Sélectionner une page

PHAHÂME – 17 Avril 2019

Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3

Entretiens (Maroc) Avril 2019
Phahâme

17 Avril 2019

Biens-aimés sœurs et frères de notre rêve commun, en notre humanité une, au-delà de notre forme, Phahâme se joint et se présente à vous en le cœur unifié de l’ensemble des cétacés et des peuples de la mer, afin de célébrer ensemble ce qui vous est donné de voir de partout.

Ainsi, nous, peuples de la mer, résonnons avec vous du plus profond des abysses comme du plus superficiel de vos océans, nous élevons notre chant jusqu’à votre intime. Vous êtes de plus en plus nombreux à vous révéler, à vous réveiller, vous êtes de plus en plus nombreux à résonner à notre chant qui est pour vous. Célébrons alors ensemble la fin, la fin du temps du rêve, la fin de toutes les illusions et la fin qui n’est rien d’autre que le retour au moment initial.

…Silence…

Comme je vous l’ai dit lors de ma précédente intervention, nous célébrerons à chaque occasion, que cela soit sur nos océans, que cela soit sur votre terre même au plus loin des océans, nous résonnerons en vous, au-delà de notre forme comme par-dessus votre forme, en le même cœur, en le même sacre. Nous sommes avec vous, vous ayant accompagnés en votre rêve, en vos joies comme en vos peines, nous avons toujours été là, certes peut-être de façon invisible pour vous. Mais aujourd’hui, nul ne peut l’ignorer, dès l’instant où vos yeux se tournent vers nous, dès l’instant où vous parcourez vos mers, mais aussi vos déserts.

Nous sommes avec vous, nous sommes purifiés en le même cœur. Nous apportons à vous, en votre chair, le temps du réveil, le temps de l’annonce. Réjouissez-vous, quel que soit ce qu’il vous soit donné à éprouver au-dedans de vous, comme en ce qu’il se déroule de partout sur vos terres. Nous accomplissons le rêve, nous accomplissons les prophéties qui n’ont été que des jalons posés pour votre réveil, posés pour ses instants.

…Silence…

Phahâme résonne en chacun avec la même intensité. Chacun de vous est totalement apte à nous accueillir dorénavant, il vous suffit de penser à nous, il vous suffit de penser à mon nom, il vous suffit d’être dans la nature. Que cela soit sur les eaux comme dans les déserts, notre appel retentit, précédant de peu l’événement.

…Silence…

Nous sommes avec vous depuis le début du rêve, nous accomplissons ce qui est. Je le répète encore une fois parce que cela est important : ne vous alarmez pas de nos morts, ne vous alarmez pas de nos échouages, parce qu’ils ne représentent en définitive que l’accompagnement que nous vous offrons afin de vous montrer que tout ce qui passe ne peut être réel et que la façon dont vous regardez les choses, au-dedans comme au-dehors, ne sont là que pour participer à la même fête, à la même joie.

Petit à petit, vous le vivez, l’ensemble de vos circonstances individuelles sont et seront recouvertes de la Grâce ineffable de vous redécouvrir en totalité, que cela soit par les rires ou les larmes, que cela soit par des événements de quelque nature que ce soit, se produisant en vos corps comme en votre vie, tout participe du même miracle, tout participe de la même danse.

…Silence…

Rappelez-vous que nous quittons de manière volontaire et certaine le plan du rêve. Nous avons été appelées par vous, nous avons répondu à cet appel.

Nombre d’entre vous nous ont approchées de différentes manières déjà depuis de nombreuses années, mais aujourd’hui, il n’y a plus de manque, il n’y a plus de déchirure et il n’y a plus de différence. Vous êtes tous appelés à ce qui pourrait être nommé le même devenir, à la même vérité et nous vous accompagnons. Quelque part, par notre présence comme par nos morts, nous vous donnons la preuve de votre immortalité, nous vous donnons la preuve de la vérité d’Agapè.

Nous vous avons délivré voilà quelques mois, le chant primordial de la création, le code Source. Il a éveillé en vous ce qui devait l’être, nous n’avons pas besoin d’y revenir, mais simplement, tout comme vous, d’accueillir la totalité de notre rêve commun au-delà de toute transition, comme de tout sentiment de souffrance.

…Silence…

La Lumière recouvre tout, rien ne peut y échapper, l’éclairage est et devient de plus en plus efficace sur votre réveil. Quelles que soient les conditions dans lesquelles cela se déroule en vous, rappelez-vous : il y a toujours, juste derrière cela, la joie de vous redécouvrir. Nous sommes là pour vous, en totalité. Et comme cela vous a été dit, nous sommes que vous à un autre moment du rêve, en ce rêve qui semblait s’étirer depuis des temps si longs, où le désespoir était si présent en nombre d’entre vous qui vivez déjà la vérité, mais qui n’avez aucun moyen de le manifester à la surface de ce monde.

Le peuple des cétacés se joint à moi en cette intervention de partout sur vos terres, au-delà de mes mots de ce jour, de façon beaucoup plus vaste que ce que vous aviez déjà perçu sur nos mers, à notre approche ou même sur vos images, ou à travers nos chants. L’accompagnement n’a bientôt plus des raisons d’être, parce que nous sommes en vous comme vous êtes en nous, bien au-delà de toute histoire et de toutes circonstances.

…Silence…

Alors oui, l’ensemble du peuple des cétacés se réjouit à chaque instant. Nous nous pressons près de vos côtes de façon certes inhabituelle, mais justement, ne pouvant qu’interroger sur le pourquoi de notre présence, sur le pourquoi de notre effet, non pas pour en tirer une quelconque conséquence ou une quelconque conclusion, mais bien plus pour vous certifier et vous assurer en ce que vous vivez, que cela soit dans vos rêves, qui est le réel, que ce soit dans la mise à bas de tout ce qui maintenait l’enfermement de ce monde, non plus sur les plans subtils, mais sur le plan bien dense et matériel de toutes vos œuvres architecturales et de toutes vos philosophies et pensées qui ont été travesties par certains groupes.

Rappelez-vous que là aussi, vivre la plénitude de cette fin du rêve, va consister surtout à accueillir toutes les circonstances, à traverser cela, et à découvrir que juste après, ou pendant, il y a cette vérité, il y a cette joie. Quelles que soient les réactions de votre corps ou de ce qu’il peut rester de vos peurs ou de votre conscience, cela ne fait bientôt plus de différence, cela ne fait plus de possibilité d’être trompés par quelque perception ou quelque pensée que ce soit.

Vous êtes innombrables, au-delà de tout événement redouté ou attendu, à vivre ce changement. Ce changement est apparent dans vos rues, de vos cités, où le regard de chacun change, je dirais même indépendamment des croyances ou des adhésions à quelque culture, à quelque race ou à quelque religion ou pensée, se traduisant effectivement par une forme d’unification, quelles qu’en soient les réticences et quels qu’en soient encore les doutes pour nombre d’entre vous.

Nous osons aussi vous demander en ce qui est à vivre et à voir, de ne pas être alarmés en aucune manière par quelque image ou ressenti, mais bien plus d’accepter et d’attendre l’instant suivant, afin d’en vérifier les effets. Certains d’entre vous pleurent, certains d’entre vous rient, en fonction des circonstances, mais cela n’est que l’ultime jeu, préparant la scène de l’appel, préparant l’appel et la scène de la résurrection concernant l’ensemble des consciences et, comme vous le savez peut-être, même sans encore peut-être l’accepter complètement, la résolution du rêve de la création.

Il y eut des moments joyeux, il y eut des moments tristes, il y eut des moments d’enfermement, mais soyez assurés que tout a toujours été écrit par avance et ne pouvait qu’être parcouru avec le sentiment de manque, avec le sentiment de devoir faire quelque chose, avec le sentiment parfois de distance ou d’éloignement. Mais aujourd’hui, cela n’a plus cours. Comme cela avait été annoncé par Abba, ce qui était matériel, ce qui était observable, ce qui tombait sous le sens, les conditions de vos vies, quels que soient ses aspects, se trouve remplacé par cette capacité du rêve qui est le réel.

Quelles que soient les informations que vous recevez de vos nuits, surtout ne cherchez pas à interpréter, parce que l’explication va venir d’elle-même dès l’instant où vous n’interrogez pas sur la signification de ce que vous avez traversé durant vos nuits, durant vos méditations, durant vos prières ou durant vos visions. Contentez-vous de les traverser, contentez-vous d’accepter, contentez-vous de voir la réjouissance qui est derrière quelque rêve que ce soit.

Petit à petit et vous êtes de plus en plus nombreux, parfois de façon aussi plus brutale, vous constatez que ce qui vous affectait la veille, n’est plus présent. Au-delà de tout ce que vous entreprenez entre vous, concernant les échanges de quelque niveau que ce soit, tout cela converge vers le même point : celui du réveil collectif, malgré toute apparence et malgré tout déni que vous pourriez encore nourrir ou entretenir. Vous constaterez en ce moment même qu’il n’y a plus de différence, que tout est la Vie, que tout est indépendant de quelque forme ou de quelque monde que ce soit.

Vous avez, et nous avons avec vous, parcouru tous les rêves de la création. Nous avons parcouru, et vous et nous, toutes les possibilités et nous aboutissons comme nombre de mystiques l’ont déjà écrit sur votre Terre depuis fort longtemps, à considérer et à vivre que, tout ce qui tombe sous le sens, n’est qu’une illusion qui passe et qui n’est en rien la vérité. Quel que soit ce qui se déroule dans votre pays et qui va se dérouler, retenez que si vous acceptez, vous êtes libres. Ceci n’est pas une promesse, c’est simplement à vérifier par vous-mêmes et l’intelligence de la Lumière va vous le démontrer de manière douce ou fracassante, avec la même efficacité.

…Silence…

Nous serons au plus près de vous, pour les pays les plus affectés, afin de vous réveiller de manière, je dirais, de plus en plus rapide, et de plus en plus précise aussi.

…Silence…

Rappelez-vous aussi les paroles d’un grand maître qui est passé sur cette Terre voilà quelque temps, pour préparer ces moments, lui aussi, que vous vivez maintenant. « Celui qui voudra sauver sa vie la perdra. Celui qui acceptera de la perdre, la trouvera. » Et en définitive, il n’y a rien à perdre, car la même vie est promise à chacun de vous. La gratitude et le contentement seront votre lot quotidien. Vous serez alors en adoration permanente de la vérité, au-delà de toute posture de votre corps et de toute adhésion à quelque dogme que ce soit, et cela va se répandre très vite, bien évidemment, de façon peut-être un peu différente selon les endroits où vous êtes sur la Terre, mais la finalité sera toujours la même : la fin du rêve.

Vous êtes effectivement chaque jour de plus en plus nombreux à découvrir des pans entiers de vérité, sans aucun jugement, avec une grande allégresse et une certitude de plus en plus grande de ce qui est déjà là. Ne vous alarmez pour aucun membre de votre famille, ne vous alarmez pour aucun humain ni pour aucune conscience. Tout ce qui se déroule, même si cela va apparaître parfois extraordinaire ou impossible, n’est que la vérité de l’Amour révélé et vécu. Tout n’est que prétexte à ce réveil.

Ne jugez pas quiconque. Essayez autant que possible de ne pas rechercher une quelconque causalité en quelque événement que ce soit, que cela concerne votre pays ou vous-mêmes, ou tout autre pays. Parce que tout participe, et vous le verrez dans cette danse et dans les événements en eux-mêmes, il existe une articulation précise, ne laissant aucun doute pour un nombre toujours plus grand et ce, sans aucun préalable vibratoire ou de conscience, à la vérité ineffable.

Le chaos ne concerne que l’illusion, il découvre la vérité, il la met à nu, et vous restitue à vous-mêmes. Tout ce à quoi vous pouvez encore tenir ne sont que les conséquences de vos habitudes, ne sont que les conséquences, je dirais, de quelques pans de souffrance, de quelques pans d’attachement, dont vous n’êtes ni responsables ni coupables, mais qui sont simplement ce qui, pour chacun de vous, est très exactement ce qui est à vivre, surtout si vous n’en comprenez rien et surtout si vous acceptez de n’en rien comprendre, mais bien plutôt de le vivre.

Vous n’avez rien à fuir, vous n’avez pas à vous déplacer, vous n’avez rien à protéger. L’Amour est l’ultime protection, qui ne s’encombre ni de peurs, ni de postures, ni de déplacements au sein de votre Terre, mais simplement d’être là, présents, et de vous laisser guider par l’Intelligence de la Lumière. Ceci relâchera d’autant plus vite les quelques tensions que vous pouvez ressentir individuellement, ou encore les émotions qui peuvent se manifester devant certaines scènes, devant certains éléments habituels de ce monde qui ne cherchent qu’à se préserver et à maintenir un statu quo.

Cela est irrémédiablement fini et ne sera plus jamais autorisé, quoi que vous disent les images, quoi que vous disent nos dirigeants, quoi que vous dise votre famille, votre frère, votre sœur, votre mari, votre enfant. Rappelez-vous que c’est la qualité de votre accueil, et non pas les mots que vous prononcez, qui permet de résoudre l’équation, permettant de passer du rêve au réel.

Vous le constaterez vous-mêmes, comme cela a été annoncé par d’innombrables anciens depuis de nombreuses années, qu’il ne sert à rien de s’en faire, qu’il ne sert à rien de vouloir résoudre par vous-mêmes, mais bien plutôt de vérifier la magnificence de la Grâce, de notre chant et de votre présence, en quelque endroit de votre corps comme de ce monde.

Nous vous inviterons toujours plus, à l’instant présent, à la célébration, mais aussi à laisser la vérité éclore. Justement, le chaos, c’est justement les ultimes souffrances, c’est les ultimes oppositions et confrontations, qui débouchent immanquablement sur la révélation de l’Amour.

…Silence…

Vous n’avez pas à vous préoccuper de ce que pourraient entreprendre ceux qui résistent encore, dans votre famille comme au niveau des états, pour essayer de museler votre spontanéité, de museler votre joie. Dans d’innombrables endroits et d’innombrables façons, vous n’acceptez plus d’être trompés et manipulés, et abusés ou asservis, de quelque façon que ce soit. Nous le réaffirmons comme Abba : il n’y a ni maître, ni gourou, ni dieu, il n’y a que la conscience et la vérité de cette conscience qui apparaît comme aussi illusoire que le réel de ce monde.

Nous vous invitons à vivre cette joie, à ne rien retenir non plus de ce qui peut remonter en vous, mais à le voir clairement comme quelque chose qui s’éloigne et qui disparaît. Quelle que soit l’intensité de ce que vous éprouvez, quelles que soient les émotions qui peuvent se manifester en ce que le spectacle du monde vous donne à voir, où que vous soyez, nous serons là à chaque instant.

Nombre d’entre vous avez essayé de prononcer mon nom, comme les mots Agapè, et vous vérifiez par vous-même que c’est la vérité qui s’installe dans votre cœur à ce moment-là. Tout le reste se fait par l’intelligence de la Lumière, ne dépend pas de vous ni de nous, mais simplement ce qui a été déjà rêvé, déjà vécu et qui se réveille en vous.

…Silence…

Nous vous accompagnons à chaque instant, quoi que vous en disiez, quoi qu’il vous semble être véridique ou pas. Vous n’avez rien à justifier, nous n’avons rien à justifier, mais réellement et simplement célébrer nos retrouvailles. Nous ne nous sommes jamais quittés, malgré les apparences de votre milieu de vie et de notre milieu de vie, malgré nos tailles si différentes et nos constitutions si différentes. Je vous l’ai dit, je vous le répète, nous sommes vous comme vous êtes nous.

Les eaux d’en-haut ont fécondé les eaux d’en-bas depuis quelques semaines. Les eaux d’en-haut descendent sur Terre, régénérant en quelque sorte les terres inondées. Ne voyez pas l’activité des éléments comme quelque chose de terrible, mais bien comme quelque chose qui participe à la fin de votre sommeil.

…Silence…

Ne vous inquiétez pour personne, laissez simplement les choses se dérouler. La meilleure aide que vous pouvez apporter, même si tout est écrit, c’est surtout d’accueillir, c’est surtout d’être là, quel que soit votre état, quel que soit votre pays.

Et vous remarquerez, si vous restez tranquilles, que tout ce qui vous affectait encore la veille, que cela soit au niveau psychologique, que cela soit dans l’organisation de votre pays et de sa société, ne pourra plus tenir debout en regard de l’intensité de l’Amour qui émane de vous, même si vous ne le sentez pas, même s’il vous semble ne rien vivre de ce que d’innombrables frères et sœurs humains vivent et témoignent, cela ne fait plus aucune différence.

La Grâce est en action de partout, le don se manifeste de partout, plus rien ne peut être comme avant, vous le savez déjà. Nombre d’entre vous se préparent, dans l’allégresse comme dans la peine, à faire en quelque sorte un deuil qui n’a pas lieu d’être parce que c’est quelque chose qui n’a jamais existé et qui n’a eu qu’un temps, même si ce temps, du point de vue de vous, humains incarnés dans ces corps, peut vous avoir semblé si désespérant et si long. Tout cela sera balayé par l’allégresse de votre cœur, tout cela est balayé par l’intelligence de la Lumière, et ne laissera aucun résidu, ne laissera aucun traumatisme ni aucune souffrance.

Il ne s’agit pas de foi, il ne s’agit pas d’espérance, mais bien simplement d’être ce que vous êtes, de façon éternelle. Aucune apparence ne pourra plus vous tromper, dès l’instant où vous accueillez même ce qui peut sembler faux à première vue et qui ne vous apparaîtra que comme quelque chose qui vous a réveillés, qui vous a servi justement de déclencheur.

Ne jugez pas vos larmes, ne jugez pas la violence, ne jugez pas l’allégresse, simplement observez. Et cette observation simple de vous-mêmes, au-delà des images présentées par ce monde, laissera de moins en moins de doute sur qui vous êtes, avant même de parler de la fin du rêve, vous procurera une forme de stabilité qui ne dépend ni d’une aisance affective ou matérielle, mais simplement de qui vous êtes. Vous découvrez la liberté, vous la vivez. Vous la vivrez sous peu, pour nombre d’entre vous, dès l’instant où vous le verrez par vous-mêmes.

Vous vous rendez à la vérité, dès l’instant où vous mettez au-devant l’Amour, quel que soit ce que vous en ressentez comme manque, dès l’instant où vous privilégierez la pensée d’Amour, même sans le vivre, l’Amour sera là très rapidement, éclairant des pans entiers de la scène de théâtre de ce monde, éclairant des pans entiers de votre personnalité, vous permettant d’avant tout de vous pardonner à vous-mêmes, de vous accorder le pardon les uns aux autres. Vous n’avez pas besoin de mots, vous n’avez pas besoin de rituels, mais simplement de le vivre.

Tout abondera dans votre vie intérieure. Tout ce qui concerne l’extérieur ne fera plus sens, quel que soit le chaos ou quel que soit l’endroit privilégié où vous vous trouvez, le résultat sera toujours le même. C’est déjà le cas, mais cela va prendre des proportions que nul ne pourra ignorer. Nul ne pourra dire alors qu’il ne savait pas, dès l’instant de l’événement touchant votre conscience. Je parle là, bien évidemment, d’un événement collectif.

…Silence…

Nombre de jalons ont été posés, nous vous l’avons dit, nombre d’événements se produisent de partout, de par le monde, quelles que soient les causes, quelles que soient les responsabilités, quelles que soient les intentions, même. Cela ne fait pas de différence quant à la finalité.

Vous constaterez d’ailleurs, si ce n’est déjà fait, un désintérêt pour les choses de ce monde, vous permettant d’être encore plus vivants ou demandant parfois, non pas de fuir, mais de vous immerger dans ce que nous appelons avec vous la nature, qui n’a pas pu être altérée de manière formelle, que cela soit par vos cultures ou vos agencements, de bâtiments ou de sociétés. La liberté est la fin de l’enfermement, la liberté est la fin du rêve.

Ne vous préoccupez pas d’un quelconque après, parce qu’en vivant ce que vous êtes, vous assisterez vous- mêmes qu’il ne peut subsister la moindre vision, qu’il ne peut subsister la moindre interprétation selon vos sens et selon votre raison, mais ce qu’il se produit sur la Terre est en vous.

…Silence…

Tout va devenir de plus en plus léger, quelle que soit la lourdeur de ce qui est traversé, quelle que soit l’intensité de ce qui peut venir vous bousculer. Ce n’est jamais pour vous faire tomber, ce n’est jamais pour vous martyriser, mais simplement ce sont les éléments pour chacun de vous qui permettent de sortir du rêve.

Ne jugez quiconque, accordez le pardon à chacun, et en premier à vous-mêmes. Cela sera la seule efficacité possible, il n’y aura pas d’autre moyen d’agir, que d’accepter d’accueillir l’inacceptable, que d’accepter d’accueillir l’invraisemblable.

Vos nuits seront chargées, pour ceux qui rêvent, d’éléments qui sont actifs au-delà de toute compréhension dans votre vécu du lendemain, que cela soit par des perceptions nouvelles, par des positionnements différents de votre psychologie, de votre mental et de vos émotions, vous donnant la possibilité d’observer clairement, après les premières interrogations intérieures, qu’il se déroule quelque chose de merveilleux.

Vous avez tellement pris l’habitude, au sein de votre humanité, de réagir et de vous adapter, aux lois, aux sociétés et aux règles de la nature, vous êtes tellement encore, pas prisonniers, mais habitués à cela. Laissez simplement les choses se faire. Effectivement, elles n’ont pas besoin de vous, car vous êtes bien plus que ce personnage qui fait et qui éprouve, mais vous êtes, entre chaque personnage, le liant de la vie, le liant du Cœur Un qui libère de tout attachement et de toute contingence.

Cela se produit en ce moment même, vous en avez d’innombrables témoignages, mais vous le vivez aussi dans toute rencontre que vous vivez dans votre univers et dans votre vie la plus simple où, si vous êtes attentifs, vous verrez le sourire fleurir et les yeux briller d’émoi par cet Amour partagé, par ces attentions données et par l’accueil que vous prodiguez.

Ne faites pas de différence, parce qu’il n’y en a pas. Je vous le redis, nous sommes Un, quel que soit ce que nous pensons rêver, au-delà de toute situation comme de toute interprétation. Vous ne pouvez que le réaliser, cela se réalise sans vous, vous occupez l’espace, vous occupez le vide, vous êtes le rien et vous êtes le tout, et cela se vit dorénavant non plus seulement sur l’écran intérieur, mais dans toutes les circonstances de vos vies.

À travers le moindre regard de l’inconnu que vous croisez dans la rue, à travers les mots que vous prononcez, que cela soit avec des proches ou pour répondre à quoi que ce soit dans vos vies, dans les univers même les plus enfermés, en ce qui semblait jusqu’à présent vous brimer, vous trouverez l’évidence de qui vous êtes. En cela je le répète, ne jugez rien, il n’y a rien à juger parce que si vous jugez l’autre, vous ne faites que vous jugez vous-mêmes, car il n’y a pas d’autre, il n’y a que vous, en le Cœur unifié. Et c’est le préalable à cette joie ineffable.

…Silence…

Vous constaterez d’innombrables changements, si ce n’est déjà fait, avec un certain nombre d’événements qui surviennent quoi que vous fassiez, et avec certain nombre de disparitions, de troubles, de maladies, de tristesses ou d’autres émotions, sans que vous ayez fait quoi que ce soit. Parce que dès l’instant effectivement où vous vous tenez tranquilles, dès l’instant où vous rentrez non plus seulement dans l’accueil, mais dans l’acceptation, quel que soit le refus de votre tête, quelle que soit la souffrance de votre vécu ou quelle que soit sa légèreté, vous allez vivre que derrière, tout cela ne tient pas et n’était que des voiles qui avaient été posés en différentes circonstances, pour vous éviter la peur ou pour vous confronter à celle-ci.

Le résultat est identique, il n’y a qu’un seul Cœur, il n’y a que toi. Tout le reste fait partie de ton rêve, tout le reste fait partie du rêve collectif, ceci a été joué, de toutes les façons possibles. Tout ce qui est à venir, selon vous, est déjà venu, est déjà réalisé et surtout a déjà été vécu. C’est comme ça que vous vous réveillez définitivement, c’est comme ça que nous célébrons. Tout ce qu’il se déroule à chaque minute et de partout sur la Terre comme dans le ciel, n’est là que pour favoriser le réveil avec la plus grande douceur possible.

Rappelez-vous que la douceur est là, dans votre cœur, elle est dans vos yeux quand vous regardez avec Amour, elle est dans vos yeux quand certaines images vous traversent et que vous ne les arrêtez pas, elles sont dans votre sourire. Vous arrivez à rire de vous-mêmes, à sourire de vous-mêmes, et vous constaterez que ce sourire et ce rire transforment tout, même chez celui qui en face peut juger cela de façon ironique ou déplacée, vous savez que vous êtes la vérité en action parce que vous le vivez, et que rien ne pourra vous contrarier ni vous détourner, de ce qui est essentiel, de ce que vous avez retrouvé.

Ne perdez pas patience, chacun se dévoile à son rythme, au moment le plus opportun. Je précise que pour ceux d’entre vous qui peut-être encore ne vivent rien, je vous rappelle que les derniers seront les premiers, et vous le constaterez très vite. Soyez simplement présents, soyez simplement aimants, et tout le reste se fait à partir de là, et non pas à partir d’une quelconque interprétation ou d’une quelconque projection. Si vous acceptez ses humbles conditions, vous constaterez par vous-même que tout est déjà là.

Le doute ne pourra plus s’immiscer, vous ne serez plus perturbés par les règles de la société, par le fonctionnement de votre mental, par les habitudes. Les blessures ne seront plus un obstacle, quel que soit l’âge et l’état de votre corps, vous vous redécouvrez vierges de toute atteinte liée à l’âge ou à la vie en ce monde, malgré toutes les apparences, malgré les ultimes doutes ou les dernières peurs.

Tout cela se déroule en ce moment même, vous êtes innombrables à le vivre, alors partagez et échangez, pas seulement par les mots écrits et par vos témoignages, mais par l’éclat de votre sourire, par la rectitude de votre regard, par l’écoute de ce qu’il se déroule. Ne refusez aucune aide, donnez-vous totalement et vous vous retrouvez. Vous n’avez pas d’autre possibilité, quoi que vous en disiez encore aujourd’hui, parce que cela ne va pas tenir bien longtemps. Quel que soit le refus, quelle que soit l’adhésion à ce monde, quoi qu’il vous donne à voir, nous pouvons vous dire que très bientôt, plus personne ne pourra être dupe de ce qu’est réellement le rêve.

…Silence…

Bien sûr, nombre d’entre vous ne peuvent pas l’expliquer. Il n’y a aucune utilité à le comprendre, mais simplement à le vivre. En les circonstances de vos pays, de vos familles, comme de vos relations, la coopération entre vous deviendra essentielle, vous vous donnerez les uns aux autres comme jamais cela n’a été possible, au-delà de toute appartenance à quelque communauté que ce soit, vous ne pourrez plus exclure quiconque de vos pensées, de vos affections, de vos sourires, comme de vos peines.

Vous serez touchés au cœur par ce Feu du Coeur, par ce rayonnement qui sort de votre Cœur Sacré. Vous êtes le Christ en mouvement, il n’y a rien à faire. Vous êtes le Christ en action, vous n’avez à mener aucune action, si ce n’est de laisser le sourire prendre vos lèvres, si ce n’est laisser les larmes s’écouler de vos yeux, si ce n’est laisser les souffrances s’évacuer d’elles-mêmes, par la Grâce de l’Amour, par la Grâce de l’intelligence de la Lumière.

…Silence…

Tout votre regard, tous vos regards seront pénétrants, tout ce que vous toucherez sera transmuté. Personne n’est supérieur à quiconque, c’est le même rêve qui se termine. Je vous l’ai dit, nous avons tous parcouru tous les chemins possibles, toutes les consciences possibles, nous avons rêvé jusqu’à l’infini des mondes, depuis les plus denses jusqu’aux plus éthérés.

…Silence…

Tout ce que vous connaissez, tout que vous avez éprouvé et vécu, ne serait-ce qu’hier, ne représentera plus la même importance et s’oubliera très vite. Il n’y aura pas d’effort à faire, simplement laisser partir ce qui part et accueillir tout ce qui se présente. Cela se fera là aussi de manière automatique, dès que vous l’aurez éprouvé en votre chair et en votre vie.

Vous ne pourrez que célébrer en permanence, en Agapè et les uns avec les autres, les uns dans les autres, en toutes occasions, mais aussi dans les pas que vous parcourrez dans vos cités. Vous ne pourrez pas y échapper. Cela changera tous vos rapports, cela vous interrogera sur ce sentiment d’irréel, de comment se comporte la vie, en société comme dans votre famille, avec votre conjoint ou vos enfants. L’Amour deviendra prédominant, vous ne pourrez pas faire autrement. Ce qui pouvait sembler non résolu se résoudra de lui-même. Le miracle sera instantané, sera quotidien, sera permanent.

Il ne dépendra même plus de ce que vous nommez Agapè, ni même du Feu du Cœur Sacré déclenché à certains moments, même si je sais parfaitement que Bidi a lancé avec Abba un processus particulier chaque jour. Et dès ce soir, nous nous joignons à eux, et nous vous invitons, chacun, où que vous soyez, à vous joindre à nous avec la même intensité : vous aurez la même efficacité. Faites l’essai, tentez-le, et observez. Nous vous espérons chaque jour plus nombreux à nos rendez-vous, que vous soyez occupés ou pas n’y changera rien parce que cela, là aussi, est automatique.

Bientôt, même si vous voulez vous en détourner, vous ne pourrez ignorer ce que vous vivez, vous deviendrez tous sensitifs, vous sentirez ce qui a été nommé couronnes, vous sentirez ce qui fut nommé étoiles et portes, vous sentirez des modifications importantes, non pas seulement au niveau des régulations des fonctions de vos corps, mais par des perceptions nouvelles, de ce que vous pourriez appeler énergie, mais qui n’est rien d’autre en définitive que l’installation à demeure, et de façon constante et de plus en plus claire, de l’intelligence de la Lumière au travers de vos cellules comme au travers du corps d’Éternité.

Les visions disparaîtront, vous ne pourrez plus les maintenir, vous n’y serez plus ni soumis ni sujets, vous redécouvrirez l’humilité et la simplicité, car vous découvrirez que c’est uniquement dans ces moments-là que vous êtes entiers. La voie de l’enfance prendra toute son importance, vous n’avez même pas d’effort à faire pour en comprendre le sens, vous avez simplement à laisser la vie se dérouler.

Tout ce qui vous semblait délicat encore à l’instant d’avant, s’évanouira de lui-même. Le miracle sera permanent au-dedans de vous, sans faire appel à quelque autorité extérieure, à quelque transfert d’énergie ou à quelque rendez-vous que ce soit. La célébration deviendra perpétuelle, le réveil va devenir de plus en plus massif, quelles que soient les circonstances de vos pays comme de vos familles.

…Silence…

Nous sommes avec vous, nous sommes en vous. Les modulations, que certaines personnes parmi les frères humains perçoivent, que cela soit par les sons entendus dans les oreilles, par les vibrations qui vous parcourent et vous enveloppent, vous donnant le sentiment de disparaître dans l’infini de l’espace, sont la vérité et la réalité. C’est comme ça que vous sortirez du rêve, à l’issue de l’événement, sans aucune souffrance, sans aucune interrogation.

Quoi qui fasse relief encore dans vos vies, dans votre corps, dans vos pays, retenez simplement que plus vous êtes tranquilles et que plus vous accueillez, sans prérequis, sans posture de votre tête ou sans souvenir de quelque habitude que ce soit, vous constaterez la liberté de plus en plus grande et puis l’état dans lequel vous serez. Ce n’est plus seulement de l’extase, ce n’est plus seulement de la joie, ce n’est plus seulement de la béatitude de l’évidence, mais cela sera la simplicité de l’enfant. Sera là la joie de parler, la joie de vous taire, la joie de prendre la main d’un frère ou d’une sœur, la joie d’échanger quelques mots dans quelque rencontre que ce soit. Toutes les circonstances de vos vies vont vous amener à cela.

…Silence…

Quoi que vous m’en disiez aujourd’hui, même si vous n’en comprenez pas le sens, cela fera sens pour vous très vite. Ne perdez aucune occasion d’aimer, non pas par une quelconque volonté, mais en étant simplement disponibles à l’instant, disponibles en ce qu’il se déroule en l’écran extérieur, dans le déroulement de vos journées. Quelle que soit la tâche, quelle que soit la difficulté, c’est justement ce qu’il vous faut pour vous retrouver en totalité.

Jouer le jeu de la vérité, jouer le jeu de la Vie, jouer le jeu de l’acceptation de l’accueil, vous place de manière définitive en le Cœur du Cœur, en la Radiance sacrée de votre Cœur. Le tétrakihexaèdre, celui qui correspondait au Cœur d’Éternité, se déploie dorénavant comme un cône de lumière avec vingt-quatre faisceaux de Lumière, venant toucher encore une fois tout ce que vous regardez, tout ce que vous pensez, et toutes les souffrances que vous pouvez vivre en vous, comme vous aussi sur les souffrances constatées pour n’importe quels frères et sœurs, fussent-t’ ils à l’opposé de là où vous êtes sur cette planète.

Tout agira donc dans le même sens, quelles que soient les circonstances, quelles que soient les souffrances, quelles que soient les attentes, ou quels que soient les désespoirs. Rien ne pourra arrêter Agapè, rien ne pourra arrêter le Feu du Cœur Sacré, non pas pour quelques frères et sœurs éveillés, mais pour l’ensemble des consciences de la création. Vous le voyez dans vos cieux, vous le voyez sur les signes de la Terre, vous le voyez en vous, vous le voyez dans les relations. Cela va devenir de plus en plus important, de plus en plus certain, et de plus en plus clair.

Ainsi seront balayées vos ultimes souffrances, vos ultimes résistances, vos ultimes habitudes, vos ultimes croyances. Vous ne pourrez plus rien séparer, vous ne pourrez plus rien catégoriser. Le même Amour sera spontané et libre, émanera, indépendamment de vous, de votre poitrine, comme je l’ai dit aussi, de chacun de vos touchers, de chacun de vos regards, comme dans chacune de vos écoutes. Dès l’instant où vous êtes là, présents à vous-mêmes, vous ne pouvez que constater cela.

Cela se fait de manière automatique, cela se fait sans vous et sans nous, mais est permis par la communion de nos Cœurs, par la célébration Agapè touchant toutes les consciences de la création. Tout a déjà été vécu. Vous ne faites que repasser par l’instant initial et final de la création qui en définitive n’ont jamais existé, n’ont été qu’un rêve. Même si cela vous semble encore aujourd’hui difficile à accepter, difficile à vivre, difficile à comprendre, l’évidence du vécu en lui-même ne laissera place à aucun doute, à aucune interrogation et surtout à aucune possibilité de vous y soustraire, quelles que soient les circonstances de là où vous vivez.

…Silence…

Il y a une égalité totale entre le pire des tyrans et l’enfant qui meure de faim. Cela paraît aberration aux yeux de la personne, cela paraît injuste aux yeux de l’âme, mais cela est vérité au-delà de l’esprit. Ainsi est le rêve, ainsi est le cauchemar, qui n’ont rien à voir avec la vérité du Je éternel, de votre état naturel. Cet état naturel n’est rien d’autre que ce qui fut défini voilà de nombreuses années comme les quatre piliers du Cœur et illustré aussi par certains témoignages de celles qui ont été nommés les sœurs étoiles.

Les potentiels spirituels entreront en action ici même au sein de ce monde. Il ne s’agit pas ici de clairvoyance, de don ou de pouvoir, mais simplement d’accepter l’Amour, quel que soit le regard, quoi qu’en dise l’autre, quoi qu’en dise votre souffrance, quoi qu’en disent vos ultimes habitudes. L’Amour est le baume, il n’a pas besoin de vous, c’est ce que vous êtes. Quoi que vous croyiez encore au sein de cette forme ou au sein de ce monde, cela ne fera plus aucune différence, et c’est déjà le cas, pour nombreux parmi vous.

Il ne sert à rien de penser à demain, il ne sert à rien de développer aujourd’hui des concepts concernant un après, quel qu’il soit, car dans la vérité du Cœur, il n’y a pas d’après ni d’avant. Vous le vivrez, quelles que soient vos visions, quelles que soient vos connaissances, quelles que soient vos suppositions. Plus aucune supposition justement ne pourra être émise, l’évidence prendra toute votre vie, beaucoup d’entre vous le vivent déjà. Et vous constaterez que ce processus va se déployer avec de plus en plus d’acuité.

Tout sera prétexte à célébration : le regard d’un inconnu, un cours de yoga, un repas pris ensemble, que cela soit même au sein d’adhésions à certaines communautés, peu importe. Vous dépasserez cela très vite et vous verrez que vous êtes universels, que vous n’êtes pas plus juifs que musulmans, que vous n’êtes pas plus hommes que femmes, que vous n’êtes pas plus riches que pauvres, que tout cela, bien, finalement, n’était destiné qu’à vous faire découvrir votre vérité.

Vous ne jugerez plus les circonstances, vous ne pourrez plus juger quiconque ou qui que ce soit, le même Amour émanera de vous quoi que vous en pensiez, quoi que vous dise votre mental, quoi que vous disent vos habitudes. Vous ne pouvez rien y faire et vous acquiescerez à cela aussi. Chaque occasion et chaque regard, chaque minute de votre vie, ne sera que l’occasion de vous découvrir à chaque fois un peu plus, à sourire de plus en plus souvent. Il n’y aura ni ironie là-dedans, ni moquerie.

Bien évidemment, ce qui s’appelle ego, ce qui s’appelle encore habitudes, pour ceux qui n’ont pas encore la possibilité de se réveiller du rêve, vous constaterez que là aussi, cela les réveillera. Vous ne jugerez plus, vous n’aurez pas d’a priori ni de parti pris, cela est en cours dès maintenant, cela va se déployer de plus en plus. Vous ne pourrez pas faire autrement que de partager, vous n’aurez pas… vous ne pourrez pas faire autrement que d’aider celui qui le demande, quelle que soit l’aide qui est demandée. Vous constaterez que l’autre est bien plus important que vous, parce qu’il n’est rien d’autre que vous. Cela sera vécu, cela sera confirmé.

…Silence…

Vous ne pourrez plus croire votre tête, vous ne pourrez plus croire vos souffrances, vous ne pourrez plus croire ce que vous nommez les dirigeants, vous ne pourrez plus croire les religions, vous ne pourrez croire que ce que vous vivez, et c’est la même vie qui est offerte à chacun. Vous n’attendrez plus rien, parce que tout est vécu et cela, vous le revivez et vous le savez, même si ce n’est pas encore accepté en totalité.

Tout ce que vous toucherez sera béni, tout ce que vous direz sera béni, le rire est votre quotidien, le sourire est la permanence de la Grâce, votre toucher sera saint, c’est cela être les dignes Fils ardents du Soleil, c’est cela. Vous êtes une légion de Christs, vous est une légion de libérés, plus rien ne peut s’opposer à cela, quel que soit ce qui est décidé par ceux qui rêvent encore.

Il est bien trop tard pour un quelconque retour en arrière, il est bien trop tard pour trouver des stratégies pour combattre, comme le pensent-ils encore, ce que vous vivez. Ce que vous vivez est la vérité, la seule et l’unique. Tout le reste passe, tout le reste ne pourra que vous faire sourire, même au sein des souffrances les plus denses. Vous constaterez à ce moment-là, la puissance de votre Cœur, la puissance de votre Présence et la puissance de l’intelligence de la Lumière.

…Silence…

Tout cela se déroule déjà, et va se vivre de façon de plus en plus complète et de façon de plus en plus, là aussi, évidente. Nous, peuple des baleines, peuple des cétacés, connaissons tout le rêve. Nous vous l’avions dit voilà quelques mois, nous attendions le bon moment, nous attendions le signal, non pas du ciel ou de la Terre, mais de quelques humains ayant retrouvé ce qu’ils sont. Cela s’est accompli voilà quelques mois, et a permis de dépasser toute dualité, même exprimée à travers votre polarité sexuelle, toute dualité entre celui qui asservit et celui qui est asservi, vous êtes le même, à un autre moment.

Vous comprendrez l’inutilité du combat, vous comprendrez l’inutilité de vouloir choisir entre le bien et le mal, vous comprendrez que vous ne serez plus affectés par quelques circonstances que ce soit. Vous êtes innombrables à le vivre déjà, mais ce dont je parle concerne l’ensemble de l’humanité comme l’ensemble des consciences. Le sourire vous sera rendu au centuple, votre cœur chauffera dans ces moments-là, vous n’y pourrez rien parce que cela est naturel. Dès que votre cœur chauffe en le Feu du Cœur Sacré, dès que la respiration du cœur est sentie et même sans rien en sentir, vous observerez chez l’autre la même ouverture, le même accueil, même si l’autre n’en ressent rien et n’en comprend rien.

Vous ne pourrez donc pas faire autrement que d’aimer, vous ne pourrez pas faire autrement que de témoigner dans cet Amour, je vous l’ai dit, dans vos gestes, vos regards, vos mots comme dans vos silences et mêmes dans vos paroles, pour mettre un point final au rêve de l’autre, tout se fera sans votre intention et sans votre volonté. Cela pourra vous sembler irréel ou trop beau quel que soit les mots qui ont été employés, état de grâce, fluidité de l’unité, état Christique, c’est très exactement ce que vous appliquez en ce monde et je dirai même qui s’applique tout seul, indépendamment de vous.

Vous ne pourrez plus être abusés par quelque élément fallacieux, il n’y a pas d’éléments en ce monde qui ne soient pas véritablement en regard et en vérité liés à votre réveil. Vous rirez de vous-mêmes, vous rirez de la vie, vous rirez de tout ce qui passe. Alors, chaque jour, cela va se préciser, chaque jour, cela va se déployer et chaque jour, nous amplifierons le chant unifié de mon cœur pour vous et nous nous nourrirons littéralement de votre joie, de votre allégresse, la renforçant à chaque minute, à chaque instant.

Tout ce qui n’était pas vu sera vu, mais sera traversé sans s’y intéresser dorénavant, vous n’aurez plus besoin d’expliquer, vous n’aurez plus de déterminer sur ce qu’il y a lieu de faire ou de ne pas faire, vous ne pourrez qu’être en accord avec la Vie. Vous le constatez et vous le constaterez de façon de plus fréquente et récurrente en la moindre occasion, que cela soit dans vos rêves, que cela soit dans ce qui peut vous sembler avoir à résoudre en ce monde, quels que soient les manques apparents, vous constaterez que ça ne fait plus de différence.

Ceux qui sont encore dans la possession et dans l’accaparement de l’autre ou de l’argent, ne pourront que se restituer eux-mêmes. Ce qui aujourd’hui vous semble totalement impossible, totalement opposé, deviendra votre meilleure aide. Quand vous verrez ces miracles se produire dans votre vie, autour de vous, en vous et sur le monde, alors vous ne pourrez que constater que le simulacre et le sacré ne sont que les deux côtés d’une même pièce que vous aviez accepté de jouer voilà fort longtemps et qu’il fallait oublier d’avoir accepté de jouer, pour vous retrouver.

Alors, le pardon sera permanent, l’allégresse sera totale, la consumation sera totale, vous accueillerez l’événement, le Paradis Blanc, vous accueillerez le trou noir non plus seulement au cœur de votre poitrine, mais comme un grand chant d’allégresse de l’ensemble de la Terre. Cela aujourd’hui peut vous sembler totalement aberrant, totalement impossible et pourtant, c’est la stricte vérité. Vous ne pourrez que vous extasier, vous ne pourrez que rire et sourire à l’infini de ce qui fut et qui n’est plus.

Ce qui vous semblait vous éloigner, ne pourra que vous rapprochez de cela, vous ne pourrez plus juger, vous ne pourrez plus condamner, vous ne pourrez plus vous débarrasser de quoi que ce soit ou de qui que ce soit, vous deviendrez le don total, tout d’abord de votre présence, mais aussi de ce qui vous semblera avoir été acquis et qui aujourd’hui, représente un poids qui vous empêche d’être totalement libres.

Vous serez le don permanent du sourire et de la grâce, le don permanent de votre vie pour tout autre, car alors, vous saurez effectivement que tout n’est que vous, quoi que vous puissiez en dire aujourd’hui, quoi que vous puissiez encore regimber à ce que je viens de dire, c’est la seule possibilité, il n’y en a pas d’autre et d’ailleurs, vous ne chercherez rien d’autre, parce que cela sera tellement beau, parce que cela est déjà tellement beau pour ceux qui le vivent.

Vous n’avez pas besoin de discours, vous n’avez pas besoin de démontrer quoi que ce soit, vous n’avez même plus besoin d’informer, vous avez besoin de communier, vous avez simplement besoin de laisser se faire la vie, vous avez simplement besoin de constater cela et cela se fait. Vous pouvez décréter l’Amour à la même façon que Bidi a décrété vos rendez-vous, chacun de vous aujourd’hui a la même possibilité sans faire appel à quiconque de décréter l’Amour, de décréter la joie, de décréter la liberté et cela s’actualisera.

Il n’y a aucune autorité extérieure, même si de nombreux frères et sœurs ont peut-être joué encore aujourd’hui un rôle particulier, rappelez-vous qu’ils ne sont que vous. Il n’y a aucun enrichissement, il n’y a aucun accaparement, mais pour cela aussi, une simple restitution, un don d’eux-mêmes, parce qu’ils ont vu et vécu que cela ne pouvait en être autrement. Vous serez ainsi entièrement disponibles pour l’autre, disponibles pour l’Amour et de moins en moins disponibles pour les conflits, pour les colères, pour les ressentiments, pour les souffrances.

C’est ainsi que l’Amour recouvre tout, c’est ainsi que le sourire met fin au rêve. Ce qui peut vous sembler encore aujourd’hui, au travers de mes dires, à certains, comme une utopie, est la stricte vérité, je vous demande de le vérifier par vous-mêmes, il vous suffit de décréter la paix, il vous suffit de décréter l’Amour et cela est fini. Que cela prenne une heure, que cela prenne quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, ne change rien.

Il vous a été évoqué durant quelques années le fait des cocréateurs, d’exercer ou de manifester votre masculin sacré, votre féminin sacré et maintenant, l’androgynat primordial. Vous êtes à la source de tout, vous êtes la cause de tout, vous n’êtes que l’Amour, c’est cela qui se déploie maintenant. La propagation de cette bonne nouvelle va accompagner les prémices de l’événement, vous n’avez pas à en chercher la date même si nombre d’entre vous ont été avertis sans notre volonté et sans la volonté de quiconque, ils vivaient déjà tellement cette vérité qu’elle n’a pu que s’imprimer dans leurs visions, dans leur vécu même au niveau des dates.

Vous êtes de plus en plus nombreux à entendre les voix, vous êtes de plus en plus nombreux à observer les présences, vous êtes de plus en plus nombreux à sourire, vous êtes de plus en plus nombreux à participer à cette ronde, à cette célébration quoi que vous en pensiez et quoique vous soyez encore dans quelque déni que ce soit de cela, vous ne pourrez qu’acquiescer à mes mots, vous ne pourrez qu’acquiescer à la Vie et à la fin du rêve. La béatitude sera telle, le sourire sera tel que vous traverserez toutes les épreuves de la personne.

C’est comme cela que cela se produit en ce moment même. Laissez les conflits éclater quels qu’ils soient. Bien sûr que dans un premier temps, celui qui est inscrit dans une logique appartenant à ce monde, ne peut qu’entrer en réaction, mais sa propre réaction le consume lui-même et le met à nu dans la liberté d’aimer, dans la liberté d’être et de non-être, c’est cela qui se vit. Tout n’est que prétexte, tout n’est que célébration, tout n’est que réveil, vous ne pourrez plus séparer, vous ne pourrez plus tricher, vous ne pourrez plus mentir, vous ne pourrez plus jouer un rôle ou porter un masque, le naturel sera votre état constant.

Vous assoirez la révélation de la fin du rêve, vous serez vous-même l’événement et l’événement collectif sera alors présent. Ne vous fiez pas aux dates, même si elles sont connues, soyez immergés de plus en plus dans l’instant présent, dans votre vie, dans ce que la Vie vous demande de faire ou de vivre afin d’être la Vie et non plus seulement votre vie. Vous serez aidés d’innombrables façons, pas seulement dans vos rêves, pas seulement par des énergies ou par l’aide de certains êtres ou de n’importe quel frère et sœur, mais aussi par vous-mêmes, depuis vous-mêmes.

C’est en ce sens que je vous demande de décréter l’Amour, de décréter la paix, simplement cela, et cela sera actif, mettant en avant votre cocréation consciente, non pas pour recréer quelque rêve, mais bien pour asseoir la vérité. Vous êtes tous en cela, même s’il vous semble en être éloignés, même si vous n’avez rien vécu, même si vous ne percevez aucun signe à l’intérieur comme à l’extérieur, osez décréter la paix, osez décréter l’Amour.

Il ne s’agit pas d’une intention ou d’une projection, mais vous êtes le souverain intégral, vous êtes la source, vous êtes l’ennemi, vous êtes l’aimé, vous avez tous joué à cela et la seule façon de vous rappeler, c’est de décréter la paix, de décréter Agapè et de décréter le Feu du Cœur Sacré en vous-mêmes. Abba sera là, Bidi sera là, le sourire de l’inconnu sera là, l’ennemi sera là aussi et au-delà de sa volonté, vous ne pourrez que constatez ce qu’il se déroule. Cela est la bonne nouvelle avant même la présence visible de l’événement collectif, nous vous engageons, nous, peuple des cétacés, à décréter, comme nous l’avons fait, la fin du rêve de création.

Nous vous invitons à décréter la paix, à décréter l’abondance sans parti pris d’un résultat quelconque, il s’agit effectivement d’un décret qui fait loi pour vous et en vous. Quel que soit votre état d’aujourd’hui, décrétez à chaque réveil, réaffirmez à chaque réveil, avant de vous endormir, cette paix et cet Amour, de vous donner l’Amour les uns en les autres, les uns au travers des autres. C’est cela, l’élément le plus important, vous êtes tout-puissants, quelle que soit votre misère, vous n’avez pas besoin de comprendre, vous n’avez pas besoin d’autres dimensions, vous n’avez pas besoin d’Abba, même s’il est là.

Ils sont de toute façon là en permanence, accessibles, vous n’avez pas besoin de demander, vous n’avez pas besoin de prier, mais de vous reconnaître en cela et vous ne pouvez pas faire autrement. Phahâme le décrète pour vous, le peuple des cétacés vous soutient de manière tangible dans ce décret, décrétez l’Amour, décrétez la joie, quelles que soient les circonstances, quel que soit votre pays, et cela sera là. Le miracle sera de plus en plus immédiat, de plus en plus instantané, vous perdrez des habitudes, vous perdrez des souffrances, vous perdrez les maladies et cela ne sera pas une perte, bien au contraire, cela sera l’établissement de la plénitude au sein du vide, là où il n’y a personne, au centre de votre cœur, dans le trou noir du cœur.

L’installation du Paradis Blanc sera alors vécue comme une bénédiction qui n’a jamais existé dans les mondes du rêve, cela est bien réel. Et rappelez-vous que chaque pas que vous faites dans votre simple vie tous les jours en la voie de l’humilité et de la simplicité, permettra de vivre ce décret pour tout autre comme toute circonstance ou situation. Là est la plus grande des entreprises, là est le plus grand non pas des défis, mais la plus grande efficacité que vous pouvez avoir aujourd’hui. Bien sûr, continuez à célébrer, continuez à vivre les Feux du Cœur Sacré, que cela tout seuls, à deux ou en groupe, aux horaires que vous voulez, en ultra-temporalité, de toutes les façons possibles.

Cela va devenir votre état naturel, si ce n’est déjà le cas, nous sommes avec vous, nous sommes en vous et nous sommes vous, il n’y a plus de différence, plus rien ne peut être enfermé, plus rien ne peut manquer. Cela est à vivre et, je le répète avec fermeté, accessible à chacun, quel que soit son emplacement, que vous soyez un assassin, que vous soyez un escroc, que vous soyez un ange, vous avez tous la même possibilité, vous avez tous le même pouvoir d’Amour, vous avez tous la même force, vous avez tous le même sourire, faites-le et vous le vivez instantanément.

Tout devient bénédiction, tout devient Agapè en ce Feu consumant d’Amour qui ne fait que brûler les rêves et les illusions, partagez le Feu, donnez-vous le Feu, échangez vos regards, prenez vos mains, dansez ensemble, faites silence ensemble, nous sommes avec vous à chaque instant comme vous êtes avec nous et en nous. Osez être cet Amour que vous avez toujours été, quelles que soit les apparences, quelles que soient les difficultés apparentes de ce monde, elles ne tiendront pas devant votre décret, c’est acquis d’avance, telle est l’intelligence de la Lumière, même si jusqu’à aujourd’hui, en ce jour précis, vous n’en avez encore rien vécu.

…Silence…

C’est ainsi que la légèreté vous prend et vous installe dans la densité de votre présence et dans la légèreté de votre absence, vous n’êtes plus limités à ce corps ni à aucun corps, comme l’a dit Abba, vous êtes le temple, vous êtes l’espace, vous êtes le maître du temps et le maître de l’espace. Vous, oui, simples humains dans votre misérable vie ou dans votre vie prestigieuse, dans votre vie d’assassin ou d’ange, vous ne pourrez plus faire de différence, là est la beauté de l’Amour, là est la majesté de la grâce, tout le reste n’ont été que des circonstances, tout le reste n’a fait que passer, là est le grand pardon, là est la grande vérité, il n’y en a qu’une, c’est celle-ci.

Quoi que vous dise votre personnage, votre éducation ou votre croyance, quoi que vous dise votre corps, quelle que soit la plénitude du corps ou ses insuffisances, cela ne fait plus aucune différence. Là aussi, comme diraient Abba ou Bidi, ne me croyez surtout pas, vivez-le et vous comprendrez. Il n’y a qu’Un, un seul cœur, une seule conscience et ce qu’Un ne peut venir qu’antérieurement à l’Un, nous sommes l’Amour antérieurement à la forme, antérieurement au rêve, comme cela a été dit par Abba, nous n’avons jamais bougé, nous sommes l’Éternité, nous sommes l’intemporalité, nous sommes tous les espaces, nous sommes toutes les dimensions, nous sommes le bourreau, nous sommes l’ange.

Tout cela faisait partie du rêve, quelle que soit encore l’importance qu’il ait de ces concepts de bon ou de mauvais, tout cela n’est rien face à la majesté d’Agapè, face à la majesté du Feu qui consume tout ce qui ne fait que passer. Alors, je décrète pour chacun de vous, l’Amour et la paix et je vous engage chacun de vous à décréter la même chose pour vous, mais aussi pour chaque frère et chaque sœur, pour chaque pays, pour chaque monument, pour chaque rue, pour chaque arbre, pour chaque fleur, pour chaque événement qu’il soit heureux ou malheureux, vous êtes tout-puissants, vous êtes puissants de l’Amour, vous êtes les maîtres du temps, les maîtres de l’espace.

Il ne peut pas y avoir d’autre point de vue, il ne peut plus y avoir d’autres différences et plus vous constaterez et vivrez cela, plus vous constaterez qu’effectivement, en votre paix, votre joie grandit et que tout ce que vous exprimerez ne pourrait être que de l’Amour, quels que soient les ressentiments qui peuvent encore rester, vous ne pourrez que rire de vous-mêmes et le rire deviendra collectif. Je crois d’ailleurs que Abba vous a dit non pas de façon humoristique, mais réelle, que la fin du rêve n’est rien d’autre que de mourir de rire d’avoir cru à tout cela comme étant quelque chose de tangible et réel.

Aimez-vous les uns dans les autres, décrétez-le et vous serez en paix. Voilà ce que j’avais à vous délivrer aujourd’hui, il est temps de décréter l’Amour, il est temps de décréter la fin du rêve, ne vous posez pas de questions sur demain, ne vous posez pas de questions sur l’avenir, ne vous posez pas de questions sur l’événement, nous vous l’avons dit, vous êtes l’événement, le rêve n’est que du décor, que cela soit l’appel de Marie, que cela soit la visibilité de Nibiru, que ce soit le flash solaire, que ce soient les trompettes, c’est vous qui décrétez tout cela, décrétez la paix, décrétez l’Amour et cela est fait, et cela est là.

Voilà ce qu’avait à vous délivrer Phahame en ce jour et chaque jour maintenant. L’impersonnel, le chœur des anges, le frère ou la sœur qui se sent le plus insignifiant, Abba, Bidi, les Anciens, bien sûr que nombre d’entre vous perçoivent au-delà de tout archétype, dans leur humanité la plus simple, au-delà de leur rôle de leur vivant, vous touchent, vous êtes touchés par la grâce, mais n’oubliez pas que vous êtes la grâce, alors décrétez la grâce, ne vous posez pas de questions de définition, ne vous posez pas de questions sur les effets, vous êtes le maître, vous êtes le souverain intégral et Phahâme ainsi que le peuples des cétacés, s’inclinent devant vous, beauté de la création, ineffables rêveurs, ineffables créateurs.

Nous vous rendons grâce, nous vous honorons de votre présence, mais aussi de tous les travers que vous avez pu vivre, de toutes les souffrances que vous avez pu endurer, de tous les rêves et des espoirs que vous avez vécus, vous êtes la complétude, vous êtes le Christ, vous êtes le corps et le sang du Christ, au-delà de toute histoire comme au-delà de tout monde. Phahâme vous laisse maintenant digérer en quelque sorte et intégrer ce que je viens de décréter, à vous de le vivre, à vous de le vérifier.

Phahâme vous remercie, le peuple des cétacés s’incline devant votre majesté et votre beauté, même si vous ne le percevez pas encore en cet instant, je vous remercie de m’avoir entendue, de m’avoir écoutée. Le peuple des cétacés en sa totalité rend grâce à votre réveil.

Nous sommes Un.

Au revoir.

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2019 © Apothéose.live

Politique de confidentialité