien.

Sœur : Et donc, qui continue à nous enfermer.

Acceptez ça, vous n’avez pas à vous opposer à votre rigidité, vous n’avez pas à travailler sur vos peurs aujourd’hui, vous avez simplement, je ne me suis jamais autant répété, qu’à traverser et accueillir, et c’est fini.

Donc, ça me paraît, mais, quelque chose, quand on l’a vécu, de tellement enfantin, de tellement simple à mettre en œuvre, ça n’a besoin ni de technique, ni de pratique, ni d’antériorité, ni de quelque vision, ni de quelque énergie que ce soit, pour se réaliser. C’est juste la peur qui bloque. Mais la peur de quoi ? La peur du nouveau, de l’inconnu, comme on disait. Mais ce nouveau, cet inconnu, il est là, partout. C’est le temps zéro qui est accessible pour tout le monde.

Donc, peu importe qu’il y en ait qui soient en résistance ou en opposition, comme j’ai toujours dit et comme je disais avant d’enregistrer, peu importe que vous soyez d’accord avec ce que je dis ou pas, si vous l’avez entendu ou l’avez lu, vous êtes contaminés. Pas de chance. C’est la vérité en plus. Et encore une fois, ça ne tient pas à moi, je ne revendique rien par rapport à ça, hein.

Allez, il est une heure moins cinq, vous n’avez pas d’autres choses à dire ?

Oui.

Sœur : Ça veut dire que, en fait, quiconque que l’on rencontre ou que l’on voit, sera contaminé.

Comment, il.. ?

Sœur : Sera contaminé.

Oui, bien sûr, ça va être comme ça très, très vite. Vous ne pourrez pas ne pas contaminer, vous ne pourrez pas y échapper, c’est clair. Ça sortira de vous, comme tu disais, spontanément, tu n’y pourras rien. Comme le Christ disait : « Qui m’a touché ? »

Est-ce que vous croyez que le Christ, même quand il a fait des miracles, il a chassé les démons et tout, il a eu besoin de s’aligner, il a eu besoin de faire appel à des énergies, qu’il a eu besoin de faire une prière, qu’il a eu besoin de faire appel à son Père, ou de faire appel à quoi que ce soit ? Non. Non, c’est l’état christique qui génère ça, ce n’est pas vous, ce n’est pas votre intention, ce n’est pas votre volonté.

L’état christique aujourd’hui, c’est l’instant présent et l’accueil, parce que c’est efficient. Il y a trois ans, je ne vous aurais jamais dit ça, l’instant présent. D’ailleurs je ne vous ai jamais parlé d’Eckhart Tollé avant, parce ça ne servait à rien avant, même s’il y en a qui ont été aidés, faut reconnaître, par ça. Mais ça ne vous permettait pas d’être libres. C’est comme tous les gens qui ont passé leur vie à écouter, de son vivant, Krishnamurti, ou qui ont léché les bottes à pépère à la Fraternité Blanche Universelle, ils le considéraient comme un papa, et Aivanhov il en avait ras-le-bol, à la fin.

Et moi, il n’est pas question qu’on me prenne pour un père, même si Abba est là, je ne suis pas.. je ne revendique rien, moi, je n’ai rien créé, même si j’ai fait partie de la création, mais je n’ai rien rêvé moi, mais j’ai participé au rêve, nécessairement. Mais voilà, c’est la seule différence, tout le reste, si vous voulez, maintenant, ça va se faire automatiquement.

Plus vous êtes spontanés, plus vous serez vrais. Plus vous serez indépendants d’un point de vue par rapport à votre histoire ou vos conditionnements, ou vos apprentissages, de tempérament, de comportement par rapport, même pas à vos blessures, mais aux habitudes, plus vous serez vrais. Moins vous serez dans les visions, même les plus merveilleuses, plus vous serez vrais.

Ce qui ne veut pas dire qu’il faut supprimer les visions, je n’ai pas dit ça, hein. On a une messagère, un reporter intergalactique, qui nous rapporte les visions, je n’ai jamais dit qu’il ne fallait pas, j’ai dit simplement que ces visions sont des points d’appui. Elles sont tout aussi irréelles que toutes les visions. Mais néanmoins, ça permet à d’innombrables frères et sœurs de, comme les témoignages, c’est la même chose, de faire résonner les êtres, c’est tout.

Et c’est comme ça que vous vous reconnaissez et la preuve, bon, vous voyez les témoignages, vous voyez ce qui se passe après la lecture même des témoignages des gens. C’est même parfois, souvent même, plus important que ce que je peux dire, heureusement. Heureusement que c’est comme ça. Je ne revendique aucune propriété ni aucune responsabilité. Ce n’est pas moi. C’est le script qui a été écrit comme ça, ce n’est pas moi.

(Rires)

Voilà, on arrête et on reprend donc à 15 heures.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2019 © Apothéose.live

Politique de confidentialité