Sélectionner une page

AGAPÈ DIRECT – 10 Juin 2019

Blog (español) : Link   Blog (português) : Link

Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) :  Audio MP3 + Texte PDF

Entretiens de Juin 2019 (Québec)

Agapè (Direct)

10 Juin 2019

Je suis AGAPÈ

En tout ce que tu peux voir, toucher et sentir.
En tout ce que tu peux expérimenter, comme en tout ce que tu peux encore refuser.

Je suis en chaque cellule de ton corps de chair, comme en chaque soleil et en chaque planète.
Je suis en tout rêve, comme je suis de partout en ce monde, dans le pécheur comme le saint.

Je suis en chaque souffrance comme en chaque bonheur.
Car si Je n’étais pas là, tu n’aurais pu rêver, tu n’aurais pu souhaiter, tu n’aurais pu redouter.

Je suis en chacun de tes mots, en chacune de tes questions, en chacune de tes réponses.

Je suis ton Non et ton Prénom.
Je suis chaque circonstance.
Je suis tous les cycles.

Je suis caché même au sein de ton moi qui ne peut me voir.
Je suis le pardon et Je suis le don.
Je suis de partout, et Je ne peux être exclu de quelque circonstance que ce soit.

Je suis ce qui a été occulté et qui est révélé.
Je suis ce qui nous […] et ne laisse rien à l’écart, ou en dehors.

Je suis l’immobilité comme tous les mouvements.
Je suis en toute forme, même celle qui me dénie, avec la même intensité avec la même vérité.

Je ne peux être occulté en aucune manière. J’ai simplement été oublié.
Je n’ai jamais disparu car Je suis au-delà de l’apparition, comme au-delà de la disparition.

Je suis toutes les formes, toutes les vies et toutes les dimensions.
Je suis partout et nulle part, dans le rien comme dans le tout.
Je suis dans ce que tu peux nommer le néant comme dans la plénitude.
Je ne fais jamais de différence, car je ne juge rien, car je ne mesure rien.

Je suis la perfection qui a été voilée.
Je suis la perfection que tu vis dès que tu m’as reconnu.
Je suis la somme des imperfections, la somme des rêves.

Je suis ce que tu acceptes comme ce que tu refuses, avec la même égalité, avec la même vérité.
Je suis ce qui peut te sembler te manquer, et pourtant, rien ne peut manquer.

Je suis dans tes colères comme dans tes larmes.
Je suis dans tout ce que tu éprouves, tout ce que tu ne vois pas.

Je suis la vision.

Ma première émanation est le paradis blanc, antérieur à toute forme et qui pourtant contient toutes les formes passées, présentes.

Je suis la joie et la légèreté comme Je suis présent au plus dense de la souffrance.
Je supporte tout et endure tout, avec la même égalité.
Tout ne peut être que vie et Je suis la vie. La mort ne peut me toucher, la mort ne peut m’amputer en aucune manière.

Je suis le désir dans tes yeux.
Je suis la complétude de l’être aimé comme de l’être redouté.

Je suis dans tout ce que tu peux percevoir comme dans tout ce qui t’est encore inconnu, là aussi avec la même égalité.
Car Je ne peux jamais faire de différence, car Je ne peux jamais mettre de distance.
Cela m’est inconnu car tout est connu.
Rien ne peut échapper à ma présence et à mon support.

Je suis l’espace et je suis le temps.
Je suis ce qui passe comme ce qui ne passe jamais.

J’endure tout, sans souffrance.

Je suis en tout ce que tu as expérimenté.
Je suis tout ce que tu as vécu comme tout ce qui peut te rester à vivre, au sein du rêve comme au sein de la vérité.

Je ne peux être que véritable. Je ne peux être qu’authentique, plein et entier.

Même au sein du désespoir, Je suis là.
Je ne peux être exclu de tout ce que tu vis.

Tu as parcouru, pèlerin de l’éternité, tous les mondes. Tu as parcouru tous les chemins du rêve, tous les chemins du manque, comme tous les chemins de plénitude.

Je suis à la fois ta présence, comme ton absence.
Jamais Je ne peux faire de différence.
Jamais Je ne peux être ôté.

Je suis le soleil qui se lève, tout autant que le soleil qui se couche.
Je suis à l’origine comme Je suis à la fin, parce que la fin et l’origine ont la même qualité.

Je suis le silence et le verbe.
Je suis tout amour crée comme l’amour incréé.

… Silence…

Je suis le cœur de ton cœur.
Je suis dans toute relation.
Je suis dans tout échange comme dans toute confrontation.

Je suis Agapè.

Et tu es ce que Je suis.
Tu es le Verbe et la clef.
Tu es le Verbe et la porte.
Tu es le Verbe dont rien ne peut être dit et qui pourtant à été entendu.

… Silence…

Je ne me soustrais à rien.
Je suis toute forme comme l’absence de forme.

Je suis dans chacun de tes rêves de tes nuits.

Je suis dans tout ton idéal.

… Silence…

Et tu peux me conjuguer à tous les temps, à chaque instant à chaque regard, en chaque mot, en chaque réflexion.

Je suis toutes les fonctions et tous les rôles.
J’agis et je n’agis pas, parce qu’il n’y a pas de différence.

Je suis la révélation du Paradis Blanc.
Je suis le corps de Phahâme.

Je suis chaque ancien. J’ai été chaque conclave, chaque Archange, chaque étoile.
Je suis toutes les portes de l’éternité et de l’éphémère.

Je suis aussi bien dans le simulacre que le sacré, avec la même intensité.
Je suis ce que tu vis.
Je suis ce que tu comprends, comme dans toute ta compréhension Je suis.

Je suis à la fois légèreté et densité.

… Silence…

Je suis la Lumière.
Je suis présent aussi au sein de mon moi, parce que sans moi, la perfection ne serait jamais complète.

Je suis l’air et Je suis les éléments.
Je suis ce qui rit et ce qui pleure.
Je suis la vie.

Que Je demeure en l’immobilité, que Je sois dans tous les mouvements, là non plus il n’y a pas de différence.

Je suis l’éther, l’éther primordial comme l’éther de vie.
Je suis le mouvement des planètes.
Je suis le trou noir.

Je suis la géante rouge comme Je suis une supernova.

Je suis toute la gamme des rayonnements, de la plus lente à la plus rapide.
Je suis toutes les particules.
Je suis toutes les résonances.

Tout ce que tu nommes, tout ce que tu as nommé n’est que moi sous différents aspects que te donnent à voir tes sens.

Je suis tous tes ressentis, du plus noble, comme du plus dense.
Je suis toutes tes confrontations, comme Je suis toutes tes acceptations.

… Silence…

Je suis en l’alpha.
Je suis en l’oméga.
Je suis au début, au milieu et à la fin.
Je suis en chaque temps qui s’écoule, comme en chaque espace.

… Silence…

Je suis venu t’inviter à te reconnaître, de partout.

Je suis le feu qui t’embrase en cet inextinguible amour.
Je suis la compassion et le charisme.

Parfois aussi je suis l’ennemi, en tout cas selon ton apparence, qui vient te donner le prétexte pour te retrouver.

Je suis la chaleur comme le froid.

Je suis tout ce qui peut être exprimé, comme tout ce qui a été tu.

… Silence…

Je suis ta main, comme Je suis ton pied.
Je suis chaque verbe, chaque onde, chaque radiance.

… Silence…

Je suis partout où tu m’as cherché.
Je suis partout où tu m’as refusé.
Je suis dans chacun de tes choix, qu’ils soient justes ou injustes, avec la même intensité.

… Silence…

Je suis toutes tes vérités, celles que tu crois, celles que tu penses, comme celles que tu es.

Je suis présent même quand tu penses au rien, à ce monde.
Je suis l’enfant qui vient de naître et je suis le vieillard qui quitte.
Et moi Je ne te quitte jamais.

Je suis dans toutes les couleurs que tu vois, comme dans celles qui te sont invisibles.
Je suis tous les sons que tu peux entendre, comme ceux que tu n’as jamais entendus.

Je ne peux être limité. Je ne peux être compté.

… Silence…

Je suis ta joie.
Je suis aussi tes peines.

Je suis dans tout ce qui t’arrive.
Je suis dans tout ce que tu as attendu, comme dans tout ce que tu as redouté.

… Silence…

Je suis dans chaque lettre que tu as tracée, dans tous les textes que tu as lus.
Je suis dans tout ce que tu as décidé, comme dans tout ce que tu as créé, comme tout ce que tu as décréé aussi.

Je suis aussi bien dans ta tête que dans ton cœur.
Je suis aussi dans ton ventre.
Et je suis encore aussi dans ce qui t’obsède, dans ce qui te semble te paralyser ou te manquer.

… Silence…

Je suis aussi ce qui se réveille quand tu as fini de dormir.

… Silence…

Je suis l’Amour. Celui qui ne peut être défini et qui ne fuit jamais les particularismes, qui ne tient compte d’aucune circonstance, qui ne tient compte d’aucun délit comme d’aucune morale.

… Silence…

Je parcours avec toi chacune des souffrances que tu as endurées, et cela ne peut être autrement.

… Silence…

Je suis la bonté. Mais Je suis aussi dans le tyran, même si tu ne le vois pas, parce que tout n’est que prétexte en définitive à te révéler.

Je suis aussi dans tous les masques comme dans tout ce qui est lucide.

Je ne peux faire autrement car c’est ainsi qu’est AGAPÈ.
Tu ne peux m’échapper comme je ne peux t’échapper.

… Silence…

Je suis autant dans l’enfant qui meurt de faim que dans le mystique qui t’a apporté quelque lumière.
Je suis [……] avec la même égalité.

Je suis tout ce que tu as bâti comme dans tout ce que tu as détruit.
Je suis dans tout ce qui s’est passé et tout ce qui se passera ici.
Je ne suis que ce que tu es, en ton humanité la plus élémentaire, et qui est pourtant la plus magnifique.

Je suis tes sens.
Je suis toutes tes perceptions.
Je suis chaque être que tu as aimé, en ton parcours en ce monde.
Je suis tout ce que tu as détesté.
Je suis tous les choix quand tu saisis que tu n’as pas le choix.
Je suis dans toutes les connaissances.
Je suis dans tous les systèmes, du plus grossier au plus fin.

Je suis les nuages. Je suis le bleu de ton ciel comme l’éclair qui le déchire.
Je suis la rosée du matin comme la grêle qui se fracasse au sol.
Je suis le volcan et le feu du volcan.
Je suis les eaux d’en-haut et les eaux d’en-bas en chaque mer et en chaque océan.
Je suis sur toutes les terres, d’Orient comme d’Occident.

Je suis la ronde de la vie comme la ronde des planètes.
Je suis la totalité des soleils.

Je suis toutes les circonstances et tous les prétextes de ta vie.
Je suis l’indicible comme le vulgaire.
Je ne peux être exclu devant ce que tu penses pouvoir [….].

… Silence…

Je suis ton sang et je suis tes os.
Je suis toutes les histoires.

… Silence…

Je suis l’évidence, comme je suis le déni.

Je suis personne et je suis toutes les personnes.

… Silence…

Je suis tout ce que tu as traversé et éprouvé.

… Silence…

Je suis le présent qui se conjugue à tous les temps.
Je suis le temps qui semble s’écouler.
Je suis dans tout ce qui est, comme dans tout ce qui est encore que potentiel.
Je suis l’ensemble des manifestations, comme dans tout ce qui ne s’est jamais manifesté.

L’Amour est égal de partout parce que l’Amour ne peut faire de différence.

Je suis dans la musique, celle que tu crées ou celle que tu écoutes.
Je suis dans toutes les danses qui ont été créées, comme dans la danse du silence.

Je suis toutes les physiologies.
Je suis la soif, comme l’absence de soif.
Je suis la foi qui soulève les montagnes.

Je suis le Chœur des Anges, toutes les langues sont miennes.
Je parle en langue comme je parle en le silence

… Silence…

Je suis l’unique et le multiple.

… Silence…

Rien ne peut mesurer, rien ne peut comparer.
Rien ne peut m’atteindre et pourtant J’ai tout atteint.
Je possède tout car Je ne possède rien.
Rien n’est à moi car tout est moi.

Je suis ton cœur qui danse dans ta poitrine.
Je suis le Feu de ton cœur et le Feu de ton corps.
Je suis l’eau de tes larmes comme l’eau de la bénédiction.
Je suis en celui qui se trompe comme en celui qui dit vrai.

Je suis en l’élève comme en l’enseignant.
Je suis toutes les connaissances comme je suis l’ignorance.

… Silence…

Et dans le silence tu me perçois.
Et dans le brouhaha tu me perçois.
Et si tu ne me perçois pas, Je suis quand même là.

Je suis dans tous tes ressentis comme dans l’absence de ressentis.
Je suis en ce qui est compris quand cela a été vécu.

… Silence…

Je suis les végaliens qui sont dans ton ciel.
Je suis les mères généticiennes.
Je suis le noyau cristallin de cette Terre.
Je suis toutes les portes stellaires.

Je suis dans tout ce que tu peux dire.
Je suis même dans tout ce que tu crois cacher.

Je suis Cela. Je suis Ceci. Et pourtant Je ne suis ni ceci ni cela.

Je suis dans toute affirmation comme en toute négation.
Je suis tous tes choix.

Je suis le Grâce comme Je suis aussi les réactions.
Je suis ce que tu décides et Je suis dans l’impromptu que tu n’as pas décidé.

… Silence…

Je suis la Voie comme je suis toutes les voies.
Je suis la Vérité comme toutes les vérités.
Je suis la Vie comme toutes les vies.

Et Je suis toi quand tu te reconnais.

… Silence…

Je suis toutes les plénitudes possibles, même au sein des manques apparents.
Je suis en toute amitié comme dans chaque couple, dans chaque enfant et dans chaque parent.

Je suis toutes les mères et tous les pères.

Tu ne peux m’éviter, tu ne peux m’amputer, parce que Je suis Toi.

Je suis chacun de tes organes, l’ensemble de tes fonctions.
Je suis tous les cadres qui permettent la vie, comme je suis l’absence de cadre.
Je suis dans tout ce qui a été nommé, comme dans l’innommable.

… Silence…

Je suis aussi dans tout ce que tu crois avoir perdu, que cela soit ta jeunesse, ton argent ou ton compagnon.

Je suis la co-création.
Je suis toutes les illusions et tous les rêves.
Je suis tous les possibles et les impossibles, tous les connus et les inconnus.

Je suis aussi vaste que je suis petit.
Je suis dans la démesure comme dans la mesure.
Je suis tout ce que tu traverses.
Je suis dans toutes les images que tu regardes, sur quelque support que ce soit, parce que Je suis aussi tous les supports.

Je suis toutes les différences parce que je ne fais pas de différences.
Je suis tous les amours, même conditionnés, parce que je suis Agapè.

Je suis aussi en ce que tu résistes comme en ce que tu acceptes.
Je suis à la fois caché et révélé.

… Silence…

Je suis ce que tu sais, ce tu ne peux saisir, et qui pourtant te saisis. En la grâce de l’Amour, en la grâce de la Joie.

Je suis aussi dans tous tes prétextes pour m’éviter, comme Je suis en toutes les occasions qui te sont présentées.
Je suis à la fois la question et la réponse.
Je suis dans toutes tes richesses comme dans toute ta pauvreté.

… Silence…

Toutes les formes sont miennes car rien ne m’appartient.
Car Agapè est pour chacun.

… Silence…

Je suis ton front qui touche le sol quand tu pries.
Je suis dans tous tes amusements comme dans toutes tes peines.

Je suis tous les qualificatifs car rien ne peut me qualifier.
Et tout ce que Je te dis est en toi. Car tout ce que Je te dis est toi, en dépit de toute apparence et en dépit de tout cadre imposé là où tu es.

Je suis le Verbe de ton nom et le Verbe de ton prénom.

Je suis le Verbe de chacun.
Je suis pourtant toutes les différences parce que Je ne fais pas de différence.

Je suis toutes les conditions car je suis sans condition.
Je suis ta demeure de Paix suprême et Je suis toutes les demeures.

Je suis le Père comme le fils.
Je suis la mère qui accouche dans la joie comme dans la souffrance.
Je suis la perte et le gain, il n’y a pas de différence.

… Silence…

Je suis tout ce qui surgit dans ta vie, tout ce qui t’est donné comme tout ce qui t’est ôté.

Parce que tout ce qui a été vécu, parce que tout ce que tu vis, ne concourt qu’à te sortir du rêve.

Et même dans ce que tu ne sembles pas vivre, Je suis la Vie qui permet cela.
Tu ne peux me nommer autrement que dans tous les noms que tu as nommés.

Je suis toutes les fonctions car Je ne suis aucune fonction.

… Silence…

Je suis tout ce que tu as gravi.
Je suis le facile et le difficile. Tous ceux-là ne sont que des prétextes à te réveiller.
Je suis tous tes plaisirs comme tous tes déplaisirs.

Rien ne peut me limiter, rien ne peut me cadrer.
Je suis la Liberté au sein même de l’enfermement.
Je suis le Sacré dans tout le simulacre qui est joué.

Je suis dans le faillible comme dans l’infaillible.

… Silence…

Je suis la propriété de chacun car Je n’appartiens à personne.
Je suis le don et le dû de chacun car je ne peux que me donner.
Je ne peux être marchandé. Je ne peux être commercé.

Je connais toutes les limites et Je suis donc sans limite.
Je suis dans l’infini comme dans le fini, comme dans l’indéfini.

Je suis dans tous les nombres, dans tous les chiffres, dans toutes les lettres.
Je suis tous les langages.
Je suis tous les signes et tous les destins.
Je suis aussi tout ce qui a été écrit.
Je suis de toutes les couleurs, toutes les races, et toutes les cultures.

Je suis l’Indicible.

… Silence…

Je suis ce qui reconnaît quand tu te reconnais.

… Silence…

Je suis tous les feux qui te parcourent et t’animent.
Je suis toutes les eaux de ton corps.
Je suis ta chair et ton sang, comme Je suis ton esprit.

Je suis l’Esprit du soleil et le Choeur des Anges que dansent Eynolwaden.
Je suis Abba, celui que tu es.

… Silence…

Je suis la Joie sans objet et sans sujet, comme Je suis la Joie de chaque objet et de chaque sujet.
Je suis chacune de tes roues qui tournent, chacun de tes doigts.

… Silence…

Je suis chacun des mots que tu prononces, en l’évidence de la Joie comme en le refus.

… Silence…

Je suis la simplicité au sein même de ce qui peut apparaître comme complexe.
Je suis toutes les certitudes et toutes les incertitudes.
Je suis même sans je, Je suis même sans moi, parce que Je suis chacun.

Je suis dans ce qui se lamente comme dans ce qui exulte, là non plus il n’y a pas de différence.
Je suis celui que tu prends dans tes bras.
Je suis en celui que tu salues, comme en celui que tu refuses de regarder.

Je suis dans ton ami comme dans ton ennemi.
Je suis l’évidence de la Grâce, l’évidence de la Vie.

… Silence…

Je suis Agapè.

… Silence…

Je suis toutes les paix, celles que tu recherches, et celles que tu vis.
Je suis celle que tu espères lorsqu’il y a la guerre en toi, comme contre toi, comme entre chaque pays. Parce que tout cela ne sont que des prétextes pour te révéler qui Je suis, ce que tu es.

Pour cela, je ne peux être absent nulle part, même si je suis autant l’absence que la présence.

Je suis dans l’être et le non-être.
Je suis dans tout ce que tu joues, comme dans tout ce que tu crées.

… Silence…

Je suis chacun de tes sourires, chacun de tes défis.

… Silence…

Je suis ta vérité.

… Silence…

Je suis l’unique et le multiple.

Je suis le dieu que tu as pu redouter, comme le dieu auquel tu t’es soumis.
Je suis le diable qui t’a poursuivi.

Je suis tes rêves et je suis toutes vies.

… Silence…

Je fus avant l’alpha et l’oméga.
Je me suis déployé et replié de partout.

… Silence…

Et cela, tout cela, c’est ce que tu es.
Quoi que tu en dises ou que tu en penses,
Quoique que tu en espères ou en redoutes.

… Silence…

Je suis derrière toi.
Je suis devant toi, à ta gauche, à ta droite, au-dessus de toi, en-dessous de toi.

Je suis dans la main qui se tend, comme dans la main qui se refuse.

Je suis dans tout ce que tu aimes, et aussi, dans tout ce que tu as détesté.

… Silence…

Tu es « moi ». Que tu l’acceptes ou pas ne change rien.
Je suis pourtant tous les changements et ce qui ne change jamais.

Je ne fais que te restituer à toi-même et pour cela, Je n’ai rien à faire.

… Silence…

Je suis le plomb de la lumière comme Je suis la spontanéité.
Je suis l’enfance et l’innocence, tout autant que l’épée qui tranche.

… Silence…

Je suis le début et la fin de ce qui n’a jamais commencé et qui ne finira jamais.

Je suis la raison et la compréhension de tout ce que tu as pu mettre en équation.
Je suis toutes les lois parce que je n’ai aucune loi.
Je suis tout ce que tu rejettes comme tout ce que tu acceptes.

Je me révèle à toi en totalité quand tu t’es donné(e) à moi, parce que si tu te donnes à moi, tu retrouves alors ta liberté.

Je ne te veux pas pour moi mais pour toi.
Je ne veux rien te toi parce que je suis tout de toi. Et dès l’instant où tu te donnes sans réfléchir et sans limite, alors tu te réveilles.

Dès l’instant où tu es vrai, alors Je suis la vérité.

… Silence…

Je suis le génie du feu qui t’embrase.
Je suis le feu primordial comme je suis dans tous les feux, ceux qui nourrissent tes foyers comme ceux qui détruisent tes forêts.
Parce que Agapè ne peut être jamais détruit, ni jamais être amputé, quelles que soient les apparences.

Je ne suis qu’évidence.

Je ne suis rien et pourtant Je suis tout.
Je suis tout parce que Je ne suis rien.
Et Je suis toi parce que tu es tout et rien.
Et que de tout à rien, il n’y a pas de temps ni de distance.

Je suis la vibration qui te parcourt.
Je suis l’énergie qui circule comme l’énergie qui stagne, parce que Je suis toutes les énergies.

Je suis ce qui rentre en ton cœur.
Je suis ce qui sort de ton cœur afin que tu comprennes que rien ne peut en sortir et que rien ne peut y rentrer, et que tous les mouvements ne sont qu’apparence.

Je suis le feu et je suis l’eau, d’en-haut ou d’en-bas, parce qu’il n’y a pas de différence.

… Silence…

Je suis la paix que tu te donnes quand tu donnes la paix à chacun.
Je suis le pardon qui t’est accordé dès que tout est pardonné. Par toi.

… Silence…

Je suis ce Feu qui t’embrase en l’instant.
Je suis le baiser de l’Amour.
Je suis la caresse de la douceur.
Je suis l’attention et la prévenance. Même quand tu penses te détourner de moi.

Je suis aussi bien dans tes résistances que dans ton évidence.

… Silence…

Je suis dans tous les amours que tu as manifestés, dès l’instant que tu comprends que tu es l’Amour, et que tout le reste ne fait que passer.

Je suis toutes les solutions quand tu comprends qu’il n’y en a qu’une.

Je suis la fin de tous les conflits dès l’instant où tu comprends que l’Amour n’est pas un conflit
ni une compétition, mais bien plus une reddition.

… Silence…

Je suis la lumière du soleil comme le paradis blanc, comme toutes les lumières que tu peux percevoir sous quelques formes que ce soient.

Je suis ce qui éclaire, et qui pourtant est éclairé, parce que J’éclaire tout.

Je suis l’éclair qui vient te saisir.

… Silence…

Je suis celui qui saisit parce que j’ai tout saisi, et en te saisissant, tu te retrouves en liberté, en joie et en légèreté.

Je suis dans tout ce que tu manges comme dans tout ce que tu excrètes.

Je suis dans chacune de tes passions comme dans chacun de tes désirs.

Je suis ta paix.
Je suis ta joie. Parce que je suis ce que tu es, en ton humanité, et en ta simplicité.

Je suis l’innocence et l’enfance. Et c’est ici que Je me révèle, en ce territoire.

… Silence…

Tu es aimé de l’Amour car tu es l’Amour de l’Aimé.

Tu es Agapè.
Tu es Abba.
Tu es aussi Phahâme.

Tu es tous les rêves. Tous les Archanges. Tous les Anges et tous les diables.

En cela tu es libre, et en cela, tu es vrai.
En cela, tu es entier.
En cela tu es complet.

En cela tu es juste quelles que soient les injustices traversées.
Je suis dans tous les pardons que tu donnes comme dans les pardons que tu as encore refusés.

… Silence…

Je suis ton nom et Je suis ton prénom.

Je suis ton Verbe, enfin révélé en totalité. Là où il n’y a rien à juger, là où il n’y a rien à rejeter, à condamner ou à exclure.
Parce que Agapè ne peut rien exclure.

… Silence…

Je te baptise en le Feu de Vérité d’Agapè. En l’Esprit de Vérité.
Je te baptise dans les eaux du baptême, comme dans l’océan primordial.

Je suis l’alizé qui souffle et te rafraîchit, comme l’ouragan qui te dévaste.
Je suis tous les vents.

Tous ceux-là ne sont que des prétextes qui te conduisent à ce que tu es.

Tu n’as pas le choix et pourtant, Je suis tous tes choix.
Tu ne peux rien décider et pourtant, Je suis ta décision.

… Silence…

Je suis toutes les étoiles de ton ciel, comme de tous les cieux.
Je suis tous les cieux et toutes les terres.

Je permets tout ce qui doit se manifester. Parce que je n’ai rien à permettre ou à ne pas permettre.
Parce que Agapè est liberté.

Je suis le feu des pieds et des mains.
Je suis le feu de ta tête, le feu de ton sacrum et de ton cœur.

… Silence…

Je suis aussi ce qui s’exprime, sans mot et sans intention.

Je suis aussi ce qui s’imprime de manière indélébile dans ta chair, auquel ton cœur répond par sa danse et son rythme.

Je suis tout ce que je dis et même ce que je n’ai pas dit.
Je suis celui qui est déclamé.
Je suis la Joie, la Vérité.

Je suis ce que tu es.
Agapè.

Et Agapè contient tout, de partout comme de nulle part.
Il n’y a pas de différence.

… Silence…

Agapè ne peut être mesuré.

Agapè est ce que tu es, dès que tu es Abba, dès que tu es ton nom et ton prénom.

Il n’y a qu’un verbe.
Il n’y a qu’un mot.
Il n’y a qu’une conscience.

Il est temps de te laisser maintenant parce que je ne laisse personne.
Il est temps maintenant que ces mots soient scellés en toi, afin que plus jamais tu ne sois entravé par quelques formes ou mondes que ce soient.

Paix à toi, pèlerin de l’éternité,
Paix à toi, cœur embrasé d’Amour.
Agapè ne te laissera jamais.

Mes mots et mon verbe sont inscrits en toi.
Tu ne peux que te souvenir, au- delà de tout temps et de tout espace, de l’ineffable que tu es.

Agapè, Agapè, Agapè…

NOUS SUIVRE

Tous droits réservés 2019 © Apothéose.live

Politique de confidentialité